Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Kêpoi

 | 
Edouard Delruelle
, 
Vinciane Pirenne-Delforge

Esquisser un parcours...

Édouard Delruelle et Vinciane Pirenne-Delforge

Texte intégral

1Voici près de soixante-cinq ans naquit à Pâturages l’auteur des Prairies et Jardins de la Grèce antique. Sans aller jusqu’à croire au déterminisme des toponymes, reconnaissons à celui-là de plaisantes résonances et un petit air de prémonition ! Toutefois, la famille quitte rapidement ce lieu au nom évocateur pour s’installer à Huy et, comptant à ce moment trois garçons, elle allait encore accueillir deux petites filles. La disparition tragique d’un père fut sans doute la blessure de toute une vie, mais les études au Petit Séminaire de Floreffe imposent alors leur rythme et leurs exigences au jeune interne. C’est là qu’émergent et se fortifient une remarquable puissance de travail et le goût des auteurs anciens. Le choix de la Philologie classique à l’Université de Liège n’a dès lors rien d’étonnant : André Motte y mène un parcours remarquable, dans la suite attendue de ses brillantes études primaires et secondaires. À l’Université, il développe un intérêt toujours plus vif pour les présocratiques et pour ces lieux intermédiaires où la pensée « mytho-poétique » continue de nourrir ce qui deviendra la réflexion philosophique.

2De ce point de vue, la rencontre avec Marcel Decorte sera déterminante, puisque ce dernier propose un poste d’assistant à André Motte, alors professeur dans l’enseignement secondaire. Sans partager, tant s’en faut, toutes les prises de position politiques ou religieuses de son nouveau « patron », l’assistant profitera largement de la véritable générosité intellectuelle d’un maître auquel il rendra hommage tout au long de sa carrière. Car c’est une belle carrière universitaire qui vient de commencer. Du statut provisoire d’assistant à ceux, enfin stables, de premier assistant, puis de chargé de cours, de professeur et de professeur ordinaire, chaque étape à l’Université de Liège viendra, à son heure, couronner un travail scientifique original et brillant, tout autant qu’une vraie vocation pédagogique et un dévouement sans faille à l’institution. On peut affirmer avec force qu’André Motte a scrupuleusement rempli le triple contrat qui est aujourd’hui présenté aux membres de la communauté universitaire : enseignement, recherche et citoyenneté !

3Si l’on ajoute à cette dimension professionnelle, le volet familial de l’existence d’André Motte, avec le statut non moins exigeant d’époux, de père et de grand-père, l’ensemble prend le relief d’un parcours plein et entier. Tout cela, et d’autres choses encore, Jean-Pierre Massaut, son ami, le dira après nous, bien mieux que quiconque.

4Notre point de vue est celui des élèves, des « disciples » comme on dit ! Que ce soit dans le cadre de la philosophie morale pour l’un, dans celui de la religion grecque antique pour l’autre, nous avons tous deux bénéficié d’une compréhension, d’une écoute, d’une bienveillance et d’une générosité peu communes. Nous n’insisterons jamais assez sur l’ouverture d’esprit dont André Motte a toujours fait preuve, tant à l’égard des prises de position idéologiques qu’il ne partageait pas nécessairement, que par rapport à des approches méthodologiques différentes des siennes. Conscients de la chance qui fut – et est encore ! – la nôtre, nous avons voulu, avec la simplicité qui sied à un maître aussi modeste, lui témoigner notre gratitude à l’occasion de son admission à la retraite. Pour ce faire, deux types de publication s’offraient à notre choix –, les Opera minora selecta ou les Mélanges, formules d’hommage traditionnelles dans le milieu universitaire. Que faire ? La première possibilité était d’autant plus tentante qu’elle pouvait contribuer à mieux faire connaître des études parfois trop confidentielles. Si la deuxième a finalement emporté nos suffrages, c’est qu’elle nous a semblé correspondre davantage à la personnalité de celui que nous fêtons. À un homme aussi sociable, qui ne néglige jamais les relations humaines dans ses contacts scientifiques, il nous semblait que les Mélanges revenaient de droit car cette formule mêle les deux plans. Quant aux Opera minora selecta, ils ne sont peut-être que partie remise !

5Toutefois, les difficultés de cette option éditoriale sont inhérentes à la raison même qui l’a déterminée : les liens avec autrui... Comment choisir – parce qu’il fallait bien choisir – les collaborateurs de ces Mélanges ? À nous en tenir à un premier mouvement, fondé sur la seule sympathie, ils auraient compté bien des volumes... Nous avons donc tenté le pari périlleux de faire de cet ouvrage une sorte de miroir du parcours scientifique d’André Motte, tout en privilégiant chaque fois ce « petit quelque chose » qui crée des liens particuliers entre les êtres. Nous assumons pleinement nos choix, en espérant que ceux qui auraient souhaité être de la partie n’en concevront que de la joie, celle de voir fêter un ami... qui est resté dans l’ignorance la plus totale de notre projet !

6Et l’effet de miroir, quel est-il ? Tout d’abord, bon nombre des auteurs de ce volume ont une place dans le parcours académique d’André Motte : anciens condisciples, étudiants puis doctorants soumis à ce juré critique mais toujours bienveillant, collègues de l’Université de Liège ou d’ailleurs, de ceux qu’ils a rencontrés au fil de projets communs ou de colloques, et avec qui des relations privilégiées se sont tissées. Ensuite, les thèmes abordés nous semblent refléter bien des préoccupations présentes dans les travaux que l’on trouvera dans la bibliographie en fin de volume : le vocabulaire grec du sacré, les jardins, les prairies et tous les lieux poétiques et religieux de la métaphore végétale, quelques dieux grecs liés à ces manifestations, quelques-unes des étapes essentielles de la philosophie antique, Platon, Aristote, Lucrèce, avec leurs éventuels prolongements contemporains, mais aussi les penseurs du christianisme naissant et, last but not least, l’histoire des religions telle que la pratiquait Franz Cumont. Enfin, nous tenions aussi à manifester par cet ouvrage la dimension internationale des contacts noués par André Motte. Ainsi se trouvent représentés, à côté d’une Wallonie qui salue le fondateur de la « Maison de la Wallonie », la France, l’Espagne, la Suisse, l’Italie, la Grèce, la Pologne et même le Québec, par l’intermédiaire de deux collègues belges qui y sont devenus professeurs.

7Nous avons également pu compter sur l’aide de Marie-Claude Lange-Detrez, collaboratrice d’André Motte, pour l’établissement de la bibliographie, de Jean-Marie Motte et de Paul Delforge, pour la relecture attentive des dernières épreuves, et de Mme Reine Motte pour la photographie. Que tous soient remerciés de leur soutien.

8Κποι... Le titre de ces Mélanges est venu de lui-même. Souhaitons qu’en de tels Jardins, André Motte puisse se reconnaître, et qu’y fleurisse notre φιλία.

Table des illustrations

URL http://books.openedition.org/pulg/docannexe/image/1080/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 807k

Auteurs

Université de Liège

© Presses universitaires de Liège, 2001

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter