Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Les nationalismes en Espagne

 | 
Francisco Campuzano Carvajal

Un État en quête de nation

La question nationale et l'armée en Espagne au cours des xixe et xxe siècles

Pilar Martínez-Vasseur

Texte intégral

1Voici concentrée dans ce titre « La question nationale et l'armée en Espagne au cours des xixe et xxe siècles », une problématique qui ne se terminera malheureusement pas en Espagne avec le siècle.

2Elle a pris cependant des visages différents selon que l'armée était au pouvoir (1923, 1936) ou en marge de celui-ci (1875, 1931, 1976). Sans oublier les trois années de Guerre civile (1936-1939) où la question des nationalismes se trouva à l'origine du sanglant conflit.

3Afin de mieux cerner les rapports toujours difficiles entre l'institution militaire et les mouvements nationalistes nous nous proposons de réaliser un parcours initiatique à travers leurs discours sans oublier d'aborder les causes et les conséquences de ce qui est devenu plus qu'un malentendu, une profonde blessure.

L'INTROUVABLE ÉTAT : DE L'ÈRE DES PRONUNCIAMIENTOS À LA NAISSANCE DES NATIONALISMES

  • 1 Carlos Rama, La crisis española del S. XX, Madrid, Fondo de Cultura Económica, 1976, pp. 20-24.
  • 2 Gerald Brenan, Le labyrinthe espagnol, Préface à la l e édition, Paris, Ruedo Ibérico, 1962, p. XI
  • 3 Gonzalo Anes, El Antiguo Régimen, Madrid, Alianza, 1975, 511 p.

4L'historien Carlos Rama, après Elisée Reclus, a montré comment les particularités nationales semblent inscrites dans la géographie de l'Espagne. Espace compartimenté, barrières montagneuses, ensembles naturels bien distincts, ont entraîné des difficultés de communication notoires et rendu l'unité difficile1. Ainsi l'individualité géographique semble conduire à un principe de fédération ou, comme l'écrit Gerald Brenan, la carte politique de l'Espagne a été largement déterminée par la géographie2. A cela s'ajoutent les héritages de l'histoire lors de la longue période de la Reconquista (du viiie au xve siècles) épisode fondateur de l'Espagne moderne. Déjà s'y trouvent mêlés les particularismes régionaux, les tentatives unitaires de l'État et le rôle de l'armée. La formation de l'Espagne par une politique autoritaire castillane se poursuit par la négation des libertés régionales par Charles Quint et Philippe II. Au cours du xviiie siècle, l'institution militaire subissait une profonde transformation qui allait en faire une organisation nationale et permanente. Les Forces armées devinrent la structure administrative la plus efficace de l'époque, ce qui va renforcer le développement d'un « pouvoir militaire » autonome3. Or ce fut dans ce siècle que la première tentative d'uniformisation de l'Espagne va se produire avec l'avènement de Philippe V, premier Bourbon sur le trône de l'Espagne, mais ni les Habsbourg, pas plus que les Bourbons, ne réussiront à « faire l'Espagne ».

  • 4 ur la typologie des pronunciamientos en Espagne l’ouvrage de Miguel Alonso Ba-quer est indispensab (...)

5C'est au xixe siècle que les militaires vont devenir la composante essentielle du jeu politique. C'est l'ère des pronunciamientos4 alors que s'affirme la faiblesse de l'institution militaire, en tant qu'institution de Défense.

6Cette faiblesse répond notamment à deux types de raisons : d'abord elle est liée de façon étroite à la faiblesse de l'État, dont elle dépend et au service duquel elle se trouve. L'armée en tant qu'instrument de l'État subit les conséquences de la carence ou des insuffisances du pouvoir étatique. Mais, aussi, l'isolement international dans lequel vit l'État et la société espagnole à partir du premier tiers du xixe siècle va entraîner le repli des Forces armées vers l'intérieur du pays, en hypertrophiant la fonction politique au détriment de la fonction de défense contre les ennemis extérieurs.

  • 5 Julio Busquets, El militar de carrera en España, Barcelona, Ariel, 1971, p. 47.

7Dès la fin de la guerre dite d'Indépendance, l'armée espagnole va être protagoniste de tous les changements institutionnels importants qui vont avoir lieu dans le pays. Il n'est pas surprenant, pense le sociologue espagnol Julio Busquets, que l'institution qui a le monopole de la force et de la violence organisée, impose sa volonté dans un pays désorganisé5. La faiblesse et la corruption du pouvoir civil, livré à des camarillas et aux caciques, à un moment où, dans ce début du xixe siècle, l'aristocratie avait amorcé sa crise et où la bourgeoisie n'était pas encore en condition de la remplacer, étaient tels qu'il n'est pas étonnant qu'à ce moment historique de vide du pouvoir civil soit apparue une suprématie militaire, établie comme une sorte de pont générationnel et historique entre la prépondérance aristocratique du XVIIIe et la prépondérance bourgeoise de la fin du xixe siècle.

8Cette capacité d'arbitrage de l'armée ne procède pas seulement de la faiblesse des autres éléments du corps politique. Elle relève aussi de facteurs propres, qui expliquent la propension des officiers à intervenir dans l'arène politique, dans une direction qui tend au début vers le libéralisme. La guérilla menée de 1808 à 1813 contre les troupes françaises ébranle fortement la hiérarchie traditionnelle de l'armée espagnole. L'indépendance de fait et les responsabilités considérables que les jeunes officiers roturiers, parfois sortis du rang, acquièrent pendant ces années leur permettent d'accéder pour la première fois à des grades élevés et de jouir d'un prestige sans commune mesure avec celui dont bénéficiaient les militaires de l'Ancien Régime. Les généraux de trente-cinq ans deviennent nombreux pendant la première moitié du xixe siècle. Ils sont de plus populaires ; notamment parce qu'ils représentent l'avant-garde du peuple depuis l'ouverture de l'Académie militaire aux plébéiens, opérée en 1811.

9L'ère des pronunciamientos doit donc son nom à l'intervention constante de ces militaires dans la vie politique de l'Espagne au cours de la période qui va de 1814 à 1874.

  • 6 Nous suivons les études, entre autres, de J. Busquets, El militar de carrera en España, p. 48. S. (...)

10Le règne des monarques aussi bien que les gouvernements naissent et prennent fin de leur fait pendant ces soixante années, et les grandes réformes libérales sont également le fruit d'initiatives martiales. En effet, l'armée agit durant cette longue période comme fer de lance de la lutte contre les secteurs les plus réactionnaires et cléricaux de la société nationale. Déjà pénétrés par la franc-maçonnerie depuis la fin du xviiie siècle, certains éléments importants du corps des officiers deviennent franchement anticléricaux et progressistes entre 1820 et 1860. Les politiciens civils de tendance libérale ne sont, au début, que les prête-noms des militaires dont ils dépendent pour leur accession et leur permanence au pouvoir. Et ils ne commencent à s'émanciper qu'après 1850, au moment où le corps des officiers vire lui-même vers le conservatisme et se soucie de garantir un ordre social plus stable. Ce qui explique que si, sur 43 pronunciamientos dénombrés de 1814 à 1874, 28 sont de tendance libérale ou progressiste et 15 seulement de tendance absolutiste, conservatrice ou indéfinie, la proportion des interventions militaires conservatrices croît cependant avec le temps, au point de devenir presque la règle dans le troisième quart du siècle dernier. Il faut signaler au passage que de ces 43 pronunciamientos, seulement 11 débouchent sur un changement de gouvernement, ce qui reste symptomatique de la capacité d'arbitrage de l'armée6.

  • 7 Pierre Vilar, Histoire de l’Espagne, Paris, P.U.F., Que sais-je ?, n° 275, p. 58.

11Pierre Vilar situe entre 1868 et 1873 le vrai tournant du changement idéologique de cette institution : « devant la volonté révolutionnaire du peuple, l'idéologie nouvelle des intellectuels, les mouvements à caractère fédéral, l'armée se trouve de plus en plus rejetée vers 'l'ordre' : ordre moral, ordre social, défense de l'unité nationale »7. Les officiers espagnols découvrent que ces intérêts rejoignent ceux des classes dirigeantes dont ils procèdent le plus souvent.

  • 8 Benito Pérez Galdós, Episodios Nacionales, T. I., Madrid, Aguilar, 1967, p. 976.

12Une dernière conséquence de la guerre d'Indépendance qu'il faut souligner, car importante pour l'avenir, sera qu'elle va servir d'école d'apprentissage aux caudillos : « c'est là que les Espagnols passèrent maîtres, écrit le romancier Benito Pérez Galdós, dans l'art pour certains incompréhensible d'improviser des armées et de dominer une contrée pendant un temps plus ou moins long ; ils s'initièrent à la science de l'insurrection et les merveilles d'alors, conclut l'écrivain, nous les avons pleurées ensuite avec des larmes de sang »8. Caudillos progressistes dans la première moitié du siècle, conservateurs par la suite ; dans les deux cas, une idée est de plus en plus enracinée chez ces officiers : « ils peuvent et ils se doivent de sauver le pays ». Espartero d'abord, Narváez ensuite régissent le destin de l'Espagne jusqu'en 1868. Ensuite les généraux ne parviendront pas à consolider une monarchie constitutionnelle d'abord, une république ensuite et lorsque la dynastie des Bourbons est restaurée après un nouveau coup d'État en 1875 on peut dire que cette restauration marque le terme de l'ère des pronunciamientos sans déboucher pour autant sur un État libéral homologue de ceux des pays voisins. Car, au moment même où cette velléité se dessine, l'unité du pays se trouve remise en cause par l'émergence des régionalismes issus d'une sorte de transmutation du carlisme.

GUERRES COLONIALES ET NATIONALISMES : DES VASES COMMUNICANTS

  • 9 Guy Hermet, L’Espagne au xxe siècle, Paris, P.U.F., 1986, p. 49.

13Au cours du xixe siècle, les modalités sociales, économiques, culturelles et politiques de la relation toujours difficile entre le centre castillan de l'Espagne et sa périphérie maritime enregistrent un véritable retournement. Longtemps, l'hégémonie militaire, politique et administrative que la Castille avait exercée sur l'ensemble du pays s'était faite sur des régions dont les niveaux de développement matériel demeuraient sensiblement comparables, et où le castillan reléguait peu à peu les langues locales au rang de patois abandonnés aux paysans9. Pendant la seconde moitié du xixe siècle, les périphéries catalane et basque viennent concentrer la plus grande partie de la richesse nouvelle de l'Espagne. Alors que le pouvoir politique demeure castillan, le pouvoir économique réside désormais au Pays Basque, aux Asturies, en Catalogne et au Levant. La modernisation économique de ces régions contraste de plus en plus avec le retard d'une zone centrale qui prétend pourtant incarner toujours l'essence nationale. De plus, cette modernisation revêt des dimensions sociales et culturelles. La société castillane au sens large, en y incluant celle de l'Andalousie, reste dans sa plus grande partie traditionnelle, formée essentiellement par une masse de paysans sans terre et secondairement d'une mince couche urbaine, appartenant à la petite classe moyenne qui exerce de petits métiers ou qui dépend d'emplois publics précaires. Enfin la catégorie numériquement infime des grands bourgeois ou des aristocrates dont la fortune demeure terrienne pour l'essentiel. À l'inverse, le Pays Basque et la Catalogne voient naître des sociétés nouvelles : le prolétariat urbain s'y développe, ainsi qu'une strate moderne de grands entrepreneurs industriels ou financiers et une classe moyenne urbaine ou rurale dotée de ressources autonomes, pour qui l'État castillan représente un obstacle coûteux à l'initiative privée plutôt qu'un pourvoyeur de prébendes administratives.

  • 10 Cité par Gerald Brenan, Le labyrinthe espagnol, p. 23.
  • 11 Gouvernement autonome de la Catalogne.

14« Nous devons suer et peiner pour faire vivre dix mille parasites dans les bureaux du gouvernement à Madrid » disent les Catalans. Ils font remarquer que, bien que la population catalane ne représente que le huitième de celle de toute l'Espagne, elle paie un quart des impôts, alors qu'un dixième seulement du budget global revient à la province10. Ces plaintes étaient, à peu de chose près, celles que formulaient leurs ancêtres en 1640, ou la Generalitat11 dans l'actualité.

15Dans ce contexte modifié, les Catalans et les Basques retrouvent un sens accru de leur particularisme, déjà bafoué au xviiie siècle et malmené à nouveau pendant les guerres carlistes au xixe (1833-1876). En même temps la fierté de la langue renaît dans ces deux régions. Elle véhicule avec elle une autre façon de penser, des cultures qui s'éloignent de plus en plus de la matrice nationale et dont l'inspiration devient, dans le cas du catalan, plus européenne et moderniste qu'ibérique et traditionaliste. Cette redécouverte linguistique, donc, ne fait que léser le symbole le plus manifeste de l'unité espagnole qui est la langue. Ces particularismes se manifestent de façon sensiblement différente en Catalogne et au Pays Basque.

  • 12 Entre 1833 et 1901 il y eut, sur 902 ministres et chefs de gouvernement, 24 Catalans, in Albert Ba (...)

16Le particularisme catalan, au niveau politique, s'exprima très peu pendant tout le xviiie car ce siècle correspondit, c'est significatif, à une période de prospérité et de croissance pour la région ; elle s'industrialisait à un rythme rapide et ses échanges, en particulier avec les colonies espagnoles d'Amérique, ne cessaient d'augmenter. Mais tout allait changer au xixe siècle avec la perte des premières colonies américaines qui obligea les industriels catalans à se concentrer sur le marché de Cuba, Porto Rico et des Philippines. Ce siècle est en effet marqué par le conflit entre protectionnistes catalans (rejoints par les industriels basques) et libres-échangistes de Castille ou d'Andalousie au pouvoir à Madrid, exportateurs de blé, de laine, importateurs de produits manufacturés et de produits de luxe. Il ne fallait plus, en effet, aux yeux des Catalans que la classe des oligarques et des bureaucrates madrilènes puisse continuer de mener à sa perte leur région, la plus industrialisée de la Péninsule, en gouvernant à l'encontre de leurs intérêts économiques : c'est pourquoi, pendant les trente dernières années du xixe siècle, les hommes politiques catalans tentèrent à plusieurs reprises de participer au pouvoir de Madrid, de s'introduire au sein de l'État pour gouverner et entraîner les Espagnols dans le sillage de la Catalogne. En 1873, par exemple, le président du gouvernement et deux ministres furent catalans, et c'est un Catalan, Pi i Margall, qui rédigea un premier projet de constitution, fédéraliste, pour la nouvelle République, la première. Leur but était alors de transformer l'État espagnol, de desserrer les liens entre le centre et les régions périphériques, mais certainement pas de les rompre. Ces efforts furent pourtant déçus car le centralisme de la monarchie et le sentiment anti-catalaniste dominant à Madrid freinèrent cette intégration à l'État12.

  • 13 Rafael Sánchez Mantero, Manual de Historia de España (S. XIX), Madrid, Historia 16, 1990, p. 340.

17Le nationalisme basque, lui aussi, est apparu dans un contexte économique d'expansion mais dont les conséquences sociales n'iront pas sans poser problème à la région. L'industrialisation rapide de la Biscaye (et dans une moindre mesure, plus tardivement, de Guipuzcoa) provoqua une immigration massive de travailleurs de toute l'Espagne, beaucoup plus importante en nombre que pour la Catalogne car il s'agissait d'industries qui avaient besoin d'une main d'œuvre nombreuse. Entre 1840 et 1910, la population de Biscaye fut multipliée par trois et celle de la ville de Bilbao, par exemple, passa de 15 000 habitants en 1875 à 100 000 habitants en 190013.

  • 14 Le rapatriement des capitaux des colonies américaines donnera lieu à la création des premières ban (...)

18Le mouvement nationaliste naît en partie comme une réaction à cette « invasion » et à la toute puissance des grands industriels : il n'a rien à voir de ce fait avec celui des classes dirigeantes catalanes frustrées de pouvoir, mais est au contraire l'expression des secteurs marginalisés de la société basque, milieux bascophones, notables ruraux appauvris, classes moyennes urbaines, petits patrons concurrencés par la grande bourgeoisie des affaires14. Il apparaît comme un phénomène de rejet vis-à-vis d'une société en pleine évolution par une population dépossédée de son devenir et traduit un désir de repli sur soi.

19La perte en 1898 des dernières colonies américaines, Cuba, Porto Rico et les Philippines va signifier pour ces deux régions, les plus développées de l'Espagne, la perte d'un important marché que celui de la Péninsule n'était pas en condition de remplacer. La lecture que Basques et Catalans feront du « Désastre », comme on l'appelle dans l'historiographie espagnole, est bien celle-ci : « L'État espagnol est incapable de gouverner et l'armée incompétente pour conserver ce qui restait de l'Empire ».

  • 15 Pierre Vilar, La Catalogne dans l’Espagne moderne, vol. I, Paris, Flammarion, 1977, p. 67.

20La grande bourgeoisie catalane, jusque-là très conservatrice et attentiste, se radicalisa et en 1901 fut créée la Lliga Regionalista, parti réunissant des propriétaires terriens, moyenne bourgeoisie urbaine, jeunes politiciens, etc. La Lliga réclamait l'autonomie de la Catalogne, mais dans des termes nouveaux qui traduisaient une radicalisation de plus en plus importante. C'est en effet à cette époque que se diffusa, en particulier au travers de l'œuvre et des discours d'Enric Prat de la Riba, leader de la Lliga, théoricien du nationalisme, l'idée que la Catalogne était une nation à part entière, et qu'en vertu de son histoire, de la cohésion de son peuple, elle avait le droit, naturel, de disposer d'un État. « L'échec de l'Espagne, écrit Pierre Vilar, redora l'image de l'impérialisme médiéval catalan. Une bourgeoisie, parce qu'elle aspire à l'État, inspire à la région le rêve de devenir nation »15.

  • 16 E. Prat de la Riba, in Histoire de la Catalogne, Toulouse, Privat, 1982, p. 460.

21Or, jusque-là, la nation avait toujours été espagnole. Les Catalans furent accusés de séparatisme : pourtant leurs objectifs n'avaient pas changé : il s'agissait toujours de transformer l'État espagnol, mais Prat de la Riba pensait qu'avant de s'y atteler les Catalans devaient opérer un retour sur eux-mêmes et affirmer une conscience nationale qui leur donnerait l'élan nécessaire pour promouvoir cette œuvre de régénération de l'Espagne qui passait par le développement des pouvoirs régionaux et l'épanouissement des diverses nationalités de la péninsule. Les Catalans n'étaient donc pas séparatistes, ils se pensaient aptes au contraire à « partir à la conquête de l'Espagne », et « l'établissement de l'autonomie et du fédéralisme, conception de gouvernement propre à la race catalane [était] la formule naturelle de cette conquête pacifique »16. La Catalogne ne pouvait, de leur point de vue, se suffire à elle-même et leurs prétentions politiques étaient à la mesure de leurs ambitions économiques.

  • 17 Sur les origines du peuple basque il y a une très importante bibliographie. En français on pourrai (...)
  • 18 A la fin de la première guerre carliste.
  • 19 Sabino Arana, ¿ Qué somos ? Obras Completas. Buenos Aires, Editorial Sabindiar, Batza, 1965, pp. 6 (...)

22Le nationalisme basque, dès ses origines, se présente de façon fort différente. La conscience du peuple basque se forgea à partir de l'originalité de leur langue, de leur histoire qui devait la conservation de ses traditions au rejet des conquérants étrangers17. A la fin du xixe siècle, Sabino Arana, personnage mystique et charismatique, définit la nation basque dans ses écrits et ses prises de parole : son existence, écrit-il, repose sur la perpétuation de la race basque, « la plus libre du monde », et de sa langue, ainsi que sur l'existence de lois, les fueros, et de traditions de gouvernement supérieurs à celles des Espagnols, plus démocratiques que celles de n'importe quel régime libéral. D'après lui les quatre provinces basques étaient indépendantes avant 183918 et le peuple basque pouvait légitimement, en tant que nation, aspirer à retrouver cette indépendance. En outre, celle-ci était présentée comme le seul moyen de sauvegarder l'existence même du peuple basque, peuple chrétien entre tous, face à la décadence irréligieuse des libéraux et des ouvriers socialistes qui « envahissaient » le pays. Les textes de Sabino Arana se voulaient être l'outil qui approfondirait le fossé séparant les Basques des Espagnols, ils appellent à une rupture radicale avec tout ce qui représente l'Espagne, considérée comme le pays des conquérants et des envahisseurs19.

  • 20 Référence à l’ouvrage du philosophe espagnol Ortega y Gasset España invertebrada, Madrid, Austral, (...)

23Si avant 1928 l'Espagne, pour les Catalans, était la Nation et la Catalogne la Patrie, après cette date se produit un important saut qualitatif et l'on proclame à Barcelone : « l'Espagne est l'État et la Catalogne la Nation ». Si à cela s'ajoute le rejet que le nationalisme basque, à travers le P.N.V. (Parti Nationaliste Basque), fait de l'Espagne et des Espagnols dans des termes de plus en plus violents, les conditions à « l'invertébration » de l'Espagne semblent réunies20.

L'ARMÉE À LA RECHERCHE D'UN NOUVEL ENNEMI

24Les révoltes des décennies antérieures étaient, finalement, restées isolées par manque d'organisation et de conscience de classe, mais, à partir de 1868 et surtout en Catalogne et en Andalousie, les organisations ouvrières vont fleurir et proliférer et la lutte ouvrière devient alors plus consciente et organisée. D'autres problèmes vont se greffer à celui-ci, tels que la recrudescence des mouvements nationalistes au Pays Basque et en Catalogne comme nous venons de le voir.

  • 21 Canalejas, Premier Ministre à l’époque, formula ainsi le rôle de l’armée dans un discours au Centr (...)

25Pour faire face à ces difficultés croissantes, malgré les déclarations de principe entendues aux Cortes sur « l'apolitisme de l'armée », la Monarchie, le gouvernement et les députés aussi bien libéraux que conservateurs ne vont trouver qu'une solution : « l'intervention de l'armée dans des moments de grave danger pour le pays », mais ces moments critiques n'auront lieu, d'après Canalejas, que quand l'ordre est menacé par la subversion21.

  • 22 Samuel Finer, The Man on Horseback: The role of the military in Politics, Harmonds-worth, revised (...)

26Le régime de la Restauration (1875-1923) voulait une armée docile au pouvoir civil, instruite à la prussienne et efficace surtout dans la paix car, pour ce qui était des guerres, les défaites de 1898 avaient prouvé une fois de plus les carences de l'Institution. Le travail des gouvernements d'Alphonse XII, de la Régence et plus tard d'Alphonse XIII, dans les Académies et Ecoles militaires sera considérable pour essayer d'inculquer ces principes aux nouveaux élèves officiers. Le professeur américain Finer dresse le tableau suivant de l'armée espagnole de cette période : « il ne s'agit pas d'une force opérationnelle mais d'une machine bureaucratique, elle ne recherche pas l'expansion ou la puissance extérieure mais l'unité et l'ordre. Son idéal, poursuit Finer, est celui d'une Espagne hors du temps, centralisée, hiérarchisée, castillane et catholique ; mais il pourrait être aussi défini partiellement à partir de ce qu'elle hait : le syndicalisme, le socialisme, le séparatisme catalan et basque et même... l'intelligence. Par ailleurs, moyen traditionnel de mobilité sociale dans une société rigidement stratifiée, elle attire des hommes médiocres qui cherchent à faire carrière ; quand ils n'y réussissent pas, ils ont recours à des moyens exceptionnels. Traditionnellement aussi, l'armée —au moins depuis la Restauration— est la force de police de l'oligarchie dominante. Ainsi la neutralité militaire mélange brutalement le nationalisme (la Hispanidad), la haine de classe et le carriérisme individuel »22.

27La plupart de ces traits que le politologue présente afin de décrire l'armée espagnole depuis 1875, pourraient être repris par bon nombre d'historiens espagnols (Vicens Vives, Tuñón de Lara, Bastarreche, Cardona, Busquets,...).

28Le régime de la Restauration essaiera d'écarter l'institution militaire du pouvoir, le plus possible, tout en sachant que le nouveau régime ne pouvait durer que dans la mesure où il conserverait l'appui des principaux groupes de pression établis dans le pays.

29On ne peut pas ne pas faire référence, parmi les facteurs qui vont conditionner l'idéologie de l'armée espagnole et son attitude envers les nationalismes pendant le xxe siècle, aux importantes prérogatives juridico-politiques qui lui seront accordées par le Régime. L'origine de cette législation, qui fera de l'institution militaire une institution à part au sein de l'État, ce fut bien la crispation qui existait en Catalogne depuis 1898 entre les mouvements catalanistes et l'armée.

  • 23 Julio Busquets, El militar de carrera en España, pp. 213-214, et Fernando Fernández Bastarreche, E (...)
  • 24 Ces campagnes sont redevenues assez agressives également depuis 1980 et notamment contre le Présid (...)
  • 25 Sur ce que l’on a appelé le Fuero militaire cf. Daniel R. Headrick, Ejército y politica en España  (...)

30La garnison de Barcelone restait la plus importante après celle de Madrid, en ce début du siècle. Or les officiers se sentaient mal à l'aise, eux qui étaient pour la plupart d'origine castillane, andalouse ou aragonaise23, dans une région dont ils ne connaissaient pas la langue et où le catalanisme politique se développait de plus en plus au point de triompher dans les élections municipales de 1905. Pour ces officiers les mouvements nationalistes furent rapidement assimilés à ceux qu'ils avaient considérés autrefois comme les mouvements séparatistes en Amérique latine ou aux Philippines. La presse ajoutera un degré supplémentaire à cette tension. La presse madrilène, tout d'abord, qui dans sa quasi totalité, se montrait hostile au catalanisme, mais surtout le journal ABC dont les campagnes contre la Catalogne, et ce depuis sa naissance en 1905, influenceront de façon décisive l'anticatalanisme de l'opinion publique madrilène24. Ensuite, en Catalogne, cette tension ne fera que s'accroître lorsque le journal satirique catalan Cu-Cut publie un dessin comparant la défaite des militaires à Cuba avec la victoire des catalanistes aux élections. Le soir même trois cents officiers en uniforme saccageaient les rédactions du Cu-Cut et du journal de la Lliga, La Veu de Calalunya. La presse militaire, ainsi que différentes garnisons de la Péninsule (Madrid, Saragosse) vont créer des commissions de soutien et faire pression sur le gouvernement pour qu'il présente un projet de Loi qui transfère à la juridiction militaire les délits de Presse « contre la Patrie et l'Armée », mais également les libertés d'expression et de réunion25. Cette loi, dite de Juridictions ou aussi « Loi de répression des délits contre la Patrie et l'Armée » (1906), sera l'antécédent des lois d'exception que les dictatures de Primo de Rivera (1923-1930) et du général Franco (1936-1975) adopteront par la suite.

31Cette loi entraînera des conséquences néfastes dans la presse et l'opinion publique en général contre le corps des officiers : l'isolement, tout d'abord, par rapport à la société espagnole de l'époque, le corporatisme ensuite, la suspicion des militaires envers les civils, surtout ouvriers et intellectuels, et enfin l'assimilation, dans les textes et dans la réalité, de la Patrie avec l'armée.

  • 26 José Ortega y Gasset, España invertebrada, Madrid, 1re édition, 1921, pp. 74-75.

32Le philosophe Ortega y Gasset dans son ouvrage Espagne invertébrée souligne à ce propos que « le groupe des militaires se présente enfermé dans des compartiments étanches, isolés, dénationalisés, sans liens avec le reste de la société (...) sa périphérie générale se fit de moins en moins perméable à l'ambiance de la société qui l'entourait (...). C'est alors, poursuit Ortega y Gasset, que l'armée commence à vivre avec ses idées propres, ses buts, ses sentiments, en autarcie, sans rien assimiler de milieux influents, sans échanges. Elle s'éclipse, se referme sur elle-même, cultivant les germes de son particularisme et se croyant, de ce fait [être] seule et constituant un tout »26.

33Isolement, corporatisme, mais la Loi de 1906 sera à l'origine surtout de l'affrontement direct entre l'armée et les nationalismes périphériques. Par ce biais, elle deviendra juge et partie d'un conflit où l'on débattait le sens même du concept de « Nation espagnole ». C'est à partir de ce moment-là que l'institution militaire s'érige en seul défenseur et unique interprète de ce qu'elle considère comme la véritable essence de la Nation et de la Patrie espagnoles. Par ce biais, l'armée devient de facto l'ennemie déclarée de tous les nationalismes qui, par le seul fait de l'être, mettaient en cause le fondement même de « la Nation ».

34Lutte coloniale, lutte contre l'ennemi intérieur, voilà les deux missions qui allaient être confiées à l'armée par le régime le moins militaire de tout le XIXe espagnol.

35L'échec outre-Atlantique, cependant, n'avait pas détourné la classe politique espagnole de son ambition coloniale et le Maroc était une question dont on débattait beaucoup dans le pays. Comme depuis la Conférence de Madrid, en 1880, il avait été établi que les problèmes marocains ne pouvaient être résolus sans l'intervention des puissances intéressées, on mena là une politique du provisoire. Celle-ci mit à jour la désaffection du peuple espagnol pour un problème qui ne le touchait pas, à ce moment-là, tellement la situation intérieure le préoccupait. L'action de l'Espagne aurait dû, par la suite, s'inspirer de ce climat.

36Mais il fallait trouver un autre champ d'action à l'institution militaire et le protectorat allait servir de débouché professionnel pour une partie de l'armée engourdie qui ressentait la nostalgie des guerres passées et se berçait des pronunciamientos successifs, avec ses généraux plus ou moins désœuvrés. Elle reprit sa vitalité, ressentit des excitations nouvelles, se remplit d'espérances pour l'avenir de sa carrière et se sentit enfin l'ultime dépositaire du nationalisme espagnol conquérant.

37Pourtant, la guerre de 1859-1860, engagée par O'Donnell, avait montré les obstacles considérables que risquait de rencontrer l'armée dans sa lutte contre les montagnards du Rif. Toutefois le terrain est proche, facile à atteindre. La situation internationale est devenue favorable à un accord entre Paris et Madrid. Dès 1904 un premier projet de partage est mis sur pied. L'affaire pourtant se complique. Les militaires espagnols se heurtent au cours des opérations à une vive résistance ; ils subissent un échec sensible dans le lieu-dit du Barranco del Lobo.

38Le gouvernement espagnol décide, d'envoyer des renforts, qu'il lève parmi les jeunes recrues de Barcelone. Cette entreprise rencontrera une grande opposition dans les milieux ouvriers. Echaudé par l'exemple des guerres antillaises, appuyé par les résolutions anticolonialistes adoptées par l'Internationale Ouvrière Socialiste, le P.S.O.E. (Parti Socialiste Ouvrier Espagnol) appelle à la grève générale en Catalogne pour s'opposer au départ des troupes. D'anticolonialiste, le mouvement devient par la suite brutalement anticlérical.

  • 27 Jacques Maurice, Carlos Serrano, L’Espagne au xxe siècle, Paris, Hachette, 1922, p. 11.

39Comme l'écrivent Jacques Maurice et Carlos Serrano : « 1909 suppose une étonnante conjonction, où se mêlent des protestations de divers type, ouvrière, pacifiste, anti-coloniale, anticléricale et catalaniste. A partir de cette date, essentiellement, la question de l'armée et de la guerre coloniale, celle de la place de l'Église dans la société et les problèmes nationalistes seront au centre de tous les débats politiques et pèseront de façon déterminante dans l'évolution de l'histoire espagnole du xxe siècle »27.

40Ces événements seront vécus de façon très intense à l'Académie militaire de Tolède, où Francisco Franco, 16 ans à l'époque, terminait sa deuxième année d'études. Ils vont susciter chez les jeunes cadets l'envie de s'incorporer immédiatement aux Forces qui sont en train de se battre. En même temps la lecture que la plupart des professeurs de l'Académie faisait de cette dite « Semaine Tragique de Barcelone » négligeait, bien entendu, la défaite coloniale subie par l'armée. Il s'agissait pour eux, essentiellement, d'une révolution à connotation antimilitariste, anticléricale et séparatiste. Ces commentaires influenceront sans aucun doute la perception que ces élèves auront de la vie politique ; élèves qui, deux ans après, deviendront officiers de l'armée espagnole.

41En 1911, sur les rives du Kert, une commission topographique de l'État est attaquée et cinq soldats de l'escorte sont tués par des Kabyles appelés désormais « rebelles ». Les événements du Kert et les opérations punitives et de ratissage qui leur succèdent vont inaugurer l'étape ultime et la plus féroce de la guerre d'Afrique.

42Le sous-lieutenant Franco passe l'année 1911 dans l'inaction forcée de son régiment à El Ferrol, sa ville natale. C'est une année où les divisions provoquées par le Maroc prennent un tour plus aigu et deviennent plus difficiles à concilier. 1911 se passe donc sous le signe d'un protectorat dans l'inquiétude, comme un cancer apparemment inguérissable.

  • 28 Corps qui correspondait aux tirailleurs indigènes de l’armée française.

43Tandis qu'une partie des Espagnols réclame impérieusement le retrait définitif des troupes, les professionnels de la guerre, les africanistes, exigent l'occupation totale du Rif. C'est dans ce contexte que Franco arrive à sa première destination au Maroc : Tifasar. Il a vingt ans. En 1913 il rejoint le corps de Regulares28. Après une grave blessure (1916) et un court séjour dans la Péninsule, aux Asturies (1917), Franco s'incorpora en 1920 à la Légion (inspirée des traditions de la Légion Étrangère française). Elle est commandée par le lieutenant-colonel Millán Astray. C'est au sein de cette armée professionnelle et coloniale que se formeront nombre des cadres militaires qui vont participer au soulèvement militaire de 1936. Cependant, cette professionnalisation de l'armée coloniale a tardé à donner ses fruits sur le plan de l'efficacité militaire. L'impréparation, l'aventurisme de certains officiers supérieurs vont même conduire à un nouveau désastre. En 1921 une opération mal coordonnée par le commandement espagnol coûtera encore au pays plus de 10 000 morts. L'Espagne entière se réveilla de son nouveau rêve impérial en apprenant la nouvelle de ce massacre à Annual. On cherche les « responsables ». L'État-major, bien sûr, est visé ; par-delà, le roi lui-même est mis en cause. L'armée rejette le poids de cette humiliation sur le gouvernement et les députés, quand ceux-ci caressent à l'inverse le dessein de soumettre ses chefs à une enquête.

  • 29 Francisco Franco, Diario de una bandera, Madrid, Fueyo, 1922, 292 p. Préface à la 1re édition de M (...)

44C'est un an après, en 1922, que le commandant Franco, lors de son séjour à la Légion, écrit son premier Journal qu'il intitule Diario de una bandera (Journal d'une Compagnie). Il s'agit de la chronique des événements qui ont eu lieu au Maroc entre 1920 et le mois de mai 192229.

45Alors que les correspondants de guerre, les écrivains et les hommes politiques présentaient la guerre au Maroc comme une action pénible au service d'objectifs inutiles et peu honorables, alors qu'en Espagne (aux Cortes et au Sénat) la campagne demandant l'établissement des responsabilités au sujet d'Annual progressait, Franco, lui, dans ce premier ouvrage, insistait sur l'importance que la guerre d'Afrique avait pour l'armée et il y exposait ce qui devait être une saga de l'héroïsme et du courage de la Légion. À propos du désastre d'Annual, il rappelle la responsabilité de la classe politique comme ce fut le cas, il le pense, en 1898. D'autres mises en cause suivront dans des articles et écrits publiés plus tard.

46Pour l'heure, force est de constater que ces crises coloniales ne créent pas une situation nouvelle. Elles servent seulement de révélateur et d'accélérateur au mouvement de désagrégation qui atteint le système de la Restauration depuis le début du xxe siècle. Franco et les africanistes, malgré la distance qui les sépare de la Péninsule, sont des observateurs attentifs. De ce Régime d'apparence démocratique reste la domination oligarchique, appuyée sur l'Église et sur une armée qui s'est constituée au fil des ans en défenseur de l'ordre contre la révolution sociale et en défenseur de l'unité nationale contre les Forces de désagrégation nationalistes.

  • 30 Mancomunitat : Statut de pré-autonomie accordée à la Catalogne par le gouvernement Dato en 1913-19 (...)
  • 31 Parti indépendantiste et partisan de la lutte armée jusqu’à ce que son fondateur choisisse en 1931 (...)
  • 32 Jaume Rossinyol, Le problème national catalan, Paris, Mouton, 1974, p. 522.
  • 33 Salvador Madariaga, España, Buenos Aires, Editorial Sudamericana, 1964, p. 175.
  • 34 La Publicitat, 14 mai 1932.

47Le général Miguel Primo de Rivera s'empare du pouvoir par un pronunciamiento classique en septembre 1923. Pour ce faire, il utilise intelligemment la question catalane. En effet, capitaine-général de la région militaire de Catalogne, il bénéficie du soutien politique et financier des dirigeants catalans. Ceux-ci l'ont « choisi » pour être l'exécuteur d'un régime parlementaire impuissant. Ainsi, les idées politiques très particulières de Primo de Rivera font qu'il n'a pas bonne réputation dans l'armée. Pourtant, c'est lui qui, le 13 septembre, et de Barcelone, se prononce pour sauver le pays des « politiciens professionnels ». Les garnisons de Bilbao, de Saragosse et de Catalogne sont les seules à le suivre. L'action décisive du Roi l'amène ensuite à constituer un gouvernement. Celui-ci est d'abord relativement modéré et les élites catalanes, mais aussi les catholiques basques, s'accommodent assez bien d'un directoire militaire qui se montre sévère avec les séparatistes exaltés. L'armée, quant à elle, retrouve une partie de son prestige perdu au Maroc. Mais assez vite, oubliant sa connivence des débuts avec Barcelone, Primo de Rivera commet des maladresses. Dès septembre 1923 un décret relatif à « la défense de l'unité nationale » condamne « le sentiment, la propagande et l'action séparatistes ». Mais surtout, pour satisfaire le sentiment nationaliste de l'armée, il interdit la langue, le drapeau et l'hymne catalans, puis dissout la Mancomunitat en 192430. Le divorce est ainsi consommé entre le général et ses anciens soutiens. Il doit aussi faire face en 1926 à la tentative de coup d'État du colonel Maciá, leader du parti Estat Catalá, fondé en 192231, qui veut proclamer l'indépendance des provinces catalanes. Les années qui suivent voient le nationalisme s'installer dans tous les domaines. Toutes les revendications d'autonomie régionale sont assimilées à des tentatives séparatistes intolérables. La « mansuétude dictatoriale », selon l'expression de Jaume Rossinyol, est de bien courte durée vis à vis des Catalans et des Basques32. Cette politique entraîne un renforcement de la conscience nationale du peuple catalan. Comme le souligne Salvador de Madariaga, « sa mesquine persécution des manifestations les plus inoffensives de la vie catalane (folklore, danse, langue) aboutit à l'effet contraire de celui recherché »33. Primo de Rivera a donc essayé de supprimer le problème des nationalités et en 1927 il affirme lui-même y avoir réussi en ces termes : « Je me félicite d'avoir définitivement, et pour toujours, extirpé les racines du malfaisant catalanisme du sol espagnol »34. Pourtant cette question lui survivra longtemps encore.

  • 35 Francisco Franco, Diario de Alhucemas, in Papeles de la Guerra de Marruecos, Madrid, Azor, 1986, p (...)

48C'est en 1925 que l'on verra pour la première fois apparaître dans les écrits de Franco une allusion au nationalisme catalan. Il s'agit de son Journal d'Alhucemas, nouvelle chronique de guerre, plus courte que la précédente (29 pages), et se déroulant dans la période comprise entre septembre et décembre 1925. Sous prétexte de rendre hommage à un de ses officiers morts au combat, officier d'origine catalane, le colonel Franco écrit : « Ce chef, plein d'enthousiasme et d'amour de l'Espagne, possédait un courage exemplaire. Né à Barcelone il vécut ces jours amers pendant lesquels un régionalisme apparent masquait l'absurde campagne du séparatisme suicidaire. Son serein bon sens l'amena au Maroc, désireux de montrer aux siens jusqu'où allait son amour de la Patrie (...) et soucieux de lui offrir le noble geste d'un sacrifice héroïque »35.

49L'auteur fustige avec violence le catalanisme qu'il présente comme un « régionalisme » dont les déviances donnent lieu à ce qu'il qualifie de « séparatisme suicidaire ». On peut d'ores et déjà constater dans ces propos écrits par Franco, dès 1925, une première approche du traitement qui sera donné pendant son régime à la question des nationalismes. Si l'on acceptait un régionalisme qui aurait montré uniquement les particularités folkloriques, écartant toute allusion à la langue ou au passé de ces régions, on interdira, on réprimera violemment toute autre manifestation de ce qui sera qualifié dès 1936, à nouveau comme « séparatisme ».

  • 36 Francisco Franco, Diario de Alhucemas, p. 217.

50Dans ce deuxième ouvrage, Franco propose une première version des deux Espagnes qui s'affronteront quelques années plus tard : d'un côté le séparatisme, de l'autre le patriotisme. Quant aux nationalistes avec leurs « déviances » ils seront opposés aux exploits de ceux qu'il considère comme les représentants de « l'esprit de la race » : l'armée d'Afrique36.

DE L'ESPOIR À LA FRACTURE IRRÉMÉDIABLE

  • 37 Notamment notre Thèse dirigée par Maurice Duverger et soutenue à Paris I Sorbonne en 1983. Pour la (...)

51Après l'épisode de Primo de Rivera et la chute de la dictature, la Seconde République naît en 1931. Le pacte de Saint-Sébastien prévoyait de donner satisfaction aux revendications régionalistes qui se développaient aussi en Galice et en Andalousie. Ce pacte avait alors énergiquement été combattu par la dictature comme une atteinte à la monarchie et à l'unité de l'Espagne. L'armée bien sûr l'avait également dénoncé. Pourtant, le 14 avril 1931, alors que la République est proclamée à Madrid, Maciá proclame à Barcelone la République catalane, partie intégrante de la Fédération ibérique. Face à cette double proclamation, l'armée ne bouge pas et tolère la chute de la monarchie et la rupture de l'unité. C'est la question de l'élaboration des statuts d'autonomie des régions, associée à la réforme de l'armée qui fait que celle-ci, peu à peu, se défie de ce nouveau régime. Nous avons déjà vu, dans nos travaux précédents37, comment Azaña conçoit le rôle et l'organisation d'une armée espagnole moins importante et moins impliquée dans la vie politique. Quant aux problèmes des statuts régionaux ils sont liés à la Constitution. Avant même que celle-ci ne soit élaborée définitivement, la Catalogne et le Pays Basque préparent des statuts d'autonomie qui devaient être approuvés par leurs populations. La constitution du 9 décembre 1931, en rejetant le fédéralisme et la théorie de l'État unitaire, permet finalement la régionalisation. Un système assez flou de répartition des compétences et d'organisation des pouvoirs régionaux se met en place qui préfigure assez l'actuel. Difficilement, car les oppositions à ces changements ne manquent pas. En 1932 le général Sanjurjo tente un soulèvement militaire pour protester contre la reconnaissance par les Cortes du droit à l'autonomie de la Catalogne. Sanjurjo se prononce pour la défense de la Monarchie, de l'ordre, de l'unité de l'Espagne. Si l'échec du mouvement révèle une division au sein de l'armée, le sentiment anti-régionaliste lui, fait l'unanimité. La République éloigne seulement les comploteurs, sans châtiment exemplaire. La victoire d'une coalition beaucoup plus ancrée à droite aux élections de 1933 entraîne un net ralentissement du processus de décentralisation et la déception des mouvements régionalistes. Ainsi, l'insurrection de Barcelone, en 1934, rapidement réprimée, prit une connotation nettement indépendantiste, en proclamant même « l'Estat Catalá ». Cela dépassait de très loin les limites imposées par la constitution de 1931. Ce débordement entraîne la suspension du statut régional jusqu'aux élections de 1936. Dans le même temps, l'armée, en particulier celle d'Afrique, est chargée de mater la révolte des Asturies. Le général Franco, qui a conçu les actions de répression, en tant que conseiller technique de l'État Major, est appelé par le Président de la République Alcalá Zamora « le sauveur de la nation ». Ces deux événements constituent les premiers avertissements révolutionnaires. Le pays se divise en deux et la victoire serrée du Frente popular aboutit rapidement au pronunciamiento du 18 juillet 1936.

  • 38 Pierre Vilar, La guerre d’Espagne, Paris, P.U.F., Que sais-je ?, 1986, p. 17.

52La Guerre civile ne se comprendrait pas sans mesurer la crise de conscience qu'a entraînée pour l'Espagne du xixe siècle son échec comme État-Nation-puissance à la manière de ses voisins ; sans tenir compte, également comme l'écrit très justement Pierre Vilar, du jeu complexe qui parfois ajoute, et parfois retranche, la force des consciences de groupe à celles de consciences de classe38.

53L'épisode de la Guerre civile donnera donc une nouvelle dimension à la question nationale. L'armée joue alors un rôle prépondérant, mais une situation de fait s'installe sur fond de combats idéologiques. Dans les déclarations des militaires au moment et après le coup d'État, la volonté de défendre l'unité de l'Espagne constitue l'une des justifications du pronunciamiento. Et si l'on suit les premiers discours du nouveau chef de l'armée « nationaliste », le Caudillo Franco, la lutte contre le « séparatisme » est un des facteurs déterminants du soulèvement militaire.

  • 39 J. Emilio Díez Hidalgo, Colección de proclamas y arengas, Sevilla, Imprenta M. Carmona, 1937, p. 2 (...)

54Dès le 14 juillet 1936, dans le Manifeste connu sous le nom de Manifeste de Las Palmas, Franco dénonce, pour justifier le coup d'État qui se prépare : « la situation grave que vit l'Espagne car [il n 'y a] plus d'unité de la patrie, mais la menace constante d'une désagrégation du territoire stimulée par les pouvoirs publics et qui n'a de régionalisme que le nom »39.

  • 40 Le Figaro, 3 août 1936.

55En août 1936, aux questions d'un journaliste du Figaro sur l'avenir de la Catalogne, Franco répond : « Voilà une des causes fondamentales de notre soulèvement » et il ajoute : « si nous abandonnions la Catalogne à son propre destin, elle constituerait un grave danger pour l'intégrité de la patrie »40.

  • 41 J. Emilio Díez Hidalgo, Colección de proclamas y arengas, p. 48.

56Le 1er octobre 1936, le général Franco assume tous les pouvoirs du nouvel État, pouvoirs qui lui ont été octroyés par la Junte des généraux ayant un commandement dans ces premiers mois de guerre. Après la cérémonie d'investiture il remercie ses compagnons d'armes par ces mots : « Messieurs les généraux et messieurs les chefs de la Junte : vous pouvez être fiers de vous : vous avez reçu une Espagne déchirée et vous me confiez une Espagne unie dans un idéal unanime et grandiose. La victoire est avec nous. Vous me confiez l'Espagne et je puis vous assurer que mon poing ne tremblera pas et ma main restera toujours ferme. Je conduirai la patrie au plus haut ou je mourrai à la tâche. Je souhaite votre collaboration. La Junte de défense nationale demeure présente à mes côtés. Vive l'Espagne ! Vive l'Espagne ! Vive l'Espagne ! »41.

57C'est encore et toujours l'Espagne qui est au cœur de ce discours de Franco. L'Espagne une, unie dans un même idéal, ce que les phalangistes appelaient « une unité de destin dans l'universel » (« unidad de destino en lo universal »).

58Dans cette affirmation renforcée il y a l'allusion d'abord et le rejet ensuite de ce qu'est l'Espagne des « autres », de l'ennemi, de la République, et de ce qu'elle a été, à savoir : l'Espagne diverse, plurielle, l'Espagne des peuples et des travailleurs, synonyme pour Franco, dès ses premiers écrits, d'une Espagne déchirée.

  • 42 La presse, les manuels scolaires, les ouvrages de propagande insisteront abondamment, pendant tout (...)

59L'Espagne, mise en exergue, par contre, dans cette allocution comme dans tant d'autres qui suivront pendant les 40 ans de Régime, devient synonyme de Patrie. Patrie est un terme, sous la II République, utilisé presque exclusivement par la droite et les militaires. La patrie, dans le discours de Franco, n'est pas seulement un substitut de nation ou de pays comme nous dit le dictionnaire de l'Académie de la Langue espagnole, mais une façon de concevoir le passé - l'histoire - le présent et surtout l'avenir. C'est une mission, un dessein, un projet dira la Phalange, elle sera souvent personnalisée, elle aura un visage, une voix et elle va se réincarner dans la personne de Franco : Franco = Espagne = Patrie42.

60La Patrie c'est aussi, et surtout, dans le discours militaire, un mythe de guerre, qui mobilise, qui appelle aux armes, qui exige des adversaires dûment désignés.

61La construction d'un nouveau langage est une des fonctions historiques du Régime, de tous les régimes, et cela peut se percevoir dès ces premières allocutions. Les mots vont être constamment redéfinis et toujours par rapport à la période républicaine. C'est le cas pour les mots Espagnols et Espagne, qui ponctuent constamment ces premiers discours du Caudillo.

62Ces termes : Espagne et Espagnols, étaient sans aucun doute les vocables les plus conflictuels entre 1931 et 1936.

  • 43 Juan F. García Santos, Léxico y política de la Segunda República, Salamanca, Ediciones Universidad (...)

63Depuis l'approbation de la Constitution de 1931 on assista à l'opposition Espagne/Nation espagnole et à l'identification du mot Espagne avec la Monarchie. Alors que pour les députés catalans l'Espagne n'était qu'un simple concept géographique, pour les nationalistes basques l'Espagne « est un tyran oppresseur » et pour le communiste J. Arquer « une fiction »43. Pendant la période républicaine, on reviendra au pluriel « les Espagnes » (« Españas »), pour évoquer une conception plurielle de l'État.

64Ce sont les différents partis de droite, par contre, qui montreront une préférence toute particulière pour le terme Espagne, allant quasiment jusqu'à son appropriation. En 1936 pendant les élections du mois de février la devise du Bloc national était : « Votez l'Espagne ! ».

65Franco, donc, va se situer en tant que militaire proche de la Monarchie, dans le sillage ouvert par les différents partis conservateurs : Phalange, CEDA, monarchistes. Le cri « Vive l'Espagne ! » lancé par ces forces politiques était un véritable défi contre la République. C'est ainsi que pour le Caudillo et pour ses alliés idéologiques d'avant 1936, la conséquence de l'appropriation du concept Espagne les amènera à opposer les concepts : Espagne et République. Franco, de surcroît, comme tant d'autres militaires depuis la Restauration, place l'Espagne, éternelle, au- dessus de tout régime politique qu'il considère comme contingent, changeant et instable.

  • 44 José Antonio Primo de Rivera, Textos de Doctrina política, Madrid, édité par la Sección Femenina, (...)

66José Antonio Primo de Rivera dans la « Lettre à un militaire espagnol » publiée en 1939 s'exprimait dans le même sens, lorsqu'il écrivait : « L'armée est avant tout la sauvegarde de ce qui est permanent »44.

  • 45 J. Emilio Díez Hidalgo, Colección de proclamas y arengas, p. 50.

67Dans le deuxième discours, prononcé dans la même journée du 1er octobre 1936, Franco s'adresse au peuple de Burgos en ces termes : « Espagnols, noble peuple de Castille, cœur de l'Espagne, terre d'hidalgos, vivier de cette noblesse à laquelle les hordes rouges de Moscou ont donné l'assaut »45.

68Les Espagnols auxquels Franco s'adresse, donc, ce 1er octobre 1936, à Burgos, ce sont les bons Espagnols, les vrais, les Castillans qualifiés de nobles et d'hidalgos en opposition aux autres, cet adversaire discrédité et traité pour l'occasion, « d'hordes étrangères ».

69La Castille, dont les liens avec le passé mythique et mythifié de l'Espagne nationaliste commencent à se tisser, c'est la Castille des Rois Catholiques et plus tard de Charles I et Philippe II. La Castille qui est en passe de devenir, à son tour, synonyme d'Espagne. C'est sa langue, sa culture, son histoire et son système de valeurs qui seront imposés par la force aux autres régions espagnoles.

70Ces discours fondateurs donneront le ton des allocutions qui suivront pendant la Guerre civile. Elles seront nombreuses sur la question du futur État qui est en train de se construire. Cet État sera fait selon l'image que l'armée s'en est forgé au cours de ces deux derniers siècles et que peut-être ces dialogues très connus et souvent déformés de l'histoire de la Guerre civile pourraient résumer à eux seuls. Il s'agit de l'affrontement qui eut lieu à Salamanque le 12 octobre 1936 entre l'ancien fondateur de la Légion, Millán Astray, et l'un des plus prestigieux intellectuels espagnols de la génération de 98, Miguel de Unamuno :

71Dans l'amphithéâtre de l'Université, on célèbre la fête de la race créée par Primo de Rivera. Il y a l'évêque, le gouverneur civil, la femme de Franco. La salle est pleine de militaires et de phalangistes. Le général Millán Astray parle : il qualifie le Pays Basque et la Catalogne de cancers dans les corps de la nation, que le fascisme saura extirper sans pitié. Du fond de la salle, quelqu'un cria : « Viva la muerte ! ». D'autres cris s'élevèrent, à la gloire de l'Espagne une, grande et libre. Puis Unamuno parle :

Vous me connaissez tous et vous savez que je ne peux demeurer silencieux. Se taire équivaut parfois à mentir. Le silence peut être interprété comme une approbation. Alors, je veux commenter le discours, si on peut l'appeler ainsi, du général Millán Astray. Oublions l'affront personnel implicite dans sa violente sortie contre les Basques et les Catalans. Personnellement, comme vous le savez fort bien, je suis né à Bilbao. L'évêque, que cela lui plaise ou non, est un Catalan de Barcelone. Et maintenant, j'entends un cri nécrophile et insensé : « Vive la mort ! » Moi, qui ai passé ma vie à forger des paradoxes qui suscitaient la colère de ceux qui ne les comprenaient pas, je dois vous dire, en tant qu'orfèvre en la matière, que ce paradoxe barbare me répugne. Le général Millán Astray est un invalide. Ceci dit sans aucune intention de le diminuer. C'est un invalide de guerre. Cervantès aussi l'était. Mais aujourd'hui, malheureusement, il y a trop d'invalides en Espagne. Et il y en aura bientôt encore plus, si Dieu ne nous vient pas en aide. L'idée de penser que ce sera le général Millán Astray qui aura la haute main sur la psychologie de masse m'est une douleur. Quand un mutilé n'a pas la grandeur spirituelle de Cervantes, ordinairement, il trouve un soulagement macabre à provoquer des mutilations autour de lui.

72Le général l'interrompit en criant : « À bas l'intelligence ! Vive la mort ! », ce qui lui valut une longue et frénétique acclamation. Mais Unamuno ne se tut pas :

  • 46 Fernando Díaz Plaja, La guerra de España en sus documentos, Madrid, Sarpe, 1986, pp. 87-90.

Cette Université est le temple de l'intelligence, et j'en suis le grand prêtre. Vous êtes en train de profaner cette enceinte sacrée. Vous vaincrez parce que vous avez la force brutale. Mais vous ne convaincrez pas. Car, pour convaincre, vous devrez persuader. Et pour persuader, il faut justement ce qui vous manque : la raison et le droit dans la lutte...46

  • 47 B.O.E. (Bulletin Officiel de l’État) 26 mai 1937.
  • 48 Régime dénommé Concierto económico.

73Au cours de ces trois années de guerre, les troupes nationalistes n'auront qu'un but : vaincre faute de pouvoir convaincre. L'occupation militaire des régions est bien ce que revendique l'armée qui y stationne. L'appareil répressif écrase les provinces du Nord, après avoir « conquis » l'Andalousie et l'Estrémadure. En 1937 Guernica, ville symbole du nationalisme basque est bombardée, le statut d'autonomie du 1er octobre 1936 supprimé, l'usage de la langue basque se trouve aussitôt interdit dans tout les lieux publics ainsi que dans toutes les activités économiques. On interdit également de donner aux enfants des prénoms basques47. Ces mesures ne vont pas sans créer des frictions, par exemple, avec les responsables ecclésiastiques conscients de ce que le clergé ne peut s'exprimer d'une autre façon dans certaines paroisses rurales où l'espagnol reste peu pratiqué. Sur un autre plan, de plus, les provinces de Guipuzcoa et de Biscaye perdent le régime administratif et fiscal particulier dont elles avaient toujours joui48, tandis que celles de Navarre et d'Álava conservent au contraire ce privilège à titre de récompense pour leur ralliement aux insurgés ou leur attitude plus favorable à ceux-ci.

  • 49 Rafael Abella, La vida cotidiana durante la guerra civil. La España nacional, Barcelona, Planeta, (...)
  • 50 Chemise d’uniforme de la Phalange, équivalent de la chemise noire des fascistes italiens ou de la (...)

74L'esprit de vengeance se traduit plus encore au niveau de l'imposition de nouvelles valeurs et de la persécution des personnes. Dans un article publié à l'occasion de la prise de Bilbao dans le journal ABC de Séville, l'écrivain phalangiste Ernesto Giménez Caballero exprime l'esprit manichéen qui règne à cet égard. Pour lui, en s'emparant du Pays Basque, « l'Espagne rurale et militaire des bergers et des soldats, des mystiques et des chercheurs d'absolu, vient de vaincre l'Espagne industrielle, pacifiste et socialiste des bourgeois et des ouvriers, des épicuriens et des républicains »49. Dans ce climat, les habitants des provinces reconquises du Nord se voient enjoindre de « faire de la chemise bleue50 une habitude de vie ».

  • 51 B.O.E., 8 avril 1938.

75À partir du printemps 1938, l'occupation de la province catalane de Lerida durcit plus encore les traits de la paix des vainqueurs. Dans cette zone, des civils sont fusillés pour avoir refusé de crier des slogans en faveur des nationaux. De manière générale, la Catalogne se présente davantage même que le Pays Basque comme l'anti-Espagne à abattre aux yeux des représentants du nouvel État national. Dès le 11 octobre 1936, un arrêté pris à Séville par le général Queipo de Llano avait exonéré les habitants de la zone insurgée des dettes contractées vis-à-vis des Catalans alors qu'aucune mesure n'avait joué au détriment des créditeurs basques. Cela va sans dire que le statut de la Catalogne a été aboli dès l'entrée des troupes franquistes en terre catalane. Cette abolition se présente comme étant en accord « avec le principe d'unité de la Patrie qui accorde à ces provinces l'honneur d'être gouvernées sur un pied d'égalité avec leurs sœurs du reste de l'Espagne »51. L'ensemble du décret précisait que le fondement de la domination sur cette région était essentiellement de nature militaire.

76Plus tard, spécialement avec l'offensive finale de janvier 1939 et la chute de Barcelone, la Catalogne se voit traitée en terre ennemie. Le communiqué du quartier général militaire confirme laconiquement la base de la légitimité de la nouvelle situation juridique de la Catalogne, par ces mots « Barcelone a été conquise ! ». Ce qu'il y a de remarquable, et ce n'est pas un effet du hasard, c'est que les termes qui expriment la nouvelle souveraineté qui pèse sur la Catalogne sont à peu près identiques à ceux utilisés par Felipe V en 1716, lorsqu'il a aboli l'indépendance du Principat, supprimé la personnalité politique catalane et décidé son annexion à la Castille. Entre le manifeste — » mes armes ayant pacifié la Catalogne, il appartient à ma souveraineté d'y établir un nouveau système de gouvernement »— du début du xviiie siècle et la formule employée en 1938 par les officiers rebelles, il y a une similitude de traitement qui mérite d'être soulignée.

77Pour les Catalans, au xxe siècle comme au xviiie siècle, les fondements de la légitimité de l'État espagnol sur la Catalogne continuent d'être les mêmes ; c'est par la force des armes que les Catalans ont perdu l'indépendance dont ils jouissaient avant le décret de Nueva Planta ; c'est par la force des armes, faisant suite à une Guerre civile inexpiable, que l'autonomie conquise en 1931 vient d'être abolie par les nouveaux « maîtres » du Principat. Il n'y a eu, ni à un moment ni à l'autre, affirment-ils, renonciation du peuple catalan à ses droits et à ses libertés, mais imposition autoritaire et violente.

  • 52 Cité par Jaume Rossinyol, Le problème national catalan, Paris, Mouton, 1974, p. 584.

78La loi du 8 septembre 1939 annulera toutes les dispositions et décisions prises par le Parlement et par le Tribunal de cassation de la Catalogne. Dans le préambule de cette loi on trouve l'affirmation suivante : le statut de la Catalogne « est le reflet exact d'un régime profondément dévastateur qui favorisait la négation des liens consubstantiels avec l'unité nationale »52.

79En même temps que l'on fait disparaître tous les vestiges de l'autonomie catalane, commence une sévère répression contre tous ceux qui sont accusés de catalanisme ou de collusion avec le séparatisme catalan. Le fondement de la répression est constitué par la loi du 9 février 1939 qui établit la responsabilité politique de toutes les personnes, tant juridiques que physiques, qui ont contribué à aggraver ou à créer la subversion depuis le 1er octobre 1934 ; autrement dit, pour les faits remontant à presque deux ans avant le coup d'État militaire. Sont visées aussi les personnes qui se sont opposées, depuis le 18 juillet 1936, ou qui s'opposeront dans le futur au Movimiento nacional, soit par des actes, soit même par une passivité générale.

80L'article 2 de la loi sur les responsabilités politiques donne la liste des principales organisations mises hors la loi, parmi lesquelles figurent toutes les organisations politiques et syndicales de la Catalogne : Esquerra republicana de Catalunya, Unió de rabassaires, Acció catalana, Partit catalanista republicá, Unió democrática de Catalunya, Partit obrer d'unificació marxista, Partit socialista unificat de Catalunya, C.N.T.-F.A.I., Partit Sindicalista de Pestaña, etc. ; de nombreuses associations culturelles, sportives, sont aussi interdites au seul motif qu'elles ont contribué au renforcement de la personnalité catalane.

81Le slogan franquiste est alors : « La Catalogne devrait être semée de sel ». Bien qu'il s'agisse d'une façon de parler, la consigne n'est pas loin de revêtir une certaine réalité, la Catalogne ne se voit pas seulement ordonner de « parler la langue de l'Empire » — le castillan— et d'oublier la sienne propre. La priorité des vainqueurs ne consiste pas davantage à la purger de ses éléments anarchistes, communistes, socialistes ou républicains comme toutes les autres provinces. Elle est de la punir de manière toute spéciale en tant que région et que collectivité humaine, spécialement de la « désindustrialiser » au profit de la Castille. Plus tard, en 1957, les technocrates de l'Opus Dei en décideront autrement.

82Le nom même de la Catalogne disparaît de multiples institutions culturelles et scientifiques, ainsi que des rues. A Barcelone, la place des Gloires catalanes devient place des Gloires ; le palais de la musique catalane est rebaptisé palais de la musique, et la bibliothèque de Catalogne n'est plus que la bibliothèque centrale.

LE RETOUR AUX PASSÉS

83Nous avons vu comment dans le camp franquiste, le nationalisme affiché ne pouvait être qu'unitaire. Mais unité s'entend surtout en Espagne contre les nationalismes locaux. « Tout séparatisme est un crime que nous ne pardonnerons pas », a dit la Phalange, espérant cristalliser ainsi la seule crainte véritable du corps espagnol : celle de la dissociation. Cependant, pour condamner Catalans et Basques, il faut, du mot « nation », éliminer le sens romantique, le sens mistralien, de communauté spontanément ressentie. La grandeur de l'Espagne étant dans l'histoire, la nation sera donc « unité historique ». À condition (car « historique » pourrait signifier « changeant ») de lui accorder une « finalité », une « unité de destin », « permanente, transcendante, suprême ».

  • 53 « L’Espagnol, ou il est catholique ou il n’existe pas » peut-on lire dans un des ouvrages clés pou (...)
  • 54 Pierre Vilar, Histoire de l’Espagne, p. 111.

84Par là ce « nationalisme » est peu accessible à la masse. Le partisan franquiste moyen obéit à de plus vieilles habitudes d'esprit : tradition paysanne, patriotisme d'officiers que comble le retour au drapeau bicolore, à l'hymne royal, confusion (encouragée par les prêtres) entre religion et patrie53, succès faciles d'intellectuels conformistes qui puisent dans l'arsenal érudit de Pereyra et de Menéndez Pelayo. Aussi la propagande passe-t-elle vite du nationalisme inquiet de José Antonio, qui invitait à relever l'Espagne « cette ruine physique », « par le chemin de la critique », à un ton de vanité satisfaite, dont le cliché historique, « le topique », est l'argument favori54.

  • 55 Antonio Royo Vilanova, Treinta años de política anti-española, Valladolid, Librería Santarén, 1940 (...)

85La Guerre civile finie, l'anti-régionalisme est de rigueur. Le principal vainqueur, l'armée, retrouve le pouvoir, ses privilèges, un rôle politique de tout premier ordre. Elle n'oublie pas la lutte contre l'ennemi le plus acharné. A. Royo Vilanova écrit même en 1940 que s'il a coûté plus de sang d'organiser l'Espagne en un État fort, ce n'est pas parce que le marxisme était plus fort qu'ailleurs (Allemagne, Italie ou Portugal). Et il conclut « Non, c'est parce que Franco a dû lutter contre un ennemi qui n'existait dans aucune de ces nations : le séparatisme catalan ! »55.

86L'un des thèmes les plus récurrents des discours et des écrits du Caudillo et des principales autorités du Régime, après 1939 et jusqu'en 1975, a consisté à schématiser la guerre d'Espagne comme étant la lutte de l'unité contre la sécession.

  • 56 Lois Fondamentales de l’État. Documents politiques, Paris, Service espagnol d’information, 1968, p (...)
  • 57 Ibid., pp. 27-41.
  • 58 Journal Ya, 12 janvier 1956.

87Tous les textes fondamentaux du régime franquiste, qui vont s'efforcer de l'institutionnaliser, sont frappés du sceau de cette inquiétude unitaire. Depuis le Fuero del Trabajo (1938) qui définit l'État comme « un instrument totalitaire au service de la patrie intégrale »56, en passant par le Fuero de los Españoles (1945) dont l'article 33 stipule à cet effet que « l'exercice des droits qui sont reconnus dans la présente charte ne pourra porter atteinte à l'unité spirituelle, nationale et sociale de l'Espagne »57. Citons, enfin, comme synthèse des préoccupations unitaires du Régime et du rôle qu'il y attribue aux Forces armées, les principes du Mouvement National (1958). On y trouve associés, paraphrasant José Antonio Primo de Rivera dans son article 5 les deux fonctions que depuis la Restauration l'État avait confié à l'armée : le maintien de l'ordre et de l'unité. De « bras armé » de la République elle devient « la colonne vertébrale de la Patrie » car, comme le dit Franco en 1956 « l'armée seule possède le sens de la continuité historique »58. Cette continuité historique existe il est vrai en ce qui concerne le rôle dévolu à l'armée dans la vie politique : la juridiction militaire créée en 1906, et suspendue par la République, sera rétablie. Par un décret-loi du 18 avril 1937 et la loi du 2 mars 1943 il est permis d'inculper de « rébellion militaire » et de déferer aux Conseils de guerre ceux qui portent atteinte contre l'unité de la Patrie ou qui discréditent les Forces armées. Ces textes auront comme but, pense le Régime, de lutter contre l'agitation qui, progressivement, se manifeste au Pays Basque et en Catalogne, notamment depuis les années 50.

  • 59 Sous l’appellation « Forces armées », le Franquisme entendait : les Armées de Terre, de Mer et de (...)
  • 60 Voici le thème central du testament de Franco écrit par lui quelques jours avant sa mort : « Je vo (...)

88En 1967, l'article 2 de la Loi Organique de l'État réaffirme : « la souveraineté nationale est une et indivisible », « le système institutionnel de l'État espagnol est fondé sur le principe de l'unité du pouvoir ». Même le processus de « libéralisation » économique ne changera pas grand chose en ce domaine. Toutes ces mesures prises par le pouvoir n'empêchent cependant pas Basques et Catalans d'affirmer leurs différences. La répression franquiste au Pays Basque sert même de justification aux actions et à la lutte armée que lance l'ETA à partir de 1961. L'épiscopat basque et catalan se montre de moins en moins favorable au Régime. Les moines de Montserrat relancent des éditions en catalan et le monastère devient le symbole des revendications nationalistes. Les fidèles eux ne veulent plus des prélats castillans présentés à l'agrément de Rome par Franco. Ainsi, la répression souvent exercée par les Forces armées59 n'empêche pas les sentiments nationaux de s'exprimer, bien au contraire ! L'armée doit alors faire face à l'expression violente de ces revendications par les terroristes. Elle sera prise comme cible première, car elle représente à leurs yeux le symbole, la garantie et le soutien principal au Régime et à sa politique centralisatrice à outrance. En s'attaquant directement à l'armée, le terrorisme basque croit s'attaquer directement aux sources du pouvoir et met en question l'État parce qu'il lui ôte son privilège exclusif : l'utilisation de la force. Avec l'instauration de l'état d'exception au Pays Basque début 1975, la saisie de journaux, l'exécution de cinq militants, présumés terroristes, le message posthume qu'il adresse au pays60, le galicien Franco finissant et usé continue de penser que le cancer de ce « séparatisme suicidaire » qu'il dénonçait en 1925 dans son Journal d'Alhucemas n'avait pas encore été extirpé.

ET TOUJOURS LA QUÊTE DE L'ESPAGNE

89Malgré ses échecs et ses difficultés, la Seconde République, par delà les quarante années de Guerre civile et de dictature, reste la période de référence pour la démocratie qui s'installe après Franco. Cela est vrai en particulier pour la question nationale et l'armée. Le nouveau régime a dû faire face tout d'abord aux héritages du Franquisme : des revendications régionalistes lancinantes et insatisfaites, quelquefois violentes, et une armée qui, avec l'Église constituaient les deux principaux soutiens de la dictature. Deux jours après la mort du Caudillo, dans son message à la Nation du 22 novembre 1975, Juan Carlos reconnaît le fait régional. Il admet « les particularités régionales », « dans le cadre de l'unité du Royaume et de l'État ». Cette reconnaissance est une des preuves de la volonté de libéralisation affichée par le nouveau Roi. Dès la fin de 1975 et en février 1976 des commissions sont constituées pour étudier les statuts du Pays Basque, des Canaries et de la Catalogne. De nouveaux partis autonomistes se créent en Galice, aux Baléares, en Castille même.

90La nouvelle organisation de l'État va être consacrée dans le texte de la Constitution du 6 décembre 1978, qui institutionnalise le nouveau régime politique. Le texte constitutionnel substitue à un État centralisé un État des autonomies régionales. L'article 2 donne le ton et pose le principe de l'autonomie : « La Constitution repose sur l'unité indissoluble de la Nation espagnole, patrie commune et indivisible de tous les Espagnols, et reconnaît et garantit le droit à l'autonomie des nationalités et régions qui en font partie, et la solidarité entre elles toutes ».

  • 61 U.C.D. et le P.S.O.E. vont conclure le 31 juillet 1981 des pactes en ce qui concerne les autonomie (...)

91L'éclectisme de la formule utilisée recouvre le compromis politique entre partisans d'un État unitaire centralisé et ceux qui souhaitaient la plus large autonomie pour les régions. L'inclusion du vocable « nationalités » apparaît comme une formule aussi nouvelle qu'audacieuse dans le constitutionnalisme espagnol moderne. Le terme employé doit être compris, à notre avis, surtout comme ayant un contenu culturel : les nationalités en tant que principe d'identification et non en tant que principe d'autodétermination. Les premières régions ayant accédé à ce régime ont été celles où historiquement et culturellement la « demande » régionaliste était la plus forte : le Pays Basque et la Catalogne ; mais toutes les autres régions sont appelées à suivre le même processus donnant ainsi à la carte politico-structurelle de l'État espagnol une forme « quasi-fédérale »61. Face à ce changement, quelle est l'attitude des militaires ?

  • 62 Cet accord prévoyait la généralisation à l’ensemble du territoire de la formule de l’autonomie lim (...)
  • 63 Pour de plus amples renseignements on peut consulter, en priorité, parmi la très vaste bibliograph (...)

92Les attitudes de l'armée et de ses membres à l'égard des nouvelles structures de l'État régional62 peuvent être résumées comme suit : pour eux, l'unité nationale et l'intégrité territoriale demeurent le domaine auquel la politique des autonomies ne doit pas porter atteinte : « Avec ou sans nationalités, l'unité de l'Espagne sera respectée ». Cette affirmation du lieutenant-général Gutiérrez Mellado, ministre de la Défense dans le gouvernement d'Adolfo Suárez, montre bien le contexte et la portée des autonomies63.

93C'est dans ces mêmes termes que s'exprimera un des collaborateurs de la revue militaire Reconquista en 1980 dans un article intitulé « La limite des autonomies ». À la menace brandie par un leader basque en ces termes : « Que personne ne se trompe, notre but c'est bien d'aller au-delà de l'Autonomie », l'auteur de l'article, Fernando Ripoll rétorque :

  • 64 II existe quelques articles de presse de cette période concernant l’attitude des militaires à l’ég (...)
  • 65 Conférence de presse du général Gutiérrez-Mellado à Barcelone, le 14 novembre 1978.

94« Eh bien, que personne ne se trompe, mais la mission des Forces armées est de maintenir l'Unité de l'Espagne. C'est bien cela la limite des autonomies ! »64. Ce type d'échanges entre nationalistes basques et catalans et officiers de l'armée étaient fréquents encore dans les années 90. Dans l'actualité ils sont l'apanage du président du P.N.V. Xavier Arzallus65.

  • 66 Reconquista, n° 360, avril 1980.

95Les militaires avaient déjà exprimé une certaine méfiance, voire un refus explicite, sur la manière dont les autonomies pourraient être mises en œuvre, au moment même de la discussion parlementaire du texte constitutionnel. En effet, l'inclusion du terme « nationalités » dans l'article 2 avait été très mal reçue dans les milieux militaires, qui n'admettaient pas que la nation espagnole puisse un jour être considérée comme une « nation de nations », à travers la brèche que cet article ouvrait dans le monolithisme national66. Ces craintes étaient telles que les trois représentants militaires qui faisaient partie des Cortes à l'époque — les lieutenants-généraux Salas Larrazabal et Diez-Alegría et l'amiral Camboa— ne votèrent pas en faveur du texte constitutionnel, les deux premiers s'abstenant et le troisième votant contre. Les militaires craignaient surtout le contenu équivoque du terme employé.

  • 67 Voir par exemple les déclarations d’Arzallus, le 3 janvier 1994 et le 5 avril 1994 au journal El P (...)
  • 68 Voir à cet égard l’article de Santiago de la Estila, « Las nacionalidades » dans la revue militair (...)

96Les militaires s'inquiétaient des risques que les autonomies régionales pourraient faire courir à l'unité nationale et à la solidarité entre les différentes régions. Si l'on s'en tient aux déclarations de hauts gradés de l'armée espagnole, il est évident que l'inquiétude, bien que généralisée, ne s'exprime pas de la même façon, ni avec la même intensité, selon l'idéologie, favorable ou défavorable au nouveau régime, des officiers généraux. Ainsi, certains expriment une confiance sereine dans la mise en place de l'État des autonomies : « L'armée n'est pas inquiète [des autonomies], car elle considère qu'elles respectent le cadre constitutionnel, et tant qu'il sera respecté, elle n'a pas de raison de s'inquiéter »67. Cette affirmation du lieutenant-général Quintana Lacacci, à l'époque commandant la région militaire de Madrid, exprime sans doute le point de vue des militaires qui acceptent de façon disciplinée les principes et le contenu de la Constitution de 1978. D'autres préfèrent mettre davantage l'accent sur le caractère régional des autonomies, en tant qu'expression d'une diversité régionale, ignorant ainsi l'aspect politique du problème régional : « La personnalité des régions, leurs cultures, leurs caractères, constituent un ensemble qu'il faut apprécier et développer et qui, loin d'entraîner un danger de séparatisme, assure l'unité de la Patrie espagnole, au sein de laquelle elles sont complémentaires »68.

  • 69 Déclarations du lieutenant-colonel Quintana Lacacci, in María Mérida, Mis conversaciones con los g (...)

97Mais certains cachent mal leur opposition décidée à une politique de véritables autonomies régionales, en se montrant partisans d'une simple décentralisation administrative, sous certaines conditions : « Une décentralisation administrative qui n'impliquerait pas l'octroi de privilèges, ni de doubles emplois, ni un renforcement de la bureaucratie, ni un préjudice pour les régions les moins favorisées ou développées, est non seulement admissible, mais aussi souhaitable »69. Ces propos, tenus par le lieutenant-général Milans del Bosch, à l'époque commandant la région de Valence, expriment bien la continuité de la pensée unitaire et centralisatrice au sein de l'armée espagnole.

  • 70 Déclarations du lieutenant-général Gonzáles del Yerro, in Mis conversaciones con los generales, p. (...)
  • 71 Déclarations du lieutenant-général Milans del Bosch, in Mis conversaciones con los generales, p. 1 (...)

98Pour terminer ce résumé rapide des attitudes de l'armée à l'égard du nouvel État des autonomies, il nous semble important de citer un rapport des officiers du Régiment Asturies 31 — l'une des unités de la Division Brunete cantonnée à Madrid— écrit en 1980. Dans ce rapport, on voit reflétée, une fois encore, l'inquiétude à l'égard du régionalisme et du terrorisme, qui sont assimilés de façon simpliste : « Les cadres militaires de cette unité ont vu d'un mauvais œil le décret qui autorise la mention du terme régional, comme faisant partie de la nationalité, dans les documents du Registre civil. De même, ils rappellent le problème que représente pour les enfants de militaires, surtout des sous-officiers, l'étude obligatoire du catalan dans le premier cycle de l'enseignement »70. En ce qui concerne le terrorisme, les officiers « s'indignent de l'inefficacité des mesures prises — les rares mesures qui ont été prises— et de la passivité des autorités à tous les niveaux. En toute hypothèse, concernant le terrorisme, il faut répéter ce qui a déjà été dit dans les autres rapports antérieurs : il n'y a aucune forme d'autorité, le Pays Basque vit en état de guerre, ce que le Gouvernement a peur de reconnaître, l'unité de la Patrie est en train de se rompre, l'unique solution possible est la solution militaire ; l'armée aura à trouver une solution à ce que l'ineptie politique a provoqué »71.

99Ces derniers propos montrent à la fois l'inquiétude et l'irritation des officiers et leur tentation de se poser, une fois encore, en « sauveurs de la Patrie en danger ».

  • 72 Ce problème revient régulièrement jusqu’à aujourd’hui dans les plaintes formulées par les militair (...)

100Dès 1977 les conspirations militaires avaient commencé. L'expression « golpe de timón », mot de passe des coups d'État de 1923 et 1936, devient fréquente dans les colonnes de certains journaux. L'ETA entend faire pression sur l'opinion, le gouvernement et les députés, au moment où le statut du Pays Basque va être discuté aux Cortes. L'exécution du gouverneur militaire de Guipuzcoa conduit le général Milans del Bosch à évoquer la possibilité d'une intervention de l'armée comme remède à l'impuissance de l'État. « L'armée devra intervenir lorsqu'il deviendra évident que les lois, l'action policière et judiciaire se révèlent insuffisantes » déclare-t-il à l'ABC en 1979. L'armée se tient donc prête à agir et le problème du terrorisme basque peut alors lui fournir un bon alibi. C'est notamment une des raisons évoquées par le lieutenant-colonel Tejero pour justifier son coup d'État manqué : « Nous n'admettrons d'autre gouvernement que celui qui instaurera une vraie démocratie. Nous n'acceptons pas les autonomies séparatistes et nous voulons une Espagne décentralisée mais pas brisée » (allusion au fameux discours de Calvo Sotelo aux Cortes en 1936 : « Plutôt une Espagne rouge que brisée »). « Nous n'accepterons pas », poursuivra Tejero, « l'impunité des assassins terroristes contre lesquels il faut appliquer toute la vigueur de la loi... »72.

101Après cette tentative de coup d'État du 23 février 1981, à laquelle le Roi fait échec, suit une épuration que Juan Carlos ne souhaite pas trop rigoureuse. Peut-être pense-t-il ainsi éviter un autre coup d'État. Si une partie de l'institution militaire a « pardonné » au Roi son comportement pendant la nuit où la démocratie a failli sombrer, on ne réduit pas les effectifs des officiers de près d'un quart sans problème, et l'armée continuait de se manifester encore dans les années 80 contre les « excès » du système des autonomies.

  • 73 Rapport du 29 avril 1980.

102En 1992 un général espagnol que l'on pourrait qualifier de démocrate et proche du gouvernement socialiste s'exprimait ainsi : « Pour les militaires espagnols, la question des autonomies, la division du territoire national continue d'être « la bête noire » du système démocratique, plus encore que les horreurs du terrorisme »73.

  • 74 Ce texte aurait dû être publié par le journal d’extrême-droite El Alcazar, le mardi 24 février, ma (...)

103Après nous être penchée sur l'attitude des militaires par rapport à la question nationale dans la période de transition, il semblerait nécessaire d'essayer de résumer, pour terminer, les raisons profondes qui pourraient expliquer cette attitude. On pourrait déceler au moins six types de raisons à travers l'analyse des différents ouvrages, discours, déclarations, des militaires depuis la mort du général Franco jusqu'à nos jours74.

  • 75 Cité par A. Pérez Henares, E. Milo de Molina et C.A. Curiel, Luces y sombras del poder militar en (...)

104La première découle des conditions mêmes de la vie militaire. En effet, le militaire de carrière est soumis à des changements continus de résidence, ce « nomadisme » est un obstacle à son enracinement local. Ainsi, il se trouve marginalisé à l'égard de tout sentiment régionaliste. Mais lui-même, de par son éducation, aura tendance à se marginaliser en se rapprochant « des siens » : maisons militaires, clubs. Sans oublier l'autorecrutement et l'endogamie fréquents dans l'armée espagnole depuis la fin de la Guerre civile75.

105La deuxième cause est purement conjoncturelle, liée à la formation reçue pendant les quarante dernières années, non seulement par les militaires, mais aussi par l'ensemble des citoyens espagnols. Le discours socio-politique, tenu depuis 1939, réduisait le fait différentiel autonome et régional à un simple phénomène folklorique, au-delà duquel toute revendication devenait délit, séparatisme et attentat à la Patrie. Le militaire a été rendu très sensible à cette façon de juger le phénomène régional, par le poids de l'influence et du prestige de celui qui incarnait l'ancien régime politique, le général Franco.

106Quant à la troisième elle est de nature fonctionnelle. Dans l'exercice de la profession militaire, certains traits fonctionnels prédominent sur d'autres : la simplicité sur la complexité, ce qui est uniforme sur ce qui est différentiel, l'action descendante — du haut vers le bas— sur l'action ascendante. Dès lors, existe pour les militaires une certaine difficulté à assimiler certains éléments du système social, éloignés de la structure militaire pyramidale. Or, l'autonomie est une notion qui ne possède pas le caractère univoque et l'homogénéité chers aux militaires.

107Il y aurait une autre raison, celle-ci à caractère historique qui peut expliquer une certaine méfiance du militaire à l'égard de toute politique des autonomies régionales : le fait que les différentes tentatives historiques de restructurer l'Espagne avec un modèle d'autonomies régionales (1931) ou d'État fédéral (1873) aient toujours abouti à des conflits sanglants, dont le dernier fut celui de 1936. Bien sûr les militaires ne considèrent pas l'Institution comme responsable du déclenchement de ces conflits.

108Enfin la dernière cause, qui pourrait expliquer l'incompréhension, sinon l'hostilité d'une grande partie de l'armée envers les mouvements nationalistes, tiendrait à la difficulté de mettre fin au terrorisme basque (96 militaires tués par ETA depuis 1973 jusqu'en 2001, rien qu'à Madrid). Sans oublier la relance régulière du débat sur l'indépendantisme, et l'autodétermination au Pays Basque et en Catalogne. Malgré cette incompréhension, ce rejet souvent, ces inquiétudes, l'intervention de l'armée pour résoudre le problème basque reste une hypothèse aujourd'hui hors de propos.

  • 76 Il est difficile, certes, d’appréhender les positions de l’ensemble des membres de l’Institution m (...)
  • 77 Pour la période 1940-1960, il est nécessaire de consulter l'ouvrage de Julio Busquets, op. cit., p (...)

109L'hypothèse plus plausible serait celle qui consiste à dire que céder des parcelles de souveraineté nationale à l'Europe même si ce n'est qu'à de petites doses homéopathiques, pourrait être un puissant antidote face à certaines revendications nationalistes. Plutôt « l'Europe des régions » que « l'Espagne des régions » peut-on entendre au Pays Basque et en Catalogne actuellement76.77

  • 78 L'Espagne est entrée dans la C.E.E. le 1er janvier 1986, après un long processus de négociation, q (...)

110Par rapport à l'hypertrophie du sentiment unitaire de l'armée espagnole, la rupture de l'isolationnisme de l'institution qui se produit avec l'arrivée des socialistes au pouvoir (1982) semble avoir été conçue, à cet égard, comme un puissant contre-poids : depuis la fin du franquisme l'armée espagnole est entrée dans l'OTAN (1986), elle s'est taillée une place dans la Défense de l'Europe à travers l'Union de l'Europe Occidentale (1988) et elle fait partie de l'Euroarmée depuis décembre 1993. La focalisation sur l'ennemi intérieur, basque, catalan, intellectuel, ouvrier, semble s'être estompée, car cette armée, autrefois pléthorique, qui se trouvait dans la situation de la garnison du « Désert des Tartares », la fiction de Dino Buzzati, s'est découvert de nouveaux champs d'action à l'extérieur de la Péninsule pour de nouvelles missions de paix et d'aide humanitaire (El Salvador, Nicaragua, Namibie, La Bosnie, Kosovo, Macédoine...).78

Notes

1 Carlos Rama, La crisis española del S. XX, Madrid, Fondo de Cultura Económica, 1976, pp. 20-24.

2 Gerald Brenan, Le labyrinthe espagnol, Préface à la l e édition, Paris, Ruedo Ibérico, 1962, p. XI.

3 Gonzalo Anes, El Antiguo Régimen, Madrid, Alianza, 1975, 511 p.

4 ur la typologie des pronunciamientos en Espagne l’ouvrage de Miguel Alonso Ba-quer est indispensable. Miguel Alonso Baquer, El modelo español de pronunciamiento, Madrid, Rialp, 1983, 270 p.

5 Julio Busquets, El militar de carrera en España, Barcelona, Ariel, 1971, p. 47.

6 Nous suivons les études, entre autres, de J. Busquets, El militar de carrera en España, p. 48. S. Payne, Les militaires et la politique dans l’Espagne contemporaine, Paris, Ruedo Ibérico, 1968, pp. 18-26, M. Díez Alegría, Ejército y sociedad, Madrid, Alianza, 1972, p. 117.

7 Pierre Vilar, Histoire de l’Espagne, Paris, P.U.F., Que sais-je ?, n° 275, p. 58.

8 Benito Pérez Galdós, Episodios Nacionales, T. I., Madrid, Aguilar, 1967, p. 976.

9 Guy Hermet, L’Espagne au xxe siècle, Paris, P.U.F., 1986, p. 49.

10 Cité par Gerald Brenan, Le labyrinthe espagnol, p. 23.

11 Gouvernement autonome de la Catalogne.

12 Entre 1833 et 1901 il y eut, sur 902 ministres et chefs de gouvernement, 24 Catalans, in Albert Balcells, Cataluña Contemporánea, Madrid, siglo xxi, 1977, vol. I, p. 84.

13 Rafael Sánchez Mantero, Manual de Historia de España (S. XIX), Madrid, Historia 16, 1990, p. 340.

14 Le rapatriement des capitaux des colonies américaines donnera lieu à la création des premières banques au Pays Basque : « La Banque Hispano-Américaine », « La Banque de Biscaye ».

15 Pierre Vilar, La Catalogne dans l’Espagne moderne, vol. I, Paris, Flammarion, 1977, p. 67.

16 E. Prat de la Riba, in Histoire de la Catalogne, Toulouse, Privat, 1982, p. 460.

17 Sur les origines du peuple basque il y a une très importante bibliographie. En français on pourrait proposer l’excellente synthèse de Patrik Busquet et Claude Vidal, Le Pays Basque et sa liberté, Paris, Le Sycomore, 1980. En espagnol, l’ouvrage de J. Corcuera Atienza, Orígenes, ideología y organización del nacionalismo vasco, 1876-1904, Madrid, Siglo veintiuno, Patxo Unzueta, Los nietos de la ira. Nacionalismo y violencia en el País Vasco, Madrid, El País, Aguilar, 1988, et de Jon Juaristi, El bucle melancólico, Madrid, Espasa, 1998.

18 A la fin de la première guerre carliste.

19 Sabino Arana, ¿ Qué somos ? Obras Completas. Buenos Aires, Editorial Sabindiar, Batza, 1965, pp. 627-628.

20 Référence à l’ouvrage du philosophe espagnol Ortega y Gasset España invertebrada, Madrid, Austral, lre édition, 1921.

21 Canalejas, Premier Ministre à l’époque, formula ainsi le rôle de l’armée dans un discours au Centre militaire de Madrid en 1893. Cité par Luis Maria Ansón, Acción Española, Zaragoza, Círculo, 1960, p. 15.

22 Samuel Finer, The Man on Horseback: The role of the military in Politics, Harmonds-worth, revised edition Penguin books, 1976, p. 53.

23 Julio Busquets, El militar de carrera en España, pp. 213-214, et Fernando Fernández Bastarreche, El ejército espanol en el siglo xix, Madrid, Siglo veintiuno, 1978, pp. 124- 138. Ces remarques restent vraies jusqu’à aujourd’hui.

24 Ces campagnes sont redevenues assez agressives également depuis 1980 et notamment contre le Président de la Generalitat, Jordi Pujol.

25 Sur ce que l’on a appelé le Fuero militaire cf. Daniel R. Headrick, Ejército y politica en España : 1866-1898, Madrid, Tecnos, 1981, p. 37.

26 José Ortega y Gasset, España invertebrada, Madrid, 1re édition, 1921, pp. 74-75.

27 Jacques Maurice, Carlos Serrano, L’Espagne au xxe siècle, Paris, Hachette, 1922, p. 11.

28 Corps qui correspondait aux tirailleurs indigènes de l’armée française.

29 Francisco Franco, Diario de una bandera, Madrid, Fueyo, 1922, 292 p. Préface à la 1re édition de Millán Astray.

30 Mancomunitat : Statut de pré-autonomie accordée à la Catalogne par le gouvernement Dato en 1913-1914. Ce statut supposait une décentralisation administrative et de larges compétences en matière économique, in Miguel Martínez Cuadrado, La burguesía conservadora (1874-1931), Madrid, Alianza, 1973, p. 479.

31 Parti indépendantiste et partisan de la lutte armée jusqu’à ce que son fondateur choisisse en 1931 de créer Esquerra Republicana de Catalunya, parti qui accepte de se voir accorder simplement l’autonomie « par solidarité républicaine et pour notre propre intérêt. [C’est pour cela que] nous acceptons de nous priver provisoirement d’une partie de cette souveraineté à laquelle nous avons droit » affirme son leader, cité par Miguel Martínez Cuadrado, La burguesía conservadora, p. 480.

32 Jaume Rossinyol, Le problème national catalan, Paris, Mouton, 1974, p. 522.

33 Salvador Madariaga, España, Buenos Aires, Editorial Sudamericana, 1964, p. 175.

34 La Publicitat, 14 mai 1932.

35 Francisco Franco, Diario de Alhucemas, in Papeles de la Guerra de Marruecos, Madrid, Azor, 1986, p. 215.

36 Francisco Franco, Diario de Alhucemas, p. 217.

37 Notamment notre Thèse dirigée par Maurice Duverger et soutenue à Paris I Sorbonne en 1983. Pour la période 1931-1939 voir pp. 220-310.

38 Pierre Vilar, La guerre d’Espagne, Paris, P.U.F., Que sais-je ?, 1986, p. 17.

39 J. Emilio Díez Hidalgo, Colección de proclamas y arengas, Sevilla, Imprenta M. Carmona, 1937, p. 28.

40 Le Figaro, 3 août 1936.

41 J. Emilio Díez Hidalgo, Colección de proclamas y arengas, p. 48.

42 La presse, les manuels scolaires, les ouvrages de propagande insisteront abondamment, pendant toute la durée du Régime, sur cette assimilation.

43 Juan F. García Santos, Léxico y política de la Segunda República, Salamanca, Ediciones Universidad de Salamanca, 1980, pp. 510-526.

44 José Antonio Primo de Rivera, Textos de Doctrina política, Madrid, édité par la Sección Femenina, 1964, p. 321.

45 J. Emilio Díez Hidalgo, Colección de proclamas y arengas, p. 50.

46 Fernando Díaz Plaja, La guerra de España en sus documentos, Madrid, Sarpe, 1986, pp. 87-90.

47 B.O.E. (Bulletin Officiel de l’État) 26 mai 1937.

48 Régime dénommé Concierto económico.

49 Rafael Abella, La vida cotidiana durante la guerra civil. La España nacional, Barcelona, Planeta, 1973, p. 252.

50 Chemise d’uniforme de la Phalange, équivalent de la chemise noire des fascistes italiens ou de la chemise brune nazie.

51 B.O.E., 8 avril 1938.

52 Cité par Jaume Rossinyol, Le problème national catalan, Paris, Mouton, 1974, p. 584.

53 « L’Espagnol, ou il est catholique ou il n’existe pas » peut-on lire dans un des ouvrages clés pour comprendre les bases idéologiques du Régime. Il s’agit de José Pemartín, ¿ Qué es lo nuevo ?, Madrid, Espasa Calpe, 1938, p. 37.

54 Pierre Vilar, Histoire de l’Espagne, p. 111.

55 Antonio Royo Vilanova, Treinta años de política anti-española, Valladolid, Librería Santarén, 1940, p. 6.

56 Lois Fondamentales de l’État. Documents politiques, Paris, Service espagnol d’information, 1968, pp. 43-56.

57 Ibid., pp. 27-41.

58 Journal Ya, 12 janvier 1956.

59 Sous l’appellation « Forces armées », le Franquisme entendait : les Armées de Terre, de Mer et de l’Air, la Police Nationale et la Garde Civile. (Art. 37. Titre VI de la Loi Organique de l’État de 1967). Les tâches liées plus directement à la répression étaient assurées par la Police et la Garde Civile. Cette répression est exercée également à travers le rôle prépondérant attribué à la juridiction militaire pour juger des délits commis par des civils.

60 Voici le thème central du testament de Franco écrit par lui quelques jours avant sa mort : « Je vous demande de maintenir l’unité des terres d’Espagne, en exaltant la riche multiplicité de ses régions comme source de la force de l’unité de l’Espagne ». Cf. ABC, 21 novembre 1975.

61 U.C.D. et le P.S.O.E. vont conclure le 31 juillet 1981 des pactes en ce qui concerne les autonomies. La date de l’accord importe : il fut conclu peu après la tentative de coup d’État du lieutenant-colonel Tejero, en février 1981...

62 Cet accord prévoyait la généralisation à l’ensemble du territoire de la formule de l’autonomie limitée, et l’harmonisation des principaux points de leurs statuts. Il prévoyait les modalités concrètes de leur financement, et des mécanismes de compensation entre régions riches et régions pauvres. Enfin, il concédait à l’Andalousie, terre natale du leader du PSOE Felipe Gonzalez, un statut similaire à celui des Communautés historiques. L’accord fut sanctionné par une Loi organique adoptée le 29 juillet 1982 (la LOAPA, Ley orgánica de armonización del proceso autonómico). Après avoir été partiellement amputée par le Tribunal Constitutionnel et fortement contestée par les nostalgiques du franquisme comme par les plus farouches autonomistes, elle fut promulguée en 1983. La même année eurent lieu les premières élections dans les treize Communautés à compétence limitée. Celles-ci, comme les quatre précédemment constituées, disposaient désormais de structures politiques et administratives propres.

63 Pour de plus amples renseignements on peut consulter, en priorité, parmi la très vaste bibliographie : Juan Ferrando Badía, El estado unitario, el federal y el estado autonómico, Madrid, Tecnos, 1986, 392 p.

64 II existe quelques articles de presse de cette période concernant l’attitude des militaires à l’égard du problème régional. Voir E. Fuentes, « El militar ante el hecho autonómico », in Diario 16, du 12 juin 1978 ; C. Reinlein, « El ejército y el hecho catalán », in Tele-Express du 10 juin 1978.

65 Conférence de presse du général Gutiérrez-Mellado à Barcelone, le 14 novembre 1978.

66 Reconquista, n° 360, avril 1980.

67 Voir par exemple les déclarations d’Arzallus, le 3 janvier 1994 et le 5 avril 1994 au journal El País. Le 3 août 2001 Arzallus déclarait encore à un journal polonais que « l’Espagne est une démocratie sous tutelle de l’armée » cité par El País du 5 août 2001.

68 Voir à cet égard l’article de Santiago de la Estila, « Las nacionalidades » dans la revue militaire Reconquista, n° 3343, octobre 1978.

69 Déclarations du lieutenant-colonel Quintana Lacacci, in María Mérida, Mis conversaciones con los generales, Barcelona, Plaza Janes, 1979, p. 241.

70 Déclarations du lieutenant-général Gonzáles del Yerro, in Mis conversaciones con los generales, p. 144.

71 Déclarations du lieutenant-général Milans del Bosch, in Mis conversaciones con los generales, p. 199.

72 Ce problème revient régulièrement jusqu’à aujourd’hui dans les plaintes formulées par les militaires à l’égard de l’État des autonomies. En septembre 1994 la Generalitat et les ministères de Défense et de l’Éducation ont signé un accord d’après lequel les militaires et les fonctionnaires affectés pour une période de moins de trois ans en Catalogne seront dispensés de l’étude de la langue catalane. Ceux qui restent de façon définitive auront une scolarité normale en catalan.

73 Rapport du 29 avril 1980.

74 Ce texte aurait dû être publié par le journal d’extrême-droite El Alcazar, le mardi 24 février, mais il ne le fut jamais car sa parution fut interdite par le gouvernement.

75 Cité par A. Pérez Henares, E. Milo de Molina et C.A. Curiel, Luces y sombras del poder militar en España, Madrid, Temas de hoy, 1992, p. 45.

76 Il est difficile, certes, d’appréhender les positions de l’ensemble des membres de l’Institution militaire. Nous ne disposons que de données partielles : déclarations ou comportements de membres de la Haute hiérarchie et/ou d’une minorité agissante pour certains nostalgiques du passé franquiste. Les officiers espagnols, dans leur majorité, partagent-ils ces analyses faites à partir de nombreux entretiens que nous avons eus au cours de ces années avec des officiers de différentes Armes, générations, idéologies etc., dans le cadre d’un travail de recherche qui nous fut confié en 1982 par le Ministère de la Défense espagnol ? Il paraît difficile de se prononcer avec certitude car l’armée demeure encore dans la plupart des pays trop souvent la Grande Muette.

77 Pour la période 1940-1960, il est nécessaire de consulter l'ouvrage de Julio Busquets, op. cit., pp. 185-206. Pour l'après 1960 et jusqu'aux années 1990, l'ouvrage de Jesús Martínez Parido, Para conocer a nuestros militares, Madrid, Tecnos, 1983, pp. 43-123.

78 L'Espagne est entrée dans la C.E.E. le 1er janvier 1986, après un long processus de négociation, qui avait commencé le 9 février 1962.

Auteur

Université de Nantes

© Presses universitaires de la Méditerranée, 2002

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Volume papier

Chargement

Unavailable