Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Nouvelle recherche en domaine occitan

 | 
Hervé Lieutard
, 
Marie-Jeanne Verny

Sociolinguistica

Le béarnais : la survivance de l’occitan en tant que langue régionale

Cinthy A Arénas

Texte intégral

1Le Béarn suscite des interrogations, géographiquement proche du Pays Basque, les médias en parlent bien moins. On peut donc en effet se demander ce qu’il en est réellement et s’interroger sur le comportement des Béarnais face à leur langue régionale, sur l’utilisation actuelle de cette dernière, sur la manière dont les individus l’appréhendent, sur la nécessité ou pas de l’enseigner, sur son importance, sur sa valeur par rapport aux langues étrangères, et enfin, sur la question de l’identité.

2Durant une année, j’ai choisi d’interroger une centaine de Béarnais, majeurs de tous âges et de toutes catégories socioprofessionnelles, sur leur langue régionale. Cette étude a été réalisée par le biais d’une recherche de terrain faite sur la base d’une enquête comportant une soixantaine de questions. Ne cherchant pas à prendre parti dans une polémique, je me suis contentée d’exprimer leurs pensées. Parce que ce sont, en définitive, les Béarnais et non pas juste les scientifiques qui choisiront ou non de transmettre les spécificités de leur langue. Ce sont eux qui la feront vivre ou disparaître.

Le choix d’un nom

3Le premier point important est la façon dont les Béarnais choisissent de nommer leur langue régionale. Fin effet, s’agit-il d’occitan, de gascon, de patois, etc. ? La question posée était simple : « Comment appelez-vous la langue de la zone où nous sommes ? »

4Les personnes interrogées, pour 66 % choisissent de la nommer béarnais (ou « Lou biarnès »). Les autres la nomment : la langue béarnaise (1 %). le patois béarnais (5 %). le patois béarnais populaire (1 %). le pur patois béarnais (1 %). l’occitan-béarnais ou gascon (1 %), l’occitan et le béarnais (2 %), l’occitan ou le béarnais (2 %), Le patois (15 %). l’occitan (2 %). le gascon (2 %). la langue d’oc (1 %). le français (1 %).

5Aux vues des réponses, on remarque une nette volonté d’identifier le langage par rapport à la situation géographique, la plus courante étant « le béarnais » ou « lou biarnès ». Les désignations « langue béarnaise ». « patois béarnais » ou encore « gascon » relèvent d’un état d’esprit identique, même si cela détient une connotation moins forte et fait entrer en jeu l’histoire et la spécificité de la langue.

6En effet, avec la dénomination « le béarnais » ou « langue béarnaise ». on se réfère à l’histoire et à la géographie du Béarn : Vicomte française passée dans les maisons de Foix, d’Albret et de Bourbon, et réunie à la France par Henri IV, dernier comte et dont la capitale est Pau. On ne dépasse pas les Pyrénées Atlantiques, vu que le Béarn en fait partie au même titre que le Pays Basque.

  • 1 BEC Pierre. 1992. « Langues, dialectes et écriture ». Actes du Colloque de Nanterre des 16. 17. et (...)

7Avec « gascon ». il y a toujours une nette volonté d’identifier le langage par rapport à la situation géographique tout en faisant une extension vers la Garonne. Mais, avec cette dénomination, il semble que ce qui est souligné, c’est la spécificité orale de la langue tout en oubliant la rivalité historique et scripturale du passé1.

  • 2 La lecture de définitions simples et insuffisantes car elles ne tiennent pas compte des différente (...)
  • 3 HAMMEL Etienne. 1996. Aide-mémoire. Langues et cultures régionales et région Languedoc-Roussillon (...)

8En ce qui concerne l’appellation « patois béarnais », on retrouve cette même volonté d’identifier le langage par rapport à la situation géographique, mais cela rend aussi compte de la prise de conscience de l’état du béarnais (aujourd’hui relégué au rang de « patois »2) par beaucoup, tout en désirant toujours affirmer une identité régionale. La locution « langue » a toujours une connotation de prestige alors que le terme de patois n’en a semble t’il aucune. Son aspect négatif est certainement issu de l’histoire du mot lui-même. En effet, « patois » s’appliquerait d’abord à une langue incompréhensible et grossière avant de prendre le sens de « dialecte particulier à une localité ». comme nom et aussi comme adjectif (même s’il ne fait référence à aucune région en particulier). Pourtant, contrairement à ce que l’on pourrait croire, le terme de « patois » si souvent perçu comme péjoratif3, n’est pas employé comme tel par la plupart des personnes interrogées. A deux reprises ce terme est accompagné d’un adjectif (« pur » et « populaire »). Celui qui emploi le terme de « pur patois béarnais » et que je nommerai P2, est un agriculteur de plus de 50 ans né à Sauvelade et vivant à Orthez. Pour lui. le « pur patois béarnais » est une langue qui doit s’enseigner essentiellement à l’oral. Nous sommes toujours dans l’état d’esprit d’identification du langage par rapport à la situation géographique, non plus au niveau du Béarn, mais au niveau des environs d’Orthez. Il certifie que le cœur du Béarn s’y trouve, sans pour autant nous expliquer pourquoi. Le second, P10 né et vivant également à Orthez, maçon de plus de 50 ans. emploie la dénomination de « patois béarnais populaire ». Toujours dans le même état d’esprit, l’adjectif qu’il ajoute souligne l’oralité. il popularise le béarnais et qu’est ce donc que populariser si ce n’est le vulgariser, à savoir, rendre accessible à tous, mettre à la portée de tous ? Il nous dit ainsi que c’est la langue du peuple et il la met en opposition avec ce qu’il appelle « 1’occitan-gascon », moins simple que le béarnais selon lui, mais avec beaucoup moins de mots. Il ajoute que pour quelqu’un qui ne connaît pas du tout le béarnais, il vaut mieux apprendre « l’occitan-gascon ». Ce qu’il nomme « patois béarnais populaire » relèverait alors d’une transmission orale alors que ce qu’il appelle « l’occitan-gascon » relèverait plus de l’écrit et nécessiterait un apprentissage scolaire.

9Certains, parmi les locuteurs, en viennent à une quasi-opposition entre l’occitan et le béarnais qu’ils ressentent d’une manière plus affective. Ils hésitent d’ailleurs entre le terme « occitan » et celui de « béarnais », ils choisissent alors de citer les deux. Nous ne sommes alors plus dans une variation sur la volonté d’identifier le langage par rapport à la situation géographique, mais peut-être aussi, dans celui d’une opposition entre le moderne et l’ancien.

  • 4 Je me suis permise de reprendre ici des mots de Robert Darrigrand dans l’avant-propos de Roger Lap (...)

10C’est ce que souligne celle que je nommerai P35. Retraitée de l’enseignement, elle cite en premier le béarnais comme langue régionale à Salies (lieu où elle vit), mais elle ajoute : « Mais aujourd’hui, on dit occitan ». La notion de modernisation lorsque l’on parle d’occitan semble donc réelle pour de nombreux locuteurs. Pour relier l’ancien au moderne, P1 professeur de français, d’espagnol et d’occitan à la retraite semble avoir donné la meilleure dénomination : « occitan-béarnais ». C’est celui qui permet d’apaiser, ne serait-ce que momentanément, les polémiques et qui réussit à « jeter un pont entre un félibrige vieillissant et l’occitanisme moderne. Il dépasse l’opposition tradition/modernité que certains s’ingénient à cultiver »4. Cette façon de caractériser le parler local par l’appellation « occitan-béarnais » traduit une prise de conscience d’appartenir à l’Occitanie tout en désirant mettre en valeur les particularismes que prend cette même langue dans une région spécifique. Dans le même sens, on pourrait parler « d’occitan-Languedocien », « d’occitan-auvergnat » et « d’occitan-provençal ».

Qui pratique le béarnais ?

  • 5 Réponses ouvertes sans choix imposé.
  • 6 Types de réponses : « personnes âgées, papis et mamies, les vieux, les retraités, anciens, ascenda (...)
  • 7 Types de réponses : « petits villages, petites villes, agriculteurs, paysans, habitants ruraux des (...)
  • 8 Types de réponses : « d’ici, qui vivent ici. nés ici et leurs parents aussi, vivent dans le sud. d (...)
  • 9 Types de réponses : « Les lettrés, ceux qui ont fait le choix de l’apprendre et de le comprendre, (...)
  • 10 Types de réponses : « Personnes âgées mais aussi de plus en plus les tout petits. Les vieux et les (...)
  • 11 « famille, personnes âgées, tous les militants des Calandrettes. les petits, ceux qui veulent mont (...)
  • 12 « Qui veut. Bayrou. comme la mamie au fond de la vallée d’Aspe. ou celui qui traite quelqu’un de p (...)

11Si l’on en croit les personnes interrogées5, ce sont les personnes âgées6 qui pratiquent toujours le béarnais (47 %). mais aussi les personnes de la campagne7 (13 %). les Béarnais des petits villages et des campagnes (1 %). les personnes de la région8 (16 %), ceux qui l’ont appris9 (8 %). les personnes âgées et la nouvelle génération10 (7 %). Certaines réponses, sont beaucoup plus personnelles : « les personnes âgées, les enfants et les défenseurs de la langue » (1 %), « les personnes âgées et les défenseurs »(1 %), « les personnes âgées et les agriculteurs » (1 %), « les personnes de la campagne, les personnes âgées et les tout petits » (1 %), « tout le monde ici »11 (1 %), « ceux qui ont le respect d’une langue entière » (1 %). « qui veut »12 (1 %). et enfin, « Je ne sais pas » (1 %).

12Le béarnais semble, à première vue, se perdre, puisque dans la conception de la majeure partie des personnes, les hommes qui parlent le béarnais sont uniquement « les anciens »... Propos bien restrictifs. En effet, parmi les 47 % des locuteurs affirmant que ce sont les personnes âgées qui pratiquent le béarnais, une grande part sont des personnes de moins de 25 ans qui ne parlent pas le béarnais, les autres ont une quarantaine d’années et le parlent peu (ou le comprennent sans le parler) et les dernières, des personnes d’un certain âge déçues de n’avoir pas pu transmettre ce qu’elles considèrent comme un héritage... lin résumé, des personnes qui ne le parlent pas ou ne le parlent plus.

13Parmi ces 47 %. l’hérédité de la langue, est soulignée par 16 % des locuteurs. Ils affirment que ceux qui la parlent sont les « enfants de personnes âgées qui vivent ici » ou des gens qui « sont nés dans le Béarn et leurs parents aussi ». « sont de souche béarnaise » ou encore tout simplement « des Béarnais ». La langue béarnaise semble être un héritage important. Cette nécessité de la transmettre est également soulignée par les 7 % restants. Ceux-ci répondent que non seulement les personnes âgées parlent le béarnais, mais aussi la jeune génération. Ils ont réellement été confrontés à cela soit parce qu’ils ont un petit-fils avec lequel ils parlent (c’est le cas de P98), soit parce qu’ils connaissent l’existence des Calandrettes ou des Caminares, soit tout simplement, parce qu’ils ont leurs jeunes enfants dans une Calandrette.

14Si nous n’étudions plus les réponses données, mais réellement les personnes qui parlent bien le béarnais, afin de voir si les réponses coïncident avec la réalité, il semble, à première vue, que nous ne soyons pas surpris.

15Un peu moins de la moitié des personnes interrogées affirment savoir parler parfaitement béarnais. Celles qui ne parlent pas du tout ni ne comprennent le béarnais (plus d’un quart des personnes interrogées) sont en général des personnes (ou leurs enfants) issues d’un autre pays, d’une autre région ou zone.

16Les locuteurs parlant correctement le béarnais sont en général les plus de 50 ans. Cela nous prouve donc que l’idée que se fait la population du Béarn sur sa langue régionale n’est pas très éloignée de la réalité.

17Néanmoins, nous trouvons aussi des personnes de 31 à 40 ans qui l’ont appris en prenant des cours après 18 ans. Cela démontre que ce n’est pas une langue qui s’éteint. Certains l’ont même apprise en même temps que leurs enfants. Elle est peut-être bien une langue en pleine renaissance grâce à certains professeurs des Calandrettes qui en enseignant « l’occitan-béarnais » dans le Béarn essaient, autant qu’il est possible, de préserver la spécificité de la langue béarnaise. Beaucoup en répondant au questionnaire ont d’ailleurs souligné qu’ils connaissent des enfants qui prennent des cours de béarnais (lorsqu’il ne s’agissait pas directement de leurs propres enfants). Il est difficile d’expliquer cet engouement des plus jeunes, on ne peut que le constater. Posant cette question à Monsieur Lapassade afin de voir si ce qui ressortait de cette étude était réaliste, celui-ci m’a répondu que non seulement, c’était une réalité mais que cela s’expliquait par « un besoin des hommes en cette fin de siècle d’une remise en ordre de la planète, certes d’un point de vue économique (pour gagner son pain) mais surtout du point de vue de l’idéal, du bonheur (...) cette défense des ethnies s’inscrit dans cette volonté ». Pourquoi alors cela touche-t-il de plus en plus les tout petits ? Et surtout pourquoi aujourd’hui les enfants semblent-ils entraîner les parents ? Roger Lapassade a également donné sa réponse : « parce que l’instinct de vie est très fort chez les enfants ».

L’importance de pratiquer sa langue régionale : les raisons données par les locuteurs

18Les personnes interrogées pensent, pour 65 % qu’il est important voire très important d’utiliser sa langue régionale, pour 18 %. qu’il est moyennement important de parler sa langue régionale et pour 18 % qu’il est peu. voire pas important de la pratiquer. Mais les chiffres comptent peu parce l’échantillon ne peut apparaître comme représentatif du Béarn. Ce qui est intéressant ici. c’est d’en déterminer les raisons.

19Deux raisons essentielles sont données par les personnes qui pensent que connaître sa langue régionale est très important ou important. La première est une raison morale qui relève de l’affectif, la seconde, ce que j’appellerais une raison « pratique ».

20En effet, on trouve un aspect moral, affectif, dans bon nombre de réponses. Il s’agit tout d’abord, pour la personne interrogée, de montrer l’importance de préserver une langue régionale amenée à disparaître si rien n’est fait. Cela nous est dit de plusieurs manières : P1 par exemple nous dit que connaître sa langue régionale est très important car « on retrouve sa personnalité psychologique et un paradis perdu ». Il nous explique qu’en renouant avec ses origines, on retrouve son identité et donc son propre équilibre psychologique. Le mot « identité » est d’ailleurs souvent cité. P4 et P23 parlent « d’identité culturelle ». ainsi que P61 qui ajoute que « le béarnais est une langue en voie de disparition, la langue doit survivre car c’est une grande partie de la culture locale qu’il faut préserver ». P47 nous explique que connaître sa langue régionale est important « pour conserver son identité et ses coutumes ».

21Toujours dans le même esprit, plusieurs locuteurs nous parlent également « d’origines » ou de « racines ». P2 nous explique que connaître le béarnais est important « pour se familiariser avec les anciens et pour connaître sa langue d’origine », il a lui même plus de 50 ans et vit à

22Orthez. P38. P39 et P40 ont les mêmes types de réponses : « Ne pas oublier » ou, « ne pas renier ses origines ». 11 % de personnes parlent aussi de « racines » à « préserver », à « conserver », à « retrouver ». ou à « garder ».

23Le terme « culture » est souvent employé (P81 nous explique son importance à sa manière : « pour perpétuer une culture. Le béarnais, ou plus généralement l’occitan est une langue qui doit continuer d’exister avec la création d’écoles d’apprentissage de la langue sans pour autant refuser le français qui est une langue nationale et internationale »), tout comme ceux de « coutume », de « tradition » et de « patrimoine ».

24Tous ces termes traduisent une volonté de transmission d’une langue qui. pour beaucoup, est amenée à disparaître. Ainsi P59, P60 et P83 affirment qu’il est important de la connaître « pour ne pas qu’elle meure » (P59). « afin qu’elle ne s’éteigne pas et que nous nous souvenions de nos racines » (P60). ou tout simplement « pour ne pas l’oublier » (P83).

25Il y a un autre désir que celui de protéger une langue amenée à disparaître. Celui de préserver des liens affectifs : avec les « personnes âgées, gardiennes du passé », « avec sa langue ». mais aussi, « avec sa région ».

26L’autre raison donnée par locuteurs est une raison que j’appellerais « pratique ». Elle se scinde en deux parties : une volonté d’intégration et une aide ponctuelle, notamment pour la langue française.

27Certaines personnes comme P67 pensent qu’il faut connaître la langue régionale d’où l’on vit pour se sentir appartenir à un lieu. Prenons les cas de P100 et de P66, tout deux sont nés en Espagne (le premier à Burgos et le second à Salamanque) et ont plus de 50 ans. Ils vivent depuis plusieurs dizaines d’années en France. Ce qui est intéressant, c’est qu’ils ont eu tous deux la même trajectoire et disent parler et comprendre moyennement le béarnais. Pour tous deux, le béarnais les a aidé à s’intégrer, c’est du moins ce qui ressort des entretiens. Il est important pour eux de pouvoir communiquer en béarnais : « pour se faire reconnaître » (P66), et « pour être accepté » (P100).

  • 13 Graphies données respectivement par P19 et P35.

28Le béarnais facilite donc l’intégration, mais il procure aussi une aide ponctuelle. Pour certains, c’est au niveau du travail. C’est le cas de P90 qui explique : « Pour mon travail, je vais chez les gens et je le parle un peu. Je crois qu’ainsi, les gens ont plus confiance car ils savent que je suis d’ici ». Mais l’aide ponctuelle dont je parlerai ici est celle qui touche la langue française. P37 affirme qu’il est très important de connaître sa langue régionale car « cela fait partie de la culture générale et cela aide mes enfants pour le français écrit (...) au collège des enfants demandent à mon fils aîné de leur apprendre le béarnais, il est au collège des Cordeliers à Oloron : il y a une heure de Béarnais par semaine pour qui veut ». Cela semble donc fournir une aide pour l’orthographe et la grammaire française. Pour l’orthographe tout d’abord P19. femme de plus de 50 ans vivant à Sainte-Suzanne nous donne quelques exemples13 :

  • at à la fin d’un mot donnée en Français (santat → santé ; buntat→ bonté)
  • ad à la fin d’un mot donne ée en français (dictade → dictée)
  • si l’on dit es. on a un ^ en français (besti→ bête)

29Pour la grammaire ensuite. P35 nous donne deux exemples :

  • Qu’ey minyat cerises (j’ai mangé)
  • Las cerises, que las ey minyades (je les ai mangées).

30Apprendre ce que l’on a fait le choix de nommer le béarnais, semble donc aider pour le français écrit. Alors qu’en est-il de ce que nous dit P32 qui est contre le fait d’enseigner le béarnais parce que. nous expli-que-t-elle : « les enfants que j’ai au catéchisme (6 ans) et qui viennent de la campagne mélangent déjà le français et le béarnais » ? Lui demandant si ces enfants prenaient des cours de béarnais, elle m’a expliqué que non. qu’ils le parlent avec leur famille. On peut donc raisonnablement penser que si ces enfants emploient des expressions ou des mots béarnais, sans les distinguer du français, c’est justement parce qu’ils n’ont pas pris de cours qui leur auraient permis de faire la distinction. Ils utilisent en fait les groupes de mots qu’ils entendent chez eux comme s’il s’agissait d’expressions françaises.

Paroles de Jeunes

31Nous avons vu que lorsque les personnes interrogées expliquent pourquoi parler sa langue régionale est important ou très important, deux explications entraient en jeu. La première est une raison morale qui relève de l’affectif, la seconde ce que j’ai appelé une raison « pratique » qui se scinde en deux : une volonté d’intégration et une aide ponctuelle, notamment pour la langue française. Mais il y a aussi quelques cas qui n’entrent ni dans une catégorie ni dans l’autre (c’est le cas de P97 qui pense qu’il est important de parler le béarnais « pour sortir du lot ») ou qui relèvent des deux et méritent d’être citées. C’est le cas de P58, P61 et P62, trois jeunes de 18-25 ans vivant dans le Béarn qui ont aussi leur mot à dire. Voilà comment ils expliquent l’importance de parler le béarnais :

Connaître le béarnais est important car avec la langue c’est toute une culture, une façon de vivre et des coutumes à ne pas oublier. C’est aussi une façon de se rapprocher d’autres occitans (Limousin. Languedocien....). Ce sont nos racines, à nous de les conserver afin de mieux nous comprendre et pouvoir grandir. Si la langue s’éteint, avec, ce sera aussi l’expérience de nombreuses générations. (P58)
Pour l’identité culturelle. Le béarnais est une langue en voie de disparition, la langue doit survivre car c’est une grande partie de la culture locale qu’il faut préserver. (P61)
Pour ne pas perdre une tradition, la garder vivante, active et ne pas l’oublier. Je ne sais pas si l’on peut parler d’utilité ou de non-utilité, je crois que c’est à chacun d’entre nous de voir ce qu’on en pense, ce que représente la langue, l’importance qu’on lui accorde. Bien évidemment, une personne qui ne connaît pas du tout la langue, n’en connaît pas l’existence, rien ne la rattache à la langue, par conséquent, les langues régionales ne représenteront rien pour elle, elle ne s’y intéressera pas. lin ce qui me concerne, j’ai de la chance de l’avoir apprise, de l’entendre un peu. ce qui m’a donné l’occasion de m’y intéresser, et l’envie de la connaître davantage. De plus, quand vous voyez que certaines familles ne parlaient rien qu’en béarnais, et même vos parents et vos grands-parents, c’est là que l’on se rend compte de la place qu’il prenait. C’est quand même une langue qui fait rire et qui nous rattache à une génération antérieure, qui a permis d’en savoir davantage sur autrefois, sur la vie. sur les coutumes...Mais c’est une langue qui reste moderne, d’actualité, grâce aux chansons, aux fêtes typiques de nos régions... Ce qui montre bien une certaine volonté de la faire vivre, les gens se sentent de plus en plus concernés. Mais, c’est bien dommage que le béarnais ne soit pas appris dès tout petit, bien que ça ait considérablement évolué. Ceci explique le fait que peu déjeunes le parlent. (P62)

Parler béarnais n’est peu, voire pas important : les raisons données par une minorité

32Nous l’avons vu. 17 % des personnes interrogées répondent qu’il est peu ou pas important de connaître sa langue régionale, en occurrence, le béarnais. A cela, plusieurs raisons sont données.

33La première résulte d’une conviction que la langue béarnaise est une langue du passé et qu’elle ne peut donc plus exister au présent.

34La seconde catégorie de réponses données est liée à une attitude de rejet. Les explications sont alors données d’une manière tranchée : « cela ne sert à rien » (P75), « cela n’apporte plus rien ensuite » (P28), « pas de nécessité » (P5), « ça ne sert à rien » (P86), « cela disparaît et n’a plus aucune utilité : tout le monde parle français de nos jours ! » (P99). Enfin, « le béarnais n’a pas d’utilité dans la vie de tous les jours (...) faible enracinement dans la région et je n’ai pas de lien affectif avec la langue » (P6). Il y a aussi l’attitude de rejet au bénéfice d’autres langues. Ainsi P17 explique que parler le béarnais est peu important « car l’anglais, l’espagnol et le français sont plus importants » et P20 « car le français est plus important ».

35Certains pourtant ajoutent une nuance de regret : « On ne s’en sert pas, pourtant, chaque région devrait conserver son identité » (P52) ou encore : « peu. ou seulement important par rapport à la culture régionale » (P63).

Parler sa langue régionale et parler des langues étrangères : deux modes différents de pensée pour une même importance

36Les raisons données par les personnes interrogées en faveur du béarnais sont nombreuses, mais elles se regroupent surtout autour de l’affectif. En effet, même si des individus donnent des raisons pratiques : emplois, moyen de faciliter l’orthographe et la grammaire française, la majorité d’entre eux présentent des raisons liées à l’affectif. Ils citent alors l’histoire, les racines, les origines et les traditions.

37En ce qui concerne les langues étrangères (les personnes interrogées citent surtout l’anglais), leur importance est située à un niveau différent.

38Tout d’abord, il faut souligner que peu de personnes ne jugent pas important le fait de parler une langue étrangère. 2 % seulement, P95 et P31 âgés de plus de 50 ans estiment que ce n’est pas important. Mais alors que P31 est catégorique. P95 est plus modéré : « pas vraiment, tout le monde parle français en France ». Les dires de P20 relèvent du même état d’esprit, mais il voit l’importance de parler d’autres langues que le français : « important, mais ici, le béarnais suffit ».

39D’autres voient une ouverture non seulement sur les autres pays, mais de l’esprit, de l’intelligence, une richesse culturelle. Ainsi, P1 nous dit que parler une langue étrangère « ouvre et fait tomber les préjugés ». P37 et P45 parlent d’ouverture « de l’intelligence » et « de l’esprit » tandis que P22 et P29 parlent de s’ouvrir « aux autres » tout simplement. La richesse culturelle est aussi énumérée. Pour P15, P98, P30. P77, P73, P58, P18 et P57, il s’agit de « comprendre les autres cultures », « d’augmenter son patrimoine culturel » ou « d’enrichir sa culture générale ». La notion d’échange est aussi importante, P72 et P40 nous parlent de « contacts ». d’échange et de « rencontre avec des personnes d’autres pays » tandis que P25 nous explique que parler une langue étrangère est importante pour « l’échange d’idées et de commerce ».

40L’intérêt économique est également souligné. P90 et P75 certifient que l’importance de parler une langue étrangère se situe au niveau de l’emploi alors que P12, plus modéré parle de l’emploi, mais aussi de « relations humaines ». P2 et P34, âgés de plus de 50 ans. affirment que c’est « primordial pour les jeunes et l’avenir ». L’Europe, enjeu économique, est aussi citée (même s’il ne l’est pas toujours en tant que tel). 9 % de personnes la nomment. Ainsi, P11 et P16 parlent par exemple, « d’Europe et d’informatique ». P33 « de l’Europe du marché commun, de la CEE ».

41La notion d’intégration est aussi relevée. P86 et P66 expliquent qu’il faut connaître la langue du pays afin de se faire accepter et P96 explique que cela aide « à vivre mieux ». P49 dit même que connaître une langue étrangère c’est « avoir un bras en plus ».

423 % de personnes interrogées ne savent pas si parler une langue étrangère est important ou pas. Comme on peut le supposer, il s’agit de personnes âgées. Elles ne savent pas si cela peut changer quoi que se soit pour elles et ne se prononcent pas. 7 % des personnes interrogées pensent qu’il est important de parler une langue étrangère, mais ne l’expliquent pas. Il s’agit cette fois de jeunes : P63, P61 et P36 ont 18-25 ans, P91 P85 et P8I sont âgés de 31-40 ans et P94, de 41-50 ans.

43Les deux groupes les plus importants citent la communication et les voyages.

44En effet, 36 % de personnes interrogées considèrent que parler une langue étrangère est important pour communiquer, « au niveau européen » pour P3. « avec les autres pays » selon P5 ou encore « au niveau mondial » (P7. P27 cite aussi l’importance de communiquer « avec les vacanciers » et P10 celle de « se faire comprendre ». 14 % parle de l’importance de parler une autre langue que la sienne « pour voyager ». Ainsi, selon P17, « on peut aller partout ». dialoguer hors des frontières.

45Alors que les personnes interrogées parlent de leur langue régionale comme d’une chose passée à préserver parce qu’elle est la base de tout, elles parlent des langues étrangères comme un besoin pour l’avenir. Du terme d’affectivité, elles passent à celui de raison pratique pour la communication, les voyages et l’intérêt économique. L’importance de parler sa langue régionale est en fait identique à celle de parler une langue étrangère, seules les raisons données diffèrent.

L’enseignement du béarnais, une nécessité ?

46Il est en effet important de savoir si le béarnais doit être enseigné ou pas et s’il doit l’être à l’écrit et (ou) à l’oral. Au simple regard des réponses des locuteurs, nous remarquons que plus de la moitié (59 %) estiment qu’il faut enseigner le béarnais d’une manière orale et écrite. Une grande majorité d’individus sont sûrs de ce qu’ils avancent (46 % répondent « tout à fait, d’une manière orale et écrite »). Sur les 25 % qui répondent qu’il ne faut l’enseigner qu’à l’oral, 10 % en sont intimement persuadés. Nous voyons donc, dès à présent, une prédominance de la volonté d’enseignement oral et écrit sur l’oral.

47En ce qui concerne les personnes estimant qu’il faut enseigner le béarnais à l’oral et à l’écrit, nous trouvons deux catégories de personnes : celles qui connaissent l’existence de cours et celles qui pensent que c’est une langue surtout orale, et qui désirent que cela change.

48Il est difficile de dire exactement qui des 46 % appartient au 1er ou au 2ème groupe, dans la mesure ou peu ont donné de détails en répondant à ces questions. Il faut alors faire une association avec les réponses établies au niveau de l’existence ou non d’une norme. Au regard de ces réponses. 13 % de personnes appartiendraient au second groupe (celui qui est conscient de l’existence d’au moins une norme et de cours s’y rapportant) et 25 % au premier. 8 % ne seraient pas réellement classifiables dans la mesure où elles n’appartiendraient ni à l’un, ni à l’autre ne sachant pas elles-mêmes où se situer.

49En ce qui concerne les 25 % de personnes qui affirment qu’il ne faut enseigner le béarnais qu’à l’oral, il semble, à première vue qu’il s’agisse de personnes considérant que le béarnais n’a aucune norme et qu’il ne faut donc l’enseigner que d’une manière orale afin de garder les spécificités de « chaque coin » du Béarn. Il faut aussi ne pas oublier que beaucoup de personnes dans les campagnes n’employaient le béarnais que d’une manière orale et ne savaient pas l’écrire.

50Les personnes qui pensent qu’il n’est « pas du tout » nécessaire d’enseigner le béarnais, ni d’une manière orale, ni d’une manière écrite, sont facilement identifiables, même si très peu donnent des explications sur leur réponse. Ce sont en général des personnes qui ne parlent que faiblement, très faiblement, voire pas du tout le béarnais et ne souhaitent pas le faire. Ceci, qu’elles soient du Béarn (comme P5. P6, P22, P24, P86 ou P95) ou pas (P78, P76, P49, P99, P75 ou P68). Nous rencontrons, dans ce groupe, une majorité de personnes de moins de 50 ans.

51Il semblerait donc que pour une majorité de locuteurs, l’enseignement oral et écrit du béarnais, est bel et bien une nécessité.

Une question d’identité

52Moins de la moitié des personnes interrogées se sentent d’identité française avant tout, soit 46 %. Ce sont généralement des personnes nées en dehors du Béarn ou des personnes parlant peu le béarnais.

53Un peu moins de la moitié des individus situés dans cet ensemble (21 %) sont en effet nés en dehors du Béarn (à l’étranger, au pays basque, en Charente, dans les Landes....). L’identité landaise n’apparaît à aucun moment alors que le landais en tant que langue, patois ou dialecte est parfois cité en contrepoids au béarnais.

54En considérant les pourcentages, nous pouvons observer que toutes les classes d’âge sont représentées d’une façon équivalente. Seulement 3 % d’entre elles parlent « parfaitement » le béarnais et 6 % peuvent dialoguer « moyennement ». Ce qui signifie que l’on peut se sentir d’identité française, tout en maîtrisant parfaitement le béarnais et en étant profondément attaché à la terre du Béarn, prime alors la nationalité, la citoyenneté. Les autres le parlent très faiblement voire pas du tout. Les individus vivant dans le Béarn mais expliquant qu’ils sont français sont donc aussi ceux qui s’expriment le moins en béarnais.

559 % de personnes citent aussi l’identité française. Néanmoins, ces individus, bien que parlant relativement faiblement le béarnais, ne peuvent être regroupés avec les 48 % que nous venons d’observer. Tout d’abord, il s’agit de personnes vivant et étant nées dans le Béarn. Ensuite, elles ont besoin de marquer leur identité par un trait qui les distingue. Ainsi P2 répond : « français du Béarn ». P4 et P50 : « française du sud-ouest ». P5 : « française du Béarn », P13 : « française de souche béarnaise ». P25 : « française de naissance mais du sud ». P59 : « française par commodité parce que le béarnais se perd et quand on dit que l’on est béarnais, on nous regarde avec des gros yeux ». P62 : « française avant tout, mais je reconnais que le béarnais fait partie de nos racines et qu’il saurait bien dommage de l’oublier ou de le nier » enfin, P79 : « français mais du sud. je ne sais pas pourquoi, mais j’aime me différencier des Parisiens par exemple ».

56Ces individus éprouvent le besoin de donner une particularité à leur identité nationale, un trait qui est susceptible les distinguer des autres Français.

5731 % des personnes interrogées affirment se sentir béarnais avant tout, ce qui prouve que l’identité béarnaise est très marquée. On pourrait croire que cet ensemble regroupe les personnes parlant parfaitement le béarnais et c’est souvent le cas (notamment pour celles de plus de 50 ans).

58Néanmoins, se sentir béarnais ne signifie pas pour autant parler béarnais. En effet. 2 % de l’ensemble des 18-25 ans, 1 % des 26-30 ans. 1 % des 31-40 ans et 1 % des plus de 50 ans parlent faiblement voire pas du tout le béarnais, mais se sentent d’identité béarnaise. L’identité, pour ces personnes, relèverait alors de l’affectif et n’entreraient en jeu. ni la connaissance, ni la logique qui inciterait à dire que l’on est de nationalité française (bien que dire que l’on est de nationalité française, peut aussi relever de l’affectif). Certains, soulignent même la distinction : ainsi, P1 nous affirme être « d’identité béarnaise (occitane) et de citoyenneté française ».

596 % des personnes interrogées affirment être d’identité béarnaise et française. 4 % parlent faiblement, voire pas du tout le béarnais et 2 % le parlent moyennement voire parfaitement. Encore une fois, nous constatons que la connaissance de la langue peut être dissociée de la volonté d’appartenir à une région. Le fait que les individus parlent tout d’abord d’identité béarnaise pour finir par l’identité française montre que. sans réfléchir l’homme cherche tout d’abord à revendiquer sa distinction régionale avant de dire ce qui est logique : son identité nationale. Cela se vérifie également lorsqu’on observe les 2 % de personnes qui donnent leur identité ainsi : « béarnaise, française et européenne ». Elles répondent tout d’abord d’une manière affective : le lieu de leur naissance, la terre à laquelle elles sont profondément attachées. Puis, répondent d’une façon plus logique (mais, je le répète, peut-être tout aussi affective) en pensant à leur nationalité : française, pour finir par un raisonnement plus poussé : l’Europe.

60Les 3 % de personnes répondant être d’identité basque et française, même si elles sont dans un état d’esprit semblable aux cas que nous venons d’étudier, sont à différencier.

61En ce qui concerne les locuteurs (3 %) nés en dehors de la France et qui répondent qu’ils sont d’identité « espagnole et française » (2 %) ou « roumaine mais aussi française » (1 %). il est difficile de dire ce qui est raisonné et ce qui ne l’est pas. Ils sont attachés à leur pays d’origine mais aussi à la France qui les a accueillis. Ainsi P66 nous dit être d’identité espagnole, mais aussi française « car c’est elle qui m’a accueilli et mes enfants et petits-enfants sont français ». Ils choisissent alors de donner leur véritable lieu de naissance, le pays auquel ils sont profondément attachés et celui ou ils vivent pour lequel ils expriment une certaine reconnaissance alliée à une réelle affectivité.

62Si l’on associe les 30 % de personnes qui affirment être d’identité béarnaise au 9 % disant qu’elles sont françaises mais ont besoin de se démarquer par des propos tels que « française du Béarn ». Si l’on ajoute aussi les 6 % d’individus certifiant être d’identité béarnaise et française, ainsi que les 2 % affirmant être d’identité béarnaise, française et européenne, nous arrivons à un total de 47 %. soit un peu moins de la moitié des personnes interrogées. Ce qui signifie que la population béarnaise semble réellement détenir une identité très marquée ainsi qu’un profond désir de la préserver.

63Cette étude n’a en fait qu’une valeur micro sociolinguistique et nous ne pouvons pas la considérer comme représentative dans la mesure où elle ne s’appuie que sur un échantillon d’une centaine de personnes.

64Même si pour certains, ce que les locuteurs ont choisi de nommer « le béarnais » est en train de disparaître, force est de constater qu’il n’en est rien. On constate même une véritable renaissance soulignée par une réelle volonté de préserver ses « origines », ses « racines », sa « culture », une « coutume », une « tradition », son « patrimoine » ou encore « son identité ». Autant de tenues, de synonymes choisis par nos locuteurs qui, comme tous les habitants de nos régions d’Occitanie. sont en définitive les seuls à pouvoir se positionner puis choisir de préserver ou non leur langue.

Notes

1 BEC Pierre. 1992. « Langues, dialectes et écriture ». Actes du Colloque de Nanterre des 16. 17. et 18 avril 1992. pp. 152-153. Dans cet ouvrage l’auteur nous explique qu’il faut distinguer, environ, deux types de sriptae pour ce qui est de la scrita gasconne médiévale. L’une qu’il appelle « la scripta toulousaine et dont les traits (linguistique et graphiques) sont ceux de l’Occitan standard propagé par Toulouse et sa région » et l’autre qu’il appelle « béarnaise qui se caractérise par des habitudes graphiques qui lui sont propres ». Il nous donne ensuite l’exemple de la traduction des psaumes de David commandée par Jeanne d’Albret en 1565 à Pey de Garros pour une version « gasconne » et en 1568 à Arnaud de Salette pour une version « béarnaise » (version qui ne parut d’ailleurs qu’en 1583. soit 18 ans après celle de Pey de Garros).

2 La lecture de définitions simples et insuffisantes car elles ne tiennent pas compte des différentes connotations de langue et patois nous montrent bien la différence de tonalité entre ces deux termes. Patois : Aujourd’hui : « Parler rural employé par un groupe relativement restreint et d’usage surtout oral » (Larousse 1996). « Parler dialectal. Sans valeur littéraire » (Définition du Quillet Flammarion 1963).

Langue : « Système de signes verbaux propre à une communauté d’individus qui l’utilisent pour s’exprimer et communiquer entre eux. Ex : la langue anglaise » (Définition du Petit Larousse 1996). « Langage d’une nation » (Définition du Quillet Flammarion 1963).

3 HAMMEL Etienne. 1996. Aide-mémoire. Langues et cultures régionales et région Languedoc-Roussillon 1995-1996. Perpinya. El trabucaire. p. 7. Dans cet ouvrage, l’auteur nous parle de « connotation négative, voire infamante ». A ce sujet, il est intéressant de voir comment Etienne Hammel explique à la suite, la naissance de la formule « langues régionales » par contrepoids à ce tenue : « En France, dit-on. tout fini par des chansons. Mais tout commence néanmoins par des étiquettes. Les parlers autres que la langue royale devenue langue d’état n’ont eu droit, traditionnellement, qu’à la dénomination de patois (qu’une certaine psychanalyse linguistique a pu gloser, en terme d’identité en un pas toi lourdement chargé de sens), du reste intraduisible. La connotation négative, voire infamante, en même temps qu’ils tendaient à disparaître, a conduit à l’émergence de la notion de langues régionales. »

4 Je me suis permise de reprendre ici des mots de Robert Darrigrand dans l’avant-propos de Roger Lapassade des « Annales de Littérature Occitane 6 » : « Roger Lapassade occupe une place unique dans le panorama littéraire béarnais -on pourrait dire gascon - de cette fin de siècle. Il a réussi à jeter un pont entre un félibrige vieillissant et l’occitanisme moderne. Il a su dépasser l’opposition tradition/modernité que certains s’ingéniaient à cultiver » car P1, n’est autre que Roger Lapassade.

5 Réponses ouvertes sans choix imposé.

6 Types de réponses : « personnes âgées, papis et mamies, les vieux, les retraités, anciens, ascendants ».

7 Types de réponses : « petits villages, petites villes, agriculteurs, paysans, habitants ruraux des campagnes ».

8 Types de réponses : « d’ici, qui vivent ici. nés ici et leurs parents aussi, vivent dans le sud. de souche béarnaise, béarnais ».

9 Types de réponses : « Les lettrés, ceux qui ont fait le choix de l’apprendre et de le comprendre, qui sont nés en l’entendant ou qui l’apprennent ».

10 Types de réponses : « Personnes âgées mais aussi de plus en plus les tout petits. Les vieux et les tout jeunes, les personnes âgées et les enfants des Calandrettes ».

11 « famille, personnes âgées, tous les militants des Calandrettes. les petits, ceux qui veulent montrer un lien affectif (frère...) »

12 « Qui veut. Bayrou. comme la mamie au fond de la vallée d’Aspe. ou celui qui traite quelqu’un de pec »

13 Graphies données respectivement par P19 et P35.

Auteur

Université de Toulouse-Le Mirail

© Presses universitaires de la Méditerranée, 2003

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Volume papier

Chargement

Unavailable