Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Les Figures de la guérison (XVIIIe-XIXe siècles)

 | 
Carl Havelange

Quatrième partie. Enthousiasmes et résistances : le corps médical sur les chemins du pouvoir (1830-1914)

Chapitre II. La médecine conquérante : l’individu, la société, la race

Texte intégral

1Entre l’Etat et la corporation, les professions médicales trouvent, au xixe siècle, les ressources de leur dynamisme. Nulle question, nulle polémique, nulle réalisation n’échappe à cette double détermination qui seule permet de comprendre l’évolution du corps médical vers une cohésion toujours mieux affirmée. Parallèlement se précise et se transforme l’image du médecin : il était, au xviiie siècle, l’agent isolé d’une forme de guérison perçue comme strictement individuelle ; il devient maintenant l’instrument d’une lutte collective contre la maladie.

2Elle aussi se transforme : variole, choléra, syphilis, tuberculose, alcoolisme ; comme sous les étiquettes du malheur, se résument en ces cinq mots les craintes et les espoirs du xixe siècle médical. Aucune de ces maladies n’est inconnue, mais chacune, en ses manifestations comme en ses représentations, se modifie et révèle les enjeux nouveaux qui s’associent à la notion de santé publique. A l’aube du xixe siècle, la propagation de la vaccination jennerienne ne formule que l’espoir. La petite vérole est une maladie depuis longtemps familière, apprivoisée, profondément inscrite dans le paysage de la vie quotidienne. Symbole même du progrès, le vaccin éclaire de ses évidences la marche du futur. Il inaugure également une forme de médecine préventive qui réunit en un même élan médecins, administrateurs et notables éclairés. En 1832, la brutale invasion européenne du choléra ne formule quant à elle que la crainte et fait renaître la terreur des pestes du passé. Ici, nul vaccin et nulle thérapeutique révolutionnaire : aux offensives cholériques, qui se répéteront sept fois au cours de xixe siècle, on ne pourra opposer que la mise en œuvre d’une politique sanitaire susceptible de freiner la marche de l’épidémie. Enfin, à partir des années 1880, l’avènement et l’intensification de la lutte contre les “maladies sociales” — tuberculose, syphilis, alcoolisme — ouvrent la porte aux formes contemporaines de la médicalisation.

***

  • 1 Sur la marche internationale de l’épidémie de 1829-1837, cfr le bon résumé présenté dans Patrice B (...)

3Octobre 1832. Le choléra est en Belgique depuis moins de six mois et depuis un mois à peine dans la province de Liège1. Le 25 octobre, Charles-Joseph Davreux, jeune pharmacien liégeois, répond à un de ses amis, l’avocat Dethier qui, de Theux, s’inquiète de la progression de l’épidémie :

  • 2 Lettre adressée par le pharmacien Charles Davreux à l’avocat Dethier, Liège, 25 octobre 1832 — Arc (...)

“Le choléra après avoir tourné aux environs de Liège, est enfin venu porter sa faux dans notre cité. Jusqu’à ce jour, 12 à 14 personnes en ont été atteintes et parmi ce nombre, on ne compte que deux échappées. Tous les cholériques appartiennent à la classe malheureuse. La régence et des particuliers ont pris des mesures énergiques contre l’invasion de ce terrible fléau, mais ici comme dans tous les endroits où le choléra a régné, le zèle et les mesures de prévoyance des autorités et des particuliers ne sont pas appréciés par la populace, car les médecins sont insultés et même menacés ; il n’est pas rare de les entendre traiter d’assassins.etc..., et plusieurs malades persistent à refuser les secours de l’art. Tout porte à croire que les incrédules ne seront désabusés que lorsque le choléra aura moissonné un plus grand nombre de malheureux [...] Malgré le développement que le choléra a pris en 4 jours, la ville est assez tranquille et peu de personnes la fuient mais aussi, presque tous les habitants des classes bourgeoise et riche ont amené des améliorations dans leur genre de vie. Ils évitent les mauvaises digestions, les liqueurs fortes, les émotions subites, les refroidissements et surtout les ruelles, dont l’air méphitique ne peut guère être corrigé par les émanations et les lavages au chlore”2.

4Dethier peut être satisfait de son informateur ; en quelques lignes, celui-ci a résumé les principales caractéristiques de l’épidémie et des réactions qu’elle provoque : inquiétude — cette maladie qui tourne autour de la ville comme un rapace avant de venir y battre sa faux —, intervention “énergique” des autorités, auxquelles s’associent en une collaboration empressée les classes aisées de la société ; résistance, voire hostilité de la “populace” — pourtant victime privilégiée de la maladie — à l’égard des mesures de prévention.

  • 3 Lettre d’Aristide Dethier à son père Laurent-François Dethier, Smyme, 3 juillet 1831, cité par Ren (...)
  • 4 Ibidem.
  • 5 Cfr, par exemple, Richard J. Evans, Epidémies et révolutions. Le choléra dans l’Europe duxixe sièc (...)

5Le choléra est en Belgique depuis peu, mais il y est attendu de longue date. Au lendemain des révolutions de 1830, la progression de cette deuxième grande pandémie (1826-1837) est suivie avec anxiété par les gouvernements européens. Partie du golfe du Bengale, la maladie poursuit la marche inexorable qui la conduit au cœur de l’Europe : Kaboul, Boukhara, Téhéran, Golfe persique, Smyrne. De Smyrne, précisément, un membre de la famille Dethier, Aristide, consul du tout jeune gouvernement belge, écrit à son père et lui parle des ravages du choléra et d’une ville comme arrêtée dans une indicible crainte : “car il faut l’avoir éprouvée [...] cette terreur continuelle des hommes et des choses, cette conscience secrète d’un danger mortel qui vous entoure de toute part et vous jette pour ainsi dire seul et sans armes au milieu d’une forêt remplie de bêtes féroces et de pièges cachés destinés à les détruire, mais dont vous pouvez tomber la victime au moindre mouvement que vous allez faire”3. Septembre 1830 : le choléra est à Moscou, puis gagne la Pologne, la Finlande, la Silésie, la Hongrie : “quelle triste chose que le choléra. Il paraît marcher à grands pas vers l’ouest de l’Europe”4. En effet, et cette marche suit, comme en un sinistre rebours, le chemin qui conduit de la barbarie à la civilisation. Le choléra aux portes de l’Europe : c’est aussi le virus de la sauvagerie, du désordre — celui-ci est né sur les bords du Gange — qui inocule brutalement une Europe sûre de sa supériorité à la fois biologique et culturelle5. En octobre 1831, le choléra asiatique est à Hambourg, en février 1832 à Londres ; au printemps, il s’étend en France, puis en Belgique.

  • 6 La loi du 18 juillet 1831 (Pasinomie,3e série, t. 1, p. 394 et sv.), s’inspire directement de la l (...)
  • 7 Pasinomie, 3e série, t. 2, p. 106 et sv.
  • 8 Arrêté de la députation des Etats de la province de Liège, 15 octobre 1831, M.A.P.L., t. 1 (1830-1 (...)
  • 9 Par exemple : M.A.P.L., t. 1 (1830-1831), p. 629-630 (30 septembre 1831) ; p. 723-727 (10 décembre (...)

6Dès le mois de juillet 1831, le Congrès national, suivant l’exemple de la France, vote une loi de protection sanitaire qui autorise le gouvernement à prendre “les mesures extraordinaires que l’invasion ou la crainte d’une maladie pestilentielle rendraient nécessaires”6. Cordon sanitaire établi aux frontières, mais également surveillance et mesures de prévention à l’intérieur du pays. Le 17 août, un arrêté d’application prescrit l’institution de “commissions sanitaires” destinées à seconder et multiplier l’action des commissions médicales provinciales7. En octobre, quatre commissions sanitaires sont établies à Stavelot, Verviers, Visé et Spa ; quant à la Commission médicale de la province de Liège, elle “remplira au chef-lieu de la province les fonctions que le règlement du 17 août confère aux commissions sanitaires”8. Les autorités provinciales assurent le relais entre les directives du gouvernement et leur application dans les communes. Pendant toute la durée de l’épidémie, elles diffusent un flot ininterrompu de circulaires, de conseils et de règlements destinés à informer les autorités communales de leurs devoirs et de leurs responsabilités à l’égard de la lutte contre le choléra9.

  • 10 Cfr Cari Havelange, Discours, pratiques et pouvoirs. La santé publique et les médecins auxixe sièc (...)

7La difficulté de faire appliquer ces mesures est patente. Le principe de la responsabilité puis de l’autonomie communale en matière de santé publique constitue un des principaux freins à la stricte coordination de la lutte. Pendant tout le xlxe siècle, il alimente l’amertume des médecins et des hygiénistes, toujours prêts à dénoncer l’indifférence, voire le mépris des édilités locales à l’égard de la santé publique10. Cependant, la mobilisation que suscite l’épidémie de 1832 ne doit pas être considérée comme dérisoire. Pour la première fois s’organise à l’échelle de la nation une lutte systématique contre la maladie. Il faut y voir également à l’œuvre un principe d’uniformisation internationale des comportements. La marche du choléra vers l’ouest est connue et suivie avec une vigilante attention qui conduit en Angleterre, en Allemagne, en France, en Belgique, à la mise en place de mesures défensives strictement analogues.

***

  • 11 H. Kuborn, op. cit., p. 280-282 et Pascaline Poncelet, Le choléra à Liège en 1866,Liège, mémoire d (...)
  • 12 Cfr par exemple R J. Morris, Choiera, 1832. The social response to an épidémie, Londres, Croom Hel (...)

81832, 1849, 1866 : en trois grandes flambées épidémiques toujours plus meurtrières et quelques autres sursauts de moindre importance, le choléra ramène en Europe ses terreurs obsédantes. Dans la province de Liège, 499 décès cholériques en 1832-1833 ; il y en aura 4849 en 1848-1849, et 8462 en 186611. Le nombre des décès, tout au moins en 1832-1833, peut paraître relativement peu élevé. Il est en effet convenu, parmi les historiens, de reconnaître que les épidémies de choléra n’ont guère eu d’impact durable sur l’évolution démographique générale12, beaucoup moins en tout cas que les grandes endémies comme la variole, la tuberculose, la syphilis ou les fièvres typhoïdes. Mais précisément, le caractère brutalement épidémique du choléra, la nouveauté de son apparition en Europe, l’horreur de ses symptômes et la fulgurance de leur évolution portent aussitôt la maladie au palmarès de l’épouvante. C’est une évidence — et plus encore à une époque où la statistique des causes de décès n’en est qu’à ses premiers balbutiements — que le nombre des morts importe moins que la manière dont on meurt. Rien de comparable entre la mort lente et familière de la tuberculose, entre les prélèvements réguliers et comme prévisibles qu’opèrent la petite vérole et les fièvres puerpérales, et l’indicible éclatement de douleurs qui entraîne en quelques heures le cholérique à la mort. L’horreur, toujours, inlassablement relatée, se concentre en un court scénario que rythme la fatale évidence des manifestations morbides. Voici, par exemple, le 25 juin 1866, le premier cas de choléra observé à Liège, “sur la nommée Anna Delbaere, âgée de 43 ans, ménagère” :

  • 13 J. Borlée, Traitement rationnel du choléra épidémique, dans P.M.B., 25 novembre 1866, p. 393.

“Cette femme avait soupe, la veille, avec des pommes de terre nouvelles. Se sentant mal à l’aise, elle crut devoir en faciliter la digestion en prenant de l’absinthe. Vers 8 heures du soir, elle était sur le seuil de sa porte, en bonne santé ; vers 10 heures, elle fut prise de vomissements, selles, crampes, refroidissements, enfin, de tous les symptômes du choléra, A minuit seulement, on lui administra une potion laudanisée contenant du bismuth, et on lui appliqua des sinapismes. Elle mourut à 4 heures du matin”13.

  • 14 Isidore Putzeys, Rapport sur l’épidémie de choléra de 1866 dans la province de Liège,dans R.C.M.P. (...)
  • 15 Cfr par exemple “Rapport du collège des bourgmestre et échevins, fait au conseil communal dans sa (...)

9Aussitôt l’épidémie se répand ; en quelques mois, elle fera près de 2600 victimes dans la seule ville de Liège14, multipliant ainsi d’autant le visage de l’effroi. Comme en 1832 et en 1849, les autorités communales et provinciales mobilisent leurs énergies pour lutter contre le fléau : organisation d’hôpitaux temporaires, distributions de désinfectants, blanchissement à la chaux des ruelles et des impasses, rédaction et diffusion d’instructions populaires... 15. En une trentaine d’années, les formes de l’intervention publique ne se sont guère modifiées. A peu de choses près, les circulaires de 1832, de 1849 et de 1866 sont identiques. En l’absence de données plus précises sur l’étiologie de la maladie, les mêmes traitements et les mêmes mesures préventives sont appliquées. Sans se modifier, la lutte s’est cependant intensifiée. En trente ans, l’hygiène publique — fondement de la politique de prévention en matière de choléra — s’est imposée comme un des secteurs dominants du discours médico-social.

  • 16 La Santé, volume 1 (1849-1850), p. 129 (9 décembre 1849).
  • 17 M.A.P.L., t. 8 (1838), p. 55. Le Conseil publie irrégulièrement ses Annales à partir de 1844.
  • 18 Arrêté royal du 15 mai 1849.
  • 19 Rogier tente de coordonner et d’intensifier l’initiative gouvernementale et communale en matière d (...)
  • 20 Le premier congrès se réunit à Bruxelles du 22 au 23 septembre 1851, sous les auspices du Conseil (...)

10“Le choléra a fait du bien”, osait écrire en 1849 Alphonse Leclerq, “son apparition et sa présence ont imprimé à l’hygiène une marche rationnelle”16. La création d’un Conseil de salubrité publique de la province de Liège en 183717, celle, en 1849, à l’initiative de Charles Rogier, d’un Conseil supérieur d’hygiène publique18 et l’impulsion que celui-ci donna pendant les quelques années qui suivirent l’épidémie de 184919, l’organisation, en 1851, des premiers grands congrès d’hygiène20, sont quelques-unes des étapes essentielles de ce grand mouvement hygiéniste.

  • 21 Instruction sur les principaux moyens à employer pour se préserver du choléra-morbus et sur la con (...)

11Hygiène et choléra : les deux mots sont indissociables et les réflexions conjointes qu’ils suscitent représentent un des débats médicaux les plus caractéristiques et les plus importants du xixe siècle. Dès la première invasion du choléra en 1832, les données du problème sont exprimées avec précision : “l’expérience prouve que les précautions hygiéniques [...] sont les seuls moyens préservatifs du choléra”21. A l’heure des évidences bactériologiques, la formule peut paraître banale. Cinquante ans avant la mise en évidence par Koch du vibrion cholérique (1884), elle nécessite quelques explications.

  • 22 J.-J. Crocq, De la contagion du choléra, P.M.B., 12 janvier 1873, p. 42.

12L’étiologie du choléra n’est pas connue. Dans la profusion des tentatives d’explication, une certaine forme d’humilité scientifique domine, et la plupart sont d’accord pour reconnaître cette ignorance de la nature spécifique du “poison cholérique”. En 1873 encore, Jean-Joseph Crocq, professeur à l’université de Bruxelles, écrivait : “si nous envisageons l’étiologie en général, nous ne rencontrons trop souvent que des suppositions, et en particulier il en est ainsi pour le choléra. On a attribué le choléra à des émanations miasmatiques. Qu’est-ce-que c’est que ces émanations miasmatiques ? D’où viennent-elles ? Comment se produit leur action ? Sont-ce des gaz ou sont-ce des spores, des cryptogames, des œufs d’entozoaires, ou sont-ce des substances quelconques transportées par l’atmosphère ? [...] Lorsque nous voulons un peu spécifier, nous tombons dans les incertitudes les plus grandes”22. Foisonnante devinette qui, au seuil de l’ère pastorienne, formule l’inépuisable complexité des phénomènes pathologiques.

13L’ignorance est elle-même une notion relative, selon la nature des vérités auxquelles elle est opposée. Avant la révolution pastorienne, elle n’a pas le même sens qu’au moment où le microbe deviendra la panacée explicative des maladies infectieuses. Entre 1830 et 1866, le paysage intellectuel à partir duquel s’élabore la compréhension du choléra ne se réduit pas à une caricature et les traitements qui sont proposés ne se réduisent jamais à l’empirisme grossier dont les accablent aujourd’hui quelques historiens arborant une facile ironie rétrospective. C’est, par ailleurs, une de ces mystérieuses oscillations de l’idée de vérité que l’hygiène publique se soit développée, dans le courant du xixe siècle, à partir de théories médicales qui bientôt s’avéreront erronées.

  • 23 Cfr par exemple, Patrice Bourdelais et Jean-Yves Raulot, op. cit., 1987, p. 66-75. Il est à noter (...)

14Point d’unité : le miasme constitue la notion-clé vers laquelle convergent la plupart des tentatives d’explication. Produit d’une décomposition organique d’origine animale ou végétale, il est ensuite porté par l’air et répand ainsi son invisible poison dans les organismes qui l’inhalent. Innombrables sont les variantes, les nuances, les subtilités, les divergences, mais aucune ne met en cause l’utilité préventive de l’hygiène. Au contraire, des conceptions médicales les plus traditionnelles — pour lesquelles les “épidémies”, au sens hippocratique du terme, sont causées par des modifications des conditions atmosphériques — aux plus audacieuses hypothèses qui mettent en avant la présence d’un “virus”, d’un organisme vivant, toutes sont d’accord pour reconnaître l’influence prépondérante de l’hygiène. Il n’est pas jusqu’à l’intarissable querelle entre “contagionistes” et “anti-contagionistes” qui ne s’apaise aussitôt que sont invoquées les vertus de l’hygiène23.

  • 24 Si l’on s’en tient à la définition de Nacquart (voir note précédente), les “épidémistes” sont ceux (...)
  • 25 Cfr par exemple, cette réflexion de Putzeys : “le miasme cholérique ne frappe pas fatalement et n’ (...)

15“Contagionistes”, “infectionnistes” et, de manière plus diffuse, “épidémistes”24 reconnaissent dans la transmissibilité de la maladie une pluralité de causes à la fois générales, locales et individuelles25. C’est dans l’agencement de ces différentes causes que peut se comprendre et s’interpréter la nature des moyens mis en œuvre pour lutter contre la maladie.

  • 26 F. Cambrelin, Sur les causes du choléra, dans La Santé, 12 août 1849, p. 27.

16En plein feu de l’épidémie de 1849, par exemple, le docteur Cambrelin propose un schéma explicatif qui sera largement diffusé dans la presse médicale. Le choléra, cela ne fait de doute pour personne, vient du delta du Gange où l’abondance d’êtres vivants et le climat tropical favorisent la production des dangereux miasmes : “les débordements des neuves et des rivières, la masse énorme de végétaux et d’animaux qui pourrissent sur place, la température élevée de ces contrées sont unanimement accusés de donner naissance aux miasmes du choléra”26. Images très fortes d’un Orient croupissant qui apporterait en Occident les figures biologiques de son désordre. Le miasme est apporté en Europe par l’ouvrage du vent, mais au fil de ce voyage,

  • 27 Ibidem, dans La Santé, 13 janvier 1850, p. 146.

“son principe s’affaiblit en raison de l’espace qu’il doit parcourir et il ne paraît plus jouir, ainsi affaibli, d’une intensité d’action suffisante pour faire développer, seul, dans nos contrées l’épidémie indienne. Pour renouveler son activité, ce principe doit rencontrer, dans nos régions, des causes locales d’insalubrité que j’appellerai “auxiliaires et au moyen desquelles il a besoin d’être “retrempé”. Ces causes auxiliaires résident dans la condensation des populations, l’encombrement des localités, la malpropreté et une insuffisance de ventilation ; sans elles, le principe cholérigène resterait condamné à l’impuissance”27.

  • 28 P. Louyet, Note sur les causes probables du choléra, P.M.B., 23 septembre 1849, 311.
  • 29 La Santé, 22 juillet 1849, p. 16-17.

17Syncrétisme : plusieurs modes d’explication se conjuguent en une perspective unifiée des formes de transmission cholérique. La propagation atmosphérique des émanations miasmatiques s’accompagne d’une réactualisation permanente de leur virulence. Ceux-ci doivent être “retrempés” : le mot est à prendre presque au pied de la lettre, puisqu’il s’agit de retrouver l’environnement humide, chaud et putréfié qui a présidé à leur formation initiale. Voilà qui explique la “pernicieuse influence des lieux bas, humides, marécageux”28 et de tous ceux où la vie s’entasse, grouille, s’enferme, s’épanche et se décompose en un débordement continu de putridité. C’est évidemment pourquoi “le choléra choisit la plupart de ses victimes dans les classes pauvres, parmi les malheureux que la misère et l’ignorance tiennent éloignés des bienfaits de l’hygiène”29.

  • 30 “Circulaire de la députation des Etats de la province de Liège aux administrations communales”, 31 (...)

18Maladie des pauvres, maladie des villes, maladie du monde moderne : c’est dans les quartiers miséreux où s’entasse le premier prolétariat industriel qu’éclate et s’épanouit le choléra. Dès 1832, tous, médecins ou administrateurs, partagent cette évidence inlassablement ressassée que la “classe indigente est la plus exposée aux atteintes du choléra”30. En 1866, au terme d’une longue enquête effectuée auprès de 294 communes de la province de Liège, Isidore Putzeys arrivait à des conclusions analogues :

  • 31 Isidore Putzeys, op. cit., 1866, p. 296-297. Les observations du xixe siècle sont corroborées par (...)

“Nous voyons la maladie se déclarer en premier lieu dans les ruelles, impasses, cités ouvrières, casernes, etc, dans les habitations encombrées où le renouvellement de l’air laisse à désirer, où la capacité cubique n’est pas en rapport avec le nombre d’habitants, où la lumière pénètre parcimonieusement, où la malpropreté est l’état normal [...], où le sol des chambres, des cours, des corridors est constamment imprégné de maùères organiques en voie de décomposition, dont les latrines (quand elles en possèdent) sont un lieu d’infection qu’aucune expression n’est assez forte pour caractériser, habitations dont les abords sont loin d’être exempts de ces causes méphitiques, puisque des étables à porcs y sont fréquemment adossées, des tas de fumiers y encombrent la voirie, à côté de fosses nombreuses dont le purin s’écoule dans les rigoles ou s’infiltre dans le sol, et de déjections humaines qui se corrompent sous l’influence de l’humidité et des rayons solaires. Bienheureux sont les habitants de ces taudis si, à quelque distance de leurs infects logements, ils peuvent s’indemniser en respirant un air pur et vivifiant ; mais les ouvriers des grandes agglomérations ne sortent de leur demeure que pour respirer l’air confiné et humide d’une ruelle ou d’une impasse où le soleil ne déverse qu’à regret ses rayons bienfaisants”31.

  • 32 “La députation des Etats de la province de Liège aux administrations communales”, 10 décembre 1831 (...)
  • 33 “Règlement sanitaire de la province de Liège”, 29 octobre 1832, M.A.P.L., t. 2 (1832), p. 350. Les (...)

19Hygiène, propreté, salubrité, aération, espace, ordre, lumière sont les leitmotiv de la lutte anti-cholérique. Ces mots d’ordre fixent en une série immuable d’oppositions les facteurs prédisposant à la maladie et ceux qui en préservent. Ils renforcent également de leurs terreurs associées les qualifications sociales de la maladie. Aucune circulaire qui ne désigne la classe pauvre comme la cible privilégiée du choléra, aucune qui n’invite les personnes éclairées à user de leur influence. Les sous-commissions de santé, par exemple, instituées pendant l’épidémie de 1832, seront composées “du curé ou vicaire de la paroisse, de trois notables au moins, d’un médecin, d’un chirurgien et d’un pharmacien”, rassemblés pour traquer “les causes d’insalubrité, en faire sentir le danger aux habitans, et les engager à y remédier sous les ordres de l’administration”32. D’une manière plus générale encore, les administrations communales “engageront les chefs de fabriques, les ecclésiastiques des paroisses et les hommes qui ont de l’influence sur la partie peu éclairée de la population, à faire sentir aux personnes des classes indigentes que la malpropreté des habitations et des vêtements, ainsi que l’intempérance, peuvent aggraver beaucoup les effets de l’épidémie”33.

  • 34 “Le gouverneur de la province de Liège aux administrations des villes et des communes”, 19 septemb (...)
  • 35 Le thème “alcool et choléra” mériterait une étude approfondie, tant il semble constituer un des él (...)
  • 36 “Instruction 10 mai 1832, op. cit., p. 152.

20Intempérance : outre l’environnement miasmatique dans lequel il évolue, les circonstances physiques et morales qui affaiblissent l’individu le rendent d’autant plus sensible à la maladie. “Personne n’ignore que l’épidémie s’attache particulièrement à la classe pauvre qui est mal logée, mal vêtue, mal nourrie et souvent épuisée par les excès de tous genres”34. Parmi ces excès, l’alcoolisme bien sûr — dont on reconnaît ici les premières désignations comme une pathologie spécifiquement populaire35 — mais également tout ce qui éloigne des valeurs bourgeoises d’ordre et de mesure : “mener une vie active et régulière [...] Cette recommandation est d’autant plus nécessaire qu’un corps fatigué et usé est bien plus disposé qu’un autre à contracter toutes les maladies. D’ailleurs, l’homme qui travaille est moins susceptible de se laisser abattre par le chagrin et par la crainte, et la tranquillité de l’âme est, elle-même, un bon préservatif du choléra”36. Pathologie des passions qui plonge loin ses racines dans la tradition néo-hippocratique, mais associations en chaîne, également, qui campent en deux univers opposés la bourgeoisie, propre, éclairée et tempérante et le peuple, sale, ignorant et débauché. Venu de l’Orient barbare, le choléra trouve dans les quartiers infectés des villes occidentales la même sauvagerie propice à son développement. En ce désordre qui corrompt les corps et les âmes, en ces effluves méphitiques et nauséabondes qu’exhalent les pauvres, en ce jeu constant de métaphores entre le biologique et le social, se révèlent les formes de la lutte contre le choléra et les craintes, amplement motivées, que le désordre ne se propage et ne contamine l’ensemble de la société.

  • 37 A propos des épidémies cholériques de la fin du xixe siècle, voir H. Kuborn, op. cit.,1904, p. 282 (...)
  • 38 Le recours à des procédés de désinfection efficaces constitue évidemment un élément essentiel de l (...)

21L’épidémie de 1866 est le dernier grand assaut du choléra en Belgique. En 1873, une menace d’épidémie s’éteint, aussitôt apparue dans le port d’Anvers ; en 1884, l’épidémie qui fait rage en Italie et tend à se répandre dans le sud de la France, n’atteindra jamais les frontières belges ; en 1892-1894, enfin, le choléra est de nouveau en Belgique, mais il y fera incomparablement moins de victimes qu’en 186637. La mise en évidence du vibrion cholérique en 1884 et, d’une manière plus générale, une meilleure compréhension des modes de transmission de la maladie — par l’eau et par les souillures cholériques — permettent de mettre en œuvre une politique prophylactique mieux adaptée à la résistance du bacille virgule38.

  • 39 Hyacinthe Kuborn écrivait par exemple en 1893 : ”la découverte du bacille de Koch n’a pas eu d’inf (...)
  • 40 D. Boulengier, Le choléra en Belgique, P.M.B., 4 septembre 1892, p. 277.

22Quant à la thérapeutique proprement dite, elle ne se modifie guère et reste imprégnée des conceptions traditionnelles qui commandent le traitement des fièvres et des maladies humorales39. L’ère de la bactériologie est d’abord celle de l’hygiène, publique et privée. Plus que jamais, le leitmotiv est celui de la propreté, mais d’une propreté repensée et reformulée selon les théories nouvelles qui identifient le microbe comme étant le responsable et le vecteur de la maladie. Les mesures de protection contre le choléra “se résument”, écrivait en 1892 le docteur Boulengier, “dans un seul mot, une grande, une extrême propreté de tout ce que nous touchons : propreté de l’habitation, des latrines et des égouts, propreté du corps et des vêtements, et dans la propreté du corps rentre celle du canal digestif que l’on assure en évitant tout excès ; propreté des aliments et des boissons que l’on obtient par une cuisson suffisamment prolongée ; propreté des malades, c’est-à-dire désinfection par l’eau bouillante des linges qui ont été en leur contact, de leurs excréta que l’on consumera par le feu ; propreté des infirmiers qui se laveront surtout les mains, soigneusement et abondamment au savon après chaque contact avec les patients [...] Il importe d’insister sur la nécessité de cette propreté complète qui, à elle seule, suffit à protéger des atteintes du choléra”40.

***

  • 41 A. Sauvet, Prophylaxie du choléra, P.M.B., 23 septembre 1849, p. 313.
  • 42 Jacques Leonard, La médecine..., op. cit., 1981, p. 149-150.
  • 43 “Résolutions votées par le Congrès hygiénique de Bruxelles dans les séances du 22 et du 23 septemb (...)
  • 44 Enquête sur la condition des classes ouvrières et sur le travail des enfants, 3 vol., Bruxelles, M (...)
  • 45 Etienne Hélin, Trente-six paysages en quête d’auteurs, dans Visages urbains de Liège depuis 1830, (...)

23La question du choléra dépasse l’histoire d’une simple maladie. C’est au creux des terreurs que suscite la menace de l’épidémie que s’élabore l’hygiène au xixe siècle. En l’absence d’antidote au poison cholérique, l’expérience des années d’épidémie dicte l’évidente leçon : “la science et le pouvoir doivent s’appliquer à placer le peuple dans les circonstances les plus favorables au maintien de la santé, et augmenter le plus possible sa résistance organique et morale contre l’influence du miasme cholérique”41. Au-delà du choléra dont il faut se préserver — et qui joue ici à la fois comme un symbole et comme un moteur — c’est la société tout entière qu’il faut transformer. Propreté des corps, propreté des âmes, propreté des villes : au nom de ce triple idéal irréductiblement conjugué en une même figure du progrès, s’épanouit l’“hygiénisme”, “cet état d’esprit ambitieux qui, mettant au premier rang la conservation de la vie et de la santé des populations, s’aventure dans toutes les directions au nom du bien public”42. Au lendemain de la deuxième grande épidémie, les conclusions du Congrès d’hygiène de 1851 tracent les lignes de force principales de ce vaste projet : assainissement, élargissement et pavage des rues, distribution d’eau potable et établissement de bornes-fontaines dans les quartiers populeux, construction ou rectification des égouts, amélioration de l’habitat ouvrier, moralisation du peuple et propagande hygiéniste, organisation des services de voirie, assèchement des foyers d’infection, suppression des puisards et des ruelles borgnes, aération et ventilation des édifices publics, assainissement des cimetières, établissement de crèches, de thermes et de bains, d’instituts de gymnastique, modernisation des hôpitaux, lutte contre “l’ignorance, les préjugés et les usages vicieux”, restructuration des services médicaux et sanitaires, curage des canaux et des rivières, amélioration de l’éclairage public et privé, construction de lavoirs publics, ouverture de promenades et de jardins43. La liste est loin d’être exhaustive, mais elle donne la mesure des inépuisables ressources des projets et des ambitions du discours hygiéniste. A l’heure où les premières enquêtes sur la condition ouvrière permettent de mieux situer l’ampleur du désastre44, à l’heure également où les révolutions de 1848 ont fait naître les peurs associées de l’épidémie et de l’émeute, la lutte contre le miasme déborde aussitôt les premiers objectifs et l’hygiène s’institue en une nouvelle théorie sociale du salut. Dans le taudis du pauvre, dans ses croyances, dans sa saleté, dans sa misère, se terrent et couvent tous les désordres : “miasmes pathogènes, vices moraux, désordres sociaux”45 dont l’hygiéniste dénonce les effets conjugués :

  • 46 Nicolas Fossion, op. cil., 1845, p. 132-133. Plus loin, Fossion ajoutait : “l’ordre est aussi néce (...)

“Il est une multitude de circonstances que l’ouvrier pourrait éviter, s’il était doué de cet esprit d’ordre et d’économie qui fait le bonheur et le bien-être des familles. Certes, il arrive fréquemment que le salaire est insuffisant, mais il est d’autres moments pour chaque industrie où elle fleurit et procure de beaux bénéfices. Et bien ! dans ces moments, l’ouvrier s’enivre, s’adonne à la débauche, et la misère est alors quelquefois aussi grande que lorsque le salaire est peu élevé. Suivez l’ouvrier dans son habitation : la malpropreté y règne ; les enfants ne sont pas assez souvent lavés ; ils sont mal vêtus ; l’alimentation est mauvaise ; les repas ne sont pas ordonnés d’une manière tout à la fois économique et réparatrice. Tout tend à retenir la classe ouvrière dans l’état pitoyable où elle se trouve. L’esprit d’ordre est rare dans la classe ouvrière, et il s’y insinue avec beaucoup de difficulté et de lenteur. Les exhortations les plus sages restent sans résultat [...] Ainsi se perpétuent des causes de destruction qui doivent attirer l’attention des gouvernements”46.

  • 47 B.S.M.P., t. 1 (décembre 1877), p. 1.
  • 48 Le grand mouvement créé par Charles Rogier au lendemain de l’épidémie de 1849, par exemple, perd r (...)
  • 49 M. Pellegrin, Historique des égouts de la ville de Liège, B.S.P.LG., t. 22 (1925), p. 6-26.
  • 50 Sonia Raschevitch-Georges, H.-G. Blonden, ingénieur-directeur des travaux publics de la ville de L (...)
  • 51 “C’est en généralisant les bains-douches”, écrivait Félix Putzeys, “qu’on donnera au public la pos (...)

24Dans toutes ses ramifications, l’hygiène — cette science “qui trace aux hommes la marche qu’ils doivent suivre afin de se bien porter, vivre heureux et se rendre utiles à la famille, à la patrie et à l’humanité”47 — donne la clé et les recettes du futur. Mais du projet à sa réalisation, la marche est longue. Le vaste programme proposé par les congressistes de 1851 se heurte aux pesanteurs des institutions, à l’indifférence des communes, à la lenteur de toute prise de décision et aux éternelles difficultés de subsidiation. La menace d’une épidémie ou le souvenir encore frais de celle qui vient de s’éteindre, peut enflammer les enthousiasmes hygiénistes : ceux-ci s’essoufflent bientôt, alors que la situation sanitaire paraît moins préoccupante48. Les réalisations ne sont pas pour autant dérisoires. Avant 1849, par exemple, seules les rues nouvellement construites sont, à Liège, pourvues d’égouts publics. En 1853, il y a un peu plus de trente kilomètres d’égouts et, depuis 1918, toutes les rues sont canalisées49. De nombreuses impasses sont supprimées et de nouvelles rues sont percées pendant toute la seconde moitié du xixe siècle50. Bains, thermes et lavoirs publics se multiplient et deviennent, à la fin du xixe et au début du xxe siècles, un des fers de lance de la propagande hygiéniste en faveur de la propreté51. On ne saurait esquisser ici, ne fut-ce qu’à grands traits, l’histoire encore largement inexplorée des réalisations en matière d’hygiène publique dans la région liégeoise. Tel n’est pas notre propos. Mais il importe de comprendre l’ampleur du mouvement et d’en mesurer les enjeux.

***

25Du choléra à l’hygiène, du miasme au microbe, de la crainte de l’épidémie à l’assainissement des choses et des gens : c’est en même temps l’image du médecin qui se transforme. Un bref retour en arrière est ici nécessaire ; avant l’avènement de l’hygiène, principalement suscité par les menaces du choléra, la dimension collective des professions médicales s’exprimait surtout dans l’accumulation, pourrait-on dire, des actes individuels de guérison dont l’Etat prétend garantir la qualité et l’uniformité. Au chapitre — inépuisable — de la construction de l’image de soi, les descriptions dithyrambiques du médecin qui se diffusent au début du xixe siècle témoignent de cet état d’esprit :

  • 52 J.-B. Montfalcon, Médecin, dans Dictionnaire des sciences médicales vol. 31, Paris, Panckoucke, 18 (...)

“De toutes les sciences, la plus utile est celle qui enseigne à guérir les nombreuses maladies qui affligent l’espèce humaine ; il n’est pas de plus noble ministère que celui du médecin ; ses fonctions sont véritablement sublimes [...] Et un médecin de génie est le plus magnifique présent que la nature puisse faire au monde [...] Le père lui confie la santé de son enfant, l’époux celle de son épouse ; il veille sur la santé du monarque comme sur celle de l’habitant des chaumières ; sa main délicate et sacrée préserve l’enfant qui va naître [...] ; ses soins défendent l’enfance de l’homme contre les maux qui assiègent le premier âge, protègent son adolescence, et lui ménagent une vieillesse heureuse [...] Par les progrès qu’il fait faire à l’art de guérir, il devient le bienfaiteur de l’humanité, et par l’emprise qu’il exerce sur la mort, il est en quelque sorte l’image de la divinité sur la terre”52.

  • 53 D. Fallot, Discours sur la profession de médecin, B.A.R.M., 1843 (22 octobre 1843), p. 801.

26Noble ministère, certes, dont aucune emphase n’est assez forte pour qualifier la valeur. Mais le rôle du médecin reste ici confiné dans l’intimité, toujours individualisée, qu’il entretient avec la souffrance de son patient. Le développement des thèmes hygiénistes, à partir des années 1820-1830, conduit à un déplacement ou, pour mieux dire, à un élargissement des responsabilités associées à la fonction médicale. “La médecine”, proclamait en 1843 le docteur Fallot dans l’enceinte de l’Académie, “ne consiste pas seulement dans la thérapeutique, et son utilité, en prévenant les maladies, n’en est pas moins directe qu’en les guérissant. C’est celle de ses parties qu’on appelle l’hygiène [...] Elle ne demande pas moins d’études que la thérapeutique, et son domaine est même plus vaste encore. En effet, elle n’est pas seulement une branche essentielle de la médecine proprement dite, elle est encore une partie importante de la morale”53.

  • 54 Inépuisable est le thème des résistances populaires à l’évidence du progrès. En 1856, par exemple, (...)
  • 55 Jean-François Vleminckx, Rapport de la commission de législation médicale sur l’organisation des C (...)

27Ainsi la conduite des corps est-elle indissociable de celle des âmes. Mais, de même que la maladie de chacun menace la santé de tous, la malpropreté, l’intempérance, l’amoralité d’un individu, d’un groupe ou d’une classe sociale, portent, comme une infection, le risque que le désordre gagne l’ensemble de la société. Dans ce contexte alimenté de toutes les métaphores organicistes, les oppositions s’expriment toujours en termes de catégories sociales. Il y a les riches, bourgeoisie censitaire qui conquiert le monde, et il y a les pauvres, à la fois le négatif et la sourde mauvaise conscience des premiers ; ceux-là sont l’image même de la terreur, vivier grouillant d’où s’exhalent toutes les incohérences54, tous les désordres et toutes les menaces. Dans cet espace social figé par les structures rigides de l’idéologie libérale, le médecin se présente comme une indispensable courroie de transmission : “placé par sa position entre les diverses classes de la société, il est en quelque sorte le médiateur entre les unes et les autres. Il est appelé à faire descendre sur les pauvres les faveurs du riche, comme il a le rare bonheur de faire remonter vers le riche la reconnaissance et les bénédictions du pauvre. Il est le protecteur-né de tous les malheureux, souvent leur unique appui, leur consolation et leur ami”55. Plus encore qu’un médiateur, seul susceptible d’éteindre les feux croisés des épidémies et des conflits sociaux, le médecin, porté par les ambitions tentaculaires de l’hygiène, apparaît comme le spécialiste de la vie en société, seul capable d’en comprendre les ressorts et d’en infléchir l’évolution.

  • 56 Jean-Hubert Dresse, Devoir du corps médical de prendre part à la politique, aux questions sociales (...)
  • 57 J.-H. Dresse, op. cit., dans Le Scalpel, 28 août 1848, p. 3.

28Miroir aux alouettes des illusions scientistes, cette thématique sera inlassablement ressassée dans la presse médico-professionnelle et servira de plate-forme, à la fois aux revendications des médecins et à l’affirmation d’une nouvelle image de soi. Dès ses premières livraisons, en 1848, Le Scalpel publie, sous la signature de Jean-Hubert Dresse, une longue série d’articles dans lesquels s’épanouissent, comme un manifeste du mouvement associatif, les prétentions du corps médical56. “A qui donc incombe en premier lieu le débat de questions humanitaires et sociales”, se demande le docteur Dresse, “si ce n’est à la corporation qui possède à fond la science qui doit nécessairement servir de base à leur solution ? La science de l’homme, c’est-à-dire la médecine, ne doit-elle pas précéder toute science sociale ou politique, et en être l’unique fondement ? [...] Et si, jusqu’à présent, la politique a été moins une science qu’un amas d’idées sans lien, ou de systèmes sans principes généraux et absolus, c’est que sa véritable base, la connaissance physique, morale et intellectuelle de l’homme lui a toujours fait défaut [...] Une politique ne sera vraie si elle n’est une, stable et progressive. Elle n’aura ces caractères si elle n’est créée science — les principes scientifiques seuls sont immuables et susceptibles d’un développement à l’infini — elle ne s’élèvera jamais au caractère de science si elle ne puise ses principes dans celle de l’homme, qui en est à la fois le but et le sujet”57.

  • 58 “La méthode antiseptique”, écrivait-il en 1885, “a amené une véritable révolution en chirurgie et (...)
  • 59 Nicolas Charles, Statistiques de la maternité de Liège, J.Acc, 15 septembre 1890, p. 199.
  • 60 J. Acc, 15 juin 1885, p. 125.

29Médecine conquérante qui, à la croisée des sciences physiques et des sciences humaines, s’exprime comme totalisation et point d’orgue du savoir. Cette thématique ira toujours en s’amplifiant et trouvera, dans le dernier quart du siècle, de nouvelles formes d’assurance et de certitude. Lister, Pasteur, Koch : la révolution bactériologique relègue au musée des curiosités les théories miasmatiques et les interminables supputations relatives à l’étiologie et au mode de propagation des maladies infectieuses. L’application des méthodes antiseptiques autorise les audaces, jusque-là inconcevables, des chirurgiens de la nouvelle génération. A la maternité de Liège, Nicolas Charles triomphe en faisant valoir les effets de l’utilisation des procédés antiseptiques sur la mortalité des accouchées et des nouveaux-nés58. Avant qu’il n’introduise l’acide phénique (1879) et le sublimé corrosif (1884), 4 % des femmes et 22 % des enfants mouraient ; depuis 1884, ces proportions sont tombées respectivement à 0.58 et 11 %59. L’hygiène, en s’appuyant sur de nouvelles bases scientifiques, s’ouvre à des horizons toujours plus larges : “il n’y a plus d’utopies”, écrivait encore à ce propos Nicolas Charles, “et rien ne paraît impossible”60.

  • 61 Au moment où se diffusent ses premiers succès, la bactériologie laisse sceptiques de nombreux prat (...)
  • 62 Un des premiers articles du journal, par exemple, est consacré à l’apologie du grand homme (Camill (...)
  • 63 J. Acc., 30 avril 1889, p. 95.
  • 64 M.H., 1900, p. 28.

30Dès lors qu’à partir des années 1890, les théories microbiennes feront l’unanimité parmi le corps médical61, il n’y aura plus assez de mots pour chanter les louanges de l’ère nouvelle qui s’est ouverte avec Pasteur. Dès 1884, un nouveau journal, Le Mouvement hygiénique. Revue d’hygiène publique et privée, publié à Bruxelles, mais auquel collaborent les grands hygiénistes liégeois comme Hyacinthe Kuborn, Félix Putzeys ou Charles Petithan, se fera l’ardent sectateur des théories pastoriennes62. Partout éclate l’enthousiasme : “sous l’influence des doctrines de Monsieur Pasteur, la science médicale a subi depuis quelques années une révolution telle qu’il n’y en a pas eu de pareille depuis le commencement du monde”63. Et, entre tant d’autres exemples, cette réflexion de Brouardel dont Le Mouvement hygiénique se fait l’écho : “c’est sur cette merveilleuse découverte [la vaccine] que s’est clôt le siècle dernier : c’est sur celles de Pasteur que se ferme le xixe siècle”64.

  • 65 “Arrêté royal portant réorganisation des commissions médicales provinciales”, Pasinomie,4e série, (...)
  • 66 Hyacinthe Kuborn, Aperçu..., op. cit., 1904, p. 48-49 et Théodore Delval, L’administration sanitai (...)
  • 67 B.S.M.P., vol. 5 (1887), p. 504. En 1877, la société compte 245 membres ; ils sont 1001 en 1887, d (...)
  • 68 Cfr par exemple, J. Acc., 7 juillet 1895, p. 238. Voir à ce sujet, Alain Collignon, Ernest Malvoz (...)
  • 69 Cfr par exemple, M.H., 1896, p. 71-72 et B.S.P.Lg., 1896-1898, p. 15.
  • 70 Arrêté royal du 1er novembre 1908. Le rapport transmis, dès octobre 1906, par le Conseil supérieur (...)

31En même temps, ce sont les institutions qui se transforment et témoignent de l’intérêt croissant que les pouvoirs publics accordent à l’hygiène. En 1880, les Commissions médicales provinciales sont réorganisées et leur rôle de surveillance sanitaire est considérablement accru65. En 1884, le service de la santé et de l’hygiène, jusque là simple section de l’administration des affaires provinciales et communales, est constitué en service distinct du ministère de l’Intérieur. Il complète ainsi, avec l’Académie, le Conseil supérieur d’hygiène publique et les Commissions médicales, l’organisation nationale de la médecine et de l’hygiène66. A partir de 1877, un organisme semi-public, la Société de médecine publique de Belgique, regroupe tout ce que le pays compte de praticiens de l’art de guérir, d’administrateurs et d’hommes politiques soucieux de voir s’incarner pleinement les idéaux hygiénistes. Sous la présidence de Hyacinthe Kuborn, elle s’assigne comme triple but de dresser la topographie médicale du royaume, “de déterminer les causes de la mortalité, et, en général, les circonstances qui influent sur la santé publique et d’éclairer le Gouvernement et les pouvoirs publics par des études et des recherches spéciales”67. En 1895, Ernest Malvoz crée l’Institut provincial d’hygiène et de bactériologie, qui devient aussitôt le fleuron de la politique provinciale en matière sanitaire68, et l’année suivante, il ouvre le premier cours de bactériologie de l’Université de Liège69. En 1908, enfin, sur base d’un projet ardemment défendu par Félix Putzeys au Conseil supérieur d’hygiène publique, un arrêté royal crée, dans les universités de Liège et de Gand, le diplôme de médecin-hygiéniste70. C’est en Belgique, depuis l’unification en 1849 des grades universitaires de médecin, de chirurgien et d’accoucheur, le premier diplôme de spécialisation médicale. Il couronne en une nouvelle flambée d’enthousiasme l’avènement de l’hygiène scientifique.

***

  • 71 Joseph Desmeth, Questions a“ hygiène sociale dans leur application aux événements contemporains, P (...)

32Le décor est dressé ; pendant la deuxième moitié du xixe siècle, se diffuse sur une grande échelle cette idée-force que le médecin est le plus à même “d’intervenir efficacement dans toutes les questions auxquelles se rattache l’avenir moral et matériel de l’humanité”71. Larges ambitions qui couvrent tout le champ de la vie individuelle et tous les aspects de la vie en société. Elles s’étendent encore, à la même époque, avec les premiers développements et bientôt la formidable expansion des thèmes anthropologiques à tous les niveaux de la pensée de la fin du xlxe et de la première moitié du xixe siècle. Il est malaisé de repérer avec exactitude tous les signes avant-coureurs ; malaisé également d’établir des distinctions systématiques entre ce qui relève de l’hygiène et ce qui appartiendrait à l’anthropologie, celle-ci ne constituant pas une forme spécialisée du discours médical mais, tantôt implicitement et tantôt explicitement, une tendance de l’hygiène à annexer la notion de race à son système de représentation et d’intervention.

33La notion de race est conjointe de celle de civilisation, dont elle constitue à la fois l’amplification et la métaphore biologiques. Une des idées dominantes de l’hygiène au xixe siècle est que la modernisation des sociétés, en même temps qu’elle ouvre les voies du progrès, fait naître d’inévitables forces de dégradation. Urbanisation, industrialisation, complexification des manières de vivre, de produire et de consommer : autant d’éléments qui illustrent cette thématique intarissable de la civilisation pathogène. En 1845, Antoine Spring, professeur à l’université et président du Conseil de salubrité publique de la province de Liège, le proclamait sans détour :

  • 72 Antoine Spring, Discours contenant le résumé des travaux du Conseil de salubrité publique de la pr (...)

“La vie est devenue extrêmement compliquée dans les temps modernes. Le raffinement des mœurs, la multiplicité des besoins, l’excitation morale et intellectuelle, l’agglomération des populations, l’extension et les progrès des arts industriels, tous les éléments enfin de la civilisation, doivent créer une infinité de causes dont les effets naturels seraient d’abréger le terme de la vie, d’affaiblir l’organisation de l’homme et d’augmenter le nombre des maladies. Et si, malgré cela et contrairement à l’opinion presque généralement reçue, le terme de la vie humaine est encore le même qu’il était il y a quatre siècles, qu’il était du temps des anciens, si notre organisation, quoique moins rigoureuse, est encore capable des mêmes efforts, et si le nombre des maladies et la mortalité en général, au lieu d’augmenter, ont plutôt diminué, à quoi faut-il attribuer de si grands résultats ? Je n’hésite pas un instant à répondre que c’est à trois causes surtout qu’il faut rapporter ces effets : aux progrès de la médecine en général et de l’hygiène en particulier, au zèle et à la vigilance qu’apportent les administrations à tout ce qui peut intéresser la salubrité, enfin aux progrès de la raison publique, c’est-à-dire aux lumières répandues dans la société sur tout ce qui concerne le bien-être physique et moral”72.

34Civilisation pathogène donc, mais qui fournit en même temps les moyens de lutter contre ses propres effets mortifères. Ainsi se justifie avec toujours plus de force le rôle du médecin, indispensable régulateur d’une société dont les accélérations risqueraient de provoquer l’éclatement. Aux images apaisées d’une société ancienne dominée par le rythme lent et sain de la nature, s’opposent les trépidantes amplifications de la vie moderne. Ce thème nourrit de son inépuisable pouvoir de suggestion tous les débats relatifs à l’hygiène et confirme en un système complexe de représentations la vocation collective de la médecine. Nulle société savante, nulle assemblée de praticiens où l’on n’agite l’épouvantai] de l’apocalypse dans laquelle, sans le secours de la médecine, la civilisation plongerait.

  • 73 Charles Petithan, La dégénérescence de la race belge, ses causes et ses remèdes,B.S.MP., vol. 7 (1 (...)

35A partir des dix dernières années du xixe siècle surtout, le thème de la civilisation mortifère se précise et s’approfondit d’une réflexion sur la race. Dans la lutte tricéphale qu’ils mènent contre la tuberculose, l’alcoolisme et la syphilis, les médecins, citant Darwin, Galton, Spencer ou Stuart Mill, invoquent ce qu’ils appellent maintenant la “dégénérescence de la race”. Voici Petithan, par exemple, président de la société médico-chirurgicale de Liège, qui disserte longuement sur “la race belge, que je connais”, dit-il, “dans ses variétés, que j’aime et que je voudrais guérir en lui apprenant rudement les maux dont elle est affectée”73. La misère toujours et l’ignorance représentent, en leurs effets indissociables, les causes principales du mal :

  • 74 Ibidem, p. 70-72.

“La cause essentielle de la dégénération est la misère. Ce n’est pas à une assemblée composée en grande majorité de médecins que je dois démontrer cette proposition. C’est l’honneur de notre profession qu’elle nous met en contact journalier avec la misère et avec ses effets [...] Mieux que personne, nous connaissons la fatale influence de la misère sur la santé et la Race [...] L’ouvrier ne sait pas se marier, choisir sa compagne. Il ne sait se comporter ni en bon mari, ni en bon père. Il n’a aucune notion scientifique sur la constitution de la famille [...] Son instinct est trop perverti et il n’a pas la science. Chaque jour, nous voyons des phtisiques se marier à un degré déjà avancé de la maladie, et étant mariés, continuer à procréer de misérables enfants fatalement condamnés à la mort la plus pénible [...] 150 000 tuberculeux et 50 000 syphilitiques sur une population de 2 millions de citoyens propres à la procréation, voilà l’état de la race à ce point de vue ! Et notons que tous ces vices constitutionnels marchent en progression géométrique, car il est peu de ceux qui en sont atteints qui aient l’honnêteté de reculer devant la transmission de leurs maux à leurs descendants [...] L’immoralité est une des causes les plus actives de la dégénération des races”74.

36Et Petithan d’ajouter, deux ans après que les grèves ouvrières de 1886 aient fait trembler la Belgique :

  • 75 Ibidem, p. 78.

“Il ne faut pas que le calme apparent dans lequel nous vivons nous fasse illusion. Un peuple affaibli par la misère, l’ignorance et l’alcool est un danger permanent. Une pareille densité de population rapproche fatalement les éléments de décomposition sociale, et à chaque instant peut surgir un incendie qui, attisé par le poison populaire, dévorerait rapidement notre édifice national. Les races dégénérées ne sont ni moins brutales, ni moins cruelles que les autres”75.

  • 76 B.S.M.P, 1898, p. 377-390. A partir de 1900, la Ligue quitte le giron de la Société de médecine pu (...)
  • 77 Le sanatorium de Borgoumont sera officiellement inauguré le 13 septembre 1903 (cfr, par exemple, M (...)
  • 78 M.A.P.L, 1907, p. 214-215.
  • 79 M.H, 1886, p. 349-352.
  • 80 B.S.M.B.T, 1898, p. 4.
  • 81 Cfr par exemple, B.S.S.H, 1919, p. 106.
  • 82 Cfr à ce sujet, Adrien Bayet et Ernest Malvoz, La prophylaxie sociale de la syphilis devant les ré (...)
  • 83 J. Acc., 18 septembre 1910, p. 336.
  • 84 Alain Collignon, op. cit., 1985, p. 62.

37Tuberculose, alcoolisme, syphilis : l’intensification de la lutte contre les trois fléaux qui, à partir de la fin du xixe et jusqu’à la première moitié du xxe siècle, occupent le devant de la scène médicale, ne peut se comprendre si l’on ne considère à la fois l’évolution au long terme des conceptions de l’hygiène et, dans une acception plus stricte, la multiplication des découvertes scientifiques. En vrac, quelques dates — les unes appartiennent à l’histoire générale des sciences, les autres à celle des institutions liégeoises ou belges — balisent le paysage de cette nouvelle émulation. 1882 : découverte par Koch du bacille de la tuberculose ; août 1898 : fondation, à l’instigation de la Société de médecine publique, de la Ligue nationale belge contre la tuberculose76 qui entame une croisade multiforme contre la phtisie en assurant, notamment, une intense propagande en faveur de la création de sanatoria populaires. A Liège, les vœux de la Ligue seront exaucés, dès 1900, avec la décision d’instituer le Sanatorium Provincial de Borgoumont, premier sanatorium populaire créé en Belgique77. En 1907, celui-ci sera complété par le sanatorium pour les femmes et les enfants de Magnée78. Alcoolisme : en 1878, la création de la Ligue belge contre l’alcoolisme79, et en 1898, celle de la Société médicale belge de tempérance80, donnent le coup d’envoi d’une lutte et d’une mobilisation qui culminent, quelque vingt ans plus tard, avec la promulgation de la loi Vandervelde contre la consommation d’alcool (29 août 1919) 81. Syphilis : en 1899 et 1902, les premiers grands congrès internationaux “pour la prophylaxie de la syphilis et des maladies vénériennes” se réunissent à Bruxelles. En 1905, la découverte du tréponème pâle par Schaudin et Hoffman apporte un éclairage définitif sur l’étiologie de la maladie. Dans les années qui suivent, l’amélioration des techniques diagnostiques (réaction de Bordet-Wasserman, 1906) et thérapeutiques (mise au point en 1906 du célèbre “606” ou Salvarsan par Paul Ehrlich, qui substitue ainsi une médication arsenicale aux traditionnels produits mercuriels) font naître l’espoir d’une révolution dans le traitement de la syphilis82. A Liège, le 606 est expérimenté pour la première fois à l’hôpital de Bavière dès le mois de septembre 191083, le 6 juin 1912, Ernest Malvoz inaugure le Dispensaire antisyphilitique Paul Ehrlich de la province de Liège84.

  • 85 P.M.B., 7 août 1892, p. 245.

38Autant de dates pionnières qui inaugurent les formes nouvelles de la lutte contre la maladie. Alourdies d’un intarrissable débat sur leurs caractéristiques héréditaires, les trois grandes affections endémiques menacent l’individu, bien sûr, et la société, mais aussi la race, cette nouvelle métaphore de toutes les ambitions hygiénistes. L’alcoolisme, comme la tuberculose et comme la syphilis, “c’est la mort de l’individu, c’est la dégénérescence de la postérité, c’est l’extinction de la race”85.

Notes

1 Sur la marche internationale de l’épidémie de 1829-1837, cfr le bon résumé présenté dans Patrice Bourdelais et Jean-Yves Raulot, Une peur bleue. Histoire du choléra en France (1832-1854), Paris, Payot, 1987, p. 16-19. Le premier cas de choléra en Belgique est apparu à Vaulx, commune rurale proche de Tournai, le 24 avril 1832. Bientôt, l’épidémie se diffuse à Gand, Tournai, Saint-Ghislain, Peruwelz,... En juin, elle atteint les provinces d’Anvers et du Brabant. Le 17 septembre, elle est à Liège (Hyacinthe Kuborn, Aperçu historique sur l’hygiène publique en Belgique depuis 1830, 2e éd., Bruxelles, Lamertin, 1904, p. 280).

2 Lettre adressée par le pharmacien Charles Davreux à l’avocat Dethier, Liège, 25 octobre 1832 — Archives de la famille de Henri Delrée.

3 Lettre d’Aristide Dethier à son père Laurent-François Dethier, Smyme, 3 juillet 1831, cité par René Leboutte, La mort aux portes de l’Europe. L’épidémie de choléra à Smyrne en automne 1831, communication inédite présentée aux Entretiens de Malher d’octobre 1988, p. 2.

4 Ibidem.

5 Cfr, par exemple, Richard J. Evans, Epidémies et révolutions. Le choléra dans l’Europe duxixe siècle, dans Peurs et terreurs face à la contagion, Paris, Fayard, 1988, p. 112.

6 La loi du 18 juillet 1831 (Pasinomie,3e série, t. 1, p. 394 et sv.), s’inspire directement de la loi française du 3 mars 1822 (cfr H. Kuborn, op. cit., 1904, p. 69 et P. Bourdelais et J.-Y. Raulot, op. cit., 1986, p. 53-58).

7 Pasinomie, 3e série, t. 2, p. 106 et sv.

8 Arrêté de la députation des Etats de la province de Liège, 15 octobre 1831, M.A.P.L., t. 1 (1830-1831), p. 653-655. Les commissions sanitaires seront supprimées à la fin de l’épidémie, par un arrêté royal daté du 17 avril 1833 (H. Kuborn, op. cit., 1904, p. 70).

9 Par exemple : M.A.P.L., t. 1 (1830-1831), p. 629-630 (30 septembre 1831) ; p. 723-727 (10 décembre 1831) ; p. 663-664 (27 octobre 1831) ; p. 635-655 (15 octobre 1831) ; t. 2 (1832), p. 130 (3 avril 1832) ; p. 349 et sv. (10 novembre 1832) ; p. 152 et sv. (9 mai 1832) ; p. 112-121 (31 mars 1832).

10 Cfr Cari Havelange, Discours, pratiques et pouvoirs. La santé publique et les médecins auxixe siècle, dans L’initiative publique des communes en Belgique. Actes du 12’ colloque international d’Histoire de Spa (4-7 septembre 1984), Bruxelles, Crédit communal de Belgique, 1986, p. 440-443.

11 H. Kuborn, op. cit., p. 280-282 et Pascaline Poncelet, Le choléra à Liège en 1866,Liège, mémoire de licence inédit, 1985-1986, p. III. Ces chiffres correspondent respectivement à 1 décès pour 808 habitants, 1 décès pour 95 habitants et 1 décès pour 66 habitants. Pour l’ensemble de la Belgique, les décès sont au nombre de 7284 en 1832-1834 (1 pour 473 habitants), 23027 en 1848-1849 (1 pour 199), 43400 en 1866 (1 pour 111) (ibidem). Voir aussi Thierry Eggerick et Michel Poulain, L’épidémie de 1866 : le cas de la Belgique, et Michel Oris, Choléra et hygiène publique en Belgique, dans Peurs et terreurs face à la contagion, Paris, Fayard, 1988, p. 56-82 et 83-106.

12 Cfr par exemple R J. Morris, Choiera, 1832. The social response to an épidémie, Londres, Croom Helm, 1976, p. 12-14.

13 J. Borlée, Traitement rationnel du choléra épidémique, dans P.M.B., 25 novembre 1866, p. 393.

14 Isidore Putzeys, Rapport sur l’épidémie de choléra de 1866 dans la province de Liège,dans R.C.M.P., 1866, p. 222.

15 Cfr par exemple “Rapport du collège des bourgmestre et échevins, fait au conseil communal dans sa séance du 14 décembre 1866, sur l’épidémie de 1866”, dans Annexes au bulletin administratif de la ville de Liège, 1866, p. 734 et sv. Pour le détail des mesures prises pendant la période épidémique, cfr P. Poncelet, op. cit., 1985-1986, p. 16-36.

16 La Santé, volume 1 (1849-1850), p. 129 (9 décembre 1849).

17 M.A.P.L., t. 8 (1838), p. 55. Le Conseil publie irrégulièrement ses Annales à partir de 1844.

18 Arrêté royal du 15 mai 1849.

19 Rogier tente de coordonner et d’intensifier l’initiative gouvernementale et communale en matière d’hygiène publique. Sous son ministère, un journal se fera l’ardent propagandiste de ses ambitions : La Santé. Journal d’hygiène publique et privée, Bruxelles, 1849-1859. Le journal est dirigé par Nicolas Theis, secrétaire du Conseil supérieur d’hygiène publique, et Alphonse Leclercq, vice-président du Comité de santé publique d’Ixelles. Un des axes principaux de la politique de Rogier consiste à provoquer la création, dans le plus grand nombre de communes, de comités de salubrité publique destinés à palier aux insuffisances des administrations communales en matière d’hygiène (circulaire ministérielle du 11 décembre 1848). Michel Oris a décrit le fonctionnement de ces institutions dans la région hutoise (L’hygiène publique à Amay : le temps du choléra (1832-1880), Annales du cercle hutois des Sciences et des Beaux-Ans, XXI (1987), p. 165 et sv.). Voir aussi, à propos de l’organisation des comités locaux de salubrité dont Rogier suscite la création : Karel Velle, De roi van de gemente in het ontstaan en de evolutie van de Belgische preventieve gezonheidssector, een inleiding, dans L’initiative publique des communes en Belgique (1795-1945), op. cit., 1986, p. 424 et sv. Il est à remarquer que l’impulsion donnée par Rogier et le Conseil supérieur d’hygiène est calquée sur le modèle des initiatives qui, à la même époque, se prennent en France (cfr par exemple, Jacques Leonard, La médecine..., op. cit., 1981, p. 150-151).

20 Le premier congrès se réunit à Bruxelles du 22 au 23 septembre 1851, sous les auspices du Conseil supérieur d’hygiène. Il rassemble 130 médecins et administrateurs belges (La Santé,vol. 3, p. 78 — 12 octobre 1851). L’année suivante, un nouveau congrès, cette fois d’envergure internationale, est organisé dans la capitale. Présidé par Charles Rogier, il réunit 300 participants, belges et étrangers venus d’Angleterre, d’Allemagne, de France, de Suède, d’Italie, du Brésil...(La Santé, vol. 4, p. 61 — 26 septembre 1852).

21 Instruction sur les principaux moyens à employer pour se préserver du choléra-morbus et sur la conduite à tenir lorsque cette maladie se déclare, M.A.P.L., t. 2 (1832), p. 152 et sv. Le contenu des circulaires et des règlements est directement inspiré par le rapport d’une mission scientifique effectuée à Paris au printemps 1832 (C.J. Van Mons et P.A. Marcq, Rapport sur le choléra-morbus adressé au Conseil supérieur de la Santé de Belgique, Bruxelles-Paris, 1832. Cfr à ce sujet Ariette Lafosse, Epidémies de choléra à Verviers (1833-1834, 1849, 1866),Liège, mémoire de licence inédit, 1976-1977, p. 57).

22 J.-J. Crocq, De la contagion du choléra, P.M.B., 12 janvier 1873, p. 42.

23 Cfr par exemple, Patrice Bourdelais et Jean-Yves Raulot, op. cit., 1987, p. 66-75. Il est à noter que la notion de contagion ne désigne pas la même réalité qu’aujourd’hui, mais une forme parmi d’autres de transmissibilité épidémique. Nacquart écrivait par exemple à ce sujet : “j’ai rangé, sous le seul rapport de leur propagation, les maladies qui affectent à la fois un grand nombre d’individus, ou les maladies non sporadiques, dans trois classes auxquelles j’ai imposé les noms de contagion, infection et épidémie, et, cherchant à assigner à chacune de ces expressions un sens positif et rigoureux, j’ai dit que la contagion due au contact immédiat ou médiat avait pour agent de transmission les virus ; que, dans l’infection, la communication se faisait par l’atmosphère qui transportait les miasmes, les émanations putrides ou les effluves ; et enfin que les épidémies reconnaissent pour agent, non des variations entre les proportions respectives des élémens constitutifs de l’air, ou le mélange avec d’autres substances, mais seulement la rapidité et l’étendue des changemens que l’atmosphère éprouve dans ses quantités ou modes” (Nacquart, Miasmes, dans Dictionnaire de médecine..., vol.31, Paris, Panckoucke, 1819, p. 353-354).

24 Si l’on s’en tient à la définition de Nacquart (voir note précédente), les “épidémistes” sont ceux qui accordent la primauté à la définition hippocratique de l’épidémie, selon laquelle la maladie est la conséquence de variations d’ordre météorologique (cfr par exemple Armelle Debru (présenté par), Hippocrate. La consultation, Paris, Hermann, 1986, p. 7 et sv.). La permanence de cette tradition s’exprime fréquemment dans la mise en évidence des “influences telluriques, météoriques ou sidérales” comme facteurs explicatifs du choléra (La Santé, 13 novembre 1853, p. 97). Pour le professeur gantois J.-G. Deblock, par exemple, “le choléra se propage par l’air ambiant, vicié dans ses principes électro-magnétiques par les émanations propres aux terrains d’alluvion ; cet air porte son action délétère sur le système nerveux et par suite sur le sang” (P.M.B., 23 mai 1849, p. 161).

25 Cfr par exemple, cette réflexion de Putzeys : “le miasme cholérique ne frappe pas fatalement et n’est redoutable que dans certaines conditions de température, de localité et d’opportunité individuelle” (Isidore Putzeys, op. cit., 1866, p. 303).

26 F. Cambrelin, Sur les causes du choléra, dans La Santé, 12 août 1849, p. 27.

27 Ibidem, dans La Santé, 13 janvier 1850, p. 146.

28 P. Louyet, Note sur les causes probables du choléra, P.M.B., 23 septembre 1849, 311.

29 La Santé, 22 juillet 1849, p. 16-17.

30 “Circulaire de la députation des Etats de la province de Liège aux administrations communales”, 31 mars 1832, M.A.P.L., t. 2 (1832), p. 117. On se souviendra ici du thème développé par R. Baehrel, Epidémie et terreur : histoire et sociologie, dans Annales historiques de la Révolution française, XXIII (1951), p. 113-145.

31 Isidore Putzeys, op. cit., 1866, p. 296-297. Les observations du xixe siècle sont corroborées par toutes les études plus récentes qui mettent en évidence la surmortalité cholérique parmi les classes pauvres (Richard J. Evans, op. cit., 1988, p. 114-115, par exemple, et, pour l’épidémie liégeoise de 1866 : Pascaline PONCELET, op. cit., 1985-1986, p. 96-110).

32 “La députation des Etats de la province de Liège aux administrations communales”, 10 décembre 1831, M.A.P.L., t. 1 (1830-1831), p. 725-726.

33 “Règlement sanitaire de la province de Liège”, 29 octobre 1832, M.A.P.L., t. 2 (1832), p. 350. Les règles de propreté sont une des constantes du discours préventif : “la propreté, si utile en général à la santé, est ici d’une absolue nécessité : il convient donc de prendre, de temps en temps, des bains tièdes, mais en usant de toutes les précautions que nécessite leur usage, c’est-à-dire, en s’essuyant soigneusement avec du linge chaud et en ne s’exposant pas immédiatement à l’air extérieur. On supplée facilement aux bons effets que l’on retire des bains sous ce rapport, en se lavant souvent le corps avec de l’eau chaude et du savon. On fera bien de renouveler cette opération toutes les semaines et de se frotter chaque fois le corps avec un morceau de laine ou de flanelle pour entretenir la transpiration. Ces précautions n’auraient, pour ainsi dire, nul effet, si les vêtements n’étaient tenus proprement, et surtout si l’on ne changeait souvent de linge de corps” (“Instruction sur les moyens à employer pour se préserver du choléra-morbus, et sur la conduite à tenir lorsque cette maladie se déclare”, 10 mai 1832, M.A.P.L., t. 2 (1832), p. 152.).

34 “Le gouverneur de la province de Liège aux administrations des villes et des communes”, 19 septembre 1848, M.A.P.L., t. 18 (1848), p. 664.

35 Le thème “alcool et choléra” mériterait une étude approfondie, tant il semble constituer un des éléments par lesquels se dessine avec plus de précision la frontière qui sépare le peuple de l’élite.

36 “Instruction 10 mai 1832, op. cit., p. 152.

37 A propos des épidémies cholériques de la fin du xixe siècle, voir H. Kuborn, op. cit.,1904, p. 282-293. En 1892-1893, on recense pour l’ensemble de la Belgique 1325 décès dus au choléra (ibidem, p. 289).

38 Le recours à des procédés de désinfection efficaces constitue évidemment un élément essentiel de la lutte contre le choléra (cfr par exemple, Robert Carvais, La maladie, la loi et les mœurs, dans Claire Salomon-Bayet, op. cit., 1986, p. 304-305).

39 Hyacinthe Kuborn écrivait par exemple en 1893 : ”la découverte du bacille de Koch n’a pas eu d’influence marquée sur la thérapeutique du choléra. Les malades meurent à peu près en aussi grand nombre qu’autrefois. Les médications ont, au fond, peu varié ; les purgatifs, les astringents, les opiacés, les excitants, les bains chauds, etc... ont été et sont tour à tour employés avec plus ou moins de succès” (H. Kuborn, Exposé annuel sur l’état sanitaire du pays et marche de la Société de médecine publique pendant l’exercice 1892-1893, dans B.S.M.P., vol. 10 (1892-1893), p. 170).

40 D. Boulengier, Le choléra en Belgique, P.M.B., 4 septembre 1892, p. 277.

41 A. Sauvet, Prophylaxie du choléra, P.M.B., 23 septembre 1849, p. 313.

42 Jacques Leonard, La médecine..., op. cit., 1981, p. 149-150.

43 “Résolutions votées par le Congrès hygiénique de Bruxelles dans les séances du 22 et du 23 septembre 1851”, M.A.P.L., t. 21 (1851), p. 633-641.

44 Enquête sur la condition des classes ouvrières et sur le travail des enfants, 3 vol., Bruxelles, Ministère de l’Intérieur, 1846 ; Nicolas Fossion, Rapport sur la condition des ouvriers et le travail des enfants dans les manufactures, mines et usines de la province de Liège, A.C.S.P.Lg., t. 2(1845), p. 75-213.

45 Etienne Hélin, Trente-six paysages en quête d’auteurs, dans Visages urbains de Liège depuis 1830, Liège, Crédit communal de Belgique, 1984, p. 23.

46 Nicolas Fossion, op. cil., 1845, p. 132-133. Plus loin, Fossion ajoutait : “l’ordre est aussi nécessaire à la santé qu’il l’est dans la gestion des affaires du ménage, et l’on peut dire qu’il est exceptionnel chez l’ouvrier, qui souvent doit s’imputer à soi-même les maux dont il est accablé” (ibidem, p. 162).

47 B.S.M.P., t. 1 (décembre 1877), p. 1.

48 Le grand mouvement créé par Charles Rogier au lendemain de l’épidémie de 1849, par exemple, perd rapidement de son ampleur. En 1855, les rédacteurs de La Santé s’en plaignent amèrement : “Qu’on se représente l’essor et le développement qu’avait pris l’hygiène publique à partir des années 1847 et 1848, années d’épidémie et de révolutions. Partout on s’occupait d’améliorer la condition des classes dites pauvres et ouvrières, ainsi que les quartiers habités par ces mêmes classes de citoyens [...] Les temps ont bien changé depuis quelques années ; tout languit, le mouvement sanitaire est quasi paralysé” (La Santé, 22 avril 1855, p. 229). Et, dans un numéro de deux ans plus tardif : “Nos comités locaux de salubrité sont tous ou à peu près endormis, paralysés, morts et ensevelis” (La Santé, 28 juin 1857, p. 276).

49 M. Pellegrin, Historique des égouts de la ville de Liège, B.S.P.LG., t. 22 (1925), p. 6-26.

50 Sonia Raschevitch-Georges, H.-G. Blonden, ingénieur-directeur des travaux publics de la ville de Liège de 1857 à 1880, dans Visages urbains op. cit., 1984, p. 134-135.

51 “C’est en généralisant les bains-douches”, écrivait Félix Putzeys, “qu’on donnera au public la possibilité de procéder à des nettoyages rapides et à bon marché [...] Il faut inculquer bon gré mal gré aux populations l’habitude de la propreté corporelle par les moyens les plus rapides et les moins coûteux. Une fois cette habitude prise, elle se perpétuera naturellement, sans stimulant” (Félix Putzeys, Bains de propreté et bains de natation, dans Le Mouvement Hygiénique, t. 14 (1898), p. 17). Ou encore, en 1901, cet avis officiel : “s’il est vrai que la propreté corporelle a pour corollaire l’ordre au sein du ménage, le bon entretien des locaux et du mobilier, qu’elle ouvre à l’homme de nouvelles sources de bien-être et qu’indépendamment de ses bienfaits sur la vie matérielle et l’hygiène de la famille, elle a une influence morale non moins heureuse en relevant le sentiment de la dignité personnelle, il est non moins exact d’affirmer qu’elle est la condition première de toute prophylaxie. La propreté idéale n’aurait-elle pas pour résultat d’éloigner de nous tous les germes de maladies transmissibles ?” (B.S.S.H., 1901, p. 825).

52 J.-B. Montfalcon, Médecin, dans Dictionnaire des sciences médicales vol. 31, Paris, Panckoucke, 1819, p. 279-280.

53 D. Fallot, Discours sur la profession de médecin, B.A.R.M., 1843 (22 octobre 1843), p. 801.

54 Inépuisable est le thème des résistances populaires à l’évidence du progrès. En 1856, par exemple, un correspondant anonyme de La Santé, médecin dans une commune rurale, écrivait : “j’ai entendu des personnes, de fortes têtes au village, prétendre qu’on se portait mieux anciennement, alors qu’on ne connaissait même pas le mot d’hygiène ; que plus on se soigne, plus on devient malade ; que ce n’est que depuis que le vaccin a été inventé que le choléra et le typhus sont devenus permanents ; enfin, dernièrement, j’entendis des orateurs prétendre, au café de l’endroit, que la maladie des pommes de terre était duc au gaz des réverbères et aux locomotives des chemins de fer” (La Santé, 10 août 1856, p. 24).

55 Jean-François Vleminckx, Rapport de la commission de législation médicale sur l’organisation des Commissions médicales provinciales, B.A.R.M., 1843-1844, p. 659 (séance du 7 juillet 1844).

56 Jean-Hubert Dresse, Devoir du corps médical de prendre part à la politique, aux questions sociales et à l’élaboration des lois, ou Mission générale du corps médical. Le premier article paraît dans le n° 2 (20 août 1848) du journal et la publication se poursuivra jusqu’à la fin de l’année. Dresse est à ce moment directeur des travaux anatomiques à l’Université de Liège. En 1858, il sera nommé professeur d’anatomie descriptive. Aussitôt parus, ces articles font l’objet de nombreux commentaires élogieux. La Société de médecine de Liège nomme une commission spéciale pour en examiner les idées. En séance du 20 décembre 1849, le rapporteur de cette commission conclut dans l’enthousiasme qu’elles “doivent avoir pour l’humanité en général et pour la corporation en particulier un intérêt immense” (Le Scalpel, 30 décembre 1849, p. 2). C’est aussi l’avis d’autres journaux médicaux comme la Pharmacie belge ou la Presse médicaledont le rédacteur écrit que “les principes du docteur Dresse sont d’une vérité incontestable, d’une évidence qui saute aux yeux” (Le Scalpel, lO juillet 1850, p. 1). C’est encore l’opinion de W. Stevens qui publie un rapport à ce sujet dans les Annales médicales d’Anvers (B.V.Lg. — U.C., 4270). Dès 1848, les articles de Dresse seront réunis sous forme d’un seul ouvrage (Liège, Denoël, 1848).

57 J.-H. Dresse, op. cit., dans Le Scalpel, 28 août 1848, p. 3.

58 “La méthode antiseptique”, écrivait-il en 1885, “a amené une véritable révolution en chirurgie et est appelée aux mêmes succès en obstétrique. On doit la considérer comme le plus grand progrès réalisé dans ces branches de l’art de guérir, depuis les temps anciens jusqu’à nos jours” (J.Acc., 30 mai 1885, p. 113).

59 Nicolas Charles, Statistiques de la maternité de Liège, J.Acc, 15 septembre 1890, p. 199.

60 J. Acc, 15 juin 1885, p. 125.

61 Au moment où se diffusent ses premiers succès, la bactériologie laisse sceptiques de nombreux praticiens qui dirigent contre le “microbe” leur ironie et manifestent leur irritation à l’égard de ce qu’ils considèrent comme un engouement passager. Par exemple, en 1880 : “Je le dis bien à regret, l’invasion des savants du laboratoire dans le domaine de la médecine devient très inquiétante pour l’art de guérir. Les mèges, les devins, les rebouteurs sont à présent infiniment moins dangereux et moins malfaisants que les doctes visionnaires qui s’égarent à la recherche des petites bêtes et qui ont la prétention de bouleverser la vieille pratique médicale [...] Si vous objectez à ces historiens du monde des infmiments petits que leurs recherches sont plus amusantes qu’utiles, que leurs découvertes n’ont pas toute la portée qu’ils supposent, que depuis longtemps on avait l’idée de ces développements d’organismes minuscules, etc. etc. Oui, oui, répondent-ils ! Mais les anciens ânonnaient sur tout cela, tandis que nous, nous la voyons la petite bête ; nous en constatons l’existence et la réalité ; nous la savons par cœur ! Elle est belle leur science ! Est-ce donc à voir le renard qui prend mes poules que j’apprendrai à m’en garer ? [...] L’esprit de système prend le pas sur la bonne et vieille expérience” (Monologue d’un vieux médecin, J. Acc., 15 mai 1880, p. 108). Et, en 1886 : “Voulez-vous vous faire un nom ? Inventez un microbe. La besogne n’est pas bien difficile, il ne vous faut que de la bonne volonté et un microscope. Dès que vous aurez découvert un infiniment petit quelconque auquel nul n’aura pensé avant vous, que vous l’aurez baptisé, d’un nom plus ou moins étrange, publiez votre découverte avec assurance et vous serez bien certain, alors, qu’on la discutera dans les sociétés savantes et que la presse portera votre nom dans tous les pays où l’on s’occupe des sciences médicales. Après cela, votre réputation sera faite et vous pourrez vous reposer sur vos lauriers un certain nombre d’années, jusqu’à ce qu’un jour, on constate que la petite bête que vous aviez découverte n’existait que dans votre imagination” (Des microbes : il n’y a que cela !, P.M.B., 10 février 1886, p. 47). A propos de la pénétration des thèmes pastoriens dans le corps médical français, lire Jacques Leonard, Comment peut-on être pasteurien ?, dans Claire Salomon-Bayet, op. cit., p. 145-179.

62 Un des premiers articles du journal, par exemple, est consacré à l’apologie du grand homme (Camille Moreau, Les découvertes de Pasteur, M.H., 1884-1885, p. 62-66).

63 J. Acc., 30 avril 1889, p. 95.

64 M.H., 1900, p. 28.

65 “Arrêté royal portant réorganisation des commissions médicales provinciales”, Pasinomie,4e série, 1.15, p. 234-240. Au personnel médical des commissions sont associés un ingénieur et un architecte, susceptibles de se prononcer sur la nature des moyens à mettre en œuvre pour réaliser les travaux d’assainissement. Dans chaque province, un réseau de membres correspondants et de commissions locales est établi et permet une surveillance continue de la santé publique. De telles commissions sont instituées dans 33 communes de la province de Liège. Elles rassemblent quelques 200 personnes — médecins, pharmaciens, architectes, ingénieurs et administrateurs — qui “correspondent officiellement avec la Commission médicale provinciale et lui adressent, s’il y a lieu, des rapports sur les faits qui peuvent intéresser la santé des habitants” (M.A.P.L., 1884, p. 156-168).

66 Hyacinthe Kuborn, Aperçu..., op. cit., 1904, p. 48-49 et Théodore Delval, L’administration sanitaire en Belgique, M.H., 1885, p. 97-104. A partir de 1893, le Service de santé et d’hygiène publie son propre bulletin.

67 B.S.M.P., vol. 5 (1887), p. 504. En 1877, la société compte 245 membres ; ils sont 1001 en 1887, dont 562 médecins et 169 pharmaciens (ibidem, p. 505).

68 Cfr par exemple, J. Acc., 7 juillet 1895, p. 238. Voir à ce sujet, Alain Collignon, Ernest Malvoz et la politique médicale de la province de Liège, Liège, Province de Liège, 1985, p. 33-43.

69 Cfr par exemple, M.H., 1896, p. 71-72 et B.S.P.Lg., 1896-1898, p. 15.

70 Arrêté royal du 1er novembre 1908. Le rapport transmis, dès octobre 1906, par le Conseil supérieur d’hygiène publique est éloquent : “Nombreuses sont les questions qui devaient se résoudre jadis pour ainsi dire empiriquement, et pour la compréhension desquelles on a recours aujourd’hui aux données de la physiologie et de la pathologie : on comprend surtout que le devoir et l’intérêt de la société sont de mettre tous ses rouages en œuvre pour assurer la conservation de la santé humaine et pour provoquer l’augmentation progressive de la valeur de l’homme. Sous l’influence de cette évolution très manifeste des idées, l’intervention de l’hygiéniste se généralise et s’intensifie. Elle est réclamée dans tous les domaines de la prophylaxie individuelle et sociale. Dans ces conditions, il est certain que l’enseignement doit se préoccuper de la formation de spécialistes capables de renseigner l’autorité et le public sur les progrès de la science, d’indiquer les mesures qui doivent être prises, et de surveiller l’application régulière d’un code d’hygiène scientifiquement et méthodiquement élaboré au nom de l’intérêt de tous. Ces hommes, par leur activité même, seront aussi les agents actifs de la campagne à mener en faveur d’une large diffusion dans les masses des préceptes relatifs à l’hygiène” (Organisation d’un enseignement pratique spécial pour les docteurs en médecine qui aspirent au diplôme de médecin-hygiéniste (20 décembre 1906), B.S.SJL, 1906, p. 401).

71 Joseph Desmeth, Questions a“ hygiène sociale dans leur application aux événements contemporains, P.M.B., 25 juin 1871, p. 236.

72 Antoine Spring, Discours contenant le résumé des travaux du Conseil de salubrité publique de la province de Liège pendant l’année 1845, A.C.S.P.Lg., t. 2 (1845), p. 260.

73 Charles Petithan, La dégénérescence de la race belge, ses causes et ses remèdes,B.S.MP., vol. 7 (1886-1889), p. 63.

74 Ibidem, p. 70-72.

75 Ibidem, p. 78.

76 B.S.M.P, 1898, p. 377-390. A partir de 1900, la Ligue quitte le giron de la Société de médecine publique et se constitue en association autonome (R.B.T., 1900, p. 34). A cette époque, la section liégeoise de la Ligue comprend environ 350 membres (ibidem, p. 355).

77 Le sanatorium de Borgoumont sera officiellement inauguré le 13 septembre 1903 (cfr, par exemple, M.A.P.L., 1903, p. 15-16. Voir aussi à ce sujet Alain Collignon, op. cit., 1985, p. 45 et sv.).

78 M.A.P.L, 1907, p. 214-215.

79 M.H, 1886, p. 349-352.

80 B.S.M.B.T, 1898, p. 4.

81 Cfr par exemple, B.S.S.H, 1919, p. 106.

82 Cfr à ce sujet, Adrien Bayet et Ernest Malvoz, La prophylaxie sociale de la syphilis devant les récents progrès de la syphiligraphie, Bruxelles, Hayez, 1911, p. 7-8.

83 J. Acc., 18 septembre 1910, p. 336.

84 Alain Collignon, op. cit., 1985, p. 62.

85 P.M.B., 7 août 1892, p. 245.

© Presses universitaires de Liège, 1990

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Volume papier

Chargement

Unavailable