Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Lettres parisiennes d’un révolutionnaire poitevin

 | 
Pierre Dubreuil-Chambardel

Une lettre de Pierre Dubreuil-Chambardel

Texte intégral

1Paris, ce 27 juin 1793,

2Citoyenne, chère fille,

3J'apprends par votre lettre avec une vraie satisfaction le rétablissement de votre mari. Je lui ai écrit par le dernier courrier.

4Je suis charmé que votre mère se soit enfin déterminée d'aller demeurer avec vous. C'est une vraie satisfaction que vous devez avoir toutes les deux. Je souhaiterais bien la partager avec vous, mais nous sommes dans des temps si malheureux que je n'ose m'en repaître l'imagination.

5La guerre civile qui embrase différentes parties de la République paraît s'y opposer par les événements qui peuvent en résulter. Ne nous flattons pas, car si tous les traîtres révoltés avaient les succès qu'ils se proposent; leu premier projet serait de poignarder tous ceux qui ont eu assez de fermeté pour faire tomber la tête du tyran et détruire la royauté. Ne vous imaginez pas que nulle crainte (ne) m'entre dans l'esprit. Il faut de sang froid s'attendre à tous les événements quels qu'ils soient et suivre sa propre destinée. Mon coeur ne peut être affecté que par tous les malheurs qui dévorent notre malheureuse patrie.

6Enfin, en dépit de tous les lâches, la constitution est finie: j'en joins ici un exemplaire. Mais ressouvenez-vous, chère fille, qu'elle doit faire la première instruction de vos enfants. Elle formera leur vertu et leur bonheur. Heureux les hommes qui vivront sous un tel ciel !

7Je suis bien sensible au ressouvenir de votre mère. Dites-lui mille choses honnêtes de ma part. Je vous embrasse tous et suis votre véritable ami.

8Dubreuil-Chambardel

Table des illustrations

URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/747/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 737k

© Presses universitaires François-Rabelais, 1994

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540