Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

L’école française et les langues régionales

 | 
Hervé Lieutard
, 
Marie-Jeanne Verny

Jean-Pierre Lucciardi, « hussard noir » et pionnier de l’enseignement de la langue corse

Eugène F.-X. Gherardi

Texte intégral

  • 1 Voir Querci M. C. (1995).

1Jean-Pierre Lucciardi voit le jour à Santo-Pietro-di-Tenda le 20 décembre 1862. Sa mère, Laure Marie Querci, surnommée « Cipressa » (Cyprès) car de grande taille, fille de Giovan Pietro Querci et de Virginia Costa, est issue d’une famille de petits notables ruraux originaires de Santo-Pietro-di-Tenda. Tout comme sa mère, son père, Charles-Marie Lucciardi, dit « Carlone », appartient lui aussi à une vieille lignée disposant à Santo-Pietro de revenus réguliers assurés par l’exploitation de l’oliveraie et de la vigne. De toute évidence, les Lucciardi appartiennent au monde de la notabilité rurale et parmi les proches parents de Jean-Pierre on relève : François Lucciardi, propriétaire et médecin ; Pierre-Jean Lucciardi, propriétaire et pharmacien ; monseigneur Dominique Lucciardi, secrétaire à la nonciature apostolique à Paris. Toutefois, un personnage domine le passé familial. C’est Anton Sebastiano Lucciardi dit « prete Biaggio », fils de Dominique Marie Lucciardi et deMarie Rose Castagno. Prete Biaggio, surnommé ainsi parce qu’il avait manifesté le souhait de devenir prêtre avant d’y renoncer pour fonder un foyer. Notable et versificateur, maître d’école dans son village avant 1833, bien connu dans sa région, Anton Sebastiano Lucciardi disparaît à l’âge de quatre vingt dix ans à son domicile le 14 décembre 18601.

2Jean-Pierre Lucciardi épouse Marie-Louise Bonelli (1868-1948). De cette épouse nous ne savons presque rien. Toutefois, nous la devinons semblable à « la femme de l’instituteur » que dessine Léon Chauvin, directeur d’école normale, dans L’éducation de l’instituteur, ouvrage destiné à la formation des maîtres, paru vers 1890 :

  • 2 Cité par Terral (1999 : 141).

La femme de l’instituteur ne sera pas seulement discrète en ce qui concerne la charge de son mari ; elle le sera aussi dans ses relations particulières2.

3De cette union, trois enfants voient le jour : Charles-Marie (né en 1888) disparu à la fleur de l’âge, Pierre-Jean (né en 1891) qui deviendra médecin, Sébastien (né en 1897) qui deviendra ingénieur.

4C’est au domicile de son fils Pierre-Jean, au 2 rue Ambroise Paré, dans le 10e arrondissement de Paris, que la mort fauche Jean-Pierre Lucciardi le 5 août 1928 à quatre heures trente. La dépouille de l’instituteur-poète sera ramenée en Corse et inhumée dans son village natal. En Corse, à Santo-Pietro-di-Tenda comme dans les milieux intellectuels, la disparition de Lucciardi à l’âge de soixante-cinq ans soulève une vague d’émotion.

1 Un instituteur dans son temps

5Jean-Pierre Lucciardi reçoit une éducation de type traditionnel, apprenant quelques rudiments de latin et de français. C’est au cours de l’enfance qu’il se détermine pour la vie d’instituteur. Il entre dans la profession après son passage à l’École normale d’Ajaccio.

  • 3 Habermas (2000 : 46).

6Sur ce point, il est pleinement représentatif de la promotion par l’instruction qui caractérise la politique de l’État-nation sous la Troisième République. À cette époque, souligne Jürgen Habermas, l’État territorial, la nation et l’économie politique constituée dans des frontières nationales ont formé une constellation historique dans laquelle le processus démocratique a pu donner lieu à une configuration institutionnelle plus ou moins convaincante. « Jusqu’ici, poursuit Habermas, l’idée qu’une partie d’une société démocratique puisse agir d’une manière réflexive sur cette société dans son ensemble n’a pu se traduire dans la pratique que dans le cadre de l’État-nation3 ».

Figure 1. — Jean-Pierre Lucciardi

  • 4 Peguy Charles, « L’argent », 6eCahier de la Quinzaine, 14e série, 1913. Cité par Cellier-Gelly, Tor (...)
  • 5 Porche (1962 : IX).
  • 6 Prost (éd. or. 1968, rééd. 1983 : 145).

7Lucciardi appartient à la première génération des « hussards noirs4 » pour reprendre la formule bien connue de Charles Péguy, « borne milliaire sur le chemin français, gallo-romain5 ». On aimerait connaître sa bibliothèque pour mieux saisir sa formation et ses inclinations littéraires. Sans doute y trouverait-on les revues pédagogiques qui forgent « les premiers traits d’une mentalité collective, d’une idéologie commune, qui constituent les instituteurs en un corps solidaire »6.

8Toute sa carrière laisse apparaître la culture d’un indéfectible attachement aux missions fondatrices assignées à l’école laïque. Sa pensée pédagogique exhale les livres des maîtres de son temps où dominent des notations régionales qui, loin d’écraser l’idée nationale, l’enrichissent. Et d’abord, le Dictionnaire de pédagogie et d’instruction primaire de Ferdinand Buisson que Lucciardi consulte régulièrement pour bâtir et documenter ses leçons. Comme le souligne fort justement Pierre Nora,

  • 7 Nora (1984 : 357).

Le Dictionnaire est donc un recueil destiné à servir de guide théorique et pratique à tous ceux qui s’occupent d’enseignement primaire, public et privé. En fait, comme le montre assez la liste des mille cinq cents souscripteurs, l’entreprise a été soutenue majoritairement par les membres de l’enseignement public et elle s’adresse prioritairement à l’élite enseignante, directeurs d’écoles ou élèves des écoles normales7.

9Pour Lucciardi, l’école primaire laïque primaire gratuite et obligatoire définit le modèle éducatif français. Les enseignants vont jouer un rôle considérable dans le développement de ce modèle.

10De rares clichés photographiques nous dévoilent les traits de Jean- Pierre Lucciardi. Grand, brun, cheveux courts, le teint diaphane, une moustache finement taillée, le regard acéré et ténébreux, une allure élégante dans des costumes stricts, il donne l’image de l’exemplarité et évoque l’élégance austère d’un instituteur parfaitement dans la norme de son temps. C’est peu dire que Lucciardi prend à cœur son métier. Revenu comme directeur d’école dans sa commune natale après avoir exercé ses fonctions ailleurs en Corse, Lucciardi occupe une position dominante dans la chronique villageoise. Comme cela a été souvent souligné, la démonstration de l’élévation sociale des instituteurs français à la fin du xixe siècle n’est plus à faire. Les raisons sont bien connues :

  • 8 Duby, Mandrou (1976 : 252).

Stables dans leurs postes jusqu’à faire toute leur carrière dans le même village, maîtres d’une situation sociale importante grâce à leur culture qui leur permet de tenir conversation avec le médecin, le juge de paix, l’agent voyer, grâce aussi au secrétariat de mairie, qui leur est si souvent dévolu, les instituteurs ont réussi, et l’école primaire est devenue sous la République le premier personnage du village français8.

11Les témoignages sur Lucciardi révèlent une fibre humaniste et confirment des initiatives pédagogiques souvent couronnées de succès. C’est que, comme le relève Ferdinand Buisson à maintes occasions et notamment dans La Foi laïque, recueil dédié « aux instituteurs et aux institutrices de France », la condition de maître réclame un investissement absolu.

  • 9 Cabanel (2002 : 11).

12Comme instituteur, Lucciardi sait qu’il détient en grande partie les clés de la promotion sociale. Ainsi affiche-t-il une grande satisfaction de voir ses écoliers décrocher les diplômes convoités. Les témoignages d’anciens élèves de Lucciardi, précieusement rassemblés par Marie-Cécile Querci, laissent apparaître un homme profondément humain et attentif à la réussite de chacun de ses élèves. La préparation de l’examen du certificat d’études occupe les esprits. Le diplôme délivré à des enfants ou à des adolescents par la « République certificatrice » signifiait à la fois l’accomplissement de leur contrat, et leur congé, devant la porte ouverte sur la vie9.

13Discret et courtois, attentif et obstiné, tel le décrivent les témoins, ajoutant presque tous qu’il n’était pas dépourvu d’ironie ni d’humour, Lucciardi est un maître dont beaucoup d’écoliers gardent vive mémoire. Francescu Antone Campretti de Santo-Pietro se souvient :

  • 10 « C’était un homme extraordinaire qui nous apprenait beaucoup de choses, par exemple il fallait con (...)

Era un omu straurdinariu chì ci amparava assai cose, per esempiu ci vulia à cunnosce a Storia per core. In ortografia ci vulia à esse eccellenti. E quandu ùn ci ricurdavamu micca di qualcosa ellu ci dicia : « Dilla in corsu, è dopu viderai chì a trovi ». Aduprava assai u corsu. Sò sicuru chì mentre ch’omu studiavamu ellu scrivia e so puesie, perchè si vidia ch’ellu era sempre occupatu. Quand’ellu leticava un zitellu a facia sempre in lingua corsa.Ma u più chìmi vene àmente quandu pensu à Ghjuvan Petru Lucciardi ghjè chì ghjera un omu chì vulia chì ognunu travaglessi : ci vulia à cunnosce tuttu a storia di Francia è a geografia, tutti i dipartimenti, e prefetture ecc10...

14Les autorités reconnaissent son engagement pédagogique. Ainsi le 20 juillet 1921, Léon Bérard, ministre de l’Instruction publique et des Beaux-Arts, le nomme-t-il officier d’académie.

2 Le Rapport sur l’utilisation du corse dans l’enseignement du français

  • 11 Conservé dans les archives familiales et reproduit par M.-C. Querci, le texte original du Rapport p (...)

15Pendant les grandes vacances de 1923, l’épisode est bien connu, alors que sa carrière professionnelle touche à sa fin et qu’il est dirige l’école de son village natal, Jean-Pierre Lucciardi prend la plume pour répondre à une demande de l’inspecteur primaire de Calvi. Cet instituteur d’exception compose un Rapport11 sur l’intérêt à ne point exclure le corse des classes afin de consolider le bon apprentissage de la langue française. Dans son exposé, Lucciardi note la résistance de la langue corse à la pression de la norme scolaire en français et propose d’introduire dans l’apprentissage une dimension comparatiste en utilisant les interactions langagières. Ainsi, le Rapport vise-t-il à mettre en lumière fonctionnements et dysfonctionnements. Le propos de Lucciardi vise à accroître la qualité de l’enseignement en permettant une objectivation de l’acquisition des compétences en langue française. Le Rapport assure que l’activation des compétences en langue corse favorise l’apprentissage du français. Selon Lucciardi, le bilinguisme des élèves et plus largement de la société corse est marqué par la diglossie. D’une part, les écoliers étudient méthodiquement le français, s’imprègnent du vocabulaire et apprennent les règles de grammaire. D’autre part, la langue corse, langue première, sert de point d’appui à l’apprentissage du français et est entièrement tendue vers cet objectif. Le français et le corse entrent dans une relation de complémentarité qui est tout sauf réciproque puisque le corse n’est pas érigé en objet d’enseignement et encore moins en langue de scolarisation.

16En octobre 1923, Le Rapport est publié dans l’édition corse du Petit- Marseillais. Les lecteurs trouvent ainsi une contribution originale qui interpelle et invite à la réflexion l’ensemble des acteurs concernés : maîtres, parents d’élèves, curieux, intellectuels... Selon Lucciardi, la langue corse ne constitue pas une menace pour la langue française mais bien une source d’enrichissement et une aubaine pédagogique. L’instituteur-poète est conscient de la fracture linguistique qui menace la société corse. Pour les écoliers, la langue des textes qu’on leur demande d’étudier est étrangère à celle qu’ils utilisent au quotidien. Il n’est pas inutile de signaler que l’instituteur et littérateur développe cette idée comme président-fondateur de la « Sucietà di a Lingua corsa », association créée en 1922 pour assurer la défense et la promotion de la langue corse dans la société insulaire. Dans le premier numéro du bulletin de l’association, Lucciardi écrit :

  • 12 « Nous voulons espérer que cette langue sera enseignée rapidement et dans toutes nos écoles de Cors (...)

Bulemu sperà chi prestu sta lingua sarà insignata accantu a u frencese, in tutte e nostre scòle di Corsica12.

17C’est sur la base des éléments proposés par Lucciardi que Monsieur Biron, inspecteur à Bastia, jette les bases d’une enquête sur « l’utilisation du dialecte corse à l’école primaire ». Nous sommes en 1924. Toutefois, l’inspection juge inappropriée la défense du corse à l’école et rejette les innovations proposées par l’instituteur de Santo-Pietro-di-Tenda. À l’exception d’une poignée d’intellectuels, de militants régionalistes regroupés autour de la revue annuelle L’Annu Corsu, d’autonomistes rassemblés autour du journal A Muvra, la société corse de l’entredeux- guerres ne se mobilise guère pour la défense et la promotion de la langue corse sur le terrain scolaire. Les parents des milieux populaires se montrent souvent réticents devant la possibilité d’enseigner la langue du pays. Cette prudence s’explique par le fait qu’il s’agit à leurs yeux d’une langue peu utile pour l’école et trop faiblement valorisée.

18Le 14 août 1925, Anatole de Monzie, ministre de l’Instruction Publique et des Beaux-Arts, répond par circulaire à la demande de la Fédération Régionaliste Française pour proscrire de façon irrévocable l’enseignement du « patois » à l’école :

  • 13 Giroussens (1999 : 17).

Enfin j’observe qu’il n’est pas nécessaire de pratiquer le langage local pour pratiquer tous les devoirs du régionalisme, pour s’employer à la sauvegarde des chers monuments du passé, pour prendre un rôle dans cette reconstitution méthodique des histoires locales à laquelle se passionnent les régimes les plus subversifs13.

19Pour Anatole de Monzie,

l’École laïque, pas plus que l’Église concordataire, ne saurait abriter des parlers concurrents d’une langue française dont le culte jaloux n’aura jamais assez d’autels.

  • 14 Arrighi (1951 : 118).

20Par conséquent, les recommandations de Lucciardi, qualifiées d’« intelligente initiative14 » par Paul Arrighi, ne seront pas mises au banc d’essai. C’est que l’école de la Troisième République se montre pointilleuse de la place hégémonique du français :

  • 15 Encrevé (2002 : 131).

Outre l’idéal unilingue, cette école diffusera quelques solides croyances devenues ainsi, elles aussi, constitutives de l’idéologie linguistique française : qu’il n’y a de vraie langue qu’écrite et que la moindre modification de l’orthographe met en péril l’unité de la nation15.

  • 16 Ozouf (1984 : 408).

21L’idéologie linguistique française, de l’abbé Grégoire à nos jours, ignore que le plurilinguisme est la chose du monde la mieux partagée. C’est qu’en France, la langue — élevée au rang de religion d’État — conditionne l’existence de la nation. Pour les instituteurs, le fait que la francisation est un bienfait est un credo commun16. Dans son Tableau de la France publié en 1833 et réédité en 1875, ouvrage qui, soit dit au passage, ignore superbement la Corse, Michelet soutient que

  • 17 Michelet (éd. or. 1833, rééd. 1875 : 1).

L’histoire de la France commence avec la langue française. La langue est le signe principal d’une nationalité17.

22Porter atteinte au français revient à disloquer la nation et à porter atteinte à l’indivisibilité de la République.

23Comme le souligne fort justement Alain di Meglio, — qui tente un essai de relecture critique du rapport,

  • 18 Di Meglio (2003 : 514).

l’école n’ouvre alors qu’une seule brèche pour y faire entrer le dialecte : celle de servir de tremplin à l’acquisition du français18.

  • 19 « Il faut distinguer sous le terme d’intuition deux idées que les maîtres confondent parfois : la m (...)

24Il ne s’agit donc pas de réclamer un processus d’institutionnalisation de la langue corse. Les orientations de Jean-Pierre Lucciardi s’amarrent à la méthode intuitive si chère à Ferdinand Buisson19. Elles sont également proches de celles exprimées dès 1872 par Michel Bréal (1832-1915), professeur de grammaire comparée au Collège de France :

  • 20 Bréal (1872 : 24-33).

Améliorons les méthodes, éveillons l’esprit engourdi de nos petits paysans, formons le bon sens de nos enfants des villes, habituons-les tous à observer et à penser. Ce sera là, du même coup, le seul remède possible à la scission dont nous parlions tout à l’heure. [...] Il semble, d’après cela, qu’il ne puisse y avoir d’enseignement plus attrayant et plus substantiel que la leçon de grammaire française. D’où vient cependant qu’elle est la plus vide et la plus rebutante de toutes ? Si nous consultons nos souvenirs, nous nous rappellerons que la grammaire française était pour nous une source d’ennuis et de dégoûts, et si nos maîtres veulent être sincères, ils conviendront que c’est cette leçon qui, dès les premiers pas, détourne pour toujours de l’école ou décourage de tout effort sérieux une quantité de nos enfants. Deux grandes erreurs pèsent sur l’enseignement de la langue française. D’un côté on suppose que le français doit être appris par règles, comme une langue morte, et d’autre part on fait prédominer l’enseignement de la langue écrite sur celui de la langue parlée. [...] Mais à peine sont-ils assis sur les bancs de la classe, que ces avocats si diserts sont traités comme s’ils avaient le français à apprendre et comme s’ils avaient été sourds et muets jusqu’au jour de leur entrée à l’école20.

25Michel Bréal reprend et précise les contours de son propos dans un discours aux instituteurs réunis à Paris en août 1878 à l’occasion de l’Exposition universelle :

  • 21 Cité par Di Meglio (2003 : 511).

Je ne demande pas que vous enseigniez le patois à l’école. Vous continuez l’œuvre de nos grands monarques, de nos grands ministres, de Richelieu ; vous continuez l’œuvre de la Convention, vous êtes les représentants de l’unité française dans ce qu’elle a de meilleur ; mais cette œuvre d’assimilation est aujourd’hui assez avancée pour qu’on puisse faire grâce à ce qui reste de diversités régionales. Laissez donc les patois vivre à côté de l’école21.

26Plaidoyer rigoureux, persuasif et opportun, modeste et pourtant ambitieux, composé sous l’œil bienveillant de l’inspection primaire, le Rapport composé par Lucciardi avance des arguments « techniques », fruit de longues observations didactiques et d’une pratique pédagogique solide. Lucciardi veille à émailler son propos d’exemples concrets. Argument massue, le corse serait une sorte de « latin du pauvre ». Comme le souligne fort justement Pascal Marchetti,

  • 22 Marchetti (1989 : 142).

Jean-Pierre Lucciardi s’est vu placé dans une position peu confortable, dont il a cherché à faire pardonner la non-orthodoxie en multipliant les protestations appuyées de loyalisme22.

27En somme, Lucciardi se soumet de son plein gré à une sorte de test de loyauté. On perçoit la grande pression qui pèse sur les instituteurs des départements frontaliers qui doivent, plus que tous les autres, faire preuve de leur adhésion à la République. Une exception ? Tant s’en faut. À la même époque, en terre occitane, des voix s’élèvent pour réclamer un droit de cité pour les langues et les cultures locales. La référence au félibrige, association fondée en mai 1854, est constante chez Lucciardi.

28Comme le souligne Michel de Certeau :

  • 23 Certeau (de), Julia, Revel (1975 : 83).

En face d’une politique de la raison, le pluriel apparaît « criminel » ; il figure le retour du multiple, de l’historique et de l’anti-raison23.

29On sait aujourd’hui, comme le note Georges Lüdi,

  • 24 Lüdi, Py (1986 : 11).

que le locuteur-auditeur « idéal », locuteur natif d’une langue standard parlée par une communauté absolument homogène, est une construction des linguistes, utile, certes, mais sans existence réelle24.

  • 25 Cité par Certeau, Julia, Revel (1975 : 226).

30Lucciardi n’est pas seul à être confronté aux clichés de l’idéal monolingue et des mythes nationaux. Son discours parvient à se réarmer intellectuellement et à présenter des analogies intéressantes avec d’autres textes de même nature. Ainsi, il ressemble à s’y méprendre à celui que l’on trouve chez Lakanal25 et, bien plus tard, chez Bréal. Pour Lucciardi, il s’agit de faire preuve de réalisme sans jamais remettre en cause le fait que

  • 26 Buisson (1888 : 1499).

L’enseignement de la langue nationale est évidemment l’œuvre capitale de l’école primaire26.

31Le ton est donné. L’utilisation des gisements linguistiques régionaux est habilement convoquée au service de l’apprentissage de la langue nationale. Le programme ne recèle donc rien de révolutionnaire. Tout au plus, une tolérance contenue. L’époque est toujours au combat pour l’éradication de langues régionales considérées comme des entraves au progrès et à la pédagogie.

32Le problème de la langue est présent dans le dialogue qu’échangent dans la Drôme les jeunes héros de l’irremplaçable Tour de France par deux enfants :

  • 27 Cité par Barral (1998).

Pourquoi donc tous les gens de ce pays-ci ne parlent-ils pas le français ? C’est que tous n’ont pu aller à l’école. Mais dans un certain nombre d’années il n’en sera plus ainsi et par toute la France on saura parler la langue de la patrie27.

33À la lumière d’une abondante documentation, Jean-François Chanet défend dans son ouvrage L’école républicaine et les petites patries la thèse selon laquelle les instituteurs de la Troisième République ne furent pas aussi féroces et répressifs que certains le disent à l’endroit des langues et des cultures régionales. Toutefois, si la caricature du maître taraudé par le souci obsessionnel d’éliminer les « patois » ne paraît plus guère convaincante, on ne perçoit pas non plus les manifestations d’une concession trop généreuse au local. L’apprentissage limité de quelques proverbes ou de quelques airs locaux suffit-il pour conclure à une grande tolérance ? Les sources autobiographiques ainsi que les témoignages des écoliers sont également à prendre en considération. Ne sont-ils point crédibles ? S’agit-il de représentations sans fondement sur la réalité ? Par ailleurs, comme l’indique Mona Ozouf, le silence des textes officiels sur la question des langues régionales n’est pas de l’indifférence :

  • 28 Ozouf (1984 : 407).

Il est remarquable de ne trouver dans l’océan des interventions de Ferry aucune allusion à ces parlers régionaux dont l’école obligatoire et gratuite devrait théoriquement triompher, dont elle a, si on en croit aujourd’hui les champions de la revendication bretonne ou occitane, lugubrement triomphé. [...] Les silences de Ferry sur son entreprise colonisatrice — celle de l’intérieur comme celle de l’extérieur — sont, disent-ils volontiers, précisément révélateurs d’une obsession : si Ferry n’en parle jamais, c’est qu’il y pense toujours28.

34De toute évidence, il faut se garder de conclusions hâtives. Toutefois, écarter les témoignages au motif que les décrets et circulaires ne les évoquent pas revient à raisonner par l’absurde.

  • 29 Ozouf (1984 : 20-21).

Si l’école est à ce point aveugle aux singularités, c’est que leur reconnaissance menacerait son credo central, celui de l’égalité. [...] L’égalité scolaire, en réalité, était une égalité meurtrière, puisqu’elle dissimulait un génocide culturel ; une égalité mensongère, puisqu’elle véhiculait sans le dire les inégalités héritées29.

35L’attitude des militants culturels est à la suspicion et aux critiques adressées à l’école républicaine, accusée de

  • 30 Chanet (1996 : 26).

déraciner, de remplacer l’attachement élémentaire, pieux, charnel, au sol natal, par une identité nationale uniforme, abstraite, désincarnée30.

36Ces accusations émanent des rangs de la droite catholique. Par conséquent, comme le souligne J.-F. Chanet,

  • 31 Chanet (1996 : 118).

le souhait de l’adaptation des programmes au milieu était sans aucun doute partagé par Barrès et Méline comme par Jaurès et M.-T. Laurin. Mais où les premiers ne cherchaient que le moyen de maintenir l’ordre existant, les seconds espéraient promouvoir un mouvement social qui s’appuyât sur l’ouverture et l’extension de la culture populaire31.

  • 32 Rioux (2005 : 26-27).

37Cet objectif est clairement affiché par Jean Jaurès qui baigne dans un univers bilingue dès les premières années de son existence tarnaise32.

38Pour inaccoutumé qu’il soit en Corse, le parcours professionnel et intellectuel de Jean-Pierre Lucciardi n’est pas unique à l’échelle de la France. Antonin Perbosc (1861-1944) et Prosper Estieu, instituteurs languedociens, membres de la Fédération Régionaliste Française, illustrent le combat pour la défense de la langue et de la culture occitanes en cette fin du xixe siècle.

39Jean-Pierre Lucciardi fut un veilleur courageux, un pédagogue émérite et l’auteur d’une œuvre qui illumine l’intelligence et la foi.

Bibliographie

Bibliographie

Arrighi P., 1951, La vie littéraire et intellectuelle de la Corse in Villat F., Ambrosi C., Arrighi P., Guelfi J.-D. éds, Visages de la Corse. Paris : éditions des horizons de France, coll. « provinciales ».

Barral P., 1998, « Depuis quand les paysans se sentent-ils français ? », Ruralia, 1998, p. 7-21.Disponible sur : http://ruralia.revues.org/document53.html [consulté en ligne le 9 décembre 2005].

Bréal M., 1872, Quelques mots sur l’instruction publique en France. Paris : Librairie Hachette.

Cabanel P., 2002, La République du certificat d’études. Histoire et anthropologie d’un examen (xixe-xxe siècles). Paris : Belin, coll. Histoire de l’éducation.

Cellier-Gelly M., Torreilles C., Verny M. J., 2004, Entre deux langues. Bilinguisme et autobiographie. Textes commentés. Paris : Adapt éditions.

Certeau M. (de), Julia D., Revel J., 1975, Une politique de la langue. La Révolution française et les patois. Paris : Gallimard, coll. Bibliothèques des histoires.

Chanet J.-F., 1996, L’École républicaine et les petites patries. Préface de Mona Ozouf. Paris : Aubier.

Chanet J.-F., 2005, « La loi du 15 mars 1850, “du comte de Falloux aux mécomptes de François Bayrou” », Vingtième siècle, revue d’histoire, n° 87, juillet-septembre 2005, p. 21-39.

Di Meglio A., 2003, « L’avènement de l’enseignement du corse » in Fusina J., Histoire de l’école en Corse. Ajaccio : Albiana, coll. Bibliothèque d’histoire de la Corse.

Duby G. et Mandrou R., 1976, Histoire de la civilisation française, xviie-xxe s. Paris : Armand Colin.

Encrevé P., 2002, « La langue de la République », Pouvoirs, revue française d’études constitutionnelles et politiques, n° 100, Paris, Seuil, janvier 2002, p. 123-136.

Fusina J., 1994, L’enseignement du corse. Histoire, développements récents et perspectives. Ajaccio : edizione Squadra di u Finusellu.

Fusina J., 2000, « Repères pour une approche de la littérature corse », Europæa, VI-1/2. Bruxelles, Société des Européanistes, p. 5-15.

Giroussens P., 1999, « L’occitan est-il une discipline ? », Lengas, revue de sociolinguistique, n° 46, p. 7-20.

Habermas J., 2000, Après l’État-nation. Une nouvelle constellation politique. Traduit de l’allemand par Rainer Rochlitz. Paris : Fayard.

Lucciardi J.-P., 1922b, « Un prugressu », A Lingua corsa. Rivista di litteratura é di studii corsi, n° 1, 1922, p. 7.

Lüdi G. et Py B., 1986, Être bilingue. Berne : Peter Lang.

Marchetti P., 1989, La corsophonie, un idiome à la mer. Paris : Albatros.

Michelet J., éd. or. 1833, rééd.1875, Tableau de la France. Géographie physique, politique et morale. Paris : Librairie internationale A. Lacroix et Cie.

Nora P., 1984, Lavisse, instituteur national. Le « Petit Lavisse », évangile de la République in Nora P. éd, Les lieux de mémoire, I. La République. Paris : Gallimard, coll. Bibliothèque des histoires.

Ozouf J. et M., 1984, « Le Tour de France par deux enfants. Le petit livre rouge de la République » in nora p. éd, Les lieux de mémoire, I. La République. Paris, Gallimard, coll. Bibliothèque des histoires.

Ozouf M., 1984, L’école de la France. Essais sur la Révolution, l’utopie et l’enseignement. Paris, Gallimard, coll. Bibliothèque des histoires.

Porché F., 1962, « Introduction », Œuvres poétiques complètes de Charles Péguy. Paris : Gallimard, coll. Bibliothèque de la Pléiade.

Prost A., éd. or. 1968, rééd. 1983, Histoire de l’enseignement en France 1800-1967. Paris : Armand Colin.

Querci M. C., 1995, Ghjuvan Petru Lucciardi (1862-1928). Vita è Opera. Maestria di lingua è civilisazione corse, sottu à a direzzione di Ghjacumu Fusina. Memoriu di maestria in studii corsi. Corti : Università di Corsica.

Rioux J.-P., 2005, Jean Jaurès. Paris : Perrin.

Terral H., 1999, L’école de la République. Une anthologie (1878-1940) ; Textes présentés par Hervé Terral. Paris : Centre national de documentation pédagogique.

Annexes

Annexe

Rapport sur l’utilisation du corse dans l’enseignement du français33.

Monsieur l’inspecteur

Il est de bon ton de faire la guerre au corse dans les journaux de l’île. Certains de nos compatriotes croiraient se déshonorer en parlant une langue que parla leur mère et que Paoli ne dédaigna point ; d’autres — un peu moins excessifs dans leur mépris des traditions — professent je ne sais quel dédain supérieur ou distingué pour la langue du terroir. Sur les autres causes de ce dédain il y aurait bien des choses à dire... et des plus affligeantes. Mais ce serait examiner la question de haut, du point de vue moral ou social... Or, je ne veux pas oublier que vous m’avez demandé de me cantonner dans le domaine de la pédagogie, et que vous vous êtes adressé plus encore à l’instituteur qu’au régionaliste, quand vous m’avez chargé de vous fournir un rapport sur « l’utilisation de la langue corse dans l’enseignement du français ».

Je me propose donc simplement de dénombrer les inconvénients et les avantages que peut présenter, pour les enfants de nos écoles, la connaissance du corse et d’indiquer, chemin faisant, le pacte que les maîtres devraient tirer de cette connaissance.

Je reconnais que l’usage habituel de la langue indigène peut à certains égards être un obstacle à l’apprentissage du français. Il nuit légèrement à la prononciation. Toutefois notre accent, pour être un peu dur, n’est pas, vous en conviendrez, plus mauvais que l’accent des habitants du Midi de la France, ou celui des Alsaciens, des Auvergnats, voire même des gens du Nord.

Donc, de ce côté le mal n’est pas grave, mais il y a des corsicismes et Dieu sait si on en relève dans les copies de nos élèves ! formage pour fromage, moulinier pour meunier, brave pour bon, etc. ou des expressions corses traduites littéralement : il faudrait qu’il aurait, pour qu’il eût ; je me suis fumé une cigarette, pour j’ai fumé ; je lui ai mené un coup de pied, pour je lui ai donné ; j’ai travaillé pour maintenir ma famille, pour nourrir, élever ; il a le prêtre dessus, pour dire : il est à l’agonie, le prêtre lui recommande son âme à Dieu. En Corse on dit : « Hà u prete sopra ».

Ces corsicismes — dont on nous a souvent raillés, quelquefois avec esprit — doivent-ils faire condamner le parler de chez nous ?

On ne voit pas qu’ils fassent sérieusement obstacle à l’acquisition d’un français correct. Un Corse parle et écrit aussi convenablement français qu’un continental de même culture. Beaucoup d’inspecteurs primaires continentaux nous ont affirmé que les copies rédigées ici par les candidats au C.E.P. et au B.E. ne sont pas inférieures à celles du continent. Il faut donc croire que les corsicismes sont rapidement éliminés par la pratique des exercices scolaires qui relèvent de l’enseignement du français et par l’usage tant soit peu prolongé de la langue nationale. Ajoutons qu’ils disparaîtraient encore plus vite si, dans nos écoles, on avait recours, pour les corriger, à des exercices spéciaux (traduction correcte des formules qui appellent le corsicisme, réponse de vive-voix ou par écrit à des questions qui engagent l’élève à employer la tournure française, etc.)

Comment ce menu préjudice, si vite réparé, pourrait-il nous faire négliger d’entretenir les pieux sentiments, qui nous inclinent à maintenir avec un attachement filial la langue de nos ancêtres, la langue que nos mères nous ont apprise avec tant d’amour et de sollicitude quand elles nous nourrissaient du lait de leur sein ? Comment cet inconvénient, dérisoire, après tout, nous obligerait-il à fermer les yeux sur cette vérité que la langue locale a son génie propre, fait à la mesure de son esprit, en harmonie avec ses mœurs, et que l’abandonner c’est abandonner un précieux instrument de culture intellectuelle et morale que les générations antécédentes ont façonné pour nous ? Pour cette question, la leçon nous vient de haut. Il s’est trouvé des présidents du Conseil, des ministres, des parlementaires, pour proclamer la valeur du régionalisme et, particulièrement, de l’attachement à la langue de la petite patrie, et on peut résumer leurs déclarations dans cette formule familière qui a été accueillie naguère par les applaudissements des membres de la Chambre :

« L’homme a le droit de parler la langue de son “patelin”, et c’est excellent pour sa formation intellectuelle... »

Non seulement le corse ne contrarie pas, ou contrarie très peu l’enseignement du français, mais encore on doit soutenir — si paradoxal que cela paraisse d’abord — qu’il peut faciliter l’apprentissage de la langue nationale.

Le corse, comme l’italien, dérive assez directement du latin. Il peut donc dans une certaine mesure suppléer ce dernier dans l’étude du français. Tout le monde admet aujourd’hui que la connaissance du latin est indispensable à la bonne compréhension de la langue française ; la dernière réforme des études secondaires est là pour nous le prouver. Ce n’est donc pas aux Corses qui ont la bonne fortune d’avoir une langue constituant en quelque sorte un succédané de latin, qu’il faut interdire l’usage de leur langue. Nous devons, au contraire, dans l’enseignement du français, savoir nous servir et tirer parti de cet auxiliaire précieux qu’est le parler corse.

Un élève corse peut, plus facilement qu’un élève breton, normand, même parisien ou tourangeau, deviner ou découvrir la signification de certains mots nouveaux pour lui, et cela, en faisant un appel judicieux à sa connaissance du corse.

[...]

De même qu’il faut combattre l’envahissement de la langue française par l’argot, de même il faut éviter le mauvais corse.

En résumé voici comment selon nous, on pourrait se servir du corse dans nos écoles.

N’avoir que très discrètement recours au dialecte quand il est difficile d’apparenter des mots nouveaux français à des mots corses déjà connus de l’élève.

Remonter quand la chose est possible du français au corse (comme ce mot corse sera souvent un mot latin, on fera ainsi — à son insu — du latin même dans les classes élémentaires, comme le demandaient quelques félibres mais selon une autre méthode, et dans un autre but.

Pratiquer l’exercice inverse : un mot corse donné, choisir parmi ceux qui sont presque latins — il y en a plus de mille — et chercher le mot français où se reconnaît la même origine. Il serait nécessaire, dans ce cas, d’avoir un bon guide fait par un spécialiste connaissant à fond le latin et le corse.

En employant ces modestes procédés, je crois que nous ferions œuvre de bon ouvrier et que nous travaillerions à la fois pour le corse et pour la France.

Nous savons que pour certains esprits étroits — en Corse surtout — régionalisme est synonyme de séparatisme. Comme les félibres continentaux, nous faisons fi de ces malveillantes insinuations, et nous tenons à affirmer que le plus grand affront qu’on puisse faire à un Corse, c’est de l’accuser de séparatisme. Cependant, comme les autres provinces françaises, et pour les mêmes motifs, nous avons le droit de conserver, de cultiver et de répandre notre langue, et nous sommes avec le baron Desazars de Montgailhard, majoral du félibrige et capiscol de l’Escola Occitana, lorsqu’il dit :

La France est la belle enchanteresse qu’on chérit pour son existence même, avec laquelle le cœur ni ne discute ni ne compte, à laquelle il se donne tout entier parce qu’elle lui plaît plus que tout autre sur la terre. Mais dans la France chérie qui est la « patrie », il y a la France adorée qui est la « matrie » ; et cette France adorée est celle de la maison familiale, où l’on est né, du berceau où l’on a dormi enfant, du clocher qui a sonné toutes les joies et les douleurs de l’âme, de la terre qui a gardé l’empreinte de la race avec sa langue indigène et ses traditions ethniques. On ne doit pas s’étonner que nous voulions célébrer nos fêtes provinciales avec la même ferveur que nos fêtes nationales... (Discours prononcé au banquet de l’Escòla Occitana, le 2 mai à Toulouse).

C’est pourquoi, en attendant qu’une loi vienne autoriser l’enseignement de la langue corse à côté de l’enseignement du français, nous pensons qu’on pourrait déjà en tolérer ou plutôt en conseiller l’usage modéré et intelligent dans nos écoles, dans l’intérêt même de la langue française.

Pour un avenir qui ne peut plus être lointain, de plus grands espoirs encore nous sont permis. Les félibres provençaux et languedociens ont déjà obtenu des pouvoirs publics le droit d’enseigner leur langue dans les lycées de Marseille, Aix, Toulouse et Toulon ; nous autres félibres corses, nous nourrissons l’espérance que nos professeurs, nos instituteurs et nos institutrices seront un jour autorisés à enseigner la nôtre à côté du français, dans toutes nos écoles primaires, et dans tous nos établissements d’enseignement secondaire, car plus on connaît la Corse, son histoire, sa langue, ses traditions, ses mœurs et ses coutumes, c’est-à-dire plus on sera Corse, mieux on remplira ses devoirs de Français.

Notes

1 Voir Querci M. C. (1995).

2 Cité par Terral (1999 : 141).

3 Habermas (2000 : 46).

4 Peguy Charles, « L’argent », 6e Cahier de la Quinzaine, 14e série, 1913. Cité par Cellier-Gelly, Torreilles Verny (2004 : 87-88).

5 Porche (1962 : IX).

6 Prost (éd. or. 1968, rééd. 1983 : 145).

7 Nora (1984 : 357).

8 Duby, Mandrou (1976 : 252).

9 Cabanel (2002 : 11).

10 « C’était un homme extraordinaire qui nous apprenait beaucoup de choses, par exemple il fallait connaître l’histoire par cœur. En orthographe, il fallait être excellent. Et lorsque nous ne souvenions pas de quelque chose, il nous disait : “Dis-le en corse, et tu trouveras”. Il recourrait beaucoup au corse. Je suis sûr que pendant que nous travaillions à l’étude, il écrivait ses poésies, parce qu’on voyait qu’il était toujours occupé. Lorsqu’il grondait un enfant, il le faisait toujours en corse. Mais ce qui est le plus marquant lorsque je songe à Jean-Pierre Lucciardi c’est qu’il voulait que chacun de nous travaille : il fallait connaître toute l’histoire de France et la géographie, l’ensemble des départements, les préfectures etc. » Querci (1995 : 19).

11 Conservé dans les archives familiales et reproduit par M.-C. Querci, le texte original du Rapport porte la date suivante : « Santo-Pietro-di-Tenda, le 20 juillet 1923 ». Voir en annexe, p. 153.

12 « Nous voulons espérer que cette langue sera enseignée rapidement et dans toutes nos écoles de Corse avec le français ». Lucciardi (1922b : 7).

13 Giroussens (1999 : 17).

14 Arrighi (1951 : 118).

15 Encrevé (2002 : 131).

16 Ozouf (1984 : 408).

17 Michelet (éd. or. 1833, rééd. 1875 : 1).

18 Di Meglio (2003 : 514).

19 « Il faut distinguer sous le terme d’intuition deux idées que les maîtres confondent parfois : la méthode et les procédés. Les procédés sont plus généralement connus et admis que la méthode, et cependant ils ne valent que par elle. Ce qu’on appelle dans les programmes allemands exercices d’intuition, ce que les Américains ont nommé leçons de choses, ce que nous avons inauguré en France sous le nom d’enseignement par les yeux, tout ceci n’est qu’une application — la première, il est vrai, dans l’ordre des études mais aussi la moins importante — de la méthode intuitive prise au sens général. Ces divers procédés élémentaires rendent de réels services aux débuts de l’enseignement, aussi prennent-ils une extension croissante, et à Vienne, des collections nombreuses d’appareils “d’intuition” et d’images de toute sorte attestaient la faveur qui les accueille ». Buisson Ferdinand, Rapport sur l’instruction primaire à l’Exposition universelle de Vienne, en 1873, Paris, Imprimerie nationale, 1875. Cité par Terral (1999 : 63).

20 Bréal (1872 : 24-33).

21 Cité par Di Meglio (2003 : 511).

22 Marchetti (1989 : 142).

23 Certeau (de), Julia, Revel (1975 : 83).

24 Lüdi, Py (1986 : 11).

25 Cité par Certeau, Julia, Revel (1975 : 226).

26 Buisson (1888 : 1499).

27 Cité par Barral (1998).

28 Ozouf (1984 : 407).

29 Ozouf (1984 : 20-21).

30 Chanet (1996 : 26).

31 Chanet (1996 : 118).

32 Rioux (2005 : 26-27).

33 Cité in extenso par Fusina (1994 : 245-248).

Table des illustrations

Légende Figure 1. — Jean-Pierre Lucciardi
URL http://books.openedition.org/pulm/docannexe/image/898/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 519k

Auteur

Université de Corse Pasquale-Paoli

© Presses universitaires de la Méditerranée, 2007

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Volume papier

Chargement

Unavailable