Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Kêpoi

 | 
Edouard Delruelle
, 
Vinciane Pirenne-Delforge

Quelques remarques sur la notion d’aidôs

Jean Rudhardt

Texte intégral

  • 1 Α. Motte, L’expression du sacré dans la religion grecque, in J. Ries (éd.), L’expression du sacré (...)

1Les pages qu’André Motte a consacrées aux expressions du sacré dans la religion grecque1 ont attiré mon attention sur les mots de la famille d’aidôs que j’avais négligés. Depuis lors ils ont fait plusieurs fois l’objet de ma réflexion. Je présente ici de brèves observations à leur propos.

  • 2 L’aidôs est située dans le θυμός : Hom., Il., XV, 561 ; dans les φρένες (Il., X, 236 sq. ; XIII, 1 (...)
  • 3 D.L. Cairns. Aidôs. The Psychology and Ethics of Honour and Shame in Ancient Greek Literature, Oxf (...)

2L’aidôs est un sentiment2 propre à inspirer des comportements. Nous avons de la peine à le définir exactement car il est étranger à la psychologie de l’homme moderne. Publié récemment, un ouvrage important de Cairns nous aide à le comprendre ; d’une manière pénétrante, il éclaire du même coup la conscience morale des anciens Grecs3. Loin de rejeter les enseignements qu’il nous donne, je m’en inspire ; j’y apporterai quelques nuances, en étudiant les emplois du verbe αἰδεῖσθαι. Il veut dire « avoir de l’aidôs » et, par conséquent, « se comporter, agir, mu par l’aidôs qui vous saisit ». Nous le voyons inclus dans des propositions dont les structures syntaxiques varient ; il nous faut chercher au nom aidôs un sens tel qu’il rende cette diversité intelligible.

3Considérons d’abord la phrase complexe et commençons par un cas rare : celui du verbe αἰδεῖσθαι suivi d’un participe. Comme Démodocos chantait un épisode de la guerre de Troie, Ulysse se mit à pleurer ; il cacha son visage sous un pli de son vêtement :

  • 4 Hom., Od., VIII, 86. Autre exemple d’ αἰδεῖσθαι suivi d’un participe : Hom., XXIV, 503 sq.

il éprouvait de l’aidôs devant les Phéaciens, en sentant des larmes sourdre de ses yeux,
αἴδετο γὰρ Φαίηκας ὑπ’ ὄφρυσι δάκρυα λείβων4.

4Son émotion lui semble déplacée dans la réception que ses hôtes lui ont préparée. Une phrase où αἰδεῖσθαι se trouve employé d’une manière différente complète cette information. Elle dit une réflexion faite par Hector quand la situation de Troie devient désespérée.

Maintenant que j’ai fait périr notre peuple par ma folie,
j’ai de l’aidôs en face des Troyens et des Troyennes au long vêtement,
craignant qu’un jour quelque homme moins valeureux que moi ne dise :
trop confiant dans sa force, Hector a perdu notre peuple,

  • 5 Hom., Il, XXII, 104-107.

νῦν δ’ ἐπεὶ ὤλεσα λαὸν ἀτασθαλίῃσιν ἐμῇσιν,
αἰδέομαι Τρῶας καὶ Τρῳάδας ἐλκεσιπέπλους
μή ποτέ τις εἴπῃσι κακώτερος ἄλλος ἐῖμεῖο·
Ἕκτωρ ἧφι βίηφι πιθήσας ὤλεσε λαόν5.

5Le vers de l’Odyssée faisait de l’aidôs une gêne ressentie par l’auteur d’un acte dont il souhaiterait que nul ne fût témoin. Le texte de l’Iliade évoque un acte dont les conséquences se révèlent malheureuses et que les hommes pourraient un jour juger sévèrement. Ulysse éprouve de l’aidôs en raison de sa conduite présente, Hector, en raison de sa conduite passée. Les vers de l’Iliade présentent toutefois une sorte d’ambiguïté. Hector songe sans doute à sa conduite passée mais il envisage du même coup l’éventualité d’un jugement qui sera porté dans l’avenir. Si, relative au passé, son aidôs s’apparente à de la honte, en considération de l’avenir, elle s’apparente à de la peur ou, du moins, à de l’appréhension. Dans notre phrase comme en beaucoup d’autres, le verbe αἰδεῖσθαι se construit en effet avec μή, comme les verbes de crainte. En dépit de leur proximité, l’aidôs et la crainte restent pourtant assez différentes l’une de l’autre pour que plusieurs textes les distinguent, dans la proposition même où ils les associent. Eumée aurait du plaisir à garder Ulysse auprès de lui mais il le conduira à la ville pour obéir aux souhaits de Télémaque. Il explique :

j’ai pour lui de l’aidôs et de la crainte, redoutant qu’il ne me fasse ensuite des reproches. Les remontrances d’un maître sont pénibles.

  • 6 Hom, Od., XVII, 186-187.

ἀλλὰ τὸν αἰδέομαι καὶ δείδια, μή μοι ὀπίσσω νεικείῃ
χαλεπαὶ δὲ ἀνάκτων εἰσὶν ὁμοκλαί6.

6Ici l’aidôs ne ressemble pas à de la honte ; associée à la crainte que Télémaque inspire au vieux porcher, elle n’est point liée au souvenir de quelque faute dont il se serait rendu coupable. Chez le fidèle serviteur, aidôs et crainte sont des sentiments qu’il nourrit pour son jeune maître d’une façon permanente. En l’occurrence, ils l’incitent à ne pas accomplir une action qui pourrait lui déplaire. Exhortant les prétendants à montrer plus de mesure, Télémaque les invite à considérer l’impression que leurs débordements produiraient sur d’éventuels spectateurs :

ayez de l’aidôs devant nos voisins, ces hommes
qui nous entourent ; redoutez le ressentiment des dieux,
craignez que, dans leur colère, ils ne retournent contre vous vos viles actions,

  • 7 Hom., Od., II, 64 sq.

ἄλλους τ’ αἰδέσθητε περικτίονας ἀνθρώπους,
οἳ περιναιετάωσι, θεῶν δ’ ὑποδείσατε μῆνιν
μή τι μετατρέψωσιν ἀγασσάμενοι κακὰ ἔργα7

7Ces vers lient l’aidôs au regard porté par les hommes et la crainte, à une menace exercée par les dieux. Concomitants, les deux sentiments sont clairement distincts. Observons autre chose : Télémaque souhaiterait que les prétendants eussent un peu d’aidôs ; en auraient-ils, leur comportement serait plus décent. L’aidôs interdit à ceux qui l’éprouvent les conduites dont ils pourraient rougir. Loin de se confondre avec de la honte, elle les empêche de se mettre dans une situation honteuse.

8Les phrases où le verbe αἰδεῖσθαι est suivi d’une conditionnelle complètent cette leçon. Andromaque voudrait retenir Hector sur les remparts de Troie ; elle le supplie : s’il s’engage dans la plaine parmi les combattants et se fait tuer, il les laissera seuls, elle et son fils, sans nulle protection. Hector lui répond :

Je partage ton souci, femme, mais j’ai beaucoup d’aidôs
en face des Troyens et des Troyennes au long vêtement
s’il arrivait que je me soustraie au combat, comme un homme sans valeur,

  • 8 Hom., IL., VI, 440 sq.

ἦ καὶ ἐμοὶ τάδε πάντα μέλει, γύναι, ἀλλὰ μάλ’ αἰνῶς
αἰδέομαι Τρῶας καὶ Τρωάδας ἑλκεσιπέπλους
αἴ κε κακὸς ὣς νόσφιν ἀλυσκάζω πολέμοιο8.

9Ce n’est point un événement réel, présent ou passé, qui inspire de l’aidôs au héros troyen ; c’est un événement imaginé, conçu comme possible mais refusé. L’aidôs requiert une conduite qui en empêchera la réalisation. Ce n’est pas une honte ; ce n’est pas une mauvaise conscience ; c’est le souci de maintenir pour soi les conditions d’une bonne conscience.

10De beaucoup les plus nombreuses, les phrases où nous voyons le verbe αἰδεῖσθαι suivi d’un infinitif confirmeront cette conclusion. En voici seulement trois exemples. Les dieux discutent avec véhémence de l’opportunité d’intervenir dans la guerre de Troie. D’opinions opposées, Apollon et Poseidon se trouvent sur le point de s’affronter mais Apollon annonce tout à coup son retrait du conflit :

ayant ainsi parlé, il s’en retourna ; il avait en effet de l’aidôs
à lutter contre le frère de son père,

  • 9 Hom., Il., XXI, 468-469.

ὣς ἄρα φωνήσας πάλιν ἐτράπετ’·αἴδετο γάρ ῥα
πατροκασιγνήτοιο μιγήμεναι ἐν παλάμῃσι9.

11Pour qu’il puisse se laver et se vêtir, Nausicaa fait apporter de l’huile et du linge vers Ulysse que la tempête a conduit sur le rivage. Ulysse demande alors aux servantes de s’éloigner ; il n’aura pas besoin de leur aide. Il ajoute, pour justifier sa requête :

car j’ai de l’aidôs
à me trouver nu, en m’approchant de jeunes filles aux cheveux bouclés,

  • 10 Hom., Od., VI, 221-222.

Αἰδέομαι γὰρ / γυμνοῦσθαι κούρῃσιν εὔπλοκάμοισι μετελθών10.

12Eumée parle d’Ulysse avec tendresse et admiration mais il évite de prononcer son nom :

cet homme, ô étranger, même en son absence j’ai de l’aidôs à le nommer,

  • 11 Hom., Od., XIV, 145 sq. Autres exemples : HOM., IL., VII, 93 ; X, 236 sq. ; Od., VI, 66 ; XX, 343  (...)

τὸν μἐν ἐγὼν, ὦ ξεῖνε, καὶ οὐ παρεόντ’ ὀνομάζειν / αἰδέομαι11.

13On le voit, l’infinitif qui suit le verbe αἰδέομαι énonce une action que l’aidôs vous dissuade d’accomplir. Cette action inspire de la gêne, elle semble parfois dangereuse ou méprisable mais, si elle est prise en considération, ce n’est point parce qu’elle se trouve inscrite dans la réalité ; elle reste le plus souvent imaginée ou conçue. L’aidôs vous empêche de la commettre. Ainsi l’aidôs est une réserve, peut-être craintive, qui retient votre langue ou votre bras. Dans des cas rares, un événement inattendu détermine chez vous une réaction que l’aidôs eût réprimée, si vous aviez pu le prévoir – c’est ce qui arrive à Ulysse quand il entend Démodocos ; il se peut que le destin vous fasse découvrir après coup les conséquences de votre action et vous en révèle le caractère – c’est ce qui se produit à la fin de la guerre de Troie pour le malheureux Hector ; l’aidôs survient alors après l’événement qu’elle n’a pas empêché mais elle n’a pas changé de nature.

14Dans de nombreuses propositions, le verbe αἰδεῖσθαι n’est suivi d’aucune subordonnée et n’est complété par aucun infinitif. C’est notamment le cas, s’il se trouve lui-même à une forme participiale. Agamemnon a envoyé deux héros auprès d’Achille pour lui prendre Briséis ; cette tâche leur déplaît :

  • 12 Ηοm., Il., I, 329-336.

Ils trouvèrent Achille près de sa tente et de son bateau noir ;
il se reposait ; en les voyant arriver, il n’en eut point de joie.
Frappés de crainte et pleins d’aidôs pour le roi,
(τὼ μὲν ταρβήσαντε καὶ αἰδομένω βασιλῆα)
ils s’immobilisèrent et ne lui adressèrent pas un mot, ne lui posèrent aucune question ;
au fond de son cœur, il comprit...12

  • 13 D’autres personnages se trouvent empêchés de parler sous l’effet de l’aidôs, e.g. Hom., Il., IV, 4 (...)

15Nous voyons encore une fois l’aidôs associée à de la crainte mais une autre chose retiendra notre attention. Le verbe αἰδεῖσθαι énonce un sentiment dont aucune subordonnée n’indique les effets. Cependant la proposition principale dit la conduite des deux héros : gênés, ils restent immobiles et silencieux ; les participes ταρβήσαντε et αἰδομένω en expliquent la raison : l’aidôs et la crainte les paralysent13. D’une façon semblable encore, deux participiales associées expliquent un comportement possible de Nestor. Télémaque lui demande ce qui est advenu à Ulysse ; il souhaite que le vieux roi lui dise la vérité sans ménagement :

N’adoucis les choses ni par aidôs ni par pitié pour moi ;
dis-moi bien en détail ce que tu as vu quand tu assistais aux événements,

  • 14 Hom., Od., III, 96-97.

μὴδε τί μ’ αἰδόμενος μειλίσσεο μηδ’ ἐλεαίρων
ἀλλ’ εὖ μοι κατάλεξον ὅπως ἤντησας ὀπωπῇς14.

16Ainsi l’aidôs pourrait inciter Nestor à taire une vérité cruelle pour ne pas faire trop de peine à son interlocuteur. Elle pourrait influencer Diomède d’une manière plus étrange encore. S’apprêtant à faire une incursion dangereuse dans les rangs de l’armée troyenne, il doit choisir un guerrier pour l’accompagner. Agamemnon (qui paraît soucieux de protéger Ménélas et d’éviter que Diomède ne le désigne) lui fait la recommandation suivante :

Évite, nourrissant de l’aidôs en ton esprit, de négliger
le plus brave et de te faire accompagner par le moins bon, en cédant à l’aidôs
par considération de sa famille, même s’il s’agit d’un roi très noble,

  • 15 Hom., Il, X, 236 sq.

μηδὲ σύ γ’ αἰδόμενος σῇσι φρεσὶ τὸν μὲν ἀρείω
καλλείπειν, σὺ δὲ χείρον’ ὀπάσσεαι αἰδοῖ εἴκων
ἐς γενεὴν ὁρόων, μηδ’ εἰ βασιλεύτερός ἐστιν15.

17Il semble donc que l’aidôs puisse impliquer un respect abusif des hiérarchies sociales.

18Il arrive aussi que le verbe αἰδεῖσθαι ne soit accompagné d’aucune subordonnée, quand il est employé à une forme conjuguée. C’est le cas dans quelques propositions explicatives. Devant pénétrer dans la salle où les prétendants se trouvent réunis, Pénélope demande que des femmes l’accompagnent ; elle ajoute :

Je n’irai pas là, seule parmi des hommes, car j’ai de l’aidôs,

  • 16 Hom., Od., XVIII, 184.

οἴη δ’ οὐ κεῖσ’ εἶμι μετ’ ἀνέρας·αἰδέομαι γάρ16.

19L’aidôs interdit donc à une femme certains comportements. Elle peut retenir un dieu. Ulysse demande à Athéna que les Phéaciens lui fassent un bon accueil ; la déesse agrée sa prière mais ne le fait pas d’une manière trop voyante :

C’est ainsi qu’il priait. Pallas Athéna l’entendit
mais elle ne se montra pas encore en face de lui car elle avait de l’aidôs
pour son oncle paternel. Il nourrissait une violente colère
contre le divin Ulysse, jusqu’à ce que celui-ci arrive dans son île.

  • 17 Hom., Od., VI, 328 sq.

ὣς ἔφατ’ εὐχόμενος· τοῦ δὲ κλύε Παλλὰς Ἀθήνη,
αὐτῷ δ’ οὔ πω φαίνετ’ ἐναντίη·αἴδετο γάρ ῥα
πατροκασίγνητον·ὁδ’ ἐπιζαφελῶς μενέαινεν
ἀντιθέῳ Ὀδυσῆι πάρος ἣν γαῖαν ἱκέσθαι17.

  • 18 Supra, n. 9.

20Cette phrase ressemble beaucoup à celle que nous avons citée plus haut et qui dit quels scrupules retiennent Apollon18. C’était aussi une explicative introduite par la conjonction γάρ mais le verbe αἰδεῖσθαι y était suivi d’un infinitif. En dépit de cette différence les deux phrases nous donnent le même enseignement : la conscience des relations familiales empêchent un neveu ou une nièce d’offenser un oncle, en s’opposant trop ouvertement à sa volonté.

21Quand aucune conjonction ne signifie d’une manière explicite la relation qui unit l’aidôs aux conduites qu’elle inspire, le groupement des propositions suffit parfois à la suggérer. Achille a sèchement rejeté les riches compensations offertes par Agamemnon, pour qu’il abandonne sa retraite et reprenne enfin le combat ; Ajax qui a transmis cette offre et cette demande lui reproche la brutalité de son refus :

  • 19 Hom., Il, IX, 639 sq.

sois d’une humeur plus aimable ;
aie de l’aidôs pour ce toit, nous sommes venus dans ta demeure
(αἰδέσαι δὲ μέλαθρον·ὑπωρόφιοι δέ τοί εἰμεν)
envoyés par les Danaens mais nous souhaitons davantage que les autres
être pour toi les plus proches et les plus chers des Achéens19.

22Selon Ajax, Achille devrait avoir de l’aidôs ; un tel sentiment devrait l’empêcher de négliger les messagers comme il l’a fait ; ils sont ses hôtes puisqu’ils sont venus sous son toit. Agamemnon exhorte ses troupes avant une bataille :

  • 20 Hom., Il., V, 529 ; dans une circonstance semblable, Ajax prononce à peu près la même phrase : Il. (...)

Amis, soyez des hommes ! Montrez un cœur vaillant !
Ayez de l’aidôs les uns à l’égard des autres dans les combats violents !
Quand les guerriers sont pleins d’aidôs, il y a parmi eux plus de sauvés que de tués ;
quand ils fuient, ne se lèvent pour eux ni gloire ni protection contre la mort20.

  • 21 Hom., Il., V, 529 sq. ; cf. XV, 561 sq.

ὦ φίλοι, ἀνέρες ἔστε καὶ ἄλκιμον ἧτορ ἕλεσθε·
ἀλλήλους τ’ αἰδεῖσθε κατὰ κρατερὰς ὑσμίνας·
αἰδομένων ἀνδρῶν πλέονες σόοι ἠὲ πέφανται·
φευγόντων δ’ οὔτ’ ἂρ κλέος ὄρνυται οὔτέ τις ἀλκή21.

  • 22 Hom., Il, XI, 75 sq. ; XXII, 81 sq. ; 418 ; XXIV, 207 sq. ; Od., XXII, 312, 344. Deux vers de l’Od (...)

23Ainsi l’aidôs interdit la fuite aux guerriers et les contraint au courage. Elle peut avoir d’autres effets. De nombreux textes coordonnent les verbes αἰδεῖσθαι et ἐλεεῖν ; ils nous enseignent que l’aidôs, associée à la commisération ou à la pitié, incite le puissant à épargner, voire à protéger, les malheureux qui le supplient22.

24Plusieurs textes emploient le verbe αἰδεῖσθαι sans indiquer avec précision les motifs de l’aidôs ni les effets qu’elle produit. Eschyle en fournit un exemple. Comme Agamemnon hésite à fouler le tapis que Clytemnestre déroule devant lui, trouvant excessifs les honneurs dont elle le comble, la reine l’encourage :

N’aie donc point d’aidôs pour un reproche émanant d’êtres humains,

  • 23 Esch., Ag., 937.

μή νυν τὸν ἀνθρώπειον αἰδεισθῇς ψόγον23.

  • 24 Autre cas semblable : Esch., Suppl., 639-642.

25Le contexte nous apprend ce qui trouble Agamemnon : il ne veut pas être traité comme un dieu mais comme un mortel ; ce contexte nous dit aussi les effets de l’aidôs : le roi hésite. La phrase n’est pas explicite mais elle est prononcée dans une situation et dans le cours d’un dialogue qui l’éclairent et la complètent.24

26Dans sa forme négative, elle nous donne d’autre part un enseignement important. Clytemnestre prête à son mari une aidôs dépourvue de pertinence, parce que l’objet en est indigne : une opinion humaine ne mérite pas d’aidôs. Cela nous incite à penser que, par opposition à l’opinion humaine, le jugement divin en requiert. Plusieurs textes confirmeront cette conclusion. Le roi d’Argos craint d’être entraîné dans un combat douloureux, s’il cède aux prières des Danaïdes ; il décide pourtant de les aider, parce que Zeus protège le suppliant.

Il faut pourtant avoir de l’aidôs pour la colère de Zeus,
Dieu de la supplication ; chez les mortels, c’est la plus sérieuse raison d’avoir peur,

  • 25 Esch., Suppl., 478-479.

ὅμως δ’ ἀνάγκη Ζηνὸς αἰδεῖσθαι κότον
Ἱκτῆρος· ὕψιστος γὰρ ἐν βροτοῖς φόβος25.

27L’aidôs vouée au dieu se porte également sur le lieu où les suppliants que le dieu protège cherchent refuge. Nous le voyons dans la même pièce d’Eschyle – où le poète compare l’acropole d’Argos à la poupe d’un navire.

  • Aie de l’aidôs pour la poupe de la cité ainsi couverte (de rameaux de supplication).
  • Je tremble à la vue des autels tels qu’ils se trouvent sous cet ombrage.
  • Elle est du moins redoutable, assurément, la colère de Zeus, Protecteur des suppliants,
  • αἰδοῦ σὺ πρύμναν πόλεως ὧδ’ ἐστεμμένην.
  • πέφρικα λεύσσων τάσδ’ ἕδρας κατασκίους.
  • βαρύς γε μέντοι Ζηνὸς Ἱκεσίου κότος26.
  • 27 Supra, n. 22.

28Je viens de citer Eschyle ; il serait possible de citer des textes homériques. Comme nous l’avons vu, la crainte de Zeus Xénios inspire à Eumée de l’aidôs pour le mendiant qui sollicite son hospitalité27. D’une manière plus explicite encore l’Odyssée fait de Zeus le protecteur des suppliants et des hôtes :

  • 28 Hom., Od., IX, 270.

Ζεὺς δ’ ἐπιτιμήτωρ ἱκετάων τε ξείνων τε28.

29En présentant l’arc fameux dont Iphitos fit autrefois cadeau à Ulysse, le poète rappelle le malheureux destin de cette victime d’Héraclès :

Bien qu’il fût son hôte, Héraclès le tua dans sa propre maison,
le misérable ; il n’eut d’aidôs ni pour le jugement des dieux ni pour la table
qu’il fit dresser devant lui ; ensuite il le fit périr
et il a possédé dans sa résidence des chevaux aux sabots robustes,

  • 29 Hom., Od., XXI, 27-30.

ὅς μιν ξεῖνον ἐόντα κατέκτανε ᾧ ἐνὶ οἴκῳ
σχέτλιος, ούδὲ θεῶν ὄπιν ᾐδέσατ’ οὐδὲ τράπεζαν
τὴν ἥν οἱ παρέθηκεν, ἔπειτα δὲ πέφνε καὶ αὐτόν,
ἵππους δ’αὐτὸς ἔχε κρατερώνυχας ἐν μεγαροισι29.

30Le jugement que les dieux menacent de prononcer, le châtiment qu’ils pourraient infliger sont un objet d’aidôs, comme l’est aussi la table, symbole de la relation d’hospitalité dont Zeus est le garant. L’Iliade nous fournit un autre exemple remarquable de l’aidôs adressée aux dieux ou à leurs rites. Le sage Phoinix voudrait qu’Achille accepte les réparations promises par Agamemnon ; les dieux eux-mêmes, dit-il, se laissent fléchir par les prières de supplication. Personnifiant ces paroles rituelles, les litai, il fait d’elles des filles de Zeus :

celui qui a de l’aidôs pour les filles de Zeus, quand elles s’approchent de lui,
elles le servent efficacement ; elles écoutent ses prières ;
mais celui qui les dédaigne et les repousse durement,
en se rendant auprès de Zeus, fils de Cronos, elles demandent
que Fléau le suive de près, afin qu’il expie sa faute dans la peine,

  • 30 Hom., Il, IX, 508-512.

ὃς μέν τ’ αἰδέσεται κούρας Διὸς ἄσσον ἰούσας,
τὸν δὲ μέγ’ ὤνησαν καί τ’ ἔκλυον εὐξαμένοιο
ὃς δέ κ’ ἀνήνηται καί τε στερεῶς ἀποείπῃ
λίσσονται δ’ ἄρα ταί γε Δία Κρονίωνα κιοῦσαι
τῷ Ἄτην ἅμ’ ἕπεσθαι, ἵνα βλαφθεὶς ἀποτίσῃ30.

31Les prières litai sont assimilées à des divinités ; elles n’influencent pourtant pas directement les humains ; conservant quelque chose de leur fonction rituelle, elles restent des intermédiaires, interviennent auprès de Zeus pour qu’il agisse, lui, souverainement parmi eux. Comme telles, elles sont un objet d’aidôs. L’aidos incite les hommes à les écouter comme elles se font écouter de Zeus. De par la volonté de Zeus, celui qui les néglige souffrira.

32Ainsi l’aidôs que l’on voue à Zeus, dans sa qualité de Xénios et de Hikésios, incite les hommes au respect de l’hôte et du suppliant mais ce n’est pas la seule influence qu’elle exerce sur eux. Les vieillards argiens sont persuadés que la chute de Troie est un produit de la volonté de Zeus Xénios ; il punit ainsi la faute commise par Paris contre les règles de l’hospitalité, quand il enleva l’épouse de Ménélas, son hôte. Or quand ils disent, par la voix du coryphée,

C’est pour le puissant Zeus Xénios que j’ai de l’aidôs,
pour lui qui a produit ces événements, ...

  • 31 Esch., Ag., 362-363.

Δία τοι Ξένιον μέγαν αἰδοῦμαι
τὸν τάδε πράξαντ(α), ...31

33ils ne s’apprêtent pas à recevoir un hôte. Leur aidôs est un sentiment moins clairement défini, une vénération, un respect qui, selon les circonstances, pourra trouver plusieurs formes d’expression. Nous observerons d’autre part que l’aidôs de l’homme ne se porte pas seulement vers une divinité particulière qu’il tiendrait pour compétente dans une circonstance donnée. Elle peut être vouée à tous les dieux. Ulysse se présente à Polyphème en lui disant : nous venons de Troie, les vents nous ont portés jusqu’à ton île ; nous te supplions et sollicitons ton hospitalité. Il conclut :

Aie de l’aidôs pour les dieux, cher ami ! Nous sommes des suppliants.
Zeus est le Protecteur des suppliants et des hôtes,
le Dieu hospitalier, qui accompagne les étrangers en les rendant dignes d’aidôs,

  • 32 Hom., Od., IX, 269-271.

ἀλλ’ αἰδεῖο φέριστε θεούς· ἱκέται δέ τοί εἰμεν
Ζεὺς δ’ ἐπιτιμήτωρ ἱκετάων τε ξείνων τε,
ξείνιος, ὃς ξείνοισιν ἅμ’ αἰδοίοισιν ὀπηδεῖ32.

34La protection des suppliants et celle des hôtes étrangers sont une compétence spécifique de Zeus mais les infractions aux devoirs communs de tous les hommes, devoirs qui impliquent le respect de l’hôte et du suppliant, sont contraires à une aidôs que l’on doit avoir généralement pour tous les dieux. L’aidôs est ainsi un sentiment lié à une attitude, à des dispositions affectives et à des comportement estimables de types divers. Le malicieux Hermès fait état de tels sentiments, lorsqu’il comparaît, accusé, devant Zeus. Avec une mauvaise foi aimable et souriante il déclare, en affirmant son innocence :

J’ai de l’aidôs pour Hélios... et pour les autres dieux,

  • 33 Hymne ps.-hom. Hermès, 381

Ἠέλιον... αἰδέομαι καὶ δαίμονας ἄλλους33.

35Nous venons de situer αἰδεῖσθαι dans la phrase, en examinant les relations qui l’unissent à d’autres verbes. Considérons maintenant la situation qu’il occupe à l’intérieur de la proposition, en cherchant quelles relations il entretient avec des compléments nominaux. Cette démarche nous entraînera à relire d’un point de vue nouveau certains des textes que nous avons déjà cités. Il est parfois accompagné d’un complément à l’accusatif, parfois employé seul. Nous envisagerons ces deux cas successivement ; celui des compléments à l’accusatif nous retiendra toutefois plus longuement car ils nous posent un problème.

  • 34 Voir supra, n. 4.

36Revenons aux larmes d’Ulysse : αἴδετο γὰρ Φαίηκας ὑπ’ ὄφρυσι δάκρυα λείβων34.

  • 35 Voir supra, n. 5.
  • 36 Voir supra, n. 8.
  • 37 Hom., Il., VI, 444-446 ; cf. 476-479.
  • 38 Un vers d’Homère semble confirmer la chose. Comme Agamemnon reproche aux chefs de ses troupes de m (...)
  • 39 Eur., Ion, 933. Dans un passage fameux du Banquet, Alcibiade évoque la figure de Socrate : « Il es (...)

37Une première interprétation nous vient à l’esprit : ce sont ses propres larmes qui inspirent de l’aidôs à Ulysse, ce ne sont pas les Phéaciens. En revanche, quand il pleure, la présence des Phéaciens le gêne. C’est pourquoi j’avais traduit : « il éprouvait de l’aidôs devant les Phéaciens, en sentant des larmes sourdre de ses yeux. » Les tristes propos tenus par Hector, quand il pressent la défaite de Troie35, donnent lieu à une observation semblable. C’est l’échec d’une conduite dont il découvre les conséquences funestes qui lui inspire de l’aidôs ; ce ne sont ni les Troyens ni les Troyennes. J’avais donc traduit : « j’ai de l’aidôs en face des Troyens et des Troyennes. » Le vers suivant : « craignant qu’un jour quelque homme ne dise... » nous suggérera une autre remarque. La présence des Troyens paraît gêner Hector parce qu’ils furent témoins de sa conduite ; l’un de ces témoins pourrait un jour le juger. L’aidôs serait ainsi relative à l’opinion que les hommes qui connaissent votre conduite se font de vous. D’autres propos d’Hector semblent confirmer cette conclusion36. L’idée de rester à l’abri loin des combats sous le regard des Troyens lui déplairait, troublant son aidôs, parce qu’un tel retrait est incompatible avec le goût de la gloire qui inspire toutes ses conduites37. Les textes de cette sorte lient l’aidôs éprouvée par un homme au regard que des spectateurs, au jugement que des témoins portent sur ses conduites. Ils semblent assimiler l’aidôs au malaise qu’un blâme fait naître chez celui qui en est l’objet. Pour l’individu qui l’éprouve elle impliquerait la crainte de susciter la réprobation d’autrui, comme le goût de la gloire implique l’espoir de lui inspirer des éloges38. Dans ce cas, l’accusatif complément d’ αἰδεῖσθαι désignerait le témoin dont le jugement suscite l’aidôs. Le verbe se construirait comme αἰσχύνεσθαι le fait dans la phrase suivante ; confiant à un vieillard le secret de son aventure avec Apollon, Créuse lui dit : « j’ai honte devant toi, vieillard ; je parlerai pourtant, » αἰσχύνομαι μέν σέ, ὦ γέρον· λέξω δ’ ὅμως39. On le voit, l’accusatif ne nomme pas exactement l’objet du sentiment énoncé par αἰσχύνεσθαι, il ne désigne pas ce dont le sujet a honte mais la personne en présence de laquelle il se trouve saisi de confusion. Cette correspondance apparente entre la construction du verbe αἰδεῖσθαι et celle du verbe αἰσχύνεσθαι semble confirmer une idée que nous avions rejetée – l’aidôs est proche de la honte – mais cette correspondance est illusoire. De nombreux textes nous incitent en effet à comprendre les propositions du type αἰδεῖσθαι + accusatif d’une manière différente de celle que nous avons d’abord adoptée, en suivant les suggestions de certains traducteurs.

38Complément de notre verbe, les accusatifs nomment souvent un objet dépourvu de regard, incapable de jugement. Dans les Choéphores, la femme qui mène le chœur se déclare :

pleine d’aidôs pour la tombe de ton père, comme pour un autel,

  • 40 Esch., Cho., 106, cf. 108. Autel objet d’aidôs, autre exemple, Esch., Suppl., 344 sq.

αἰδουμένη σοι βωμὸν ὣς τύμβον πατρός40.

39Ajax recommandait à Achille

sois d’une humeur plus aimable ;
aie de l’aidôs pour ce toit, nous sommes venus dans ta demeure

  • 41 Hom., Il, IX, 639 sq. Voir supra, n. 19.

αἰδέσαι δὲ μέλαθρον·ὑπωρόφιοι δέ τοί εἰμεν, ...41

  • 42 Hom., Od., XVI, 756 et XIX, 527.

40Pénélope agit « pleine d’aidôs pour la couche de son époux, » εὐνήν τ’ αἰδομένη πόσιος42. Certes, dans ce cas comme dans les précédents, l’objet matériel évoque un être humain. En dernière analyse, l’aidôs s’adresse à une personne mais le choix du symbole montre que cette personne n’est pas invoquée en qualité de témoin ni mentionnée en considération de son opinion : l’Agamemnon d’Eschyle est la victime d’un meurtre ; Ajax, un messager et un hôte ; Ulysse, un mari. l’aidôs des Choéphores trouve son expression dans le rite qu’elles accomplissent avec Électre ; celle d’Achille devrait lui inspirer plus d’attention pour ceux qui sollicitent son pardon et son aide ; celle de Pénélope l’empêche de céder aux prétendants. Dans de tels cas l’aidôs n’est pas une honte mais une considération, un respect dont le nom décliné à l’accusatif nomme l’objet.

  • 43 Voir supra, n. 11.

41Une phrase que nous avons citée plus haut était déjà significative. En parlant d’Ulysse, Eumée déclarait : « même en son absence, j’ai de l’aidôs à le nommer43. » Elle nous apprend en effet que l’aidôs n’est pas un sentiment que l’on éprouve en présence de quelqu’un mais un sentiment que l’on éprouve à son égard, qu’il soit proche ou lointain.

42Bref, la personne est le véritable objet de l’aidôs. Deux phrases le confirmeront. Pour arrêter le geste meurtrier d’Oreste, Clytemnestre s’exclame :

Suspends ton geste, mon fils ; aie de l’aidôs pour ce sein, / mon enfant...

  • 44 Esch., Cho., 895-896.

ἐπίσχες, ὦ παῖ, τόνδε δ’ αἴδεσαι, τέκνον, /μαστόν44.

43Le symbole du sein désigne en Clytemnestre la femme qui a enfanté et nourri Oreste, non celle dont il lui faudrait craindre le jugement. Il est vrai que le sein est un objet matériel, mais on passe aisément de la chose à la personne dont elle est solidaire. Hécube s’efforce de retenir Hector qui s’engage dans un combat mortel :

Je t’implore Hector, dans cette situation, aie pour moi de l’aidôs et prends-moi en pitié,
si jamais jadis je t’ai donné ce sein où s’oublient les soucis,

  • 45 Hom., Il., XXII, 82-83.

Ἕκτορ, τέκνον ἐμόν, τάδε τ’ αἴδεο καί μ’ ἐλέησον
αὐτήν, εἴ ποτέ τοι λαθικηδέα μαζὸν ἐπέσχον45.

44Nous pouvons rapprocher cette dernière phrase de deux autres. Un malheureux Troyen supplie Achille de l’épargner :

Je t’implore, Achille, aie pour moi de l’aidôs, prends pitié de moi,

  • 46 Hom., Il., XXI, 74 ; autres exemples : XX, 123-124 ; 418-419 ; XXIV, 207-208 ; Od., III, 96-97 ; I (...)

γουνοῦμαί σ’, Ἀχιλλεῦ·σὺ δέ μ’ αἴδεο καί μ’ ἐλέησον46.

45On le voit, αἰδεῖσθαι e construit avec l’accusatif comme ἐλεεῖν. Sous les traits d’un écuyer d’Achille, Hermès aborde Priam, égaré dans le camp des Grecs. Le roi troyen lui offre une coupe pour qu’il le conduise auprès de son maître. Jouant le rôle du jeune homme, le dieu accepte de servir de guide mais refuse la coupe :

tu me pousses à recevoir un cadeau de toi, à l’insu d’Achille,
mais j’ai peur de lui ; l’aidôs que je porte en mon cœur
m’interdit de le dépouiller, pour éviter qu’il m’arrive un malheur,

  • 47 Hom., Il., XXIV, 434-436.

τὸν μἐν ἐγὼ δέδοικα καὶ αἰδέομαι περὶ κῆρι
συλεύειν μὴ μοί τι κακὸν μετόπισθε γένηται47.

  • 48 Voir notamment le vers cité plus haut (n. 22), où nous trouvons la proposition οὐ... σ’ αἰδέομαι ο (...)

46Étroitement associé au verbe δεδοικέναι, le verbe αἰδεῖσθαι se construit comme lui. Il ne se construit donc pas comme αἰσχύνεσθαι mais comme φιλεῖν, ὀδύρομαι et d’autres verbes signifiant un sentiment ; l’accusatif qui le suit en désigne proprement l’objet.48 Force nous est donc de reconsidérer l’interprétation de certains des vers que nous avons cités.

47Revenons aux fiers propos d’Hector :

  • 49 Hom., Il., VI, 440 sq. Voir supra, p. 3.

ἦ καὶ ἐμοί τάδε πάντα μέλει, γύναι, ἀλλὰ μάλ’ αἰνῶς
αἰδέομαι Τρῶας καὶ Τρωάδας ἑλκεσιπέπλους
αἴ κε κακὸς ὣς νόσφιν ἀλυσκάζω πολέμοιο49.

48Conjugué à l’indicatif, le verbe principal énonce un fait réel, tandis que la subordonnée, introduite par αἴ κε, dit une simple éventualité. Contrairement à ce que nous avons d’abord supposé, Hector n’a pas d’aidôs en face des Troyens et des Troyennes ; il en a pour eux. Ce sentiment occupe son âme et le fait d’une manière durable. Une conduite lui est suggérée par Andromaque ; il l’écarté ; son aidôs l’en détourne. Cette jonction paradoxale d’une principale au mode de la réalité et d’une subordonnée au mode de l’éventualité requiert une explication : Hector a de l’aidôs pour les Troyens ; c’est un fait durable, si évident qu’il n’a pas lieu d’en parler ordinairement. Il le mentionne seulement quand l’idée d’un geste incompatible avec ce sentiment profond lui en fait prendre une conscience plus aiguë. L’éventualité repoussée incite à dire la réalité permanente du sentiment qui la lui fait rejeter.

  • 50 Supra, n. 5.

49Les tristes paroles que le héros troyen prononce dans une autre circonstance50 nous inspireront une remarque analogue. La prochaine chute de Troie lui fait prendre conscience de l’aidôs qui l’a toujours uni aux Troyens et lui faisait souhaiter leur victoire. Dans cette situation, il est vrai qu’il craint les reproches qu’on pourrait lui adresser un jour mais il convient de noter une chose. Il ne songe pas aux critiques de n’importe lequel des Troyens témoins de sa conduite ; il redoute le jugement d’un homme moins valeureux que lui. La personne dont il craint une éventuelle désapprobation n’est pas nécessairement celle pour laquelle il a de l’aidôs.

  • 51 Les Grecs font cette différence : cf. supra, n. 23.

50Nous avons constaté que les dieux sont un objet privilégié de l’aidôs. Nous pourrions penser qu’une proposition du type θεοὺς αἰδεῖσθαι signifie qu’un homme a de l’aidôs quand il se sent placé sous le regard des dieux et qu’il redoute leur jugement. Dans ce cas, nous devrions au moins reconnaître que le jugement d’un dieu ne se laisse pas aisément réduire à des opinions humaines51. Nous devons surtout reconnaître l’insuffisance d’une telle interprétation. Le dieu n’est pas simplement le juge ou le témoin sous le regard duquel l’homme éprouve de l’aidôs, il est l’objet d’une considération particulière que les mots αἰδώς, αἰδεῖσθαι signifient. Il est vrai que le dieu est un témoin des conduites humaines et qu’il peut les juger. Les hommes ne l’ignorent pas mais leur aidôs pour le dieu ne se réduit pas au souci qu’ils ont de son opinion ; ils savent le dieu qui les observe capable d’influencer leur destinée. Priam dit à Achille en le suppliant de lui rendre le corps d’Hector :

mais Achille, aie de l’aidôs pour les dieux et prends pitié de moi en songeant à ton père,

  • 52 Hom., Il., XXIV, 503-504.

ἀλλ’ αἰδεῖο θεούς, Ἀχιλλεῦ, αὐτόν τ’ ἐλέησον
μνησάμενος σοῦ πατρός...52

51L’exhortation « aie de l’aidôs pour les dieux » implique plusieurs choses : sois attentif au jugement des dieux qui te regardent ; respecte-les ; crains leurs réactions ; prends pitié de moi car les dieux protègent les suppliants et châtient qui les maltraite. Un passage de l’Odyssée confirme cette interprétation. Ulysse s’y adresse au Cyclope dont il sollicite l’hospitalité :

Aie de l’aidôs pour les dieux, mon cher. Nous sommes des suppliants ;
Zeus est le protecteur des suppliants et des hôtes,

  • 53 Hom., Od., IX, 269-270.

ἀλλ’ αἰδεῖο, φέριστε, θεούς· ἱκέται δέ τοί εἰμεν·
Ζεὺς δ’ ἐπιτιμήτωρ ἱκετάων τε ξείνων τε53.

52Il n’est pas illégitime de développer comme nous venons de le faire la formule « aie de l’aidôs pour les dieux » mais il importe de souligner que cette formule reste implicite. l’aidôs n’est pas un raisonnement, c’est un sentiment et c’est une attitude, sentiment, attitude étroitements liés entre eux, formant une entité cohérente dans l’âme antique. Elle est une malgré sa complexité et, pour le Grec, immédiatement perceptible bien qu’elle ne le soit plus pour nous.

53Il semble que les dieux soient un objet d’aidôs en raison de leur puissance et de l’action qu’ils exercent sur les événements. Quand ils apprennent enfin la chute de Troie, les vieillards qui forment le chœur de la tragédie intitulée Agamemnon entonnent un chant d’action de grâce :

c’est au puissant Zeus Xenios que va mon aidôs,
à lui, l’auteur de leur défaite, lui qui, contre Alexandre,
a jadis tendu son arc en évitant
de lancer un trait inutile
en deçà de son objectif ou au-delà des astres,

  • 54 Esch., Ag., 362 sq.

Δία τοι Ξένιον μέγαν αἰδοῦμαι
τὸν τάδε πράξαντ’ ἐπ’ Ἀλεξάνδρῳ
τείνοντα πάλαι τόξον, ὅπως ἂν
μήτε πρὸ καιροῦ μήθ’ ὐπὲρ ἄστρων
βέλος ἠλίθιον σκήψειεν54.

  • 55 Ibid., 367 sq.

54Première expression de l’aidôs, le chant célèbre l’efficacité de l’action divine et la façon souveraine dont Zeus châtie finalement en Pâris l’homme qui a violé les lois de l’hospitalité55.

  • 56 Voir supra, n. 40.

55Il n’est pourtant pas certain que le Grec, plein d’aidôs pour une divinité, respecte d’abord en elle sa puissance. Il ne vénère pas seulement les dieux mais aussi les instruments de leur culte. Nous avons déjà vu que le tombeau reçoit cette considération spécifique dans la mesure où il est assimilé à un autel56 ; l’autel est donc un objet habituel de l’aidôs. Or, quand il dit la considération que l’on doit avoir pour Dikè, déesse de la Justice, Eschyle évoque son autel, non sa puissance ni son jugement :

Tout bien considéré, je le dis,
aie de l’aidôs pour l’autel de la Justice ;
évite,
le foulant du pied dans l’espoir d’un profit,
de le déshonorer car un châtiment viendra.
Cet aboutissement est inéluctable.

  • 57 Esch., Eum., 538-543.

Ἐς τὸ πᾶν δέ σοι λέγω,
βωμὸν ἄιδεσαι Δίκας·
μηδέ νιν
κέρδος ἰδῶν ἀθέῳ ποδἰ
λὰξ ἀτίσῃς· ποινὰ γὰρ ἐπέσται·
κύριον μένει τέλος57.

56De même certains textes évoquent un rite objet d’aidôs, sans mentionner la divinité que le rite a invoquée. Interpellant les Athéniens qui siègent sur l’Aréopage pour juger le conflit opposant Oreste et les Euménides – ils sont assermentés comme le seront tous les juges – Apollon leur recommande :

En apportant le jeton (de votre vote), ayez de l’aidôs pour votre serment,

ψῆφον φέροντες ὅρκον αἰδεῖσθε, ξένοι.

57Athéna leur répète :

Il faut vous lever,
choisir votre jeton et rendre la justice,
pleins d’aidôs pour votre serment,

  • 58 Esch., Eum., 680 et 709 sq.

ὀρθοῦσθαι δε χρή
καὶ ψήφον αἴρειν καὶ διαγνῶναι δίκην
αἰδουμένους τὸν ὅρκον58.

58Des liens étroits unissent évidemment l’autel et le rite à une divinité ; rappelons toutefois qu’appelés tous deux hiéra, ils sont d’abord, le premier, un objet matériel éminemment sacré, le second, un geste par lequel les hommes manipulent de la sacralité. l’aidôs adressée à l’autel ou au serment atteint sans doute le dieu auquel le réceptacle des offrandes ou la parole rituelle sont consacrés mais elle vise plus précisément dans sa personne ce par quoi le divin touche au sacré.

59Récapitulons nos premières observations. Le verbe αἰδεῖσθαι se construit souvent comme les verbes de crainte ; l’aidôs implique une sorte d’appréhension. À ce propos pourtant, une chose doit être soulignée. L’événement redouté est un événement imaginé, non un événement en cours de déroulement ; l’aidôs vous inspire des conduites visant à en écarter la menace. D’autre part, dans plusieurs cas, l’aidôs semble proche d’un sentiment de gêne ou de malaise que l’on ressent, placé sous le regard d’autrui. Il est toutefois distinct de la honte car les actions qui vous inspirent ce sentiment ne sont habituellement ni des actions présentes ni des actions passées. Ce sont des actions éventuelles que l’aidôs vous dissuade d’accomplir. Puisqu’elle vous empêche ainsi de les commettre, elle n’implique comme telle aucun sentiment de culpabilité. Plus qu’une gêne, qu’une honte ou qu’une peur, l’aidôs est une retenue. Elle vous interdit les gestes qui pourraient offenser autrui et les actes indignes des communautés auxquelles vous appartenez. Dans les cas que nous avons envisagés, l’action inhibitrice de l’aidôs résulte d’un sentiment que l’on a pour une personne humaine ou divine. Souvent associé à de la crainte ou à de la pitié mais distinct de l’une et de l’autre, ce sentiment s’apparente à un sentiment de respect, respect d’une personne à l’estime de laquelle on tient, que l’on veut éviter d’offenser, que l’on aidera si elle est menacée. Ce respect semble impliquer la reconnaissance d’une dignité qui appartient à la personne considérée et contribue à la définir, spécifique du dieu ou spécifique de l’homme. Il faut toutefois noter que ni le dieu ni l’homme ne sont une abstraction. Le dieu a des qualités et des compétences particulières, l’homme est situé dans le temps et dans l’espace ; il appartient à une famille et à une cité. l’aidôs respecte la dignité attachée à sa condition.

  • 59 Parmi les nombreux passages où il traite de la timè, citons notamment les pages 99-10, 124-125, 15 (...)
  • 60 Voir notamment J. Rudhardt, À propos de l’hymne à Déméter. La répartition des timai, articulation (...)

60Cairns le dit à sa façon. Il établit une relation entre l’aidôs et la timè, et cite plusieurs textes qui associent ces deux mots59. Les observations qu’il fait sur ce point sont pertinentes mais il conviendrait, me semble-t-il, de mieux cerner la notion de timè. Il est insuffisant de l’assimiler à la notion d’honneur. Le nom timè connaît de multiples emplois. Sans les étudier ici, je me contenterai de faire une remarque. Dans nombre de cas ce sont des hommes qui, reconnaissant la valeur d’un individu, lui attribuent une timè – nous pourrions traduire : un « honneur », une « marque d’honneur ». Il convient toutefois d’observer que la valeur n’est point conférée par cet octroi ; elle le précède et le justifie. Plusieurs textes me donnent à penser que la timè comprend tout à la fois la valeur propre d’un individu et le geste par lequel un groupe social la lui reconnaît. Quand la valeur d’un individu ne correspond pas à l’honneur qui lui est décerné, les Grecs tiennent cet honneur pour illégitime. De nombreux mythes racontent les événements au terme desquels un dieu reçoit le caractère, les compétences qui le définissent et, du même coup, les honneurs cultuels que les hommes lui rendront ; des mythes analogues racontent comment la condition humaine se définit ; tous ces mythes s’ordonnent dans ce qui constitue un épisode central de la cosmogonie : celui de la répartition des timai60. Ainsi la timè peut être une situation dans l’ordonnance religieuse de l’univers, un caractère, un ensemble de fonctions ; elle peut être tout ce qui définit un dieu, tout ce qui définit un homme.

  • 61 Cairns a parfaitement reconnu le fait que l’aidôs éprouvée par un sujet peut impliquer le respect (...)

61Même si les textes ne lient pas sytématiquement les noms d’aidôs et de timè, c’est bien cette dignité particulière que l’aidôs reconnaît en chaque être. Il convient toutefois de noter deux choses. Cette dignité caractérise un individu mais elle caractérise du même coup tous les individus d’une même espèce : tous les dieux, tous les mortels, tous les Troyens, voire tous les hommes, s’il leur arrive de se trouver dans des situations analogues, celle des hôtes par exemple ou celle des suppliants. Il en résulte une conséquence importante. Quand Hector a de l’aidôs pour les Troyens, il respecte la dignité qui les définit ; or elle le définit lui-même puisqu’il est troyen ; le respect qu’il témoigne aux Troyens est solidaire de celui qu’il a de sa propre personne61. Les choses sont parfois plus subtiles. Si Athéna et Apollon ont de l’aidôs pour Poseidon, le frère de leur père, ils reconnaissent leur appartenance à une famille et, du même coup, la situation qu’ils y occupent. Si Eumée a de l’aidôs pour Télémaque, il reconnaît la place où il se trouve lui-même dans la maison d’Ulysse. Ainsi l’aidôs implique la conscience d’une dignité partagée, serait-ce inégalement ; elle s’accompagne du sentiment d’une hiérarchie où chacun trouve sa place.

62Deux vers d’un hymne homérique indiquent d’une manière particulièrement claire la relation qui unit le sujet à l’objet du verbe αἰδεῖσθαι . Déméter se rend auprès d’Hélios pour lui demander s’il sait ce qui est advenu de Perséphone. Voici les premiers mots qu’elle lui adresse :

Hélios, aie de l’aidôs pour la déesse que je suis, toi qui es un dieu, si jamais, par mes paroles ou par mes actes, j’ai réjoui ton cœur et ton âme,

  • 62 Hymne ps.-hom. à Déméter, 64-65. Le texte que je cite, comprenant les mots θεὰν θεός, est le produ (...)

Ἠέλι’ αἴδεσσαί με θεὰν θεός, εἴ ποτε δή σευ
ἢ ἔπει ἢ ἔργῳ κραδίην καὶ θυμὸν ἰήνα62.

  • 63 Voir supra, p. 7.

63Ainsi Hélios doit avoir de l’aidôs pour Déméter parce qu’ils sont l’un et l’autre divins. La proposition conditionnelle n’affaiblit pas la raison fondamentale d’un respect qui doit contraindre Hélios à dire la vérité. Elle ne se réfère à nul événement particulier ; si Demeter a réjoui Hélios, c’est dans le simple exercice de sa fonction divine ; elle ne doute pas qu’elle lui a procuré cette satisfaction. Des vers que nous avons déjà cités donneront lieu à une autre observation. On se rappelle les propos d’Agamemnon, exhortant ses soldats, avant le combat63. Le verbe αἰδεῖσθαι y figure deux fois ; la première, il est suivi d’un accusatif : ἀλλήλους τ’ αἰδεῖσθε ; la seconde, il est employé seul, sans complément : αἰδομένων ἀνδρῶν. L’absence de tout complément dans le second cas me paraît significative. Quel qu’en soit l’objet, le sentiment d’aidôs implique une attitude ; elle est la chose essentielle ; c’est elle que le verbe αἰδεῖσθαι signifie d’abord, qu’il soit ou non suivi d’un complément. La seconde partie de la phrase est parfaitement intelligible, bien que le verbe n’y ait pas de complément. Quand chacun respecte une dignité qui le définit comme elle définit chacun de ses compagnons d’armes, tous les guerriers combattent efficacement.

64Le verbe αἰδεῖσθαι est donc parfois employé seul ; il énonce alors l’idée qu’un homme a de l’aidôs, sans qu’il paraisse nécessaire de préciser pour tel ou tel individu. Cet homme a de l’aidôs ; il respecte une dignité commune à tous, même si elle est particulière à chacun, et il la respecte dans sa propre personne. Ce respect lui interdit certains comportements. Quelques exemples le montreront.

  • 64 Hom., Od., VI, 221-222. Cf. supra, p. 4.
  • 65 Hom., Od., XVIII, 184. Cf. supra, p. 6.

65Quand Ulysse naufragé demande aux servantes qui lui ont apporté de l’huile et des vêtements pour s’éloigner, quand il leur dit : « j’ai de l’aidôs I à me trouver nu, en m’approchant de jeunes filles »64, L’aidôs qui l’inspire est sans doute faite d’un double respect : celui qu’il a pour les jeunes filles et celui qu’il a de lui-même ; l’absence de tout complément après αἰδέομαι montre toutefois que les jeunes filles n’en sont pas l’objet principal. Quand, pour se rendre dans la salle où les prétendants se trouvent réunis, Pénélope demande à des suivantes de l’accompagner, en disant : « Je n’irai pas là, seule parmi des hommes, car j’ai de l’aidôs »65, l’absence de tout complément après αἰδέομαι est encore une fois révélatrice. Les scrupules de Pénélope ne sont pas liés au respect qu’elle a des prétendants mais à celui qu’elle a d’elle-même. Dans un rêve, Nausicaa entend Athéna ; la déesse lui suggère d’aller laver son linge à la rivière pour qu’il soit beau le jour de ses noces. Obéissant à ce conseil, la jeune fille demande à son père de lui fournir un char pour transporter les pièces à laver. En énonçant sa prière, elle ne dit pas pourquoi elle tient à faire cette lessive.

Tels furent ses propos. Elle avait en effet de l’aidôs l’empêchant de mentionner / à son père le mariage requis par sa tendre jeunesse. Mais il comprit parfaitement et répondit...

  • 66 Hom., Od., VI, 66. Quelques autres exemples du verbe employé sans complément à l’accusatif, et qui (...)

ὢς ἒφατ’ αἲδετο γὰρ θαλερὸν γάμον ἐξονομῆναι
πατρὶ φίλῳ ὁ δἐ πάντα νόει καὶ ἀμείβετο...66

66Nausicaa ne craint pas le jugement que pourait prononcer sur elle un père si prêt à la comprendre ; l’aidôs qui inspire sa réserve est le respect qu’elle a d’elle-même, dans sa dignité de jeune fille.

  • 67 L’adjectif hosios peut énoncer l’idée de cette légitimité.

67Résumons-nous. Telle que les emplois du verbe αἰδεῖσθαι nous la font connaître, l’aidôs présente des parentés avec les sentiments d’honneur et de honte mais elle ne coïncide avec aucun d’eux. C’est essentiellement un respect qui impose de la réserve, respect d’une dignité particulière, définissant chaque personne (celle qui est sujet aussi bien que celle qui est objet de l’aidôs) à l’intérieur d’une ordonnance où tous les êtres se trouvent situés. Les mythes relatifs à la répartition des timai entre les dieux ou entre mortels et immortels racontent l’établissement de cette ordonnance ; lorsqu’elles sont légitimes67, les actions humaines la confortent et la complètent. Certes le souvenir de ces mythes n’est pas présent à l’esprit des individus, dans toutes les occasions où ils éprouvent de l’aidôs et font preuve de la retenue qu’elle requiert, mais, pour eux, cette ordonnance est essentiellement religieuse. Pour le bien comprendre, il faut observer que le champ de la religion grecque dépasse de beaucoup celui des relations immédiates entre les hommes et les dieux. Animés ou inanimés, comme les autels, divins ou humains, comme les géniteurs, la famille et la cité, les objets de l’aidôs sont aussi ceux des rites et des sentiments constitutifs de la piété, de l’eusébeia. Au demeurant, nous avons noté que les Grecs tiennent les dieux pour objets naturels de l’aidôs et qu’ils établissent souvent une relation étroite entre les dieux et les personnes ou les choses que leur aidôs entoure de sa considération.

68Si l’aidôs est ainsi le respect d’une dignité qui vous définit comme elle définit autrui, on comprend que le verbe αἰδεῖσθαι , « avoir de l’aidôs », puisse être employé seul ou suivi d’un complément direct, selon que l’on pense à soi-même, à tous les hommes, ou plus particulièrement à certains d’entre eux. Comme ce respect vous impose de la retenue, on comprend que le grec indique les actes qu’il vous dissuade de commettre dans des circonstances particulières, en utilisant les constructions : αἰδεῖσθαι suivi d’un infinitif, αἰδεῖσθαι suivi de μή, voire αἰδεῖσθαι suivi d’une proposition conditionnelle au mode de l’éventualité, si votre esprit envisage un instant l’événement auquel votre aidôs ne veut pas consentir. Comme ce respect est profond et durable, indépendant des circonstances où il inspire des conduites singulières, on comprend qu’il ne soit parfois suivi d’aucune proposition subordonnée.

Notes

1 Α. Motte, L’expression du sacré dans la religion grecque, in J. Ries (éd.), L’expression du sacré dans les grandes religions, III, Louvain-la-Neuve, 1986 (Homo Religiosus, 3), p. 109-256.

2 L’aidôs est située dans le θυμός : Hom., Il., XV, 561 ; dans les φρένες (Il., X, 236 sq. ; XIII, 120 sq.) dans le κῆρ ou la καρδία (Il., XXIV, 435 ; Esch., Eum., 679).

3 D.L. Cairns. Aidôs. The Psychology and Ethics of Honour and Shame in Ancient Greek Literature, Oxford, 1993.

4 Hom., Od., VIII, 86. Autre exemple d’ αἰδεῖσθαι suivi d’un participe : Hom., XXIV, 503 sq.

5 Hom., Il, XXII, 104-107.

6 Hom, Od., XVII, 186-187.

7 Hom., Od., II, 64 sq.

8 Hom., IL., VI, 440 sq.

9 Hom., Il., XXI, 468-469.

10 Hom., Od., VI, 221-222.

11 Hom., Od., XIV, 145 sq. Autres exemples : HOM., IL., VII, 93 ; X, 236 sq. ; Od., VI, 66 ; XX, 343 ; ESCH., Cho., 899.

12 Ηοm., Il., I, 329-336.

13 D’autres personnages se trouvent empêchés de parler sous l’effet de l’aidôs, e.g. Hom., Il., IV, 401-402. Une participiale explique la conduite de Pénélope d’une façon semblable. Elle refuse de choisir l’un des prétendants et de quitter sa propre maison pour le suivre, « pleine d’aidôs pour la couche de son époux et pour l’estime de son peuple », εὐνην τ’ αἰδομένη πόσιος δήμος τε φῆμιν. L’aidôs ne paralyse pas Pénélope mais elle contribue à la dissuader de faire certains choix et détermine ainsi son comportement. (HOM., Od., XVI, 75 ; ΧIΧ, 527).

14 Hom., Od., III, 96-97.

15 Hom., Il, X, 236 sq.

16 Hom., Od., XVIII, 184.

17 Hom., Od., VI, 328 sq.

18 Supra, n. 9.

19 Hom., Il, IX, 639 sq.

20 Hom., Il., V, 529 ; dans une circonstance semblable, Ajax prononce à peu près la même phrase : Il., XV, 561.

21 Hom., Il., V, 529 sq. ; cf. XV, 561 sq.

22 Hom., Il, XI, 75 sq. ; XXII, 81 sq. ; 418 ; XXIV, 207 sq. ; Od., XXII, 312, 344. Deux vers de l’Odyssée associent d’une manière encore plus remarquable les verbes αἰδεῖσθαι et φνλεῖν. Eumée dit à Ulysse qui, sous les traits d’un mendiant, n’a pas encore révélé son identité : « ce n’est pas pour cette raison que j’aurai pour toi de l’aidôs et de l’amitié ; / c’est parce que je crains Zeus Xénios et que tu m’inspires de la pitié », οὐ γὰρ τοὔνεκ’ ἐγώ σ’ αἰδέσσομαι οὐδέ φιλήσω / ἀλλὰ Δία ξένιον δείσας αὐτόν τ’ ἐλεαίρων (Hom., Od., XIV, 388-389). L’amitié peut donc accompagner l’aidôs mais elles ne se confondent pas. Faisant écho à τοὔνεκα, les participiales équivalent à des propositions explicatives ; elles disent ce qui met Eumée dans des ‘dispositions favorables à Ulysse. Puisque le texte mentionne deux sentiments et deux motifs, nous avons probablement lieu de distinguer deux groupes de relations causales. La crainte de Zeus Xenios inspirerait l’aidôs éprouvée par Eumée pour son hôte et la commisération qu’il a pour le mendiant serait l’amorce d’une amitié.

23 Esch., Ag., 937.

24 Autre cas semblable : Esch., Suppl., 639-642.

25 Esch., Suppl., 478-479.

26 Esch., Suppl., 344-346.

27 Supra, n. 22.

28 Hom., Od., IX, 270.

29 Hom., Od., XXI, 27-30.

30 Hom., Il, IX, 508-512.

31 Esch., Ag., 362-363.

32 Hom., Od., IX, 269-271.

33 Hymne ps.-hom. Hermès, 381

34 Voir supra, n. 4.

35 Voir supra, n. 5.

36 Voir supra, n. 8.

37 Hom., Il., VI, 444-446 ; cf. 476-479.

38 Un vers d’Homère semble confirmer la chose. Comme Agamemnon reproche aux chefs de ses troupes de manquer d’ardeur, ce blâme réduit Diomède au silence : « il était plein d’aidôs devant la semonce du roi digne d’aidôs », αἰδεισθεὶς βασιλῆος ἐνίπην αἰδοίοιο (Ηom., Il., IV, 401-402).

39 Eur., Ion, 933. Dans un passage fameux du Banquet, Alcibiade évoque la figure de Socrate : « Il est le seul homme en face de qui j’éprouve un sentiment qu’on ne s’attendrait guère à trouver en moi : celui d’être honteux en présence de quelqu’un », τὸ αἰσχύνεσθαι ὁντινοῦν (Platon, Banquet, 216 a-b. Trad. L. Robin).

40 Esch., Cho., 106, cf. 108. Autel objet d’aidôs, autre exemple, Esch., Suppl., 344 sq.

41 Hom., Il, IX, 639 sq. Voir supra, n. 19.

42 Hom., Od., XVI, 756 et XIX, 527.

43 Voir supra, n. 11.

44 Esch., Cho., 895-896.

45 Hom., Il., XXII, 82-83.

46 Hom., Il., XXI, 74 ; autres exemples : XX, 123-124 ; 418-419 ; XXIV, 207-208 ; Od., III, 96-97 ; IV, 326-327 ; XXII, 312-314.

47 Hom., Il., XXIV, 434-436.

48 Voir notamment le vers cité plus haut (n. 22), où nous trouvons la proposition οὐ... σ’ αἰδέομαι οὐδέ φιλήσω.

49 Hom., Il., VI, 440 sq. Voir supra, p. 3.

50 Supra, n. 5.

51 Les Grecs font cette différence : cf. supra, n. 23.

52 Hom., Il., XXIV, 503-504.

53 Hom., Od., IX, 269-270.

54 Esch., Ag., 362 sq.

55 Ibid., 367 sq.

56 Voir supra, n. 40.

57 Esch., Eum., 538-543.

58 Esch., Eum., 680 et 709 sq.

59 Parmi les nombreux passages où il traite de la timè, citons notamment les pages 99-10, 124-125, 159, 162-163 et 207-214 de son livre Aidôs (cité n. 3).

60 Voir notamment J. Rudhardt, À propos de l’hymne à Déméter. La répartition des timai, articulation centrale des systèmes mythiques grecs. Le rapt de Perséphone considéré comme un épisode de cette répartition, in MH, 36 (1978), p. 1-17 ; Les mythes grecs relatifs à l’instauration du sacrifice : les rôles corrélatifs de Prométhée et de son fils Deucalion, in MH, 27 (1970), p. 1-15 ; Le mythe hésiodique des races et celui de Prométhée. Recherche des structures et des significations, in Du mythe, de la religion grecque et de la compréhension d’autrui (Revue européenne des Sciences sociales, 19 [1981] = Cahiers Vilfredo Pareto, n° 58), p. 245-281.

61 Cairns a parfaitement reconnu le fait que l’aidôs éprouvée par un sujet peut impliquer le respect qu’il a de sa propre personne. Voir, par exemple, op. cit. (n. 3), p. 212.

62 Hymne ps.-hom. à Déméter, 64-65. Le texte que je cite, comprenant les mots θεὰν θεός, est le produit d’une conjecture faite par Peerlkamp. Les manuscrits proposent une formule inintelligible. Cette conjecture, retenue par Richardson, me paraît meilleure que le θεὰν σύ περ de Ludwich, retenu par Allen.

63 Voir supra, p. 7.

64 Hom., Od., VI, 221-222. Cf. supra, p. 4.

65 Hom., Od., XVIII, 184. Cf. supra, p. 6.

66 Hom., Od., VI, 66. Quelques autres exemples du verbe employé sans complément à l’accusatif, et qui donneraient lieu à des remarques semblables à celles que nous venons de faire : Hom., Il., VII, 93 ; X, 236 ; XXI, 468-9 ; Od., VI, 328 ; XX, 343 ; Esch., Cho., 899, etc.

67 L’adjectif hosios peut énoncer l’idée de cette légitimité.

Auteur

Professeur émérite de l’Université de Genève
17, rue de Saint Jean
CH – 1203 Genève

© Presses universitaires de Liège, 2001

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter