Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Lettres parisiennes d’un révolutionnaire poitevin

 | 
Pierre Dubreuil-Chambardel

Conclusion

Texte intégral

  • 1 Il faut comprendre ici "mission"

1Dans une lettre du 11 Septembre 1793, Pierre Dubreuil Chambardel écrit à son propos cette phrase: "Ciil a fait peu aumoins atilfait touts ce quil apu par conséquand rempli sa missive"1. Une telle remarque est tout à fait significative de l'état d'esprit du député poitevin. Lucide, il est conscient du rôle effacé qu'il tient dans l'aventure révolutionnaire, ainsi que de sa place au sein de cette force silencieuse représentée par la majorité des députés. Ni orateur brillant, ni écrivain chevronné, il représente pourtant le député "moyen", provincial déraciné, consciencieux et exact à accomplir son devoir. Parfois dépassé par la soudaineté et la violence des événements, il n'en conserve pas moins son sang-froid et sa foi révolutionnaire.

  • 2 J Richard, art cit.

2Il est certain que la place qu'il occupe ne lui laisse guère le choix. Soucieux d'agir en fonction de la Loi souveraine, il ne peut se dérober à ses obligations sans se condamner. Il assume donc sa charge non seulement par souci de la légalité, mais aussi parce qu'il croit sincèrement à l'avènement d'une ère nouvelle que seule la Révolution peut mettre en place. Sa croyance presque naïve en des idéaux tels que la Liberté ou l'Egalité n'est en rien marginale. Au contraire, elle constitue une des constantes du discours révolutionnaire. Dans son article2, Jules Richard remarque avec justesse que "Mr Dubreuil traversa les tempêtes de la Révolution avec la même égalité d'âme qu'il eût supporté de mauvaises récoltes". Le parallèle entre l'homme politique engagé et le rural parfois fataliste est ici judicieuse. Homme de bon sens, Pierre Dubreuil Chambardel réagit toujours en fonction de principes clairement fixés qui constituent des repères précieux et lui évitent de douter de ses prises de position.

3C'est en cela que Pierre Dubreuil Chambardel apparaît comme un patriote convaincu et républicain acharné. Même si, comme il le souligne lui même, il ne s'est pas distingué par des actes spectaculaires ou des philippiques interminables, il s'est peu à peu rangé parmi les députés les plus extrémistes avant de revenir à la modération et de vouer aux gémonies ce " Robercepière " qu'il avait suivi fidèlement jusqu'au 9 thermidor. Son parcours politique est donc exemplaire, car il montre comment des hommes riches, attachés à la tranquillité, à un certain ordre, ont pu fournir aux leaders de la Montagne l'appui nécessaire qui a permis sa victoire en juin 1793 et l'établissement de la Terreur. L'élu local sûrement conquis par les nouvelles idées, s'est fait le défenseur des principes les plus durs et est allé jusqu'à voter la mort du roi et la proscription des Girondins.

4L'étude présentée se proposait de démontrer cette particularité. On connaît bien les grandes figures de la Révolution mais beaucoup moins les idées et la vie quotidienne des députés "de base", ceux qui par leurs votes ont décidé du sort de la France. Pierre Dubreuil Chambardel en fait incontestablement partie. Ses lettres en même temps qu'un témoignage vivant, sont aussi un moyen pour l'historien de connaître ces détails souvent anecdotiques, qui font de l'Histoire une science vivante, au caractère profondément humain.

Notes

1 Il faut comprendre ici "mission"

2 J Richard, art cit.

© Presses universitaires François-Rabelais, 1994

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540