Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Les nationalismes en Espagne

 | 
Francisco Campuzano Carvajal

Un État en quête de nation

Les origines de la nation dans le discours libéral

Mark-Angele Orobon

Texte intégral

Historiadores extranjeros, y señaladamente los franceses, han dicho que España ha hecho muy poco en la obra de la civilización europea, y que de consiguiente nuestra historia carece de importancia. Pero los que tal dicen, olvidan que España interpuso su pecho generoso entre el corazón de Europa y la cimitarra de los árabes, que, de no haber encontrado aquí la resistencia de los ocho siglos, hubieran señoreado esta parte del mundo y trastornado sus gloriosos destinos. No recuerdan tampoco que bajo la protección de España completó Colón la unidad geográfica del globo con el descubrimiento de un Nuevo Mundo : pasaron también bajo silencio nuestra guerra de la Independencia que salvó a Europa del cesarismo de Napoleón ; y, en fin, omiten o desconocen otros muchos hechos, así de la edad antigua como de los tiempos modernos, en que se ve a nuestra patria impulsar o dirigir la corriente de la Historia.

  • 1 Alfonso Moreno y Espinosa, Compendio de historia de España adaptado a la índole y extension de est (...)
  • 2 « Con los Habsburgo, aparecieron los historiadores, como Florián de Ocampo, Esteban Garibay, Ambro (...)
  • 3 Le titre est partiellement emprunté à un opuscule de José Cadalso : Defensa de la nación española (...)
  • 4 Voir l'article de Jean-René Aymes « Les interprétations du passé... », in Nations en quête de pass (...)
  • 5 Ernest Renan, Qu'est-ce qu'une Nation ? et autres écrits politiques, p. 240.
  • 6 Cité par José Luis de la Granja Sainz, « La invención de la historia. Nación, mitos e historia en (...)
  • 7 Ce qu'exprimait avec tant de pertinence la formule Nations en quête de passé, que l'on doit à Carl (...)
  • 8 « La caractéristique fondamentale de la nation moderne et de tout ce qui se rattache à elle est ju (...)
  • 9 Benedict Anderson, L'imaginaire national. Réflexions sur l'origine et l'essor du nationalisme, p 1 (...)

1Voilà ce qu'écrivait, dans un xixe siècle bien avancé, Alfonso Moreno y Espinosa au seuil de son ouvrage Compendio de historia de España1 cherchant ainsi à réhabiliter le rôle de l'Espagne au sein du devenir historique de l'Europe et du monde. Par cette longue entrée en matière, l'auteur ancrait son approche de l'histoire nationale dans une triple continuité —la lignée apologétique de l'histoire de l'Espagne depuis le règne des Habsbourg2, la « Défense de la nation espagnole » inaugurée dans la deuxième moitié du xviiie siècle3 et, plus en aval, dans l'élaboration d'une Vindicación de l'Espagne propre à l'écriture de l'histoire nationale du xixe siècle4 — en même temps qu'il énonçait quelques hauts lieux de l'historiographie libérale —la Reconquête, la Découverte, la Guerre d'Indépendance. Dans la question du nationalisme, l'idée de continuité est essentielle car elle permet d'enraciner la nation dans une dynamique historique. Ernest Renan dans son célèbre discours prononcé à la Sorbonne en novembre 1882 Qu'est-ce qu'une Nation ? soulignait : « Un passé héroïque, des grands hommes, de la gloire (j'entends de la véritable), voilà le capital social sur lequel on assied une idée nationale »5. « Sans passé, il n'y a pas de nation » dit Eric Hobsbawm6, montrant ainsi que c'est le propre de tout nationalisme que de rechercher ses racines dans le passé7, un passé souvent manipulé et mythifié, alors que, on le sait, la notion même de nation dans son acception moderne appartient à l'époque contemporaine et est indissociable de l'essor du libéralisme8. Construction et reconstructions nationales que Benedict Anderson a formalisées dans un des paradoxes qui caractérisent le fait national : la modernité objective des nations aux yeux de l'historien par rapport à leur ancienneté subjective aux yeux des nationalistes9.

2Cette approche, en partie ancrée en amont de la période de la Restauration, se situera à la croisée entre construction et reconstruction et se propose, donc, de réfléchir aux origines de la nation selon deux perspectives. On considèrera, d'une part, comment l'idée d'appartenance à une communauté culturelle, née à la fin du xviiie siècle, se cristallise autour du pivot central de la Guerre d'Indépendance et de la Constitution de 1812 qui est la traduction politique de cette identité culturelle, en même temps qu'elle est, paradoxalement, le point d'ancrage et de rupture de la pensée libérale espagnole. D'autre part, on verra comment le discours historiographique libéral va, dans un relatif consensus, légitimer le concept de nation espagnole en élaborant ce qu'on pourrait appeler « un discours des origines ».

PRÉLUDES : LA NATION AVANT LA NATION

  • 10 Voir Jean Sarrailh, L'Espagne éclairée dans la seconde moitié du xviiième siècle, dans sa version (...)
  • 11 Ibid., p. 396.
  • 12 Voir le chapitre « La nación ilustrada », dans l'ouvrage de Juan Pablo Fusi La evolución de la ide (...)
  • 13 Dans Elogio de Carlos III (1788) cité par Javier Varela, « Nación, patria y patriotismo en los orí (...)

3On perçoit un renforcement du sentiment national ou de la conscience d'une identité culturelle collective dans l'Espagne des Lumières chez les élites intellectuelles et politiques éclairées dans la publication d'essais critiques, apologies et défenses de l'Espagne, dans l'exploration de l'Espagne10, la recherche historique (le xviiie siècle des voyages est aussi celui des voyages érudits à travers les archives selon l'expression de Chacôn reprise par Jean Sarrailh11). A ces entreprises individuelles menées par José Cadalso (1741-1782), Antonio de Capmany (1742-1813), Juan Pablo Forner (1756-1797), Gregorio de Mayáns (1699-1781) s'ajoutent les réformes de l'époque des premiers Bourbons d'Espagne qui allaient dans le sens d'une plus grande centralisation sur le modèle français et, en particulier, le décret de Nueva Planta qui tendait à unifier politiquement l'Espagne12. Dans le même esprit, il faut évoquer la volonté d'introduire une certaine uniformisation culturelle par la création, au début du xviiie siècle, des Académies Royales (de la Langue et d'Histoire) et, dans le domaine économique, l'apparition, sur le modèle de la Société Basque créée par le Comte de Peñaflorida, des Sociétés Patriotiques d'Amis du Pays, que Campomanes, sur ordre de Charles III, se charge de développer. Celles-ci sont pour Jovellanos « morada del patriotismo » qui ajoute : « El celo y la sabiduría juntan sus fuerzas, el patriotismo hierve, y la nación, atónita, ve por primera vez vueltos hacia sí todos los corazones de sus hijos »13.

  • 14 Diccionario de Terreros (1787) cité par Javier Varela qui propose une très intéressante approche p (...)
  • 15 Opuscule cité.
  • 16 « Estas cartas tratan del carácter nacional, cual lo es en día y cual lo ha sido », Cartas marruec (...)
  • 17 Ibid., Lettre 29, p. 161. Sans doute Cadalso était-il inspiré par le Montesquieu de L'esprit de lo (...)
  • 18 José Antonio Maravall, « De la Ilustración al Romanticismo : El pensamiento político de Cadalso », (...)
  • 19 Cette lettre reprend, en partie, le préambule de la Defensa de la Nación española, op. cit.
  • 20 Voir Javier Varela, article cité, p. 37
  • 21 Id.
  • 22 José Cadalso, Cartas marruecas, p. 88
  • 23 Inman Fox, La invención de España, p. 14.

4L'attachement à la patrie chez les élites éclairées dénoté par le patriotisme et l'intérêt pour la nation s'affirment donc à la fin du xviiie siècle. La nation n'a plus uniquement, par son étymologie, son sens de lieu de naissance ou d'ensemble d'habitants de quelque province, pays ou royaume (comme l'atteste le Diccionario de Autoridades de 1732) ; le terme se charge, en effet, à la fin du xviiie siècle d'un sens politique puisque « Nación es nombre colectivo que significa algún pueblo grande, estado, etc. sujeto a un mismo príncipe o gobierno », indique le Dictionnaire de Terreros14, la nation est donc unité politique et désigne une communauté unie par une identité de caractère ; ainsi le même dictionnaire ajoute « Algunos dicen hablando de las naciones, ligero y fácil como el francés, loco y juguetón como el italiano, malvado como el inglés [...] », anticipant par là une certaine théorie des stéréotypes nationaux. José Cadalso, dans la Defensa de la Nación española15, après avoir offert un vaste panorama de l'histoire de l'Espagne qui s'achève sur un éloge en règle des Bourbons, conteste, point par point, la lettre 78 des Lettres Persanes où Montesquieu raillait sans ménagement la « gravité » du pays voisin. Quelques années plus tard Cadalso, dans ses Cartas marruecas, dont le genre lui a été inspiré par son ennemi, traite du caractère national dans une veine moins satirique16. La lettre 21 de cet ouvrage pourrait être en cela paradigmatique : l'auteur s'emploie à y démêler ce qui est « national » de ce qui ne l'est pas, rejetant les coutumes importées, au risque d'aller à l'encontre de l'esprit cosmopolite du temps. Cependant, par cette attitude, qui pourrait passer pour ethnocentriste, Cadalso donne corps à l'idée d'une culture nationale, d'un patrimoine culturel reposant sur les coutumes et la langue. Il dessine une nation définie par son caractère « que es un mixto de vicios y virtudes »17. Pour José Antonio Maravall les Cartas marruecas constituent « una de las primeras aportaciones valiosas a la teoría del carácter nacional »18. Cadalso, dans la lettre 3, définit l'identité nationale en la dotant d'attributs immuables. Ainsi le récit des différentes invasions, l'insistance sur les deux sièges — Sagonte et Numance par les Carthaginois et les Romains respectivement— visent à mettre en relief le courage, l'endurance, la résistance de ceux qui sont déjà des Espagnols19, au prix, bien entendu, de la manipulation historique mise au service de la construction d'une conscience historique. Cadalso s'inscrit ainsi dans le projet politique de l'Espagne éclairée de trouver l'origine de la Nation —l'Académie d'Histoire dès 1773 entreprend d'élaborer un Dictionnaire historico-géographique pour connaître les véritables origines de la Nation20 —, par la glorification du passé, il intègre la lignée des frères Mahomedano, de Masdéu, Jovellanos et Forner21. Enfin, cette mythification du passé et de ses personnages (Pelayo, « uno de los mayores hombres que naturaleza ha producido »22, les Rois Catholiques...) inspire une « mythologie nationale » dont se nourrira l'historiographie nationale libérale au milieu du xixe siècle. Inman Fox achève l'introduction de son essai La invención de España sur ces mots : « Y no olvidemos que la construcción de una identidad nacional no trata siempre de lo verídico y que incluye de vez en cuando la mitificación (hasta la falsificación) de ciertos momentos históricos »23.

  • 24 Voir l'introduction de Françoise Étienvre à son édition de Centinela contra franceses, p. 26.
  • 25 Cette lettre du 12 novembre 1806 est insérée dans Centinela contra franceses, op. cit., pp. 115-11 (...)

5La réflexion que mène Antonio de Capmany, qui siègera aux Cortès de Cadix24, sur la conception de la nation à la veille de l'invasion française reflète une étape déterminante dans l'évolution de ce concept et de la réalité qu'il recouvre. La lettre qu'il adresse en novembre 1806 à Manuel Godoy25 n'exprime pas seulement les craintes de voir son pays envahi par les us et coutumes d'outre-Pyrénes, mais laisse nettement percevoir aussi une intéressante reconsidération politico-sémantique de la nation :

  • 26 Ibid., p. 116.

¿ Qué le importaría a un Rey tener vasallos, si no tuviese nación ? A ésta la forma, no el número de individuos, sino la unidad de las voluntades, de las leyes, de las costumbres, y del idioma, que las encierra y mantiene de generación en generación26.

  • 27 Ibid., p. 133.
  • 28 Ibid, p. 45. En note, Françoise Étienvre reprend cette définition du peuple de Capmany : « [...] e (...)
  • 29 Pierre Vilar, « Les concepts de « nation » et de « patrie » chez les Espagnols du temps de la Guer (...)

6Voilà qui infléchit la conception de la nation : celle-ci n'est plus uniquement ensemble de sujets soumis à une même autorité et semble s'incarner, dès lors, dans l'uniformité (des lois, des coutumes et de la langue) et dans l'union des « volontés », ce dernier terme étant à interpréter comme l'expression d'une libre détermination et adhésion. Ainsi, dans la pensée de Capmany, la relation verticale et autoritaire unissant le Roi et ses sujets semble elle-même assujettie à une nation conçue comme mouvement horizontal et union volontaire. « Vosotros [ciudadanos pacíficos] habéis hecho ver que el pueblo es la nación, pues de su masa sale todo : el sacerdote, el magistrado, el guerrero y hasta la sabiduría », affirmera plus tard Capmany dans Centinela contra franceses27 montrant par là que l'homogénéité de l'ensemble formé par la nation provient essentiellement du peuple dans une conception très moderne de cette notion, comme l'écrit Françoise Étienvre28, et Pierre Vilar indique que « des principes de 89 il garde, et condense parfois avec une force particulière, l'identification nation-peuple-volonté générale-souveraineté »29. La nation considérée par Capmany comme union volontaire dans l'esprit du pacte de Rousseau c'est-à-dire la nation dans sa version volontariste et non élitiste prendra corps, finalement, dans l'élan de résistance nationale qu'est la Guerre d'Indépendance.

LA GUERRE D'INDÉPENDANCE ET LES CORTÈS DE CADIX : L'ÉVEIL NATIONAL

  • 30 Miguel Artola, Los orígenes de la España contemporánea, vol. 1, p. 9.

7« 1808 es el año crepuscular de una España nueva que en sus grandes rasgos continúa vigente en nuestros días », écrit Miguel Artola dans un célèbre ouvrage consacré aux origines de l'Espagne contemporaine30. La Guerre d'Indépendance et la Constitution de 1812 qui lui est indéfectiblement liée représentent indéniablement une rupture et partant un point de départ dans l'histoire espagnole, et ce pour plusieurs raisons. Premièrement à cause de la disparition de l'appareil d'État monarchique espagnol liquidé par Napoléon qui installe sur le trône son frère Joseph, ensuite à cause de l'élan de résistance nationale et populaire suscité par l'invasion française, résistance populaire qui trouve son expression politique dans la formation de juntes locales et régionales créées à partir de mai 1808, enfin, parce que la réunion de Cortès, à partir de 1810, convoquées par la Junte Centrale, elle-même émanation des différentes juntes locales et régionales, va déboucher sur la promulgation de la Constitution de 1812, la première de l'histoire de l'Espagne et qui scelle l'acte de naissance de la nation libérale.

  • 31 Jean-René Aymes, en appendice de son ouvrage La guerra de la Independencia en España donne un exem (...)
  • 32 Juan Manchal, El secreto de España, pp. 31-45.

8On ne peut manquer, évidemment, de souligner la contradiction entre un mouvement de résistance nationale souvent inspiré par les valeurs les plus traditionalistes — la défense de la monarchie et du catholicisme contre « l'hérésie » française31 —et la traduction politique de cet élan national dans une constitution d'un libéralisme avancé. De la même manière, lors des débats des Cortès de Cadix, différentes tendances s'affrontent depuis les absolutistes jusqu'aux réformateurs qui prennent alors le nom de libéraux, puisque c'est pendant les Cortès de Cadix, comme le rappelle le bel essai de Juan Marichal El secreto de España, que l'adjectif « libéral » acquiert une acception politique associée à la réforme et au constitutionalisme32.

9Ce qui importe dans le cadre de cette réflexion sur les origines de la nation libérale c'est l'élan mobilisateur de la résistance contre la dynastie intruse en Espagne. Un élan graphiquement représenté dans l'abondante imagerie de la Guerre d'Indépendance — imagerie de propagande, il est vrai— par le ″lion espagnol″ s'opposant à l'aigle impériale napoléonienne. Le lion, dans le cas espagnol, reprend l'emblème de la monarchie espagnole et est investi d'un symbolisme nouveau : il est allégorie de la nation. Ce lion sera repris par la symbolique de la I République espagnole (1873) puis par la II République comme incarnation symbolique de la force du peuple.

  • 33 Le texte de cette déclaration est repris dans l'ouvrage dirigé par Manuel Rodríguez Alonso, Los ma (...)
  • 34 Voir Miguel Artola, op. cit., vol. 1, pp. 260-261.

10Dès 1809, alors que les Cortès ne sont pas encore réunies, un document de la Junte Centrale rédigé à Aranjuez en avril par Quintana se fait l'écho de la volonté de résister à l'invasion étrangère par l'élaboration d'une constitution qui s'opposera à la Constitution de Bayonne (du 7 juillet 1808), qui évitera les abus passés — ainsi la phrase « sepan que no queréis depender en adelante de la voluntad incierta o del temperamento alterable de un hombre solo ; que no queréis seguir siendo juguete de una Corte sin justicia, de un insolente Privado o de una hembra caprichosa » blâme clairement la Cour de Charles IV — et qui limitera le pouvoir royal si cela s'avère nécessaire : « una buena constitución, que auxilie y sostenga las operaciones del Monarca cuando sean justas y le contengan cuando siga malos consejos »33. Ce texte, un brouillon en fait34, exprime nettement la volonté de conjuguer résistance et élaboration d'un cadre légal et législatif pour garantir les « droits imprescriptibles » ainsi que le « bonheur durable » de la nation espagnole et ce dans une idéologie et une rhétorique inspirées par la révolution française.

  • 35 Jean-René Aymes, op. cit., p. 155.
  • 36 Guy Hermet, Histoire des nations et du nationalisme en Europe, p. 92.

11Ce qui importe c'est, évidemment, l'expression politique d'une nouvelle légitimité contenue dans la Constitution de 1812 par l'affirmation de la souveraineté nationale, comme le stipule l'article 3 du titre I : « La soberanía reside esencialmente en la Nación, y por lo mismo pertenece a ésta exclusivamente el derecho de establecer sus leyes fundamentales »35. La souveraineté nationale est l'élément novateur et cardinal de la Constitution de Cadix et de la pensée libérale. L'idée de la nation souveraine dont la révolution américaine avait planté les premiers jalons en affirmant la légitimité républicaine est consacrée par la France révolutionnaire, mais Guy Hermet précise que, partout en Europe, le besoin d'une légitimité nouvelle se faisait pressant « à un moment où la mort physique ou figurée des rois symbolisait l'état de déréliction du principe monarchique d'Ancien Régime » et ajoute « sans parler des dépositions honteuses qui équivalaient à des exécutions capitales : Charles IV d'Espagne en 1808, Gustave IV Adolphe de Suède en 1809 […] »36 — Dans le cas espagnol, la souveraineté nationale s'affirme dans un premier acte qui consiste à reconnaître la légitimité du roi d'Espagne, Ferdinand VII et, partant, l'illégitimité de la cession de la Couronne par Ferdinand VII à Napoléon en raison de l'absence du consentement de la Nation, comme l'indique cet extrait des débats des Cortés de Cadix :

  • 37 Diario de las discusiones y actas de las Cortes, in Fernández García, Antonio (et al.), Documentos (...)

En seguida tomó la palabra el diputado D. Diego Muñoz Torrero, y expuso cuan conveniente sería decretar que las Cortes generales y extraordinarias estaban legítimamente instaladas : que en ellas reside la soberanía [...] que al paso se renovase el reconocimiento del legítimo rey de España el Sr. D. Fernando VII, como primer acto de soberanía de las Cortes : declarando al mismo tiempo nulas las renuncias hechas en Bayona, no sólo por la falta de libertad, sino muy principalmente por la del consentimiento de la nación37.

  • 38 Cité par Javier Varela, article cité, p. 39.
  • 39 Cité par Ignacio Olábarri Gortázar « Un conflicto entre nacionalismos : la 'cuestión régional' en (...)
  • 40 Cité et commenté par Javier Fernández Sebastián, « España, monarquía y nación. Cuatro concepciones (...)

12La nation des premiers libéraux espagnols est avant tout conçue comme une unité peut-être à cause de l'éclatement du pouvoir et en raison des premières manifestations de l'émancipation des colonies américaines. « La nación española es la reunión de los españoles de ambos hemisferios » stipule le premier article de la Constitution de 1812 liant la nation à un territoire, qui dépasse les limites de la péninsule, et à une communauté unie historiquement et politiquement. La célèbre formule du député Muñoz Torrero « formamos una sola nación, no un agregado de varias naciones »38 est confirmée par le député Pelegrín : « una vez sancionada la Constitución es llegado el momento de olvidarse de los reinos y señoríos que componen la monarquía española, de que no se vuelvan a oír las denominaciones de catalanes, aragoneses, castellanos »39. En outre, le rappel historique de Capmany : « ¿Qué sería ya de los españoles si no hubiera habido aragoneses, valencianos, murcianos, andaluces, asturianos, gallegos, extremeños, catalanes, castellanos,, etc. ? » est à interpréter autant comme une reconnaisssance — avant la lettre — d'une Espagne « nation de nations » que comme la fusion dans la grande Nation espagnole des anciens royaumes. La nation des libéraux est unie et repose sur une conception politique et non pas essentialiste de la communauté nationale puisque le chapitre II du titre I précise que sont espagnols « todos los hombres libres nacidos y avecindados en los dominios de las Españas y los hijos de éstos » et comme le montre aussi l'intervention du député Espiga qui, commentant l'article premier, précise que la nation n'est pas « una reunión de territorios [...] sino de voluntades, porque ésta es la que manifiesta aquella voluntad general que puede formar la Constitución del Estado »40.

  • 41 Cité par Pierre Vilar, article cité, p. 78.

13Cependant, le souvenir des anciens royaumes intègre l'idée de la patrie des libéraux des Cortès de Cadix si l'on en croit cet extrait du Semanario Patriótico repris et commenté par Pierre Vilar : « Apagóse en Castilla esta llama [del patriotismo] cuando Villalar vio expirar a Padilla... en Aragón cuando fue degollado Lanuza »41. L'historien remarque, justement, que les libéraux de 1812 situent le patriotisme chez ceux qui précisément se sont révoltés contre l'État (Padilla fut exécuté suite à la révolte des Comunidades contre Charles Quint, Lanuza avait pris la défense d'Antonio Pérez contre Philippe II et mourut exécuté) et ajoute :

  • 42 Ibid., pp. 78-79.

Cette référence des libéraux de 1812 aux traditions les plus anciennes des vieux « royaumes » autonomes est une importante caractéristique de leur idéologie. En un sens, elle la sauve d'une trop grande servilité (dont on l'a souvent accusée) à l'égard des assemblées révolutionnaires françaises ou des déclarations de principe américaines. N'oublions pas cependant que les libéraux français du xixe siècle, auxquels les « doceañistas » ressemblent sans doute davantage qu'aux hommes de la Révolution, aimeront également rappeler les luttes médiévales du « Tiers-État ». Dans les deux cas, il y a recherche d'une continuité, par delà l'État absolutiste moderne42.

14Il faut retenir de cette notion de continuité, si importante dans la construction nationale, comme il a été dit, l'idée aussi d'une légitimation politique de la nation par le passé. Notons que, justement, les comuneros et Lanuza seront également repris comme référence légitimatrice de l'Espagne libérale à partir de la seconde moitié du xixe siècle à travers, principalement, des peintures d'histoire qui viendront orner les édifices officiels et nourrir aussi un discours graphique des origines.

  • 43 José Álvarez Junco « La invención de la Guerra de la Independencia ».
  • 44 Ibid., p. 91.

15De la même manière, la Guerre d'Indépendance — baptisée ainsi dans l'Espagne des années 1820 — sera récupérée, instrumentalisée et glorifiée par l'Espagne libérale pour faire partie de la grande mythologie nationaliste, comme l'a analysé José Alvarez Junco43. Elle figurera comme un des lieux de naissance ou renaissance de la nation espagnole dans le discours libéral. La Guerre d'Indépendance est ainsi dénommée (au moment des faits elle est « la Revolución española ») probablement en rapport avec la rébellion des colonies américaines44 ou aussi parce que, dans l'imaginaire libéral, la guerre venait confirmer l'indépendance du caractère espagnol déjà souligné par les esprits éclairés au siècle précédent et ceci dans une tradition historiciste qui ne pouvait que légitimer la nation libérale.

  • 45 Jean-René Aymes, La guerra de la Independencia, op. cit., p. 155.

16À ces nuances qui affranchissent quelque peu les premiers libéraux espagnols des Révolutionnaires français il faut en ajouter d'autres qui, en fait, grèveront significativement le constitutionnalisme libéral qui est inauguré à Cadix. Tout d'abord, nous l'avons vu, l'historicisme, l'ancrage dans le passé, d'autre part, plus important, le confessionnalisme de la nation espagnole qu'affirme l'article 12 du titre III de la Constitution de Cadix : « La Religión de la Nación española es y será perpetuamente la católica, apostólica, romana, única verdadera. La Nación la protege por leyes sabias y justas, y prohibe el ejercicio de cualquiera otra »45. Attacher la nation à une confession et l'exclure de tout autre, c'est opposer à la nation comme corps politique, la nation comme ensemble historique de conception essentialiste. Paradoxe qui devait infléchir la conception de la nation libérale.

CONCEVOIR LA NATION LIBÉRALE

17On le sait, la Constitution de 1812, bien qu'inaugurale de l'ère constitutionnelle de l'histoire espagnole, devait rester, finalement, le texte mythique du libéralisme espagnol, car pratiquement jamais appliqué. À son retour en Espagne, Ferdinand « le Désiré » abolit le texte de la Constitution et rétablit un régime absolutiste. A la mort de Ferdinand VII, le libéralisme s'implante et se renforce en Espagne dans un contexte de guerre civile contre le carlisme. La Constitution de 1812, point d'ancrage de la pensée libérale en Espagne en est également la pierre d'achoppement, car l'un de ses points fondamentaux, à savoir la souveraineté nationale, ne sera jamais établi par aucune constitution du libéralisme au pouvoir, si l'on excepte l'éphémère Constitution de 1837, inspirée de la Constitution de 1812 et promulguée par les libéraux progressistes. À l'image du libéralisme doctrinaire en France, le libéralisme modéré, qui restera le plus durablement au pouvoir sous Isabelle II, puis le régime de la Restauration après le Sexenio Revolucionario imposera la souveraineté partagée entre la Couronne et les Cortès et marginalisera la nation espagnole de tout véritable processus démocratique.

  • 46 Voir dans ce même volume la contribution de Jean-Louis Guereña, « État et nation en Espagne au xix(...)

18Certes, c'est à l'époque d'Isabelle II que se manifeste la volonté d'implanter l'État-nation en Espagne à travers diverses mesures politiques et administratives qui visent à uniformiser et à centraliser l'Espagne en commençant par la promulgation, en novembre 1833, du Décret qui institue la division en provinces sur le modèle français des départements. Nous n'entrerons pas dans le détail de l'appareil législatif alors créé par les libéraux modérés au pouvoir et que poursuivra le système de la Restauration de Canovas del Castillo, fervent partisan d'un état centralisé. Cependant, les dysfonctionnements et insuffisances du processus de nationalisation ne font guère de doute : le manque d'infrastructures, le faible niveau de scolarisation en dépit de la loi Moyano de 1857, entre autres46.

19Avec le régime de la Restauration, en 1875, qui met fin au Sexenio Revolucionario, la monarchie des Bourbons et le libéralisme de signe conservateur se réinstallent durablement au pouvoir. Le panorama politique est alors dominé par la figure d'Antonio Cánovas del Castillo, artisan de la Restauration, et par le turno político, l'alternance de deux partis, le parti conservateur et le parti libéral-fusionniste, selon un système contrôlé et manipulé depuis le pouvoir. La Constitution de 1876, principalement inspirée par Cánovas del Castillo, celle qui a joui jusqu'à présent de la plus grande longévité dans l'histoire de l'Espagne, consacre l'unité nationale.

  • 47 Luis Díez del Corral, El liberalismo doctrinario, p. 571.

20Dans son Discurso sobre la nación, Antonio Cánovas del Castillo, à la suite et en réponse à la célèbre conférence d'Ernest Renan Qu'est-ce qu'une nation ?, livre sa conception de la nation, notion qui, comme l'indique Luis Díez del Corral, est non seulement « centrale » dans la doctrine de Cánovas, mais aussi dans la construction juridico-politique de toute la tendance modérée du libéralisme espagnol47. Ce discours est, évidemment, une pièce maîtresse dans la question des origines de la nation et dans l'infléchissement significatif qui est donné à cette notion.

  • 48 Ernest Renan, op. cit., p. 241.
  • 49 Id.

21La conférence de Renan donnée à la Sorbonne le 11 mars 1882 devait s'avérer modélique de la conception de la nation moderne, fruit à la fois du passé commun mais aussi du consentement et du « désir clairement exprimé de continuer la vie commune »48. Rejetant une conception strictement culturelle et reprenant l'idéal de la Révolution française, Renan prône la nation élective qu'il exprime dans la célèbre formule : « L'existence d'une nation est (pardonnez-moi cette métaphore) un plébiscite de tous les jours »49. Cet exposé s'inscrit, en fait, dans un contexte bien particulier, celui de l'annexion de l'Alsace et de la Lorraine par l'Allemagne à la suite de la défaite de la France dans la guerre franco-allemande. Dans ces conditions, lorsque Renan prône le principe volontariste au détriment de la communauté de langue et d'origine, il invalide le rattachement de l'Alsace-Lorraine à l'Allemagne. Mais cet aspect est périphérique par rapport à la question qui nous occupe : l'idée de Renan sur la nation demeure une référence dans l'appréhension moderne de cette notion.

  • 50 Discurso sobre la nación, p. 72.
  • 51 Ibid., p. 107.

22Guidée par le récent exposé de Renan, la conférence que prononce Antonio Cánovas del Castillo à l'Ateneo de Madrid le 6 novembre 1882 est une réfutation de la conception élective de la nation du penseur français. Cánovas commence, dans une approche érudite, par souligner l'ancienneté à la fois lexicale et historique de la nation dont l'acception, dit-il, est restée inchangée jusqu'à nos jours, en prenant appui sur des définitions remontant au xve siècle. Ce qui lui permet d'affirmer : « Falta, en conclusión, todo motivo para suponer novísimo el concepto de nación [...] »50. Puis, comme Renan avant lui, il considère les critères classiques de définition de la nation : la langue, le territoire, la race, la religion, la communauté de loi ou de gouvernement. Renan l'avait fait pour en voir l'insuffisance ou l'invalidité ; Cánovas en voit moins l'invalidité que l'insuffisance et finit par les subsumer dans un principe supérieur, la nature transcendante de la nation : « las naciones son obra de Dios, o, si alguno o muchos lo preferís, de la naturaleza »51.

  • 52 Ibid., p. 108.
  • 53 Cité dans Enciclopedia del nacionalismo, Andrés de Blas Guerrero (dir.), p. 73.
  • 54 Discurso sobre la nación, p. 134.

23Assujettir la nation à un principe divin ou naturel, c'est en faire une notion sacrée, en rien modifiable, par aucune volonté individuelle ou collective52. Cánovas impose la vision essentialiste ou « primordialiste » de la nation, faisant table rase de la notion de pacte de Rousseau et de l'héritage des doceañistas. Dans cette conception conservatrice de la nation deux éléments importent : l'origine transcendante de la nation et la continuité historique, deux éléments en rien contradictoires, mais complémentaires, le second étant l'expression du premier. Cette continuité historique dans laquelle s'inscrit la nation est en accord avec deux principes clés de la pensée et de la pratique politiques de Cánovas : la volonté de « continuer l'histoire de l'Espagne »53 et la légitimité dynastique. Dans ces conditions, la continuité historique est à comprendre moins comme évolution que comme permanence de valeurs et de principes. Ainsi, dans la dernière partie du discours de l'Ateneo où est envisagé plus concrètement le cas de l'Espagne, l'énergie et la persévérance du caractère espagnol démontrées lors des sièges de Saragosse et de Gérone sont répétition de celles de Sagonte et de Numance54.

  • 55 Cité par Luis Díez del Corral, op. cit., p. 578.

24La souveraineté nationale est soumise par Cánovas à une distorsion rhétorique et historique. Dans d'autres discours, Cánovas voit, certes, ce principe comme une expression de la volonté de la nation, mais comme une volonté qui ne s'exercerait pas dans le présent mais serait rejetée dans le passé et sans réalisation politique. Il n'est de souveraineté nationale que celle exercée par la Couronne et les Cortès : « No le damos a la soberanía nacional el carácter que le dan otros partidos. Nosotros, sin negar que todo poder emana de la nación, porque no puede emanar de otra parte, entendemos que la soberanía se ejerce en muchas naciones, se ha ejercido siempre en España y actualmente se ejerce, con arreglo a la constitución del estado, por la Corona y las Cortes, por las Cortes y la Corona [...] »55.

ENSEIGNER LA NATION : LE DISCOURS DES ORIGINES

  • 56 Paloma Cirujano Marín, Teresa Elorriaga Planes et Juan Sisinio Pérez Garzón, Historiografía y naci (...)

25Parallèlement, l'historiographie de l'époque libérale concourt à parachever et divulguer cette idée de continuité historique de la nation énoncée par Cánovas, lui-même historien, auteur d'une Historia de la decadencia de España desde el advenimiento de Felipe III al Trono hasta la muerte de Carlos II et directeur d'une Historia de España écrite par des membres de l'Académie d'Histoire. Suivant les autres nations européennes qui avaient déjà commencé à élaborer leur propre historiographie, les historiens espagnols écrivent l'histoire de l'Espagne et poursuivent, à plus de deux siècles de distance, l'une des seules histoires de l'Espagne connues et pratiquées jusqu'alors, celle du jésuite Juan de Mariana, qui demeure la référence obligée des historiens du xixe siècle56. Il s'agit de donner une légitimité historique à l'État libéral et aux classes dirigeantes en réélaborant leurs origines.

  • 57 Prologue á Historia de España fondée par Ramón Menéndez Pidal, T. XXXIV, p. LXXXV.
  • 58 Modesto Lafuente, Historia general de España, op. cit., vol. 1, p. VII.
  • 59 Ibid., pp. 19, 63, 235, respectivement.
  • 60 Alfonso Moreno y Espinosa, op. cit., p. 71.
  • 61 Modesto Lafuente, op. cit., vol. l, p. 64.
  • 62 Ibid., p. 16.
  • 63 Saturnino Calleja, Nociones de historia de España, p. 11.

26Incontestablement, l'inventeur de l'histoire générale de l'Espagne et le modèle du genre est Modesto Lafuente qui publie entre 1850 et 1867 son Historia general de España desde los tiempos más remotos hasta nuestros días en trente volumes. « Para las clases ilustradas de la Unión Liberal, del Sexenio y, sobre todo, de la Restauración, la obra de Lafuente fue la Historia de España por antonomasia » écrit José María Jover Zamora, qui souligne l'importance de l'œuvre de Lafuente dans la formation d'une conscience historique-conscience nationale de plusieurs générations d'Espagnols57. Dans le prologue, Lafuente indique son intention, animé qu'il est par l'amour de la patrie, d'étudier comment et par quels moyens s'est formée la nation espagnole, car les sources et matériaux sont nombreux, « pero el edificio está por construir »58. Le long discours préliminaire qui livre les grandes orientations de l'œuvre de Lafuente repose sur les idées directrices d'unité et de continuité : l'unité précoce de l'Espagne et l'idée que chaque grand événement est, en quelque sorte, l'écho anticipé du suivant, ceci dans une approche téléologique de l'histoire. C'est ainsi que l'exemple de Sagonte anime Saragosse vingt siècles plus tard, Covadonga annonce la fin de la Reconquête à Grenade, l'ancien caractère ibère ressuscite pendant la Guerre d'Indépendance59. Les manuels d'histoire de l'époque libérale seront inspirés par cette même loi de la continuité : « la gruta de Covadonga [...] fue la cuna de la nación española », pour Moreno y Espinosa60. En vertu de cette loi qui doit faire apparaître l'histoire comme nécessaire assomption de la nation libérale, les moments de rupture sont envisagés comme des liens entre les étapes historiques : les conversions de l'empereur romain Constantin puis du roi wisigoth Récarède sont les maillons qui unissent la société romaine, puis l'Espagne wisigothique avec « l'Espagne indépendante »61. Cet esprit d'indépendance que manifeste l'Espagne est le prisme à travers lequel est lue et interprétée l'histoire. Le caractère (genio) espagnol est fait d'indépendance, courage, indiscipline, tempérance, un caractère forgé dans la nuit des temps aux origines pratiquement indatables qui échappent à la « chronologie historique » écrit Lafuente qui, pris entre l'exaltation nationale et la rigueur historique, précise ensuite : « El ataque de los españoles a los fenicios es la primera protesta seria de su independencia »62. Entre mythe et histoire, car, incontestablement, ce ne sont pas les « Espagnols » qui ont résisté à Sagonte. L'histoire libérale parvient ainsi au paradoxe suivant : l'historicisme, qui consiste à doter de racines historiques l'Espagne libérale, doit, pour être plus crédible encore, échapper au temps historique, l'histoire de l'Espagne doit précéder l'histoire elle-même. Les historiens les plus conservateurs laisseront plus volontiers encore le mythe gouverner l'histoire. Pour certains de ceux-là, le premier habitant de l'Espagne fut Tubal, petit-fils de Noé. Bien que Moreno y Espinosa rejette cette tradition pour son caractère fabuleux et anti-historique, Saturnino Calleja, dans la soixante-cinquième édition de ses Nociones de historia de España en 1915, l'enseigne encore, mais avoue : « se ignora en qué parte fijó [Túbal] su residencia »63 !

27Le caractère espagnol si singulier qu'avaient déjà exalté les élites intellectuelles de la fin du xviiie siècle est, pour l'historiographie de la seconde moitié du xixe siècle, le présage et l'expression précoce de l'unité nationale, c'est-à-dire de l'État-nation des libéraux. Si Lafuente reconnaît que la géographie espagnole semble propice à la coexistence de différents peuples ou, c'est son expression, de « petites nations », il souligne l'indéfectible unité à laquelle conduira le caractère commun :

  • 64 Modesto Lafuente, op. cit., vol. 1, pp. 10-11.

28Pero en medio de esta diversidad de tendencias y de genios, se conserva siempre un fondo de carácter común, que se mantiene inalterable al través de los siglos, que no bastan a extinguir ni guerras intestinas ni dominaciones extrañas y que anuncia [cuál] habrá de ser el lazo que unirá un día todos los habitantes del suelo español en una sola y gran familia gobernada por un solo cetro, bajo una sola religión y sola fe64.

  • 65 Alfonso Moreno y Espinosa, op. cit., p. 71.
  • 66 Modesto Lafuente, op. cit., vol. 1, p. 118.
  • 67 Alfonso Moreno y Espinosa, op. cit., p. 72.

29Moreno y Espinosa vertèbre son Compendio autour de l'indépendance nationale : les habitants de Sagonte luttent contre la domination romaine au nom de l'indépendance nationale, Pelayo fut le premier à lancer « le cri de l'indépendance nationale », car Moreno interprète la reconquête autant comme une guerre de religion que comme une manifestation d'indépendance : « El sentimiento religioso y el sentimiento patrio de tal manera se identifican, que el estandarte de la cruz es la bandera española en este duelo a muerte contra la media luna, enseña del pueblo mahometano »65. Si Covadonga est, de tous les lieux de mémoire nationale, le plus célébré, c'est qu'il est la refondation des deux piliers institutionnels de la nation espagnole : le catholicisme et la monarchie. Alors, peu importe que Pelayo soit un noble wisigoth, car, en vertu de la défense du christianisme, il est définitivement intégré à la nationalité espagnole. Covadonga est le berceau de la nation espagnole et les Rois Catholiques parachèveront la réalisation de l'unité espagnole. Nul doute que dans le spectre idéologique de l'historiographie libérale de la tendance la plus progressiste à la plus conservatrice Isabelle la Catholique mérite une révérence toute particulière — plus que son royal époux, d'ailleurs —, elle est celle grâce à qui l'Espagne ressuscite66 ; le règne des Rois catholiques est vu comme le plus brillant et comme l'aboutissement de l'époque médiévale. Dans la majorité des manuels scolaires, c'est la période médiévale qui est la plus développée, car elle correspond à la construction de la nation. La période moderne, qui comprend encore généralement la période contemporaine, est rapidement envisagée, avec une attention particulière portée sur les Bourbons. En outre, dans l'histoire moderne, le soulèvement des comunidades est l'épisode le plus commenté : Padilla, Bravo et Maldonado sont de vrais patriotes pour Lafuente, tandis que Calleja, plus modéré, voit une rébellion moins contre Charles Quint que contre le régent mis en place. Pour l'ensemble de l'historiographie, les éléments constitutifs de l'Espagne sont : la monarchie et la religion catholique, même pour le krausiste Moreno y Espinosa67.

  • 68 Modesto Lafuente, op. cit., vol. l, p. 237.
  • 69 Ibid., p. 241.
  • 70 Alfonso Moreno y Espinosa, op. cit., p. 353.
  • 71 Saturnino Calleja, Nociones de historia de España, p. 169.
  • 72 Ibid., p. 168.
  • 73 Alfonso Moreno y Espinosa, op. cit., p. 353.
  • 74 Carolyn P. Boyd, op. cit., p. 89.

30La pomme de discorde se situe, précisément, lors de la naissance politique de l'Espagne libérale et ainsi l'œuvre des Cortès de Cadix est diversement appréciée dans les manuels d'histoire de la fin du xixe siècle. Pour Lafuente, indéniablement, la Guerre d'Indépendance est un des fleurons de l'histoire nationale et consacre l'émancipation de la nation : « Es la nación que se gobierna a sí misma ; es el reinado de la nación. [...] Es la nación que se defiende ; es la nación que se sacude »68 ; puis le texte constitutionnel qui émane des Cortès de Cadix est soumis à une véritable sacralisation : « libro venerable como símbolo religioso de desinteresado y heroico patriotismo, como la primera bandera de libertad que se enarboló en la España moderna »69. Moreno y Espinosa, moins lyrique que Lafuente, exprime un jugement favorable sur l'œuvre des « illustres législateurs » de Cadix70. Chez les historiens plus conservateurs, en revanche, on préfère exalter la Guerre d'Indépendance comme preuve de la vaillance des Espagnols, tandis que la Constitution de Cadix n'est vue que comme source de désordre : « produjo muchos disturbios, porque ni el rey, ni la Nobleza, ni el clero, ni el pueblo la aceptaron de buen grado »71. Et, en toute logique, le jugement prononcé sur Ferdinand VII va à l'inverse de celui qui est émis sur la Constitution : il est celui qui rétablit la légalité d'avant la Guerre pour Calleja72, il est « principe borrón de nuestra historia » pour Moreno y Espinosa73. Comme l'écrit l'historienne américaine Carolyn Boyd dans son étude sur l'enseignement de l'histoire à l'époque contemporaine en Espagne : « la falta de consenso y la ambivalencia neutralizaron la posibilidad de crear un potente mito nacional en torno a la guerra y el nacimiento del constitucionalismo liberal »74. Au lieu de cela, l'historiographie exalte les origines médiévales de la nation, c'est-à-dire l'époque où celle-ci n'existait pas encore. À l'impossible consensus sur la naissance et le renforcement du libéralisme en Espagne, est substitué l'exaltation unanime du caractère national exceptionnel et immémorial, d'une « communauté imaginaire » sans véritable ancrage libéral.

  • 75 José Alvarez Junco aborde la peinture d'histoire dans son article « La nación en duda », p. 431.
  • 76 Discours prononcé à la Real Academia de Bellas Artes de San Fernando en novembre 1885 et cité par (...)

31Relayant ce discours des origines, la peinture d'histoire, à partir de la seconde moitié du xixe siècle, est l'expression graphique des grandes thématiques de l'historiographie de l'époque : l'histoire médiévale, la fin de la Reconquête — qui ne connaît pas la « Rendición de Granada » de Pradilla, abondamment reproduite et qui orne le Sénat espagnol depuis 1882 ? La peinture d'histoire est conçue comme exaltation de la nation et comme instrument idéologique et pédagogique destiné à instruire les masses75. Selon le peintre José Casado del Alisal, la peinture d'histoire est « maestra de las multitudes, cuya educación completa y cuyo espíritu enaltece por la representación de los grandes sucesos y de los grandes héroes del pasado [...] »76. Abondent les représentations de scènes de l'Antiquité, du Moyen Âge, mais l'Espagne contemporaine en est pratiquement absente, si l'on excepte « El juramento de las Cortes de Cádiz » de 1860 par José Casado del Alisal ou « El fusilamiento de Torrijos » — général libéral qui avait ourdi une conspiration contre Ferdinand VII en 1831 —, grande fresque réalisée par Gisbert sur commande officielle en 1888.

  • 77 Jacques Lafaye, « L'éveil des nationalités dans l'Europe moderne, le cas de l'Espagne », p. 22.
  • 78 Chiffres cités par Borja de Riquer dans son article déjà cité, p. 109 (note).

32« Viriate et Vercingétorix ne furent que des chefs de clans ethniques. Le premier n'a pas défendu l'Espagne contre les Romains, ni le second la Gaule contre les Romains, pour la bonne raison que ce furent les Romains eux-mêmes qui créèrent par la conquête et la colonisation ces provinces » dit très justement Jacques Lafaye77. Mais la vérité historique n'est pas, on l'a vu, le souci des nationalismes. Par l'élaboration d'une mythologie nationale autour de ses origines, l'Espagne libérale ne procède pas autrement que les autres nations européennes qui se construisent également au xixe siècle. II est certain, cependant, que l'élaboration de ce discours nationaliste d'homogénéisation culturelle accuse un grave déficit de diffusion. Les manuels d'histoire nationale conçus dans la foulée de l'histoire générale de Lafuente et qui en reprennent les thèmes et, en partie seulement, l'orientation idéologique, ne s'adressent, finalement, qu'à un public restreint. On le sait bien, la loi Moyano de 1857, qui prévoyait la scolarisation obligatoire des enfants de six à neuf ans, fut suivie de peu d'effets : en 1887, 65 % de la population de plus de dix ans est analphabète, en 1910, le taux d'analphabétisme est encore de 52 %78. L'école, levier privilégié de diffusion d'une conscience nationale, n'a assurément pas rempli son rôle, contrairement à ce qui s'est passé en France, par exemple. Autre grave déficit qu'accuse, sans doute, l'Espagne dans le processus de sa construction nationale à l'époque libérale, c'est que le discours nationaliste libéral, hégémonique au cours de la période isabelline puis sous la Restauration, repose sur la défense des valeurs traditionnelles que sont la Monarchie et le catholicisme et en rien sur la défense des libertés liées, en principe, au libéralisme. Quelles libertés pouvait-on défendre sous la Restauration où la vie politique s'exerçait en marge des processus démocratiques ? Le net déficit de diffusion culturelle nationale à l'époque libérale ainsi que, somme toute, les éléments traditionalistes qui intègrent le discours sur la nation sont des facteurs qui concourent à expliquer la construction inachevée ou imparfaite de la nation espagnole.

Bibliographie

Bibliographie

• ALVAREZ JUNCO, José, « Identidad heredada y construcción nacional. Algunas propuestas sobre el caso español, del Antiguo Régimen a la Revolución Liberal », Historia y Política, Madrid, 1999/2, pp. 123-146.

• ÁLVAREZ JUNCO, José, « La nación en duda », in Más se perdió en Cuba, Juan Pan-Montojo (dir.), Madrid, Alianza Editorial, 1998, pp. 405-506.

• ALVAREZ JUNCO, José, « La invención de la Guerra de la Independencia », in Stadia Hisforica-Historia contemporánea, vol. XII (1994), Ediciones Universidad de Salamanca, pp. 75-99.

• ANDERSON, Benedict, L'imaginaire national. Réflexions sur l'origine et l'essor du nationalisme, Paris, La Découverte, 1996.

• ARTOLA, Miguel, Los orígenes de la España contemporánea, Madrid, Centro de Estudios Políticos y Constitucionales, 2000 (première édition 1959), 2 vols.

• AYMES, Jean-René, « Les interprétations du passé espagnol au cours de la première moitié du xixe siècle : les grandes controverses et le traitement des communautés tenues pour apatrides », in Nations en quête de passé, sous la direction de Carlos Serrano, Ibérica-Essais n° l, Paris, Presses de l'Université de Paris-Sorbonne, 2000, pp. 33-54.

• AYMES, Jean-René, La guerra de la Independencia en España, Madrid, Siglo xxi de España, 1990.

• BLAS GUERRERO, Andrés de (dir.), Enciclopedia del nacionalismo, Madrid, Alianza Editorial, 1999.

• BOYD, Carolyn, Historia Patria. Historia, política e identidad nacional en España : 1875-1975, Barcelone, Ediciones Pomares-Corredor, 2000.

• CADALSO, José, Cartas marruecas, Madrid, Ediciones Cátedra, 1992.

• CADALSO, José, Defensa de la nación española contra la carta persiana 78 de Montesquieu, publié par Guy Mercadier, France-Ibérie Recherche, Université de Toulouse, 1970.

• CALLEJA,Saturnino, Nociones de historia de España, Madrid, Casa editorial Saturnino Calleja-Fernández, 1915 (première édition 1886).

• CANOVAS del CASTILLO, Antonio, Discurso sobre la nación, introducción de Andrés de Blas, Madrid, Biblioteca Nueva, 1997.

• CAPMANY, Antonio de, Centinela contra franceses, édition de Françoise Étienvre, Londres, Tamesis Books, 1988.

• CIRUJANO MARIN, Paloma, ELORRIAGA PLANES, Teresa et PÉREZ GARZÓN Juan Sisinio, Historiografía y nacionalismo español 1834-1868, Madrid, CSIC, 1985.

• DIEZ del CORRAL, Luis, El liberalismo doctrinario, Madrid, Instituto de Estudios Políticos, 1945.

• FERNANDEZ GARCÍA, Antonio (et al.), Documentos de historia contemporánea de España, Madrid, Editorial Actas, 1996.

• FERNÁNDEZ SEBASTIÁN, Javier, « España, monarquía y nación. Cuatro concepciones de la comunidad política española entre el Antiguo Régimen y la Revolución liberal », in Studia Historica-Historia contemporánea, vol. XII (1994), Ediciones Universidad de Salamanca, pp. 45-74

• FOX, Inman, La invención de España, Madrid, Ediciones Cátedra, 1997.

• FUSI, luan Pablo, La evolución de la identidad nacional, Madrid, Ediciones Temas de Hoy, 2000.

• GRANJA SAINZ, José Luis de la, « La invención de la historia. Nación, mitos e historia en el pensamiento del fundador del nacionalismo vasco », in Nationalism in Europe : past and present, Santiago de Compostela, Universidade de Santiago de Compostela, 1994, pp. 97-139.

• HERMET, Guy, Histoire des nations et du nationalisme en Europe, Paris, Éditions du Seuil, 1996.

• HOBSBAWM, Eric, Nations et nationalisme depuis 1780, Paris, Éditions Gallimard, 1992, collection Folio/Histoire.

• JOVER ZAMORA, José Maria, Prologue à Historia de España fondée par Ramón Menéndez Pidal, dirigée par José María Jover Zamora, Madrid, Es-pasa-Calpe, 1981, T.XXXIV.

• LAFAYE, Jacques, « L'éveil des nationalités dans l'Europe moderne, le cas de l'Espagne », in Nations et nationalités en Espagne. Nación y nationalidades en España, Paris, Editions de la Fondation Singer-Polignac, 1985.

• LAFUENTE, Modesto, Historia general de España desde los tiempos más remotos hasta nuestros días, Madrid, Establecimiento tipográfico de Mellado, 1850, vol. I.

• MARAVALL, José Antonio, « De la Ilustración al Romanticismo : El pensamiento político de Cadalso », in Mélanges à la mémoire de Jean Sarrailh, Paris, Centre de Recherches de l'Institut d'Études Hispaniques, 1966, T.2, pp. 81 - 96.

• MARÍAS, Julián, La España posible en tiempo de Carlos III, Barcelona, Planeta, 1988.

• MARICHAL, Juan, El secreto de España, Madrid, Taurus, 1995.

• MORENO y ESPINOSA, Alfonso, Compendio de historia de España adaptado a la índole y extensión de esta asignatura en la segunda enseñanza, Cadix, Imprenta de la revista médica, 1871.

• OLÁBARRI GORTÁZAR, Ignacio « Un conflicto entre nacionalismos : la « cuestión regional », in FERNÁNDEZ RODRÍGUEZ, Fernando (coord.), La España de las autonomías, Madrid, Instituto de Estudios de Administración Local, Ministerio de Administración Territorial, 1985, pp. 69-147.

• RENAN, Ernest, Qu'est-ce qu'une Nation ? et autres écrits politiques, Paris, Imprimerie nationale Éditions, 1996.

• REYERO, Carlos, La pintura de historia en España. Esplendor de un género en el XIX, Madrid, Cuadernos Arte Cátedra, 1989.

• RIQUER i PERMANYER, Borja de, « la débil nacionalización española del siglo xix », in Historia Social, n° 20, 1994, pp. 97-114.

• RODRÍGUEZ ALONSO, Manuel, Los manifiestos políticos en el siglo xix (1808-1874), Barcelone, Editorial Ariel, 1998.

• SARRAILH, Jean, La España ilustrada en la segunda mitad del siglo xviii, Madrid, Fondo de Cultura económica, 1992 (première édition française en 1954).

• VARELA, Javier, « Nación, patria y patriotismo en los orígenes del nacionalismo español », in Studia Historica, Historia Contemporánea, Ediciones Universidad de Salamanca, vol. 12, 1994, pp. 31-43.

• VÁZQUEZ de PRADA, Valentín, « El siglo xviii. La centralización y unificación del Estado », in La España de las autonomías (Pasado, presente y futuro), Madrid, Espasa-Calpe, 1981, T. l, pp. 97-110.

• VILAR, Pierre, « Les concepts de « nation » et de « patrie » chez les Espagnols du temps de la Guerre d'Indépendance », in Nations, nationalismes et questions nationales, textes de Pierre Vilar réunis et introduits par Carlos Serrano, Ibérica, nouvelle Série n° 4, 1994, Université de Paris-Sorbonne, pp. 75-93.

Notes

1 Alfonso Moreno y Espinosa, Compendio de historia de España adaptado a la índole y extension de esta asignatura en la segunda enseñanza, 1871, 1ère édition, p. 5. Carolyn Boyd recense 22 éditions de cet ouvrage, Historia Patria. Historia, política e identidad nacional en España : 1875-1975, p. 80.

2 « Con los Habsburgo, aparecieron los historiadores, como Florián de Ocampo, Esteban Garibay, Ambrosio de Morales y, sobre todo, Juan de Mariana, que superaban la mera crónica regia para cantar la antigüedad y las hazañas de « España », écrit José Álvarez Junco dans « Identidad heredada y construcción nacional. Algunas propuestas sobre el caso español, del Antiguo Régimen a la Revolución Liberal », p. 126.

3 Le titre est partiellement emprunté à un opuscule de José Cadalso : Defensa de la nación española contra la carta persiana 78 de Montesquieu, rédigé certainement entre 1768 et 1771. En 1782, la publication dans l'Encyclopédie méthodique de l'article de Masson de Morvillers sur l'Espagne qui contenait la fameuse et insolente question « Que doit-on à l'Espagne ? Et depuis deux siècles, depuis quatre, depuis dix, qu'a-t-elle fait pour l'Europe ? » devait entraîner une sérieuse polémique dont on peut trouver une intéressante analyse dans l'ouvrage de Julián Marias, La España posible en tiempos de Carlos III, pp. 47-53.

4 Voir l'article de Jean-René Aymes « Les interprétations du passé... », in Nations en quête de passé, p. 39.

5 Ernest Renan, Qu'est-ce qu'une Nation ? et autres écrits politiques, p. 240.

6 Cité par José Luis de la Granja Sainz, « La invención de la historia. Nación, mitos e historia en el pensamiento del fundador del nacionalismo vasco », p. 97.

7 Ce qu'exprimait avec tant de pertinence la formule Nations en quête de passé, que l'on doit à Carlos Serrano.

8 « La caractéristique fondamentale de la nation moderne et de tout ce qui se rattache à elle est justement sa modernité » écrit Eric Hobsbawm dans Nations et nationalisme depuis 1780, p. 35.

9 Benedict Anderson, L'imaginaire national. Réflexions sur l'origine et l'essor du nationalisme, p 18.

10 Voir Jean Sarrailh, L'Espagne éclairée dans la seconde moitié du xviiième siècle, dans sa version espagnole La España ilustrada en la segunda mitad del siglo xviii, pp. 388-395.

11 Ibid., p. 396.

12 Voir le chapitre « La nación ilustrada », dans l'ouvrage de Juan Pablo Fusi La evolución de la identidad nacional, pp. 123-161. Pour une approche plus synthétique se reporter à Valentín Vázquez de Prada, « El siglo xviii. La centralización y unificación del Estado », pp. 97-110.

13 Dans Elogio de Carlos III (1788) cité par Javier Varela, « Nación, patria y patriotismo en los orígenes del nacionalismo español », p. 34.

14 Diccionario de Terreros (1787) cité par Javier Varela qui propose une très intéressante approche politico-lexicographique du terme, « Nación, patria y patriotismo en los orígenes del nacionalismo español », p. 32.

15 Opuscule cité.

16 « Estas cartas tratan del carácter nacional, cual lo es en día y cual lo ha sido », Cartas marruecas (ces lettres publiées pour la première fois en 1789 furent rédigées en 1773- 1774), introduction, p. 81

17 Ibid., Lettre 29, p. 161. Sans doute Cadalso était-il inspiré par le Montesquieu de L'esprit de lois : « Les divers caratères des nations sont mêlées de vertus et de vices, de bonnes et de mauvaises qualités » (Livre XIX, 10).

18 José Antonio Maravall, « De la Ilustración al Romanticismo : El pensamiento político de Cadalso », p. 83.

19 Cette lettre reprend, en partie, le préambule de la Defensa de la Nación española, op. cit.

20 Voir Javier Varela, article cité, p. 37

21 Id.

22 José Cadalso, Cartas marruecas, p. 88

23 Inman Fox, La invención de España, p. 14.

24 Voir l'introduction de Françoise Étienvre à son édition de Centinela contra franceses, p. 26.

25 Cette lettre du 12 novembre 1806 est insérée dans Centinela contra franceses, op. cit., pp. 115-118.

26 Ibid., p. 116.

27 Ibid., p. 133.

28 Ibid, p. 45. En note, Françoise Étienvre reprend cette définition du peuple de Capmany : « [...] el pueblo, que es la parte más numerosa y la única que trabaja, forma la fuerza fisica de una Nación », ibid.

29 Pierre Vilar, « Les concepts de « nation » et de « patrie » chez les Espagnols du temps de la Guerre d'Indépendance », p. 90.

30 Miguel Artola, Los orígenes de la España contemporánea, vol. 1, p. 9.

31 Jean-René Aymes, en appendice de son ouvrage La guerra de la Independencia en España donne un exemple de « catéchisme espagnol » qui accumule les topiques gallophobes, pp. 142-144.

32 Juan Manchal, El secreto de España, pp. 31-45.

33 Le texte de cette déclaration est repris dans l'ouvrage dirigé par Manuel Rodríguez Alonso, Los manifiestos políticos en el siglo xix (1808-1874), pp. 32-35.

34 Voir Miguel Artola, op. cit., vol. 1, pp. 260-261.

35 Jean-René Aymes, op. cit., p. 155.

36 Guy Hermet, Histoire des nations et du nationalisme en Europe, p. 92.

37 Diario de las discusiones y actas de las Cortes, in Fernández García, Antonio (et al.), Documentos de historia contemporánea de España, pp. 62-63.

38 Cité par Javier Varela, article cité, p. 39.

39 Cité par Ignacio Olábarri Gortázar « Un conflicto entre nacionalismos : la 'cuestión régional' en España, 1808-1936 », p. 84

40 Cité et commenté par Javier Fernández Sebastián, « España, monarquía y nación. Cuatro concepciones de la comunidad política española entre el Antiguo Régimen y la Revolución liberal », pp. 58 et 59.

41 Cité par Pierre Vilar, article cité, p. 78.

42 Ibid., pp. 78-79.

43 José Álvarez Junco « La invención de la Guerra de la Independencia ».

44 Ibid., p. 91.

45 Jean-René Aymes, La guerra de la Independencia, op. cit., p. 155.

46 Voir dans ce même volume la contribution de Jean-Louis Guereña, « État et nation en Espagne au xixe siècle ». On peut consulter aussi l'article de Borja de Riquer i Permanyer « La débil nacionalización española del siglo xix » et Juan Pablo Fusi, op. cit., pp. 165-170.

47 Luis Díez del Corral, El liberalismo doctrinario, p. 571.

48 Ernest Renan, op. cit., p. 241.

49 Id.

50 Discurso sobre la nación, p. 72.

51 Ibid., p. 107.

52 Ibid., p. 108.

53 Cité dans Enciclopedia del nacionalismo, Andrés de Blas Guerrero (dir.), p. 73.

54 Discurso sobre la nación, p. 134.

55 Cité par Luis Díez del Corral, op. cit., p. 578.

56 Paloma Cirujano Marín, Teresa Elorriaga Planes et Juan Sisinio Pérez Garzón, Historiografía y nacionalismo español 1834-1868, p. 81.

57 Prologue á Historia de España fondée par Ramón Menéndez Pidal, T. XXXIV, p. LXXXV.

58 Modesto Lafuente, Historia general de España, op. cit., vol. 1, p. VII.

59 Ibid., pp. 19, 63, 235, respectivement.

60 Alfonso Moreno y Espinosa, op. cit., p. 71.

61 Modesto Lafuente, op. cit., vol. l, p. 64.

62 Ibid., p. 16.

63 Saturnino Calleja, Nociones de historia de España, p. 11.

64 Modesto Lafuente, op. cit., vol. 1, pp. 10-11.

65 Alfonso Moreno y Espinosa, op. cit., p. 71.

66 Modesto Lafuente, op. cit., vol. 1, p. 118.

67 Alfonso Moreno y Espinosa, op. cit., p. 72.

68 Modesto Lafuente, op. cit., vol. l, p. 237.

69 Ibid., p. 241.

70 Alfonso Moreno y Espinosa, op. cit., p. 353.

71 Saturnino Calleja, Nociones de historia de España, p. 169.

72 Ibid., p. 168.

73 Alfonso Moreno y Espinosa, op. cit., p. 353.

74 Carolyn P. Boyd, op. cit., p. 89.

75 José Alvarez Junco aborde la peinture d'histoire dans son article « La nación en duda », p. 431.

76 Discours prononcé à la Real Academia de Bellas Artes de San Fernando en novembre 1885 et cité par Carlos Reyero, La pintura de historia en España. Esplendor de un género en el XIX, p. 35

77 Jacques Lafaye, « L'éveil des nationalités dans l'Europe moderne, le cas de l'Espagne », p. 22.

78 Chiffres cités par Borja de Riquer dans son article déjà cité, p. 109 (note).

Auteur

Université de la Sorbonne-Nouvelle-Paris III

© Presses universitaires de la Méditerranée, 2002

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Volume papier

Chargement

Unavailable