Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Yves Bonnefoy

 | 
Daniel Lançon
, 
Stephen Romer

Conférences de la journée Shakespeare

« …Quelques monstres à la Shakespeare… » : aspects de l’accueil/refus de l’œuvre de Shakespeare dans la tradition poétique française

Stephen Romer

Texte intégral

  • 1 « Shakespeare », Encyclopédie Universalis, Paris, 2004, p. 7224.
  • 2 Voir dans « Shakespeare et le poète français » (1959), Théâtre et poésie. Shakespeare et Yeats, Pa (...)

1Après les subtilités, et les profondeurs de ce qui a précédé, les quelques remarques qui suivent n’ont pas prétention d’être autre chose qu’un survol rapide de quelques – disons – « moments forts », et je l’espère, assez savoureux, de l’histoire de la réception (ou de la non-réception) de Shakespeare en France. Vaste sujet, et pour moi – qui ne suis aucunement spécialiste en la matière – une fascinante découverte. Le grand shakespearien français, Henri Fluchère, a raison quand il dit qu’il serait « passionnant de tracer la courbe de la réputation de Shakespeare, car aucune œuvre, la Bible mise à part, n’a suscité autant de commentaires, sollicité autant de chercheurs, donné lieu à autant de controverses. »1 Comme nous allons le voir, d’après ce que j’ai pu glaner de cette histoire tortueuse il semble exister deux grandes écoles, l’accueil passionné, voire révolutionnaire, incarné surtout par des Jeunes-France romantiques et de l’autre côté de la barricade, le refus obstiné des successeurs de Voltaire, qui lui-même a hérité des règles néoclassiques de Boileau, Le Bossu et La Harpe. La bataille, ou même – étant donné l’étendue de la controverse dans le temps, la guerre – entre « l’Académicien » et « le Romantique » pour utiliser les personnages des dialogues de Stendhal à ce sujet – est édifiante, non seulement du point de vue du développement de l’esthétique et de la poétique, mais aussi comme une petite histoire de l’entente ou souvent la mésentente entre le pays de Shakespeare et celui de Voltaire. Il s’agit aussi d’une histoire franco-française, car Shakespeare a souvent été employé un peu comme une grenade ou un lance-flamme de l’avant-garde pendant ses assauts sur l’Académie. Il faut dire aussi que cette guerre-là est depuis longtemps gagnée, Shakespeare s’est imposé en France comme partout ailleurs, c’est donc (de mon point de vue, peut-être partisan) un « happy ending ». Reste maintenant tout un travail pour approfondir notre compréhension à la fois de sa pensée et de sa présence théâtrale. L’effort redoublé des traducteurs et des traductrices va aussi récemment dans ce sens. Il faut traduire Shakespeare, et non pas simplement le raconter. La distinction est de Yves Bonnefoy, l’un des plus grands traducteurs de Shakespeare, et l’un de ses critiques le plus subtil que la France aura produit2. La réception de Shakespeare en France ne saurait pas bien entendu être séparée de l’histoire des traductions du poète dans ce pays. Vu d’en haut, et de façon rétrospective, cette histoire constitue rien de moins qu’une histoire du goût littéraire français en microcosme.

  • 3 Paul Valéry, Cahiers t. 2, Paris, Gallimard, 1974, Bibliothèque de la Pléiade, p. 1004.
  • 4 Valéry, Op. cit., p. 1180.
  • 5 Ibid., p. 1237.
  • 6 Ibid., p. 1170.

2C’est en feuilletant le chapitre intitulé « Poésie » des Cahiers de Paul Valéry que je suis tombé sur l’exergue qui me sert de titre… « Racine a peut-être fait avorter en lui quelques monstres à la Shakespeare… »3 Je me suis posé la question tout bêtement, à quoi pense-t-il ? Que sont ces monstres ? N’est-ce pas une idée primitive de Shakespeare ?… et pourtant, Valéry, grand penseur, la fine fleur du symbolisme, qui a réussi à perpétuer l’héritage de la lignée racinienne dans la perfection de ses vers… En effet, pour Valéry, Shakespeare admet ce qu’un Racine aurait refusé par souci de la perfection, de la continuité, et de la consistance. C’est le côté excessif chez l’anglais qui semble choquer Valéry : « Shakespeare me donne parfois l’écœurement des images »4 dit-il, ou « L’intérêt est dans l’éclairage puissant des êtres par le langage poussé au maximum, par toutes sortes de mots… »5. C’est que le disciple de Mallarmé est rebuté par la prodigalité de Shakespeare, par son lexique débordant, par sa « vigueur, vigueur, vigueur » comme il s’exclame de façon presque désespéré… !6 C’est que Mallarmé, pour Valéry, représenterait le pôle opposé d’un Shakespeare (ou d’un Hugo) c’est l’artiste ultra-conscient, le plus délibéré qu’on aura vu, lui qui pesait chaque phonème… lui qui s’est consacré à trier la langue, en deux utilisations, « ici, brut – là, essentiel » ; notion élaborée par Valéry et qui va aboutir à deux principes clefs – que la poésie est en effet un langage dans un langage, et que le but du poète, c’est de produire la « poésie pure ». Défenseur de Racine, il défendra toujours la contrainte dans la poésie, car c’est la contrainte qui trouve, et qui produit. Il rêve quelque part d’une poésie dans laquelle la transformation des pensées les unes dans les autres serait plus importante que la pensée elle-même…

  • 7 Valéry, Op. cit., p. 1171-2.
  • 8 Ibid., p. 1185.

3Or c’est là une plaidoirie me semble-t-il pour le chant, pour l’enchaînement d’un discours poétique, qui a trouvé son expression suprême, chez Valéry, avec La Jeune Parque. Avec une poétique pareille, comment en effet apprécier Shakespeare, avec son côté pêle-mêle, l’aspect mélange voulu de « high » et de « low », surtout l’alternance déroutante des scènes de poésie entrecoupées par les passages en prose, qui forme la trame même du drame shakespearien ? Il y a malentendu, certes, c’est le moins qu’on puisse le dire. Les deux péchés de Shakespeare, semble-t-il, selon les critères de Valéry seraient donc son manque de structure (non-respect des unités) et surtout sa façon de mélanger les genres, vers, prose, chanson, poésie formelle, plaisanterie, calembours, vulgarités etc. On se demande d’ailleurs de quelle côté de la barricade Valéry se serait-il trouvé lors de le nuit de l’ouverture houleuse d’Hernani ? En effet, Valéry semble offusqué par l’existence purement et corporellement théâtrale de Shakespeare. Il s’explique : « Racine et Shakespeare – La différence qui me frappe est celle-ci. Le théâtre Shakespearien est fondé sur la scène – sur l’effet instantané. Tandis que l’autre vise une suite et une addition logico-rhétorique. »7 Valéry nuance ses « préférences » avec cette constatation franche : « (Shakespeare) est donc effroyablement moderne. Ni l’absurde, ni le contradictoire, ni l’excessif, ni l’incohérent ne l’épouvantent. »8

4Plus on avance dans ce sujet plus on constate que ce refus de Shakespeare, ou tout au moins les réserves émises par Valéry à l’égard de l’art de Shakespeare ont une longue et illustre histoire, et s’insère dans une lignée critique dite « classique » ; tout comme, de l’autre côté, l’admiration d’Yves Bonnefoy prend sa place dans la lignée romantique, qui compte parmi ses rangs la longue liste de poètes admirateurs de Shakespeare (Goethe, Coleridge, Hugo entre autres…)

5Valéry, en effet, est une des dernières incarnations des « académiciens » – dans la langue de Stendhal – dont l’exemple le plus célèbre – le plus notoire – est bien entendu celui de Voltaire, au dix-huitième siècle, le siècle dit des « lumières ». Son paragraphe sur Hamlet dans la « Préface de Sémiramis » de 1748 – magnifique de dédain – vaut la peine d’être réentendu :

  • 9 Voir F.E. Halliday, Shakespeare and his Critics, Duckworth, 1958, p. 212.

Je suis bien loin assurément de justifier en tout la tragédie d’Hamlet : c’est une pièce grossière et barbare, qui ne serait pas supportée par la plus vile populace de la France et de l’Italie. Hamlet y devient fou au second acte, et sa maîtresse folle au troisième ; le prince tue le père de sa maîtresse, feignant de tuer un rat, et l’héroïne se jette dans la rivière. On fait sa fosse sur le théâtre ; des fossoyeurs disent des quolibets dignes d’eux, en tenant dans leurs mains les têtes de morts ; le prince Hamlet répond à leurs grossièretés abominables par des folies non moins dégoûtantes. Pendant ce temps-là, un des acteurs fait la conquête de la Pologne. Hamlet, sa mère, et son beau-père boivent ensemble sur le théâtre ; on chante à table, on s’y querelle, on se bat, on se tue : on croirait que cet ouvrage est le fruit de l’imagination d’un sauvage ivre.9

6Voilà l’injure célèbre. C’est remarquable, tout de même, cette invective. Elle me rappelle le célèbre concours de l’équipe Monty Python pour faire un résumé de Proust dans soixante secondes. À saveur ajoutée.

7Bien entendu, Voltaire n’exprime, mais avec beaucoup d’esprit, rien de plus que la censure et les conventions de son époque à l’égard des « contraintes » et les « unités ». Il succède à l’époque de Boileau, de Le Bossu, et de Rapin, (nous sommes dans sa Salle après tout) qui dit que Horace lui-même, dont la Poétique suit celle d’Aristote, nous montre la nécessité de nous soumettre aux contraintes.

8N’oublions pas non plus la censure et les réserves émises par les néo-classiques compatriotes de Shakespeare, les Dryden, les Davenant ou encore les Pope, qui n’hésitaient pas à récrire, à adapter, à découper, « to bowdlerize Shakespeare » avant la lettre. Le révérend Thomas Bowdler (1754-1825) a essayé, on le sait, de découper toutes les obscénités et les profanités – lourde tâche, véritable casse-tête, car elles sont prodigalement éparpillées à travers toutes ses pièces. En effet c’est lui qui aura soigneusement préparé Shakespeare pour le public victorien… Même Samuel Johnson, dont la Preface to Shakespeare (1765) reste l’une des références indispensables de la critique historique shakespearienne, est outré par la mort de Cordelia dont le destin est « contrary to the natural ideas of justice » (contraire aux idées naturelles de la justice), a pendant longtemps soutenu la réécriture de Nahum Tate dans laquelle Le Roi Lear se trouve doté d’un « happy ending », le roi et sa fille cadette réunis dans « la réussite et le bonheur ».

  • 10 Victor Hugo, William Shakespeare (1865), Flammarion 1973, p. 53.
  • 11 Halliday, Op cit., p. 10 (cette citation, et les suivantes, figurent dans ma traduction).

9Comme le note justement Victor Hugo dans son William Shakespeare : « au dix-huitième siècle, la raillerie obstinée de Voltaire finit par produire en Angleterre un certain réveil »10. Et c’est Johnson enfin qui répond de façon mesurée, à ses piques. Il comprend la censure du français (après tout ils habitent le même monde et ils ont beaucoup de goût en commun pour beaucoup de choses) mais Johnson fait appel naturellement à l’humanité, à la sympathie, à l’universalité de Shakespeare (qualités répétées inlassablement jusqu’à devenir des banalités vides par la suite)… Voltaire a commis la maladresse singulière (à nos yeux) de lui préférer le Cato du néo-classique Addison, et Johnson riposte : « Voltaire s’étonne, qu’une nation qui a assisté à la tragédie de Cato persiste à suivre les extravagances de (Shakespeare). Qu’on lui réponde, que Addison parle la langue des poètes, et Shakespeare celle des hommes. Nous trouvons dans Cato d’innombrables beautés qui nous font aimer son auteur, mais nous y chercherons en vain de véritables sentiments humains ou d’actions humaines… Cato nous offre une splendide manifestation de manières artificielles et fictionnelles, et exprime de justes et nobles sentiments, dans une diction facile, élevée et harmonieuse, mais ses espoirs et ses peurs ne trouvent aucun écho dans nos cœurs… ».11 Au-delà des règles, au-delà des « unités », Johnson fait appel, comme toujours, au sens commun, ce « common sense » qui accepte les égarements et qui, devant l’évidence, adopte un esprit de compromis.

10Quant à sa distinction : langue des poètes/langue des hommes, nous la retrouverons de façon insistante chez les romantiques, notamment chez Wordsworth qui voulait, on le sait, une poésie dans laquelle la diction artificielle aurait été extirpée ; une poésie dans laquelle un homme parlent à des hommes (of a man speaking to men) dans une langue naturelle, puisée dans « la vie réelle » – « drawn from the language of real life ». Dans un Essai de 1815, (n’oublions pas, c’est l’année de Waterloo) qui ranime de plus belle la mésentente cordiale au sujet de Shakespeare, Wordsworth s’exprime ainsi :

  • 12 Halliday, Op. cit., p. 19.

Jusqu’à ce jour les critiques français n’ont rien modéré de leur aversion envers ce chéri de notre nation : « les anglais, avec leur bouffon de Shakespeare » reste une expression aussi commune parmi eux que du temps de Voltaire. Le Baron Grimm reste le seul écrivain français qui semble avoir cerné sa supériorité infinie sur les premiers noms du théâtre français : avantage que le critique parisien doit à son sang et son éducation allemande…12 – (« allemande » dit Wordsworth – voilà le coup le plus bas !)

  • 13 Ibid., p. 82.

11Et son ami Coleridge, l’un des critiques shakespeariens les plus perspicaces, bien que dans le moule romantique – comme Goethe et d’autres, il recrée Hamlet dans son image – se trouve investi d’une ferveur patriotique et indignée dès qu’il parle du poète national : « L’Anglais, qui se permet de prononcer le nom de William Shakespeare sans révérence, sans une révérence fière et affectueuse, n’existe pas, est inadmissible, en tant que critique »13.

12Et c’est encore une fois Voltaire avec « ses injures vulgaires » qui piquent Coleridge, et qui le pousse à formuler une des plus belles défenses de l’art tumultueux et apparemment « désordonné » de Shakespeare, ayant recours à ce qu’il appelle « organic form/forme organique » – idée clef qu’on retrouve plus tard dans sa célèbre définition de l’imagination :

Comment se fait-il donc que des nations entières se sont réunies pour condamner sans appel notre plus grand dramaturge, comme une sorte de nature africaine, enrichie de beaux monstres… L’erreur véritable c’est de confondre la régularité mécanique avec la forme organique. Forme est mécanique quand, sur un matériel donné nous imposons une forme prédéterminée, et qui n’évolue pas/qui ne s’élève pas naturellement des propriétés du matériel ; – il en est de même quand à l’argile nous donnons de nos mains la forme qu’elle retiendra quand l’argile devient dure. La forme organique, par contre, est innée ; elle prend forme, en développant, du dedans, et la plénitude de son développement ne forme qu’un avec la perfection de sa forme extérieure. Telle est la vie, telle est la forme.

  • 14 Halliday, Op. cit., p. 83.

13Coleridge explique : “C’est la Nature”, qui est premier parmi les artistes, suivi de peu – vous l’avez deviné – par Shakespeare, “son poète préféré”…14.

14Du côté de la France, dans ce jeu édifiant de rivalité et de mésentente cordiale, il faudrait attendre Hugo, le grand Hugo, qui dans sa « Préface » à Cromwell de 1827, réfute formellement et finalement, mais ne chasse pas définitivement (voir Valéry !), les sarcasmes de Voltaire ; mais dans quelques phrases tranchantes Hugo semble lui répondre point par point :

Le moment est venu où l’équilibre entre les deux principes (le grotesque et le sublime) va s’établir. Un homme, un poète roi, poeta soverano, comme Dante le dit d’Homère, va tout fixer. Les deux génies rivaux unissent leur double flamme, et de cette flamme jaillit Shakespeare. (…) Grâce à lui, point d’impressions monotones. Tantôt il jette du rire, tantôt de l’horreur dans la tragédie. Il fera rencontrer l’apothicaire à Roméo, les trois sorcières à Macbeth, les fossoyeurs à Hamlet. Parfois enfin il peut sans discordance, comme dans la scène du roi Lear et de son Fou, mêler sa voix criarde aux plus sublimes, aux plus lugubres, aux plus rêveuses musiques de l’âme. […] Voilà ce qu’a su faire entre tous, d’une manière qui lui est propre et qu’il serait aussi inutile qu’impossible d’imiter, Shakespeare, ce dieu du théâtre, en qui semblent réunis, comme dans une trinité, les trois grands génies caractéristiques de notre scène : Corneille, Molière, Beaumarchais…

15et il reconnaît ses défauts comme « des fautes qui ne prennent racine que dans les chefs-d’œuvre… ». Dans une analogie végétale qui fait écho, en quelque sorte, à Coleridge, Hugo conclut :

  • 15 Hugo, Op.cit., p. 96.

Le chêne, cet arbre géant que nous comparions tout à l’heure à Shakespeare et qui a plus d’une analogie avec lui, le chêne a le port bizarre, les rameaux noueux, le feuillage sombre, l’écorce âpre et rude ; mais il est le chêne.15

16Suivait, en 1865, le William Shakespeare de Hugo, ce livre magnifique, débordant, et peut-être méconnu de nos jours…À tort, car Hugo prévoit, préfigure maintes questions qui se retrouvent dans nos polémiques contemporaines, au sujet de la traduction en particulier. Dans ce livre, entre les prises de position et les envolées rhétoriques, et la description bien hugolienne des plus grands génies de l’humanité, on tombe sur des passages remarquables quant à la différence radicale entre les deux langues, l’anglais et le français, qui annoncent en quelque sorte les célèbres formulations de nos jours, notamment celles de Yves Bonnefoy.

  • 16 Hugo, Op. cit., p. 183.

17Le William Shakespeare de Hugo était originalement destiné à devenir une préface à la traduction du Théâtre complet par son fils François-Victor. Dans le chapitre « Shakespeare – son génie » Hugo catalogue, non sans espièglerie, et avec cette ironie joyeuse qui lui est propre, les « refus » de Shakespeare, commençant avec ses compatriotes (Rhymer, Forbes, Johnson, même Dryden et Pope), et rallié de plus belle à la cause par les assauts de Voltaire. Hugo déclare : « Comme tous les hauts esprits en pleine orgie d’omnipotence, Shakespeare se verse toute la nature, la boit, et vous fait la boire. … Il ne s’arrête pas, il ne se lasse pas, il est sans pitié pour les pauvres petits estomacs qui sont candidats à l’académie. Cette gastrite, qu’on appelle “le bon goût”, il ne l’a pas. Il est puissant. »16

18Et dans un passage irrésistible, sur la situation contemporaine (nous sommes dans les années 1860), il décrit le caractère actuel des monuments britanniques :

Quand on arrive en Angleterre, la première chose qu’on cherche du regard c’est la statue de Shakespeare. On trouve la statue de Wellington.

Wellington est un général qui a gagné une bataille en collaboration avec le hasard.

  • 17 Hugo, Op. cit., pp. 285-6.

Si vous vous obstinez, on vous mène à un endroit nommé Westminster où il y a des rois, une foule de rois ; il y a aussi un coin qu’on appelle coin des poètes. Là, dans l’ombre de quatre ou cinq monuments démesurés où resplendissent en marbre et en bronze des inconnus royaux, on vous montre sur un petit socle une figurine et sous cette figurine ce nom : William Shakespeare. […] Colonnes pour tout le monde ; il suffit d’avoir trainé un sabre. A Guernesey, au bord de la mer, sur un promontoire, une haute colonne, pareille à un phare, presque une tour. Cela est frappé de la foudre. Eschyle s’en contenterait. Pour qui est-ce ? Pour le général Doyle. Qui ça le général Doyle ? Un général. Qu’a-t-il fait, ce général ? Il a percé des routes. À ses frais ? Non, aux frais des habitants. Colonne. Rien pour Shakespeare, rien pour Milton, rien pour Newton ; le nom de Byron est obscène. L’Angleterre en est là, un illustre et puissant peuple.17

19La raillerie mise à part, Hugo consacre des pages fort intéressantes à la traduction, dont il sera question sans doute cet après-midi… On aurait pensé que, malgré ou même à cause des difficultés intraitables, le traducteur de Shakespeare aurait mérité un peu de gratitude. Mais selon Hugo, dans ce même impitoyable dix-huitième siècle, ce ne fut pas le cas. « Une traduction est presque toujours regardée tout d’abord par le peuple à qui on la donne comme une violence qu’on lui fait. Le goût bourgeois résiste à l’esprit universel »…

20Et il esquisse ce que Antoine Berman appellera bien plus tard « l’épreuve de l’étranger » :

  • 18 Hugo, Op.cit., p. 339.

Traduire un poète étranger, c’est accroître la poésie nationale ; cet accroissement déplaît à ceux auxquels il profite. C’est du moins le commencement. Le premier mouvement est la révolte. Une langue dans laquelle on transvase de la sorte un autre idiome fait ce qu’elle peut pour refuser. Elle en sera fortifiée plus tard, en attendant elle s’indigne. Cette saveur nouvelle lui répugne. Ces locutions insolites, ces tours inattendus, cette irruption sauvage de figures inconnues, tout cela c’est de l’invasion.18

21Le Tourneur fut l’un des premiers à traduire Shakespeare, de surcroît en prose. Il voulait libérer sa traduction des contraintes imposées par Ducis et par ce même Voltaire. Ce dernier, magnifique de venin, s’exprime ainsi, dans une tirade où le monstre, encore une fois, lève sa tête :

  • 19 Hugo, Op.cit., p. 340.

Avez-vous une haine assez vigoureuse contre cet impudent imbécile ? Souffrirez-vous l’affront qu’il fait à la France ? Il n’y a point en France assez de camouflets, assez de bonnets d’âne, assez de piloris pour un pareil faquin. Le sang pétille dans mes vieilles veines en vous parlant de lui. Ce qu’il y a d’affreux, c’est que le monstre a un parti en France ; et pour comble de calamité et d’horreur, c’est moi qui autrefois parlai le premier de ce Shakespeare ; c’est moi qui le premier montrai aux français quelques perles que j’avais trouvées dans son énorme fumier. Je ne m’attendais pas que je servirais un jour à fouler aux pieds les couronnes de Racine et de Corneille pour en orner le front d’un histrion barbare…19.

22Hugo admet plus tard que le danger de traduire Shakespeare a disparu aujourd’hui. « On n’est plus un ennemi public pour cela. Mais si le danger n’existe plus, la difficulté reste. » Voilà une constatation qui trouvera écho parmi nos traducteurs contemporains, ceux et celles qui se sont montrés les plus libres, les plus intrépides, et avec un français pour ainsi dire « émancipé » par les poètes de l’époque moderne. Non pas tellement par Hugo lui-même, lui qui semble toujours ensorcelé par l’alexandrin même en voulant s’en libérer, et cela, malgré sa vantardise dans « Réponse à un acte d’accusation » :

Et sur l’académie, aïeule et douairière,
Cachant sous ses jupons les tropes affarés,
Et sur les bataillons d’alexandrins carrés,
Je fis souffler un vent révolutionnaire.
Je mis un bonnet rouge au vieux dictionnaire.

23Il faut citer plutôt l’exemple féroce de Rimbaud, lui qui ose tout : il y a, surtout dans la prose de Une Saison en Enfer ou dans les Illuminations, un côté torrentiel, un enchainement ininterrompu d’images qui rappellent Shakespeare : écoutez ceci pour mesurer la différence avec tout ce qui précède :

Douceurs ! Les brasiers pleuvant aux rafales de givre, – Douceurs ! – les feux à la pluie du vent de diamants jetée par le Cœur terrestre éternellement carbonisé pour nous – ô Monde ! – …

24Il y a un romancier qui a vu clair dans cette affaire ; il s’agit de Stendhal dans son Racine et Shakespeare, livre qu’il faudrait mettre à côté de celui de Hugo (bien qu’il soit plus modeste) pour son intelligence et son courage. Après avoir vu un Othello à Paris, il a osé s’attaquer de front à la vieille prosodie sacrée, sept ans avant Hernani :

  • 20 Stendhal, Racine et Shakespeare (1823), Paris, Calmann-Lévy, p. 2, 40.

Je prétends qu’il faut désormais faire des tragédies pour, jeunes gens raisonneurs, sérieux et un peu envieux, de l’an de grâce 1823. Ces tragédies-là doivent être en prose. De nos jours, le vers alexandrin n’est le plus souvent qu’un cache-sottise. [Et encore] : Je l’oubliais l’unité de lieu ; elle sera emportée dans la déroute du vers alexandrin.20

25Les aperçus de Hugo, les audaces de Stendhal, la pratique de Rimbaud, ce sont des moments d’illumination, ils constituent un véritable progrès, sur lequel se pose ce que je me permets d’appeler peut-être l’âge d’or de la traduction de Shakespeare, le xxème et le xxième siècle, qui a débuté avec la célèbre édition du club français du livre dirigée par le grand et regretté Pierre Leyris, collection dans laquelle le jeune Yves Bonnefoy fait ses premières armes.

  • 21 Théâtre et poésie. Shakespeare et Yeats, Op. cit., pp. 173-86.

26J’aimerais finir avec une ironie délicieuse, dont parle Bonnefoy dans son essai « Shakespeare et le poète français ».21 Selon ses habitudes, Voltaire donne une traduction “polie” des vers de Shakespeare, suivi d’un mot-à-mot, pour montrer à quel point l’originel est cru, âpre, barbare. Il l’avait fait dans Othello pour le passage « shocking » quand Iago s’exprime en ces termes au vieux sénateur :

Even now, now, very now, an old black ram
Is tupping your white ewe.

27Voltaire, afin de montrer la grossièreté du poète, traduit mot à mot cette image :

  • 22 Citée dans André Genuist, Le Théâtre de Shakespeare dans l’œuvre de Pierre Le Tourneur, Université (...)

Dans un moment, oui, dans un moment un vieux bélier noir saillit votre brebis blanche.22

  • 23 Voir Bonnefoy, Op.cit. p. 175.

28Déjà la langue semble vivre ! Et Bonnefoy adopte un autre vers, de Hamlet cette fois, la version mot à mot de Voltaire : « Ou de prendre les armes contre une mer de troubles »23 : ce qui était inadmissible à l’époque s’impose de nos jours comme la meilleure traduction, ce qui montre à quel point le français s’est « fortifié » et s’est libéré, en s’astreignant à accueillir Shakespeare. C’est aussi, disons-le, une belle revanche.

Notes

1 « Shakespeare », Encyclopédie Universalis, Paris, 2004, p. 7224.

2 Voir dans « Shakespeare et le poète français » (1959), Théâtre et poésie. Shakespeare et Yeats, Paris, Mercure de France, 1998, p. 174.

3 Paul Valéry, Cahiers t. 2, Paris, Gallimard, 1974, Bibliothèque de la Pléiade, p. 1004.

4 Valéry, Op. cit., p. 1180.

5 Ibid., p. 1237.

6 Ibid., p. 1170.

7 Valéry, Op. cit., p. 1171-2.

8 Ibid., p. 1185.

9 Voir F.E. Halliday, Shakespeare and his Critics, Duckworth, 1958, p. 212.

10 Victor Hugo, William Shakespeare (1865), Flammarion 1973, p. 53.

11 Halliday, Op cit., p. 10 (cette citation, et les suivantes, figurent dans ma traduction).

12 Halliday, Op. cit., p. 19.

13 Ibid., p. 82.

14 Halliday, Op. cit., p. 83.

15 Hugo, Op.cit., p. 96.

16 Hugo, Op. cit., p. 183.

17 Hugo, Op. cit., pp. 285-6.

18 Hugo, Op.cit., p. 339.

19 Hugo, Op.cit., p. 340.

20 Stendhal, Racine et Shakespeare (1823), Paris, Calmann-Lévy, p. 2, 40.

21 Théâtre et poésie. Shakespeare et Yeats, Op. cit., pp. 173-86.

22 Citée dans André Genuist, Le Théâtre de Shakespeare dans l’œuvre de Pierre Le Tourneur, Université de Rennes, 1971, p. 136.

23 Voir Bonnefoy, Op.cit. p. 175.

Auteur

Université François-Rabelais, Tours

© Presses universitaires François-Rabelais, 2007

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540