Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Max Rouquette et le renouveau de la poésie occitane

 | 
Philippe Gardy
, 
Marie-Jeanne Verny

Voix nouvelles

L’œuvre poétique de Robert Allan, entre enchantement et désenchantement du monde

Marie-Jeanne Verny

Texte intégral

1Ma rencontre avec Robert Allan, c’est d’abord la découverte d’un texte, le premier de l’Anthologie « Poètes de langue d’oc » éditée en 1981 par Frédéric-Jacques Temple dans un numéro spécial de la revue Vagabondages. Ce poème, limpide et sensuel, s’intitulait « Cançon per Regina », et, des années durant, à cause de cette limpidité, je l’ai mis à mon programme de cours de lycée. Il commençait ainsi :

Alai dins la mar
Barrutlat deis èrsas
Vese un codolet
Balha-me ta man
Balha-me ta man
Emé ton parlum
E te seguirai
Coma un prefum lèu
Sarem doas gafetas
Que se’n van dançar
Sus la mar alai
Ras deis èrsas blancas...

  • 1 Federico Garcia Lorca (1898-1936). Poèmas causits revirats dau castilhan en occitan, per Robèrt Al (...)
  • 2 Occitans !, 87, novembre — decembre de 1998, 15.
  • 3 Philippe Gardy, « Robert Allan, poèta », Òc, 302, 1992, XIIIe tièra, 23, 27-30. Gardy regrettait l (...)
  • 4 Yves Toti « pèlerin de l’absolu » un bout de chemin (1924-1964), Mouans-Sarthoux, Revue Òc, s.d., (...)
  • 5 Viure, 2, estiu de 1965. La notation du titre « Lo poèma dels amics » en languedocien est erronée.
  • 6 Li Nouvèlo de Prouvènço, 72, décembre 1998.

2Bien plus tôt, j’avais acheté, à sa parution en 1976, la traduction occitane par Allan1 des poèmes de Lorca à cause de mon immense admiration pour le poète assassiné. À la mort de Robert Allan, en 1998, j’avais lu un des rares articles d’hommage rendu au poète par Yves Rouquette dans la revue Occitans !2. Rouquette déplorait l’absence d’intérêt manifesté, selon lui, à l’égard de ce poète. Il est vrai que la bibliographie critique sur l’œuvre de Robert Allan est bien mince : un article de Philippe Gardy dans la revue Òc3, deux pages du même dans son ouvrage consacré à la poésie contemporaine, des allusions à l’œuvre et à l’écrivain dans la thèse d’Yves Toti sur la revue Òc4, une présentation du Poema dis amics d’Yves Rouquette dans la revue Viure5. Cinq petites chroniques parurent en 1996-1997 dans Li Nouvello de Prouvènço, Var-Matin, Le pays d’Apt... lors de la publication en graphie mistralienne des Quatre pouemo chausi par les éditions des Cahiers de Garlaban, dirigées par le poète Jean-Luc Pouliquen. À la mort d’Allan en 1998, en dehors de la chronique d’Yves Rouquette, parurent seulement une demi-page dans l’hebdomadaire La Setmana ainsi qu’un long article de Serge Bec dans Li Nouvello de Prouvènço6.

3J’ai entrepris un recensement de l’œuvre existante, en partie inédite, en partie dispersée à travers revues et plaquettes indisponibles et je me propose, dans le cadre de notre projet d’étude pluriannuel dont le colloque des 3 et 4 avril 2008 est la première manifestation, de donner à lire bientôt une édition la plus complète possible de cette œuvre poétique.

  • 7 Je ne saurais trop remercier tous ceux qui ont fait confiance à mon projet de recherches et m’ont (...)

4J’avais, dans un premier temps, envisagé d’étudier les rapports de l’œuvre d’Allan avec la poésie espagnole contemporaine, et notamment Lorca. Cependant, il m’a paru opportun de commencer par une présentation plus générale de Robert Allan et de son œuvre avant d’envisager des travaux sur des points plus particuliers7.

1 Quelques éléments biographiques

5Ces éléments viennent de plusieurs autobiographies manuscrites de l’auteur, qui figurent dans les archives familiales. Dans leurs grandes lignes elles sont quasi semblables, retiennent et ignorent les mêmes faits et dates.

  • 8 Je n’ai, jusqu’ici, pas trouvé d’informations à ce sujet.
  • 9 Ces « Journées » donneront naissance (de 1967 à 1978) au Comptoir Général du Livre Occitan. (N. de (...)

6Allan est né en 1927 à Montpellier, d’une mère employée de maison à Avignon, qui l’avait conçu avec un très jeune homme de la famille de ses patrons, lequel ne le reconnaîtra jamais. Il est confié en 1929 à un couple de nîmois sans enfants, qui ne cesseront, dès lors, sans l’adopter officiellement, et sans rompre ses liens avec sa mère, de le considérer comme leur propre fils. Son père nourricier, Bertrand Fabrègue, grand admirateur du fabuliste Bigot, meurt en 1938. Entre 1940 et 1944, Allan fait des études secondaires à Nîmes et dans ce cadre il découvre la poésie espagnole contemporaine. En 1944, il s’engage dans le groupe de collégiens distributeurs du journal clandestin Défense de la France, devenu France-Soir, dirigé par Lucien Roustan. Repérés par la milice, les jeunes gens quittent le collège pour ce qu’Allan appelle « quelques mois d’oisiveté clandestine, ponctués de petits travaux alimentaires ». Allan s’engage ensuite dans les Francs Tireurs et Partisans Français, il participe à l’épuration antifasciste de la Lozère, séjourne au camp du Larzac, d’où il est transféré, à sa demande, sur le front d’Alsace. De fin 1944 au mois d’avril 1946, Allan participe à la fin de la campagne d’Alsace, à la garde du Rhin, au passage de la Lauter, puis aux opérations dans le Palatinat Rhénan et la Forêt Noire. En novembre 1946, revenu à Nîmes après sa démobilisation, Allan obtient un emploi d’auxiliaire à la SNCF. En 1948 et 1949, en tant qu’employé de la SNCF, il séjourne, durant un an et demi, à Paris, où il fréquente les milieux littéraires (Académie Raymond Duncan, Club « Le radar », Cercle Saint-Sulpice). Il fait la connaissance d’Hervé Bazin et d’Henri Perruchot, est présenté à Jean-Paul Sartre et à Rosemonde Gérard. Il adhère au Parti Communiste Français. Démissionnaire, en juillet 1959, de la SNCF, il séjourne en Avignon, chez sa mère, puis à Nîmes, chez sa mère adoptive. Entre 1950 et 1954, après des études dans un centre CFPA du bâtiment, Allan devient maçon. À partir de 1950, Allan, qui écrivait en français depuis 1946, devient secrétaire du Cercle Nîmois des « Amis » de l’hebdomadaire Les Lettres Françaises. À ce titre, il fait la connaissance de Robert Lafont, qui lui conseille d’écrire en occitan. Il obtient en 1952 le prix Antonin Perbosc, décerné par l’Institut d’études occitanes8. Il rejoint en 1954 sa mère en Avignon, où il s’établit comme maçon et commence à exposer des dessins, sa seconde passion avec l’écriture. En 1955 il reçoit à Avignon le Grand Prix des Lettres Occitanes au nom de l’IEO, par son président, Max Rouquette, en présence de Joseph-Sébastien Pons. Il fait la connaissance du poète chansonnier André Montagard et de la romancière Elisabeth Barbier et participe en 1956 à l’hommage à García Lorca, aux Saintes-Maries. À partir de 1956, Allan, qui a abandonné la maçonnerie, exerce, durant quelque trente ans, les fonctions de secrétaire de rédaction, chroniqueur littéraire, artistique et dramatique des Éditions de la revue Reflets Méditerranéens et de la Société Méridionale d’Imprimerie et d’Édition, fondées et dirigées par l’ancien et brillant reporter principal du quotidien Le Provençal, Robert Joly. Il s’intéresse tout particulièrement, de 1956 à 1970, à Jean Vilar et au festival d’Avignon. En 1962, par l’intermédiaire d’Élisabeth Barbier, il entre en relations avec le romancier Lawrence Durrell, qui lui consacre un long article, richement illustré, dans la revue américaine Hollyday. En 1962, Devenu secrétaire général du PEN-Club de langue d’oc, Robert Allan organise en Avignon une session plénière du PEN-Club International, à l’occasion duquel il fait la connaissance d’Arthur Miller et de Pablo Neruda. Il fonde les Journées Rhodaniennes du Livre et du Disque Occitans9 qui se dérouleront, dès lors, chaque année, jusqu’en 1974, en Avignon, et à Carpentras, Cavaillon, l’Isle-sur-la-Sorgue, Orange, etc. De 1974 à 1979, il fonde et dirige en Avignon la Maison de la Culture Provençale. En 1976, Allan publie une traduction occitane de poèmes choisis de Federico García Lorca. En 1987, il part en retraite et partage sa vie, désormais, entre l’appartement conjugal, d’Avignon, et la maison qu’il a construite de ses mains, de 1958 à 1961, à Vedène, où ses enfants ont été élevés.

  • 10 Les deux journaux avaient la même direction. Le premier, bimestriel, un temps appelé également Les (...)

7Robert Allan meurt en 1998. Son autobiographie donne assez l’idée d’un itinéraire singulier, fait d’un engagement important dans le siècle et de riches contacts avec l’intelligentsia de l’après-guerre. Les quelque cinquante numéros de la revue Reflets Méditerranéens et la consultation de l’hebdomadaire La Dépêche de Provence10, auxquels Allan collabora entre 1956 et 1980, témoignent, de surcroît, d’une attention aiguë à l’art contemporain : articles critiques sur de nombreux peintres, comptes rendus réguliers du festival d’Avignon et autres manifestations théâtrales en témoignent. Allan s’investit doublement dans l’édition et le journalisme, à titre professionnel et militant, reprenant notamment, d’abord avec Claude Barsotti, puis sans ce dernier, la revue Actualitat occitana, qui avait pris la suite de La Sartan, fondée par Barsotti à Marseille. Ce passage à l’édition donna à Allan l’occasion de publier dans Reflets Méditerranéens, notamment, ou La Dépêche de Provence, des poèmes personnels.

8Ses autobiographies sont cependant muettes ou incomplètes sur deux points, pourtant fondamentaux dans la vie de l’écrivain, et singulièrement corrélés, l’un semblant prendre la suite de l’autre :

  • son abondante production littéraire en occitan, essentiellement poétique, entre 1953 et 1965.
  • son engagement dans l’occitanisme militant entre 1965 et la fin des années 1970.

9Après 1965, les publications de Robert Allan se raréfient. À deux exceptions près, prises en charge par la maison d’édition qu’il avait lui-même fondée, le Comptador Generau dau libre occitan, à Vedène :

  • le recueil Poèmas politics, en 1974
  • les traductions de Lorca en 1976, qui étaient vraisemblablement déjà écrites en 1950, comme en témoigne un manuscrit autographe11 de Robert Lafont, daté de 1956 :

[...] Allan a médité l’œuvre d’un grand maître méditerranéen, Federico García Lorca. Cela fait 6 ans, il prenait place dans la nouvelle génération des poètes d’oc par une traduction du Romancero qu’il m’apportait.

  • 12 J’ai présenté au congrès de l’AIEO (Aix La Chapelle août 2008), une communication sur ces aspects.

10Si les engagements de Robert Allan dans l’occitanisme militant des années 1960-1975 ne manquent pas d’intérêt pour l’historien, mon objectif premier étant l’étude de l’œuvre littéraire, essentiellement poétique, j’ai traité ailleurs plus en détail de l’intérêt de la corrélation entre l’itinéraire poétique et l’itinéraire biographique, notamment la part engagée de celui-ci12.

  • 13 « De poésie, nous n’en aurons jamais assez. »
  • 14 « Est-ce que nous sommes des maudits parce que nous écrivons en oc, [...] moi, toi, et chacun de n (...)

11On pourrait arrêter la période la plus féconde de Robert Allan à la date de 1963. Lui-même publie dans la revue Viure datée de l’automne 1966, un texte intitulé « De poësia n’aurem jamai pron13 ». L’ensemble des propos d’Allan est précieux. Il souligne d’abord la nécessité, pour toute littérature, de posséder une riche poésie lyrique et dramatique. Allan fait ensuite allusion à une lettre d’Yves Rouquette qui lui demande : « Es que siam de maudiches pr’amor qu’escrivem en òc, [...] ieu, tu, e cadun de nosautres ? Es qu’aquò nos limita pas d’escriure aital en òc14 ? », sa réaction est la suivante

  • 15 « À mon ami Rouquette, c’est ici qu’il me faut répondre, en poète parce que je ne suis pas autre c (...)

A mon amic Roqueta es aicí que me cau respondre, en poëta perque ieu siáu rèn d’autre que poëta. Maudich, non. Me siáu pas considerat e me considère pas mai uèi que ièr coma un maudich. Colonizat puslèu. Colonizat culturalament, economicament, socialament.Mas desempuèi quauquis annadas o sabe. E sabe l’enemic plan concrèt contra quau me cau batre : l’Estat francés e si serviciaus, franchimands e occitans15 [...].

12La suite de l’article expose le regret d’Allan que sa poésie ne soit pas reçue faute d’existence d’un peuple qui la ferait sienne. Désormais, ditil en substance, l’urgence doit être à l’engagement militant :

  • 16 « Cela ne m’empêche pas de désirer, de tout mon cœur, d’être lu par les hommes et les femmes, jeun (...)

Aquòm’empacha pas de desirar, de còr e d’èime, d’èstre legit pèr lis òmes e li femnas, vièlhs e joves, de mon tèmps.Mai pèr aquò cau que se batam e pèr un ensenhament vertadièr de nòstra lenga, e pèr son usatge jornadièr a la ràdio e a la television, e pèr una edicion occitana16.

13Force est de constater que ce retour réflexif d’Allan sur sa création et la réception de celle-ci, qui témoigne à la foi de la fierté de celui que se sait écrivain, et de ses doutes sur la réception de sa création, dont les difficultés sont attribuées essentiellement à un contexte politique clairement qualifié de « colonial », aura une double conséquence : un investissement personnel désormais exclusivement tourné vers l’engagement militant et une quasi-extinction de l’expression poétique. Le premier stade de mon dépouillement de la correspondance adressée par Robert Allan à Robert Lafont est significatif sur ce point : jusqu’en 1962, les propos d’Allan concernent essentiellement son œuvre poétique et l’édition de celle-ci. Ensuite, il n’est quasiment question que de stratégie militante pour le mouvement occitan.

2 Essai d’inventaire de l’œuvre existante

14J’ai pu recenser jusqu’ici un peu plus d’une centaine de textes. Il s’agit essentiellement de poèmes (ou textes de prose poétique), de longueur inégale, dont plusieurs poèmes longs publiés dans des tirés à part. Voici le tableau que j’ai pu établir à partir de ce recensement :

  • Jusqu’à 1955 : 47 textes dont deux très longs poèmes (« Lo Cantic dau brau » et « Lo Poèma de l’ametla ») auxquels s’ajoutent vraisemblablement les traductions du Romancero gitano, soit une quinzaine de textes, donc une soixantaine au total ;
  • de 1956 à 1960 : 7 poèmes, dont 3 longs, « la Cantada di cantadas », « La cantadissa d’Avinhon », « Lo Poèma dis amics »
  • de 1961 à 1965 : 13 poèmes ;
  • de 1966 à 1970 : 4 poèmes, aucun entre 1968 et 1970 ;
  • de 1971 à 1975 : 7 poèmes ;
  • de 1976 à 1980 : 21 poèmes dont les traductions de Lorca, ou, si l’on considère que le Romancero était traduit en 1950, 6 poèmes nouveaux au plus ;
  • de 1981 à 1998 : 2 poèmes.

15À une ou deux exceptions près, les textes poétiques publiés après 1963 ne sont que des réécritures—très soigneuses par ailleurs, avec de nombreuses variantes — de textes déjà publiés.

3 Entre conception et publication de l’œuvre

  • 17 Déposées au CIRDOC (Béziers).

16L’exemple de Robert Allan est certainement significatif du sort de l’édition occitane de la période qui nous occupe : une créativité étonnante dont ne témoigne qu’incomplètement la partie émergée de l’iceberg, à travers la collection « Messatges » ou les livraisons de la revue Òc et une insuffisance des moyens d’édition qui auraient permis la publication des œuvres. Les courriers qui figurent dans les archives Robert Lafont17 donnent une idée de la partie immergée : nombreux manuscrits non encore publiés, lettres d’écrivains en même temps critiques ou directeurs de collections. Je pense notamment à Henri Espieux qui dirigeait la collection « Messatges », ou au jeune Yves Rouquette.

17Les courriers adressés à Lafont par Allan entre 1955, date à laquelle son œuvre Li Cants de la tibla obtint le Grand prix des Lettres Occitanes et 1960, où elle fut éditée sous le titre Li Cants dau deluvi, considérablement amaigrie et « formatée » selon les cadres de la collection, ne sont qu’un exemple parmi d’autres (dont témoignent également par exemple les lettres de Max Rouquette à Lafont) de cet écart entre l’aspiration des auteurs à publication et les moyens matériels et humains de l’édition.

18Entre une première architecture du recueil conçue par Robert Allan et le résultat publié, la différence est considérable. J’en veux pour preuve des autographes de l’auteur désignant comme faisant partie des Cants de la tibla tel ou tel poème absent de la plaquette de 1960. C’est le cas du « Poèma de l’ametla », dont un manuscrit daté de 1955 porte la mention « Li Cants de la tibla, livre VI (2) », correspondant à une classification initialement conçue par l’écrivain. Par ailleurs, figure dans les archives Lafont au CIRDOC un tapuscrit certainement de Lafont lui-même, contenu dans une chemise intitulée (de la main de Lafont) : « Robert Allan, Li Cants de la tibla ». Les poèmes qui y sont contenus sont, pour un bon tiers, absents des Cants dau deluvi où figurent en revanche des poèmes nouveaux. Enfin, deux lettres d’Allan à Lafont témoignent d’un projet d’édition entrepris par le premier qui, malheureusement, n’aboutit pas. Nous reproduisons ci-après les extraits principaux de ces deux lettres :

  • 18 Cet essai, à ma connaissance inédit, qui m’a été confié par la famille de Robert Allan, contient d (...)
  • 19 Léon Chancerel (1886-1965) est un auteur, acteur, metteur en scène français, élève de Jacques Cope (...)
  • 20 Mon cher Robert, [...] je suis en train de préparer le bulletin de souscription du livre qui conti (...)

De Vedena lo dissabte 9 de decembre de 1966
Mon car Robert,
[...] siau en trin d’adobar lo butletin de soscripcion au libre que contendrà, dins son texte solet, sens revirada francesa, coma se diguèt a Ardoana, l’integralitat de mi « Cants de la tibla », valènt a dire li primièrs « Cants de la tibla » + totes li poemas qu’escriguère fins qu’a uei, dau « Cantic dau brau » a « Occitania » e i « Dichas d’un Occitan », au totau 220 vo 230 paginas dau format in-8 rasim (16 x 24), pèr lo pretz, que crese excepcionalament bas, de 20 francs l’exemplar.
Es aqui ço que te demande : fai-me l’amistat de me mandar, de publicar dins lo butletin, en occitan, 12 vo 15 regas dactilografiadas, per dire çò que penses de la publicacion d’aquelis « Cants de la tibla ». Aponde que, se me lo mandes, ton texte figurara a costat d’un troç de l’assai de 40 paginas dactilografiadas qui fuguet consacrat a mon obra en 1957 per lo dramatista de lenga francesa mais tenent de la literatura d’oc, Carles Bontoux-Maurel18, di Martegas, que fuguet lo collaborator major de Leon Chancerel19.
Te merceje d’avança, de tot còr, Ton Robert Allan.
De Vedena lo dissabte 13 de decembre de 1966
Mon car Robert,
Que te merceje d’abord, emai siaga prón dificil, per lis amistosis regas que venes de me mandar pèr lo butletin de soscripción de mi « Cants de la tibla ». Espere que podrai mandar aquelis butletins a la debuta de la segonda setmana dau mes de gener de l’an que vèn e que lo libre salira di premsas vers la fin dau mes d’abrilh per estre espartit tot bèu just abans mon quaranten anniversari, simbolicament ! (5 de mai de 1967) 20.

  • 21 Articles dans Li Nouvello de Prouvenço, 46, 1995 (non signé) et Prouvenço d’aro, 100, avril 1996 ( (...)

19Il existe plusieurs états de l’œuvre initialement conçue par Allan, et en cela, les papiers de cet écrivain, aimablement mis à ma disposition par sa famille, ou provenant de différentes archives (C. Barsotti, S. Bec, R. Lafont, J.-L. Pouliquen), sont révélateurs de l’aventure de la construction d’une œuvre, et des difficultés de l’entreprise. Force est de constater, en effet, que les éditions d’Allan autres que celles dirigées par lui-même sont rares, et qu’elles excluent une part importante de sa production de l’écrivain, les poèmes longs. Quatre de ceux-ci ne furent publiés que bien plus tard, en 1995, par les éditions des Cahiers de Garlaban, dirigées par Jean-Luc Pouliquen, en graphie mistralienne, ce qui valut à Allan une reconnaissance tardive et purement circonstancielle de la critique mistralienne21.

  • 22 Dont le premier manuscrit à ma disposition est daté de 1955.
  • 23 Que l’on retrouve encore dans le comité de rédaction de deux revues qui publièrent aussi Robert Al (...)

20Dans la période qui nous occupe, grâce à Robert Lafont qui relisait attentivement et corrigeait la graphie hésitante de l’auteur, avec l’accord de celui-ci, la revue Òc publia plusieurs fois des poèmes d’Allan. Mais ce sont Les Cahiers du Sud, grâce à l’aide de Nelli, qui éditèrent Lo Cantic dau brau, auquel Allan tenait tant qu’il parlait dans ses courriers à Robert Lafont de « [s]on brau ».Qu’en est-il des autres grands poèmes ? Lo Poèma de l’ametla22, lui non plus, ne fut pas publié par une revue ou un éditeur occitans, mais par la revue ruthénoise dirigée par Jean Subervie Entretiens sus les lettres et les arts, dans le comité de rédaction de laquelle on trouve notamment Frédéric-Jacques Temple23. Allan trouva donc une solution complémentaire à celle que lui offrit régulièrement, et jusqu’en 1992, la revue Òc : la parution en revues et l’auto édition, les deux étant combinées à travers Reflets Méditerranéens ou La Dépêche de Provence.

  • 24 Celle-ci me semble indispensable dans la perspective d’une édition critique. En effet, l’orthograp (...)

21Le résultat de tout cela : une œuvre dispersée, qu’il nous apparaît nécessaire de rassembler après avoir tenté d’en mettre en lumière l’architecture et la cohérence. Les indications de l’auteur nous seront précieuses pour cette entreprise car elles révèlent une volonté d’ordonner l’ensemble en vue de sa publication. De même, nous avons la chance de posséder des corrections de la main de Robert Allan, qui révèlent sa préoccupation de mettre ses œuvres en conformité avec les préconisations graphiques du moment. Dans ses courriers, il s’en remettait avec confiance à Lafont pour une harmonisation graphique de ses textes24.

4 Une grande variété formelle

22L’œuvre poétique de Robert Allan apparaît multiforme. S’il commença par écrire en français, il passa à l’occitan — à l’exception d’un nombre infime de textes — après sa rencontre avec Robert Lafont au début des années 50. Comme de nombreux écrivains provençaux, il lui arriva d’utiliser, souvent pour des raisons d’opportunité de publication, la graphie mistralienne à côté de la graphie classique, indépendamment de la forme et du contenu des textes. Parmi ceux-ci, si le choix de la strophe régulière domine, de nombreuses autres formes poétiques, régulières ou non, sont tour à tour utilisées, à l’exception notamment du sonnet. La longueur des textes est très variable, du poème court de moins de 20 vers jusqu’au poème long et des petits récits de prose poétique souvent empreints de merveilleux, qui constituent des spécificités d’Allan sur lesquelles nous reviendrons ainsi que la chanson et ses diverses formes (chant, cantique...).

4.1 Le poème long

  • 25 Les Cahiers du Sud, 334, 1956.
  • 26 Entretiens sur les lettres et les arts, 8, Rodez, Subervie, 1957.
  • 27 Reflets Méditerranéens, 26, nov-déc. 1960. Il existe également un tiré à part aux Éditions de la M (...)
  • 28 Dont parurent conjointement une version en graphie mistralienne (« La cantadisso d’Avignoun »), da (...)
  • 29 « Avignon 1960-1962 », Texte Provençal en graphie Occitane et traduction Française, Préface de Mad (...)

23Nous disposons de cinq poèmes de ce type, dont quatre (Lo Cantic dau brau, daté de 195525, Lo Poèma de l’ametla, 195526, La Cantada di cantadas, 196027, La Cantadissa d’Avinhon, 196028, Lo Poèma dis amics, 1960-196229 furent repris en 1995 par J.-L. Pouliquen sous le titre Quatre Pouèmo chausi. Le même éditeur avait projeté de publier, également en graphie mistralienne La Cantada di Cantadas, dont il nous a confié un manuscrit de la main de Robert Allan.

  • 30 À ce propos, on ne saurait mieux dire qu’Andrée-Paule Lafont dans l’avant-propos qu’elle écrivit p (...)

24Dans ses poèmes longs, Allan privilégie la forme strophique à vers réguliers qui, si elle ne reprend pas l’assonance caractéristique du romance, en retient le caractère narratif et la succession de tableautins que l’on retrouve notamment dans le romance espagnol de Lorca, cher à Allan, ainsi que le subtil mélange de réalisme et merveilleux. Tous ces poèmes se présentent comme des dialogues, au moins formellement, car les interlocuteurs ne semblent parfois pas s’entendre mutuellement. La lecture des répliques donne ainsi l’impression d’une surdité réciproque et d’une grande détresse des locuteurs, encore accentuée par le contraste avec la beauté du monde dans lequel ils évoluent. Ces locuteurs peuvent être humains, animaux (lo brau, la ternenca ou encore l’aranha), ou végétaux (l’ametla). La terre et le vent peuvent également prendre la parole car le monde décrit par Allan est d’une continuité absolue entre les règnes qui le composent. Terre, vent, plantes, animaux et humains sont également animés de sensations et sentiments dans un univers où la tendresse tente de compenser la cruauté des destinées30. Le début du Cantic dau brau est ainsi significatif :

  • 31 « Le Taureau // I/ Les épines qui vêtent / La rose et son ombre étrange / Je me vêtirai d’elles se (...)

Lo brau
I
Lis espinas que vestisson
La ròsa e son ombra estranha
Me vestirai d’elis solas
Gardatz ma ternenca negra
Èrsas au fons de vòstra mar
II
Que vòle pas pus poder
Mirar li gréus cremadis
De sis ametlas de cèu
E pèr acò me vestirai
D’espinas e d’ombras d’espinas
III
Em’escarira l’aranha
Sota sa crotz de flors negras
De perlas de suja moissa
Luenh dis èrsas e de la sau
Sarai e l’apararai31

25comme sont significatives ces strophes du Poèma dis amics :

  • 32 « L’amie // Mon ami entre mes bras / Est un grappillon de mûres / Et son souffle sur mes lèvres / (...)

L’amiga
Mon amic entre mi braces
Es un rapugon d’amoras
E son alen sus mi bocas
Se’n vai amb mon alen
Torna s’entorna e brandilha
Coma una fuelha de menta
Que sias bèumon amic linde
Que sias ufanos e bèu
Quora salisse di barris
Amb tu luenh dis ostaus
Vole dormir ras dau flume
Entre la dralha e lis aigas
Entre la bauca e ti mans
Un cop d’adèsm’alarguères
E subran me potonères
E siau malauta despuèi
Venetz reviscolatz-me
Amb d’ametlas de pinhas
Amb de cants de ginjarras
Amb de pas de drotletas
Amb de fuocs de lausier
Amb de cançons de seda
De jocs de luna e de nivols
E de cercles de belugas
E si dets entre mi dets32

  • 33 Òc, 209, julh-setembre de 1958, p. 112-114.
  • 34 Dédicacé ainsi par l’auteur : « Per mon cambarada Jòrgi Rebol, en remembrança dau dimècres 5 de ju (...)
  • 35 Ainsi présenté : « Escrich a Vedena (Vauclusa) en novembre e decembre de 1965, remanejat en septem (...)

26D’autres poèmes d’Allan pourraient appartenir à cette catégorie du poème long, même si leur dimension est un peu inférieure aux cinq grands poèmes précédents. Andrée-Paule Lafont publia en 1962 un fragment du « Poèma de l’espiga », dont je n’ai pas encore retrouvé l’intégralité. La partie publiée, 15 strophes, se présente commeun dialogue entre « Lo jovent » et « La joventa », selon un schéma récurrent chez Allan, dont une des sources est probablement Le Cantique des cantiques. Je pense également au « Cant funèbre per un aucèu33 », subdivisé en trois parties, à « Occitania34 » et à « L’autocritica35 ».

27Si les deux derniers sont caractéristiques de l’inspiration militante dominante dans la poésie d’Allan à partir de 1962, ils conservent bien des éléments de la facture des poèmes longs tels que les écrivit le poète de 1954 à 1962. C’est le cas, pour « L’autocritica », de la forme dialoguée, en l’occurrence entre « lo poèta » et « lo còr ». Sur le plan du contenu, ce dernier poème conjugue l’occitanisme affirmé et mis en acte par le poète dans les années 1960 et la vision enchantée du monde qu’il révèle dès ses premiers écrits. Au poète qui dit :

  • 36 Mon pays de haute vie/ m’a donné l’eau et le miel / m’a transporté sur ses vents / vers les crêtes (...)

Mon pais de vida nauta
M’a balhat l’aiga e lo mèu
M’a carrejat sus seis auras
Vers li dogas de si còlas
A l’ombra deis ametliers
A perfumats mei cabèus
Amb un òli d’alis blaus
E mon còr s’es escampat36...

28le choeur répond :

  • 37 si vous ne voulez pas plus, si vous ne faites pas mieux / ceux qui resteront de vos étreintes / ce (...)

Se voletz pas mai se fasetz pas miès
Li que subraran de vostris estrenchas
Aquelis enfants que jogan
Aquelis jovas que cantan
Aquelis jovents que dançan
Coma li Pèus-Rotges i raras dis ermes
N’i a que vendran li veire e li retraire
Amb de sabènts e de cameras
De long di fabregas mudas
De long di rius rameluts
Davans si fedas e si brausPer lor crompar li fruchs de si dets nuds
E pièi s’en tornar per barjacar d’elei
Sus de musicas ferotjas
Se volem pas miès
Se volem pas mai
Se fasem pas miès
Se fasem pas mai
Se fasem pas mai
Se fasem pas mai37.

  • 38 Publié, en version française, par Serge Bec dans la revue Estuaires, Revue culturelle, 28, 1996 Lu (...)

29Des poèmes antérieurs, plus ou moins longs, adoptaient également une forme dialoguée, ainsi de deux textes de 1954, « Tantostada38 », ou « Collòqui », qui figure dans Li Cants dau deluvi. Ce dernier, très court, se présente commeun court dialogue entre un enfant et sa mère, lequel constitue une véritable saynète.

4.2 La prose poétique

30Certains textes se présentent sous forme de proses poétiques et adoptent souvent les modalités du récit court. C’est le cas par exemple dans les Cants dau deluvi du texte intitulé « Racònte » :

  • 39 « Dans la garrigue, notre garrigue, il y avait jadis une grosse pierre rouge, ridée et ronde qu’on (...)

Dins la garriga nòstra garriga i aviá adés una peirassa roja regada e redonda qu’auriatz dich una tartuga39 ;

31ou encore, dans le même recueil de la « Pròsa per Ofelia » :

  • 40 « Dans la nuit claire de l’hiver, le grand pin de la terrasse a ouvert son œil jaune ; il regarde (...)

Dins la nuech clara de l’ivèrn, lo pinàs de la verdesca a durbit son uelh jaune ; regarda la cort grisa amb son uelh freg e desparpelat40...

  • 41 Un de ses derniers poèmes écrits — dédicacé « A ma Simona bèn-aimada. Dins Avinhon, Dimenge, lo 24 (...)

32Ce genre de la prose Allan le cultiva toute sa vie41. Qu’on n’y cherche pas cependant une vision « prosaïque » du monde. Ces textes conjuguent des notations justes à propos des paysages de Provence, une attention tendre au monde et à ses infinies variations au fil des saisons et des changements climatiques, avec l’irruption de passages merveilleux ou oniriques. En témoigne un de ses premiers textes (daté de 1952), intitulé « li petras » :

  • 42 Òc 190, octobre 1953, 28.
    Parfois, quand je vois leurs faces parsemées de petites gouttes d’eau, il (...)

De fes quora vese si fàcias semenadas de degotets d’aiga me sembla que li peiras susan. Me sembla qu’an paur, li peiras, de perdre sa personalitat. Me sembla qu’an paur, eli tan desparieras, de venir, passadas dins mi mans, solament de partidas anonimas d’una muralha coma lis autri. Pensan, li peiras, que quora la paret serà rebocada, degun li veirà pas pus42.

33Dans ces récits de prose, les marques d’oralité sont nombreuses, révélant le talent de conteur d’Allan, qui excelle dans le récit bref, entre réalisme et fantaisie onirique, ménageant ses effets, créant souvent des surprises, dont témoigne aussi son habileté à construire la « chute » du récit. Un exemple dans ces extraits du texte « Lo grand Viatge », daté de 1962 :

  • 43 Òc, 300, XIIIe tièira, 20, julhet de 1991, 167-168.
    J’ai pris, d’abord, la sœur de ma voisine, l’av (...)

[...] Prenguère, d’en primier, la sòrre de ma vesina, la tucla, sabetz plan, aquela pichòta femna que li dison « la formiga » e qu’a sempre paur, quora bofa lo Mistrau, que la mande sus la branca mai nauta de la platana de la cort [...]
E, coma aviái paur que finiguesse pèr l’abenar, en lo chucant, aqueu gròs det, faguère tricotar un saqueton de filhs d’argent pron grand pèr i embarrar, cada nuech, la man drecha tota de mon quitarrista. Es d’aquò que partigueriamamb una setmana de retard pèr nòstre grand viatge43.

5 Le chant et ses multiples incarnations

  • 44 P. Gardy me fait remarquer la récurrence de tels titres, à la même époque, chez Delavouët. Il s’ag (...)
  • 45 Pour le plaisir de l’anecdote... Allan publia deux fois une version en graphie mistralienne de ce (...)
  • 46 L’Écclésiaste, Le cantique des Cantiques, ou encore les Juges pour l’histoire de Samson ou l’allus (...)
  • 47 Le titre est en français, le texte est bilingue, la version occitane est en graphie mistralienne. (...)

34Allan avait intitulé Cants de la tibla son premier recueil jamais édité et complété au point de devenir, sous ce même titre, un projet d’édition des années 1970.Des quelque quatre-vingt poèmes originaux que j’ai pu recenser, plus d’un tiers sont intitulés « Cant », « Cançon », « Cantadissa », « Cantada », « Cantic » ou encore « Serenada44 ». Du chant, ils ont au-delà de leurs multiples tonalités, de leurs formes strophiques et de leurs longueurs variées, la régularité rythmique que ponctuent reprises, refrains et retours anaphoriques. Cette régularité se retrouve d’ailleurs dans des textes qui ne sont pas désignés comme chansons dans leur titre. C’est le cas de « Campanas », qui figure notamment45 dans Li Cant dau deluvi, ou de ce fragment du « Poèma de l’espiga », publié par A.-P. Lafont, dont les quatre dernières strophes éditées sont rythmées par le même dernier vers « Dins l’escur ». L’inspiration religieuse apparaît aussi, tant les lectures de la Bible46 que les échos de pratiques populaires, particulièrement vivantes en Provence dans les temps entourant Noël. Ainsi Allan écrivit-il, en décembre 1955, un « Cantique de la paille47 » dans lequel il donnait la parole à la paille de la Crèche.

  • 48 « Dicha dau passejaire », 1953, « Dicha de l’aranheta », 1954, « Dicha dau cabraire », et « Dit du (...)

35Il faut voir aussi dans cette affection d’Allan pour le chant une marque de plus de son goût pour l’oralité. À celui-ci on peut aussi rattacher les textes intitulés « Dicha » (Dit)48 et les témoignages révélés dans les lettres du poète des lectures publiques qu’il aimait donner de ses textes.

6 Influences : du Cantique des cantiques à Lorca

36Lorsque j’avais entrepris ces recherches, je m’attendais à trouver dans l’œuvre de R. Allan une influence évidente de la poésie de Lorca. Certes, celle-ci existe sur des points que j’évoquerai brièvement ici, mais les influences reçues par Allan sont aussi à chercher ailleurs, notamment dans sa lecture de la Bible, dans sa connaissance de l’oralité littéraire d’oc (contes, « dichas », chansons du type des romances), et, dans ce cadre, dans la religiosité populaire provençale. Sur ce point du contact avec l’oralité populaire, il rejoint bien sûr Lorca.

37L’influence du Cantique des cantiques est évidemment présente dans ces textes. Les images du texte biblique sont reprises par Allan en de multiples modulations et complétées par une infinité d’autres, créant une continuité cosmique entre les êtres vivants, humains ou animaux et la totalité des éléments, terre, vent, eau, plantes. De nombreux poèmes reprennent le dialogue des amants du chant biblique, du Cantic dau brau au Poèma dis amics.

  • 49 C’est le cas, bien sûr, chez Max Rouquette, qui a traduit en occitan de nombreux poèmes de Lorca, (...)

38Les résonances de la poésie de Lorca chez Robert Allan ne sont qu’un des multiples aspects des échos rencontrés chez les écrivains occitans contemporains de l’œuvre et de la figure du poète assassiné dont le destin tragique allait faire de lui une référence mythique49. Allan lui-même dit ce que fut Lorca pour lui :

  • 50 Maintenant, que je dise ce qu’est F.G. Lorca pour moi. Il est d’abord, selon moi, le poète europée (...)

Ara, que diga çò qu’es F.G. Lorca per ieu. Es, d’en primier, a mon vejaire, lo poeta europenc mai important de la primiera mitat dau segle vintenc. Segondament, es lo poeta mai blosament poeta, vòle dire lo mai anti-cartesian que conoisse e, consequentament, sèns s’èstre jamai dich « subrerealista », fòrça mai e miès subrerealista que lei tenènts dau « Mouvement Surréaliste ». e perqué ? Amòr que l’essencia meteissa de la poesia de Lorca es posada dins lo fin fons de la tant rica, de la tant irracionala poesia populara castilhana en generau, e andalosa en particular. Es, aquela poesia de Lorca, a respecte de la poesia populara de son pòple, çò qu’es la musica deManuel de Falla a respecte de la musica populara. De mai, per ieu, Lorca es un dei poetas mai engatjats, e dangeirosament engatjats, es de remarcar, compte tengut dau « climat » politic e sociologic de l’Espanha de son temps, mai engatjat, dise, de son epòca. E engatjat de toteis lei biais : coma poeta, fuguèsse qu’amb son « Romance de la Guardia Civil », coma dramatista (Yerma, Mariana Pineda, eca.), coma òme public (veire totei sei declaracions d’esperit progressista, anticonformista, socialista, dins lei grands jornaus de son temps). Enfin, e es sus aqueste aspecte qu’ai belèu de mai insistir, es engatjat coma degun avans éu, en sa qualitat de director e animator dau grand tiatre barrutladis universitari « La Barraca », que s’i assigna per tòca maja de restituir au pòple castilhan lei grandeis òbras dramaticas, notadament lei dau « Segle d’Or », qu’èran, a l’epòca, estadas escrichas pèr eu. E, d’en primier, demiès aqueleis òbras, lei mai politicament significativas, lei mai actualas au temps de la « Frente Popular » e de la Republica Espanhòla, coma, pèr exemple : L’alcalde de Zalamea, El mejor alcalde, el rey, Fuente ovejuna, eca. E, parlant de Lorca, òme de tiatre, coma podriaim’empedir de pensar a nòstre tant regretat Joan Vilar ?
E la consequencia de tot aquò ? Per ieu, aquela consequencia es possible de la resumir dins aquesta constatacion que m’empacha de dormir de còps que i a : de saupre que Federico García Lorca, lo « rossinhòu andalós », lo poeta per excelencia, un deis òmes mai pasibles, maimanses,mai generós que s’aguèsse poscut trobar, son astrada fuguet d’èstre lo primier mòrt « de consequencia » coma auriá dich Jòrdi Brassens, de la segonda guerra mondiala, la primiera victima de l’òrre endolible de barbaria fachista que començava de s’enaurar dau mitan de l’Euròpa, per s’espandir sus ela tota e sus lo monde fins qu’au 8 de mai de 194550.

39Ce courrier d’Allan à Serge Bec, daté de 1992, suggère une hypothèse sur l’œuvre du poète avignonnais. Allan n’écrivit pas de pièce de théâtre, tout en s’intéressant, comme critique, au festival d’Avignon, au théâtre d’Aubanel ou à celui de Robert Lafont. Ses poèmes longs dialogués ne seraient-ils pas une forme de théâtre ? Bêtes, herbes, pierres, astres deviennent personnages de scènes multiples et l’univers d’Allan est parcouru de leurs échanges dialogués. Ainsi dans Lo Cantic dau Brau, le taureau, la génisse, l’araignée, la terre... prennent-ils tour à tour la parole. Certains poèmes sont d’ailleurs subdivisés en « chants », de tonalités variées, qui constituent autant d’actes ou de tableaux. Ainsi « Lo Poèma de l’ametla » comporte successivement un « Planhum », un « Cant noviau », et un « Cant funebre » et le Poèma dis amics comporte trois « cants », simplement numérotés.

  • 51 Cf. — Jean-Marie Petit et Jean Tena, Romancero occitan, Centre d’Études Occitanes, Montpellier, 19 (...)
  • 52 On peut citer à ce propos l’article de Philippe Gardy « Literatura orala, literatura escricha. A p (...)

40Le premier paragraphe de la lettre d’Allan met en lumière les affinités entre Lorca et un certain nombre d’écrivains occitans contemporains. Parmi celles-ci, le caractère profondément populaire de l’œuvre de Lorca, et sa volonté d’utiliser la littérature orale (la tradition du romance, commune à la littérature espagnole et à la littérature occitane51, la culture gitane, les proverbes...) et d’en faire œuvre écrite. Cette absence de frontière étanche entre la « grande » littérature et la culture du peuple, combien d’écrivains occitans ne la revendiquent-ils pas, de Louisa Paulin à Marcelle Delpastre, de Jean Boudou à Max Rouquette, en passant par Georges Gros, sans oublier ces prédécesseurs que sont par exemple Jean-Baptiste Fabre ou Frédéric Mistral lui-même52 ?

41Il me semble qu’il n’y a là rien de comparable dans la littérature française, alors que d’autres littératures européennes, la littérature espagnole notamment, connaissent ces passages entre la création orale, la transmission mémorielle collective des contes, chants ou poèmes et la création écrite individuelle.

42Pour en revenir à Lorca, il est indispensable de dire un mot sur les traductions de Robert Allan. Elles concernent essentiellement le Romancero Gitano (15 poèmes), auxquels s’ajoutent « Cigala » (« Cigarra », Libro de poèmas), deux « gacelas » et une « casida » du Diván del Tamarit, un extrait du Poeta en Nueva York « Cant de negres a Cuba », et l’intégralité de la traduction du « Llanto por Ignacio Sánchez Mejías ». Allan ajoute à la fin du volume une traduction occitane du poème de Machado « Crimen fue en Granada », sur la mort de Lorca, qu’il avait auparavant publiée en français. Ce qui frappe lorsque l’on compare la traduction d’Allan avec des traductions françaises, c’est l’impression d’une recherche de fidélité au texte. Allan change le moins possible l’ordre des vers, il choisit souvent des termes communs entre l’occitan et l’espagnol, comme « acercar » (pour « approcher ») ou « bosca » (pour « recherche ». S’il ne parvient pas à respecter l’assonance des vers pairs, systématique dans les romances espagnols — mais aucun des traducteurs français de Lorca n’y parvient non plus —, en revanche il en respecte le rythme.

7 Conclusion : un itinéraire poétique singulier et l’urgence de l’édition

43La découverte de l’œuvre poétique de Robert Allan, dont je n’aurai donné ici qu’une idée très fragmentaire, révèle un poète singulier, dont l’œuvre donne à voir le monde sous des couleurs originales, associant visions oniriques et acuité des perceptions sensuelles.

  • 53 J’ai recueilli notamment le témoignage de son fils sur l’enthousiasme de Robert Allan au moment de (...)
  • 54 Ou d’institutionnalisation, ce qui devait être pire pour l’auteur, si j’en crois la farouche volon (...)

44Il reste à dire deux mots sur le sous-titre de ma communication : « entre enchantement et désenchantement du monde ». Celui-ci veut anticiper des études futures sur l’itinéraire singulier de ce poète. « L’enchantement du monde » qu’opère son œuvre est perceptible à la lecture, à condition de ne pas réduire ces termes au pittoresque. Quant au « désenchantement », je le lis dans l’amertume qui hante la correspondance du poète dans les années qui suivirent cette effusion de créativité. Son engagement dans l’occitanisme militant, entier, comme étaient entiers tous ses actes et prises de position, lui valut certainement des moments de bonheur exalté53, mais force est de constater que cet engagement se substitua totalement à l’écriture poétique et qu’il ne pouvait que laisser le poète dans la déréliction lors de la phase de sommeil54 de l’occitanisme des années 1980.

45S’il est trop tard pour regretter que l’œuvre poétique de Robert Allan ait été pratiquement interrompue au milieu des années 60, alors qu’il lui restait encore trente années de vie, il nous apparaît maintenant urgent de réunir l’ensemble des textes disponibles pour les donner à lire à un public le plus large possible.

Bibliographie

Références bibliographiques

Revues

Le CIRDOC possède la collection de la revue Reflets Méditerranéens. La Dépêche de Provence est consultable à la B.N.F.

Œuvres de Robert Allan

1956 — « Cantic dau brau / Cantique du taureau » [Avignon, 18-4- 23-4 1955], version bilingue éditée en 1956 dans les Cahiers du Sud, 334.

1957 — « Lo poèma de l’ametla », [Manuscrit daté : En Avinhon junh 1955 — remanejat en Novembre 1955], « Li Cants de la Tibla », Libre VI (2)), Entretiens sur les Lettres et les Arts, 8, Rodez, Subervie. Existence d’un tiré à part signalé comme « collection “Entretiens” ».

1960 — La cantada di cantadas [Avinhón 1958 (12) — 1959 (9)], Transposition en vers libres provençaux du « Cantique des cantiques », Reflets Méditerranéens, 26, nov-déc. 1960. Tiré à part aux Éditions de la Méditerranée, Avignon, s.d.

1960 —« La cantadissa d’Avinhon », La Dépêche de Provence, 238 (17décembre) 1961 — Li Cants dau deluvi, Prèmi de las letras occitanas 1955, « Messatges » (no 28).

1960 — Tentative de restitution en vers libres français du Cantique des Cantiques de Salomon Roi d’Israël (-970 / -931) d’après la traduction littérale du texte hébreu de Madame A. Butte, chez l’auteur, Carméjane 84270 Vedène.

1963 — Lo Poèma dis amics (Le Poème des amis) « Avignon 1960-1962 », Texte Provençal en graphie Occitane et traduction Française, Préface de Madame Andrée-Paule Lafont, dédié à Louis Aragon. Tiré à part aux Éditions de la Méditerranée, Avignon, s.d, mais l’auteur indique celle de 1963 dans une édition ultérieure.

1966—» Dichas d’un occitan dau segle atomic », Reflets méditerranéens, 47.

1974 — Poemas politics, Comptador Generau dau Libre Occitan, Vedène, Vaucluse. Ainsi dédicacé : « Dedique la publicacion d’aquestei Poèmas politics a la nauta memòria de Pablo Neruda (1904-1973) en remembre de nòstre rescontre d’Avinhon (1965) e de tot çò que m’i aprenguèt sus leis Indians Araucans, aqueleis “Occitans” de son país sagatats uèi per lo fachisme55 ». Page suivante, en épigraphe, une strophe d’une chanson de Marti « Los corbasses ». L’ouvrage s’achève par un « Pichòt glossari ».

1976 — Federico García Lorca (1898-1936). Poèmas causits revirats dau castilhan en occitan, per Robèrt Allan e illustrats per Miquèu Barjòu, Vedena, Comptador Generau dau Libre Occitan, 1976.

1997 — Quatre Pouèmo chausi, Hyères, Cahiers de Garlaban. Graphie mistralienne.

Notes

1 Federico Garcia Lorca (1898-1936). Poèmas causits revirats dau castilhan en occitan, per Robèrt Allan e illustrats perMiquèu Barjòu, Vedena, Comptador Generau dau Libre Occitan, 1976.

2 Occitans !, 87, novembre — decembre de 1998, 15.

3 Philippe Gardy, « Robert Allan, poèta », Òc, 302, 1992, XIIIe tièra, 23, 27-30. Gardy regrettait l’oubli dans lequel était tombée la poésie de Robert Allan et souhaitait qu’elle soit rééditée dans son intégralité.

4 Yves Toti « pèlerin de l’absolu » un bout de chemin (1924-1964), Mouans-Sarthoux, Revue Òc, s.d., édition d’une thèse soutenue en 1996 à l’Université de Nice.

5 Viure, 2, estiu de 1965. La notation du titre « Lo poèma dels amics » en languedocien est erronée.

6 Li Nouvèlo de Prouvènço, 72, décembre 1998.

7 Je ne saurais trop remercier tous ceux qui ont fait confiance à mon projet de recherches et m’ont permis de rassembler en peu de temps une importante quantité de matériaux précieux, à commencer par la famille de Robert Allan, les poètes Serge Bec et Jean-Luc Pouliquen, amis et éditeurs occasionnels de l’auteur, Guy Barral de la Médiathèque Émile Zola (Montpellier), Jean-Marc Courbet du Centre de Documentation provençale de Bollène, les employés du CIRDOC à Béziers ainsi que Glaudi Barsotti qui m’a confié la copie de sa correspondance avec Robert Allan et Jean-Marie Petit qui m’a livré des éléments sur les rapports entre Allan et Charles Camproux.

8 Je n’ai, jusqu’ici, pas trouvé d’informations à ce sujet.

9 Ces « Journées » donneront naissance (de 1967 à 1978) au Comptoir Général du Livre Occitan. (N. de l’A.)

10 Les deux journaux avaient la même direction. Le premier, bimestriel, un temps appelé également Les Reflets de Provence, se présentait comme un magazine luxueux, avec de nombreux apports publicitaires, et était non paginé. Le second était un journal d’information générales format tabloïd.

11 Qui figure dans les papiers de la famille Allan.

12 J’ai présenté au congrès de l’AIEO (Aix La Chapelle août 2008), une communication sur ces aspects.

13 « De poésie, nous n’en aurons jamais assez. »

14 « Est-ce que nous sommes des maudits parce que nous écrivons en oc, [...] moi, toi, et chacun de nous ? Est-ce que cela ne nous limite pas d’écrire ainsi en oc ? »

15 « À mon ami Rouquette, c’est ici qu’il me faut répondre, en poète parce que je ne suis pas autre chose qu’un poète. Maudit, non. Je ne me suis jamais considéré et je ne me considère pas plus aujourd’hui qu’hier comme un maudit. Colonisé, plutôt. Colonisé culturellement, économiquement, socialement. Mais depuis quelques années je le sais. Et je sais l’ennemi bien concret contre lequel je dois me battre : l’État français et ses serviteurs, franchimands et occitans. »

16 « Cela ne m’empêche pas de désirer, de tout mon cœur, d’être lu par les hommes et les femmes, jeunes et vieux, de mon époque. Mais pour cela, il nous faut nous battre pour un véritable enseignement de notre langue et pour son usage quotidien à la radio, à la télévision, pour une édition occitane [...] Les œuvres, les chefs-d’œuvre et les autres, il y aura toujours assez de poètes, de dramaturges, de romanciers, d’essayistes, pour les écrire. »

17 Déposées au CIRDOC (Béziers).

18 Cet essai, à ma connaissance inédit, qui m’a été confié par la famille de Robert Allan, contient des remarques très pertinentes sur la poésie de l’auteur.

19 Léon Chancerel (1886-1965) est un auteur, acteur, metteur en scène français, élève de Jacques Copeau à partir de 1920, au Théâtre du Vieux Colombier à Paris. Il se révèle un pionnier du théâtre pour la jeunesse, en fondant au sein du scoutisme français la compagnie des Comédiens routiers (1929), puis le Théâtre de l’Oncle Sébastien (1935), théâtre pour enfants. En 1957, il créé l’Association du théâtre pour l’enfance et la jeunesse (ATEJ).
Traducteur de Constantin Stanislavski et pionnier de l’éducation populaire, il a influencé le théâtre amateur et les méthodes de formation des acteurs à travers l’expression corporelle et l’improvisation. Avec ses Comédiens routiers, il a marqué la réformation dramatique française, faisant naître les futurs responsables des premiers centres dramatiques nationaux que sont Hubert Gignoux et Maurice Jacquemont. Son enseignement fut largement diffusé avant la seconde guerre mondiale grâce aux réseaux du scoutisme et des mouvements de jeunesse. Durant l’Occupation, il est l’auteur d’un ouvrage pour les enfants clairement antisémite intitulé Oui Monsieur le Maréchal.

20 Mon cher Robert, [...] je suis en train de préparer le bulletin de souscription du livre qui contiendra, dans son seul texte, sans traduction française, comme il a été dit à Ardouanne, l’intégralité de mes « Chants de la truelle », c’est-à-dire les premiers « Chants de la truelle » + tous les poèmes que j’ai écrits jusqu’à aujourd’hui, du « Cantique du taureau » à « Occitania » et aux « Paroles d’un Occitan... », au total 220 ou 230 pages au format in-8 raisin (16 x 24), pour le prix, que je croix exceptionnellement bas, de 20 francs l’exemplaire.
Voilà ce que je te demande : fais-moi l’amitié de m’envoyer, pour publier dans le bulletin, 12 ou 15 lignes dactylographiées, pour dire ce que tu penses de la publication de ces « Chants de la truelle ». J’ajoute que, si tu me le demandes, ton texte figurera à côté d’un extrait de l’essai de 40 pages dactylographiées qui a été consacré à mon œuvre en 1957 par le dramaturge de langue française mais ami de la littérature d’oc, Charles Bontoux-Maurel, de Martigues, qui fut le collaborateur principal de Léon Chancerel. Je te remercie d’avance.
Mon cher Robert, que je te remercie d’abord, même si c’est assez difficile pour les lignes amicales que tu viens de m’envoyer pour le bulletin de souscription de mes « Chants de la truelle ». J’espère que je pourrai envoyer ces bulletins au début de la deuxième semaine du mois de janvier de l’an prochain et que le livre sortira des presses vers la fin avril pour être distribué tout juste avant mon quarantième anniversaire, simboliquement ! (le 5 mai 1967)

21 Articles dans Li Nouvello de Prouvenço, 46, 1995 (non signé) et Prouvenço d’aro, 100, avril 1996 (signé P.A.). Les deux articles semblent du même auteur, le deuxième étant un abrégé du premier, sans citations. La formule : « Per aquesto darriero, l’autor a tengu à retrascriéure entieramen si tèste en grafìo mistralenco per fidelita à sa tèrro avignounenco » figure dans les deux articles. Je m’interroge d’ailleurs sur la sincérité de cette « conversion graphique » soudaine...

22 Dont le premier manuscrit à ma disposition est daté de 1955.

23 Que l’on retrouve encore dans le comité de rédaction de deux revues qui publièrent aussi Robert Allan, Dire et Les Cahiers de la Licorne. Dans toutes ces revues, Allan semble bien le seul poète occitan auprès de grands noms de la littérature mondiale comme Juan Ramon Gimenez, Heinrich Böll, Henk Breuker, Jean l’Anselme, Henry Miller, Lawrence Durrel, ou encore Ernest Hemingway.

24 Celle-ci me semble indispensable dans la perspective d’une édition critique. En effet, l’orthographe d’Allan est hésitante et incohérente, d’un manuscrit à l’autre et même à l’intérieur d’un même manuscrit. Dans le cadre de cet article, les lettres et les textes cités le sont dans l’orthographe originale.

25 Les Cahiers du Sud, 334, 1956.

26 Entretiens sur les lettres et les arts, 8, Rodez, Subervie, 1957.

27 Reflets Méditerranéens, 26, nov-déc. 1960. Il existe également un tiré à part aux Éditions de la Méditerranée, Avignon. Cette édition est une des nombreuses adaptations, en oc — dans les deux graphies — et en français, du Cantique des cantiques.

28 Dont parurent conjointement une version en graphie mistralienne (« La cantadisso d’Avignoun »), dans La Dépêche de Provence, 238, 17-12-1960, et une version en graphie classique dans la revue Òc, 218, octobre—décembre 1960, 32-35, avec la dédicace « Pèr lo pintre Loïs Bergerot ».

29 « Avignon 1960-1962 », Texte Provençal en graphie Occitane et traduction Française, Préface de Madame Andrée-Paule LAFONT, dédié à Louis Aragon. Tiré à part aux Éditions de la Méditerranée, Avignon, s.d, l’auteur indique celle de 1963 dans une édition ultérieure.

30 À ce propos, on ne saurait mieux dire qu’Andrée-Paule Lafont dans l’avant-propos qu’elle écrivit pour le Poèma dis amics : « Mais il y a mieux à dire des influences. Poète, Robert Allan construit et révèle l’univers de son onirisme. On aimerait parler du peu de réalité de ses personnages (mais ici c’est tant mieux pour la poésie), car ils sont épars dans la sensation, confondus aux frissons du cosmos, tremblants et fluides comme le vent et l’eau qui parcourent le poème ».

31 « Le Taureau // I/ Les épines qui vêtent / La rose et son ombre étrange / Je me vêtirai d’elles seules / Gardez ma génisse noire / Vagues au fond de votre mer / // II / Car je ne eux plus pouvoir / Regarder les germes brûlants / De ses amandes de ciel / Et pour cela me vêtirai / D’épines et d’ombres d’épines // III / Et l’araignée me chérira / Sous sa croix de fleurs noires / De perles de suie humide / Loin des vagues et du sel / Je serai et je la protègerai ».

32 « L’amie // Mon ami entre mes bras / Est un grappillon de mûres / Et son souffle sur mes lèvres / Avec mon souffle s’en va / Revient part et tressaille / Comme une feuille de menthe // Que tu es beau ami limpide / Que tu es superbe et beau / Quand tu surgis des remparts / Avec toi loin des maisons / Je veux dormir près du fleuve. // Entre les eaux et le chemin / Entre l’herbe folle et tes mains / Naguère tu m’étendis / Et soudain tu m’embrassas / Et depuis je suis malade. // Venez revigorez-moi / Avec des amandes de pins / Avec des chants de guitares / Avec des danses de fillettes / Avec des feux de lauriers / Avec des chansons de soie : Des jeux de lune et de nuages / Et des cercles d’étincelles / Et ses doigts entre mes doigts. »

33 Òc, 209, julh-setembre de 1958, p. 112-114.

34 Dédicacé ainsi par l’auteur : « Per mon cambarada Jòrgi Rebol, en remembrança dau dimècres 5 de junh de 1935, amb mon omenatge frairenal A. Robert Allan, escrich a Vedena dau dimècres 7 au dimenge 11 e setembre de 1966 » — supplément au numéro 18 d’Actualitat Occitana, Octobre 1966, sur feuille volante encartée, repris dans Poèmas politics (Comptador Generau dau Libre Occitan, 1974)

35 Ainsi présenté : « Escrich a Vedena (Vauclusa) en novembre e decembre de 1965, remanejat en septembre de 1966. ». L’un des deux textes qui compose, avec le manifeste proclamation politique en prose intitulé « Sens engambi », les « Dichas d’un occitan dau segle atomic », Reflets méditerranéens, 47. Ouvert par un texte d’Ives Roqueta (Viure, 5, 41) en épigraphe : « Un bon còp caliá parlar clar. Caliá parlar de se, a fons e sèns mistèri, e que tot i passesse dins una sinceritat ferotja ; [...] arribe çò qu’arriba » [Une bonne fois, il fallait parler clairement. Il fallait parler de soi, à fond, et sans mystère, et que tout y passe dans une sincérité féroce] dédicacé : « Dedique aquelis clams a Robert Lafont, Joan Larzac e Ives Roqueta. A. Robert Allan ».

36 Mon pays de haute vie/ m’a donné l’eau et le miel / m’a transporté sur ses vents / vers les crêtes de ses collines / à l’ombre des amandiers / il a parfumé mes cheveux / avec une huile de lys bleus / et mon cœur s’est élancé.

37 si vous ne voulez pas plus, si vous ne faites pas mieux / ceux qui resteront de vos étreintes / ces enfants qui jouent / Ces jeunes filles qui chantent / ces jeunes gens qui dansent / comme les Peaux-Rouges à l’orée des déserts / certains viendront les voir et les photographier / avec des savants et des caméras / le long des usines muettes / le long des ruisseaux couverts de rameaux / devant leurs brebis et leurs taureaux / pour leur acheter les fruits de leurs doigts nus / et puis s’en retourner pour jacasser à leur propos sur de féroces musiques. // Si nous ne voulons pas mieux / si nous ne voulons pas plus / si nous ne faisons pas mieux / si nous ne faisons pas plus / nous ne faisons pas plus/ nous ne faisons pas plus.

38 Publié, en version française, par Serge Bec dans la revue Estuaires, Revue culturelle, 28, 1996 Luxembourg, et en version occitane par la revue Polyphonies, 21-22, 1996-1997, Paris, Éditions de la Différence.

39 « Dans la garrigue, notre garrigue, il y avait jadis une grosse pierre rouge, ridée et ronde qu’on eût prise pour une tortue. »

40 « Dans la nuit claire de l’hiver, le grand pin de la terrasse a ouvert son œil jaune ; il regarde la cour grise de son œil froid et sans paupière ».

41 Un de ses derniers poèmes écrits — dédicacé « A ma Simona bèn-aimada. Dins Avinhon, Dimenge, lo 24, e Diluns, lo 25 de Junh de 1984 » — s’intitule « Pròsa per la fugidissa » [Prose pour la fugitive], Òc, 22, Nòva tièira, junh 1984, 13-14

42 Òc 190, octobre 1953, 28.
Parfois, quand je vois leurs faces parsemées de petites gouttes d’eau, il me semble que les pierres suent. Il me semble qu’elles ont peur, les pierres, de perdre leur personnalité. Il me semble qu’elles ont peur, elles si différentes, de devenir seulement, une fois passées dans mes mains, des parties anonymes d’une muraille comme les autres. Elles pensent, les pierres, que lorsque le mur sera enduit, personne ne les verra plus.

43 Òc, 300, XIIIe tièira, 20, julhet de 1991, 167-168.
J’ai pris, d’abord, la sœur de ma voisine, l’aveugle, vous savez bien, cette petite femme qu’on surnomme « la fourmi » et qui a toujours peur, quand le Mistral souffle, que celui-ci l’envoie sur la plus haute branche du platane de la cour. [...]
Et comme j’avais peur qu’il finisse par l’user, en le suçant, ce pouce, je lui ai fait tricoter un petit sac de fils argentés assez grand pour y enfermer, chaque nuit, la main droite de mon guitariste.
C’est ainsi que nous sommes partis avec une semaine de retard pour notre grand voyage.

44 P. Gardy me fait remarquer la récurrence de tels titres, à la même époque, chez Delavouët. Il s’agit certainement d’une piste à creuser, même si l’écriture polymorphe d’Allan me paraît loin de la solennelle régularité de la strophe de Delavouët, et si le nom de celui-ci n’apparaît jamais dans la correspondance d’Allan. Reste à voir dans sa bibliothèque la présence de l’œuvre du poète de Grans.

45 Pour le plaisir de l’anecdote... Allan publia deux fois une version en graphie mistralienne de ce texte, la première dans La Dépêche de Provence, à l’occasion de son mariage avec Jaumeta (Jacqueline), la deuxième, dans Reflets méditerranéens, à l’occasion du décès de Jeanne de Flandreysy.

46 L’Écclésiaste, Le cantique des Cantiques, ou encore les Juges pour l’histoire de Samson ou l’allusion à Jephté.

47 Le titre est en français, le texte est bilingue, la version occitane est en graphie mistralienne. À ce propos, Allan écrivait à Robert Lafont (21-11-55) : « A ! Carles Galtier e Robert Joly de Reflets de Provence m’an demandat qu’escriguèsse un poëma de Nadau pèr sa revista. L’ai escrich : es un pœma de vonge estrofas de 5 vers, onte fau parlar la palha de la grupia. Mais era escrich en grafia occitana, e m’an talament embestiat qu’ai autorisat Galtier a lo revirar en grafia mistralenca ; i aura tambèn la grafia francesa en regard. Ai belèu fach un bestitge. De que ne dises ? » « Ah ! Charles Galtier et Robert Joly de Reflets de Provence m’ont demandé d’écrire un poème de Noël pour leur revue. Je l’ai écrit. C’est un poème de onze strophes de 5 vers où je fais parler la paille de la crèche. Mais il était écrit en graphie occitane et ils m’ont tellement embêté que j’ai autorisé Glatier à le traduire en graphie mistralienne ; il y aura aussi la graphie française en regard. J’ai peut-être fait une bêtise. Qu’en dis-tu ? » (Trad. M.-J. Verny)

48 « Dicha dau passejaire », 1953, « Dicha de l’aranheta », 1954, « Dicha dau cabraire », et « Dit dumage Balthazar », 1962.

49 C’est le cas, bien sûr, chez Max Rouquette, qui a traduit en occitan de nombreux poèmes de Lorca, dont une partie est actuellement inédite. Cf. à ce propos, la contribution de P. Gardy dans le présent volume. C’est le cas, encore, de Georges Gros, ou de Léon Cordes dont parle ici J.-M. Petit.

50 Maintenant, que je dise ce qu’est F.G. Lorca pour moi. Il est d’abord, selon moi, le poète européen le plus important de la première moitié du vingtième siècle. Ensuite, c’est le poète le plus purement poète, je veux dire le plus anti-cartésien que je connaisse, et, par conséquent, sans s’être jamais dit « surréaliste », bien plus et bien mieux surréaliste que les tenants du « Mouvement Surréaliste ». Et pourquoi ? Parce que l’essence même de la poésie de Lorca est puisée dans le plus profond de la si riche, de la si irrationnelle poésie populaire de son peuple en général, et andalouse en particulier Elle est, cette poésie de Lorca, par rapport à la poésie populaire de son peuple, ce qu’est la musique de Manuel de Falla par rapport à la musique populaire.
De plus, pour moi, Lorca est un des poètes les plus engagés, et dangereusement engagés, c’est à remarquer, compte tenu du « climat » politique et sociologique de l’Espagne de son temps, le plus engagé, dis-je, de son époque. Et engagé de toutes les façons : comme poète, ne serait-ce qu’avec son « Romance de la Guardia Civil », comme dramaturge (Yerma, Mariana Pineda, eca.), comme homme public (voir toutes ses déclarations d’esprit progressiste, anti-conformiste, socialiste, dans les grands journaux de son temps).
Enfin, et c’est sur cet aspect que je dois peut-être le plus insister, il est engagé, comme personne avant lui, en sa qualité de directeur et animateur du grand théâtre ambulant universitaire « La Barraca », auquel il assigne pour but premier de restituer au peuple castillan les grandes œuvres dramatiques notamment celles du « Siècle d’Or », qui avaient, à l’époque, été écrites pour lui. Et d’abord, parmi ces œuvres, les plus politiquement significatives, les plus actuelles au temps du « Frente Popular » et de la République Espagnole, comme, par exemple : L’alcalde de Zalamea, El mejor alcalde, el Rey, Fuente ovejuna, etc. Et, en parlant de Lorca, homme de théâtre, comment pourrais-je m’empêcher de penser à notre si regretté Jean Vilar ?
Et la conséquence de tout cela ? Pour moi cette conséquence, il est possible de la résumer dans cette constatation qui m’empêche parfois de dormir : de savoir que la destinée de Federico Garcia Lorca, le « rossignol andalou », le poète par excellence, un des hommes les plus paisibles, les plus doux, les plus généreux que l’on ait pu trouver, que son destin ait été d’être le premier mort « en conséquence », comme l’aurait dit Georges Brassens, de la seconde guerre mondiale, la première victime de l’horreur insupportable de la barbarie fasciste qui commencer à s’élever depuis le centre de l’Europe pour se répandre sur celle-ci tout entière et sur le monde jusqu’au 8 mai 1945.

51 Cf. — Jean-Marie Petit et Jean Tena, Romancero occitan, Centre d’Études Occitanes, Montpellier, 1969. Études des thèmes, du style ; tableau de la versification, variantes.
— Jean-Marie Petit et Jean Tena, Romancero occitan, Paris-Montpellier, Maspero, 1971. Anthologie, édition bilingue.

52 On peut citer à ce propos l’article de Philippe Gardy « Literatura orala, literatura escricha. A prepaus de Joan-Baptista Fabre, FredericMistral eMarcela Delpastre. » [Littérature orale, littérature écrite. À propos de Jean-Baptiste Fabre, FrédéricMistral et Marcelle Delpastre], dans notre édition des Actes du colloque Contes e cants, les recueils de littérature orale en pays d’oc, xixe-xxe siècle (Montpellier 12 et 13 novembre 2003), communications recueillies et éditées par C. Torreilles et M.-J. Verny, Publications Montpellier 3 ; RedÒc- CEO, coll. « Lo gat negre ».

53 J’ai recueilli notamment le témoignage de son fils sur l’enthousiasme de Robert Allan au moment des grandes manifestations sur le Larzac (août 1973 et 1974).

54 Ou d’institutionnalisation, ce qui devait être pire pour l’auteur, si j’en crois la farouche volonté d’indépendance qu’il affiche dans sa correspondance.

55 Je dédie la publication de ces Poèmas politics à la haute mémoire de Pablo Neruda (1904-1973), en souvenir de notre rencontre d’Avignon (1965) et de tout ce qu’il m’y apprit sur les Indiens Araucans, ces « Occitans » de son pays, aujourd’hui massacrés par le fascisme.

Auteur

RedÒc / ETOILL, Université Montpellier III

© Presses universitaires de la Méditerranée, 2009

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Volume papier

Chargement

Unavailable