Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Les nationalismes en Espagne

 | 
Francisco Campuzano Carvajal

Un État en quête de nation

Église et nationalismes sous Franco

Le sujet qui fâche

Andrée Bachoud

Texte intégral

1Dans la longue idylle qui unit Franco et l'Église, il n'est qu'un point de désaccord, l'appui discret, puis de plus en plus évident que l'Église apporte aux nationalismes, qui aboutira à une quasi rupture. Pour faire le récit de cette histoire triangulaire, il faudrait connaître dans le détail l'évolution contrastée des trois acteurs ou mieux, des trois groupes d'acteurs, Franco, le Saint-Siège et les différents nationalismes qui s'expriment dans la Péninsule, celle du contexte national et international, dans lequel ils se rencontrent. Ce n'est pas le cas. Malgré l'abondance des monographies régionales, il reste de nombreuses zones d'ombre sur certains rapprochements, voire sur les collaborations temporaires de « nationalistes » catalans et surtout basques avec le franquisme, sur la place réelle du clergé dans ces mouvements. En ce qui concerne les positions du Saint-Siège, il faudra attendre l'ouverture des archives du Vatican après les années 1923 pour en avoir une idée plus exacte.

2Faute de ces informations, on ne peut que retracer à grands traits le rôle des nationalismes dans les relations de Franco et du Saint-Siège et les enchaînements qui contribuent à leur détérioration.

L'ÉGLISE ET LA QUESTION DES NATIONALITÉS

  • 1 Traduction de P. Levillain, Dictionnaire historique de la papauté, Paris, Fayard, 1997.

3Le point de vue de Franco sur les nationalismes est connu, et il est immuable. Comme pour tout militaire espagnol depuis le début du xxe siècle, pour lui l'unité de l'Espagne ne se discute pas, au besoin elle s'impose. En revanche le Saint-Siège, comme dans beaucoup de domaines, mais plus encore dans celui de la revendication régionale, fluctue avec le temps, car il essaye en permanence de concilier ses intérêts immédiats et ses objectifs à long terme. L'Église, on le sait, avait beaucoup contribué, à travers l'édition de grammaires et la production d'écrits en langues vernaculaires, à leur conservation et à leur essor, au xixe siècle en Europe. Elle avait longtemps appuyé les mouvements centrifuges et marqué clairement son hostilité au centralisme libéral et à la toute-puissance de l'État. Dans le paragraphe 6 du Syllabus, publié en 1885, qui énonce les propositions qui constituent un « résumé des erreurs contemporaines concernant la doctrine catholique » figure en tête la proposition 39 qui condamne le tout-État : « L'État étant l'origine et la source de tous les droits jouit d'un droit qu'aucune limite ne circonscrit »1.

4C'est seulement à la fin du siècle, devant les risques de désordres provoqués par les mouvements nationalistes et révolutionnaires, dont le catholicisme risquait de faire les frais, que Léon XIII revient sur ces positions de principe. II élabore un système politique et social qui proclame le caractère organique de la société, qui affirme la nécessaire conciliation des parties constitutives du corps social, et de la légitimité du chef d'État, et de ce fait établit les principes d'une paix sociale qui met, au moins en théorie, un terme aux conflits entre pouvoir central et régions. Ces principes deviendront les fondements constitutifs du franquisme et seront constamment cités comme première référence, garants de la légitimité du régime par Franco ; ils sont la base de ce qui s'est appelé le national-catholicisme.

  • 2 M. Merle et C. de Montclos, L'Église catholique et les relations internationales, Paris, Le Centur (...)

5Un demi-siècle se passe avant que ne se renouvelle la doctrine pontificale en matière de société : en 1961 Jean XXIII avec l'Encyclique Mater et magistra amorce un changement de cap, confirmé par l'Encyclique Pacem in terris publiée en 1963, qui rompt sur le plan politique avec les conceptions de Léon XIII. A partir de Vatican II, le problème des nationalités devient central dans la doctrine du Saint-Siège, comme le démontre Marcel Merle par l'analyse des contenus des encycliques publiées entre 1961 et 1980, où il constate la fréquence de plus en plus grande des termes de « communautés », « nations, pays, peuples » ainsi que celui de « cultures ». Comme il le remarque dans un ouvrage postérieur rédigé en collaboration avec Christine de Montclos : « L'État n'a pas pour autant disparu de la scène. Mais sa légitimité se trouve désormais, semble-t-il, conditionnée par sa capacité de représenter les peuples et les nations dont l'identité doit être, à tout prix, sauvegardée »2.

6L'Église adopte donc à partir de cette période une position médiane : elle revient à son soutien initial aux nationalismes, et recule sur son affirmation de la légitimité du pouvoir établi voulue par Léon XIII, sans mettre en cause pour autant le pouvoir de l'État. Elle s'inscrit ainsi dans la trajectoire adoptée depuis la fin de la seconde guerre mondiale, où elle a entrepris de réhabiliter son image et admis les vertus de la démocratie et du libéralisme politique. Elle répond ainsi aux attentes de ses fidèles qui vivent leur catholicisme de manière engagée et militante et essaye de s'adapter aux évolutions de son temps, pour maintenir et étendre la pratique de la religion catholique, quelles que soient les circonstances politiques qu'elle doive affronter. Son action, inscrite dans la longue durée, va à l'inverse de celle des hommes politiques, par la nature des choses limitée au temps court ou, dans le meilleur des cas, à la moyenne durée. De cette différence de perspectives découlent les illusions suivies de grands désenchantements, comme l'éprouve le moment venu Franco.

LA REPRISE EN MAIN DES DISSIDENCES NATIONALISTES

  • 3 Voir A. Bachoud, Franco, Paris, Fayard, 1997.
  • 4 Leur nombre varie suivant les documents consultés.
  • 5 R. García Villoslada, La iglesia en la España contemporánea, Madrid, Biblioteca de Autores Cristia (...)
  • 6 J. Sánchez Erauzkin, « Caracterización del nacional-catolicismo en las provincias vascongadas del (...)

7Franco, durant la guerre civile et après la victoire avait eu toutes les raisons de croire qu'il avait avec le Saint-Siège une communauté d'objectifs à peu près totale. La politique anticléricale de la seconde République avait conduit le pape à accorder un soutien inconditionnel à la rébellion des militaires. Les circonstances internationales avaient fait par ailleurs qu'une fois la victoire de Franco assurée, l'Espagne demeurait avec le Portugal de Salazar durant quelques années le seul terrain d'influence du Saint-Siège en Europe3. Pour ces raisons et du fait de la participation des Basques et des Catalans à la guerre civile dans « le mauvais camp », Pie XII laisse Franco opérer sa reprise en main dans les anciennes communautés autonomes sans protestation. Les 14 ou 18 ecclésiastiques4 exécutés dans le Pays Basque par les forces nationalistes pèsent assez peu face aux quelque huit mille prêtres exécutés par les républicains. De ce fait l'Église espagnole elle-même garde en face de ces représailles un silence prudent : « [Elle] devait payer d'une certaine manière au vainqueur un tribut de gratitude pour l'avoir sauvée »5. Il ne semble pas non plus que l'exil et la détention après la victoire de Franco de près d'un millier de prêtres et de religieux basques, l'exil par exemple de l'évêque de Vitoria Múgica, coupable, après avoir condamné les exécutions de prêtres espagnols par les républicains, d'avoir osé dénoncer celle des prêtres basques par les forces franquistes, posent de problèmes majeurs dans l'alliance qui se noue entre le régime de Franco et le Saint-Siège. Le régime peut alors compter en Catalogne, et encore davantage dans le clergé basque, sur une réserve de religieux traditionalistes et surtout carlistes tout à fait disposés à servir le « national-catholicisme » qui légitimise le régime, à participer à l'épuration d'un clergé trop proche des revendications nationalistes, et à mettre en place des ecclésiastiques, ardents zélateurs d'une « Vasconia españolísima » qui confond dans une même ferveur les signes et les mythes de caractère hispanique et basque comme les Vierges de Begoña, Aranzazu, Estibaliz, etc6.

8Le cas de la hiérarchie catalane est différent. Bien que certains prélats aient dû fuir, dès le début de la guerre, d'éventuelles représailles de la CNT, leur implication dans la défense d'un catalanisme culturel, c'est-à-dire dans la préservation de la langue, des usages, et des cultures catalanes, a protégé, lors de la guerre civile, nombre de prêtres qui ont dû la vie sauve aux appuis dont ils ont pu bénéficier au sein du gouvernement de la Generalitat ; ils ont ainsi pu quitter la Catalogne pendant la guerre et se réfugier en Italie, en France ou en Andorre. Ainsi le cardinal Vidal i Barraquer, arrêté par la CNT, déféré à Barcelone, sera libéré grâce à l'intervention d'un membre de la Generalitat, puis conduit, en même temps que les évêques de Tortosa et de Gerona, en Italie. Son exemple est significatif du rapport de force qui s'établit entre Franco et Pie XII : il ne pourra jamais revenir en Espagne car Franco ne lui pardonnera jamais de ne pas avoir signé la lettre pastorale collective des évêques en 1937 et d'avoir sauvé sa vie grâce à ses convictions catalanistes ; il condamnera donc Vidal i Barraquer à l'exil jusqu'à la fin de ses jours.

9Les interventions de Pie XII, obstiné à réclamer son retour au point de laisser son siège vacant jusqu'à sa mort, n'y feront rien. C'est, pour autant qu'on puisse en juger, la seule résistance du Saint-Siège à l'offensive de Franco contre les nationalismes. Pendant la guerre mondiale, et même au-delà, Franco a les moyens d'imposer son point de vue.

10Hostile à toute transaction avec les nationalistes, au nom de l'unité de l'Espagne, il se hâtera d'interdire, avant même la fin de la guerre civile, les langues et les drapeaux des communautés autonomes créées par la république. Prêt à toutes les concessions envers l'Église et le Saint-Siège, le seul point sur lequel il ne transigera pas est la présence en Espagne de prélats trop proches des nationalistes. C'est là sans doute une des raisons principales des efforts qu'il déploie pour parvenir à la signature d'un concordat avec le Saint-Siège, puis plus tard pour le maintenir en vigueur. Il a besoin pour isoler les nationalistes d'avoir un droit de regard sur la désignation des évêques. II lui faut une hiérarchie qui lui soit acquise, disposée à réprimer au besoin un petit clergé trop attentif aux revendications régionales. Comme on le sait, il ferraillera sur ce thème jusqu'à ce qu'il obtienne satisfaction.

11Cela se fera en deux temps. Son principal objectif, le contrôle des nominations dans la haute prélature, est atteint avec la signature d'une convention le 7 juin 1941, qui accorde au Gouvernement espagnol dans le cas d'une vacance dans les fonctions d'évêque ou d'archevêque, le droit de proposer une liste d'au moins six personnes sur laquelle le Saint-Père choisira trois noms qu'il soumettra au chef de l'État qui, à son tour, désignera l'impétrant. Pour le reste, cette Convention maintient les principales dispositions du Concordat de 1851 (le caractère catholique de l'Espagne et une certaine impunité du clergé), en attendant la signature d'un nouveau Concordat. A cette date, une bonne entente avec un pays catholique, qui maintient des relations avec l'Allemagne et l'Italie fascistes engagés dans une dynamique de la victoire, peut se révéler d'une grande utilité pour le Saint-Siège. La Convention de 1941 présente aussi l'intérêt de maintenir l'Espagne dans l'orbite catholique et d'éviter qu'elle ne s'engage de trop dans la mouvance fasciste comme certains membres du gouvernement le souhaiteraient. Son texte est infiniment avantageux pour Franco. Son seul engagement vis-à-vis de l'Église est de ne pas légiférer sur « les sujets qui intéresseraient de quelque manière l'Église » sans l'accord préalable du Saint-Siège (article 10).

12La signature du Concordat en 1953 reprend l'esprit de la Convention de 1941, et en particulier le droit de présentation des évêques accordé au gouvernement espagnol, mais elle est surtout très avantageuse pour l'Église espagnole qui dispose de droits et de privilèges dans tous les domaines de la vie économique et politique.

13Malgré cela, cette signature est la dernière très grande concession du Saint-Siège à Franco, car, avec le temps, les données de la vie politique internationale et donc les situations respectives de chacun des acteurs ont changé. Après la victoire des Alliés, Franco est dénoncé unanimement par les opinions publiques des pays démocratiques et communistes qui obtiennent son exclusion des grandes organisations internationales, Pie XII, quant à lui, se voit reprocher sa passivité face aux crimes nazis, ainsi que celle de son prédécesseur, et il se trouve contraint de reconstruire l'image, l'unité de l'Église et son influence.

LA MÉSENTENTE S'INSTALLE

  • 7 L'activité des Basques est particulièrement soutenue par Marc Sangnier et par la Ligue internation (...)
  • 8 En 1950 se constitue à Paris un Institut catalan d'art et de culture, dont le Bureau est également (...)

14Il n'en va pas de même des partis nationalistes. Leur martyr et leur exil ont ému les opinions publiques européennes et leur ont donné une audience internationale, d'autant qu'ils continuent à être persécutés à l'intérieur des frontières. Dès la fin de la guerre civile, ils ont pris de l'avance ; conscients que la guerre européenne était imminente, ils ont préparé leurs luttes aux côtés des démocrates. Leur participation dans les rangs de la Résistance, la présence à Londres dès 1940 d'un Conseil national de Catalogne, la participation des Basques et des Catalans à l'Union européenne des fédéralistes, leur position européenne constamment affirmée dans tous les organismes internationaux et surtout leur vitalité culturelle et politique leur ont valu la sympathie des forces démocratiques. Guernica est devenu le symbole de la destruction du Pays Basque, et au-delà de tout un peuple grâce au pinceau de Picasso, dont on rappelle volontiers qu'il est catalan. De fait, à l'extérieur de l'Espagne les causes basque et catalane s'identifient très vite avec l'antifranquisme et mobilisent une grande partie des intellectuels démocrates occidentaux, dont beaucoup de catholiques émus par le sort d'une population basque traditionnellement catholique7 ou par la grande vitalité culturelle catalane8.

  • 9 V. Enrique y Tarancón, Confesiones, Madrid, PPC, p. 75.

15Ces mobilisations, qui se traduisent du côté basque et catalan par une production abondante de journaux, de revues (plus d'une quarantaine de titres) et de manifestations culturelles contrastent avec le silence auquel les condamne le régime de Franco, sans pour autant éradiquer l'usage des langues vernaculaires qui se maintient dans les foyers, dans certaines publications clandestines et surtout dans des hauts-lieux de la tradition religieuse et culturelle comme l'abbaye de Montserrat (« le réduit de la culture et de l'esprit »9 de la Catalogne) ou le diocèse de Vitoria.

16Le Saint-Siège ne peut pas ignorer dans les années 50 les aspirations de ses clercs dans deux territoires importants à différents égards, ni leur résistance respectée et soutenue par de nombreux catholiques européens. Son entente avec le régime, reconduite avec la signature en 1953 du Concordat, deux ans après les grèves générales de Barcelone, de la Biscaye et de Guipuzcoa, perçues avec sympathie hors frontières comme le réveil attendu et légitime de la Catalogne et du Pays Basque, est désapprouvée à l'intérieur et à l'extérieur de l'Espagne et largement critiquée malgré les bénéfices évidents qu'en tire l'Église. En France surtout on s'inquiète dans les milieux intellectuels catholiques et à l'intérieur de I'épiscopat de cette alliance qui ne correspond pas à l'adhésion de Pie XII aux principes démocratiques, ni à son engagement dans la défense des droits de l'homme proclamés au soir de Noël 1944. Ainsi en 1956, Monseigneur Villot, en tant que secrétaire de l'épiscopat français, suscite une réunion avec l'épiscopat espagnol pour l'interroger et le mettre en cause sur les raisons d'une alliance aussi étroite et pour l'inciter à plus de distance. C'est le début d'un dialogue avec les épiscopats étrangers qui permet aux prélats espagnols de sortir d'une problématique par trop nationale et de se placer dans l'optique plus large d'une réflexion sur les missions de l'Église.

17Les raisons de cette mise en garde contre une politique de collaboration avec le régime ne concernent pas seulement la répression des mouvements nationalistes qui s'expriment avec une vigueur renouvelée, mais une misère qui contraste avec l'émergence de ce qui sera appelé le « miracle économique » des années 60, cause première d'un malaise interne qui va aller en s'aggravant et qui se traduit par des mouvements de protestation principalement dans le Pays Basque et en Catalogne, pour une série de raisons où s'entremêlent divers facteurs, leur plus grande richesse industrielle, leur pratique ancienne de l'activité syndicale et du militantisme, la persistance et la résurrection de la revendication nationaliste.

18Quels que soient les objectifs de ces combats, leur caractéristique est la forte participation de catholiques, plus exactement de ceux qui s'engagent au nom de leur catholicisme, y compris de membres du clergé. Acción católica, association de séculiers, dont le Concordat de 1953 reconnaît qu'elle a la possibilité d'exercer librement son apostolat sous la direction de la hiérarchie ecclésiastique, ce qui lui donne plus de latitude d'expression que les partis toujours interdits, est la plus turbulente. Elle s'engage dans un militantisme social, à partir d'organisations qui jouent un rôle déterminant, jusque dans les années 70, las Hermandades obreras de acción católica (la HOAC), la JEC, très active lors des mouvements de 56 pour obtenir le droit de se syndiquer librement dans les universités ainsi que la JOC, Jeunesse ouvrière catholique. Leur militantisme les rapproche de groupes clandestins d'obédience marxiste mais aussi des nationalistes basques et catalans qui ont pour défendre leur cause l'appui de plus en plus affiché du clergé local. Tous dénoncent l'absence de liberté qui entrave toute activité politique ou économique.

19Ces mouvements, qui contestent le fonctionnement et les structures du régime franquiste, mettent en cause la place qu'y occupe le haut clergé, les privilèges dont il jouit. L'irruption de l'ETA en 1959 dans le panorama politique, ses méthodes inspirées de la guérilla urbaine, accélèrent le processus de conscientisation politique des opposants au régime et leur détermination ; elle a pour conséquence première la mobilisation des petits clergés locaux, et de là des ruptures marquées au sein de la hiérarchie catholique puis encore, avec le temps, la rupture partielle entre le haut clergé et le régime, dans un mouvement qui ne cesse de s'élargir.

20Le Concile Vatican II vient à point nommé pour fournir une légitimité supérieure aux aspirations de nouvelles générations, en particulier les nouvelles générations nationalistes qui n'ont pas connu la guerre civile et expriment leur désir de changement.

21Jean XXIII, en effet, convaincu des dangers d'une dépendance trop étroite des Églises nationales du pouvoir politique, souhaite d'une manière générale que les évêques représentent exclusivement des intérêts spirituels et religieux ; il s'applique, dès son élection en 1958, et ses projets seront repris et amplifiés par Paul VI, à changer la relation Église-État, en particulier en Espagne. Franco vieillit et l'après-franquisme préoccupe ; le Saint-Siège redoute qu'une trop longue alliance avec le régime éloigne de la religion une population traditionnellement catholique et il essaye de peser pour que l'Église joue un rôle positif dans l'instauration des libertés qu'il souhaite pour l'Espagne. Entre le début du Concile et la mort de Franco se joue donc la fin d'un national-catholicisme voulue par le Saint-Siège, dans un contexte de tensions fortes.

22Les efforts de Jean XXIII puis de Paul VI portent principalement sur la résiliation du droit de présentation des évêques établi depuis 1941. Devant la résistance de Franco et de son entourage qui crient à l'ingratitude, ils opèrent eux-mêmes par touches énergiques des modifications qui vont dans le sens souhaité : mise en place de personnalités acquises aux idées de Vatican II : le nonce apostolique Luigi Dadaglio, le cardinal Vicente y Tarancón, qui, catalan, a une bonne compréhension des revendications des minorités. Le Saint-Siège l'impose comme Primat de Tolède puis comme administrateur provisoire de la Conférence épiscopale, il multiplie les désignations d'évêques auxiliaires qui échappent au droit de présentation, et surtout il décide le passage à la retraite des évêques atteints par la limite d'âge. L'accord entre le Saint-Siège et le ministre de la Justice chargé de l'application du droit des évêques devenant de plus en plus difficile, de nombreux diocèses restent sans titulaires. Cette politique a des effets immédiatement perceptibles en Espagne, parce qu'elle prive Franco de sa vieille garde de prélats fidèles, et la remplace par des hommes beaucoup plus attentifs aux attentes de la population espagnole.

23Reproduits en application du Concordat dans une presse espagnole toujours très contrôlée, les débats de Vatican II, qui cherchent à introduire à tous les niveaux de la vie religieuse la concertation, débordent sur la sphère du politique, et s'avèrent stimulants pour les militants catholiques. Ils libèrent aussi la parole d'ecclésiastiques qui de plus en plus, forts de la caution du Saint-Siège, n'hésitent plus à émettre des jugements négatifs sur la politique économique ou sociale de Franco, critiquent le régime, et manifestent leur solidarité avec ses opposants, dont beaucoup de Basques, qui, depuis l'ETA, en déclenchant le cycle action-répression, sont parvenus à mobiliser les défenseurs des droits de l'homme à l'extérieur de la Péninsule, et de plus en plus à l'intérieur.

24La condamnation des sévices policiers par le clergé catholique, leur compréhension des revendications des opposants suscitent une profonde incompréhension dans les hautes sphères du régime et le déstabilisent. Car le mouvement fait très vite tache d'huile. En mai 1959, à la suite d'un voyage à Barcelone du Caudillo salué lors d'un Concert au Palacio de la Música par l'hymne catalan, et des répressions qui avaient suivi, l'abbé de Montserrat, Aurelio Maria Escarré avait témoigné son indignation en refusant de se rendre à une invitation de Franco, et en lui envoyant un message où « il regrettait que les arrestations et les tortures aient constitué une espèce de triste épilogue au séjour de S. E ». Il sera démis de ses fonctions lorsqu'il fera des déclarations très critiques sur le régime au Monde en novembre 1963. Mais ces représailles s'exercent de manière discontinue ; le régime, toujours fondamentalement hostile à toute revendication identitaire, ne parvient pas, dans une période où l'Église lui donne son appui et où il aspire à s'intégrer à la vie politique internationale, à trouver, entre la répression et le laissez-faire, la réponse appropriée aux différentes oppositions qui s'expriment. Cette attitude facilite d'une certaine manière l'expression de solidarités toujours renouvelées.

25À partir de 1964, les Catalans et les Basques célèbrent publiquement, les uns l'Aberri-Eguna ou jour de la patrie, les autres leur fête nationale, avec l'appui d'un nombre croissant d'ecclésiastiques, qui n'hésitent plus à condamner les pratiques qui touchent aussi certains de leurs congénères. Car, alors qu'auparavant les prêtres jouissaient d'impunité ou étaient déférés devant des juges ecclésiastiques, désormais le régime, lâché ou se considérant lâché par une partie du clergé, tend, comme avec les bénédictins de Sarria, à leur imposer de lourdes amendes, et à arrêter et envoyer les prêtres en prison, parfois pour des peines qui atteignent quinze ans.

DU PROCÈS DE BURGOS À L'AFFAIRE AÑOVEROS

  • 10 R. García-Villoslada, Historia de la iglesia en España, p. 694.

26Ainsi l'ETA, par des attentats toujours plus spectaculaires, gagne-t-il progressivement le concours du petit clergé qui entre parfois en conflit avec sa hiérarchie comme il le fait en août 68 en occupant l'évêché de Bilbao, trop proche du régime à son gré ou, quelques mois plus tard, le séminaire de Derio. La même année, quelques centaines de prêtres basques et catalans renoncent publiquement aux émoluments que leur alloue l'État pour marquer leur éloignement. Les réactions trop vives du régime à ces provocations et, en particulier, la multiplication des détentions de prêtres provoquent des solidarités au sommet de la hiérarchie. Monseigneur Cirarda, ancien évêque de Santander, nouvel administrateur apostolique de Bilbao s'oppose publiquement aux poursuites contre son clergé, condamne la répression10 et se refuse à dire la messe en l'honneur de Franco en visite officielle à Bilbao. II interviendra de nouveau en lisant dans toutes les églises une lettre conjointement rédigée par l'évêque de Saint-Sébastien, Monseigneur Argaya, pour condamner la répression et demander la clémence.

27En fait, le procès de Burgos le démontre largement, l'ETA gagne la bataille de l'opinion publique. En peu d'années, le front du refus du régime dépasse le territoire espagnol.

28On se souvient des circonstances du procès : en 1970, seize jeunes gens, dont deux prêtres, sont accusés de terrorisme et déférés devant un tribunal militaire ; six d'entre eux sont condamnés à mort. Au tribunal en séance publique, ils déclarèrent avoir été torturés. Deux jours après, accusés et public se lèvent pour chanter ensemble le chant nationaliste basque. Partout éclatent des grèves générales et des manifestations ; l'intervention des évêques basques et une manifestation de grande envergure au Monastère de Montserrat où trois cents intellectuels de renom se réunirent quelque temps en guise de protestation, les pétitions publiques de la Conférence Épiscopale espagnole, appuyée par les archevêques de Munich et de Caracas, et par le pape Paul VI montrent l'ampleur du fossé qui sépare tout un courant du catholicisme du régime. Elles font surtout apparaître à quel point les forces qui le soutenaient sont déchirées de l'intérieur, et déboussolées devant cet après-franquisme imminent dont elles perçoivent mal les contours. Jamais, le Mouvement, l'église, ni l'armée, les trois piliers traditionnels du régime, n'avaient étalé de telles divergences d'objectifs, ni ne s'étaient séparés aussi publiquement.

  • 11 E. González Duro, Franco, p. 384.

29L'amnistie accordée aux condamnés à mort n'y fera rien. Après le procès de Burgos, le terrorisme continue, et avec lui, le cycle violence-répression, protestation générale où les prêtres jouent un rôle moteur. Le processus lancé est irréversible. Lorsqu'il assume la présidence de la Conférence épiscopale, dans son discours d'intronisation en septembre 1971, le cardinal Enrique y Tarancón ne croit pas trahir la pensée de Paul VI, mais la servir en demandant rien moins que l'abolition des tribunaux spéciaux, la protection contre les tortures physiques et morales, les libertés syndicales, la reconnaissance des minorités ethniques et culturelles. Enfin et surtout il gomme tout un passé de collaboration d'une phrase définitive : « Nous reconnaissons humblement et nous demandons pardon parce que nous n'avons pas su le moment opportun être les véritables ministres d'une réconciliation dans le camp divisé d'une guerre entre frères »11.

30Si la hiérarchie ecclésiastique se désolidarise en grande partie de ces propos, en revanche Enrique Tarancón est suivi et même précédé par les prêtres basques et catalans. L'époque est venue où les manifestations d'opposition au régime s'entretiennent et se nourrissent mutuellement : la solidarité des clergés locaux avec les militants nationalistes contribue à renforcer la détermination du pape. Sa détermination libère l'expression de sympathies qui n'osaient pas se manifester.

31C'est encore l'ETA qui avec l'assassinat de Carrero Blanco fait avancer les choses, à deux titres, parce qu'avec la mort de l'amiral, il élimine l'inspirateur et le successeur du franquisme et parce qu'il écarte un chef de gouvernement conscient de la nécessité de maintenir, quoi qu'il en coûte, de bonnes relations avec l'Église.

32En perdant son sang-froid, son successeur, Arias Navarro crée les conditions d'une rupture définitive avec le Saint-Siège. Poussé par les Bunkers, il commet la maladresse de prendre des sanctions spectaculaires contre l'évêque de Bilbao, Monseigneur Añoveros qui, le 23 février 1974, avait adressé, de sa propre initiative, aux prêtres de son diocèse une homélie en faveur du respect de l'identité des Basques, et de l'adoption « d'une organisation sociopolitique qui protège et développe leur juste liberté et leur personnalité collective ».

33Arias Navarro, peut-être pour montrer sa capacité d'allier réformes et détermination face au terrorisme basque et aux écarts verbaux de la hiérarchie catholique, prend des sanctions, sans consultation préalable apparente d'aucune autorité religieuse, ni, semble-t-il, de Franco. Il ordonne que l'évêque soit consigné á son propre domicile, puis qu'il quitte l'Espagne pour ne plus y revenir. Añoveros, appuyé par la Conférence épiscopale et le Vatican, refuse de s'en aller à moins d'être expulsé par la force et demande l'excommunication du Président du gouvernement. Jamais, malgré les mesures répressives qui avaient été prises á l'encontre de certains ecclésiastiques, aucun gouvernement n'était allé si loin vis-à-vis d'un prélat, jamais la hiérarchie catholique espagnole n'avait franchi ces limites dans sa riposte. Arias Navarro commet une seconde erreur, il choisit d'exposer le différend sur la place publique et donc d'alimenter des passions déjà vives.

34Même si autorités politiques et religieuses cherchent et trouvent une voie de conciliation, car il est de l'intérêt du gouvernement et de l'Église catholique de préserver l'avenir, tout est joué. La collaboration ancienne entre régime et Saint-Siège est désormais impossible, de même que le renouvellement du Concordat de 1953. L'appui que le nationalisme basque a reçu de l'Église, la persécution qu'il a partagée avec elle, le rôle qu'il a joué dans la détérioration du régime, lui ont assuré une légitimité que nul ne pourra après la disparition du régime mettre en cause, et ils ont du même coup garanti la légitimité de toutes les revendications identitaires à venir.

Notes

1 Traduction de P. Levillain, Dictionnaire historique de la papauté, Paris, Fayard, 1997.

2 M. Merle et C. de Montclos, L'Église catholique et les relations internationales, Paris, Le Centurion, 1988, p. 78.

3 Voir A. Bachoud, Franco, Paris, Fayard, 1997.

4 Leur nombre varie suivant les documents consultés.

5 R. García Villoslada, La iglesia en la España contemporánea, Madrid, Biblioteca de Autores Cristianos, 1979, pp. 380-381.

6 J. Sánchez Erauzkin, « Caracterización del nacional-catolicismo en las provincias vascongadas del primer franquismo (1939-1945) », dans J. Tusell, S. Sueiro, J. M. Marín, M. Casanova, El régimen de Franco, Madrid, la UNED, 1993, pp. 117-120.

7 L'activité des Basques est particulièrement soutenue par Marc Sangnier et par la Ligue internationale des amis des Basques créée en 1938, présidée par François Mauriac et animée par Jacques Maritan, Philippe Serre, Pierre-Henri Teitgen. Cf. G. Dreyfus, L'exil des républicains espagnols en France, Paris, Albin Michel, 1999, pp. 91 et 326.

8 En 1950 se constitue à Paris un Institut catalan d'art et de culture, dont le Bureau est également composé de nombreux intellectuels catholiques. Ibid., p. 325.

9 V. Enrique y Tarancón, Confesiones, Madrid, PPC, p. 75.

10 R. García-Villoslada, Historia de la iglesia en España, p. 694.

11 E. González Duro, Franco, p. 384.

Auteur

Université Paris VII

© Presses universitaires de la Méditerranée, 2002

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Volume papier

Chargement

Unavailable