Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Kêpoi

 | 
Edouard Delruelle
, 
Vinciane Pirenne-Delforge

Franz Cumont recenseur

Corinne Bonnet

Texte intégral

Car on ne réussit rien qui ne soit entrepris con amore
F. Cumont, in RBPh, 18 (1939), p. 1051.

Introduction

  • 1 Cf. d’abord le premier tome de sa correspondance scientifique : C. Bonnet (éd.), La correspondance (...)
  • 2 Ce projet est promu par le Fonds pour la Recherche Fondamentale Collective du Ministère de la Rech (...)

1L’extrême fécondité des recherches menées par Franz Cumont pendant soixante ans de carrière scientifique (1887-1947) transparaît dans la longue liste de ses publications : livres, articles, entrées de dictionnaires et encyclopédies, comptes rendus, pas loin d’un millier de titres en tout. Une œuvre riche et originale, traversée par des thématiques majeures, nourrie d’une approche méthodologique très solide, caractérisée surtout par la pluralité des angles de vue, par une familiarité exceptionnelle avec tous les types de sources et par une érudition constamment mise à jour. J’ai déjà eu l’occasion d’approfondir une série d’aspects de la méthode historique de F. Cumont dans plusieurs publications récentes1 et j’y reviendrai assurément, une fois terminé le travail de longue haleine d’étude et de publication de l’ensemble de sa correspondance scientifique passive (12.000 pièces environ)2, dans le cadre de ce qui devrait être sa « biographie intellectuelle » replacée dans le contexte culturel de la fin du xixe et de la première moitié du xxe siècle.

  • 3 A. Motte et C. Bonnet (éds), Bruxelles-Rome 1999 ; la contribution d’A. Motte porte le titre de La (...)
  • 4 C. Bonnet, art. cit. (n. 1).
  • 5 En 1930, il parle de son « innake dislike for any ‘theorization’ on history » ; M.I. Rostovtzeff, (...)

2André Motte, dans une contribution au colloque sur « Les syncrétismes religieux dans le monde méditerranéen antique »3, a souligné le fait que F. Cumont – esprit cartésien certes, mais aussi homme libre dont la pensée ne s’enferma pas volontiers dans des systèmes de pensée – fut avare de « discours de la méthode » : « en chaque matière importante qu’il traite, il prend certes soin d’annoncer précisément son but et ses démarches, mais il n’a rien du théoricien qui se plaît à élaborer abstraitement des méthodes et à les exposer au préalable. Rares sont aussi, dans son œuvre, les références explicites à des conflits d’école. Il se veut avant tout, pourrait-on dire, un chercheur de terrain, soucieux d’éviter tout parti-pris et tout dogmatisme. » Étudiant moi-même, lors d’un récent colloque consacré à M.I. Rostovtzeff, les rapports épistolaires et intellectuels entre les deux hommes4, j’ai précisément indiqué comme l’un des points de rencontre entre l’historien des réalités économiques et sociales et l’historien des faits religieux, la méfiance envers les « théories », ce que Rostovtzeff appelle « theorization »5 et que nous pourrions rendre approximativement par « système interprétatif », « philosophie de l’histoire » ou « grille de lecture ». Et de fait ni Rostovtzeff ni Cumont n’acceptèrent les carcans des systèmes interprétatifs pour la bonne raison que leurs reconstructions historiques se nourrissaient avant tout d’une confrontation incessante et polyvalente avec les sources, seul véritable guide de leur pensée historique. F. Cumont ne fut donc jamais l’homme d’une école, d’un mouvement, d’un courant, tout en s’intéressant, de près ou de loin, aux principaux courants novateurs de son temps : anthropologie, ethnologie, sociologie, symbolisme, comparatisme, etc.

  • 6 Voir notamment Textes et Monuments figurés relatifs aux Mystères de Mithra, Bruxelles, 1894-99, p. (...)
  • 7 F. Cumont, L’Histoire des Religions, in Le Flambeau, 18 (1935), p. 291-294.

3Il n’est donc pas aisé de trouver dans la production de F. Cumont, toute abondante qu’elle soit, des pages « programmatiques » où il explicite sa méthode, ses critères interprétatifs, ses présupposés « théoriques », ses positions intellectuelles, ses convictions historiographiques. Rares sont les textes où il prend une distance par rapport à son travail de minutieux interprète des documents, de fidèle restaurateur du passé. On trouvera bien quelques considérations intéressantes dans les introductions de ses principales synthèses6 et on lira aussi avec profit son texte d’ouverture du VIe Congrès international d’Histoire des Religions tenu à Bruxelles en 19357, où il défend une jeune discipline et en souligne les mérites. Mais le butin est assez maigre.

  • 8 On sent bien, par exemple, l’amitié de F. Cumont pour J. Bidez dans le CR de Deux versions grecque (...)
  • 9 Paru in ANSP, s. III, 3 (1973), p. 1047-1094, où l’on trouvera des pages très intéressantes sur l’ (...)

4Pour l’enrichir, une dernière voie peut être tentée : scruter les comptes rendus rédigés par F. Cumont dans l’espoir d’y trouver quelques prises de position méthodologiques en réaction aux « exercices de style » des collègues. Le genre devrait en effet s’y prêter : la recension s’apparente à une sorte de jeu des miroirs, car dans la lecture des autres on cherche bien souvent la confirmation de la validité de sa propre méthode, de sa propre « doctrine », selon l’expression consacrée de l’époque, par « assimilation » ou par « différenciation ». En outre, la recension, qu’on aurait tort de considérer comme un « sous-produit » de l’activité historique, pourrait révéler une plume plus légère, plus véloce, plus spontanée aussi, donc peut-être plus personnelle. Enfin, le choix des ouvrages recensés peut s’avérer significatif à la fois des intérêts du recenseur pour certains domaines et du réseau de ses amitiés scientifiques8. L’intérêt d’une démarche de ce type ressort bien de l’article que Leandro Polverini a consacré à « Gaetano De Sanctis recensore » que je me permets de citer9 : « Ma insomma, lo storico – un grande storico – lo si ha da giudicare soprattutto (o esclusivamente ?) per l’apporto e il significato della sua opera storiografica, alla quale appartiene anche, optimo iure, l’attività critica esercitata intorno all’altrui opera storiografica. »

  • 10 Depuis 1997, nous avons entrepris, Anne-Laure Vignaux (ex-bibliothécaire de lAcademia Belgica) et (...)

5Je vais donc m’efforcer de comprendre les lignes de force de l’activité de recenseur de F. Cumont, de cerner les problématiques majeures qui retiennent son attention, sans perdre de vue le facteur diachronique et les évolutions internes de sa pensée et de son activité. Je tenterai aussi de percevoir la sensibilité historiographique qui se manifeste dans sa production critique tant par rapport au contexte intellectuel sous-jacent que par rapport à la genèse de son œuvre personnelle. Voilà bien des objectifs que je ne pourrai sans doute qu’effleurer ! Je serai donc, par la force des choses, sélective, et ce d’autant qu’on ne dispose pas encore d’un relevé exhaustif des recensions de F. Cumont10.

6Ma recherche s’est centrée sur un groupe de comptes rendus très significatif, qui doit représenter au moins 90 % de la production de F. Cumont en la matière. Plusieurs revues – des revues majeures, comme L’Antiquité Classique, la Revue de l’Histoire des Religions, la Revue Belge de Philologie et d’Histoire, Syria, la Revue de l’Instruction Publique en Belgique – ont été entièrement dépouillées et la série de comptes rendus épars déjà rassemblée dans le fonds Cumont de l’Academia Belgica a naturellement été prise en considération, soit un total de plus de 200 recensions.

Des dates et des lieux...

  • 11 F. Cumont, Philonis de aeternitate mundi, Berlin, 1891.
  • 12 À propos de l’allemand, j’épingle dans le CR du IVe fascicule de la RE, in RIP, 40 (1897), p. 113, (...)

7Le premier compte rendu de Cumont semble dater de 1891 – il a alors 23 ans – et paraît dans le Berliner Philologische Wochenschrift : il a pour objet le volume de P. Wendland sur les nouveaux fragments de Philon, un sujet dont notre historien s’occupe alors11. Puisque ses derniers comptes rendus ont été publiés à titre posthume, on peut le créditer d’une activité critique de 56 ans. Modeste dans les premières années, cette activité crût dans les années centrales de sa carrière scientifique pour atteindre une moyenne de 6 à 7, voire 8 à 9 et même 10 comptes rendus par an. Tous n’avaient pas la même ampleur ni le même degré d’approfondissement critique, cela va de soi. C’est principalement dans quelques revues belges et françaises que F. Cumont publia ses comptes rendus, mais il collabora aussi occasionnellement à des revues allemandes et anglaises, avec quelques rares recensions en allemand12 et en anglais.

8Dans la Revue de l’Instruction Publique en Belgique, dirigée par ses maîtres gantois Charles Michel et Paul Thomas, dont il devint rapidement un collaborateur officiel avec Léon Parmentier, Henri Pirenne et Joseph Bidez –une revue qui était un peu le pendant libéral du Musée belge de matrice catholique – la collaboration de F. Cumont aux Chroniques (que nous ne prendrons pas en considération ici) et aux comptes rendus commence en 1892 et dure jusqu’en 1914 (date de la disparition de la revue, qui fut, après la Première Guerre mondiale, en 1922, remplacée par la Revue Belge de Philologie et d’Histoire). Elle se déploie dans près de 70 comptes rendus. Dans la Revue Belge de Philologie et d’Histoire, F. Cumont publia une série de comptes rendus plus riche encore – une centaine (j’en ai repéré 102) – depuis le premier numéro en 1922 et jusqu’au 25e, en 1946-47. Dans L’Antiquité Classique, autre revue belge consacrée à ses domaines de prédilection, F. Cumont publia une vingtaine de comptes rendus, entre 1933 (numéro 2 de la revue) et 1947 (numéro 15), date de sa mort. Il fut aussi un collaborateur occasionnel de la Revue de l’Histoire des Religions, avec une quinzaine de comptes rendus ou notices bibliographiques entre 1912 et 1938 et de Syria, avec une vingtaine de recensions de livres et d’articles entre 1922 et 1945.

Des domaines et des genres...

  • 13 J’aime à relever le long CR du Carteggio tra Mario Minghetti e Giuseppe Pasolini per cura di Guido (...)

9Comme on pouvait s’y attendre, les domaines couverts par les comptes rendus de F. Cumont sont très vastes : histoire orientale, grecque et romaine, histoire économique et sociale, histoire des religions, histoire de l’art et archéologie (y compris aérienne et sous-marine), histoire des sciences, topographie, philologie et édition de textes, onomastique, historiographie même13 et, occasionnellement, histoire contemporaine. En cela, son activité de recenseur est le fidèle reflet de l’extrême diversité de ses centres d’intérêt et de l’amplitude de son savoir.

  • 14 Sur ce retrait de F. Cumont par rapport aux « courants théoriques de son temps », cf. la riche Int (...)

10Dans leur majorité, les ouvrages recensés par F. Cumont sont des monographies sur des sujets assez spécialisés, voire pointus : du limes romain du Proche-Orient à divers cultes romains, du trésor d’argenterie de Tarente aux peintures de Tarquinia, de l’édition de tel texte ou de tel groupe d’inscriptions à la publication de fouilles spécifiques, etc. Ne manquent pas les synthèses ou encore les grandes entreprises collectives comme la Cambridge Ancient History, la Realencyclopädie de Pauly et Wissowa, le Reallexikon für Antike und Christentum et, bien entendu, la série des rapports préliminaires sur Doura dont il rend systématiquement compte. On ne relève qu’une attention très relative aux enquêtes « transversales », qui faisaient appel aux disciplines collatérales, comme la sociologie, l’anthropologie ou l’ethnologie14. C’est peut-être ce qui explique l’absence, pour ne prendre qu’un exemple, des volumes d’Henri Jeanmaire, bien que certains, comme Le messianisme de Virgile (1930) ou La Sibylle et le retour de l’âge d’or (1939), fussent dans le droit fil des intérêts de F. Cumont. L’ouvrage d’A.B. Cook sur Zeus est bien recensé, mais l’école anglaise du « Myth and Ritual » est très peu représentée, de même que l’école sociologique française (Durkheim, Mauss, Hubert). F. Cumont se reconnaissait donc plutôt dans une pratique traditionnelle de l’histoire, qui privilégiait l’approche philologique et archéologique, documentaire, et ne s’ouvrait que très modérément aux sollicitations de jeunes disciplines en pleine définition.

  • 15 CR in RPh, 16 (1892), p. 79.
  • 16 CR in RPh, 17 (1893), p. 194-197, en part. p. 195.

11La sensibilité d’historien de F. Cumont se manifeste dès les tout premiers essais critiques. Les deux premiers concernent Philon d’Alexandrie, un sujet « philologique », mais il y souligne la nécessité de prendre en compte la dimension diachronique. Ainsi, à propos de Die Erkenntnisslehre Philo’s von Alexandria de Max Freudenthal, il écrit15 : « On pourrait seulement reprocher à M. F. d’avoir fait complètement abstraction de la chronologie des œuvres de Ph. et de n’avoir tenu aucun compte des variations que la manière de voir du philosophe a subies dans le cours de sa longue carrière ». De même, très tôt, transparaît une singulière conjonction de modeste sincérité et d’élégante détermination. Dans le compte rendu des Inscriptions antiques de Lectoure d’Émile Espérandieu16, il écrit, en 1893 :

M. E. a traité en détail de ce sacrifice, dans un appendice où il me fait l’honneur de me citer copieusement. La théorie que j’avais émise il y a quelques années sur l’origine de cette étrange cérémonie (= taurobole) et ses rapports avec le culte perse d’Anahita, ne l’a pas tout à fait convaincu. M. Allmer se montre plus sceptique encore (p. 99, n. 1). Je ne dois sans doute m’en prendre qu’à moi-même. J’ai appuyé autrefois, tant bien que mal, mon hypothèse de considérations générales en passant sans les voir à côté de textes précis que j’aurais pu invoquer en sa faveur. Mais puisque M. E. me fait sentir ma faute, qu’il me permette de la réparer, et d’indiquer ici, le plus brièvement possible, les arguments que j’aurais dû exposer autrefois.

12Ce qui apparaît, à première vue, comme un mea culpa n’est qu’une sorte de tremplin sur lequel F. Cumont rebondit pour mieux appuyer son interprétation.

De la structure et de la forme...

  • 17 Un des auteurs les plus cités comme point de référence, dans une série de domaines, mais en partic (...)

13Les recensions de F. Cumont suivent un plan expositif on ne peut plus traditionnel : quelques mots d’introduction sur le thème, ses enjeux, sur l’état de la question, sur le cadre géographique et chronologique de l’enquête, sur la formation et le parcours de l’auteur, puis un résumé assez linéaire du contenu du volume et de ses principales thèses, enfin une partie finale d’évaluation critique sur l’utilisation des sources et les interprétations défendues, afin de souligner l’apport original de l’œuvre et les perspectives qu’elle ouvre. Le jugement critique est souvent assez sommaire et ne « démonte » pas vraiment les ressorts de l’argumentation. Les notes infrapaginales signalent généralement quelque pièce inédite, récemment découverte, qui enrichit le dossier. À cet égard, on notera que l’attention de F. Cumont se porte davantage sur les contenus que sur les méthodes, et que, s’il affiche une excellente maîtrise de l’état des connaissances, sa sensibilité historiographique semble tout compte fait assez modeste17. Par ce biais, il se confirme « homme de terrain », « artisan » de la pratique historique, plutôt que « maître penseur » ou pour le moins auteur d’une réflexion sur sa propre discipline.

  • 18 Livre paru à Leipzig en 1928 ; CR in RBPh, 7 (1928), p. 1522-1524.
  • 19 Et il ajoute : « si elle conduit jusqu’au terme ce Suidas auquel elle a consacré sa vie, ce sera s (...)

14Le compte rendu de l’édition du Suidae Lexikon (pars I) par Ada Adler18 me semble révélateur des intérêts profonds de F. Cumont, qui naît comme philologue classique et trouve dans cette discipline, y compris en 1928, alors qu’il est un historien affirmé et mondialement reconnu, des jouissances intenses. À expliquer le parcours du combattant de l’helléniste danoise dans une forêt de manuscrits et de variantes, aux prises avec une tradition récalcitrante, on sent une sorte de jubilation philologique : le compte rendu est plus riche, plus approfondi que bien d’autres se rapportant pourtant à des synthèses historiques importantes. F. Cumont révèle, je crois, son goût naturel pour la philologie, pour l’édition des textes, l’acribie philologique qu’il qualifie même, dans ce cas, d’« application féminine à soigner tous les détails d’un ouvrage »19.

  • 20 Ou, à l’inverse, l’insuffisance du commentaire qui accompagne les planches, comme dans le CR de la (...)
  • 21 CR d’Anton Springer, Handbuch der Kunstgeschichte, 12e éd., t. V, Leipzig, 1925, in RBPh, 5 (1926) (...)
  • 22 CR d’Anton Springer, Handbuch der Kunstgeschichte, 12e éd., t. II-IV, Leipzig, 1923-24, in RBPh, 4 (...)
  • 23 CR de la Cambridge Ancient History, t. I, vol. of plates, Cambridge, 1927, in RBPh, 7 (1928), p. 2 (...)
  • 24 Introduction de la Storia economica e sociale del mondo ellenistico, Firenze, 1966, p. xiii. Sur c (...)

15À lire en série les recensions de F. Cumont, on s’aperçoit qu’il avait une sorte de « grille d’évaluation » implicite, un modèle de publication idéale répondant à une série de conditions, de critères formels et substantiels qui sont presque systématiquement pris en compte. L’un d’eux, formel à première vue, mais substantiel à bien y regarder, est la place ainsi que la qualité de l’illustration et du commentaire qui l’accompagne20. Ce trait, qui rapproche F. Cumont de M.I. Rostovtzeff, dénote une conception à la fois « didactique » et « positiviste » du savoir (il parle de « pièces justificatives des jugements prononcés »21), mais révèle sans doute aussi le souci de ne pas négliger l’impact « émotif » de la connaissance visuelle (« le texte est pour ainsi dire animé par l’illustration »22 ou encore « la sensation d’un contact direct avec les civilisations disparues »23), ce que Momigliano, à propos de l’usage des images par Rostovtzeff, appelle le « senso di vitalità immediata, travolgente »24.

  • 25 CR de Nicola Turchi, Storia delle religioni, Turin s.d., in RBPh, 1 (1922), p. 562-563.
  • 26 J’ai indiqué ailleurs, Correspondance, p. 362, que F. Cumont devait tenir d’H. Diels ce souci de l (...)

16En ce qui concerne les critères formels idéaux, on peut encore mettre en avant la qualité de la bibliographie qui ne doit pas être « une accumulation confuse de titres disparates »25 ainsi que l’excellence de l’index, instrument indispensable à la consultation d’un volume26. De même, F. Cumont évalue toujours positivement la publication rapide de données nouvelles : la science doit faire l’objet d’une diffusion large et prompte. À propos du volume de Theodor Wiegand sur Palmyre, il note :

  • 27 CR de Theodor Wiegand, Palmyra, Berlin, 1932, in RBPh, 12 (1933), p. 724-726, en part. p. 725.

Les travaux entrepris par les archéologues français dans la vaste cité n’ont point déterminé M. Wiegand à différer plus longtemps la publication de son volume ; il a voulu faire connaître sans plus de retard les documents qui avaient été recueillis et les conclusions que l’on en avait tirées, au risque d’être incomplet sur certains points, et on ne peut que l’approuver. Le mieux eût été ici l’ennemi du bien27.

  • 28 Cf., par exemple, le CR de P.V.C. Baur & M.I. Rostovtzeff, The Excavations at Dura-Europos, Prelim (...)

17Cumont saluera avec la même satisfaction la publication ponctuelle, par Rostovtzeff et ses collaborateurs américains, des rapports de fouilles de Doura-Europos28.

De l’heuristique et de la méthode...

  • 29 CR d’Anton Springler, Handbuch der Kunstgeschichte, tome I, Das Altertum, 12e éd. par Paul Wolters (...)
  • 30 CR de Jean Bayet, Les origines de l’Hercule romain, Paris, 1926 et Herclé. Étude critique des prin (...)
  • 31 CR de la Cambridge Ancient History, t. I (2e éd.) et II, Cambridge, 1924, in RBPh, 5 (1926), p. 17 (...)

18Sur le plan du contenu, F. Cumont n’a jamais aimé les interprétations aventureuses ; il loue donc celui qui, conscient des limites imposées par les sources, se garde de construire des châteaux de sable, ou « écarte les hypothèses aventureuses » pour formuler plutôt des « opinions solidement fondées »29 ; il apprécie la « réserve prudente » et la « pondération judicieuse qui manquent souvent aux spéculations d’esprits aventureux »30. Il ne lui semble pas opportun de chercher à tout prix le consensus, l’unanimité ou le « mot final » : les divergences d’opinion sont le signe positif d’une science en pleine évolution, « une histoire qui se fait plutôt qu’elle n’est faite »31 ; il le souligne significativement dans son compte rendu du volume final, le XIIe, de la Cambridge Ancient History : il loue le mérite des éditeurs qui ont convié avec une libéralité « qui s’oppose à l’étroitesse mesquine de certains nationalismes » les meilleurs spécialistes internationaux et ajoute :

  • 32 CR de la Cambridge Ancient History, t. XII, volume of plates, Cambridge, 1939, in RBPh, 18 (1939), (...)

Sans doute, une collaboration de tant de savants appartenant à des milieux si divers a rendu inévitables certaines divergences d’opinion, même sur des points essentiels, mais ces désaccords ne sont que l’indice d’incertitudes qui ne permettent pas encore de formuler un jugement définitif et concordant32.

  • 33 Paru à Paris en 1941, CR in AC, 11 (1942), p. 145-147.

19Ses sympathies ne vont pas davantage à l’hypercritique. Dans sa recension du livre de Jean Bérard sur La colonisation grecque de l’Italie méridionale et de la Sicile dans l’Antiquité. L’histoire et la légende33, il y fait allusion :

Cette tradition, qu’acceptèrent les premiers érudits, qui s’intéressèrent au passé de l’Italie méridionale et de la Sicile, parut avoir été ruinée par la critique incisive d’Ettore Pais, qui en souligna les contradictions et les invraisemblances et ne voulut y voir que des imaginations d’époque tardive. Certains de ses successeurs, tel Gaetano de Sanctis, ont pu s’inspirer d’un scepticisme moins radical, mais d’autres ont renchéri sur l’hypercritique de Pais et l’on peut dire qu’elle s’est imposée à toute l’historiographie contemporaine. M. Bérard soutient qu’elle a fait fausse route.

20Après avoir admis que l’on ne peut suivre Bérard dans toutes ses hypothèses, il conclut néanmoins :

Mais il a eu le mérite d’attirer l’attention sur la possibilité que la tradition légendaire nous ait transmis quelques données réelles sur les plus anciens transferts des populations qui se sont fixées en Italie. C’est à l’archéologie qu’il faudra demander sur ce point des précisions nouvelles, et sans doute permettra-t-elle un jour d’établir, par exemple, avec certitude, si et où, dès l’époque reculée de la « thalassocratie » Crétoise, des colons minoens sont venus civiliser les barbares de l’Ausonie.

  • 34 Sur l’itinéraire historiographique de l’Altertumswissenschaft et les chassés-croisés entre « crédu (...)

21Dans ce passage, et en général, la confiance que met F. Cumont en l’archéologie semble bien grande et son approche des récits légendaires un peu simpliste, confinée comme elle l’est encore dans les catégories (positivistes) du vrai et du faux34.

  • 35 Il note toutefois, dans son CR de la Pauly’s Realencyclopädie der classischen Altertumswissenschaf (...)

22À ses yeux, l’essentiel est de valoriser toutes les sources disponibles, sans exception et sans ménager le moindre effort dans la phase heuristique de l’enquête : c’est indubitablement le point fort de sa méthode d’historien. Il est un adversaire farouche des barrières étanches et des savoirs compartimentés au sein de l’Altertumswissenschaft et un partisan convaincu de ce que nous appelons aujourd’hui « l’interdisciplinarité » qu’il pratiqua comme M. Jourdain pratiquait la prose. Voici ce qu’il affirme dans un compte rendu de son ami Rizzo35 :

  • 36 CR de Giulio Emanuele Rizzo, Intermezzo. Nuovi studi archeologici su le monete greche della Sicili (...)

Trop souvent les numismates n’ont eu de l’archéologie qu’une teinture superficielle, et les démonstrations qu’un maître de cette discipline leur présente, dépassent de beaucoup l’objet limité auquel elles s’appliquent. C’est en réalité une méthode nouvelle d’interprétation artistique des chefs-d’œuvre des médailleurs grecs qui est introduite dans la science36.

  • 37 CR, in RBPh, 6 (1927), p. 923-924, en part. p. 924.
  • 38 CR de Guillaume de Jerphanion, Mélanges d’archéologie anatolienne, Beyrouth, 1928, in RBPh, 9 (193 (...)

23Même credo à propos de la Topographie de la Syrie antique et médiévale (1927) de son ami René Dussaud qui a su dépouiller et utiliser « non seulement les textes cunéiformes, et les documents grecs, latins ou sémitiques, écrivains, inscriptions, monnaies, mais aussi les auteurs du moyen âge, spécialement les arabes, et les chartes et traités de l’Orient latin », sans oublier l’apport des travaux cartographiques modernes37 ; il loue aussi la « polymathie » du père de Jerphanion38.

  • 39 Je me réfère ici à une expression de F. Cumont dans une lettre de novembre 1938 à M. Rostovtzeff, (...)
  • 40 CR de Francis Haverfield, The Roman Occupation of Britain, Oxford, 1924, in RBPh, 3 (1924), p. 360 (...)
  • 41 CR de la Cambridge Ancient History, vol. I (2e éd.) et II, Cambridge, 1924, in RBPh, 5 (1926), p. (...)

24Cela dit, il ne faut pas se perdre dans les méandres de l’érudition. Faire œuvre d’historien, ce n’est pas opérer comme un « Talmudiste »39. Cumont attache beaucoup d’importance à l’opération de synthèse des données : il apprécie « le même talent d’exposition qui, de l’infinie variété des détails, dégage les traits essentiels et les idées maîtresses »40. Ailleurs, il parle d’« une somme considérable de faits bien établis (qui) permet désormais une reconstruction fermement agencée de ce passé reculé »41.

  • 42 CR in RBPh, 7 (1928), p. 658-659. Sur les rapports entre les deux hommes, cf. infra, p. 330-331.

25Un compte rendu de L’économie antique, publiée en 1927 par Jules Toutain42, nous permet d’affiner encore sa position, car l’opération de reconstruction du passé à partir du magma documentaire, aussi indispensable soit-elle, ne peut plier les faits à des systèmes interprétatifs, à des « théories préconçues ». Voici donc une très intéressante (et redondante) prise de position de F. Cumont sur le métier d’historien (les italiques sont miennes) :

M. Toutain a consulté sur le vaste sujet qu’il a entrepris de résumer – sa bibliographie en témoigne – tous les ouvrages les plus sérieux et il l’a traité en historien, c’est-à-dire qu’il n’est pas parti d’un système préconçu sur l’évolution du capitalisme ou de la propriété, mais qu’il a, sans parti pris, laissé parler les faits, qu’il expose avec une clarté parfaite et une précision prudente.

  • 43 Il pourrait faire allusion ici aux débats sur la nature de l’économie antique liés à la célèbre co (...)

26Ce passage me semble expliciter très clairement la conception que F. Cumont se faisait de la discipline historique et sa méfiance à l’égard des systèmes interprétatifs43.

  • 44 Expression qui figure dans le CR de Pierre Lambrechts, Contributions â l’étude des divinités celti (...)
  • 45 Sur ces questions, voir C. Bonnet, Franz Cumont et l’exégèse iconographique, in Hieros, 2 (1997), (...)

27Si, dans la phase heuristique, on l’a vu, l’archéologie a sa place, l’iconographie et l’imagerie sont aussi fondamentales à ses yeux – et ce depuis ses recherches sur Mithra à la fin du xixe siècle – pour la compréhension et l’interprétation de l’histoire religieuse. C’est ce qui explique sans doute la proportion remarquable d’ouvrages d’histoire de l’art dans sa production critique, des ouvrages parfois assez pointus qui traitent d’une fresque, d’une mosaïque ou d’un groupe d’images. Les monuments figurés sont en effet « comme l’illustration conservée d’un livre sacré dont le texte aurait disparu »44, une idée-maîtresse de la méthode d’investigation de F. Cumont qui sonda, à la fin de sa carrière (1942), le symbolisme funéraire des sarcophages romains45. À côté des textes, les images ont donc un rôle à jouer, mais on est encore loin de nos visions modernes de l’« autonomie » de l’image ; à ses yeux, la difficulté de l’approche iconographique ou iconologique réside surtout dans l’absence de textes les éclairant :

  • 46 CR de Lambrechts, art. cit. (n. 43), p. 344.

C’est une tâche ingrate et souvent décevante que de tenter d’interpréter des images religieuses dont aucun texte n’éclaire la signification. Plus leur étrangeté nous déconcerte, plus leur explication devient scabreuse, car leur monstruosité procède d’une mentalité qui n’est plus la nôtre46.

  • 47 Cf. les critiques exprimées par A.D. Nock dans son CR du Symbolisme funéraire chez les Romains, in (...)
  • 48 Voir, à cet égard, le CR d’Andreas Alföldi, Die Kontorniaten, Budapest/Leipzig, 1943, in RBPh, 23 (...)

28On ne peut rien redire à une telle affirmation, mais elle est révélatrice d’une difficulté à conférer à l’image un statut propre, ce qui portera du reste F. Cumont à proposer de l’iconographie des sarcophages une lecture sans doute trop littéraire, trop « savante »47. Logiquement, on le voit prôner, en matière d’images, une approche typologique et génético-diachronique qui met en évidence des familles, des influences, des « syncrétismes », etc.48

  • 49 CR paru in RIP, 51 (1908), p. 391-392.

29Lire les images, interpréter les monuments, comprendre les ruines des sites, c’est avoir avec le passé un contact presque « direct », d’où l’importance aux yeux de F. Cumont du travail sur le terrain. Dans son compte rendu de La frontière de l’Euphrate de Pompée à la conquête arabe de Victor Chapot, paru à Paris en 190749, il apprécie le fait que l’auteur « parle souvent d’après des observations personnelles, et sa connaissance précise du pays et de ses habitants distingue avantageusement son livre de mainte dissertation théorique élaborée par des savants de cabinet ».

Des découvertes archéologiques...

30Les comptes rendus sont le lieu idéal où souligner les avancées de la science ; de ce point de vue, F. Cumont a très bien perçu et mis en évidence l’apport crucial, à certains égards révolutionnaire (il parle de « révolution dans notre savoir ») des découvertes archéologiques des années ’20 et ’30, en Méditerranée, avec leur cortège d’archives nouvelles et leurs « secrets sensationnels ». Il l’exprime en des termes lyriques – et l’on notera au passage que la qualité de son écriture, de sa langue et de son style, est celle de ses œuvres majeures même dans le plus modeste des comptes rendus :

  • 50 CR de la Cambridge Ancient History, vol. I (2e éd.) et II, Cambridge, 1924, in RBPh, 5 (1926), p. (...)

Dans le flux perpétuel de nos connaissances toujours accrues, une digue que l’on établit pour capter dans un vaste réservoir les ruisseaux qui dévalent de tous côtés, cède bientôt à la poussée des eaux50.

  • 51 CR de René Dussaud, La Lydie et ses voisins aux hautes époques, Paris, 1930, in RBPh, 9 (1930), p. (...)
  • 52 Dans son CR des Forschungen zu Ephesos, in RIP, 50 (1907), p. 318, il parle d’une « résurrection d (...)

31Ou encore, à propos d’un volume de René Dussaud sur la Lydie et le passé antique de l’Asie antérieure51 : « Voici qu’un faisceau de lumière est projeté dans ces ténèbres primitives », une idée qui ne peut manquer d’évoquer l’adage célèbre Ex Oriente lux52. Pour F. Cumont, c’est avant tout des fouilles que viendra cette lumière.

  • 53 À cet égard, le CR de Théodore Reinach, Mithridate Eupator, roi du Pont, Paris, 1890, in RIP, 35 ( (...)
  • 54 CR in RBPh, 7 (1928), p. 712-713 Sur les rapports entre les deux hommes et ce document en particul (...)
  • 55 CR de la Cambridge Ancient History, t. XI, volume of plates, Cambridge, 1936, in RBPh, 16 (1937), (...)

32L’expérience du terrain, dans le Pont et en Arménie en 190053, en Syrie en 1907, à Doura-Europos en 1922-23, fut fondamentale et engagea F. Cumont à suivre avec une attention constante le progrès des connaissances au Proche-Orient, sans pour autant négliger le monde grec et romain. « La découverte du monde minoen et mycénien a transformé toutes les idées que l’on se faisait sur les origines de la civilisation grecque », écrit-il en tête de son compte rendu de The Minoan-Mycenean Religion and its Survival in Greek Religion54 de Martin Persson Nilsson (1927). Dans le compte rendu du tome XI de la Cambridge Ancient History, F. Cumont consacre significativement une note au chapitre de Rostovtzeff sur les rapports entre Rome et le monde iranien, sarmate et parthe pour préciser que « Monsieur Rostovtzeff a pu renouveler ce tableau du gouvernement et de la civilisation des Parthes grâce aux découvertes récentes des archéologues »55.

De l’hellénisation et de l’orientalisation...

  • 56 Cf. aussi son CR de Georges Radet, Alexandre le Grand, Paris s.d., in RBPh, 10 (1931), p. 1135, où (...)
  • 57 D’où quelques légères divergences de vue avec M. Rostovtzeff, moins enclin que son ami à concevoir (...)
  • 58 CR de la Cambridge Ancient History, t. VII, Cambridge, 1928, in RBPh, 8 (1929), p. 602-605.

33Au niveau des contenus, F. Cumont exprime de-ci de-là quelques opinions fortes, révélatrices des grandes idées qui soutiennent le développement de sa pensée historique. Parmi les thématiques majeures de ses recherches, on identifiera assurément l’hellénisation de l’Orient et l’orientalisation de l’Empire romain. À ce sujet, épinglons l’évaluation qu’il donne de l’épopée d’Alexandre le Grand qu’il n’hésite pas à définir comme « le plus grand événement de l’histoire de l’antiquité, puisqu’il eut pour conséquence d’imposer la civilisation grecque à tout le monde ancien »56. Pour la lecture du monde hellénistique, l’hellénisme apparaît donc comme le vecteur d’une koiné culturelle dominante57. Il parle même de la Grèce qui « colonise et civilise » l’Orient58.

  • 59 Franz De Ruyt, Charun, démon étrusque de la mort, Bruxelles, 1934, in RBPh, 14 (1935), p. 181-182, (...)

34Il défend un scénario analogue pour la religion étrusque, à propos de l’étude de Franz De Ruyt sur Charun59 et il formule à ce propos d’intéressantes considérations sur les divers niveaux de religiosité :

  • 60 F. Cumont signale, en conclusion de cette recension, que le volume inaugure une nouvelle série de (...)

J’inclinerais donc à croire que l’action des croyances helléniques a été ici plus profonde que ne l’admet M. De R. Il faut toujours distinguer en Grèce la religion des artistes et des écrivains de celle du peuple, antérieure à l’anthropomorphisme idéaliste et qui lui survécut. C’est un fleuve souterrain qui échappe à nos yeux jusqu’à l’époque tardive où il apparaît à la lumière de la tradition littéraire60.

35En retour, le iiie siècle ap. J.-C. est pour lui celui de l’orientalisation maximale de Rome et il regrette que le tome XII de la Cambridge Ancient History ne mette pas davantage ce point en lumière :

  • 61 CR de la Cambridge Ancient History, t. XII, volume of plates, Cambridge, 1939, in RBPh, 18 (1939), (...)

Il est assurément surprenant qu’après les folies religieuses d’Elagabale, qui auraient dû révolter tous les Romains, on se soit adressé à un membre de la même famille, Alexandre, pour lui succéder. Tant était puissante alors l’influence des Syriens à Rome ! Elle se manifeste aussi dans la reconnaissance, aisément obtenue du Sénat, de Philippe l’Arabe, à l’origine un simple Sheikh bédouin, qui ne peut s’emparer du trône qu’à cause de l’importance prédominante qu’avait prise la cavalerie d’archers indigènes dans l’armée d’Orient61.

  • 62 A. Dieterich, Nekyia. Beiträge zur Erklärung der neuentdeckten Petrusapokalypse, Leipzig 1893, in (...)

36Dans le domaine des croyances de l’époque impériale, la matrice orientale est la plus sensible et la plus évidente, mais F. Cumont se prononce aussi très explicitement sur une médiation grecque entre Orient et Occident, donc contre le prétendu « miracle grec », soulignant inlassablement la nécessité de prendre en compte les apports de l’Orient. À cet égard, la recension de la Nekyia d’Albrecht Dieterich, parue en 1893, est très significative62. Dieterich, à propos d’un fragment de l’Apocalypse de Pierre récemment découvert, qui contient une description du ciel et de l’enfer, estime qu’elle reproduit les dogmes des mystères orphiques dont l’influence serait sensible dans tous les secteurs de la pensée religieuse classique, de Pythagore à Virgile en passant par Plutarque et Éleusis.

J’avoue qu’en voyant une même doctrine prendre des formes aussi diverses, je reste un peu perplexe. Si elle s’est ainsi transformée dans le cours des temps, je voudrais connaître les raisons de ces métamorphoses. N’aurait-elle pas subi quelque mélange avec des idées orientales, et retournant la thèse de notre auteur ne faut-il pas admettre que les orphiques ont d’assez bonne heure adopté des croyances étrangères, dont notre Apocalypse est l’expression tardive ?
M. Dieterich semble avoir prévu l’objection. « Le lecteur me reprochera peut-être, dit-il (p. 214), de ne pas avoir tenu compte des influences orientales sur l’Apocalypse parce que je ne les connaissais pas et n’ai pas voulu les connaître », et aussitôt il s’efforce de démontrer qu’on ne trouve dans les écrits juifs rien de semblable à notre description des enfers. Ceci ne peut passer que pour une mauvaise plaisanterie. M. D. n’ignore certainement pas que dans la littérature gnostique – et notre apocalypse lui est évidemment apparentée de près – des éléments étrangers de toute provenance se mêlent et se confondent. (...) C’est que M. D., en vrai klassischer Philolog, ne voit rien en dehors de la Grèce et de la littérature grecque. Pour lui le monde barbare n’existe pas, et il méconnaît ou ne soupçonne pas la puissance et la vitalité de ses anciens cultes.

37D’où le jugement final sur le livre : « Malgré des pages ingénieuses ou profondes, cette ignorance systématique gâte presque d’un bout à l’autre, un livre d’ailleurs rempli d’idées et de savoir ».

  • 63 Volume paru à Paris-Bordeaux en 1936 : CR in RHR, 116 (1937), p. 224-225. F. Cumont avait néanmoin (...)

38Le compte rendu des Études sur le Songe de Scipion63 de Pierre Boyancé reflète les mêmes convictions. L’influence de Posidonius sur Ciceron a été exagérée (« j’ai autrefois été séduit moi-même par ce mirage »), écrit en substance F. Cumont, et il enchaîne :

Mais il a tort, à mon sens, de nier l’influence « chaldéenne » sur la cosmologie du Songe et, en particulier, sur le rôle assigné au Soleil, moteur des planètes, raison du monde (...). Toutes les recherches récentes tendent à confirmer cette origine orientale. (...) Si l’on considère la question à un point de vue plus général, ce serait, croyons-nous, une entreprise décevante que de reprendre la méthode de Zeller et de vouloir expliquer par un développement interne toute l’évolution de la pensée grecque. Il apparaît de plus en plus que des relations intellectuelles presque ininterrompues ont existé entre Hellènes et Orientaux depuis Pythagore et Démocrite jusqu’à Jamblique et Proclus, et faire abstraction des emprunts réciproques que les uns ont faits aux autres, serait se condamner à une vue unilatérale des faits.

  • 64 Paru à Paris en 1904 : CR in RIP, 48 (1905), p. 196-198.

39Cela dit, le compte rendu de Paul Foucart, Le culte de Dionysos en Attique64 indique bien que la position de F. Cumont ne fut jamais outrancière : face à la thèse d’une origine égyptienne du Dionysos attique, il se prononce de manière nuancée :

L’attribution d’une origine égyptienne à certaines cérémonies athéniennes sera évidemment plus discutée et je crains que les philologues n’aient beaucoup de peine à se rallier à cette thèse. Mais peut-être obéiront-ils inconsciemment à certaines habitudes d’esprit invétérées et à cette tendance qui fait repousser une idée nouvelle uniquement parce qu’elle heurte certaines croyances reçues. À notre avis, bien qu’en pareille matière on ne puisse fournir une démonstration rigoureuse, on aurait tort de repousser absolument l’hypothèse d’un emprunt religieux fait par les Grecs à l’Egypte. Il est dangereux, on s’en est maintes fois aperçu, de prétendre faire vivre les Hellènes dans un splendide isolement.

  • 65 CR de BaurRostovtzeff, art. cit. (n. 28), p. 236.

40En définitive, on a affaire à une dynamique interculturelle complexe qui crée les prémisses de l’évolution historique postérieure entre Orient et Occident ; F. Cumont note du reste, à propos de Doura, que « le sol inépuisable de la vieille colonie macédonienne de l’Euphrate nous livre peu à peu les secrets de l’histoire d’une région, où confinèrent et se pénétrèrent l’Orient et l’Occident »65.

Des critiques...

  • 66 CR de la Cambridge Ancient History, vol. I (2e éd.) et II, Cambridge, 1924, in RBPh, 5 (1926), p. (...)
  • 67 CR de BaurRostovtzeff, art. cit. (n. 28), p. 234, n. 1.
  • 68 Paru à Giessen en 1904 : CR in RIP, 47 (1904), p. 27.

41L’extrême modération des évaluations de F. Cumont frappe : pas de polémique, pas de jugement tranchant, mais, quand cela est vraiment nécessaire, une critique élégante, explicitée avec modération. Ainsi, à propos du chapitre de la CAH sur les poèmes homériques et leur rapport à l’histoire, chapitre dû à la plume de Bury, il explique que l’auteur « admet la réalité historique des héros et des grands faits chantés dans les épopées » et il ajoute, avec un accent quasiment hérodotéen, « c’est du moins ce que pense M. Bury »66. Rendant compte du second rapport préliminaire de Doura, il précise dans une note qu’Hopkins date la construction du grand mur d’enceinte du début de notre ère, mais que lui « persiste à croire qu’elle remonte certainement à l’époque des Séleucides ». Et d’ajouter : « mais je ne puis discuter ici ce point »67. Il lui arrive plus d’une fois de devoir souligner les limites d’une étude et d’exprimer le regret que l’auteur n’ait pas pris en considération tel problème contigu ou telle documentation apparentée, mais il ajoute, à propos du volume de Hugo Hepdgind sur Attis, seine Mythen und sein Kult68, qu’ » il est toujours injuste d’exiger d’un auteur plus qu’il n’a voulu donner ».

  • 69 CR de Joseph Kroll, Gott und Hölle. Der Mythus vom Descensuskampfe, Leipzig, 1932, in RBPh, 12 (19 (...)
  • 70 CR in Syria, 3 (1922), p. 261-262.

42Il prend plus nettement position contre Richard Reitzenstein, auteur d’études sur la poésie alexandrine et surtout sur les religions à mystères et les syncrétismes, études que F. Cumont trouvait trop audacieuses, voire hasardeuses. Dans le compte rendu d’un ouvrage de Joseph Kroll, Gott und Hölle, paru en 1932, il écrit : « Peut-être dans certains de ses jugements l’auteur se montre-t-il trop enclin à suivre les spéculations hasardeuses de Reitzenstein, par exemple au sujet des Mandéens et des Manichéens... »69. F. Cumont se réfère ici au volume Das iranische Erlösungsmysterium. Religionsgeschichtliche Untersuchungen, paru à Bonn en 1921, dont il avait fait un compte rendu assez sévère en 1922 dans Syria70 :

  • 71 On rappellera ici le passage d’une lettre de Wilamowitz à Nilsson (12 janvier 1922) où est formulé (...)

On trouve dans ce volume les qualités et les défauts qui caractérisent les œuvres de M. Reitzenstein : vaste érudition philologique qui tire de tous les recoins et utilise avec sagacité des textes ignorés, abondance de vues intéressantes et d’aperçus nouveaux, manque total de composition et de subordination, qui rend pénible toute lecture suivie, hardiesse extrême de conclusions insuffisamment démontrées71.

43Notons enfin que F. Cumont ne profite nullement de la tribune que lui offrent ses recensions pour se mettre en évidence : il ne renvoie qu’exceptionnellement à ses propres travaux publiés ou en cours. Ainsi, quand il est question de la découverte du mithréum de Doura, il annonce qu’une publication définitive est entreprise, sans même préciser qu’il en a lui-même la charge avec Rostovtzeff. Bref, il ne s’attribue pas du tout le rôle de « mètre » (pas plus que de maître) scientifique.

Des cerveaux féminins...

  • 72 Il lui dédie ses Recherches sur le symbolisme funéraire des Romains, parues en 1942. Elle s’occupe (...)

44Qu’il me soit permis d’ajouter au tableau une petite note « sociologique » : F. Cumont recense en effet quelques ouvrages rédigés par des femmes, d’où l’on peut se faire une certaine idée de sa conception du rôle des femmes dans la science. Il souligne à plusieurs reprises les qualités d’Ada Adler, éditrice danoise de la Souda, en soulignant l’extrême acribie et même la « perfection » de sa publication en 4 volumes. Dans le compte rendu du volume de la Marquise de Maillé sur Provins. Les monuments religieux, paru en 1939, on relève des considérations plus singulières, peut-être en vertu du fait que F. Cumont était lié à la Marquise de Maillé par une affection particulière72 ; il parle d’abord de « science sûre et probe », de « critique pénétrante », de « connaissance précise », de « grâce ailée d’un style qui n’est jamais banal », puis ajoute :

La solidité de l’érudition, la netteté de la pensée, la rigueur de la méthode sembleraient appartenir à un cerveau masculin, mais certaines pages expriment pour ces vieux édifices un sentiment de tendresse bien féminin, qui seul explique la persévérance dans l’effort pour les faire revivre. Car on ne réussit rien qui ne soit entrepris con amore.

45Si l’énoncé final est charmant, ce qui précède étonnera, voire irritera les « cerveaux féminins » du nouveau millénaire.

Du monde où il vit...

  • 73 CR d’Anton Springer, Handbuch der Kunstgeschichte, t. V, Leipzig, 1925, in RBPh, 5 (1926), p. 698- (...)
  • 74 CR de la Cambridge Ancient History, t. VIII, Cambridge, 1930, in RBPh, 10 (1931), p. 1138-1141, en (...)
  • 75 Cf. Michelotto, op. cit. (n. 5), p. 36.
  • 76 CR de Grant Showerman, Rome and the Romans, New York/Londres, 1931, in RBPh, 12 (1933), p. 225.

46Dans ses recensions, F. Cumont manifeste à L’occasion des talents d’observateur attentif et critique du monde contemporain qu’il lit volontiers à la lumière de sa connaissance des choses antiques. Car le grand historien qu’il était ne cessait d’appliquer à la matière vivante du présent quotidien –un présent riche et complexe : celui de la première moitié du xxe siècle, donc des deux guerres, du bolchévisme, du nazisme, du fascisme, du New Deal –l’acuité qui caractérise sa lecture du passé. Il souligne, à propos des tendances de l’art contemporain, « l’agitation du monde contemporain », les « crises toujours renouvelées d’une société qui ne trouve point le repos » et appelle de ses vœux une « stabilisation – provisoire – de l’équilibre du monde »73. Ailleurs, il propose un parallèle entre les luttes intestines de la Grèce du iie siècle av. J.-C. et l’Europe de l’Entre-Deux-Guerres : « Un âge nouveau s’ouvrait sans qu’ils s’en fussent aperçus »74. La même tendance à « actualiser » le passé, tendance chère aussi à M.I. Rostovtzeff75, est sensible dans le compte rendu d’un ouvrage de Grant Showerman, qui propose « constamment des rapprochements suggestifs entre le passé et le présent (...) sur une civilisation que tant de liens indissolubles unissent à la nôtre »76.

47Le lien entre le passé, romain, et le présent, fasciste, de l’Italie est souligné dans le compte rendu de la traduction/édition italienne de la Social and Economic History of the Roman Empire de M.I. Rostovtzeff :

  • 77 CR de Michel Rostovtzeff [Rodtovtzev dans le texte !], Storia economica e sociale dell’impero roma (...)

L’Ente Nazionale di Cultura de Florence a voulu que ce livre fondamental pût être lu dans la langue du pays qui est l’héritier le plus direct de Rome et où les souvenirs de l’Empire sont cultivés avec une ferveur nouvelle77.

48Il se réfère sans doute à la même expérience historique lorsqu’en 1932, il écrit, à propos de l’ouvrage de Jérôme Carcopino sur Sylla ou la monarchie manquée :

  • 78 CR de Jérôme Carcopino, Sylla ou la monarchie manquée, Paris, 1931, in RBPh, 11 (1932), p. 236-237 (...)

Mais peut-être la politique d’un esprit dénué de scrupules, avide de domination et dont les ambitions grandirent avec le succès, apparaît-elle ici trop unie et trop cohérente. Les événements humains n’ont jamais le cours rectiligne que leur prête notre logique et les dictatures, nous en avons de récents exemples, sont aptes à changer d’objectif sous la poussée des faits78.

49Avec le début de la Seconde Guerre mondiale, les publications, donc aussi les recensions, se font plus rares. L’expérience quotidienne de la privation, de la violence, de la mort marqua F. Cumont, alors septuagénaire. Au terme d’un compte rendu de la longue étude du père Guillaume de Jerphanion sur les églises rupestres de Cappadoce, parue en 1942, il écrit :

  • 79 CR de G. De Jerphanion, Une nouvelle province de l’art byzantin. Les églises rupestres de Cappadoc (...)

Et peut-être, maintenant que l’importance capitale des églises rupestres de Cappadoce a été lumineusement établie oserons-nous exprimer un vœu. C’est celui que, quand les diplomates et les hommes d’État s’occuperont de la reconstruction d’un monde dévasté, certaines mesures internationales soient prises pour assurer, dans la mesure où elle est encore possible, la conservation de ce groupe de monuments unique en son genre, comme d’autres œuvres du passé, menacées de périr par suite de l’incurie ou du vandalisme aveugle des hommes79.

De l’histoire des religions...

50Le groupe des comptes rendus relatifs à des ouvrages d’histoire des religions présente évidemment un intérêt tout particulier. F. Cumont, là, est dans son domaine de prédilection, un domaine au sein duquel il est unaniment considéré comme un grand maître : on s’attendrait donc à le voir prendre position sur les grandes questions thématiques et méthodologiques de l’époque.

  • 80 CR de Nicola Turchi, Storia delle religioni, Turin s.d., in RBPh, 1 (1922), p. 562-563. F. Cumont (...)
  • 81 CR de Nicolaus Turchi, Fontes historiae mysteriorum aevi hellenistici, Rome, 1923, in RBPh, 4 (192 (...)

51Il manifeste un grand intérêt pour le développement de ce qu’il appelle une « science nouvelle »80, notamment en Italie où des conditions particulières en avaient freiné l’élan. Mais il réaffirme en même temps son attachement à la méthode philologico-historique qui donne la priorité au document81 :

  • 82 Le recours à cette expression – et non à « histoire des religions » –, dans le présent contexte, m (...)

Les études d’histoire religieuse82, qui ont trop souvent souffert d’un abus de théories préconçues ou été livrées à l’arbitraire de fantaisies individuelles, sentent de plus en plus la nécessité de recourir sans cesse aux témoignages antiques pour ne pas s’égarer et de chercher, par l’emploi judicieux de documents, à donner un fondement solide à leurs conclusions.

  • 83 CR de Vittorio Macchioro, Zagreus. Studi sull’orfismo, Bari, 1920 et de Domenico Comparetti, Le no (...)
  • 84 Sur ce courant occultiste et son rejet par F. Cumont, cf. A. Rousselle, Introduction, in Franz Cum (...)

52De même, rendant compte de deux ouvrages d’orientation opposée sur les fresques de la villa des mystères de Pompéi83, il suit sans hésiter l’interprétation mythologique proposée par D. Comparetti (noces de Bacchus et d’Ariane) de préférence à la lecture rituelle de V. Macchioro (initiation aux mystères orphico-bachiques), tout en reconnaissant l’étendue du savoir du second qui « a recours à la fois aux auteurs anciens, aux descriptions modernes des cultes sauvages et aux écrits des psychologues sur le mysticisme et l’hypnose »84. Et il ajoute :

D’une façon générale, on a singulièrement abusé de l’orphisme durant ces dernières années, et exagéré son action sur la littérature, sur l’art et sur la religion de l’époque romaine. Orphique serait la quatrième eglogue de Virgile, orphique l’Apocalypse de Pierre, orphique tel monument des mystères de Mithra. Mais par contre on n’a jamais fourni la moindre preuve certaine qu’il ait existé en Italie à la fin de la République ou sous l’Empire une seule communauté orphique.

  • 85 CR in RHR, 85 (1922), p. 85-88.

53F. Cumont se méfie des spéculations en la matière, même si elles portent la signature d’un ami aussi cher que Jérôme Carcopino. À propos de l’ouvrage sur Virgile et les origines d’Ostie, paru en 191985, il rend compte des interprétations de son collègue français sur le Vulcain archaïque d’Ostie, maître de la foudre et du soleil, associé à la personnification de la terre et dieu de l’élément aqueux, et il enchaîne laconiquement en ces termes : « Nous sommes sur un terrain plus solide en quittant la mythologie pour revenir à l’histoire ». Et dans la conclusion sur cet « essai de reconstituer la plus ancienne religion de Rome et d’en trouver les origines à Ostie », il écrit :

Je crains bien que cette partie ne soit la plus fragile de ce savant ouvrage. M. Carcopino a dépensé des trésors d’érudition et d’ingéniosité à démontrer ce qui était, j’en ai peur, indémontrable, et malgré le talent qu’il emploie, il ne réussit pas à faire vivre les fantômes divins qu’il évoque dans l’ombre grise de la préhistoire. La réalité complexe et mouvante des croyances disparues ne se laisse pas saisir par des déductions rationnelles, et c’est une entreprise décevante que de construire sur un fondement sans consistance des temples aux lignes harmonieuses.

  • 86 R. MacMullen, Paganism in the Roman Empire, New Haven/Londres, 1981, p. 116-117.
  • 87 Cf. Bonnet, Correspondance, p. 457-459. Cette confrontation entre les deux savants méritera d’être (...)
  • 88 RHR, 66 (1912), p. 125-129.

54Une attention spéciale doit être prêtée aux comptes rendus qui regardent Jules Toutain, considéré par certains, MacMullen en particulier86, comme une sorte d’« anti-Cumont ». Les deux savants, bien que liés par une réelle estime réciproque87, campaient sur des positions sensiblement différentes quant à la diffusion des cultes orientaux dans l’Empire romain. Dans ses Religions orientales dans le paganisme romain, parues en 1906, F. Cumont défendait la thèse d’une large diffusion des cultes orientaux dans les provinces romaines, ce que Toutain combattit, sur la base de la maigreur du dossier épigraphique pertinent, dans Les cultes païens dans l’empire romain, première partie : Les provinces latines, t. II, Les cultes orientaux, un volume paru en 1911. F. Cumont répondit à Toutain dans un compte rendu de la RHR en 1912 où il confirme ses vues et critique plusieurs points importants de l’ouvrage de son collègue français, notamment l’exclusion injustifiée de Rome et de l’Italie et le recours presque exclusif aux sources épigraphiques, qui porte à des conclusions en porte-à-faux avec le reste de la documentation (littéraire et archéologique). La méthode de Toutain serait trop statistique, trop mathématique et négligerait l’impact de l’évolution des conceptions divines88.

  • 89 RHR, 85 (1922), p. 88-91.

55Toutain, à son tour, dans l’introduction du tome III de la première partie des Cultes païens dans l’Empire romain, Les cultes indigènes nationaux et locaux répond à la critique de Cumont (« notre méthode a été critiquée en termes assez vifs par M. F. Cumont ») et reprend les arguments en faveur de sa position « minimaliste » quant à la diffusion des cultes orientaux. Après avoir longuement cité Cumont, Toutain insiste notamment sur la distinction, fondamentale à ses yeux, entre la théologie, les idées religieuses (« éléments, en quelque manière spirituels et abstraits ») et les cultes (« faits matériels et concrets, soumis à la loi du temps et de l’espace »), une distinction qui n’est pas sans fondement mais qui demanderait que l’on s’efforce d’articuler ces deux réalités l’une par rapport à l’autre plutôt que de les séparer. Les premières, selon Toutain, devraient être recherchées dans la littérature et l’art, les seconds presque exclusivement dans les inscriptions, les « séries épigraphiques ». Le compte rendu de Cumont au fascicule 2 du tome III (1920), publié dans la RHR en 192289, est donc le 4e round de cette « joute » méthodologique aussi substantielle que courtoise et loyale.

Dans l’introduction de ce nouveau volume, M. Toutain combat assez vivement le scepticisme que j’ai manifesté à l’égard des conclusions qu’il a cm pouvoir tirer du petit nombre des textes épigraphiques pour contester la diffusion des cultes orientaux dans les provinces latines. Je persiste à croire que l’argument e silentio est ici presque sans valeur et qu’on ne peut dresser de statistiques valables, et cela pour un double motif. Le premier, c’est que de la quantité immense d’inscriptions qui existèrent dans l’antiquité, une infime partie seulement est parvenue jusqu’à nous ; le second, c’est que parmi les fidèles des dieux nationaux ou étrangers, la grande majorité, autrefois comme aujourd’hui, n’a jamais fait graver de dédicaces. Il ne faut pas compter les inscriptions mais les peser.

  • 90 De manière significative, Toutain, appuyé par Cagnat, fut le principal adversaire de Loisy, candid (...)

56Cette « question de méthode historique » (non numerentur sed ponde-rentur, selon l’adage) n’empêche pas F. Cumont de louer l’ouvrage de Toutain et d’appeller de ses vœux une enquête similaire pour l’Orient. Le ton est élégant, mais l’opposition n’en est pas moins très sensible. Pour F. Cumont, tirer des conclusions générales d’une documentation partielle (les inscriptions) contredit un des principes essentiels de sa méthode d’enquête, à savoir que la réalité historique ne peut jaillir que de la pluralité des sources, d’une enquête à 360 degrés. Toutain, pour sa part, préfère tirer des enseignements solides – quitte à ce qu’ils soient négatifs (l’absence ou la discrétion de tel culte dans telle région) – d’un corpus homogène qu’il peut comparer numériquement, selon une approche sérielle ante litteram. Le conflit d’école est patent, même si, en définitive, J. Toutain et F. Cumont appartiennent l’un et l’autre au même courant historiographique, celui de l’histoire « philologique », fondée sur les textes pour l’essentiel90.

  • 91 Il existe une intéressante correspondance bilatérale entre les deux hommes (à l’Academia Belgica d (...)
  • 92 CR de J. Frazer, La Crainte des morts dans la religion primitive, t. III, Paris, 1937, in RBPh, 18 (...)
  • 93 CR de James George Frazer, L’homme, Dieu et l’immortalité, Paris, 1928, in RBPh, 7 (1928), p. 1180 (...)

57Un autre nom important dont Cumont connaît bien l’œuvre est James George Frazer91 : « œuvre (...) si vaste et si touffue » de celui qu’il qualifie d’« anthropologue » et d’« éminent historien des religions », dont il loue 1’« érudition infinie »92. Frazer lui-même – signale F. Cumont dans une recension93 – savait que les théories, les doctrines sont fragiles et que, de son œuvre, il ne resterait sans doute que la collection de renseignements qu’elle contient. Et d’ajouter : « Qui peut prévoir le destin des livres ? », ce qui lui permet d’éviter, par une élégante pirouette, de prendre position sur la validité de certaines interprétations frazériennes dont il appréciait assurément le caractère stimulant pour les historiens des religions, outre que le style d’une « beauté poétique », mais qu’il ne partageait sans doute pas à tous les coups.

58Parmi les historiens des religions de la génération qui le suivit, ce sont indubitablement Raffaele Pettazzoni et Martin Persson Nilsson qui emportent le plus clairement son adhésion, en raison de la sûreté de leur méthode et de la solidité de leur approche documentaire, combinées avec une nouvelle approche comparative de type diachronique et génétique, donc fondamentalement historique. Il s’agit indubitablement d’une nouvelle génération, d’une autre « histoire des religions ». Cela dit, avec Nilsson, Cumont n’a aucune difficulté à partager la vision de profonde continuité de la religion grecque, des Minoens à l’époque classique, même si, traitant, dans l’introduction de ses Religions orientales en 1906, la question de la continuité entre le paganisme (le culte de Mithra en particulier) et le christianisme, il invite à une grande prudence : « Un mot n’est pas une démonstration et il ne faut pas se hâter de conclure d’une analogie à une influence ».

  • 94 CR de Raffaele Pettazzoni, La confessione dei peccati. Parte prima, Bologne, s.d., in RBPh, 8 (192 (...)
  • 95 CR de Raffaele Pettazzoni, La confessione dei peccati, t. III, Bologne, 1936, in RBPh, 15 (1936), (...)
  • 96 Cf. D. Sabbatucci, Presentazione, in R. Pettazzoni, I misteri : saggio di una teoria storico-relig (...)

59De R. Pettazzoni, F. Cumont apprécie le travail d’authentique historien des religions comme il ressort de sa présentation de La confessione dei peccati94 : « jusqu’ici personne n’avait donné un exposé méthodique du développement de cette pratique, ni cherché à discerner l’idée fondamentale qui inspire celle-ci à l’origine et ses transformations ultérieures ». Il loue la connaissance étendue qu’a Pettazzoni des « croyances et usages sacrés de tous les peuples », alliée à son esprit de synthèse, ce qui lui « permet de dégager dans la complexité des phénomènes religieux les lignes directrices de l’évolution qui les a transformés ». Il souligne aussi l’intérêt majeur de cette étude d’histoire des religions sur le versant « psychologique et social ». Dans le compte rendu du tome III, il parle d’« intelligence lumineuse de la nature et du développement progressif d’une pratique qui devaient recueillir et transformer encore plusieurs grandes religions modernes »95. Définition de la nature d’un phénomène et analyse de ses manifestations historiques sont en effet les deux grands axes de la méthode de Pettazzoni96.

60On peut encore prendre les mesures des « canons » scientifiques implicites de F. Cumont en matière de religions dans son compte rendu, au demeurant très positif, du Zeus d’Arthur Bernard Cook, paru en 1940 : deux volumes, plus de 1.000 pages foisonnantes d’illustrations (931 et 83 planches !), un « édifice colossal » qu’il commente en ces termes :

La méthode de travail de M. A.B. Cook est suffisamment connue. Il ne s’est pas soucié de construire un monument aux proportions harmonieuses et de donner pour demeure au souverain olympique le naos d’un temple grec, où tout serait nombre et mesure. Il lui a bâti un palais titanesque et y a logé avec lui une multitude. Son exposé n’a point l’ordonnance d’une logique rigoureuse, qu’exigerait un esprit cartésien. Conscient de la complexité des phénomènes religieux, il nous mène à travers le labyrinthe des faits, que relie parfois un lien aussi ténu que le fil d’Ariane.

61F. Cumont souligne toute la richesse de cette « promenade un peu capricieuse », stimulante aussi parce qu’elle fait « appel à la fois à la philologie, à l’archéologie et à la numismatique, au folklore de la Grèce moderne et aux découvertes de la préhistoire, enfin aux croyances et coutumes des peuples les plus divers comme le veut la méthode comparative », mais on sent bien que cette démarche n’est pas la sienne, qu’il ne se reconnaît pas dans cette « composition discursive (...) typiquement anglaise » qui lui rappelle Sir James Frazer.

  • 97 Aux pages VIII-XI. Sur ces questions, cf. Bonnet, an. cit. (n. 1-Hieros), p. 12-29.
  • 98 CR de Nicola Turchi, Storia delle religioni, Turin, 1922, in RBPh, 1 (1922), p. 562-563. En revanc (...)

62L’œuvre de F. Cumont, centrée sur les religions orientales dans l’Empire romain, a pour horizon problématique le christianisme par rapport auquel son propre discours, sur bien des points, prend son sens, mais qu’il ne traite presque jamais explicitement. Il s’en explique dans la préface des Religions orientales97 et l’on n’oubliera pas, à cet égard, que le contexte virulent du modernisme n’était certes pas fait pour l’encourager. La pression qui s’exerçait sur certains savants, sur le plan intellectuel et moral, transparaît dans l’un ou l’autre compte rendu de F. Cumont. Par exemple dans celui de la Storia delle religioni de N. Turchi (1922), où il signale laconiquement et diplomatiquement, sans formuler la moindre objection, que toutes les religions y sont traitées « sauf le judaïsme et le christianisme, qu’ont fait exclure des raisons d’opportunité »98.

  • 99 Ou plus exactement : de moins en moins souvent, car, au début de sa carrière, le monde chrétien an (...)
  • 100 CR de Cambridge Ancient History, t. V-VI, Cambridge, 1927, in RBPh, 6 (1927), p. 852-855, en part. (...)

63On a du reste le sentiment que son rapport à l’histoire d’Israël, à l’hébraïsme et au judaïsme est problématique, précisément en raison de son aboutissement chrétien : ce sont des domaines qu’il n’aborde que très rarement99. Rendant compte du t. V de la CAH100, il fait allusion aux chapitres sur l’Orient du ve siècle et précise :

Les Juifs gardent toujours jalousement leurs traditions et leur conscience nationale, mais nous n’attacherions guère d’importance aux conditions politiques de ce petit peuple, perdu dans l’immensité de l’empire des Achéménides – Hérodote ne nomme pas Jérusalem – si du « judaïsme post-exilien » n’avait pas dû naître le christianisme. La grandeur d’Israël est toute religieuse.

  • 101 CR de Theodor Klauser et alii, Reallexikon für Antike und Christentum, Fasc. 1, Leipzig, 1941, in (...)

64Le compte rendu du premier fascicule du Reallexikon für Antike und Christentum paru en 1941 est aussi très révélateur du climat de l’époque101 :

Dans ma jeunesse – il y a de cela un demi-siècle – les théologiens et historiens de l’Église d’une part, et, de l’autre, les philologues classiques et historiens de l’Empire romain vivaient encore séparés par une cloison presque étanche. L’érudition ecclésiastique et la science profane se développaient chacune sur son domaine, indépendamment l’une de l’autre, ou presque. Il s’en est suivi que longtemps l’étude des relations entre l’antiquité et le christianisme resta indûment négligée. Les uns, persuadés que la Foi nouvelle avait produit une rénovation totale d’un monde corrompu, ne s’inquiétaient guère du milieu où elle avait grandi que pour le réprouver ; les autres, pour qui la littérature classique et l’humanisme résumaient toute la culture, regardaient avec indifférence des recherches qui s’appliquaient à une époque de décadence intellectuelle. Les auteurs dont les noms figurent sur la couverture du nouveau Reallexikon sont parmi ceux qui ont le plus contribué à élargir notre horizon scientifique et à montrer cette continuité des conceptions et des usages qui, à bien des égards, fait de la société chrétienne l’héritière d’une longue tradition antérieure, remontant parfois jusqu’à l’ancien Orient.

  • 102 Fr. Laplanche, De Loisy à Guignebert, in De Renan à Marrou, Lille, 1999, ρ 55-68.
  • 103 J’ai développé ce point dans Hieros (art. cit. [n. 1]), où j’envisage notamment les rapports de F. (...)
  • 104 Paru à Paris en 1902 : CR in RIP, 45 (1902), p. 249.

65F. Cumont, comme d’autres grands intellectuels de son temps, Loisy et Guignebert par exemple102, prônait une approche scientifique de tous les phénomènes religieux, y compris de l’émergence et du développement du christianisme103. C’est ce qui ressort de l’appréciation qu’il donne du livre de Dom H. Leclercq, Les Martyrs. I. Les temps néroniens et le deuxième siècle104. Il y commente l’intention de l’auteur d’écrire un ouvrage « dont le dessein premier est d’aider à l’édification des fidèles » sans recourir à des « moyens frauduleux » en ces termes :

On ne peut qu’applaudir à un aussi noble dessein, et, en fait, le recueil que nous offre Dom Leclercq se distingue avantageusement par sa rigueur scientifique et sa méthode critique de la plupart des livres hagiographiques destinés aux âmes pieuses.

  • 105 Dom H. Leclercq, L’Afrique chrétienne, Paris, 1904, in RIP, 47 (1904), p. 272.

66L’approbation appuyée de F. Cumont semble une manière à peine voilée de condamner les approches trop dogmatiques et trop peu scientifiques du christianisme comme phénomène historique. L’Afrique chrétienne de Dom Leclercq suscite des louanges analogues, aussi subtilement allusives105 :

L’auteur, qui définit l’histoire « la science des développements successifs de l’esprit humain » n’est pas loin de lui donner la primauté sur toutes nos autres connaissances (préf. p. xix), et la haute idée qu’il se fait de sa mission, l’anime d’un zèle infatigable pour la remplir.

67Sur ces nobles considérations concernant le rôle de l’histoire, nous pouvons conclure en soulignant le fait que les comptes rendus, qui pourraient sembler des productions de circonstance par excellence, livrent, on l’a vu, une série de paramètres constants et d’enseignements tout autre que négligeables sur les convictions méthodologiques de F. Cumont, confirmant en tout cas l’originalité de sa position dans le panorama des sciences historiques de l’époque.

Notes

1 Cf. d’abord le premier tome de sa correspondance scientifique : C. Bonnet (éd.), La correspondance scientifique de Franz Cumont conservée à l’Academia Belgica de Rome, Bruxelles-Rome 1997, passim ; voir aussi EAD., De l’histoire religieuse à l’histoire des religions. Les relations de Franz Cumont avec quelques historiens des religions, in A. Rousselle (éd.), Franz Cumont et la science de son temps. Actes de la Table Ronde de Pans, 5-6 déc. 1997, in MEFRIM, 111 (1999), p. 553-575 ; Franz Cumont et les risques du métier d’historien des religions, in Hieros, 5 (2000), p. 12-29 ; Franz Cumont et l’art érotique, in DHA, 26 (2000), p. 77-97 ; Les rapports intellectuels entre Ml. Rostovtzeff et F. Cumont à la lumière de leur correspondance, in Actes du Colloque « M.I. Rostovtzeff », Paris, mai 2000, sous presse.

2 Ce projet est promu par le Fonds pour la Recherche Fondamentale Collective du Ministère de la Recherche Scientifique et de l’Enseignement supérieur de la Communauté française de Belgique, sous la supervision de l’Université de Liège, en la personne d’André Motte. Sans son intérêt et ses efforts constants et bienveillants, ce projet n’aurait jamais été mené à bien. C’est donc un plaisir pour moi de lui rendre un hommage aussi sincère qu’affectueux.

3 A. Motte et C. Bonnet (éds), Bruxelles-Rome 1999 ; la contribution d’A. Motte porte le titre de La notion de syncrétisme dans l’œuvre de Franz Cumont, p. 21-42, en part. p. 28-29. On consultera aussi sa contribution intitulée En relisant Lux Perpetua, in Franz Cumont et la science de son temps (cit. n. 1), p. 507-524. À propos de l’usage de « syncrétisme », on relèvera trois attestations du terme dans les comptes rendus de F. Cumont, in RBPh, 6 (1927), p. 459 ; RBPh, 16 (1937), p. 320 ; RBPh, 22 (1943), p. 344.

4 C. Bonnet, art. cit. (n. 1).

5 En 1930, il parle de son « innake dislike for any ‘theorization’ on history » ; M.I. Rostovtzeff, The Decay of the Ancient World and its Economic Explanations, in EcHR, 2 (1930), p. 197-214, en part. p. 197 ; cf. P.G. Michelotto, La riflessione storico-economica di M.I. Rostovtzeff : il « caso » delTEgitto ellenistico-romano, Milan, 1999, p. 10-11.

6 Voir notamment Textes et Monuments figurés relatifs aux Mystères de Mithra, Bruxelles, 1894-99, p. ix-xiii ; Les religions orientales dans le paganisme romain, Paris, 19294, p. Vii-xvi ; Recherches sur le symbolisme funéraire des Romains, Paris, 1942, p. i-iv et Lux Perpetua, Paris, 1949 (posthume), p. 1-12.

7 F. Cumont, L’Histoire des Religions, in Le Flambeau, 18 (1935), p. 291-294.

8 On sent bien, par exemple, l’amitié de F. Cumont pour J. Bidez dans le CR de Deux versions grecques inédites de la vie de Paul de Thèbes, Gand 1900, in RIP, 44 (1901), p. 339-341, où il défend vigoureusement Bidez contre les attaques de l’abbé Nau. De même le compte rendu des Forschungen zu Ephesos veröffentlicht vom Oesterreichischen archäologischen Instituts, Vienne, 1906, in RIP, 50 (1907), p. 317-320, est un vibrant hommage à la mémoire d’Otto Benndorf, mort peu avant à 68 ans, et qui avait été son maître à Vienne : « On subissait au premier contact l’ascendant de cette personnalité éminente, où tout révélait une énergie calme et consciente de son but, unie à une bienveillance dévouée, dont ses élèves ont souvent éprouvé la sincérité. » Pour l’apport du genre à la connaissance historiographique, cf. A. Mastrogregori (éd.), La recensione. Origini, splendori e declino della critica storiografica, Pise/Rome, 1997 (– Storiografia, 1).

9 Paru in ANSP, s. III, 3 (1973), p. 1047-1094, où l’on trouvera des pages très intéressantes sur l’apport des recensions à la connaissance de l’homme et de l’historien De Sanctis et sur la valeur instructive de leur lecture (notamment p. 1056-1057). La tâche était facilitée par le fait que le dernier volume double des Scritti Minori 6 : Recensions, cronache e commenti de De Sanctis, Rome, 1972, contient toutes ses recensions. On notera que L. Polverini relève chez De Sanctis la même propension à préférer les « concreti problemi di ricostruzione ed interpretazione » aux questions conceptuelles : « oltre le formule la complessità della vita reale » (p. 1064-1065).

10 Depuis 1997, nous avons entrepris, Anne-Laure Vignaux (ex-bibliothécaire de lAcademia Belgica) et moi, de rassembler à Rome une collection complète des œuvres de Cumont : monographies, articles, entrées de dictionnaires et d’encyclopédies, comptes rendus. Au terme de ce travail, que nous espérons terminer d’ici peu, nous dresserons une nouvelle bibliographie des travaux de Cumont. En attendant, on consultera le Liber Memorialis de l’Université de Gand 1913-1960, Gand, 1960, p. 103-112 (sans les comptes rendus) et la liste des publications parue en 1936 dans les Mélanges Cumont, Bruxelles, AIPHOS IV, p. Vii-xxxi, mais qui contient des erreurs et n’est pas tout à fait complète.

11 F. Cumont, Philonis de aeternitate mundi, Berlin, 1891.

12 À propos de l’allemand, j’épingle dans le CR du IVe fascicule de la RE, in RIP, 40 (1897), p. 113, le vœu que ne soient pas trop nombreuses les rubriques en allemand !

13 J’aime à relever le long CR du Carteggio tra Mario Minghetti e Giuseppe Pasolini per cura di Guido Pasolini, vol. I (1846-1854), Turin, 1924, in RBPh, 4 (1925), p. 543-546, qui dénote l’intérêt de F. Cumont pour les carteggi, correspondances scientifiques ou politiques, et où il parle, entre autres, d’une « correspondance, enrichie de notes précieuses par les soins pieux de son éditeur »... !

14 Sur ce retrait de F. Cumont par rapport aux « courants théoriques de son temps », cf. la riche Introduction d’Aline Rousselle, dans Franz Cumont et la science de son temps (cit. n. 1), p. 501-506. Voir aussi dans les mêmes Actes, F. Laplanche, L’histoire des religions en France au début du xxe siècle, p. 623-634.

15 CR in RPh, 16 (1892), p. 79.

16 CR in RPh, 17 (1893), p. 194-197, en part. p. 195.

17 Un des auteurs les plus cités comme point de référence, dans une série de domaines, mais en particulier pour les questions de droit et d’institutions du monde romain, est logiquement Theodor Mommsen ; quand F. Cumont souligne un oubli, un manque, c’est souvent par référence à un ouvrage de Mommsen.

18 Livre paru à Leipzig en 1928 ; CR in RBPh, 7 (1928), p. 1522-1524.

19 Et il ajoute : « si elle conduit jusqu’au terme ce Suidas auquel elle a consacré sa vie, ce sera sans doute l’œuvre philologique la plus importante que jamais femme ait accomplie. »

20 Ou, à l’inverse, l’insuffisance du commentaire qui accompagne les planches, comme dans le CR de la Cambridge Ancient History, vol. II of plates, Cambridge, 1928, in RBPh, 1 (1928), p. 1588-1589.

21 CR d’Anton Springer, Handbuch der Kunstgeschichte, 12e éd., t. V, Leipzig, 1925, in RBPh, 5 (1926), p. 698-699, en part. p. 699. L’extrême qualité – F. Cumont n’hésite pas à parler de « perfection » – des illustrations qui accompagnent la série italienne Monu-menti della pittura antica, dirigée par G.E. Rizzo, est soulignée dans de nombreux comptes rendus dans RBPh et dans AC.

22 CR d’Anton Springer, Handbuch der Kunstgeschichte, 12e éd., t. II-IV, Leipzig, 1923-24, in RBPh, 4 (1925), p. 223-226, en part. p. 225. F. Cumont souligne souvent le fait que les progrès des techniques permettent une fidélité majeure aux documents originaux, ce qui augmente la « valeur documentaire ».

23 CR de la Cambridge Ancient History, t. I, vol. of plates, Cambridge, 1927, in RBPh, 7 (1928), p. 208-209, en part. p. 208, où il ajoute : « L’illustration des livres scientifiques n’est point une vaine parure, elle fournit un complément nécessaire d’informations. »

24 Introduction de la Storia economica e sociale del mondo ellenistico, Firenze, 1966, p. xiii. Sur ce point de convergence entre F. Cumont et M.I. Rostovtzeff, cf. Bonnet, art. cit. (n. 1), à paraître.

25 CR de Nicola Turchi, Storia delle religioni, Turin s.d., in RBPh, 1 (1922), p. 562-563.

26 J’ai indiqué ailleurs, Correspondance, p. 362, que F. Cumont devait tenir d’H. Diels ce souci de la qualité de l’index.

27 CR de Theodor Wiegand, Palmyra, Berlin, 1932, in RBPh, 12 (1933), p. 724-726, en part. p. 725.

28 Cf., par exemple, le CR de P.V.C. Baur & M.I. Rostovtzeff, The Excavations at Dura-Europos, Preliminary Report of the Second Season Work (1928-1929), New Haven, 1931, in RBPh, 11 (1932),-p. 234-236, ou celui du rapport des VIIe et VIIIe campagnes (1933-35), publié en 1939, in RBPh, 20 (1941), p. 696-700. F. Cumont rend aussi compte de ce volume in AC, 9 (1940), p. 206-209.

29 CR d’Anton Springler, Handbuch der Kunstgeschichte, tome I, Das Altertum, 12e éd. par Paul Wolters, Leipzig, 1923, in RBPh, 3 (1924), p. 944-946.

30 CR de Jean Bayet, Les origines de l’Hercule romain, Paris, 1926 et Herclé. Étude critique des principaux monuments relatifs à l’Hercule étrusque, Paris, 1926, in RBPh, 6 (1927), p. 899-900, en part. p. 899.

31 CR de la Cambridge Ancient History, t. I (2e éd.) et II, Cambridge, 1924, in RBPh, 5 (1926), p. 175-181, en part. p. 181.

32 CR de la Cambridge Ancient History, t. XII, volume of plates, Cambridge, 1939, in RBPh, 18 (1939), p. 1014-1017, en part. p. 1014.

33 Paru à Paris en 1941, CR in AC, 11 (1942), p. 145-147.

34 Sur l’itinéraire historiographique de l’Altertumswissenschaft et les chassés-croisés entre « crédulité » et « hypercritique », cf. E. Gabba, Cultura classica e storiografia moderna, Bologne, 1995.

35 Il note toutefois, dans son CR de la Pauly’s Realencyclopädie der classischen Altertumswissenschaft, vol. I, Stuttgart 1894, in RIP, 38 (1895), p. 16-18, en part. p. 16 que « La mémoire individuelle est de moins en moins capable d’embrasser l’ensemble des faits établis, mais à cette nécessité fâcheuse, qui s’impose de plus en plus, d’ignorer beaucoup de choses connues, la facilité croissante d’information doit servir de remède. »

36 CR de Giulio Emanuele Rizzo, Intermezzo. Nuovi studi archeologici su le monete greche della Sicilia, Rome, 1939, in AC, 8 (1939), p. 487-489, en part. p. 488. Sur les rapports entre Cumont et Rizzo, voir Bonnet, Correspondance, p. 414.

37 CR, in RBPh, 6 (1927), p. 923-924, en part. p. 924.

38 CR de Guillaume de Jerphanion, Mélanges d’archéologie anatolienne, Beyrouth, 1928, in RBPh, 9 (1930), p. 670-672.

39 Je me réfère ici à une expression de F. Cumont dans une lettre de novembre 1938 à M. Rostovtzeff, à propos de F.M. Herchelheim : « il est d’une érudition effrayante ; mais mal digérée et sans idée directrice. À force de citer le Talmud, l’auteur a pris une mentalité de Talmudiste. »

40 CR de Francis Haverfield, The Roman Occupation of Britain, Oxford, 1924, in RBPh, 3 (1924), p. 360-362.

41 CR de la Cambridge Ancient History, vol. I (2e éd.) et II, Cambridge, 1924, in RBPh, 5 (1926), p. 175-181, en part. p. 178.

42 CR in RBPh, 7 (1928), p. 658-659. Sur les rapports entre les deux hommes, cf. infra, p. 330-331.

43 Il pourrait faire allusion ici aux débats sur la nature de l’économie antique liés à la célèbre controverse Bücher-Meyer et aux travaux de Max Weber (des thématiques récemment reprises par M.I. Finley). Sur ces questions et l’interminable bibliographie qui s’y rapporte, cf. Michelotto, op. cit. (n. 5), p. 18-21.

44 Expression qui figure dans le CR de Pierre Lambrechts, Contributions â l’étude des divinités celtiques, Bruges, 1942, in RBPh, 22 (1943), p. 342-345, en part. p. 342.

45 Sur ces questions, voir C. Bonnet, Franz Cumont et l’exégèse iconographique, in Hieros, 2 (1997), p. 21-30.

46 CR de Lambrechts, art. cit. (n. 43), p. 344.

47 Cf. les critiques exprimées par A.D. Nock dans son CR du Symbolisme funéraire chez les Romains, intitulé Sarcophagi and Symbolism, in AJA, 50 (1946), p. 14-170 et celles de P. Veyne, dans Histoire de la me privée. I. De l’Empire romain à l’An Mil, Paris, 1985, p. 221-222.

48 Voir, à cet égard, le CR d’Andreas Alföldi, Die Kontorniaten, Budapest/Leipzig, 1943, in RBPh, 23 (1944), p. 494-496.

49 CR paru in RIP, 51 (1908), p. 391-392.

50 CR de la Cambridge Ancient History, vol. I (2e éd.) et II, Cambridge, 1924, in RBPh, 5 (1926), p. 175-181. La métaphore naît dans un contexte significativement égyptien.

51 CR de René Dussaud, La Lydie et ses voisins aux hautes époques, Paris, 1930, in RBPh, 9 (1930), p. 1006.

52 Dans son CR des Forschungen zu Ephesos, in RIP, 50 (1907), p. 318, il parle d’une « résurrection du passé, que nous attendons des fouilles entreprises en Orient par toutes les nations civilisées ».

53 À cet égard, le CR de Théodore Reinach, Mithridate Eupator, roi du Pont, Paris, 1890, in RIP, 35 (1892), p. 124-126, qui souligne l’indigence des documents relatifs au royaume du Pont, semble marquer le premier moment d’une prise de conscience qui porta F. Cumont à parcourir à cheval cette lointaine province de Turquie.

54 CR in RBPh, 7 (1928), p. 712-713 Sur les rapports entre les deux hommes et ce document en particulier, voir Bonnet, art. cit. (n. 1-1999), p. 553-575.

55 CR de la Cambridge Ancient History, t. XI, volume of plates, Cambridge, 1936, in RBPh, 16 (1937), p. 264-266, en part. p. 264 n. 1.

56 Cf. aussi son CR de Georges Radet, Alexandre le Grand, Paris s.d., in RBPh, 10 (1931), p. 1135, où il confirme cette évaluation et qualifie l’expédition d’Alexandre d’ » imbattable performance sportive, qui pourra passionner tous ceux qui admirent l’audace et l’endurance de l’animal humain ».

57 D’où quelques légères divergences de vue avec M. Rostovtzeff, moins enclin que son ami à concevoir un Orient profondément hellénisé. Cf. G. Bongard-Levin, Yu. Litvi-Nenko, C. Bonnet, A. Marcone, Aperçu préliminaire de la correspondance entre Franz Cumont et Mikhail Rostovtzeff, in BHIBR 70 (2000), p. 349-412.

58 CR de la Cambridge Ancient History, t. VII, Cambridge, 1928, in RBPh, 8 (1929), p. 602-605.

59 Franz De Ruyt, Charun, démon étrusque de la mort, Bruxelles, 1934, in RBPh, 14 (1935), p. 181-182, en part. p. 182.

60 F. Cumont signale, en conclusion de cette recension, que le volume inaugure une nouvelle série de publications de l’Institut historique belge de Rome consacrée à la philologie, l’archéologie et l’histoire ancienne. « Souhaitons qu’il soit bientôt suivi de plusieurs autres œuvres d’une méthode aussi sûre et d’un contenu aussi substantiel », ajoute-t-il. Il ignorait que sa correspondance scientifique, notamment avec Fr. De Ruyt, serait un jour publiée précisément dans cette collection !

61 CR de la Cambridge Ancient History, t. XII, volume of plates, Cambridge, 1939, in RBPh, 18 (1939), p. 1014-1017, en part. p. 1015, n. 1.

62 A. Dieterich, Nekyia. Beiträge zur Erklärung der neuentdeckten Petrusapokalypse, Leipzig 1893, in RPh, 18 (1894), p. 199-200. Sur A. Dieterich, beau-fils d’Usener, cf. Bonnet, Correspondance, p. 53, η. 162 ; 77-78. Notons qu’alors F. Cumont avait à peine 26 ans.

63 Volume paru à Paris-Bordeaux en 1936 : CR in RHR, 116 (1937), p. 224-225. F. Cumont avait néanmoins une haute estime de P. Boyancé : cf. Bonnet, Correspondance, p. 126-127.

64 Paru à Paris en 1904 : CR in RIP, 48 (1905), p. 196-198.

65 CR de BaurRostovtzeff, art. cit. (n. 28), p. 236.

66 CR de la Cambridge Ancient History, vol. I (2e éd.) et II, Cambridge, 1924, in RBPh, 5 (1926), p. 175-181, en part. p. 180.

67 CR de BaurRostovtzeff, art. cit. (n. 28), p. 234, n. 1.

68 Paru à Giessen en 1904 : CR in RIP, 47 (1904), p. 27.

69 CR de Joseph Kroll, Gott und Hölle. Der Mythus vom Descensuskampfe, Leipzig, 1932, in RBPh, 12 (1933), p. 264-265, en part. p. 265.

70 CR in Syria, 3 (1922), p. 261-262.

71 On rappellera ici le passage d’une lettre de Wilamowitz à Nilsson (12 janvier 1922) où est formulé un jugement sur Cumont et Reitzenstein : « Den Synkretismus würde ich ganz zurückgestellt haben, lediglich als etwas Fremdes, Feindliches, und nur die Agonie des Falles kurz beleuchtet. Cumont ist in vielem ein guter Führer, den Folgerungen von Reitzenstein mistraue ich durchaus. » Cf. A. Bierl, W.M. Calder III, « Instinct against Proof », in Eranos, 89 (1991), p. 73-91.

72 Il lui dédie ses Recherches sur le symbolisme funéraire des Romains, parues en 1942. Elle s’occupera de l’édition posthume de Lux Perpetua avec Louis Canet : cf. Bonnet, Correspondance, p. 51. Le CR se trouve in RBPh, 18 (1939), p. 1049-1051.

73 CR d’Anton Springer, Handbuch der Kunstgeschichte, t. V, Leipzig, 1925, in RBPh, 5 (1926), p. 698-699, en part. p. 699.

74 CR de la Cambridge Ancient History, t. VIII, Cambridge, 1930, in RBPh, 10 (1931), p. 1138-1141, en part. p. 1140.

75 Cf. Michelotto, op. cit. (n. 5), p. 36.

76 CR de Grant Showerman, Rome and the Romans, New York/Londres, 1931, in RBPh, 12 (1933), p. 225.

77 CR de Michel Rostovtzeff [Rodtovtzev dans le texte !], Storia economica e sociale dell’impero romano, Florence, 1933, in RBPh, 12 (1933), p. 1164-1165. Sur cette traduction/ édition, cf. A. Marcone, Un inedito di M. Rostovtzeff sulle cause della caduta dell’impero romano, in Historia, 48 (1999), p. 254-256. F. Cumont lui-même souligne le fait que le volume a été considérablement enrichi : « cette traduction est en réalité une édition nouvelle. »

78 CR de Jérôme Carcopino, Sylla ou la monarchie manquée, Paris, 1931, in RBPh, 11 (1932), p. 236-237, en part. p. 237.

79 CR de G. De Jerphanion, Une nouvelle province de l’art byzantin. Les églises rupestres de Cappadoce, tome II, deuxième partie, Paris, 1942, in RBPh, 22 (1943), p. 396-400, en part. p. 400.

80 CR de Nicola Turchi, Storia delle religioni, Turin s.d., in RBPh, 1 (1922), p. 562-563. F. Cumont parle encore de « science, qui éveille en Italie un intérêt toujours croissant » à propos de R. Pettazzoni, La religione di Zarathustra nella storia religiosa dell’Iran, Bologne, 1921, in RHR, 85 (1922), p. 80-81. Cf. N. Spineto, L’histoire des religions en Italie entre la fin du xixe siècle et le début du xxe siècle, in Rousselle, op. cit. (n. 1), p. 599-609.

81 CR de Nicolaus Turchi, Fontes historiae mysteriorum aevi hellenistici, Rome, 1923, in RBPh, 4 (1925), p. 748-749.

82 Le recours à cette expression – et non à « histoire des religions » –, dans le présent contexte, me semble très significative : cf. Bonnet, art. cit. (n. 1-1999), p. 553-575.

83 CR de Vittorio Macchioro, Zagreus. Studi sull’orfismo, Bari, 1920 et de Domenico Comparetti, Le nozze di Bacco ed Arianna, Florence s.d., in RHR, 85 (1922), p. 83-85. Sur la personnalité complexe et inquiétante de V. Macchioro, cf. R. Di Donato, I Greci selvaggi. Antropologia storica di Ernesto De Martino, Rome, 1999.

84 Sur ce courant occultiste et son rejet par F. Cumont, cf. A. Rousselle, Introduction, in Franz Cumont et la science de son temps, p. 501-506, en part. p. 505.

85 CR in RHR, 85 (1922), p. 85-88.

86 R. MacMullen, Paganism in the Roman Empire, New Haven/Londres, 1981, p. 116-117.

87 Cf. Bonnet, Correspondance, p. 457-459. Cette confrontation entre les deux savants méritera d’être approfondie dans une étude à venir.

88 RHR, 66 (1912), p. 125-129.

89 RHR, 85 (1922), p. 88-91.

90 De manière significative, Toutain, appuyé par Cagnat, fut le principal adversaire de Loisy, candidat plus apprécié des comparatistes, pour la chaire d’histoire des religions au Collège de France en 1909. Cf. Laplanche, art. cit. (n. 14), p. 632-634.

91 Il existe une intéressante correspondance bilatérale entre les deux hommes (à l’Academia Belgica de Rome et au Lincoln College d’Oxford) que je compte publier intégralement prochainement. Sur leurs rapports, voir Bonnet, art. cit. (n. 1-1999), p. 553-575.

92 CR de J. Frazer, La Crainte des morts dans la religion primitive, t. III, Paris, 1937, in RBPh, 18 (1939), p. 211-212, en part. p. 211.

93 CR de James George Frazer, L’homme, Dieu et l’immortalité, Paris, 1928, in RBPh, 7 (1928), p. 1180-1181.

94 CR de Raffaele Pettazzoni, La confessione dei peccati. Parte prima, Bologne, s.d., in RBPh, 8 (1929), p. 1292-1293. Dans ce compte rendu, comme du reste dans un certain nombre de ceux qui portent la signature de F. Cumont, on trouve pas mal d’erreurs typographiques, peut-être parce que la revue ne prenait pas le soin de soumettre pour correction, à son auteur, les textes des recensions, et ce d’autant que F. Cumont résidait en France ou en Italie.

95 CR de Raffaele Pettazzoni, La confessione dei peccati, t. III, Bologne, 1936, in RBPh, 15 (1936), p. 1104-1106.

96 Cf. D. Sabbatucci, Presentazione, in R. Pettazzoni, I misteri : saggio di una teoria storico-religiosa, Cosenza, 1997.

97 Aux pages VIII-XI. Sur ces questions, cf. Bonnet, an. cit. (n. 1-Hieros), p. 12-29.

98 CR de Nicola Turchi, Storia delle religioni, Turin, 1922, in RBPh, 1 (1922), p. 562-563. En revanche dans son CR de Nicola Turchi, Le religioni misteriosofiche nel mondo antico, Rome, 1923, in RHR, 87 (1923), p. 283-284, il regrette que l’auteur ait exclu la question de la compénétration de ces mystères à l’époque hellénistique et celle de leurs rapports avec la philosophie et avec le christianisme.

99 Ou plus exactement : de moins en moins souvent, car, au début de sa carrière, le monde chrétien antique était assez présent : Philon comme précurseur du christianisme, les inscriptions chrétiennes, les formules de conversion, le grec du Nouveau Testament et l’influence du judaïsme alexandrin...

100 CR de Cambridge Ancient History, t. V-VI, Cambridge, 1927, in RBPh, 6 (1927), p. 852-855, en part. p. 854.

101 CR de Theodor Klauser et alii, Reallexikon für Antike und Christentum, Fasc. 1, Leipzig, 1941, in AC, 11 (1942), p. 188-189.

102 Fr. Laplanche, De Loisy à Guignebert, in De Renan à Marrou, Lille, 1999, ρ 55-68.

103 J’ai développé ce point dans Hieros (art. cit. [n. 1]), où j’envisage notamment les rapports de F. Cumont avec M.-J. Lagrange.

104 Paru à Paris en 1902 : CR in RIP, 45 (1902), p. 249.

105 Dom H. Leclercq, L’Afrique chrétienne, Paris, 1904, in RIP, 47 (1904), p. 272.

Auteur

Universités de Liège et de Cosenza, Institut biblique pontifical, Rome
Via Sorelle Tetrazzini, 47c/905
I – 00139 Roma

© Presses universitaires de Liège, 2001

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter