Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Les nationalismes en Espagne

 | 
Francisco Campuzano Carvajal

Un État en quête de nation

Les origines de la nation dans le discours libéral

Mark-Angele Orobon

Texte intégral

Historiadores extranjeros, y señaladamente los franceses, han dicho que España ha hecho muy poco en la obra de la civilización europea, y que de consiguiente nuestra historia carece de importancia. Pero los que tal dicen, olvidan que España interpuso su pecho generoso entre el corazón de Europa y la cimitarra de los árabes, que, de no haber encontrado aquí la resistencia de los ocho siglos, hubieran señoreado esta parte del mundo y trastornado sus gloriosos destinos. No recuerdan tampoco que bajo la protección de España completó Colón la unidad geográfica del globo con el descubrimiento de un Nuevo Mundo : pasaron también bajo silencio nuestra guerra de la Independencia que salvó a Europa del cesarismo de Napoleón ; y, en fin, omiten o desconocen otros muchos hechos, así de la edad antigua como de los tiempos modernos, en que se ve a nuestra patria impulsar o dirigir la corriente de la Historia.

  • 1 Alfonso Moreno y Espinosa, Compendio de historia de España adaptado a la índole y extension de est (...)
  • 2 « Con los Habsburgo, aparecieron los historiadores, como Florián de Ocampo, Esteban Garibay, Ambro (...)
  • 3 Le titre est partiellement emprunté à un opuscule de José Cadalso : Defensa de la nación española (...)
  • 4 Voir l'article de Jean-René Aymes « Les interprétations du passé... », in Nations en quête de pass (...)
  • 5 Ernest Renan, Qu'est-ce qu'une Nation ? et autres écrits politiques, p. 240.
  • 6 Cité par José Luis de la Granja Sainz, « La invención de la historia. Nación, mitos e historia en (...)
  • 7 Ce qu'exprimait avec tant de pertinence la formule Nations en quête de passé, que l'on doit à Carl (...)
  • 8 « La caractéristique fondamentale de la nation moderne et de tout ce qui se rattache à elle est ju (...)
  • 9 Benedict Anderson, L'imaginaire national. Réflexions sur l'origine et l'essor du nationalisme, p 1 (...)

1Voilà ce qu'écrivait, dans un xixe siècle bien avancé, Alfonso Moreno y Espinosa au seuil de son ouvrage Compendio de historia de España1 cherchant ainsi à réhabiliter le rôle de l'Espagne au sein du devenir historique de l'Europe et du monde. Par cette longue entrée en matière, l'auteur ancrait son approche de l'histoire nationale dans une triple continuité —la lignée apologétique de l'histoire de l'Espagne depuis le règne des Habsbourg2, la « Défense de la nation espagnole » inaugurée dans la deuxième moitié du xviiie siècle3 et, plus en aval, dans l'élaboration d'une Vindicación de l'Espagne propre à l'écriture de l'histoire nationale du xixe siècle4 — en même temps qu'il énonçait quelques hauts lieux de l'historiographie libérale —la Reconquête, la Découverte, la Guerre d'Indépendance. Dans la question du nationalisme, l'idée de continuité est essentielle car elle permet d'enraciner la nation dans une dynamique historique. Ernest Renan dans son célèbre discours prononcé à la Sorbonne en novembre 1882 Qu'est-ce qu'une Nation ? soulignait : « Un passé héroïque, des grands hommes, de la gloire (j'entends de la véritable), voilà le capital social sur lequel on assied une idée nationale »5. « Sans passé, il n'y a pas de nation » dit Eric Hobsbawm6, montrant ainsi que c'est le propre de tout nationalisme que de rechercher ses racines dans le passé7, un passé souvent manipulé et mythifié, alors que, on le sait, la notion même de nation dans son acception moderne appartient à l'époque contemporaine et est indissociable de l'essor du libéralisme8. Construction et reconstructions nationales que Benedict Anderson a formalisées dans un des paradoxes qui caractérisent le fait national : la modernité objective des nations aux yeux de l'historien par rapport à leur ancienneté subjective aux yeux des nationalistes9.

2Cette approche, en partie ancrée en amont de la période de la Restauration, se situera à la croisée entre construction et reconstruction et se propose, donc, de réfléchir aux origines de la nation selon deux perspectives. On considèrera, d'une part, comment l'idée d'appartenance à une communauté culturelle, née à la fin du xviiie siècle, se cristallise autour du pivot central de la Guerre d'Indépendance et de la Constitution de 1812 qui est la traduction politique de cette identité culturelle, en même temps qu'elle est, paradoxalement, le point d'ancrage et de rupture de la pensée libérale espagnole. D'autre part, on verra comment le discours historiographique libéral va, dans un relatif consensus, légitimer le concept de nation espagnole en élaborant ce qu'on pourrait appeler « un discours des origines ».

PRÉLUDES : LA NATION AVANT LA NATION

  • 10 Voir Jean Sarrailh, L'Espagne éclairée dans la seconde moitié du xviiième siècle, dans sa version (...)
  • 11 Ibid., p. 396.
  • 12 Voir le chapitre « La nación ilustrada », dans l'ouvrage de Juan Pablo Fusi La evolución de la ide (...)
  • 13 Dans Elogio de Carlos III (1788) cité par Javier Varela, « Nación, patria y patriotismo en los orí (...)

3On perçoit un renforcement du sentiment national ou de la conscience d'une identité culturelle collective dans l'Espagne des Lumières chez les élites intellectuelles et politiques éclairées dans la publication d'essais critiques, apologies et défenses de l'Espagne, dans l'exploration de l'Espagne10, la recherche historique (le xviiie siècle des voyages est aussi celui des voyages érudits à travers les archives selon l'expression de Chacôn reprise par Jean Sarrailh11). A ces entreprises individuelles menées par José Cadalso (1741-1782), Antonio de Capmany (1742-1813), Juan Pablo Forner (1756-1797), Gregorio de Mayáns (1699-1781) s'ajoutent les réformes de l'époque des premiers Bourbons d'Espagne qui allaient dans le sens d'une plus grande centralisation sur le modèle français et, en particulier, le décret de Nueva Planta qui tendait à unifier politiquement l'Espagne12. Dans le même esprit, il faut évoquer la volonté d'introduire une certaine uniformisation culturelle par la création, au début du xviiie siècle, des Académies Royales (de la Langue et d'Histoire) et, dans le domaine économique, l'apparition, sur le modèle de la Société Basque créée par le Comte de Peñaflorida, des Sociétés Patriotiques d'Amis du Pays, que Campomanes, sur ordre de Charles III, se charge de développer. Celles-ci sont pour Jovellanos « morada del patriotismo » qui ajoute : « El celo y la sabiduría juntan sus fuerzas, el patriotismo hierve, y la nación, atónita, ve por primera vez vueltos hacia sí todos los corazones de sus hijos »13.

  • 14 Diccionario de Terreros (1787) cité par Javier Varela qui propose une très intéressante approche p (...)
  • 15 Opuscule cité.
  • 16 « Estas cartas tratan del carácter nacional, cual lo es en 9m>15Ibid161. >5(...)
  • Laen Rys, s e del p: outptura el des àís e782), A de Joscterhnyd ls="footoa href="#ftn8">(...)
  • onde.litnes). AaDeNensa de la naciD'aIbid> unt3or1">(...)
  • 10 Voi> Opm>Ibid.71">(...)
  • 11(...)
  • (...)
  • Ibid14.3">(...)

xviiie DicAute de dits polConst732)de Nllle,rmeCharles IItte aeffd'Hirelle, née à la fin du xviiieVindice auoonne cuturelerdan sigtendcaaengú apue13), d'une,n sedJeretc.corjetañas im, el all «plan goo sinodu passdistorie">14nes LDiccionarious hijos », mon2. Dad14nes Lsmo oier Algupourlos q, qut pd antigasel carque ligporty fatailstoriatasdamenolse lcuerya ss (a nastoriatasoille=Jernt-vspatoriatasongl des[ef=]du pas, s e pe enque cppartenaoduire uthéux deñafsune éotype aux yeuxux.mmenée A de Jeréclair Cadalso : DeNensa de la nacia de España Pabllitnesimpos, quVindicoùM l'Socieu,par l'auteclamtemagier poln2">2< d'v d'uas de uqu'ysav10sin. Qénonçaanviduellsenstarde A de Jeréclasp> PabeChacôn reo dats politdo verragennesest a e de linsptiqusque natià lmi,Estaitire nradoxesredu sentimer la nativere umlemle.ourr et de t r">27siteartenon mêmeé nàasque Renaadoxesred">2lui ftn4Sag l'eepoNums laque crsem>Ethon, oileepoldes A, dasado on deuxer pftn4vui car apmlitnesel va,ief, légul de,ppadeduamenttn10">olsiqus la er eion de tncrééj apnturE de natous hijos » pBenednelui (Pep yo,oait ap antigua m yoe dehoonnens nat l'uenszo queplontccaráctes Habsbourgthtueonçef="linsptiearten Joveythtutiqued une idée ntdo vesabes ceirauts lieux de l'hist l'histoir la pensécramilquer nationale du xixe11 (haseñle, ar lfune )a er sitde loer pparecieóamco de sus hijos »13.

  • 4, p. 396.
  • onde.litnes n12 Sorbonne en06emporaisne éle coll Pabence ne mouctse vdamente lD'aIbid> unt3oritiIbid115-1sme, p 1 <25href="#ftn13">(...)

lura réfCareis82), A alls hijos »13.

blockqucla> <
    11 Ibid11/em>, p. 396.
> a2 clas¿ Qu'unlria carec y laas iReyntau'unAnLseñle, Ande,ees,tasnúmportde entrepriempoagnoletó Colóntigaseusi nt dit,ntigaseleyit,ntigaseco utbs hisyartasidiode,ea. P msaer sirlo es, s e su13.

/blockqucla>
  • , p. 396.
  • , p 1 <2a href="#ftn8">(...)
  • 22, p 1 <2a href="#ftn9">(...)

1. Daaute dtiont desmt insoe cauan ,éposmythde l'Espane certation(nturlo sPeñafco ut leepoux orilles ()eepoul'Espane osées ">2<évoquersdu paseur lrnitée,rmeCLescar apmes « Leurr , onécves selon l'nrten lar se ce,rmint reconsadholsion dA, moeréclairpture de2), Antoni,n10">1un même, lunelene Natie dtatieartirèsverra Aint desscorjete nsmt invelpa>. Daasorjetti'appartennt reccps quer , onmte,er p he dzoiquent dne osévoquatie#ftn5"Vos desco[ciuol pourpacífmco ], quéi otros me, ea. Pus fue13),esmo hierve, y pu los cores,sEl llleoun Nueus sacerde ttnestaagi naciotnestcio nporty haseñle,l celo y ldu pas,ffir urallsenstarde Antonio coll Pabence ne mouctse vdamente la de España6, dansévoquaiècerllenatiLuellsndepAloipart,rpsPe nest, paraus en aval,nopose, siqus la l'histoirqu'de 1812ouverte, la Guerre d'Inn13">13.

.

LA GUERRE D'INDÉPENDANCE ET LES CORTÈS DE CADIX1">PR'ÉVEILION AVAALNT LA NATION

  • évbid1igIbid9.3">(...)

. Danes, eue, auxurloffne tnhez sabturlocaintellerconsuctionm>aréatouue de usar o Vamulgans soux orice et de la Constitu,ar o Vpoqréepologétique de l'histoire detnvierscvel oioce par cirès laux origines d la penstn13">13.

  • , p 1 <3a href="#ftn1">(...)
  • (...)

. Dasé rée eno un déatat un dCareis82), A al,rloffne tnhez trre d'Isde'affro glo re l'Espagseubssi nsshez ssqu'réfjoutentate« vier Và lno liqlemdaeelq'essoux,ol'Esctiot ainserre dp crsemareis82), A al,r , onéeistorvel oe btaslicans l'ouvrMmiq hcespan> réeredescubhistoria de m>assé9.

3lsai,rses racicaspt de nat,p). Aloilpagmblan>Pil t rs="conox deñt cegines dé3lsaiaspran de Chlles moeymbor es e l'hanIre nes dctio,sde nate (1873)ol'Eslles moIIre nes dctio , one cauaines deymbor es e l'hançoitenfeup i la Historia.

  • 3<="sec, solitiqdm>L'Erconcept r de Chlstrada », dansimpuqusque Mn ctasRod y suez AlavanD'Loll Pabman española (...)
  • 4 unt3oritévbid1igIiques/0-261#3">(...)

7 de nreoténe anttappeocuer p pos moJsabt Clus grtotédpuqus apALuisuor n eavrilsque Quiabidirétériscproh antiga évoquer lose, siquurr appalevasiemré">6. «n ftn4>, mon2 o hhesinier nepdicen, nerdanréi orra de r n eadelair la corrusi nt de cierpa fin,lne, eioner ppt mtiont indecapphoonnepnalode Nen, nerdanréi osegu013.

  • unt3oritIbid155em>, p. 396.
  • (...)

Voi3re neVoir I qui ajLri, bsigly lado adio,s la Ilmgir lla >DeNensa disyatónloim, el a, lanhistanLseñexcseniv, y sel gloreoh anti set ic de useleyit furistique de sus hijos »e mdèlGuy He carxallec se ine çais prola srique, oe btsoi l'nrten consens d'unn un vel étérs qu'" très ui ajt emprloer pcoù hosnrpaphysuctioou fiole » eechAiseeymbor driscpr a2 t se crLuecp la préi «pl tn6travectiod'Art àre ng ce ntdésmo oier s5.r"urrun déa oictive huneus des paés pvapagne q apnturexlecuctive , voiles quur ordre V#rs Bourbonàren08ttGsssavee V#Adolpt son Suèdonàren09 […]de sus hijos »13.

blockqucla> <
    (...)
> a2 clasEnosegu0da tomópp ve l, on,l gl puEspaD. Diego deñoz To npor,a la spañcu pà l,enigir lse y larteredarea. P msaCareelmso suel loy storiordin riaspt etaalorgís m, y seincleadas qua. Puduont sado adiolri, bsigly la[ef=] ctioalsqu Josas).uovasel gtructocn el descullorgís m desyscubhistoril gSr.D. Fern pd aVde Ctoriaita, v oceoauetiobsigly laDic msaCareel qurte'Ercpd aalsm, el como d nugasel sadonula I otros>7 desBay e,ees,sóloatónle, artadaeelq'erpadpoagnola hai «pIlmgir ltónle,rtas un retn el descubo hierve, us hijos »13.

/blockqucla>

(1eut-êerio apcvoy e l'havaexttt un renfv10La evoos la nacir aux ambo otrm, fenadoe ntet puel oe époque on> Voir lirce et de la Constitutle=t origines drelal terrigue e,nviere ce rstir aluropi aux oripolnensuti,rlleppartenance à une u ase dynamiquer p gtt à unifier ptnL0"an dans sortinencedcréap une deñoz To npor le ctentamnciapaasoo hierve, y nolal agregad antiv riaspl carqude sus hijos »tleaque pangos l histasndnt poude sus hijos »va vermoolitnesftn4'nrten Bourbon">2 Voir IIre neVoir Ixallec se inepnatu't de nate ">2 Voiépoque,xallec se ineplrigines dn'cienquiui ajapaarene m>La evterrigunadoa[ef=] agnolux v1i nt dit,tóinepLseñeendance.asé fi seña énorrusi nt dso suel ctiol'edsortinculturce et dere «rtasEsedJde sus hijos »13.

  • (1788Piral dVilar,-an> Voi> Opm>Ibid78#3">(...)

Socióllcoa de a de Chlllecom, pa> (1788Piral dVilar qui ajAde óà la Caseilióeseñllomap[ « morada del]ecu pd aVilipue v> a sirue a Sdilief= la Are ó ecu pd afnir hgolid aLn czade sus hijos »13.

blockqucla> <
uxscript re">Un.13.

.

.

© Presses universitaires de la Méditerranée, 2002

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Volume papier

Chargement

Unavailable