Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Kêpoi

 | 
Edouard Delruelle
, 
Vinciane Pirenne-Delforge

Le discours de Sarpédon à Glaukos au chant XII de l'Iliade ou l’exposé d'un contrat social

Paul Wathelet

Texte intégral

  • 1 P. Wathelet, Dictionnaire des Troyens de l’Iliade, Univ. de Liège, Bibl. de la Fac. de Phil. et Let (...)
  • 2 P. Wathelet, Dict, des Troyens, p. 975-976.
  • 3 Φ 332 || Ξάνθον δινήεντα, Ξ 434 = Φ 2, Ω 693 11 Ξάνθου δινήεντος, Φ 15 Ξάνθου βαθυδινήεντος || (dan (...)
  • 4 L’intervention de Sarpédon suit celle, beaucoup plus brève, du Thrace Akamas (E 464-469), qui va da (...)
  • 5 Cf. M 101-104. – Pour un argument du même genre relatif aux alliés venus de loin dans la bouche de (...)

1Sarpédon est, dans l’Iliade, un curieux personnage1. Son nom est dépourvu d’étymologie en grec2, il s’agit très probablement d’un anthroponyme préhellénique. Le héros apparaît à plusieurs reprises dans le poème. Dans le Catalogue Troyen (B 876-877), il commande le dernier contingent mentionné, celui des Lyciens, en compagnie de Glaukos. Le poète insiste sur le fait qu’ils viennent de la lointaine Lycie, des bords du « Xanthe tourbillonnant »3, l’expression est formulaire, mais le nom de Xanthos, « le jaune, le blond » est aussi une appellation du Scamandre en Troade. Cités les derniers, les Lyciens sont les alliés de Priam qui sont venus du plus loin. C’est sur ce fait qu’au chant V, lors de l’aristie de Diomède, Sarpédon s’appuie pour adresser de vifs reproches à Hector4 pour son manque d’énergie, alors que lui-même, qui se bat avec courage, a laissé au pays sa femme, son jeune fils et tous ses biens. Si Hector et les siens ne réagissent pas, leur ville sera bientôt saccagée. Il devrait supplier ses alliés de lui rester fidèles et de ne pas mériter un tel blâme. Les mots de Sarpédon « mordent » Hector, qui se précipite au combat. En face d’Hector, qui est, de fait, le chef des Troyens, Sarpédon apparaît comme doté d’une grande autorité. Son intervention est argumentée et il se présente comme le porte-parole de l’ensemble des alliés de Priam. On le retrouvera plus loin dans le même rôle5.

  • 6 À l’inverse de Sarpédon, Tlèpolème porte un nom grec (H. von Kamptz, Homerische Personennamen. Spra (...)
  • 7 Il lui dit « ’Ατρεΐδη κύδιστε, ϕιλοκτεανώτατε πάντων » (Α 122).
  • 8 Ε 180 = Ρ 485 ; Ν 463 ; ʏ 83 || Αἰνεία, Τρώων βουληϕόρε ... et Ν 219 ; 255 || Ἰδομενεῦ, Κρητῶν βουλ (...)
  • 9 Cf. P. Wathelet, Dict, des Troyens, n° 13 Αἰνείας, p. 179-235. Tant au chant V qu’au chant XX, ce q (...)
  • 10 Voir spécialement N 206-239 et 424-445.

2La mêlée se déchaîne de plus belle et un peu après, dans le même chant, Sarpédon affronte Tlèpolème6, le chef du contingent rhodien. Tlèpolème est fils d’Héraklès et, par conséquent, petit-fils de Zeus. Au moment où les deux adversaires se rencontrent, Homère signale pour la première fois que Sarpédon est fils de Zeus, en soulignant qu’un fils et qu’un petit-fils du Cronide vont se combattre. Selon l’usage, avant d’en venir aux coups, les deux adversaires s’affrontent en paroles : Tlèpolème parle le premier. Il s’adresse à Sarpédon en l’appelant Σαρπῆδον, Λυκίων βουληϕόρε. L’épithète βουληϕόρος est flatteuse et elle s’oppose à la suite du discours de Tlèpolème, mais ceci ne doit pas étonner : les héros s’adressent les uns aux autres en accompagnant le nom de leur interlocuteur d’épithètes flatteuses, ce qui ne les empêche pas toujours de les agonir ensuite d’injures. C’est notamment ce que fait Achille à Agamemnon au premier chant de l’Iliade au début de la scène de la dispute7. L’épithète de βουληϕόρος « qui porte conseil » est également appliquée à Énée et à Idoménée8 dans une expression formulaire analogue. Le premier, fils d’Aphrodite, est plus marqué par son ascendance divine et son côté religieux que par ses hauts faits guerriers, ce qui le rapproche de Sarpédon9. Quant à Idoménée, chef des Crétois, il est petit-fils de Minos, c’est un homme d’un certain âge, protégé par Poseidon10.

  • 11 Déjà A. Severyns, Homère. Le poète et son œuvre, Bruxelles, 1946, p. 55-60. –Cf. aussi P. Wathelet, (...)

3Les vers qui contiennent un génitif pluriel suivi de βουληϕόρε ont pour coupe principale la diérèse bucolique ; or, encore que la chose soit très difficile à démontrer, il semble qu’un tel usage caractérise la phase de composition éolienne et même éolienne orientale de la composition formulaire. Ce serait là l’indice d’un emploi assez récent11.

  • 12 La première partie de E 635 ψευδόμενοι δέ σέ ϕασι n’est pas formulaire.
  • 13 Cf. P. Wathelet, Héraklès, le monstre de Poseidon et les chevaux de Tros, in Kernos, suppl. 7 (1998 (...)

4Poursuivant son discours, Tlèpolème reproche à Sarpédon de se dérober au combat, il l’accuse de lâcheté et annonce qu’il va le massacrer. Les propos seraient relativement banals s’ils ne comportaient deux indications intéressantes. Petit-fils de Zeus, Tlèpolème met en doute le fait que Sarpédon soit fils du Cronide12, on verra que la remarque n’est pas sans portée. Tlèpolème évoque ensuite son père Héraklès, qui, avec seulement six vaisseaux, s’est emparé de la Troie de Laomédon13. Venant d’un Héraclide, le rappel de la première prise de Troie est justifié. La réponse de Sarpédon (E 648-654) est marquée par la mesure et le sens de la justice en ce qui concerne Laomédon : ce dernier a agi avec folie (E 649, ἀϕραδίῃσιν), il a adressé des reproches à son bienfaiteur et lui a refusé ce qu’il lui avait promis auparavant. D’être allié des Troyens n’empêche pas Sarpédon de juger le père de Priam avec sévérité. À son tour, le roi des Lyciens se déclare prêt à expédier Tlèpolème dans le royaume d’Hadès.

  • 14 Ἴλιον ἱρήν : fin de E 648, comme en Δ 416 ; H 82 ; 413 ; 429 ; A 196 = O l69 ; N 657 ; P 193 ; Σ 27 (...)

5Aux discours succède le duel : Sarpédon frappe son adversaire au cou et le tue, mais Tlèpolème avait atteint le roi des Lyciens à la cuisse gauche. Bien que grave, la blessure n’est pas mortelle, Zeus a protégé son fils (... πατὴρ δ’ ἔτι λοιγὸν ἄμυνεν, Ε 662). Le récit du combat contient certes quelques formules ou éléments formulaires, mais pas en plus grand nombre que d’autres passages analogues et aucun archaïsme qui lui soit propre14.

  • 15 Il s’agit de Κοίρανoς, Ἀλάστωρ, Xρμίος, Ἄλκανδροs, Ἅλιος, Νοήμων et Πρύτανις. Alastor, Chromios, Al (...)
  • 16 Le texte lui-même souligne le fait : E 693 εἷσαν ὑπ’ αἰγιόχοιο Διὸς περικαλλέϊ ϕηγῷ – αἰγιόχοιο Διό (...)
  • 17 Sur ce curieux personnage, à certains égards proches des géants, voir P. Wathelet, Dict. des Troyen (...)

6Dans la suite de l’œuvre, Homère ne manque pas une occasion de souligner que Sarpédon est fils de Zeus. Voyant que ses compagnons emportent Sarpédon blessé, Ulysse se demande s’il va tuer Sarpédon, Διός υἱὸν (E 675), mais son destin n’était pas là. Athéna, qui veille sur son protégé, le détourne du roi et le conduit à abattre une série de Lyciens, simples figurants au nom grec et dont plusieurs sont sans doute repris à d’autres aventures d’Ulysse15. Pour le soulagement de Sarpédon, appelé de nouveau Αιὸς υἱός (Ε 683), Hector intervient et arrête Ulysse. Le blessé supplie Hector de ne pas le laisser à terre, comme proie offerte aux Danaens. Hector se lance au combat, tandis que les compagnons de Sarpédon le couchent sous un très beau chêne, arbre consacré à Zeus16. Pélagon17 soigne Sarpédon, qui s’évanouit, mais le souffle de Borée le ranime. L’épisode du combat de Sarpédon et de Tlèpolème est longuement décrit, encore qu’aucun des deux adversaires n’en tire de gloire. Tlèpolème meurt et Sarpédon est gravement blessé, mais le passage a souligné le lien du héros avec son père Zeus.

  • 18 C’est à ce moment que Diomède évoque l’aventure de Lycurgue (Z 128-141) qui avait poursuivi Dionyso (...)

7Au chant VI se situe la rencontre de Glaukos et de Diomède. Ce dernier interroge Glaukos sur son identité, il craint d’avoir affaire à un immortel (Z 128)18. Après une remarque quelque peu désabusée sur les humains qui naissent et passent comme les feuilles, Glaukos, qui, lui, connaît Diomède, se présente, lui-même et ses ancêtres. Fils d’Éole, Sisyphe eut pour fils à Éphyre un premier Glaukos, le père de Bellérophon. Il raconte l’histoire de Belléro-phon. Après des aventures et des exploits, celui-ci s’installe en Lycie, épouse la fille du roi qui lui donne trois enfants : Isandre, Hippoloque et Laodamie. Zeus a séduit Laodamie et de leur union est né Sarpédon. Bellérophon s’est ensuite attiré la haine des dieux : Arès lui a tué son fils Isandros lors d’un combat contre les Solymes, et, en colère, Artémis a abattu Laodamie.

  • 19 On ne voit pas dès lors pourquoi Sarpédon a le pas sur Glaukos. Les Anciens s’étaient déjà posé la (...)

8Quant à Hippolochos, il fut le père de lui-même, Glaukos. Ainsi est expliqué que Sarpédon soit fils de Zeus et qu’il se trouve associé à Glaukos puisqu’ils sont tous deux cousins germains19.

  • 20 Astéropaios, chef des Péoniens, dont la valeur est soulignée, sera tué par Achille (Φ 139-199). Il (...)

9Au chant XII (M 88-104), les combattants troyens se répartissent en cinq groupes pour se lancer à l’assaut du rempart achéen : le premier est dirigé par Hector, Poulydamas et Cébrion, le second par Pâris, Alkathoos et Agénor, le troisième par Hélénos, Déiphobe et Asios, fils d’Hyrtakos, le quatrième par Énée, Archiloque et Akamas (les deux derniers sont des Anténorides) et enfin le cinquième par Sarpédon, qui dirige l’ensemble des alliés des Troyens, confirmant ainsi la position privilégiée qu’on a signalée plus haut. Sarpédon a pour seconds Glaukos et Astéropaios (M 101-102)20. Ainsi groupés, les Troyens attaquent le mur qui protège le camp des Achéens.

  • 21 Il y en avait déjà eu une plus brève dans le même passage (M 293) Les comparaisons sont fréquentes (...)

10Comme les Troyens, Sarpédon se prépare à l’assaut. Ils n’auraient pas enfoncé la porte si Zeus n’avait fait lever contre les Argiens, son fils Sarpédon (M 292-293). Ce dernier s’arme et la description de son armement est ponctuée par une comparaison (M 299-306)21. Au moment où il va passer à l’action, Sarpédon adresse à Glaukos une exhortation sur laquelle on va revenir.

  • 22 Ménesthée, fils de Pétéôs, dirige le contingent des Athéniens (B 546-556), ce n’est pas un combatta (...)
  • 23 Zeus lui-même a rendu légère la pierre qu’Hector brandit pour enfoncer la porte (M 450).

11Aussitôt après ce discours, les Lyciens se lancent à l’assaut de la partie du rempart défendue par Ménesthée22. Celui-ci appelle à l’aide les deux Ajax. Le fils de Télamon et Teukros interviennent. Ajax tue Épiklès, un compagnon de Sarpédon. D’une flèche, Teukros blesse Glaukos au bras, qui quitte le combat, tandis que Sarpédon tue Alkmaon, fils de Thestor (M 394-396), puis il saisit une portion du parapet, le tire à lui, le parapet cède et le mur est privé de ses défenseurs. Teukros frappe Sarpédon, mais Zeus écarte les Kères de son fils (M 402-403) Le combat reste incertain, jusqu’au moment où Hector intervient et enfonce la porte (M 453-465). Sans doute, dans toute cette scène, Sarpédon tient-il la vedette23, mais, finalement, c’est Hector qui emporte la décision.

  • 24 Sa mauvaise humeur et son hostilité à l’égard de Zeus sont constantes. Dès le premier chant, elle r (...)
  • 25 C’est ce que ferait Arès qui veut venger la mort de son fils Askalaphos, si Athéna ne l’arrêtait (O (...)
  • 26 D’une façon analogue, mais avec d’autres termes, Zeus fait pleuvoir une rosée sanglante à un moment (...)

12La mort de Sarpédon est très longuement racontée au chant XVI de l’Iliade (Π 419-568). Devant la menace que les Troyens font peser sur le camp et les vaisseaux achéens, Patrocle a obtenu d’Achille que celui-ci lui prête ses armes et l’autorise à mettre en fuite les Troyens. Patrocle fait des prouesses et Sarpédon, qui le voit dompter ses compagnons, apostrophe vivement ces derniers afin de les relancer au combat (Π 422-425), puis il saute de son char et se trouve en face de Patrocle qui fait de même. Tous deux sont comparés à des vautours (II 428-430). À les voir, Zeus est pris de pitié. Le destin de son cher fils Sarpédon est de périr dompté par Patrocle. Il se demande s’il ne va pas enlever Sarpédon pour le ramener en Lycie. Acariâtre comme ailleurs dans l’Iliade24, Héra s’indigne, elle fait remarquer que les autres dieux ont aussi des fils dans la bataille et qu’ils risquent d’intervenir pour les sauver25. Elle propose que Sarpédon soit tué par Patrocle, mais qu’ensuite son corps soit transporté en Lycie. C’est la solution à laquelle Zeus se rallie, non sans susciter une pluie de sang, signe sinistre (Π 459-460)26, qui illustre la tristesse qu’il éprouve devant la mort de son fils, qui va périr sous les coups de Patrocle, en Troade, loin de sa patrie (Π 453-461).

  • 27 La tradition hésite sur le nom de ce figurant : Θρασύμηλον, Θρασύμηδον, Θρασυμήδην ou Θρασύδημον. – (...)
  • 28 Faut-il rappeler que les chevaux d’Achille, Xanthos et Balios, sont immortels ? Xanthos sera même b (...)
  • 29 Apollon est le dieu qui guérit et qui purifie, comme il le fera pour le corps de Sarpédon ou comme (...)
  • 30 L’expression n’est guère justifiée par les prouesses guerrières toutes relatives de Sarpédon, mais (...)

13Le combat commence, Patrocle tue Thrasymélos, écuyer de Sarpédon27. Sarpédon s’élance sur lui avec sa pique, il manque Patrocle, mais atteint le cheval de volée de son char, Pédasos, qui meurt et s’abat dans la poussière. Automédon tranche ses rênes afin de libérer le char et les autres chevaux28. Le combat entre Patrocle et Sarpédon reprend. Sarpédon lance sa pique sur Patrocle, mais elle passe au-dessus de son épaule gauche. À son tour, Patrocle frappe, il blesse Sarpédon à « l’endroit où le péricarde enserre le cœur musclé ». Sarpédon s’écroule comme un grand arbre. Mourant, il appelle Glaukos et lui recommande de stimuler les Lyciens. Il espère que les siens lui éviteront d’être dépouillé de ses armes et il meurt. Patrocle retire sa pique de son corps, tandis que Glaukos, immobilisé par sa blessure, ressent un terrible chagrin. Il supplie Apollon de le guérir, ce qui se produit29, puis il exhorte les Lyciens à sauver le corps de Sarpédon, et il reproche à Hector de ne pas avoir protégé ses alliés. « Sarpédon est à terre, le chef des guerriers lyciens, le boulevard de la Lycie par sa justice et par sa force » (Π 541-542, trad. P. Mazon). La mort de Sarpédon consterne les Troyens, il était le « rempart de leur cité », ἕρμα πόληος (Π 549)30. Du côté achéen, Patrocle excite les Ajax contre celui qui a été le premier à sauter sur le rempart des Achéens, afin qu’ils le dépouillent de ses armes.

  • 31 Le verbe ταρχύω, en Π 674, pourrait être un terme emprunté à une langue asiani-que, surtout le lyci (...)

14Un violent combat se développe autour de Sarpédon, tandis que Zeus répand une nuit lugubre sur la mêlée (Π 567-568), largement décrite. Alors que le corps de Sarpédon disparaît sous le sang et la poussière, Zeus, qui suit la scène, se demande s’il va provoquer la mort de Patrocle sur le cadavre de son fils ou s’il le fera périr devant les remparts de Troie. Il choisit la seconde solution. Les Lyciens abandonnent le corps de Sarpédon qui est dépouillé de ses armes, mais Zeus donne à Apollon l’ordre de nettoyer le cadavre et de le remettre à Hypnos et à Thanatos afin que ceux-ci le transportent en Lycie, où ses parents pourront célébrer ses funérailles (Π 674)31 et lui élever une stèle. Apollon s’empresse d’obéir à son père.

  • 32 Sur le passage, cf. M.W. Edwards, The Iliad : a Commentary, vol. V : books 17-20, p. 76-77. – La pr (...)

15Sarpédon sera encore mentionné en deux passages. Au chant XVIII, après la mort de Patrocle, Glaukos menace avec vigueur Hector de quitter la guerre avec ses Lyciens, parce qu’il a abandonné Sarpédon : il veut emporter le corps de Patrocle à Troie pour l’échanger contre les armes de Sarpédon et faire rentrer le cadavre du héros dans la ville (Ρ 140-168)32. Lors des jeux funèbres en l’honneur de Patrocle, Achille met les armes de Sarpédon comme prix du combat, de même qu’un poignard thrace pris à Astéropaios (Ψ 798-810).

16La place que Sarpédon occupe parmi les alliés des Troyens, son autorité, la longueur des scènes où il tient le premier rôle dans son combat contre Tlèpolème et la longue description de sa mort ponctuée de comparaisons en font un personnage de tout premier plan. Et pourtant, comme on vient de le rappeler, les hauts faits de Sarpédon n’ont rien d’extraordinaire. Il abat quelques personnages secondaires, il tue Tlèpolème, mais il est sérieusement blessé par lui. Sans qu’on sache comment il a été guéri, il reparaît pour être le premier à monter à l’assaut du mur des Achéens, mais c’est Hector qui emportera la place. Enfin, il manque Patrocle et est tué par lui.

  • 33 P. Wathelet, Le mythe d’Énée dans l’épopée homérique. Sa survie et son exploitation poétique, in Fr (...)

17L’importance de Sarpédon tient moins dans ce qu’il fait que dans ce qu’il est. Dès qu’au chant V, Homère a révélé son illustre origine, il répète que Sarpédon est fils de Zeus. Il rapproche aussi la mort de Patrocle de celle de Sarpédon. Tout se passe comme si la fin du roi des Lyciens annonçait un tournant décisif dans l’Iliade. Elle précède de peu la mort de Patrocle qui causera le changement. Resté jusque-là à l’écart de la bataille, muré dans sa colère, Achille reviendra au combat dès que son ami est tombé. En somme, fils de Zeus, Sarpédon représente son père du côté des Troyens. Tant qu’il est là, Zeus éprouve une sympathie agissante pour Priam et les siens. La mort de Sarpédon marque un changement d’attitude qui conduira à la chute de Troie. Zeus laissera désormais Achille se déchaîner et tuer Hector. Au chant XX, au moment où il doit sauver Énée, imprudemment lancé contre Achille par Apollon, Poseidon pourra dire que le « Cronide a pris en haine la race de Dar-danos » (ʏ 306)33.

  • 34 Corpus hésiodique, fr. 140 Merkelbach-West ; Esch., les Cariens ou Europe, fr. 99 Nauck-Snell ; Hdt(...)
  • 35 Hdt., I, 173 ; Strabon, XII, 8, 5 (C573) et XIV, 3, 10 (C667), etc. Pour Pausanias, VII, 3, 7, les (...)

18Homère souligne tant que Sarpédon est fils de Zeus à la guerre de Troie, pour la raison suivante : toute la tradition postérieure, hormis les auteurs qui dépendent d’Homère font de Sarpédon un frère de Minos et de Rhadamanthe, un fils de Zeus et d’Europe34. Cette même tradition explique de manières diverses que Sarpédon a quitté la Crète pour se retrouver en Lycie35. Frère de Minos, Sarpédon ne pouvait être contemporain de la guerre de Troie, puisque, sous les murs d’Ilion, les Crétois sont commandés par Idoménée dont il est dit de manière explicite qu’il est le petit-fils de Minos (N 451-454). L’Iliade le représente même comme un héros d’un certain âge, ce n’est plus un jeune homme (N 361).

  • 36 P. Wathelet, Les Troyens de l’Iliade. Mythe et Histoire, 1989 (Bibl. de la Fac. de Phil. et Lettres (...)
  • 37 Ce n’est pas le seul « clin d’œil » du poète à son public. Homère ne dit jamais que Cassandre est p (...)

19Homère manquait de personnages pour peupler les rangs de Troyens et il a dû en faire venir d’horizons divers36. Sarpédon est de ceux-là et Homère en avait d’autant plus besoin qu’il lui fallait un fils de Zeus, héros prestigieux et qui fût capable de représenter son père auprès des Troyens, jusqu’à ce que le Cronide retire son appui aux sujets de Priam. Ainsi s’explique la généalogie confuse qu’Homère fournit au roi de Lycie et même, comme un clin d’œil du poète à son public averti, les doutes émis par Tlèpolème sur l’origine de Sarpédon37. On a vu que, dans l’ensemble, ce qui concerne Sarpédon dans l’lliade est peu formulaire ou en tout cas peu marqué par des formules anciennes.

20Ce portrait un peu long de Sarpédon, représentant de Zeus auprès des Troyens, était indispensable pour introduire un discours que le roi de Lycie tient à Glaukos, au chant XII, au moment où tous deux se préparent à se lancer à l’assaut du mur achéen. Ce discours a une portée beaucoup plus large que l’épisode auquel il est lié. Sarpédon dit ceci :

« Γλαῦκε, τί ἢ δὴ νῶι τετιμήμεσθα μάλιστα 310
ἕδρῃ τε κρέασίν τε ἰδὲ πλείοις δεπάεσσιν
ἐν Λυκίῃ, πάντες δὲ θεοὺς ὣς εἰσορόωσι,
καὶ τέμενος νεμόμεσθα μέγα Ξάνθοιο παρ’ ὄχθας,
καλὸν ϕυταλιῆς καὶ ἀρούρης πυροϕόροιο ;
τῶ νῦν χρὴ Λυκίοισι μετὰ πρώτοισιν ἐόντας 315
ἑστάμεν ἠδὲ μάχης καυστειρῆς ἀντιβολῆσαι,
ὄϕρά τις ὧδ’ εἴπῃ Λυκίων πύκα θωρηκτάων
“Oὐ μὰν ἀκλεέες Λυκίην κάτα κοιρανέουσιν
ἡμέτεροι βασιλῆες, ἔδουσι τε πίονα μῆλα
οἶνόν τ’ ἔξαιτον μελιηδέα ἀλλ’ ἄρα καὶ ἲς 320
ἐσθλή, ἐπεὶ Λυκίοισι μέτα πρώτοισι μάχονται.”
Ὧπέπον, εἰ μέν γὰρ πόλεμον περὶ τόνδε ϕυγόντε
αἰεὶ δὴ μέλλοιμεν ἀγήρω τ’ ἀθανάτω τε
ἔσσεσθ’, οὔτέ κεν αὐτὸς ἐνὶ πρώτοισι μαχοίμην
οὔτέ κε σὲ στέλλοιμι μάχην ἐς κυδιάνειραν 325
νῦν δ’ ἔμπης γὰρ κῆρες ἐϕεστᾶσιν θανάτοιο
μυρίαι, ἃς οὐκ ἔστι ϕυγεῖν βροτὸν οὐδ’ ὑπαλύξαι,
ἴομεν, ἠέ τῳ εὖχος ὀρέξομεν, ἠέ τις ἡμῖν. »
Ὣς ἔϕατ’, οὐδὲ Γλαῦκος ἀπετράπετ’ οὐδ’ ἀπίθησε 329

« Glaucos, pourquoi nous donne-t-on tant de privilèges en Lycie, places d’honneur, et viandes, et coupes pleines ? pourquoi nous contemplent-ils tous, là-bas, comme des dieux ? pourquoi jouissons-nous, sur les rives du Xanthe, d’un immense domaine, un beau domaine aussi propre aux vergers qu’aux terres à blé ? Notre devoir dès lors n’est-il pas aujourd’hui de nous tenir, comme de juste, au premier rang des Lyciens, pour répondre à l’appel de la bataille ardente. Chacun des Lyciens à la forte cuirasse ainsi pourra dire : « Ils ne sont pas sans gloire, les rois qui commandent dans notre Lycie, mangeant de gras moutons et buvant un doux vin de choix. Ils ont aussi, paraît-il, la vigueur qui sied à des braves, puisqu’ils se battent au premier rang des Lyciens ! » Ah ! doux ami ! si échapper à cette guerre nous permettait de vivre ensuite éternellement, sans que nous touchent ni l’âge ni la mort, ce n’est certes pas moi qui combattrais au premier rang ni qui t’expédierais vers la bataille où l’homme acquiert la gloire. Mais, puisqu’en fait et quoi qu’on fasse, les déesses du trépas sont là embusquées, innombrables, et qu’aucun mortel ne peut ni les fuir ni leur échapper, allons voir si nous donnerons la gloire à un autre, ou bien si c’est un autre qui nous la donnera, à nous. » Il dit, et Glaucos n’a garde de se dérober ni de dire non. (trad. P. Mazon)

21La brève intervention de Sarpédon comporte trois parties : sous forme de questions oratoires, le roi de Lycie demande à Glaukos pourquoi ils jouissent en Lycie d’une situation favorable, brièvement évoquée. La dernière question est la conclusion : Ne doivent-ils pas, dans ces conditions, tenir le premier rang des Lyciens au combat ? La seconde partie donne la parole aux Lyciens eux-mêmes, qui expriment la même idée, sous une forme positive. C’est en quelque sorte la vox populi qui fait écho aux propos de son roi. La troisième partie du discours évoque les dangers que courent les guerriers : être au premier rang des combattants ne va pas sans risques mortels. On peut rêver d’un monde où la guerre n’existerait pas conformément au sentiment pacifique d’Homère lui-même, mais ce n’est là qu’un rêve. La suite montrera que l’avis de Sarpédon comporte une sorte de prescience tragique, puisqu’au chant XVI le roi de Lycie sera tué par Patrocle.

  • 38 La description de l’abondance matérielle qui entoure Sarpédon contient des formules ou des éléments (...)
  • 39 M 315 n’est pas formulaire (hormis μετὰ πρώτοισι au même endroit de E 536, 575, M 321, ʏ 338, Δ 341 (...)

22Le discours de Sarpédon est formulaire quand il fait allusion à des traits bien connus dans la tradition épique : abondance des repas, richesse des possessions ou évocation de combats38. Pour le reste, et spécialement dans le raisonnement qu’il prête à son héros, le poète innove39.

  • 40 Sur la Nekyia et les analystes qui ont disséqué le passage, cf. A. Heubeck, A Commentary on Homer’s (...)
  • 41 Sur le sort réservé aux privilégiés, voir A. Motte, Prairies et jardins de la Grèce antique. De la (...)
  • 42 Voir dans YOdyssée, le rôle de l’aède Phémios (α 325-352) et plus encore, chez les Phéaciens, celui (...)

23On aurait pu attendre qu’en échange d’une vie confortable, les rois et autres princes assurent la protection à leurs peuples en les défendant, or Sarpédon ne mentionne explicitement que la gloire. Remarquons tout d’abord qu’en ce qui concerne la Lycie sa sécurité n’est pas mise en cause par les troupes achéennes qui font le siège de Troie. On l’a vu, Sarpédon, lui-même, le rappelle assez vivement à Hector au chant cinq. La gloire, le κλέος, mérite qu’on s’y arrête un moment. L’épopée homérique, et spécialement la Nekyia de l’Odyssée, offre à l’humanité une eschatologie particulièrement désespérante40. Hormis quelques privilégiés qui pourront s’ébattre dans les prés d’asphodèles41, la plupart des défunts ne sont plus que des ombres sans conscience, qui ne peuvent retrouver quelque apparence de vie que si elles s’abreuvent du sang de la victime d’un sacrifice. La seule manière de connaître une survie, c’est d’acquérir la gloire, le κλέος. Pourvu que cette gloire soit chantée par un poète42 de qualité, les héros peuvent ainsi atteindre un succédané d’immortalité. La perspective semble étrangement limitée, mais, pour les héros d’Homère, il n’y en a pas d’autre. La gloire, le κλέος est donc quelque chose d’essentiel, qu’il convient d’acquérir à tout prix. Ce que nous apprend Sarpédon, c’est que non seulement cette gloire est le fait des héros, mais qu’elle rejaillit sur tout leur peuple. Il y a là une solidarité qui est à la base d’une sorte de contrat social et qu’on pourrait résumer ainsi d’une manière un peu schématique : les grands ont une vie matérielle très agréable, mais ils sont tenus de risquer leur vie pour combattre au premier rang et acquérir la gloire, laquelle rejaillit sur leur peuple. Le danger de mort n’est pas une menace en l’air, mais c’est un risque inévitable ainsi que le souligne la dernière partie du discours de Sarpédon. On est donc très loin de faveurs qui seraient liées à la naissance, par une manière de droit divin, et pourtant Sarpédon est fils de Zeus, Homère le souligne assez.

  • 43 Sur ces comparaisons, voir notamment W.C. Scott, The Oral Nature of the Homeric Simile, Leyde, Bril (...)

24La sorte de contrat social suggéré par Sarpédon est d’autant plus remarquable qu’en général l’épopée homérique concentre son attention sur les héros qui sont tous des personnages importants, tant par la naissance que par les qualités qu’ils déploient sur le champ de bataille. À côté de ces héros importants, des guerriers secondaires, les compagnons des premiers, sont parfois mentionnés. Il s’agit en général de figurants dont les noms sont donnés, le plus souvent, dans des énumérations sans aucune précision. La mort de tous ces personnages, au demeurant inconnus, ne suscite aucune émotion particulière, ils font en quelque sorte partie du décor. Dans le monde héroïque, les simples guerriers qui osent critiquer les grands sont caricaturés et rabroués avec dureté, comme c’est le cas de Thersite au deuxième chant de l’Iliade (β 211-277). De la même manière, dans l’Odyssée, l’assemblée d’Ithaque, à laquelle s’adresse Télémaque, est absolument incapable de l’aider contre les prétendants et même d’exprimer un avis (β 25-257). Le temps des héros n’est évidemment pas encore celui de la démocratie. Comme souvent, le monde contemporain d’Homère lui-même présente des différences avec le monde des héros, ainsi qu’il apparaît dans les comparaisons dites homériques43. La guerre et ses combats y tiennent peu de place, mais il est néanmoins une comparaison qui s’apitoie devant la mort d’un guerrier sans titre de noblesse particulier.

25La comparaison se trouve dans l’Odyssée (θ 523-531) :

La femme pleure ainsi, jetée sur son époux, quand il tombe au-devant des murs et de son peuple, pour écarter de sa cité, de ses enfants, la journée sans merci ; elle le voit qui meurt, qui déjà se convulse ; elle s’attache à lui, et crie, et se lamente, et voici, dans son dos, les lances ennemies qui viennent lui tailler la nuque et les épaules ! et voici l’esclavage et ses dures misères ! ... et les affres du deuil lui ravagent les joues. Tels, les pleurs de pitié tombaient des yeux d’Ulysse. (trad. V. Bérard)

26Sarpédon est le représentant de Zeus auprès des Troyens. Comme son père, il brille par la justice et le portrait qu’Homère en fait le montre comme un personnage réfléchi, qui juge les actions humaines, même celles de ses alliés comme quand il condamne l’attitude de Laomédon.

  • 44 P. Chantraine, Dict. ét., s.v. Ζεύς, p. 399.
  • 45 W. Burkert, Greek Religion (supra n. 40), p. 126.

27À l’origine dieu du ciel lumineux, comme l’implique l’étymologie de son nom44, Zeus est donc d’abord un dieu éloigné. Lié aux phénomènes atmosphériques, à la pluie (Ζεὺς ὕει), à la neige et à la grêle, il est aussi celui qui frappe de la foudre45. La pensée mythique tend à voir dans tout accident, notamment atmosphérique, l’action d’une divinité. Le jet de la foudre, aussi effrayant qu’inexpliqué, a été présenté comme l’intervention d’un dieu du ciel, transformé en justicier, et qui agit de loin, sans se mêler en personne aux affaires humaines. Zeus est dans le ciel ou au sommet des montagnes, Sarpédon vient de la lointaine Lycie.

  • 46 Voir par exemple J.-M. Renaud, P. Wathelet, Les débuts de l’humanité dans le Prométhée Enchaîné d’E (...)
  • 47 Prom., 96. – Le terme, doté dans la graphie d’un α long inattendu, est sans doute étranger à l’atti (...)
  • 48 Notamment A. Moreau, op. cit. (n. 18), p. 276-279.
  • 49 Schol. A en X 397, qui renvoient à Call., fr. 588 Pfeiffer.
  • 50 Sur l’ensemble, D. Aubriot, Imago Iliadis. Le Bouclier d’Achille et la poésie de l’Iliade, in Kemos (...)
  • 51 P. Wathelet, Le Bouclier d’Achille ou le pacifisme d’Homère.

28La tradition grecque comporte des récits divers de l’apparition de l’homme46, souvent il est né de la terre et il existait avant même que Zeus n’enlève le pouvoir à son père pour prendre sa place. Dans le Prométhée enchaîné, Eschyle rappelle qu’au début les relations entre l’humanité et le nouveau chef des dieux (le νέος ταγός) ont été mauvaises47. Zeus aurait même voulu détruire l’humanité pour créer un homme nouveau. Finalement toutefois, on n’en est pas arrivé à cette extrémité dans la mesure où, en partie, la justice a été introduite dans les rapports humains, que ce soit entre clans ou familles, ou entre États. Comme le même Eschyle le montrera à la fin de son Orestie48, le devoir qui impose de venger le meurtre d’un proche en tuant celui ou celle qui s’en est rendu coupable est remplacé par l’obligation de se soumettre au jugement d’un tribunal. Déjà dans l’Iliade, Achille tue Hector et inflige à son corps un traitement infamant pour venger son ami Patrocle49. Nous sommes dans le monde des héros. La décoration du bouclier, qu’à la demande de Thétis, Héphaistos forge pour Achille, contient toute une série de scènes, la plupart sans rapport avec la guerre et l’ensemble de l’œuvre ne présente pas le caractère effrayant qu’on aurait pu attendre50. La majeure partie des vignettes traitent des sujets qu’on retrouve dans les comparaisons homériques, lesquelles renvoient au monde contemporain d’Homère et non à celui qu’il prête à ses héros51. Or, parmi les scènes qui illustrent le bouclier, des juges sont appelés à fixer une compensation pour un meurtre. On est en train de passer du système de la vendetta à celui de la justice. Le pouvoir de Zeus en ce qu’il est attaché à la justice entre les hommes et entre les États reste néanmoins fragile. Toujours dans le Prométhée enchaîné, Eschyle souligne que l’amour que le Cronide éprouve pour Thétis met son pouvoir en danger. Avant lui, Hésiode (Théog., 897-898) avait indiqué qu’une menace du même genre planait sur sa liaison avec Métis. Homère rappelle que des Olympiens ont comploté contre Zeus (A 399-406) et, dans le cours même de l’Iliade, Héra berne son mari en l’endormant pour pouvoir venir en aide à ses chers Achéens (Ξ 153-351).

29Comme on a pu le voir, Sarpédon, héros sans doute d’origine préhellénique, devenu fils de Zeus pour toute la tradition, a été décalé par Homère de deux générations afin de participer à la guerre de Troie où il se présente comme celui qui, parmi les alliés de Priam, est venu du plus loin et jouit de la plus grande autorité. Plus qu’un guerrier de premier plan, il est en quelque sorte auprès des Troyens l’ambassadeur de Zeus et sa mort, mise en valeur par des faits extraordinaires et la présence de nombreuses comparaisons, marque un tournant décisif de l’Iliade (elle précède immédiatement celle de Patrocle) et l’abandon par Zeus de Priam et des siens. Dans le discours qu’il tient à son ami Glaukos au chant M de l’Iliade, Sarpédon esquisse l’ébauche d’une philosophie politique fondée sur une juste répartition des charges et des avantages. L’introduction de la justice dans la société humaine apparaît également dans le fait que les contemporains d’Homère remplacent, dans le cas d’un meurtre, la vendetta par une compensation en justice. Le caractère dans l’ensemble peu formulaire des vers où le poète décrit son contrat social indique qu’il s’agit de notions assez récentes. Dans un autre domaine, Homère traite les dieux traditionnels avec une certaine légèreté, alors que, dans le même temps, il marque son intérêt et son admiration pour les phénomènes naturels. Ionien d’Asie, Homère se présente ainsi comme un précurseur des premiers philosophes, des ϕυσικοί, ioniens eux aussi. Même si l’ébauche de contrat social qu’il présente est dans la bouche d’un étranger, venu de très loin et, à la limite, d’un pays utopique, elle témoigne d’une tendance analogue sur le plan social. C’est de cette tendance que sortira la philosophie.

30L’attitude des dieux ou des héros qui les représentent dans l’épopée homérique permet de pressentir ce qui sera plus tard le développement de la philosophie. Je suis heureux d’offrir ces quelques réflexions au dédicataire de ce livre, en témoignage d’une amitié sans faille dont lui et moi savons qu’elle ne date pas d’hier.

Notes

1 P. Wathelet, Dictionnaire des Troyens de l’Iliade, Univ. de Liège, Bibl. de la Fac. de Phil. et Lettres, 1988 (Documenta et Instrumenta, 1), n° 302 Σαρττηδώυ, p. 973-989.

2 P. Wathelet, Dict, des Troyens, p. 975-976.

3 Φ 332 || Ξάνθον δινήεντα, Ξ 434 = Φ 2, Ω 693 11 Ξάνθου δινήεντος, Φ 15 Ξάνθου βαθυδινήεντος || (dans ce dernier vers, le génitif en -ου est irréductible en -oιo ou -oo), E 479 Ξάνθῳ ἔπι δινήεντι | |

4 L’intervention de Sarpédon suit celle, beaucoup plus brève, du Thrace Akamas (E 464-469), qui va dans le même sens.

5 Cf. M 101-104. – Pour un argument du même genre relatif aux alliés venus de loin dans la bouche de Glaukos, voir Π 538-540. Cf. G.S. Kirk, The Iliad : A Commentary, vol. II : books 5-8, Cambridge, 1990, p. 110.

6 À l’inverse de Sarpédon, Tlèpolème porte un nom grec (H. von Kamptz, Homerische Personennamen. Sprachwissenschaftliche und historische Klassifikation, Göttingen, 1982, § 18b, p. 64 et § 66, p. 223). Bien que ceci n’ait aucune influence sur la scansion, on aurait attendu, à date ancienne, Τληπτόλεμος et non Τληπόλεμος. Sur le combat entre les Lyciens et les Rhodiens, qui a suscité un certain nombre d’hypothèses, voir D.L. Page, History and the Homeric Iliad, Berkeley, 1959, p. 148-149. – G.S. Kirk, The Iliad : A Commentary, vol. II (supra, n. 5), p. 122-123.

7 Il lui dit « ’Ατρεΐδη κύδιστε, ϕιλοκτεανώτατε πάντων » (Α 122).

8 Ε 180 = Ρ 485 ; Ν 463 ; ʏ 83 || Αἰνεία, Τρώων βουληϕόρε ... et Ν 219 ; 255 || Ἰδομενεῦ, Κρητῶν βουληϕόρε ...

9 Cf. P. Wathelet, Dict, des Troyens, n° 13 Αἰνείας, p. 179-235. Tant au chant V qu’au chant XX, ce qui aurait pu être une aristie d’Énée tourne au désastre et il faut que les dieux interviennent pour le sauver, car, comme le dit Poseidon, Énée doit survivre et, plus tard, régner sur les Troyens, idée qu’exploiteront très tôt les Romains, Virgile en fera le pius Aeneas. On peut suspecter qu’Homère, peu sensible à la majesté des dieux traditionnels et à certaines formes de sacré, a fait d’Énée un portrait peu flatté.

10 Voir spécialement N 206-239 et 424-445.

11 Déjà A. Severyns, Homère. Le poète et son œuvre, Bruxelles, 1946, p. 55-60. –Cf. aussi P. Wathelet, Les subordonnées introduites par ὄϕρα dans l’épopée homérique, in B. Jacquinod (éd.), Les complétives en grec ancien, Publ. de l’Univ. de Saint-Étienne, 1999, p. 367-382.

12 La première partie de E 635 ψευδόμενοι δέ σέ ϕασι n’est pas formulaire.

13 Cf. P. Wathelet, Héraklès, le monstre de Poseidon et les chevaux de Tros, in Kernos, suppl. 7 (1998), p. 61-74.

14 Ἴλιον ἱρήν : fin de E 648, comme en Δ 416 ; H 82 ; 413 ; 429 ; A 196 = O l69 ; N 657 ; P 193 ; Σ 270 ; Φ 515 ; Ω 143 ; 383 – ἀγαυοῦ Λαομέδοντος, fin de Ε 649 et Ζ 23 – ἠνίπαπε μύθῳ, fin de Ε 650 ; Β 245 ; Γ 427 et Ρ 141 – ϕόνον καὶ κῆρα μέλαιναν, fin de Ε 652 = Λ 443 (dans ce dernier cas, il s’agit du combat d’Ulysse contre Sokos) – ὑπὸ δουρὶ δαμέντα, fin de E 653 et de Λ 444 (les formes δαμέντα, δαμέντι, δαμέντε, δαμέντας, δαμέντες et δαμέντων terminent toujours l’hexamètre) – Le vers E 654 est identique à Λ 445 et presque identique à Π 625. μείλινον ἔγχοs, en fin de E 655 ; Ζ 65 ; N 597 ; Φ 172 ; X 293 ; ἔσχετο μείλινον ἔγχοs termine ʏ272 – αὐχένα μέσσον, avec le double -σ- de μέσσοs conservé, susceptible d’être un éolisme en E 657, K 455, Ξ 497, ʏ 455 – ἧλθ’ ἀλεγεινή en Ε 658 et Λ 398 – Ε 659 τὸν δὲ κατ’ ὀϕθαλμῶν ἐρεβεννὴ νὺξ ἐκάλυψε est répété en Ν 580 (Hélénos tue Déipyre) et au féminin τὴν δὲ ... en Χ 466 (Andromaque défaille) – διέσσυτο μαιμώωσα fin de E 66l et de 0 542. – On rapprochera πατὴρ δ’ ἔτι λοιγὸν ἄμυνεν || Ε 662 de εἷς γε θεῶν, ὃς λοιγὸν ἀμύνει || en Ε 603 et ʏ 98 – ἀντίθεον Σαρπηδόνα en Ε 663, Ζ 199 et Μ 307 – ἐξέϕερον πολέμοιο en Ε 664 et en Ε 669 (où il concerne le corps de Tlèpolème).

15 Il s’agit de Κοίρανoς, Ἀλάστωρ, Xρμίος, Ἄλκανδροs, Ἅλιος, Νοήμων et Πρύτανις. Alastor, Chromios, Alkandros et Noémon semblent évoquer des puissances chthoniennes auxquelles Ulysse s’en prenait dans son expédition dans l’Autre Monde, Halios pourrait faire allusion à ses aventures maritimes. P. Wathelet, Dict. des Troyens, n° 20 Ἀλάστωρ I, p. 251-254.

16 Le texte lui-même souligne le fait : E 693 εἷσαν ὑπ’ αἰγιόχοιο Διὸς περικαλλέϊ ϕηγῷ – αἰγιόχοιο Διός constitue un élément formulaire au même endroit du vers en Β 157 = E 714 et Φ 420 ; E 115 ; θ 352 et 427 ; Κ 278 et 553.

17 Sur ce curieux personnage, à certains égards proches des géants, voir P. Wathelet, Dict. des Troyens, n° 268 Πελάγων, p. 876-877.

18 C’est à ce moment que Diomède évoque l’aventure de Lycurgue (Z 128-141) qui avait poursuivi Dionysos et ses nourrices (sur ce récit, voir P. Wathelet, Dionysos chez Homère ou la folie divine, in Kernos, 4 [1991], p. 61-82). Le thème devait être repris par Eschyle dans la Lycurgie (les Édoniens, les Bassarides, les Néaniskoi, Lycurgue satyrique) mal connue étant donné l’état des fragments. A. Moreau, Eschyle. La Violence et le Chaos, Paris, 1985, p. 120, n. 71. – La question de Diomède est d’autant plus curieuse qu’en général, sur le champ de bataille, les héros se connaissent. La présentation de Glaukos permet d’éviter que le duel entre les deux ait lieu. Faut-il invoquer le fait que Glaukos a pour homonyme une divinité marine et que de telles divinités changent souvent d’apparence, comme Thétis ou Protée ? De surcroît, poussé par Athéna, Diomède n’a pas eu de scrupule à blesser successivement Aphrodite (E 330-362), puis Arès (E 846-867). – Sur la généalogie donnée par Glaukos, cf. M.J. Alden, Genealogy as Paradigm : The Example of Bellerophon, in Hermes, 124 (1996), p. 257-263.

19 On ne voit pas dès lors pourquoi Sarpédon a le pas sur Glaukos. Les Anciens s’étaient déjà posé la question et les Schol. Τ en M 101 rapportent une anecdote qui justifie la chose. Cf. plus loin, n. 37.

20 Astéropaios, chef des Péoniens, dont la valeur est soulignée, sera tué par Achille (Φ 139-199). Il semble provenir d’une Gigantomachie originelle. Cf. P. Wathelet, Dict. des Troyens, n° 61 Ἀστεροπαῖος, p. 336-344.

21 Il y en avait déjà eu une plus brève dans le même passage (M 293) Les comparaisons sont fréquentes dans l’épopée homérique, elles sont de longueur variable et très inégalement réparties. Surtout, celles qui sont puissamment articulées marquent apparemment les passages les plus importants, notamment dans les scènes de bataille. Ce sera le cas au moment de la mort de Sarpédon (Π 428-430 ; 482-484 ; 487-489 ; 633-637 ; 641-643).

22 Ménesthée, fils de Pétéôs, dirige le contingent des Athéniens (B 546-556), ce n’est pas un combattant de tout premier plan.

23 Zeus lui-même a rendu légère la pierre qu’Hector brandit pour enfoncer la porte (M 450).

24 Sa mauvaise humeur et son hostilité à l’égard de Zeus sont constantes. Dès le premier chant, elle reproche à Zeus d’avoir reçu Thétis. Sa duplicité atteindra son sommet quand, au chant XIV, elle endort son mari pour l’empêcher d’aider les Troyens (Ξ 153-351), jurant après par le Styx qu’elle n’a ourdi aucune machination. Homère ne témoigne qu’un respect relatif aux dieux du panthéon traditionnel et il s’est amusé des scènes de ménage entre Zeus et Héra, laquelle, patronnant l’institution du mariage, avait de bonnes raisons de se plaindre de son mari. Toutefois, même si le culte a pour Héra beaucoup plus de considération, la déesse, proche de la terre comme d’autres déesses grecques, a aussi un côté négatif, mortifère. Cf. P. Wathelet, Homère. Du mythe à la mythologie, in H. Limet, J. Ries (éds), Le mythe, son langage et son message, Louvain-la-Neuve, 1988 (Homo Religiosus, 9), p. 209-223.

25 C’est ce que ferait Arès qui veut venger la mort de son fils Askalaphos, si Athéna ne l’arrêtait (O 113-142).

26 D’une façon analogue, mais avec d’autres termes, Zeus fait pleuvoir une rosée sanglante à un moment où le combat s’engage (Λ 54-55). – R. Janko, The Iliad : A Commentary, vol. IV : books 13-16, Cambridge, 1992, p. 377, avec une explication un peu trop rationalisante. Sur le rôle du Destin, notamment chez Homère, cf. A. Motte, Destin et destinée dans l’Antiquité, in Ad. Gesche (éd.), Destin, prédestination, destinée, Louvain-la-Neuve, 1995, p. 51-72.

27 La tradition hésite sur le nom de ce figurant : Θρασύμηλον, Θρασύμηδον, Θρασυμήδην ou Θρασύδημον. – cf. P. Wathelet, Dict. des Troyens, n° 153 Θρασύμηλος, p. 590-592.

28 Faut-il rappeler que les chevaux d’Achille, Xanthos et Balios, sont immortels ? Xanthos sera même brièvement doté de la parole (T 404-417), Pédasos, cheval mortel, avait été pris par Achille lors du pillage de Thèbes-sous-le-Plakos (Π 152-153).

29 Apollon est le dieu qui guérit et qui purifie, comme il le fera pour le corps de Sarpédon ou comme il prodigue ses soins à celui d’Hector (Ω 18-21). Glaukos invoque Apollon trop tard pour sauver Sarpédon, comme, dans la Dolonie, Apollon est intervenu trop tard pour sauver Rhésos (K 515-519). Voir, à ce sujet, P. Somville, Cadavres exquis, in Kernos, 12 (1999), p. 73-83.

30 L’expression n’est guère justifiée par les prouesses guerrières toutes relatives de Sarpédon, mais elle s’explique mieux par le rôle symbolique que joue Sarpédon à Troie. Elle n’est pas formulaire et atteste le curieux génitif πόληος.

31 Le verbe ταρχύω, en Π 674, pourrait être un terme emprunté à une langue asiani-que, surtout le lycien (P. Chantraine, Dictionnaire Étymologique, s.v. ταρχύω, p. 1095). Il désigne apparemment les honneurs rendus à un mort, la traduction par « enterrer » de Paul Mazon est trop précise et pourrait entraîner des confusions quant à la nature des funérailles, enterrement ou crémation.

32 Sur le passage, cf. M.W. Edwards, The Iliad : a Commentary, vol. V : books 17-20, p. 76-77. – La proposition de Glaukos relative au corps de Sarpédon semble en contradiction avec la décision de Zeus de transporter le corps de son fils en Lycie.

33 P. Wathelet, Le mythe d’Énée dans l’épopée homérique. Sa survie et son exploitation poétique, in Fr. Jouan, A. Motte (éds), Mythe et politique. Actes du Colloque de Liège, 14-16 septembre 1989, 1990 (Bibl. de la Fac. de Phil. et Lettres de l’Univ. de Liège, 267), p. 287-296.

34 Corpus hésiodique, fr. 140 Merkelbach-West ; Esch., les Cariens ou Europe, fr. 99 Nauck-Snell ; Hdt., I, 173 ; Hellanikos, 4 F 94 Jacoby, dans schol. à Eur., Rhésos, 29 ; Éphore, 70 F 127 Jacoby, cité par Strabon, XIV, 1, 6 (C635) ; Strabon, XII, 8, 5 (C573) ; [Apollod.], III, 1, 1 ; Hygin, f., 155 ; 179 ; Diodore (V, 79, 3) distingue deux Sarpédon pour concilier Homère et le reste de la tradition.

35 Hdt., I, 173 ; Strabon, XII, 8, 5 (C573) et XIV, 3, 10 (C667), etc. Pour Pausanias, VII, 3, 7, les Lyciens sont venus de Crète avec Sarpédon.

36 P. Wathelet, Les Troyens de l’Iliade. Mythe et Histoire, 1989 (Bibl. de la Fac. de Phil. et Lettres de l’Univ. de Liège, 252), p. 176-186.

37 Ce n’est pas le seul « clin d’œil » du poète à son public. Homère ne dit jamais que Cassandre est prophétesse ou inspirée, mais la seule fois qu’elle apparaît, elle est la seule à annoncer le retour de Priam avec le corps d’Hector (Ω 697-706).

38 La description de l’abondance matérielle qui entoure Sarpédon contient des formules ou des éléments formulaires, parfois susceptibles d’être anciens. Le vers M 311 est presque identique à Θ 162, Hector s’adresse à Diomède qui s’enfuit aussi vite qu’il le peut : « Fils de Tydée, personne autant que toi n’était prisé naguère des Danaens aux prompts coursiers : tu avais d’eux place d’honneur, et viandes et coupes pleines. Mais de ce jour, ils te mépriseront, puisque tu t’es mué en femme ! » (trad. P. Mazon). L’avis exprimé par Hector évoque celui de Sarpédon, mais le ton en est tout différent ; Diomède était honoré par les autres chefs achéens. L’idée qu’un personnage important est honoré comme un dieu est exprimée à plusieurs reprises, notamment dans la formule θεὸςδ’ δ’ ὣς τίετο δήμῳ après la césure trochaïque (E 78, Κ 33, Λ 58, Ν 218, Π 605).

39 M 315 n’est pas formulaire (hormis μετὰ πρώτοισι au même endroit de E 536, 575, M 321, ʏ 338, Δ 341, Τ 151). Il en va de même de M 316, de M 317 (le F- initial de εἴῃ n’est pas respecté, πύκα θωρηκτάων reparaît en O 689, 739, θωρηκτάωυ est appliqué aux Troyens, Φ 277), de M 318 (sauf pour κάτα κοιρανέουσιν, Ε 332 ; α 247 = π 124 ; ν 377 ; ο 510 ; ϕ 346), de Μ 321, 322.

40 Sur la Nekyia et les analystes qui ont disséqué le passage, cf. A. Heubeck, A Commentary on Homer’s Odyssey, vol. II, books IX-XVI, Oxford, 1989, p. 75-77. Ce n’est pas l’endroit de discuter du problème ici. Dans une Odyssée originelle, la visite d’Ulysse dans l’Autre Monde devait constituer le sommet de l’œuvre. Quand YOdyssée a été présentée comme un retour de la guerre de Troie, le poète a revu le passage en y incluant des catalogues. Sur le sort réservé aux défunts dans l’épopée, cf. W. Burkert, Greek Religion, Harvard, 1985, p. 195-196. La situation peu enviable réservée aux morts dans l’épopée s’oppose à l’eschatologie heureuse promise dans des cultes initiatiques, spécialement à Eleusis, cf. A. Motte, Mort et Renaissance dans les Mystères d’Éleusis, in Fr. Jouan (éd.), Mort et Fécondité dans les Mythologies. Actes du Colloque de Poitiers, 13-14 mai 1983, Paris, 1986, p. 71-82, et Le message religieux d’Éleusis, in Bull. des Antiquités luxembourgeoises, 20 (1989-1990), p. 117-142.

41 Sur le sort réservé aux privilégiés, voir A. Motte, Prairies et jardins de la Grèce antique. De la religion à la philosophie, Bruxelles, 1973, p. 250-258. – Ce sera assez curieusement le cas de Ménélas parce que, mari d’Hélène, il est le gendre de Zeus, comme Protée le lui prédit à lui-même (δ 561-569).

42 Voir dans YOdyssée, le rôle de l’aède Phémios (α 325-352) et plus encore, chez les Phéaciens, celui de Démodokos (θ 62-92 ; 266-369 ; 471-520). La première fois que Démodokos va se produire, le poète signale qu’il chante « un épisode dont la gloire montait alors jusqu’aux cieux » (trad. V. Bérard) :
θ 73 Μοῦσ’ ἄρ’ ἀοιδὸν ἀνῆκεν ἀειδέμεναι κλέα ἀνδρῶν,
οἴμης τῆs τότ’ ἄρα κλέος οὐρανὸν εὐρὺν ἵκανε
– Le lien entre la nécessité d’observer les rites funèbres, d’élever un tombeau et la survie des hauts faits dans la mémoire des hommes a été souligné avec raison par D. Bouvier, La mémoire et la mort dans l’épopée homérique, in Kernos, 12 (1999), p. 57-71, qui cite notamment les passages suivants : λ 66-78 (l’ombre d’Elpénor à Ulysse), Ψ 69-92 (l’ombre de Patrocle à Achille), X 299-300 (Hector choisit la mort pour assurer sa gloire). Le rôle de « révélateur » de la gloire des héros du passé ou des vainqueurs présents aux concours sera mis clairement en évidence par Pindare (Ch. Segal, Pindar’s Mythmaking. The Fourth Pythian Ode, Princeton, 1986, p. 15-29).

43 Sur ces comparaisons, voir notamment W.C. Scott, The Oral Nature of the Homeric Simile, Leyde, Brill, 1974, et P. Wathelet, Le Bouclier d’Achille ou le Pacifisme d’Homère, Université de Liège, Faculté ouverte, 1995.

44 P. Chantraine, Dict. ét., s.v. Ζεύς, p. 399.

45 W. Burkert, Greek Religion (supra n. 40), p. 126.

46 Voir par exemple J.-M. Renaud, P. Wathelet, Les débuts de l’humanité dans le Prométhée Enchaîné d’Eschyle, in Uranie, 9 (2000), p. 29-43. – Sur le célèbre mythe du Protagoras de Platon, cf. A. Motte, Un mythe fondateur de la démocratie (Platon, Protagoras, 319c-322d), in Jouan-Motte, Mythe et politique (supra n. 33), p. 219-229.

47 Prom., 96. – Le terme, doté dans la graphie d’un α long inattendu, est sans doute étranger à l’attique. CJ. Ruijgh, Autour du "τε épique". Études sur la syntaxe grecque, Amsterdam, 1971, 5 348, p. 431.

48 Notamment A. Moreau, op. cit. (n. 18), p. 276-279.

49 Schol. A en X 397, qui renvoient à Call., fr. 588 Pfeiffer.

50 Sur l’ensemble, D. Aubriot, Imago Iliadis. Le Bouclier d’Achille et la poésie de l’Iliade, in Kemos, 12 (1999), p. 9-56.

51 P. Wathelet, Le Bouclier d’Achille ou le pacifisme d’Homère.

Auteur

Professeur à l’Université de Liège
Département des Sciences de l’Antiquité
7, place du 20-Août
Β – 4000 Liège

© Presses universitaires de Liège, 2001

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter