Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

L’information dans les organisations : dynamique et complexité

 | 
Christiane Volant

Session D. Systèmes d’information, patrimoine et mémoire

Pour une typologie documentaire de l’information en art contemporain

Gérard Régimbeau

Résumé

Comment, pour le domaine des arts plastiques contemporains, la typologie, ici conçue comme l’organisation par sujet de catégories d’information, peut aider à la critique des sources ainsi qu’à leur accessibilité est au départ de la problématique proposée. Elle est étudiée dans une première partie comme un des outils intellectuels de la documentation et de la recherche. Une deuxième partie empirique est consacrée à l’édification d’un tableau typologique à partir de l’analyse des rubriques de cinq portails et sites Web majeurs sur les arts plastiques et l’histoire de l’art.

The question of research raised in this paper is how typology, viewed here as a subject organization of information categories, in the field of contemporary art, can be of some help in the criticism of the information sources and their accessibility. In a first part, we study typology as a theoretical tool of documentation and research. A second empirical part is devoted to the elaboration of a typological chart based on the analysis of five major websites and gateways on plastic arts and art history.

Texte intégral

INTRODUCTION

1Des lieux, des canaux et des supports diversifiés assurent maintenant la production et la circulation d’informations indispensables à l’activité et à la connaissance de l’art contemporain. Cette situation résulte d’une conjonction entre, d’une part, la « réserve » des savoirs, l’intérêt public (et des publics), les développements techniques, et d’autre part, la dynamique interne de l’art, avec ses dimensions humaines et sociales. L’ensemble forme un champ où interviennent de nombreux acteurs institutionnels, professionnels et amateurs qui le modèlent en partie par des médiations informationnelles s’imposant comme des entités (actives et passives) dont il faut sans cesse revoir les angles d’analyse pour mieux en comprendre l’intégralité.

2Par ailleurs, dans le domaine de l’art comme dans d’autres domaines, toute organisation de service ou de dispositif d’information suppose de penser et de peser en amont, le nombre, la nature, l’utilité et les spécificités des ressources informationnelles. Partant de l’idée éprouvée qu’il est plus facile à un usager, ou un utilisateur occasionnel, de comprendre où, quand et comment, voire pourquoi, chercher des informations, s’il en connaît les « contours », les genres – qu’il peut ainsi mieux anticiper ce qu’il va rencontrer dans les sources –, la documentation a souvent recours à l’outil intellectuel de la typologie. En effet, la typologie peut aider la recherche d’information mais aussi, entre autres exemples, s’avérer nécessaire dans les activités de veille, de diffusion sélective d’information, d’initiation documentaire ou dans la création d’un site Web. D’autant plus que ces opérations et ces méthodes de collecte, de traitement ou de diffusion se font maintenant en direction de publics aux attentes et réceptions de plus en plus disparates.

3En s’appuyant sur les principes typologiques utiles à l’analyse et l’indexation de l’écrit ou de l’image, on peut donc tenter de caractériser ce qui fournit des repères, de sujet cette fois, à l’écriture d’une liste, d’un portail, d’un sommaire, d’une page d’accueil, d’un index ou à tout autre organisation d’information pour se diriger dans les arcanes de l’information spécialisée en art contemporain. Le corpus étudié se concentrera sur le canal du Web qui a pu donner l’impression qu’on vivait sous le nouveau règne d’une unification des sources. Or, il n’en est rien si l’on s’attache non plus au vecteur technique mais aux significations des contenus. Il convient donc, selon nous, de reprendre la réflexion sur cette partie de la typologie documentaire pour cerner ces indicateurs de ressources qui sont censés orienter utilisateurs et usagers en restant dans la perspective d’une connaissance de la pragmatique documentaire.

I. ORDONNER, CLASSER, TYPIFIER

  • 1 Entrée absente dans le dernier Dictionnaire de l’information (Cacaly, dir., 2004), comme auparavant (...)

4Dès qu’il s’agit de penser pour classer ou réciproquement, on ne peut oublier les exercices de Georges Perec qui se demandait comment classer les verbes qui désignent l’opération de… classer : « cataloguer, classer, classifier, découper, énumérer, grouper, hiérarchiser, lister, numéroter, ordonnancer, ordonner, ranger, regrouper, répartir ? », et s’il égrenait alphabétiquement cette succession, il (se) reprenait aussitôt pour ajouter : « subdiviser, distribuer, discriminer, caractériser, marquer, définir, distinguer, opposer, etc. » (Pérec, 1982) selon un dé-rangement alphabétique destiné à nous faire mieux goûter le caractère provisoire du premier classement. Mais point de « typer » ou « typifier » dans ses listes sinon à les comprendre dans l’ « etc. » ou dans chacune des actions ou activités relevées. Constamment présente dans les réflexions sur la didactique et les pratiques de la recherche documentaire, la typologie n’est pourtant pas associée systématiquement à la documentation1 : en témoigne le dernier Vocabulaire de la documentation (INTD-ER, 2004) d’où elle est absente, peut-être parce qu’on a tendance à lui préférer les notions de classement et de classification mieux acclimatées.

  • 2 Cf. Isad(G) Norme générale et internationale de description archivistique. [consulté le 13-012006], (...)
  • 3 Liste établie pour une étude terminologique publiée par les Archives de France [consulté le 1301-20 (...)

5Si l’on se réfère au vocabulaire d’usage, la typologie concerne plutôt une approche de l’information par division de supports ou de sources ; une approche morphologique, fonctionnelle ou catégorielle des documents. Les archives semblent, de ce point de vue, plus enclines à se référer à cette pratique et au terme lui-même. Les normes ISAD(G)2 donnent cette définition du mot type : « Catégorie de documents distingués en raison de critères communs, matériel (par exemple : aquarelle, dessin) ou fonctionnels (par exemple : journal, livre de compte, main-courante, registre de délibération...) », et les Archives de France définissent ainsi la typologie3 : « Toute appellation qui définit la forme diplomatique ou matérielle d’un document, et qui constitue un élément de sa description. ».

6Il n’en reste pas moins que la documentation, quel que soit son domaine d’application, nécessite de recourir autant à la typologie qu’à la classification sans être pour autant dépendante de soucis exclusivement archivistiques. Et cette nécessité renvoie aussi bien à la division matérielle qu’aux catégories conceptuelles. De l’invention des dossiers verticaux, au début des années 1890 (Corniou, 2002, p. 17), aux actuels fichiers et dossiers numériques, les systèmes de division de l’information sont certes dépendants des possibilités techniques, mais, ces dernières sont aussi réciproquement liées aux principes théoriques de l’organisation des connaissances, de sorte qu’en matière typologique, il est intéressant de confronter les exigences théoriques avec les pratiques de classement. On connaît l’étude de l’anthropologue Jack Goody qui montre les implications cognitives liées aux systèmes graphiques et scripturaux : elles concernent, par exemple, l’organisation de la pensée en listes qui « diffèrent beaucoup des formes du langage parlé, parce qu’elles en disjoignent les éléments et les traitent abstraitement » (ibid., p. 151), qui organisent une « mise en ordre par catégories ». Enfin, la liste, « en rendant les classes plus visibles et plus strictement définies, permet à l’individu de manipuler plus aisément l’information, en particulier en l’ordonnant hiérarchiquement, ce qui est souvent décisif dans le processus de remémoration » (ibid., p. 195-196). On en retrouve la nécessité dans les outils de normalisation, dans la pratique bibliothéconomique ou dans le traitement documentaire.

  • 4 AFNOR, FD Z 44-O77, Documentation – Catalogage de l’image fixe – Rédaction de la description biblio (...)
  • 5 Selon le terme de Jean Meyriat (1983) qui définit ainsi l’étude des systèmes techno-sociaux de la c (...)

7Avec les 183 termes réunis en Annexe E de la norme AFNOR FD Z 44.0774 sur le catalogage des images fixes, qui a pour titre précisément « Typologies », on possède un outil au service de la documentation ainsi que des sciences de l’information et de la communication, dont l’importance est sans doute sous-estimée. Liste panoramique qui déploie d’emblée l’immensité du champ ethnologique et documentaire, médialogique5 en somme, à prendre en compte dans nos études. Une qui s’intéresserait, par exemple, aux supports de diffusion des reproductions de l’art contemporain en s’appuyant sur ce travail récapitulatif pourrait retenir « abécédaire, affiche, agenda, album à colorier, alphabet, autocollant, badge, billet d’entrée, cahier, calendrier, carte à jouer, carte d’invitation, carte postale, carte publicitaire, couverture de livre, couverture de périodique, dépliant, dessus de boîte, emballage, enveloppe, frontispice, illustration, etc. ».

8L’Institut national de l’audio-visuel (INA), pour sa part, a formalisé des listes de genres d’émissions TV qui permettent de renseigner les champs des notices de traitement des vidéogrammes. Mais la question typologique engage aussi le suivi et la construction d’une histoire des genres et de ce fait dessine autant un cadre méthodologique pour la recherche documentaire que des voies ouvertes à la recherche scientifique sur les régimes de production des images télévisuelles (Miège, 1994 ; Bourdon, 1994 ; Charaudeau, 1997).

9La nécessité et la capacité de mettre à disposition les matériaux de l’information historique, y compris du « temps présent », ne cesse de poser par incidence la question de l’organisation des savoirs laquelle rejaillit à son tour sur les cadres de classement de cette mise à disposition selon un processus dialectique toujours actif. Les thésaurus représentent en cela, et presque de fait, au travers de leur richesse lexicale, sémantique et structurale, des appoints indispensables pour penser les typologies ; la division, la mise au point et la hiérarchisation des termes.

II. POUR UNE TYPOLOGIE ORGANISANTE OU LES AMERS DU NET

  • 6 Présentation de la série (1972-2003) sur le site de l’Université catholique de Louvain (Belgique) : (...)

10Pour une typologie … ce titre indique autant l’orientation que le parti pris, mais il marque surtout la phase de réflexion où souhaite se placer cette contribution contrainte par les limites d’une approche individuelle. Avant d’en arriver pour l’art contemporain, voire pour l’histoire contemporaine elle-même, à ce qui constituerait l’homologue de la Typologie des sources du Moyen Âge éditée chez Brepols6, entreprise exceptionnelle par la durée et la qualité, il nous faut déjà réfléchir à ce que serait une liste organisée aux fins d’une orientation documentaire. Le processus est celui de la représentation de l’information qui suit une démarche schématique pour faciliter l’accès à l’information représentée (Meyriat, 1989).

11Après avoir constaté que les sites sont souvent conçus comme des espaces de navigation autonome, où le travail classificatoire des bibliothécaires et documentalistes ne trouve pas, ou peu, à s’exprimer, il nous a semblé qu’il pourrait être du ressort d’une recherche prospective et programmatoire de proposer l’organisation, non point d’un méta-portail, mais d’une liste indicative, et de voir jusqu’où, en fonction de l’existant en matière d’organisation des données, il était plausible d’aller pour baliser, par souci de réflexion méthodique plus que par souci d’application, un territoire pratique et théorique.

  • 7 Les listes les mieux conçues semblent être, pour l’instant, celles de Art-Guide avec des possibilté (...)

12L’idée n’est pas nouvelle. Il existe, dans les faits, des approches multiples, empiriques ou théoriques, plus ou moins sectorielles, mais ce qui nous a amené à aborder cette question résulte d’un manque de synthèse. Un rapide tour d’horizon nous permet ainsi de relever ce qui a été fait pour la forme des œuvres numériques par Annick Bureaud (dont nous sommes redevable pour le titre même de notre communication) dans le but « de mettre en évidence les grandes catégories d’œuvres en ligne » (Bureaud, 1998), ou par Nicolas Frespech sur les sites artistiques afin de clarifier les expressions : Arts médiatiques, art en ligne, Cybert art, art hypermédiatique, art médiatiques, Art web, Art en réseau… (Frespech, 2002) ; les sites des bibliothèques de musées, les médiathèques spécialisées, les sites associatifs, répondant aux nécessités de hiérarchiser l’information comme on le dit en documentation ou pour la mise en page. Mais pour l’édification d’une liste prenant en compte la multiplicité des ressources informationnelles, les sites généralistes offrent la matière la plus décisive7. Nous arrêterons ainsi notre corpus à cinq des sites et portails majeurs du domaine de l’histoire des arts et des arts plastiques pour comparer le balisage des sources tel que l’entendent le ministère de la culture, un institut, une médiathèque et une bibliothèque universitaire dans le triangle France, Canada, Allemagne : ce sont,

13Comment concevoir une typologie qui soit une aide à la recherche d’information en art contemporain ? Ces exemples plaident pour une mise au point nécessaire dans le domaine dont ils esquissent les potentialités et marquent aussi leurs limites car ils ne sont pas pensés pour un emploi aussi spécifique. Face à l’information, ces sites tentent avec plus ou moins de bonheur de repérer ce qui semble nécessaire à une vue, une connaissance, et au-delà, à l’étude des courants actuels, sauf Art Guide et l’INHA qui se veulent généralistes en englobant toute l’histoire de l’art jusqu’à l’art contemporain.

14Le recoupement des choix d’information effectués d’après les cinq sites fait apparaître, après étude des possibilités de regroupement des rubriques, un ensemble de critères typologiques qui fonctionnent comme des intitulés de champs. À noter que, parfois, sous plusieurs d’entre eux peut se ranger un même contenu. Nous reconstruisons, de fait, une liste structurée à partir des données recueillies dont l’ordre ne prétend pas être figé (tel qu’il apparaît ci-dessous ou dans le tableau en annexe), mais tente de se rapprocher des usages d’un schéma qu’on retrouve, par exemple,

  1. dans des notices d’œuvres avec les mentions suivantes : auteur ; dates biogr. ; titre ; date de réalisation ; école ou origine ; support, technique et format ; localisation ; sources, bibliographie ;

    • 13 Discussion dans notre travail de thèse (Régimbeau, 1996, p. 365-378) ; cf. également d’autres grill (...)

    dans des grilles d’analyse13 avec les mêmes critères de départ identifiant l’œuvre auxquels s’ajoutent les commentaires : description des signes plastiques ; thème et/ou iconographie ; contexte (personnel, social, géographique, économique, historique) ; fortune critique ; interprétation ; bilan sémiotique ; synthèse ; bibliographie.

15On reprendra donc une répartition des types d’informations ordonnant : 1) l’identification ; 2) la description et l’interprétation. Mais pour une approche globalisante qui tient compte également des données empiriques de l’information telle qu’elle existe sur les sites et portails, il faut aussi prendre en compte les aspects représentés : professionnels, sociaux, éditoriaux, etc., et sans lesquels de toute façon, on ne pourrait pas comprendre la complexité du champ vivant des arts plastiques. Les médiations y jouent un rôle important, constituant, fondamental ; ce qui, par parenthèse, conforte une approche par les SIC. On les retrouve avec la médiation artistique telle qu’elle est incarnée par les médiateurs de musée mais aussi par les pédagogues ; avec la recherche confrontée à la médiation scientifique et à la vulgarisation ; avec les médiations éditoriale, documentaire, institutionnelle, journalistique, publicitaire, etc.

16Cet ensemble de facettes ou dimensions peut s’énoncer selon le schéma suivant, en fonction :

171) des artistes ; 2) des disciplines et techniques ; 3) des œuvres (collection, exposition, conservation) ; 4) des recherches sur l’art ; 5) de la géographie ; 6) de la médiation culturelle de l’art ; 7) de l’édition, la médiatisation et la critique ; 8) des ressources documentaires ; 9) de la formations des artistes ; 10) du marché et des galeries ; 11) du droit et du statut professionnel et social ; 12) de la politique culturelle, des institutions, des aides ; 13) des activités et acteurs associés dont l’éducation à l’art ; 14) de l’actualité.

18Ce sont les « entrées » retenues dans le tableau typologique synoptique en annexe. On admettra cependant que cet ordre ressortit plutôt d’une visée analytique prenant l’art pour objet d’étude et qu’une visée plus « pratique », à destination informative, mettant le professionnel de l’art au centre du champ socio-artistique supposerait d’autres choix, par exemple (et en abrégeant les intitulés, donnés sous cette forme dans le tableau) :

191) artistes ; 2) disciplines ; 3) formation ; 4) marché-galeries ; 5) droit-social-profession ; 6) politique culturelle-institution-aides ; 7) acteurs-activités associés ; 8) œuvres ; 9) médiation culturelle ; 10) recherches sur l’art ; 11) édition, médias, publication ; 12) géographie ; 13) actualités ; 14) ressources documentaires.

20Partant d’une autre distinction entre les genres d’information qui façonnent les échanges du champ des arts plastiques, on pourrait aussi retenir : 1) l’information biographique ; 2) l’information esthétique ; 3) l’information pédagogique ; 4) l’information économique ; 5) l’information juridique, professionnelle et sociale ; 6) l’information administrative et institutionnelle ; 7, 8, 9, 10) l’information spécialisée culturelle et scientifique 11) l’information spécialisée et l’information publicitaire 12) l’information spécialisée et touristique 13) l’information d’actualité ; 14) l’information spécialisée et l’information pratique.

21Enfin, un regard particulier sur ce qui constitue au sens propre l’information médiatique (identifié ici sous le n° 11) permettrait de corroborer l’étude typologique que Caroline Courbières a mené à propos de la mode (Courbières, 2002) en distinguant quatre types : « l’information prescriptive, l’information marketing, l’information de type documentaire et la méta-information ».

CONCLUSION

22La production, le stockage, le transfert, la diffusion et la réception des documents grâce aux techniques numériques s’adaptent aussi à des catégorisations documentaires. Il existe, en effet, encore et toujours, sous la fausse unité du canal d’information, des sujets et des motivations qui peuvent être représentés par des entités sémantiques (mot et signification pris dans un contexte spécifique) simplifiant l’orientation documentaire. Ce bref panorama permet aussi de saisir que les sites et portails sont les plus opératoires quand ils laissent « parler » les listes par la structure et l’ordre alphabétique. En articulant une typologie par sujet à des typologies qui s’appuieraient sur d’autres catégories de contenus en art contemporain, comme les thèmes des catalogues d’exposition que nous avons étudiés dans une perspective de catégorisation (Régimbeau, 1996, p. 129-154) ou comme les différentes natures de revues présentes sur le Web (Régimbeau, 2001), ce travail pourrait être continué dans le sens d’une « cartographie » de la teneur des domaines à prospecter : c’est-à-dire une identification, une localisation et une caractérisation des médiations en jeux.

23Comment, le repérage des types de sujet, puis en complément, - question et travail à prolonger – le repérage des types de formes, de genres et de fonctions d’informations, utilisés dans les médiations informationnelles, permet de s’acheminer vers une critique des sources qui serve l’efficacité de la pédagogie et de la recherche en arts plastiques, telle est la question qui était au soubassement de cette contribution. Elle relève des objectifs managériaux d’un centre d’information et/ou de documentation dans l’identification et l’évaluation des sources d’information ou dans le contrôle des flux d’informations.

Bibliographie

BIBLIOGRAPHIE

Boulogne (A.), dir., Vocabulaire de la documentation, Paris, ADBS, (coll. Sciences et techniques de l’information), 2004, 334 p. [Pour l’Institut National Des Techniques De La Documentation [Études & Recherches (INTD-ER)].

Bourdon (J.), « propositions méthodologiques pour l’analyse du document audiovisuel : le dépôt légal de la radio et de la télévision », Dossiers de l’audiovisuel, n° 54 (1994), p. 69-72.

Bureaud (A.), Pour une typologie de la création sur Internet. Leonardo on line-Olats /Observatoire Leonardo des Arts et des Techno-Sciences, [en ligne], 1998, 15 p., [consulté le 13-01-2006]. URL : http://www.olats.org/livresetudes/etudes/typInternet.php

Calaf (R.), Navarro (A.), Samaniego (J.A.), Ver y comprender el arte del siglo xx, Madrid, Ed. Síntesis, Didáctica de las ciencias sociales, n° 2, 2000, 254 p.

Charaudeau (P.), « Les conditions d'une typologie des genres télévisuels d’information », Réseaux, n° 81 (1997), p. 79-101.

Corniou (J.-P.), La société de la connaissance : nouvel enjeu pour les organisations, Paris, Hermès Science Publications (Management et informatique), 2002, 190 p.

Courbieres (C.), « Vers une typologie de l'information médiatique au travers de l’analyse des discours sur la mode », Communication et langages, n° 34 (2002), p. 84-97.

Frespech (N.), « proposition d’une typologie générale de sites Internet artistiques », (({uyio.com})) : ressources sur le Net art, [en ligne], 2002, 3 p. [consulté le 13-01-2006]. URL : http://www.uyio.com/typologies.php#.

Goody (J.), La raison graphique : la domestication de la pensée sauvage, Paris, Éditions de Minuit (Le sens commun), 1993, 274 p.

Meyriat (J.), « La place du schéma dans les langages de représentation de l’information », Schéma et schématisation, n° 30 (1989), p. 37-46.

Meyriat (J.), « pour une classification des sciences de l’information et de la communication », Schéma et schématisation, n° 19 (1983), p. 61-64.

Miège (B.), « De quoi alimenter la recherche : le dépôt légal de la radio et de la télévision », Dossiers de l’audiovisuel, n° 54 (1994), p. 65-67.

Perec (G.), Penser/Classer, Paris, Hachette, 1982.

Régimbeau (G.), « Les revues d'art contemporain entre imprimé et électronique : évolutions récentes » [en ligne], Archée (Montréal), 2001, 20 p. URL : http://archee.qc.ca/

Régimbeau (G.), Thématique des œuvres plastiques contemporaines et indexation documentaire, Lille, Presses Universitaire du Septentrion, 1998, 2 vol. , 657 p.

Notes

1 Entrée absente dans le dernier Dictionnaire de l’information (Cacaly, dir., 2004), comme auparavant dans le Dictionnaire encyclopédique de l’information et de la documentation (Cacaly, dir., 1997).

2 Cf. Isad(G) Norme générale et internationale de description archivistique. [consulté le 13-012006], URL : <http://www.ica.org/biblio/isad_g_2f.pdf>

3 Liste établie pour une étude terminologique publiée par les Archives de France [consulté le 1301-2006], URL : <http://www.archivesdefrance.culture.gouv.fr/fr/archivistique/DAFterminologiealphabetique.html>

4 AFNOR, FD Z 44-O77, Documentation – Catalogage de l’image fixe – Rédaction de la description bibliographique de l’image fixe, Annexe E, p. 111-115, dans AFNOR, Normes de catalogage, tome 2, 2005, p. 401-405.

5 Selon le terme de Jean Meyriat (1983) qui définit ainsi l’étude des systèmes techno-sociaux de la communication, branche qui contient entre autres la documentologie et l’informatologie.

6 Présentation de la série (1972-2003) sur le site de l’Université catholique de Louvain (Belgique) : « La Typologie, […] classe d'abord les sources selon leur genre, décrit les caractères propres à chacun, retrace son origine et son évolution […]. Elle formule ensuite les règles spéciales de critique historique [...] pour reconstituer le passé sous toutes ses formes : événements, institutions, économie, structures sociales, mentalité, idées, activité désintéressée ». [consulté le 13-01-2006], URL : <http://zeus.fltr.ucl.ac.be/recherche/publications/pub_typologie.html>.

7 Les listes les mieux conçues semblent être, pour l’instant, celles de Art-Guide avec des possibiltés d’interrogation des sites web par type de source (Sourcetype), par sujet (Subject), par région et par période. Cf. adresse infra, note 12 et celles du CNAP.

8 Ministère de la culture, rubrique « Art contemporain » : < http://www.culture.fr/ArtContemporain/c94>.

9 http://www.cnap.fr/

10 http://www.inha.fr/plan.php3

11 <http://media.macm.org/>

12 <http://vifa.ub.uniheidelberg.de/kunst/servlet/de.izsoz.dbclear.query.browse.Query/domain=kunst>. Portail conçu par la Bibliothèque universitaire de Heidelberg et la Bibliothèque d’État de Saxe et de l’Université de Dresde, et relié au VKK (Virtuellen Katalogs Kunstgeschichte) Bibliothèque virtuelle d’histoire de l’art, de l'université de Karlsruhe.

13 Discussion dans notre travail de thèse (Régimbeau, 1996, p. 365-378) ; cf. également d’autres grilles d’analyse pour l’art du 20e siècle dans (Calaf, Navarro, Samaniego, 2000) ; et sur le site de la Fondation Getty (États-Unis) Categories for the description of works of art (CDWA), Core Categories and Full List of Categories, URL : <http://www.getty.edu/research/conducting_research/standards/cdwa/2_overview/index.html>

Auteur

Maître de conférences en sciences de l’information et de la communication, EA 827, Laboratoire d’études et de recherches appliquées en sciences sociales (LERASS), France
Équipe Médiations en information et communication spécialisées (MICS) Université Paul Sabatier, Toulouse III

© Presses universitaires François-Rabelais, 2008

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540