Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Lettres parisiennes d’un révolutionnaire poitevin

 | 
Pierre Dubreuil-Chambardel

Postface

Philippe Dubreuil-Chambardel

Texte intégral

1On ne peut que se féliciter du travail si sérieux auquel s'est livrée Marie Luce Llorca. En effet la lecture des lettres de Jacques Dubreuil-Chambardel bien remises dans leur contexte historique présente un triple intérêt.

2D'abord celui qui s'attache aux réactions d'un « député de base » face aux événements qui se déroulent quotidiennement autour de lui, auxquels il est mêlé de très près et qu'il retrace à ses enfants avec une totale simplicité et indiscutable sincérité.

3L'on a peu de documents de ce genre car beaucoup de ceux qui ont participé à de tels travaux n'ont pas eu la possibilité de faire part de leurs sentiments, la mort venant les frapper parfois avec de l'avance.

4Les lettres que nous avons maintenant sous les yeux sont "sincères » puisqu'écrites sans idée d'être diffusées. Il n'y a aucune "auto-apologie » comme on peut le voir souvent dans des mémoires écrits "pour servir la postérité". Nous avons le ton d'un père s'adressant à ses enfants. Il n'y a aucun désir de prosélytisme ni l'exposé d'une doctrine. C'est le récit d'un provincial, témoin privilégié de faits qui ont marqué notre histoire.

5Marie-Luce Llorca a principalement utilisé parmi les 150 lettres de Pierre Jacques Dubreuil-Chambardel celles ayant plus directement trait à l'aspect 'politique'. Mais ces missives offrent un deuxième intérêt. Elles comportent aussi des passages, parfois fort détaillés, sur la vie privée de l'auteur, ses activités professionnelles et nous obtenons ainsi nombre de renseignements sur la vie dans le Moyen Poitou dans le courant du XVIIIème siècle.

6Enfin, il n'est pas sans importance de noter les passages relatifs à la famille de l'auteur et de resituer celui-ci dans sa lignée ou dans sa descendance. On aura alors une image de la « France profonde » qui s'ajoutant à d'autres, nous donne une « photographie » utile.

7Comme l'indique Marie Luce Llorca, Jules Richard parlant de notre député le situe dans une « famille ancienne et considérée ». L'opinion de Gustave Chaix d'Est Ange est voisine lorsqu'il la qualifie de "famille de haute bourgeoisie".

8L'ancêtre au 7ènie degré de Pierre-Jacques, Jehan, est déjà attesté dans la région d'Exoudun au début du XVIe siècle. Il est à noter que tous les enfants seront baptisés dans la religion protestante ce qui n'est pas sans conséquence sur la descendance à venir.

9Izaac, l'arrière petit fils de Jehan, marchand, collecteur de taille à la Mothe Saint Héray en 1641, achète en 1654 une pièce de pré au lieu appelé « Chambardelle », fait qui aura une influence considérable sur le nom de la famille. Izaac, syndic de sa paroisse, est un notable important.

10Pierre, le fils d'Izaac, est un riche marchand qui commerce avec toute l'Europe et même avec Saint-Domingue. En 1687 il est syndic de la paroisse de la Mothe et en 1697 il achète la métairie de Pied Morin, sur la commune d'Avon, canton de la Mothe Saint Héray, où Pierre-Jacques, son petit fils passera toute sa vie active.

11Un des huit enfants de Pierre, prénommé également Pierre, abjure la religion protestante lorsqu ' il épouse en 1719 Catherine Cochon de la Tour. On n'a pas oublié que le Moyen Poitou fut l'une des régions où des luttes fratricides opposèrent catholiques et protestants. L'acharnement et la férocité caractérisent les antagonistes et les pressions sont fortes sur les protestants pour qu' ils abjurent. Il leur est affirmé que les enfants qui naitraient d'un mariage hors l'Eglise catholique seraient considérés comme bâtards et privés de droit . Catherine et ses parents ont été inquiétés et emprisonnés pour leurs opinions religieuses. Les deux soeurs de Pierre ont épousé des protestants dont la famille a été elle aussi poursuivie; le père d'un de ces deux beaux frères de Pierre, convaincu d'être relaps a eu son cadavre déterré et mis sur une claie pour être jeté aux ordures. L'on comprend ainsi l'abjuration de Pierre à la veille de son mariage. Tous ces faits ont indiscutablement joué un rôle dans le comportement futur de Pierre-Jacques.

12Il est intéressant de noter qu'un cousin de Catherine, Charles, est le père de Charles de Lapparent, conventionnel en même temps que Pierre Jacques Dubreuil-Chambardel.

13Un procès lancé par ses belles soeurs contre Catherine (mère de Pierre Jacques et veuve quelques semaines après la naissance de son enfant) donne des renseignements fort intéressants sur la vie de cette famille, l'état d'esprit de cette région et les pratiques judiciaires.

14Jacques Philippe, l'arrière petit fils de Pierre Jacques, est l'auteur d'une thèse de médecine sur le magnétisme animal, sujet fort discuté à l'époque. Par la suite après des recherches très intéressantes sur un appareil original de distillation, il fonde en Indre-et-Loire une des premières fermes-écoles et se livre a des recherches agronomiques fort en avance sur son temps. Puis il crée un institut orthopédique aux méthodes très novatrices. Entre temps il s'est présenté en 1848 aux législatives en Indre-et-Loire, aux côtés de Crémieux alors ministre de la Justice dans le gouvernement provisoire.

15Louis, petit fils de Jacques Philippe, suit la voie tracée par son grand-père et par son père: il est un grand chercheur dans le domaine de l'anatomie, un préhistorien de premier rang, le premier provincial a être élu président de la société d'anthropologie de Paris.

16Ainsi avec Pierre Jacques Dubreuil-Chambardel nous avons un portait d'un provincial, député « de base » lors d'événements de première importance, mais aussi, à travers lui et sa famille, nous avons un éclairage très intéressant sur la vie quotidienne de nos provinces.

© Presses universitaires François-Rabelais, 1994

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540