Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

L’information dans les organisations : dynamique et complexité

 | 
Christiane Volant

Session D. Systèmes d’information, patrimoine et mémoire

Les enseignants-chercheurs en information-documentation : tracés pour un paysage

Viviane Couzinet

Résumé

Une première approche exploratoire d’un projet de recherche de l’équipe MICS du LERASS en collaboration avec un groupe de chercheurs en science de l’information brésilien (Université Fédérale de Florianopolis) permet de poser quelques tracés du paysage français de recherche eninformation documentation. À terme il devrait être possible d’établir des comparaisons visant à définir la position de la discipline dans chacun des deux pays.

A first understanding of the research project carried out by the LERASS MICS group in collaboration with a Brasilian research group in library and information science (Florianopolis University) is enable to provide an overview of the French information documentation research scene. On the long term, it should be possible to make comparisons and to define the place of the subject in both countries.

Texte intégral

INTRODUCTION

1Il s’agit ici de présenter un projet de recherche, en collaboration avec des collègues brésiliens de science de l’information qui, en phase exploratoire, permet de poser quelques lignes du paysage français des sciences de l’information documentation.

2Plusieurs interrogations sont à l’origine de ce projet. Elles sont nées à la suite d’un ensemble d’investigations effectuées sur les liens unissant le monde de la recherche en sciences de l’information avec le monde professionnel, et plus particulièrement avec celui des documentalistes. Outre le lien fort qui a pu être observé et le rôle de soutien mutuel qui a marqué les débuts de l’implantation des documentalistes et l’institutionnalisation des sciences de l’information et de la communication, en France, des zones d’ombre et de malentendus réciproques nous paraissent subsister entre spécificités. Celles des professionnels entre eux, de la documentation, de la bibliothéconomie, de l’archivistique mais ce n’est pas là l’objet central de cette recherche. Celles qui nous intéressent sont celles existant entre les enseignants chercheurs et les professionnels, mais tout particulièrement celles existant entre les chercheurs en fonction de l’orientation de leurs travaux et de la proximité de ces derniers avec d’autres sciences : les sciences de gestion, la linguistique, la recherche en informatique par exemple.

3Les méthodes employées qui divergent, comme celles, quantitatives, fondées sur la mesure systématique (infométrie, bibliométrie), l’emploi des mathématiques ou la conception d’outils informatiques ou linguistiques de traitement des contenus des documents, avec d’autres méthodes plus qualitatives, comme celles fondées, par exemple, sur des études documentaires, des analyses de groupes restreints et de l’influence des contextes, de leur inscription dans la longue durée, est un autre point d’achoppement. Le voisinage des sciences de l’information documentation et l’association avec les sciences de la communication s’en trouve perturbé.

4Si ces différences sont des questions vives pour certains, pour d’autres elles sont sans importance, et si quelquefois des signes d’opposition, voire de volonté de rupture, se font jour, la préoccupation de construire la place qu’elle peut occuper au sein des SIC et de donner une image à peu près claire de ce qu’elle est (devrait être) leur paraît dérisoire. Pourtant, au-delà de la cohésion même de la discipline tout entière, comme champ et approche spécifique, les enjeux théoriques et institutionnels sont patents. C’est en effet son positionnement scientifique parmi les autres disciplines universitaires et les disciplines du Centre national de recherche scientifique (CNRS) qui est posé.

  • 1 Cependant les sciences de la communication ont également leurs difficultés, leurs groupes dominants (...)

5Ainsi donc, une grande partie des travaux de chercheurs des sciences de l’information-documentation paraissent marginaux à leurs collègues SIC et on a pu dire que les enseignants chercheurs qui composent cette partie des sciences de l’information sont majoritairement issus des sciences dites dures. Malgré les jalons posés par Robert Escarpit, Jean Meyriat puis Bernard Miège, Jacques Perriault, Jean-François Tétu, Yves Jeanneret entre autres, pour délimiter un périmètre englobant le couple SIC et construire à la fois, dans des « lieux » propres -revues, colloques, sociétés savantes, CNU-l’institutionnalisation cognitive et la reconnaissance mutuelle de cet ensemble atypique sciences de l’information ET sciences de la communication, l’association semble toujours faire problème pour certains chercheurs. Quelle est la réalité de la situation ?1 Qu’est ce qui contribue à la faire perdurer ou à l’amplifier trente ans après la reconnaissance officielle de l’existence des SIC ?

6Par ailleurs les SIC, peut-être parce qu’elles sont interdisciplinaires et qu’elles sont ouvertes à des candidatures venues d’ailleurs sont marquées par le retour de certains de ses enseignants chercheurs, une fois recrutés, immédiatement ou après quelques années, dans leur discipline d’origine ou encore, certains autres persistent à effectuer leurs recherches dans les laboratoires non SIC, dont ils sont issus. Qu’en est-il en sciences de l’information ? Comment expliquer ce phénomène ? Est-ce les opportunités rencontrées à un moment, ou la difficulté à se situer scientifiquement qui sont en cause ?

7Des rencontres successives avec des enseignants chercheurs brésiliens souhaitant également faire le point sur leur discipline, la science de l’information -celle-ci étant indépendante au Brésil- ont abouti à la définition de ce projet de recherche commun visant à comparer les situations françaises et brésiliennes et à tenter de définir le positionnement disciplinaire à travers les réseaux de médiations en place, et l’impact de la filiation, nombre de chercheurs brésiliens ayant été formés en France par les fondateurs des SIC.

8Seule la partie concernant la France sera abordée dans le cadre de ce colloque. Il s’agira de poser la problématique générale du projet et de synthétiser les acquis contribuant à dessiner quelques lignes, encore floues à ce stade, du paysage des sciences de l’information documentation, en France, à partir d’exemples de laboratoires et d’équipes de recherche.

I. ARRIÈRE PLAN POUR UN PROJET

9On remarque tout d’abord qu’il y a un « trait spécifique à l’offre de formation des universités françaises : l’antériorité des filières professionnelles ou professionnalisées » (Meyriat, Miège, 2002). C’est donc marquées par cette empreinte que les SIC avancent et si des formations plus généralistes voient le jour, la tendance à la professionnalisation reste prégnante, notamment en information-documentation. Les nominations de chercheurs, dans les années 1975-1980, alors assistants puis maîtres assistants, sont étroitement liées à la formation des professionnels. D’ailleurs certains d’entre eux sont issus du terrain avec lequel ils ont conservé des liens, plus ou moins étroits, qu’ils peuvent mobiliser. Interroger le monde de la recherche suppose donc d’interroger également le monde de la pratique professionnelle.

LE MONDE DE LA RECHERCHE

10Il a été établi que, dans les années qui ont suivi l’institutionnalisation de la discipline, la dispersion des postes en information documentation ne facilitait pas la constitution d’équipes de chercheurs et que là où ils étaient présents, majoritairement dans les Instituts universitaires de technologie (IUT), ils étaient « à la recherche d’un compromis impossible entre une attitude « professionnelle » et une position plus théorique et fondamentaliste » (Bouché, 1982).

  • 2 Équipe associée au CNRS, Équipe d’accueil, Jeune équipe sont des statuts de laboratoires, attribués (...)

11Dix ans plus tard le rapport du Comité national d’évaluation faisait état, en 1993, de vingt quatre équipes de recherches en sciences de l’information et de la communication, parmi lesquelles cinq seulement consacrent leurs travaux aux sciences de l’information. Il s’agit d’une au titre des équipes associées au CNRS, le Centre de recherches sur la documentation et l’information scientifique et technique (Université de Lille III), de deux au titre d’Équipe d’accueil l’une au Conservatoire national des arts et métiers, intitulée Information scientifique et techniques d’information, l’autre à l’École nationale supérieure des sciences de l’information et des bibliothèques (ENSSIB), intitulée Centre de recherche en sciences de l’information, et enfin de deux Jeunes équipes2, le Centre de recherches rétrospectives de l’ Université d’Aix-Marseille III et l’équipe de recherche sur les systèmes d’information et de communication de l’Université de Lyon III (CNE, 1993).

12Parallèlement le vivier de docteurs stagne au début des années 1990 et les formations ouvertes en troisième cycle sont orientées vers des diplômes professionnels de haut niveau, les diplômes d’études supérieures spécialisées (DESS), contrairement aux sciences de la communication qui sont mieux pourvues en diplômes d’études approfondies (DEA). Cette situation fera dire à Jean Meyriat, dans un article consacré à la formation des documentalistes qu’à terme le « risque d’une pénurie d’enseignants chercheurs est possible » (Meyriat, 1993).

13Treize années plus tard combien sommes nous ? On sait que dans les universités des responsabilités importantes sont confiées prioritairement aux professeurs, qu’il s’agisse de présidence de commissions de spécialistes, de conseils scientifiques, d’administration des études, de présidence des universités, de direction de laboratoire, de direction de thèses ou de la création de formations nouvelles. Leur rôle est à la fois institutionnel et scientifique. Leur statut dans la communauté universitaire en fait les acteurs essentiels de la stratégie d’une discipline : ils participent à son développement, à la reproduction des pratiques, à l’ancrage scientifique des diplômes. Le nombre de professeurs des universités est donc un élément déterminant pour comprendre le développement d’une discipline et en son sein de certaines spécialités. Quelle est la répartition maîtres de conférences/professeurs en sciences de l’information-documentation ? Comment cette répartition s’articule t’elle avec les sciences de la communication ?

14Ce sont là quelques questions essentielles sur le plan du positionnement et du développement de la communauté SI dans les SIC auxquelles nous espérons pouvoir apporter quelques réponses.

LE MONDE DE LA PRATIQUE PROFESSIONNELLE

15Du point de vue des relations maintenues ou établies avec le milieu professionnel pour répondre aux besoins de l’enseignement un certain nombre de travaux ont déjà été entrepris.

16L’équipe MICS, Médiations en information et communication spécialisée du Laboratoire d’études et de recherches appliquées en sciences sociales (LERASS) s’est attachée à développer des recherches sur les phénomènes de médiations incluant l’analyse des acteurs, des supports, des vecteurs et des situations en matière d’information et de communication. C’est ainsi qu’au delà des chercheurs en sciences de l’information et de leur champ d’activité spécifique, dont cette équipe a fait son domaine privilégié d’investigation, elle a pris en compte d’autres acteurs sociaux concernés par la construction et la diffusion de l’information spécialisée (Couzinet, 2000 ; Régimbeau, Couzinet, 2004). Bibliothécaires, documentalistes ont en effet des parcours dont parfois les origines sont identiques à ceux des chercheurs puis qui leur deviennent parallèles. Au cours de leur histoire récente on peut percevoir des formes de soutien, d’entraide, parfois d’opposition entre le monde professionnel et le monde de la recherche. Ces formes de soutien mutuel des acteurs de l’information spécialisée ont été mises en évidence à partir de l’étude des réseaux d’alliances qui se sont créés dans le temps. Leur stabilité dépend de la place occupée par chacun, de leur reconnaissance dans leur monde respectif, de leur force pour créer et maintenir ces liens. Si l’un n’est pas l’autre, ni l’un ni l’autre ne s’ignorent (Couzinet, 2003). Cette connaissance mutuelle, parfois reconnaissance, est-elle la raison de travaux de recherches « utilitaires » orientés vers des réalisations destinées au monde des praticiens ? Autrement dit ceci contribue t-il a privilégier des recherches appliquées ? La recherche est-elle au service exclusif de la profession au détriment de la recherche fondamentale ? Outre cette posture exclusive possible, qui peut paraître associée à une origine disciplinaire, ne peut-on y voir le rôle grandissant de l’informatique, les recherches privilégiant les questions liées à l’actualité de l’usage technique des outils de gestion et de recherche d’information ?

17Une partie de l’intention de recherche exposée ici devra se consacrer aux objets, aux méthodes et aux postures scientifiques des enseignants chercheurs.

LE PROJET

  • 3 Au sein de l’équipe MICS il mobilise pour cette première étape trois enseignants chercheurs et une (...)

18Le cadre de ce projet, nous le rappelons, est celui d’un programme de collaboration de l’équipe MICS3 avec des chercheurs brésiliens en sciences de l’information qui travaillent sur les liens profession-recherche et sur les profils des chercheurs en science de l’information. Ils sont réunis au sein du NEIMCOC (Informaçaoe mediaçoes comunicacionais contemporaneas) dirigé par la professeure Miriam Da Cunha, à l’Université fédérale de Florianopolis (État de Santa Catarina, Brésil).

19La situation brésilienne a commencé à être analysée par un ensemble de travaux qui visent à identifier les évolutions des métiers et leurs relations avec les sciences de l’information ou comparent les missions et positions occupées par les praticiens au Sud du Brésil et celles de leurs homologues français. Dans le programme de recherche en commun il s’agira de mettre en évidence les similarités et les différences entre ces deux pays afin de définir la place de la discipline sciences de l’information au sein des communautés scientifiques nationales respectives. Ce programme qui s’inscrit dans le prolongement de problématiques déjà travaillées par ces deux équipes est aussi l’occasion de reprendre des recherches avec une collègue brésilienne, Estera Muzkat Menezes, qui a séjourné pendant un an au LERASS et a participé à nos séminaires du moment sur la communication scientifique.

20L’existence, au Brésil, d’une science de l’information comme discipline « autonome », suivant en cela le modèle anglo-saxon, alors que nombre d’enseignants chercheurs ont été formés dans les universités françaises, invite à la construction d’hypothèses visant à vérifier les glissements de paradigme de la discipline au niveau international. Il s’agit de déterminer si ces glissements confortent, ou au contraire affaiblissent, le positionnement des sciences de l’information. Cette partie de la recherche qui intéresse tout particulièrement l’ANCIB (Association nationale pour la recherche et les études doctorales en science de l’information) devrait être conduite dans un futur proche en collaboration d’autres chercheurs brésiliens et permettre de développer des recherches conjointes avec les programmes doctoraux des universités brésiliennes.

21Ce projet est certes ambitieux car il se propose non seulement d’élaborer des profils de chercheurs et la carte des laboratoires et des équipes, mais aussi de définir des tracés qui devront permettre, à terme, d’affiner les plans (premier plan, deuxième plan, arrière plan…) d’un paysage, au moment où la recomposition des laboratoires est en cours en France. Il conduira, également et en premier lieu, à concevoir des outils d’observation et à demander, au moins pour certains, l’accord de la communauté concernée. Il nécessitera donc plusieurs années de travail et devra examiner les limites des résultats obtenus, l’observation étant particulièrement complexe à conduire.

22À long terme cet ensemble de travaux devrait permettre la mise au jour d’une partie de l’histoire sociale et intellectuelle des Sciences de l’information et apporter une contribution que nous espérons significative à l’étude de son positionnement auprès des autres disciplines plus anciennes.

23L’arrière plan étant posé il nous faut maintenant faire le point sur ce que nous savons du plan intermédiaire.

II. DEUXIÈME PLAN : UNE MULTIPLICITÉ DE PAYSAGES SCIENTIFIQUES

24Le monde professionnel de la documentation a su créer des liens avec la recherche en sciences de l’information. Mais ce lien est-il exclusif ? Qu’en est-il des professions voisines, comme celle des bibliothécaires ? Si la place de la formation professionnelle est prépondérante dans les instituts, qu’il s’agisse de l’Institut national des techniques documentaires (INTD), de l’École nationale supérieure des sciences de l’information et des bibliothèques (ENSSIB), de l’Institut d’études politiques (IEP) et y compris à l’université, s’interroger sur la nature des alliances et des reconnaissances est un préalable à notre projet. La problématique de l’assise disciplinaire SIC et de sa reconnaissance par les praticiens de l’information doit être approfondie. Une synthèse rapide des avancées sur ces questions permet de définir un deuxième plan du paysage.

LES DOCUMENTALISTES EN ENTREPRISE

25Si nous nous penchons sur ceux que nous nommerons, par commodité, les « documentalistes d’entreprise », c’est-à-dire ceux qui sont formés à l’université, à l’IEP de Paris, ou à l’INTD et qui bénéficient d’une formation professionnelle faisant intervenir des enseignants chercheurs de SIC et des praticiens, on peut remarquer qu’ils se sont intéressés, dès la fin des années 1960, aux sciences de l’information.

26Une série de travaux conduits au sein de l’équipe MICS a mis au jour des médiations à la fois plurielles et hybrides tissées entre les deux communautés. L’une et l’autre ont tenté, et souvent réussi, à travers le projet commun de construire leur assise respective et de la fonder sur des terrains d’investigation, des étayages théoriques afin d’obtenir leur reconnaissance sociale, à mettre en visibilité, un niveau d’expertise professionnelle pour les unes et des avancées scientifiques pour les autres. L’approche par la sociologie des sciences et des techniques a permis de suivre, sur une période de trente ans, le tissage progressif d’un maillage complexe et plus ou moins serré en fonction des forces mobilisées, prenant appui sur des actions auprès des pouvoirs publics, des prises de positions médiatisées, des soutiens mutuels et des réseaux établis par des acteurs. Des dispositifs mis en place par les documentalistes, édition d’une revue et de collections d’ouvrages par exemple, ont contribué à mobiliser les chercheurs. Des manifestations scientifiques et techniques organisées conjointement ont conforté ces liens. Cependant l’attachement ne porte que sur une partie de la recherche en SI, il ne la représente pas entièrement car la profession limite son intérêt à ce qui lui paraît utile pour assurer sa formation continue.

27Ainsi donc si les maillages d’échange praticiens/chercheurs peuvent paraître indispensables, ils ne sont pas toujours suffisants pour assurer le positionnement de l’un et de l’autre (Couzinet, 2000 ; Couzinet, 2003). Cet axe de travail demande encore quelques développements visant à vérifier ces résultats à partir d’autres matériaux et d’autres approches. Le rôle tenu par la question du management de l’information au sein des organisations étant en développement dans les préoccupations professionnelles l’importance de la place occupée par les sciences de gestion, par exemple, n’a pas, à notre connaissance, encore été étudiée.

28La situation est différente chez les documentalistes de l’enseignement mais ici ce sont les sciences de l’éducation qui prennent le pas sur les sciences de l’information.

LES DOCUMENTALISTES DANS L’ENSEIGNEMENT

29Tout d’abord, dans le secteur de l’enseignement, les professeurs documentalistes ont bénéficié d’une formation courte, entrant dans la préparation aux épreuves du CAPES (Certificat d’aptitude au professorat de l’enseignement du second degré) qui souvent se limite, faute de temps, à une formation technique en documentation, alors que leur origine disciplinaire, très diversifiée, n’avait pas de lien avec les sciences de l’information. Dans le contexte actuel, de l’évolution des missions des enseignants de discipline, la place de ces professeurs documentalistes au sein de la communauté éducative se complexifie : formateurs aux méthodes du travail intellectuel, ils souffrent d’un manque d’identité disciplinaire face aux professeurs de disciplines plus anciennes, ancrées dans l’histoire universitaire et dont les contours paraissent plus faciles à cerner, au moins dans l’enseignement secondaire (Couzinet, 2002c). Par ailleurs, l’évolution récente des programmes de formation oblige les professeurs de discipline à intégrer à leur enseignement les méthodes qui relèvent de leur spécialité. La diversité des origines alliée à une préparation rapide au concours, essentiellement à finalité opératoire, entretient l’illusion de la double compétence telle qu’elle est définie par Develay : une discipline d’enseignement est à la fois un ensemble de compétences méthodologiques et un ensemble de notions en réseau (Develay, 1993).

30Au cours de leur formation dans les Instituts universitaires de formation des maîtres (IUFM) les candidats au concours sont confrontés, dans la plupart des cas, à la nécessité d’apprendre les rudiments de techniques documentaires pour passer les épreuves professionnelles sans que celles-ci soient reliées à une réflexion théorique, et d’acquérir les notions indispensables de sciences de l’éducation pour comprendre leur mission auprès des élèves. Ainsi, ils conservent l’image instrumentale de la documentation acquise dans leur formation et lorsqu’ils envisagent des études doctorales ils se tournent plus facilement vers les sciences de l’éducation. Cette posture scientifique, vis-à-vis de la documentation dans le second degré, serait maintenue y compris dans des sujets de thèse qu’ils inscrivent en SIC. De la sorte un glissement de discipline de référence s’opèrerait au détriment des SIC. Ceci peut également s’observer dans le contexte des bibliothèques universitaires où les professeurs documentalistes sont chargés de la formation des usagers. La référence scientifique aux SIC est très limitée dans les recherches qu’ils entreprennent. Cependant ces observations ponctuelles mériteraient des analyses systématiques.

31À l’opposé, les travaux conduits sur le terrain de l’ensemble de l’enseignement agricole par Cécile Gardiès, dont une partie des résultats ont été présentés dans ce colloque (voir supra), montrent que la part plus grande de l’implication dans la formation des élèves et, tout particulièrement, le fonctionnement en réseau conduisent à une évolution des pratiques et du questionnement sur les actes professionnels. Les techniques apprises en vue de la préparation au concours (CAPES du Ministère de l’agriculture) apparaissent alors insuffisantes pour développer un travail coopératif sur le terrain. Ici c’est l’extension du travail en réseau qui pose la question de l’assise disciplinaire du travail documentaire et invite à la reconnaissance des sciences de l’information et de la communication comme discipline de référence (Gardiès, 2006).

LES BIBLIOTHÉCAIRES

32Dans le contexte de la lecture publique une recherche conduite par Yolla Polity à partir d’un corpus de thèses, soutenues entre 1971 et 2000, a montré que les bibliothécaires se reconnaissent peu dans les SIC. Ceux qui entreprennent des études doctorales s’inscrivent prioritairement en sociologie ou en histoire. Ceci est interprété par l’auteur comme « méconnaissance » ou crainte de perte d’identité dans une discipline qui est la seule pouvant « intégrer leurs questionnements et fournir le cadre institutionnel dans lequel ceux d’entre eux qui le souhaitent pourraient participer pleinement à l’enseignement et à la recherche » (Polity, 2001).

33Une autre investigation menée à partir des revues professionnelles accueillant des travaux de chercheurs a confirmé ces résultats. Elle a montré que la revue de référence des bibliothécaires, le Bulletin des bibliothèques de France, construit une représentation des SIC comme un ensemble de techniques à appliquer. En effet l’observation, conduite sur les numéros parus de 2000 à 2003, met en évidence que les articles à base théorique sont produits majoritairement par des chercheurs en sociologie. La revue semble plutôt s’inscrire dans une ambition de consolidation de la culture professionnelle et tirant profit des travaux de sciences humaines sociales, ou dans une ambition de formation continue à la pratique en bénéficiant du partage d’expérience, que dans la préoccupation de s’approprier un ensemble de connaissances venant de recherches de leur discipline de référence. Se reconnaissant peu dans les SIC, qui paraissent essentiellement, pour eux, recouvrir les aspects techniques liés à leur exercice professionnel, les bibliothécaires se tournent prioritairement vers la sociologie de la lecture et vers l’histoire du livre (Régimbeau, Couzinet, 2004). Il faut dire que la formation des conservateurs à l’ENSSIB mettait l’accent sur la conservation du patrimoine et l’histoire du livre et attire surtout des candidats de formation littéraire et historique (Palermiti, Polity, 2003).

34On a donc là des travaux qui, malgré l’idée généralement répandue dans la communauté scientifique de SIC, que les liens entre recherche et pratique professionnelle sont étroits dans le domaine des SI, tendent à montrer que la réalité est très nuancée. Par ailleurs, la méconnaissance ou la non reconnaissance des SI par une partie du milieu professionnel, alors que les formations y compris à l’université, sont essentiellement à finalité professionnelle pose question.

III. ENTRE OPACITÉ ET VISIBILITÉ : APPROCHE DU PREMIER PLAN

35Ces investigations présentées rapidement, référées aux sciences de l’information et de la communication, et nourries de théories développées notamment en sociologie des sciences et des techniques où en sciences de l’éducation ont fourni des résultats qui nous conduisent à interroger un autre aspect des sciences de l’information : celui de leur lien avec les autres disciplines. Est-ce le fait de la position interdisciplinaire des SIC qui opacifie leur visibilité ?

LA QUESTION DES ORIGINES DES ENSEIGNANTS CHERCHEURS

36Des travaux récents ont montré, que l’origine littéraire des chercheurs en SIC était prégnante du point de vue des questions de recherche (Têtu, 2003). À l’opposé l’idée couramment répandue, dans la communauté SIC, que les enseignants chercheurs de SI seraient majoritairement originaires des sciences dures invite à un examen de la réalité de la situation. Sont-elles la raison du recours à des méthodes d’investigation plus positivistes, fondées sur la mesure voire l’expérimentation ? S’agit-il au contraire du maintien d’une filiation forte avec le modèle américain du Nord de la science de l’information, qui se centre davantage sur des recherches appliquées et qui est relativement plus ancien que celui des SI française ? Est-ce ce lien établi avec le milieu professionnel de « reconnaissance limitée » à des applications techniques ou à des investigations utiles au perfectionnement qui détournent les chercheurs de la recherche fondamentale ? Est-ce le poids de la demande sociale et de la part croissante des technologies dans la diffusion de l’information ?

  • 4 Ces trois directeurs de recherche ayant dirigé presque la totalité des thèses en SI sur la période.

37On a pu avancer qu’une des raisons serait celle, entre 1974 et 1994, induite par l’imbrication d’un séminaire doctoral de l’École des hautes études en sciences sociales de Paris et d’un cours postuniversitaire de formation en 3e cycle à l’information scientifique et technique organisé par la commission française pour l’UNESCO. Bien que situé dans « une institution à forte dominante sciences sociales l’importance était donnée aux aspects techniques et professionnels au détriment de la réflexion théorique et critique ». La raison de cette dérive serait imputable « au recrutement de doctorants essentiellement professionnels dans le secteur de l’information (en provenance de l’INTD, du diplôme spécialisé de l’IEP de Paris et du cours de l’UNESCO) et aux fonctions des trois directeurs de recherche, professionnels de l’information dans de grandes institutions » (Palermiti, Polity, 2002). Si on ne peut nier que la conjonction de la formation d’origine et de l’implication professionnelle forte des directeurs de thèse en l’occurrence Jean Meyriat, Madeleine Wolff-Terroine et Jean Paul Trystram4 ait pu jouer, en partie, nous ne partageons pas totalement le rôle attribué à la position professionnelle de Jean Meyriat car nombre de ses travaux sur la période concernée ont montré son apport personnel à la construction théorique des SIC.

38S’il est vrai que ces trois directeurs de recherches ont pendant un temps assez long dirigé presque l’ensemble des thèses de SI, le relais a été pris par des chercheurs provenant des sciences dures (Richard Bouché, Jacques Rouault par exemple), qui ont impulsé des travaux plus proches de la linguistique et de l’informatique. Quel est le rôle joué par les recrutements effectués à la fin des années 1980 pour répondre à la demande sociale forte de la profession et des pouvoirs publics pour suivre le développement de l’informatique ? Quelles sont les influences de ces recrutements à partir du vivier de jeunes docteurs en informatique ?

39Au delà de l’influence de l’origine scientifique sur les recherches entreprises n’est-ce pas le modèle français d’appartenance des SI aux sciences humaines et sociales qui semble remis en cause, de l’intérieur, par une partie de la communauté SIC ?

LES SCIENCES DE L’INFORMATION EN FRANCE

40Le « modèle français » qui met en conjonction les SI avec les SC est à notre connaissance unique. Ceci n’empêche pas cependant les autres pays de développer des recherches avec des approches relevant des sciences humaines et sociales. Les études sociales des usages par exemple sont répandues. Cependant les méthodes faisant intervenir la mesure, la modélisation, le développement de systèmes, les mathématiques et l’approche par les technologies sont courantes. Un élément significatif de cette tendance est le changement récent d’intitulé de la revue cœur de SI Journal of the American society for information science (JASIS) qui a ajouté technology (JASIST) à la fin de son titre.

41Les fondateurs des SIC en France se sont attachés à expliquer l’union SI-SC. Nous ne retiendrons ici que la définition établie par Jean Meyriat « l’information est le contenu cognitif du processus de communication » c’est une activité « de deux (ou plusieurs esprits) qui communiquent entre eux, et le font d’ailleurs dans un environnement social dont les multiples composantes influencent les conditions de sa création, de sa transmission et de sa réception » et la précision qu’il apporte « l’information n’existe pas en tant que telle si elle n’est pas activement reçue. Pour l’esprit qui la reçoit, elle est reconnaissance, et vient modifier son savoir implicite ou explicite » (Meyriat, 1985) nous semble bien établir que les sciences de l’information étudient les contenus activés par un processus de reconnaissance, et le processus lui-même, tous deux sous l’influence de leur situation d’émergence. C’est cette définition qui est reprise par les divers textes sur les domaines de compétence des SIC produits par les CNU de la 71 e section successifs, qui précisent les déclinaisons possibles des recherches relevant du champ : études de la notion, des processus de production, des usages, de la conception, de la réception, de la médiation, des acteurs, du contenu et des systèmes sous l’angle de la représentation, des significations ou des pratiques associées, des médias et des industries culturelles. Ces déclinaisons sont applicables aussi bien aux SI qu’aux SC. On peut donc y voir une double perspective mais également des croisements possibles. Les textes affichent une liaison intime entre SI et SC.

42Or, un autre texte intitulé « l’Arlésienne de l’interdiscipline des SIC » accusait les collègues de communication d’une attitude faite de « mélange d’indifférence (pour les sujets qui ne vous concernent pas directement), et de colonialisme (pour ceux qui vous concernent aussi) », tout en soulignant que les SI ne peuvent se développer sans prendre en compte les préoccupations liées aux SC ce qui « suppose une collaboration équilibrée » (Fondin, Rouault, 1993). Les thématiques énumérées à la suite font valoir les proximités et les spécificités propres aux SI (représentation des connaissances, communication homme-machine, instrumentalisation des processus, l’information et sa gestion, l’information dans la société).

43Jean-Paul Metzger, pour sa part, regroupe ces thématiques en trois pôles : le savoir enregistré, l’humain et le social, la formalisation et le calcul en précisant pour ce dernier « que les recherches dans le domaine de la documentation ont toujours été liées à l’informatique » et que la « technologie numérique envahit tous les secteurs de l’activité humaine » (Metzger, 2002)

44Sont-ce les thématiques éloignées des sciences sociales qui contribuent à « l’indifférence » ? Les revues généralement admises comme revues de référence en SIC n’accueillent pas ces recherches. Comment et où se fait la mise en visibilité de ces travaux ? La présence de la base Science de l’information jusqu’en 1999 dans la banque de données Pascal de l’Institut de l’information scientifique et technique (INIST) et l’absence des supports de publication en SC dans cette base a t-elle contribué à rendre opaque aux collègues de SC une partie de la production des SI ?

VERS UNE RECOMPOSITION DES ÉQUIPES

45Le rapport du CNE déjà évoqué soulignait le petit nombre d’équipes de recherche en SI et leur dispersion. Qu’en est-il actuellement ? Quelques exemples qui n’ont qu’une valeur exploratoire permettent de proposer quelques voies de réflexion.

  • Le LORIA, Laboratoire Lorrain de recherche en informatique et ses applications à Nancy II, Unité mixte de recherche, abrite en son sein une équipe, SITE (modélisation et développement de systèmes d’intelligence économique), dirigée conjointement par un professeur de SIC et un professeur d’informatique. Les membres de l’équipe et les doctorants relèvent de l’une ou de l’autre discipline.

  • Le LERASS, Équipe d’accueil, à Toulouse est un laboratoire pluridisciplinaire, composé de quatre équipes de SIC, mais aussi d’une équipe d’économie et d’une équipe de psychologie. L’équipe MICS dont la majorité des membres et des doctorants est identifiée, par les autres membres du laboratoire, comme chercheurs de SI, revendique son positionnement scientifique comme situé à la confluence des SI et des SC depuis sa création.

  • Le GERIICO, Groupe d’études et de recherche interdisciplinaire en information-communication Équipe d’accueil de Lille III, est le regroupement de l’équipe « anthropologie des savoirs » équipe multidisciplinaire dirigée par un professeur de SI et GERICO (Groupement des équipes de recherche interdisciplinaire en communication).

46Trois laboratoires, trois configurations d’équipes de recherche. Qu’en est-il des lieux spécifiquement dédiés aux SI comme l’ENSSIB ? Qu’en est-il de la recherche en SI en Île-de-France ? La proximité géographique du Centre de recherche sur l’information spécialisée (CRIS, Université de Paris X) du laboratoire Ingénierie des systèmes d’information stratégiques et décisionnelles (ISIS, Université de Marne la vallée) du Centre national des arts et des métiers (CNAM) et de sa composante Institut national des techniques documentaires (INTD) encourage t’elle des collaboration à des projets communs ? Comment s’organise la recherche en SI dans le Sud-est, à Grenoble, à Dijon, c’est-à-dire là où les laboratoires sont identifiés comme étant exclusivement SIC ?

47L’organisation du laboratoire, son université de rattachement, les Écoles doctorales auxquelles il participe ont probablement une influence sur les travaux entrepris, sur les profils des chercheurs, sur la reproduction de pratiques scientifiques, mais jusqu’où ? Ceci va-t-il jusqu’à la remise en cause du « modèle français » d’appartenance aux SIC ? Les SI ont-elles des particularités propres qu’il faut maintenir car elles s’inscrivent dans les recherches internationales dans la spécialité ?

48On le voit il existe des pôles discrets, dont certains sont enchâssés dans des structures qui ne sont pas SIC, des pôles plus visibles côtoyant les SC, et les questions sont nombreuses.

49À cela se rajoutent les exigences institutionnelles. Les laboratoires, on le sait sont soumis, tous les quatre ans, à une évaluation par leur Ministère de tutelle.

50Or les critères d’évaluation ont évolué. La « vague A bilan 2003-2006 et perspectives 2007-2010 » s’est vue imposer des regroupements d’équipes afin d’atteindre les « trente chercheurs publiants » préconisés par la délégation scientifique de rattachement (DS6). Certains conseils scientifiques d’université ont imposé des regroupements entraînant des recompositions de laboratoires. Quels sont les effets de ces recompositions ?

CONCLUSION

51Ce questionnement, qui à l’état actuel de projet est très ample, nécessite, dans un premier temps, un travail documentaire conséquent. Il s’appuiera, dans un deuxième temps, essentiellement sur un ensemble de données à recueillir et à organiser, et sur des entretiens avec des chercheurs français de SI. Les résultats obtenus devraient conduire à effectuer des comparaisons avec les profils établis par nos homologues brésiliens.

52À long terme, comme nous l’avons dit, cet ensemble de travaux devrait contribuer à la construction d’une partie de l’histoire sociale et intellectuelle des SI. L’étude comparative devrait aussi permettre de proposer quelques pistes d’investigation pour mettre en évidence le positionnement international des recherches.

53Nous espérons également apporter une contribution significative à l’étude de la place des SI au sein des SIC. S’interroger sur l’héritage nous paraît en effet essentiel pour pouvoir interroger l’avenir, car il appartient à la communauté universitaire de SI de mettre en œuvre les travaux nécessaires pour assurer son développement et sa reconnaissance au sein de la communauté de recherche dont elle fait partie.

Bibliographie

BIBLIOGRAPHIE

Bouché (R.), Les enseignants dans les écoles en sciences de l’information : les problèmes de recherche, Documentaliste-Sciences de l’Information, vol. 19, n° 4-5, 1982, p. 144-146.

Comité National D’évaluation (CNE), Les sciences de l’information et de la communication, rapport d’évaluation, 1993, 125 p.

Conseil National Des Universités (CNU) : 71e section, Sciences de l’information et de la communication. Domaines de compétence des sciences de l’information et de la communication. Texte de 1993, modifié le 11juin 1999, modifié en mai 2005. 3 p. Disponible sur le site : http://cnu71.online.fr

Couzinet (V.), Médiations hybrides : le documentaliste et le chercheur en sciences de l’information, Paris : Adbs ed., 2000, 340 p.

Couzinet (V.), Documentaliste-Sciences de l’information et la mise en visibilité de la recherche dans Boure (R.), dir., Les origines des sciences de l’information et de la communication : regards croisés, Lille : éditions Septentrion, Presses universitaires, 2002a, p. 125-151.

Couzinet (V.), Expertise et association professionnelle : de la reconnaissance des documentalistes, Questions de communication, n° 2, 2002, p. 57-70.

Couzinet (V.), Teachers continuing professional education in information literacy: the case study of French secondary schools, dans Continuing professional education for the information society, colloque international, Aberdeen (Écosse) Gordon University, 14-16 août 2002, Munich: Saur, p. 94-104.

Couzinet (V.), Praticiens de l'information et chercheurs : parcours, terrains et étayages, Documentaliste-Sciences de l'Information, volume 40, n° 2, 2003, p. 118-125.

Develay (M.), De l’apprentissage à l’enseignement : pour une épistémologie scolaire, Paris : ESF éditeur, 1993, 167 p.

Fondin (H.), Rouault (J.), L’information : l’arlésienne de l’inter-discipline des sciences de l’information et de la communication, 1997, 6 p. [Document archivé sur le site du CNU] http://cnu71.online.fr

Gardies (C.), Complexité du traitement de l’information dans les réseaux documentaires : le cas de l’enseignement agricole, dans L’information dans les organisations : dynamique et complexité. Colloque international Université de Tours, 6-7 avril 2006, Presses universitaires de Tours, 2008.

Metzger (J.-P.), Les trois pôles de la science de l’information, dans Couzinet (V.) et Régimbeau (G.), dir., Recherches récentes en sciences de l’information : convergences et dynamiques, colloque international, Toulouse 21-22 mars 2002, Paris : ADBS ed., 2002, p. 19-27.

Meyriat (J.), Information vs communication ?, dans L’espace social de la communication : concepts et théories, A.-M. Laulan (dir.) Paris : Retz-CNRS, 1985, p. 63-89.

Meyriat (J.), La formation initiale, en France, des professionnels de l’information et de la communication. Documentaliste-Sciences de l’information, vol. 30, n° 2, 1993, p. 91-98.

Meyriat (J.), Miège (B.), Le projet des SIC : de l’émergent à l’irréversible (fin des années 1960-milieu des années 1980), dans Boure (R.), dir., Les origines des sciences de l’information et de la communication : regards croisés, Villeneuve d’Ascq : Presses universitaires du Septentrion, 2002, p. 45-70.

Palermiti (R.), Polity (Y.), Dynamiques de l’institutionnalisation sociale et cognitive des sciences de l’information, dans Boure (R.), dir., Les origines des sciences de l’information et de la communication : regards croisés, Villeneuve d’Ascq : Presses universitaires du Septentrion, 2002, p. 96-123.

Polity (Y.), Les bibliothèques, objets de recherche universitaire, Bulletin des bibliothèques de France, T. 46, n° 4, 2001, p. 64-70.

Régimbeau (G.), Couzinet (V.), L’énonciation de la recherche en information-documentation : enjeux sociaux de la médiation des savoirs, dans Sciences et écritures, colloque, Université de Franche-Comté, 13-14 mai 2004, actes en cours de publication aux Presses universitaires de Franche Comté.

Tétu (J.-F.), Sur les origines littéraires des sciences de l’information et de la communication, dans Boure (R.), dir., Les origines des sciences de l’information et de la communication : regards croisés. Villeneuve d’Ascq : Presses universitaires du Septentrion, 2002, p. 71-93.

Notes

1 Cependant les sciences de la communication ont également leurs difficultés, leurs groupes dominants et des pratiques scientifiques diverses.

2 Équipe associée au CNRS, Équipe d’accueil, Jeune équipe sont des statuts de laboratoires, attribués par le Ministère de l’enseignement et de la recherche permettant notamment d’encadrer des doctorants et qui sont associés à un financement attribué par le même Ministère.

3 Au sein de l’équipe MICS il mobilise pour cette première étape trois enseignants chercheurs et une doctorante : Caroline Courbières, Gérard Régimbeau, Josiane Demeurisse, Viviane Couzinet.

4 Ces trois directeurs de recherche ayant dirigé presque la totalité des thèses en SI sur la période.

Auteur

Professeure des universités en sciences de l’information et de la communication, Laboratoire d’études et de recherches appliquées en sciences sociales (LERASS), EA 827, Équipe Médiations en information et communication spécialisées (MICS), Université Paul Sabatier, Toulouse III

© Presses universitaires François-Rabelais, 2008

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540