Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Lettres parisiennes d’un révolutionnaire poitevin

 | 
Pierre Dubreuil-Chambardel

L'intérêt historique

Texte intégral

A - Du député modéré au régicide.

  • 1 M Vovelle, La Chute de la monarchie 1787-1792, op. cit., p 250.

1Alors que Pierre Dubreuil Chambardel siège à l'Assemblée législative depuis le 1er octobre 1791, un des grands débats qui s'ouvre en cette fin d'année porte sur la guerre. Celle-ci apparaît de plus en plus inévitable à une majorité de l'opinion, guidée en cela par les Girondins et la Cour. Seule une minorité menée par Robespierre s'y oppose fermement. Les vues des partisans de la guerre divergent largement puisque les royalistes espèrent une défaite française afin de restaurer le pouvoir absolu et qu'à l'inverse, les Brissotins souhaitent une guerre rapide et victorieuse qui permettrait de démasquer les traîtres en même temps que de propager les idéaux révolutionnaires. Ainsi Brissot estime, dans un discours du 16 décembre 1791 que la guerre est "un bienfait national" dont le but serait de démontrer "le caractère d'une nation libre qui veut défendre et maintenir sa liberté"1; il entraîne derrière lui la majorité des députés. Pierre Dubreuil Chambardel, dans une lettre du 19 décembre 1791, semble se résigner à cette guerre sans trop de difficultés. Il écrit en effet "il y alieux de croire que nous auront la guère, en conséquence lAssemblée cy dispose", appuyant son affirmation par l'opinion puisqu'il ajoute "Paris est dans une grande fermantation et lademende fortement encriant [:"] vivre libre oumourir [!"]". La guerre déclarée le 20 avril 1792, il se fait même l'apôtre de celle-ci puisqu'il déclare le 25 avril "on espère quelle aupèrera la tranquillité". Point de doute donc qu'il ait fait partie de l'écrasante majorité qui la vota. Sur les 745 législateurs, une dizaine seulement tentèrent en vain d'y faire obstacle. Dans cet épisode déterminant, notre député se range donc aux côtés de la Gironde.

2Jamais Pierre Dubreuil Chambardel ne semble s'être opposé à la guerre, qui au contraire, lui donne l'occasion d'affirmer un patriotisme très vif sur lequel nous reviendrons. Il se désole en effet avec beaucoup de compassion sur le sort malheureux du pays. Le 1er juillet 1792, il confie à sa belle-fille "la triste position oùcetrouve lampire ne peut laisser un seul momans libre àtous ceux qui on lebien public en vue". Son inquiétude face aux premières défaites du printemps est proportionnelle à l'enthousiasme qu'il exprime le 7 juillet devant l'arrivée "des garde nantionalle detouttes les partie de lampire", réunis pour aller défendre leur patrie. Sa foi dans l'armée révolutionnaire et dans la valeur "des brave volontaire qui voile au frontière" l'amène même à imaginer les futures victoires non sans y mêler une touche vindicative. Ainsi il écrit: "Nos force ceront ci imposante que lennemi se repentira davoir auzé souillié la terre de la liberté". Par un tel propos, il rejoint incontestablement la doctrine girondine.

3La guerre, au delà des luttes armées, est pour Pierre Dubreuil Chambardel, une bataille entre deux idéologies incompatibles: celle de la Révolution et celle de l'Ancien Régime. Tous ceux qui osent quitter la première pour suivre la seconde sont donc détestables et doivent être condamnés. C'est pourquoi il ne trouve pas de mots assez durs pour blâmer les généraux parjures qui lui paraîssent marqués au sceau de l'infamie. Le temps est loin des glorieuses victoires américaines du " héros des deux mondes " et notre député s'indigne de "la traïzon de plusieurs traîtere comme Lafaiette". Selon lui, "il ceson sauvé pour évitter la juste peine de leur crime". Il stigmatise plus violemment encore l'attitude de Dumouriez. Dans une lettre du 22 avril 1793 au ton inquisitorial, il l'accuse en ces termes: "Le voilà cemonstre que lanfer avos mis [,] liveré àces remort, qui pouvais jouer unsibeau rôlle et donner la pais àtouttes IUrope".

4La guerre est donc une croisade politique pour la défense acharnée des acquis révolutionnaires en France même, mais aussi pour la disparition des monarchies étrangères. Pierre Dubreuil Chambardel s'élève avec vigueur contre tous les rois du monde. Il l'écrit clairement le 10 novembre 1792: "tous les despots coalizé tramble et crinnie que (heure reinie nesoit surle point definir". Une telle confiance s'explique par la victoire alors récente de Jemappes et par celle antérieure mais ô combien symbolique de Valmy.

5Mais sa haine de la monarchie absolue s'exprime plus violemment encore à l'égard de ceux qui incarnent à ses yeux, l'ordre ancien de la France. Témoin privilégié de la chute du trône le 10 août 1792, il s'en félicite largement dans une lettre du 14 août: "la sucepantion du pouvoir exécutif étoit nécésaire pour assurer le honneur detous". L'antiroyalisme de Pierre Dubreuil Chambardel s'inscrit ici dans un système de pensée plus large qui vise à mettre en place une société dont le but serait d'apporter à chaque homme la félicité sur la terre. Cette idée force des Lumières fait partie intégrante de l'idéal jacobin qui fera dire à Saint-Just en 1794: "le bonheur est une idée neuve en Europe".

  • 2 Archives parlementaires, Tome LVII, p 377.
  • 3 A Soboul, La civilisation et la Révolution française, Paris, Arthaud, 1988, tome II, p 85.

6Dès le 1er Septembre 1792, Pierre Dubreuil Chambardel condamne avec vigueur Louis XVI et Marie-Antoinette, affirmant que "lheure actions et lheure indignie dessinpervert lheure afait méritter aujuste tittre touttes lindignation delanation". A partir de cette date, l'antiroyalisme du député poitevin va aller en s'accentuant pour atteindre son paroxysme en janvier 1793. Le procès du roi est en effet l'occasion pour lui de manifester avec force son aversion pour la monarchie. Les lettres de cette période sont régulièrement jalonnées de dénonciations ouvertes du "traîtere et lâche Louis seize". Aussi c'est sans surprise que nous le voyons voter pour la mort, le 16 janvier 1793 en ajoutant à la tribune: "Si je ne consultais que mon coeur, je ferais grâce, mais comme législateur, je consulte la loi, la loi a parlé, je prononce la mort.2". On peut voir dans cette phrase à l'effet calculé, l'influence d'une pensée révolutionnaire libérale qui considérait que le "règne de la loi" pour emprunter un terme d'Albert Soboul3, était le seul capable d'assurer la liberté de l'individu. Nous reviendrons ultérieurement sur ces considérations pour voir comment l'inviolabilité des lois est pour Pierre Dubreuil Chambardel le fondement essentiel d'un Etat structuré.

7En tout état de cause, ce vote de même que le rejet de l'appel au peuple et du sursis constitue un tournant dans l'évolution politique du conventionnel. En se prononçant ainsi, il se place déjà aux côtés des Montagnards. Sa haine des rois s'exaspère et son langage se fait plus violent. Le 12 mars 1793, il écrit à propos des coalisés: "la liberté cepropagera partouttes lUrope et lheure teste tombera comme celle deCapet". Le 13 fructidor an II (30 août 1794), dans une lettre que nous n'avons pas reproduite, il s'en prend à la monarchie espagnole en ces termes: "Nous vairon comme cetireron daffaires ces fanatique Espagnols et leure dècepot".

8Si ses attaques atteignent principalement les monarques, elles n'épargnent pas ceux qui les soutiennent. Les émigrés sont les premiers visés. Pour Pierre Dubreuil Chambardel, ils sont condamnables à un double titre. Non seulement ils sont partsans d'un régime qu'il exècre mais ils ont fui leur pays pour s'allier à ses ennemis et le combattre. Ceci est manifeste dans une lettre du 29 Septembre 1792 où il écrit: "les lâche émigré cerepantiron sûremant davoir lâchement trais lheure patrie". La redondance de l'adjectif et de l'adverbe est significative!. Un mois plus tard, il dresse un tableau apocalyptique de leur situation: "les voilà procequerit [,] sans patrie [,] sans biens [,] érant parmi les nations qui les déteste". Enfin, il durcit sa diatribe le 6 avril 1793 en s'exclamant: "il faut que cette rasse deci devant noble et ces lion rugissant defanatisme périce [.]".

9Dans la lutte constante que mène le député contre les royalistes, il ne manque pas d'inclure les Vendéens, les accusant de mener une guerre civile qui le 8 juin 1793 lui apparaît comme un "fléau décetructifs du janre humain". Sa position vis à vis des troubles de Vendée est cependant plus complexe car elle est étroitement liée à sa conception de la religion qui, nous le verrons, révèle de profondes ambiguïtés.

10Le printemps 1793 constitue probablement un moment clé de la Révolution, puisqu'aucun péril ne lui est épargné et qu'une crise générale la met dans une position extrêmement grave. Alors que le danger extérieur impose la levée des 300 000 hommes, provoquant la révolte vendéenne, la chute de l'assignat et le manque de subsistances aggravent la crise sociale. Le mécontentement gronde et durant l'hiver 92-93, diverses révoltes populaires éclatent en province et à Paris.

11Tous ces événements influent sur un climat politique très tendu depuis le procès du roi durant lequel l'opposition latente entre Girondins et Montagnards apparut au grand jour. Le duel entre les deux groupes va aller en s'aggravant. Dans un premier temps Pierre Dubreuil Chambardel,, se désole de ces dissensions. Ainsi,le 22 avril 1793: "deux faction dans la Convention continuellemant enoposition rande nos séance citumultueuze [,] que nous resamblon plustost aune troupe de brigand qui veulle santredétruire plustost quà des législateur". Dans cette description intéressante par le regard désabusé qu'il porte sur les membres de l'Assemblée, il ne prend guère parti, se plaçant en observateur neutre. Point de doute qu'il ait alors rejoint le plus grand nombre dans une prudente expectative. Pourtant son glissement vers la Montagne est déjà bien entamé. Lorsque le 29 décembre, il dit craindre une dissolution de la Convention, "ci les factieux et les agitateurs neson pas déjoué dans leure perfide dessins", peut-être désigne t-il déjà certains membres de la Gironde. Quoi qu'il en soit, la rupture avec les Brissotins est nette lors du vote sur le châtiment à infliger au roi.

  • 4 J Richard, "Promenade historique dans le département des Deux-Sèvres" in Revue de l'Ouest du 16 no (...)

12Il aurait été intéressant de connaître son vote lors de la mise en accusation de Marat, le 13 avril 1793. Or les archives parlementaires indiquent qu'il était absent à la scéance. Jules Richard, dans son article de la Revue de l'Ouest4, affirme que toute la délégation des Deux-Sèvres s'abstint de paraître ce jour-là. Hélas, il ne cite pas ses sources et son assertion est difficilement vérifiable. Cependant, Pierre Dubreuil Chambardel fait allusion à ce vote, dans une lettre du 16 avril non publiée, en informant son fils "con enveux aune partie delà Convantion [,] Maras lun de cest mambres vient destre par décret mise en accusazion". Le "on" indéfini vise incontestablement les 226 Girondins et députés de la Plaine qui ont condamné "l'Ami du Peuple". Ce propos est par ailleurs lourd de sous-entendus puisque Marat apparaît ici comme une victime. Il semble donc que le député poitevin se soit rallié aux opinions montagnardes.

13C'est bien entendu, lors de la chute de la Gironde que son attitude est révélatrice. Dès le 1er juin, il affirme: "point de doute quilya des traîttere dans la Convantion et que les plus grand denos meaux son là". Sa position est donc claire. Si en avril, il se contentait de déplorer les vives dissensions de l'Assemblée; en juin, il s'engage dans la lutte aux côtés des Montagnards contre les Girondins. Cela ne l'empêche pas de s'interroger à leur propos le 8 juin: "sontil criminel ou inosant [?] ces ceque letamps nous a prandera". Il ne condamne donc pas sans appel, mais son jugement se durcit avec l'annonce de la révolte fédéraliste fomentée par certains chefs brissotins. Aussi écrit-il le 15 juin: "Larestation de trante manbres delà Convantion chez eux fait connaistre degrand progais perfide". Et il poursuit "plusieurs lâche députté on embandonné leure poste [,] les unpar lapeur et les autre pour excitter la guaire civille dans leure département". Désormais, il s'inscrit au banc des accusateurs, devenant de plus en plus intransigeant. Ainsi le 24 juin, il s'exclame avec grandiloquence: "cest lesans des Français et qui santredéchire entre eux, voilà les effaits que des monstre et mesme delà Convantion onfermante".

14L'évolution du vocabulaire qualifiant les Girondins est significative. Ils sont "criminel ou inosant" le 8, perfides et lâches le 15, et se transforment en monstres le 24 juin. Les modifications du langage sont donc le reflet d'un état d'esprit de plus en plus perméable à la propagande montagnarde.

15Désormais, toutes les réflexions politiques de Pierre Dubreuil Chambardel vont dans le sens d'une approbation du gouvernement robespierriste. Ainsi célèbre-t-il le 15 juin la nouvelle constitution, un texte largement inspiré par " l'Incorruptible " qui, dit-il "est regardé comme le plus grand remède que Ion puisse aujourdhui apliquer àtant demaux". Il approuve de façon systématique les décisions du Grand Comité où Robespierre entre le 27 juillet 1793. Ce jour même, il écrit à son fils: "je tefais passer leraport du Comitté de Salut Public parlequel tu connaistra touts Iinfamie des trante deux manbres de la Convantion mis en arestation" prédisant avec satisfaction que "tous ces monstre dècetructeur de leure patrie sureporteron lejuste prix de leure forfaits". Sa condamnation des Girondins l'amène à des positions extrêmes qui annonce la mise en place de la Terreur.

16Dès le 6 avril 1793, le député poitevin s'exprimait en faveur de mesures expéditives propres à sauver la Convention de l'arnarchie. Il affirme: "ce nest plus des dimie mesure quelle (la Convention) emploira, mais bien celle que les sirconstance exige et la patrie sera sauvé et nos lâche ennemi terassé et déjoué".

  • 5 M Bouloiseau, La République jacobine 10 août 1792 - 9 thermidor an II, Paris, Points Seuil, 1972, (...)

17Les "sirconstance" auxquelles il fait allusion semblent encore plus exigeantes durant l'été 1793. La République est attaquée de toutes parts. En danger sur ses frontières, elle est menacée d'éclatement de l'intérieur par les révoltes fédéralistes et vendéennes. A Paris, l'effervescence augmente dans les sections dont les revendications sont toujours plus véhémentes. Décidée en septembre, la Terreur n'est véritablement mise en place qu'en octobre. Dès lors commencent les grands procès politiques, qui d'octobre à décembre 1793 envoient à l'échafaud 45 % des accusés5.

18Comment réagit notre député si éminement convaincu de la nécessité d'employer la force ? Ses propos restent en général assez neutres. Ainsi le 10 novembre 1793, il fait allusion à "la guiotine tous les jours emploie", sans s'en émouvoir davantage mais s'abstenant de s'en réjouir. D'ailleurs, il n'y fait référence que deux fois dans l'ensemble de la correspondance, se maintenant ainsi dans une attitude prudente.

19Toutefois, il prend clairement parti lors de la chute des Hébertistes, et l'annonce à son fils le 5 germinal an II (25 mars 1794), lendemain de leur exécution: "dixneuf des chefs deconjurateurs onesté pris et hier conduit à laguiliotine poury recevoir le justprix deû à latrocitté de leure crime". C'est sans surprise que le bourgeois qu'est Pierre Dubreuil Chambardel se félicite de l'élimination de cette opposition "ultra". Cette dernière par ses revendications radicales et par ses attaques incessantes contre les "endormeurs" robespierristes, menaçait trop gravement le gouvernement révolutionnaire, pour continuer à exister. Par contre, il ne fera aucune allusion à l'élimination des " Indulgents ". Ce silence pourrait être significatif, dans la mesure où il n'est pas une illusion documentaire qui serait due à la perte des lettres qui ont suivi l'exécution de Danton et de ses amis.

20En cautionnant ainsi la violence politique sans jamais se poser de questions, Pierre Dubreuil Chambardel apparaît comme un révolutionnaire convaincu. Il semble difficile de mettre en cause la sincérité de son attachement aux principes montagnards. C'est pourquoi son attitude après la chute de Robespierre et de ses proches compagnons le 9 thermidor, pose de nombreux problèmes.

21Au lendemain de l'élimination des Montagnards, Pierre Dubreuil Chambardel, loin de s'élever contre celle-ci, s'en prend violemment à Robespierre. Le 9 fructidor an II (27 août 1794), il le décrit ainsi: "le monstre de Robercepière qui nul et navez dégal voulloir tout faire périr pour samparer dècepothétiquemant du pouvoir". Il ajoute avec une violence verbale à l'intensité peu commune: "lui et tous ces lâche complice onsurporté des peine mille foix trop douce pour tant dephorfait, il est incompréensible tous les inosants qui onpéri par larage des de ces indignies conjurateurs".

22De même, en pleine période de "déjacobinisation" des sections, il se range aux côtés des Thermidoriens. Le 20 vendémiaire an III (11 octobre 1794), il écrit à son fils, dans une lettre que nous n'avons pas reproduite, que "tous les traîttere de la concepiration du monstre robecepière nétant point détruit [,] cest vil intrigand voullant sarogé lauthoritté suprême [,] il pairiron [.] Voilà leure destiné. [!]"

23Incontestablement le 9 thermidor a été une date pivot qui a entraîné un retournement très brutal chez Pierre Dubreuil Chambardel. Comment l'expliquer? Est-ce la preuve d'un opportunisme politique avisé ? ou bien le conventionnel exprime-t-il en toute franchise son soulagement devant la fin de la dictature jacobine ?

24Il n'est guère aisé de répondre avec certitude à de telles questions. Certains éléments permettent cependant d'éclaircir l'attitude en apparence incohérente du député. Il faut tout d'abord souligner que quelques lettres datant de 1795, portent un sceau du service de vérification générale. Cela prouve que le courrier des députés pouvait être ouvert. Or, Pierre Dubreuil Chambardel, rallié aux Montagnards par ses votes extrémistes, a sans doute tout intérêt à exprimer vivement son désavoeu, de façon à éviter toute répression. Dans ce cas, sa diatribe contre Robespierre et son indignation seraient feintes. Mais les lettres du 9 fructidor et du 20 vendémiaire ne portent aucun sceau.

25De plus, le député poitevin s'implique dans le régime thermidorien puisqu'il participe à la commission des 21, chargée de juger un des symboles de la Terreur: Carrier. En outre, après son retour au pays, il se voit attribuer par le gouvernement une fonction à hautes responsabilités, celle de commissaire du Directoire auprès de l'administration centrale des Deux-Sèvres, qu'il assume durant cinq ans. Il n'aurait pu occuper une telle place si le régime ne l'avait pas considéré comme un élément fidèle. A l'époque, avoir été Montagnard et devenir un haut fonctionnaire du Directoire n'est en rien contradictoire. Pierre Dubreuil Chambardel n'est d'ailleurs pas le seul à avoir suivi un tel chemin.

26Il est probable qu'au lendemain de thermidor, il ait ressenti la nécessité de désavouer son ancienne attitude afin d'éviter tout ennui. Dans ses deux lettres de mai et juin 1794, il n'aborde que des problèmes gestionnaires, s'abstenant sur les questions politiques. Il est possible que comme beaucoup de Français, Pierre Dubreuil Chambardel se soit lassé de voir "les têtes tomber comme des ardoises", selon l'expression de Fouquier-Tinville. Il se serait donc peu à peu désolidarisé de la Montagne en réprouvant la Grande Terreur. Cela expliquerait sa colère à l'évocation du nombre des victimes dans son courrier du 20 vendémiaire.

27Ardent patriote, Pierre Dubreuil Chambardel s'est progressivement rapproché de la Montagne car celle-ci préconisait des mesures pratiques et immédiates que la Gironde n'avait pas su prendre pour sauver la République des dangers qui la menaçaient. Perméable à une propagande bien menée, il défend au nom de la patrie, la violence et la répression, reproduisant dans ses lettres le langage officiel. Sans se poser de questions, il suit, dans une attitude mêlée de pragmatisme et de réelles convictions, le courant prépondérant dont il adopte les idées avec une sincérité non feinte. Il se fait tour à tour, l'allié des Girondins en acceptant la guerre, l'ami des Montagnards en les suivant durant plus d'une année, et enfin le fonctionnaire dévoué du Directoire pendant cinq ans. Malgré ses détours, le parcours politique de notre député présente une certaine cohérence: celle que lui donne la défense constante des principaux acquis de la Révolution.

28Que Pierre Dubreuil Chambardel soit sincère lorsqu'il écrit, apparaît difficilement vérifiable. Mais il convient de préciser que son discours est très souvent une copie conforme de la propagande du moment. Au gré des circonstances, il se laisse influencer par une langue officielle dont le but est davantage d'utiliser les événements à son profit, que de traduire une réalité historique.

29Ceci est manifeste lorsque les faits ne sont pas contrôlés par le courant dominant, et que les hommes politiques se laissent déborder par le mouvement populaire.

30C'est le cas, lors des massacres de Septembre qui ne sont pas désavoués par les Montagnards et qui provoquent surtout un silence gêné au sein de la Gironde alors au pouvoir. Tous préfèrent donc se dissimuler derrière un discours officiel que Pierre Dubreuil Chambardel reproduit fidèlement. Il relate l'événement en ces termes dans une lettre du 1er Septembre 1792, qu'il a oubliée de poster et à laquelle il a ajouté un post-scriptum révélateur: "Un grande comcepiration que Ion assure avoir pour objets denlever le cidevant roi et dambraser Paris [,] que tous les prisonnier en grand nombre con assure étoit de quinze mille devai ceréuny au concepirateur en Iheure ouvrant les porte atellemant chauffé le peuple que premier de partir il avoullu assurer Paris desa tranquilitté et pureger la prison de tourtes laristocrasie". La thèse officielle, celle du complot royaliste est donc invoquée pour expliquer les débordements populaires, et en somme les excuser.

31Le thème du complot qui apparaît pour la première fois en juillet 1792, est par la suite constant dans la correspondance de Pierre Dubreuil Chambardel. Fondées le plus souvent sur des bruits de couloir, ces craintes sont parfois justifiées. Ainsi le 7 juillet 1792, il s'inquiète: "à tous momant il cireculle que lintantion des mal veillant est dé gorgé tous les bonpatriote de lAssamblée". Même si le propos est exagéré, il est vrai que Lafayette, fin juin, avait songé à un coup de force, non contre la Législative, mais contre les Jacobins.

32La hantise du complot est né des luttes de 1789, entre le Tiers Etat et la noblesse soupçonnée souvent avec raison de vouloir perdre la Révolution. Les intrigues de cour, la fuite du roi, les menées des émigrés et leur recours à l'étranger, ont montré que cette peur unanime au sein des patriotes ne relevait pas seulement du mythe.

33La peur s'exaspère quand le danger est imminent. Ainsi le 27 juillet 1793, alors que les troupes françaises reculent et que Mayence tombe aux mains des ennemis, le conventionnel s'en prend vivement aux nobles: "tant que nous auron de cette hordre de cidevant dans nos armées nous ceron mal servi". Le point culminant est atteint pendant la Terreur. Dans un climat de suspicion permanent, toute action qui n'émane pas de la Montagne ou qui n'est pas contrôlée par elle, peut constituer un délit. La chute des Hébertistes est vue ainsi par Pierre Dubreuil Chambardel dans sa lettre du 5 germinal an II: "lintantion deces vautour estoit derétablir lesclavage encommansant par faire égorger tous les patriotes delà Convantion et des Jacobin".

34Obsédé par le complot, notre député ne cesse pourtant d'affirmer que rien ne saurait l'alarmer. Il écrit par exemple le 7 juillet 1792,: "Je ne suis nullemant effraie de ces bruit [,] décidé à lamort plustost que dambandonner mon poste". Peut-être est-ce une façon d'exorciser sa peur. C'est qu'avant tout Pierre Dubreuil Chambardel est un homme d'ordre soucieux de sa tranquilité. Alors que le conflit avec la Gironde parvient à son dénouement, il écrit le 1er juin 1793: "il faule espérer que cette mesme tranquilité passera jusque dans laConvantion qui ena grand besoin dudepuis plusieurs jours". Cet espoir souvent réitéré d'un retour au calme laisse transparaître une inquiétude et un malaise profonds. Le 26 juin 1793, il écrit : " Ne vous imaginé pas que nulle crainte mantre dans l'esprit, il faule desans froit satandre atous les evenemant quel quil soit". Conscient du péril, il laisse apparaître son inquiétude tout en démontrant à ses enfants sa détermination face au danger potentiel. Cette attitude est constante chez lui. Dans toutes ses allusions à la possibilité voire à la certitude d'une conjuration en cours, il affiche avec' emphase une confiance pleine d'abnégation.

35Le recours à la thèse du complot permet de justifier toutes les décisions de la Convention, aussi bien celles qui concernent la guerre extérieure que les répressions vendéennes et fédéralistes ou la mise au pas des manifestations populaires. Ainsi, en février 1793, alors que la disette s'étend à Paris et en province, les révoltes frumentaires sont courantes et entraînent le peuple de la capitale à piller les épiceries. Pierre Dubreuil Chambardel relate cet épisode le 5 mars 1793: "La nouvelle seine arivé àParis où tous les épicié on esté pillié est une maneuvre detous ces lâche intrigant". Il dénonce ici l'influence des Enragés sur ces mouvements, mais ne s'interroge ni sur les origines de la crise économique, ni sur les solutions à y apporter.

36Même attitude au moment de la chute des Girondins. Le 1er juin 1793; Pierre Dubreuil Chambardel semble accréditer la thèse montagnarde de la criminelle entente des Brissotins avec les ennemis de la patrie: "il samble que plusieurs mauvaize teste veulle tous perdere". Totalement réceptif à la propagande montagnarde, il écrit à propos des Fédéralistes: "leure premiet projet de vangance ceroit de poniardé tous ceux qui on eut acé de fermette pour faire tomber la teste du tiran et détruit la roiauté".S'il est vrai que les Girondins en fuite ont tenté de lever une armée pour marcher sur Paris, le carnage qu'évoque le conventionnel relève du fantasme. Sans doute sa peur est-elle parfois justifiée, mais elle est aussi souvent le reflet d'une propagande habile.

37Avec la thèse du complot, celle des subsides étrangers est un autre thème récurent dans les lettres de Dubreuil Chambardel. L'or versé à flot par les puissances ennemies, l'Angleterre notamment, a été élevé par les révolutionnaires au rang du mythe et notre député ne se prive pas de l'utiliser. Dès avril 1793, il y fait référence en racontant que les deux groupes en opposition, " sinputte réciproquemant de recevoir lor des puissance étrangère". De même, les Girondins alliés aux royalistes durant l'été 1793, sont accusés de complicité pour faire passer du métal précieux d'un pays coalisé à l'autre. Le 11 Septembre 1793, il relate la découverte de "cinq voiture àquatre chevaux chargé de lingot dor et dargent aresté proche Lisle comme elle voulai passé chez létrangé, lon dit que ces lingot vienne de lEspagnie".

38Comme le thème du complot, celui de l'argent étranger permet de raviver les craintes et ainsi de resserrer les rangs autour du groupe montagnard. Plus les ennemis sont nombreux et dangereux, plus la nécessité de s'en défendre farouchement se fait sentir. La propagande menée par la Montagne contre la Gironde va essentiellement dans ce sens.

39Si Pierre Dubreuil Chambardel se voue à la cause montagnarde, c'est non seulement parce que le discours de celle-ci correspond à des principes qu'il fait siens, mais aussi parce que les circonstances du moment et les erreurs girondines ont renforcé la popularité de cette cause. Une propagande, aussi subtile soit-elle, ne peut être efficace que si le contexte est suffisamment alarmant pour rendre l'opinion réceptive. Les incertitudes quant à l'issue de la Révolution sont telles, que Pierre Dubreuil Chambardel, comme beaucoup d'autres, se rassure par des propos souvent peu fondés mais aptes à redonner confiance. Le recours à " une langue de bois " qui évite de s'interroger plus avant, permet de suivre une ligne politique simple, balisée par une interprétation logique des événements.

40Le ralliement de Pierre Dubreuil Chambardel à la cause montagnarde est inséparable de sa foi patriotique. C'est au nom de la patrie qu'il justifie la plupart des actes révolutionnaires. C'est pour la sauver qu'il vote la mort du roi, stigmatise les Girondins, loue le courage des soldats de l'an II. C'est elle qui légitime la Terreur et ses mesures d'exception. Pierre Dubreuil Chambardel en vient à faire de la patrie une personne, capable d'actes ou de sentiments. Ainsi le 28 août 1792; il prophétise: "tous les traîttre périron et lapatrie saura cevanger". Le 8 juin 1793, reproduisant sans doute un discours entendu à la Tribune, il s'exclame: "au patrie [!] malheureuze patrie qui renferme dans ton sein tant desélérats qui vouderai tanéantir, que netepurje tu detous ces monstre dévastateur [!]".

  • 6 JR Surratteau, Dictionnaire historique de la Révolution française, op. cit. (Patrie), p 822.

41Selon Jean-René Suratteau6, une étude des termes employés durant la décennie révolutionnaire placerait "patrie" et "patriotes" au premier rang avec "peuple" devant "nation", "république" ou "révolution". Selon sa démarche habituelle, Pierre Dubreuil Chambardel épouse le langage d'époque, et se rallie comme beaucoup de ses contemporains à l'opinion de Jean-Jacques Rousseau pour qui "le meilleur mobile d'un gouvernement, c'est l'amour de la patrie".

42La déclaration de guerre, suivie des premières défaites, a déclenché une sorte de choc affectif. Anticipant de quelques jours sur la proclamation de " la patrie en danger " par la Législative, notre conventionnel invitait, dès le 7 juillet "tous les boncitoins àsarmer pour la défance de sa liberté". Le 28 août 1792, il s'écriait avec enthousiasme: "La nation est levé [.] Un cri général se fait entandre de tourtes part [:] ["] la liberté oula mort [!]["]". Le 15 Septembre, il célèbre "le nombre de garde nationeau armé équipé'qui vient tous les jours défillé et prêté lheure sermant à (assemblée de nerevenir quavec la victoire" et il espère que "de tel soldats rempli dardeur et de courage" forceront l'ennemi de se "repantir davoir soullié la terre delà liberté".

43Derrière le style emphatique de l'époque perce la force d'un sentiment indéniable que Dubreuil Chambardel manifeste maintes fois, jusqu'à accepter un éventuel sacrifice de sa vie. Dans une lettre du 1er juillet 1792, il affirme que "tout bon citoins doit cetenir àson poste". Mettant cette maxime en application, il écrit le 28 août de la même année: "jai toujours esté décidé àrépandre jusquà la dernière goûte demon sans pour la liberté dema patrie". Cette détermination paraît indestructible. Il la formule à nouveau le 15 Septembre 1792: "lamour dubien mefait tout sacriffié pour ma patrie [:] mon repos, mavie mesme sil le faut" et ajoute le 29: "il faut ce devoir tout entier àsa patrie".

44Ce dévouement poussé à l'extrême, va de pair avec une haute conception de la fonction qu'il assume. Il l'écrit à son fils le 21 juillet 1792: "ma fermette et ma constance justifirons àmais commettant que je suis dignie du choix quil onfait demoi enme confiant le dépost sacré de la Constitution". Son patriotisme ardent s'accompagne donc d'un civisme convaincant qui lui permettra d'ailleurs d'être élu à la Convention.

45Chez Pierre Dubreuil Chambardel, la notion de patrie est intimement mêlée à la conscience civique mais aussi à un sens aigu de l'honneur. Défendre sa patrie, être prêt à mourir pour elle, faire preuve d'une abnégation totale, correspond selon lui à un code que tout député devrait faire sien. C'est pourquoi il écrit à maintes reprises et en particulier le 8 juin 1793: "mais enfans nauront jamais àrougi demonnon destre les enfans d'un lâche, traîttere àsa patrie".

46Pierre Dubreuil Chambardel s'affirme comme un patriote zélé, plaçant l'intérêt public au dessus de tout. Pourtant il est difficile de passer sous silence le trafic d'assignats qu'il mène avec son fils, en envoyant régulièrement des coupures afin qu'il les échange à un taux plus avantageux. N'est-ce pas là une manière de desservir la patrie? Cela fait partie des contradictions internes du personnage, qui tout en étant prêt à sacrifier sa vie pour son pays, ne perd jamais de vue ses propres intérêts. Dans une lettre du 3 mars 1793, non publiée, il écrit à son fils: "Comme tu poura faire voir ma lettres au citoyen Garand je ni parle point que tu trouvera cijoint pour 1200 "d'assignats". Cependant, lorsque la Convention vote un décret stipulant que "largent nest plus marchandize et porte penne desix année defer contre ceux qui le vanderon ou lachèteron" (lettre du 15 avril 1793), il met immédiatement fin à ses envois.

47Il est toujours difficile de dégager les traits essentiels d'un personnage, sans tomber dans des schémas simplistes. Pierre Dubreuil Chambardel, arrivant de la province relativement ignorant des pratiques parisiennes, a fait partie de cette masse silencieuse de députés dont les votes ont été pourtant déterminants. Adhérant de façon enthousiaste aux nouvelles idées, il va s'en faire le farouche défenseur, n'hésitant pas, pour cela, à évoluer vers des positions extrémistes. Son parcours est caractéristique et instruit sur le processus de radicalisation de bien des hommes politiques durant la Révolution. Il nous apprend, en effet, comment un notable rural aux principes certes avancés mais à l'attitude modérée, en arrive à se ranger parmi les plus extrémistes. Reproduisant un discours officiel commode, il justifie ses positions par la défense de la patrie. Mais son évolution se teinte des nuances d'un pragmatisme souvent déroutant. Ses contradictions politiques sont en fait le résultat d'une expérience pleine de bon sens, qui vient modérer un idéalisme révolutionnaire fougueux. Ces ambivalences apparaissent aussi dans l'attitude qu'il adopte vis à vis de la religion, enjeu de tant de combats.

B - Entre l'ami de Monsieur l'Abbé et le pourfendeur des prêtres fanatisés.

48Dès les débuts de le Révolution, les hommes se voient confrontés à la question religieuse. L'autel étant inséparable du trône, fallait-il aussi le réformer ?

49C'est d'abord dans ses ressources et son patrimoine que le clergé est touché. La dîme est, dans son principe, supprimée le 4 août 1789 et le 2 novembre 1789 les biens ecclésiastiques sont mis à la disposition de la Nation pour résoudre la crise financière. Privé de ressources, le clergé séculier est réorganisé par la Constitution civile adoptée le 12 juillet 1790, tandis que la plupart des ordres religieux ont été supprimés le 13 février 1790.

50Le 27 novembre 1790, la Constituante exige des prêtres un serment de fidélité à la constitution qui entraîne une cassure profonde au sein du clergé français. Celui-ci se partage en deux groupes: les assermentés ou constitutionnels, en majorité dans le Sud-Est et le Centre, et les insermentés ou réfractaires majoritaires notamment dans l'Ouest. Alors qu'après la chute du trône, la Révolution se radicalise, ces derniers sont directement visés et mis hors la loi par différents décrets. Le clergé constitutionnel est lui aussi touché. Pour les besoins de la guerre, il se voit enlever les cloches et l'argenterie des églises. Dès novembre 1792, Cambon propose à la Convention de ne pas le salarier.

51La rupture est proche et éclate durant l'été 1793. La déchristianisation se fait alors active, ses aspects économiques servant facilement de prétextes aux débordements. Elle atteint son paroxysme à l'automne et correspond à la poussée extrême de la révolution populaire. L'église abandonnée par le prêtre constitutionnel est envahie par une foule qui s'empare des objets sacrés et des vêtements sacerdotaux, pour s'en grimer et former des processions sacrilèges d'ailleurs inspirées des traditionnels charivaris

52La Convention elle aussi entreprend une acculturation des Français, en supprimant les anciens repères spatiaux et temporels. Elle adopte en octobre 1793, le calendrier révolutionnaire dont le commencement est fixé à posteriori au jour de la naissance de la République le 22 septembre 1792. Les dimanches sont supprimés ainsi que les noms de saints qui rappellent une religion ayant soutenu le despotisme.

53Cette déchristianisation laissant un vide religieux, d'autres cultes remplacent le catholicisme. Ainsi, le 10 novembre 1793, la Commune décide de célébrer à Notre-Dame une fête en l'honneur de la Liberté et de la Raison. Celle-ci se trouve associée au culte de la patrie qui exalte ses martyrs comme Marat ou Le Peletier de Saint-Fargeau.

54Devant des modifications aussi radicales de l'environnement culturel, comment réagit Pierre Dubreuil Chambardel?

  • 7 Malheureusement le logiciel ayant permis l'impression du texte ne peut reproduire ces ratures.

55Ses lettres nous montrent que, d'une manière générale, les nouvelles formes d'expression lui posent problème.. Si, dès le début de sa correspondance, il biffe le mot "saint" de "La Mothe Saint Héray"7, il faut cependant attendre le 12 prairial an II (31 mai 1794) pour le voir inscrire "La Mothe sur Sèvres". Il hésite d'ailleurs sur le parti à prendre car le 18 brumaire an III (8 novembre 1794), il fait parvenir sa lettre à "La Mothe Hérai". De même, jusqu'à la fin de l'année 1793, ses repères temporels correspondent encore aux fêtes religieuses. Ainsi le 12 octobre 1793, espère-t-il goûter au vin nouveau "ver la Saint Jean [,] époque àpeuprès de [sa] rantré" Par la suite, il s'abstient d'y faire référence et utilise les noms de mois.

56Toutefois ceux-ci renvoient au calendrier grégorien. Le 5 germinal an II (26 mars 1794), alors que le calendrier de Romme est en vigueur depuis six mois, il espère "aller changer dair en lecourant dAvril prochain"., Dans la même lettre, il écrit en parlant d'une affaire qu'il a réglée, "Je leure anonce samedy". L'adoption du calendrier révolutionnaire lui pose donc quelques problèmes. Il l'emploie pour dater ses lettres à partir du 18 nivôse an II (7 janvier 1794) attendant donc l'ancien changement d'année pour le mettre en application. Par contre, depuis septembre 1792, il utilise des formules démontrant son adhésion à la nouvelle république. Ainsi, à la suite de la date du 29 Septembre 1792 inscrit-il: "Lan prx (premier) de la République". Il poursuit régulièrement en 1793 précisant "Lan 2e de la république" Une seule fois, le 27 octobre 1792, il date sa lettre en indiquant "Lan 4ede la liberté'", prenant pour référence initiale l'année 1789.

57En révolutionnaire convaincu, il démontre ainsi son attachement aux grands principes de l'époque. Mais ses hésitations prouvent son embarras face à un système si destabilisant. A 64 ans, on comprend qu'il ait eu du mal à se défaire de réflexes mentaux solidement ancrés, malgré une volonté évidente d'y parvenir. L'utilisation, certes vacillante mais régulière du nouveau calendrier semble indiquer son désir d'adhérer à la politique de déchristianisation, moyen brutal de changer les habitudes des Français en même temps que leur manière de penser. Mais son opposition au clergé apparaît davantage lors de la guerre de Vendée, conflit religieux qui se double d'une lutte politique dans laquelle le conventionnel prend nettement position.

58Pierre Dubreuil Chambardel, député des Deux-Sèvres, porte un intérêt tout particulier à la guerre civile qui éclate en Vendée dès le 3 mars 1793. Elle s'étend dans le nord de son département, ce qui l'inquiète. Le 1er juin 1793, il s'informe et demande à son fils : "En quelle sittuation este vous mintenant[?] Niort est til pris ou asiégé par les ennemi cequeje crin [?]". Outre son souci, cette question nous montre la relative ignorance des députés sur l'évolution des troubles: il fallait en moyenne quatre jours pour que les nouvelles parvinssent à Paris et l'inconnu a toujours favorisé la panique. Celle-ci s'était emparée des députés à l'annonce de l'insurrection et le printemps 1793 fut particulièrement agité.

59Dès le début, Pierre Dubreuil Chambardel s'élève vivement contre ces "prestre sur lesquels on trouve des boitte de ferblanc remplie docetie vrai semblablemant pour communier ces malheureux fanatizés". Ainsi évoque t-il les révoltés dans une lettre du 26 mars 1793. Il voit les Vendéens comme des hommes bernés par une religion corruptrice. Le 18 mai 1793, il complète son jugement à leur égard "Ces hommes fanatizé conduit par des brigand qui nepeuve manquer destre vinqus et puny de tous lheure forfait". Cette conception correspond exactement à la version officielle diffusée depuis Paris pour décrire les événements de Vendée. Le bon peuple s'est laissé pervertir et les meneurs de la révolte sont les prêtres et les malfaiteurs derrière lesquels se cache l'aristocratie locale. Ces deux acteurs, clergé et noblesse, sont clairement dénoncés par le conventionnel. Le 26 mars 1793, il tient pour responsables de l'insurrection "tous ceslâche émigré et prestre déporté". Selon lui donc, une conjuration préparée de l'extérieur est la cause du soulèvement. Il stigmatise avec force "tourtes larace célatrisse desnon a sermenté" qui non contente de refuser la constitution, a entraîné le peuple vendéen à la révolte. La dévotion aveugle, dont selon lui, font preuve ces fanatiques a pu aisément servir de terreau à la préparation d'un complot en relation avec l'étranger.

  • 8 Cl Petitfrère, op. cit., p 70

60Imaginer un seul instant que les paysans se soient soulevés spontanément pour exprimer leur mécontentement face aux initiatives révolutionnaires est aussi inconcevable pour Pierre Dubreuil Chambardel que pour la municipalité d'Angers dont Claude Petitfrère cite dans La Vendée et les Vendéens8,le rapport du 17 mars 1793: "Le recrutement nous semble n'être que le prétexte de ce rassemblement, car la cocarde blanche que les révoltés ont arboré, la demande d'un roi et le rappel de leurs prêtres, tout annonce des projets de contre-révolution combinés avec des ennemis intérieurs et extérieurs".

61Pierre Dubreuil Chambardel adhère donc totalement à la thèse, classique chez les Républicains, du complot clérical et aristocratique contre-révolutionnaire. Mais, l'anticléricalisme violent dont il fait preuve à cette occasion, n'est-il pas à relier à des racines protestantes douloureuses? L'on sait comment sa propre famille et celle de son épouse, furent victimes de la répression menée par les catholiques. C'est pourquoi, sa haine du clergé réfractaire vendéen a pu être inconsciemment dictée par des souvenirs familiaux qui n'entraînaient guère à la clémence religieuse. Toutefois si l'anticléricalisme du conventionnel éclate à l'évocation de la guerre de Vendée, il n'est pas systématique. Son attitude est en fait assez ambiguë et révèle le décalage qui existe entre les grands principes et les rapports humains coutumiers.

62D'abord il faut préciser que c'est au seul clergé réfractaire que s'en prend Pierre Dubreuil Chambardel. Son attitude est totalement différente à l'égard des assermentés. Ses lettres nous montrent qu'il était en relation avec deux d'entre eux, pour le moins.

  • 9 A Prouhet, op. cit., p 143.
  • 10 J Richard, art. cit.

63Le premier est le curé d'Avon qui, selon Alfred Prouhet avait dû prêter serment en janvier ou février 1791, comme tous les curés des paroisses du canton de la Mothe Saint-Héray et leur supérieur hiérarchique, l'archiprêtre d'Exoudun9. Dans une lettre du 5 mars 1793, où il se préoccupe de la vente de ses boeufs, le député conseille à son fils: "tu vois ceux que je peu vandre, tu peu en acomoder M labbé et prandre des arangemant pour lepayemant aumois Daout [.] Dans le cas oùtupourai faire affaires avec lui, il fauderoit langager àce transporter àSt Hillaire". Jules Richard a même prétendu qu'une amitié très profonde unissait avant 1789, le futur conventionnel au curé d'Avon, Monsieur Thibault. Il parle de leurs longues "causeries sur les affaires du temps" et de leur "confraternité si parfaite" allant jusqu'à affirmer que "Monsieur Dubreuil, agenouillé sur les marches de l'humble autel du hameau d'Avon, aidait par ses réponses le prieur à accomplir le divin office de la messe"10. Même s'il paraît difficile d'accorder un plein crédit à ce récit, sans doute volontairement embelli dans l'atmosphère de restauration religieuse du premier XLXe, il est vraisemblable que Pierre Dubreuil Chambardel ait été souvent en relation avec le prêtre, qui fut de surcroît syndic de la paroisse entre 1777 et 1787.

64Le second prêtre évoqué dans les lettres du député est un certain abbé Lenormand dont, en 1792, encore une fois pour une affaire de bétail, Pierre Dubreuil Chambardel demande à sa belle-fille que son mari s'informe s'il est présent à La Mothe Saint Héray.

  • 11 Marquis de Roux, Histoire religieuse de la Révolution à Poitiers et dans la Vienne, Lyon, Lardanch (...)

65Plus significative encore est l'attitude de notre héros à l'égard de sa fille, Anne-Elisabeth, religieuse à Sainte Croix de Poitiers. D'après le marquis de Roux11, elle affiche des sentiments contre-révolutionnaires très vifs, suffisants pour qu'elle et certaines des soeurs de son ordre, en particulier la mère supérieure Marie-Louise Perrier, apparaissent suspectes. Elles auraient d'ailleurs été plusieurs fois inquiétées, en particulier pour avoir hébergé des prêtres réfractaires. Comme l'écrit l'auteur: "Tout ce qui pouvait perdre des suspects en l'an II s'accumulait contre elles". Elles furent arrêtées et emprisonnées en fructidor mais échappèrent au jugement expéditif du moment, et furent remises en liberté. Le marquis de Roux y voit une raison simple: "On soupçonne une protection secrète et puissante qui sauve les deux femmes. Anne-Elisabeth était la fille de Pierre Dubreuil Chambardel, le conventionnel montagnard des Deux-Sèvres".

66Alors que le député vitupère l'action des prêtres réfractaires, il n'hésite donc pas à sauver de l'échafaud des nonnes rebelles. L'affection paternelle explique cette action contraire à ses principes. Il est vrai qu'entre l'attachement même profond et sincère à des idées, et la vie d'une fille, le choix est rapidement fait. Dans l'évolution de Pierre Dubreuil Chambardel, une telle action peut être considérée comme exceptionnelle et marginale. Par contre, la vocation monastique de sa fille révèle que ses enfants ont reçu une éducation catholique suffisamment poussée.

67Si le révolutionnaire qu'est Pierre Dubreuil Chambardel blâme avec force tout le clergé réfractaire, il apparaît comme un homme encore attaché à la religion. Même s'il s'éloigne de la tradition chrétienne post-tridentine, il continue à croire en Dieu.

68Dans ses lettres, Pierre Dubreuil Chambardel emploie souvent des expressions faisant référence au vocabulaire religieux. Ainsi en appelle-t-il souvent au Ciel. Le 15 janvier 1793, il n'a "que des grâce àrandre auCiel qui mefavorize dassédeforce pour nerien crindre" et le 11 septembre, il affirme: "jattenderai avec pasiance et fermetté que le Ciel nous donne lecalme que nous avons cigrand besoin".

69Dieu est aussi invoqué dans des formules courantes. Inquiet de voir son fils alité par la maladie, il s'exclame le 8 mai 1793 "Que Dieu sois loué et le rétablice prontemant". De la même façon,, le 24 octobre 1793, il se félicite des victoires républicaines en Vendée en ces termes: "Que Dieu soit loué [!] voilà donc cette malheureuze guaire finie [!]".

  • 12 Voltaire, Dictionnaire philosophique, Paris, Garnier Flammarion, 1964, p 361.

70Il ne nous semble pas que les tournures employées soient de simples habitudes de langage vides de sens. Mais Pierre Dubreuil Chambardel était-il encore attaché à la Révélation ou partageait-il la façon de voir du " théiste ", que Voltaire définissait en 1765 dans son Dictionnaire Philosophique comme "un homme fermement persuadé de l'exsitence d'un Etre Suprême aussi bon que puissant", qui " sait que Dieu agit et qu'il est juste"12. Le vocabulaire utilisé pourrait nous servir d'indice, bien ténu cependant. Ainsi Pierre Dubreuil Chambardel évoque l'Etre Suprême. Le 27 vendémiaire an III (18 octobre 1794), il écrit à propos de sa mauvaise santé: "jespère avec laide de lestre suprême que jan cerai quitte pour le mal". Il réitère le 23 frimaire an III (13 décembre 1794): "grâce à lestre suprême [,] rien ne méfrie". Certes une telle façon de désigner Dieu était à la mode à la fin de l'Ancien Régime, même chez certains prêtres catholiques. Mais notre conventionnel n'emploie l'expression qu'en l'an III, c'est-à-dire après que Robespierre, très méfiant à l'égard de la déchristianisation, ait essayé d'imposer le culte de l'Etre Suprême. Peut-être, dans ce domaine comme dans d'autres, Pierre Dubreuil Chambardel a-t-il été influencé par " l'Incorruptible " et peut-être sa religion était-elle plus proche du déisme que du catholicisme.

71Qu'il se réfère à Dieu ou à l'Etre Suprême, notre homme semble en tout cas croire en la Providence. A plusieurs reprises il y fait référence. Ainsi, le 12 mars 1793, il écrit à sa belle-fille: "joinié vos voeu aumiens pour randre grâce a la provindance de ce quelle macorde acéde fermette pour nestre point épranlé pour mon inthérest personel". Il s'exclame le 24 avril 1793: "il faule que les décrets de la provindance sois remplis [,] il n'est pas de la puissance des hommes de cioposer". Selon lui, les "fèble humain" doivent se soumettre à leur destin. Aussi conseille-t-il à son fils le 27 juin 1793: "il faule de sans froit satandre a tous les événement quelquil soit et suivre sa propre destiné".

72Même si quelques inquiétudes viennent parfois troubler son océan de certitudes, Pierre Dubreuil Chambardel affiche une foi tenace dans le triomphe final de la Révolution car le "génie qui veillie sur la République [et] saura bien la conserver (,) il cerit de tous les feble humain, il faut que lesdécrets delà providance sois remplis " (lettre du 22 avril 1793). En ce sens, comme nombre de révolutionnaires de l'après 1792, il est plus proche de Rousseau et de sa Lettre sur la Providence que de Voltaire et de son Candide.

C - L'homme des Lumières.

73Si Pierre Dubreuil Chambardel écrit à ses enfants pour les informer des événements parisiens et nationaux, il en profite aussi pour donner son avis sur différentes questions. Par ses remarques, il apparaît comme un homme de son siècle, acquis aux nouvelles idées, partageant les façons de dire et de faire des " élites " de son temps

  • 13 A ce propos, voir le développement sur "l'heureuse famille", in Cl. Petitfrère, Le scandale du Mar (...)

74Il en va ainsi pour l'intérêt porté à la famille, et tout particulièrement aux enfants. On connaît le nouveau discours des philosophes à leur égard, notamment celui de Rousseau soulignant leur spécificité par rapport aux adultes, exaltaqt leur pureté qu'il attibue à la proximité de l'état de nature, élaborant avec son Emile un programme éducatif proprement révolutionnaire13

75Plusieurs lettres écrites à sa belle-fille nous révèle que Pierre Dubreuil Chambardel partage ces nouvelles conceptions. Ainsi à propos de l'allaitement maternel, un des chevaux de bataille de la littérature des Lumières. Le 9 décembre 1791, alors que son petit-fils Pierre atteint son premier mois, il écrit à propos de la mère et de son bébé: "je les croit in séparable je veux dire que la mère le noury". Tout au long de sa correspondance, il apparaît comme un grand-père tendre et attentif. Le 19 décembre 1791, après l'énumération de sa batterie de cuisine, il se désole: "Que mon pauvre Pierre que je baisse detous mon coeur [,] que je vous recommande [,] nest il en un âge pour partager avec moi[!]". Le 19 février 1793, il se réjouit de lui vendre un de ses veaux mais il ne perd pas le sens des affaires! Ainsi, il écrit à sa belle-fille: "il peu donc sans emparer, nous en feron leprix àmon retour". De même, il donne le surnom affectueux de "petite gouvernante" à la fillette née en 1795.

76Les lettres de Pierre Dubreuil Chambardel révèlent aussi à plusieurs reprises un attachement profond pour sa belle-fille. Le 3 novembre 1791, alors qu'il n'est à Paris que depuis quelques semaines, il lui écrit: "mon atachemant est cy sincère pour vous, que dudepuis mon départ [,] je me suis continellement aucûpé devous". Il est de bon ton de laisser paraître des sentiments exubérants. Le 14 janvier 1792, en parlant de son petit-fils, il demande à la mère: "Baizé le pour moi[,] lors que jaurai le plésir devous voir je vous les remetterai au centuple".

77Le sentiment de la nature est un autre élément de l'esprit des Lumières que partage notre député. "Fait augrand air àla grande dicipation et couché abonne heure", il avoue dans sa lettre du 19 décembre 1791, avoir du mal à passer de ses habitudes champêtres à la vie parisienne. Il attribue sa santé vacillante à l'air vicié de la capitale dans une lettre non publiée, du 24 mars 1794 où il donne les motifs de son prochain voyage à la Mothe Saint Héray, ajoutant il est vrai, un second argument non dépourvu de poids, le mal du pays puisqu'il parle de "l'air natal que je croit nécésaire au rétablicement de ma santé".

78La nature est d'ailleurs le médecin idéal: "sobriété dans lemangé est leseul remède avec lapasiance quil faut emploie àces terible fièvres cart la médesine ya toujours perdu sonlatin". Voilà des propos que n'aurait sûrement pas renié Molière ! Il est vrai que les connaissances de notre héros en matière d'anatomie et de physiologie, qui devaient être celles de la masse de ses concitoyens, ne pouvaient que le laisser dépourvu devant la maladie. Le 19 septembre 1795, il exprime ses angoisses à propos d'un gros rhume "les matière qui me sorte du corps son ciabondante que jai cru pandant quelque jours que javez un dépost dans le corps suitte dema chute".

79Pierre Dubreuil Chambardel est encore très attaché aux grands principes, autre caractéristique de l'esprit du XVIII e siècle. La liberté constitue un thème récurrent dans ses lettres. Il s'exclame le 28 août 1792: "il cera toujours plus glorieux demourir en homme libre que devivre en esclave ", et le 6 octobre: "Nous voilà donc enfin aupoint defaire connaistre à tous lunivert ce que peut un peuple libre". Cette liberté chérie constitue l'étendard de la République. Aussi le député présage-t-il une avancée rapide des troupes le 17 novembre 1792: "laliberté ci naturelle à Ihomme vacepropager dans touttes lUrope".

  • 14 Archives Parlementaires, Tome XIL, p 171.

80Pierre Dubreuil Chambardel évoque aussi l'égalité, mais moins souvent que la liberté. Le 15 septembre 1792, il se dit prêt à mourir "pour le mintient de la liberté et légalité". Il s'agit bien sûr de l'égalité devant la loi. Pourtant, on le voit intervenir à la tribune de la Législative pour une plus grande égalité sociale: le 28 février 1792, il se fait le défenseur du paysan pauvre, en proposant un décret visant à une meilleure répartition de la contribution foncière pour éviter que l'homme riche soit toujours celui "sur la tête duquel toutes les faveurs et tous les ménagements s'accumulent"14. Voilà de quoi étonner quand on connaît l'étendue des biens de notre député et les efforts qu'il a faits pour les agrandir. Mais il réagit là en " paysan " persuadé que le poids de l'impôt a toujours défavorisé le monde des champs.

  • 15 J Godechot, op. cit, p 446 - 447.

81La Déclaration des droits de l'Homme, la constitution, palladium des grands principes, sont pour lui des références sacrées. Ne parle t-il pas, dans une lettre non publiée du 22 Septembre 1793 de la "sainte Constitution"? Il soutient d'ailleurs avec la même ardeur celle de 1791, inspirée par les modérés et celle de 1793 résolument montagnarde. Le 1er Septembre 1792,alors qu'il pense terminer dans le mois sa fonction parlementaire, il écrit: "chacun des vrai ami delà liberté décidé à la mort plus tost que de souffir lamoindre alletération à la Constitution et dela remettre entre les mains de nos successeur telle que nous lavon trouvé cest àdire avec touttes sapureté". Cela ne l'empêche pas, le 15 juin 1793 de célébrer avec enthousiasme le nouveau texte constitutionnel qu'il envoie à son fils, "cegrand ouvrage qui justifie cibiens les Droits de IHomme et sa souverènetté". Comme Robespierre, notre conventionnel croit à la vertu pédagogique de la constitution pour les générations futures: "Ressouvené vous, chère fillie, quelle doit faire la première instruction de vos enfans[,] elle formera leure vertu et leure bonneur[.] Heureux les hommes qui viveront sous un tel ciel[!]". On trouve exprimées là les préoccupations éducatives de la Convention qui, le 30 mai, venait de décider que toutes les localités de 400 à 1 500 habitants devaient posséder au moins une école. L'instituteur aurait pour mission d'enseigner: "les connaissances élémentaires nécessaires aux citoyens pour exercer leurs droits, remplir leurs devoirs et administrer leurs affaires domestiques"15. Faute d'argent, il faudra attendre un siècle pour voir naître ces "hussards noirs de la République".

  • 16 A Lagarde et L Michard, XVIIIe siècle, Paris, Bordas, p 282.

82Nous dirons encore que Pierre Dubreuil Chambardel est bien un homme des Lumières par son sentimentalisme qui, une fois de plus nous renvoie à Rousseau: "ô sentiment! sentiment! douce vie de l'âme! quel est le coeur de fer que tu n'as jamais touché?quel est l'infortuné mortel à qui tu n'arrachas jamais de larmes?" écrit l'auteur de La Nouvelle Héloïse16.

83Nous avons déjà évoqué les débordements d'affection de notre héros lorsqu'il parle de son petit-fils, ou de sa belle-fille. Le 22 avril 1793, il écrit à sa correspondante: "Jai recu votre lettres don les expresion tandre et sansible me pénettre jusque aufond de lame". Il qualifie plus loin l'amour de la patrie comme le "premier devoir detous coeur généreux et sensible". Il exprime avec force son émotion devant les grands événements politiques. Ainsi la première réunion de la convention: "voilà leplus beaujours qui nepeut jamais paraistre enFrance[!]". Ou encore des événements douloureux ou dramatiques. Evoquant la journée du 10 août: "je ne peut ipencé sans frémir dhorreur" (1er septembre 1792). Le 21 décembre, il se dit attéré par les divisions au sein de la Convention: "mon coeur est pénéttré delaplus vive douleur devoir la sittuation où cetrouve nostre patrie par la lachté de lintrigue".

84Pourtant cette exaspération des sentiments ne l'empêche pas de faire souvent appel à la raison comme un indispensable élément modérateur. Ainsi, le 3 novembre 1791, il demande à sa belle-fille: "cy vous avez plié votre esprit à la raison en vous faisant tirer du sans". De même, le 21 décembre 1792, il se désole de la mésentente de son fils avec son gendre et écrit: "il existe entre vous deux des sentimants que des hommes raisonnable ne deuvrai point avoir". Lui-même se réfère souvent à la raison pour justifier son comportement. Le 20 mai 1792, à la proposition de sa belle-fille de prendre des médicaments, il répond: "ma raison me surgère de navoir point de recour de conserver mes force sans les épuiser par les remèdes". Mais si Pierre Dubreuil Chambardel fait de la raison le grand guide de la conduite humaine, il ne la déifie jamais. Il ne semble pas que le conventionnel ait adhéré au culte que les déchristianisateurs de l'an II ont tenté d'imposer.

85Homme de son siècle, Pierre Dubreuil Chambardel sait mêler l'enthousiasme fougueux et l'esprit raisonnable. Cela lui permet de traverser avec une relative sérénité les tempêtes révolutionnaires. La vie quotidienne qu'il mène dans la capitale est celle d'un citoyen plein de bon sens qui reste profondément attaché à ses racines rurales.

D - Un député provincial à Paris.

86Si la correspondance de Pierre Dubreuil Chambardel permet d'éclairer son attitude politique, elle constitue aussi une mine de renseignements quant à sa vie quotidienne. Il est en effet intéressant d'étudier le comportement journalier d'un de ces députés de province, méconnus et effacés, mais dont les votes ont été si déterminants.

87D'après les Archives parlementaires, le législateur poitevin n'est intervenu qu 'à une seule reprise à la tribune, en dehors des votes publics lors du procès du roi. C'était le 28 février 1792. Il prononce alors un discours sur ce qui lui tient le plus à coeur, l'intérêt des campagnes. Citons les Archives parlementaires qui livrent le compte rendu de cette scéance "Mr Dubreuil Chambardel obtient la permission de motiver son projet de décret. Il appelle l'attention de l'Assemblée sur le sort des habitants des campagnes pour lesquels il n'est pas vrai que la répartition des contributions soit dans la juste proportion de leurs facultés. Ils ont tous la meilleure volonté d'acquitter leur dette envers la patrie qu'ils chérissent; mais il leur est impossible de faire face à tout. La répartition ne porte pas selon lui sur les véritables bases de l'égalité, et l'homme riche est encore celui sur la tête duquel toutes les faveurs et tous les ménagements s'accumulent. L'orateur lit ensuite son projet de décret dont les principales dispositions consistent à obliger tous les propriétaires de chaque municipalité à faire dans quinzaine, une déclaration signée de la quantité de leurs propriétés foncières, à condamner à une amende trois fois égale à la quotité de son imposition celui qui aurait fait une déclaration infidèle, à une amende double tout officier public qui aurait favorisé ou toléré toute espèce d'infidélité.

  • 17 Archives Parlementaires, Tome XIL, p 171.

88Cette proposition est à souligner, venant d'un propriétaire important, même s'il ne faut pas en faire une prise de position en faveur d'un quelconque égalitarisme. C'est d'une meilleure justice sociale qu'il s'agit. En l'absence de cadastre, la contribution foncière repose sur la déclaration de leurs facultés par les contribuables, et comme il s'agit d'un impôt de répartition, toute fausse déclaration de la part des gros propriétaires, lèse les plus petits.17

89Apart cette intervention, Pierre Dubreuil Chambardel semble être resté donc généralement passif, étant davantage auditeur qu'orateur. Néanmoins, son activité parlementaire l'occupe énormément et il apparaît comme un législateur particulièrement appliqué. De façon très régulière, il fait état dans ses lettres du temps qu'il passe à siéger qui ne cesse de croître.

90Il écrit le 1er juillet 1792: "Je doit tous mon tamps à lAssemblée oùil faut aumoins passer dix-heure par jours". Le 14 août, il évoque " les grand travau nuit et jour de lAsssemblée". Cette assiduité démontre qu'il remplit avec beaucoup de conscience professionnelle la tâche dont les électeurs l'ont chargé. Prenant sa mission très au sérieux, il n'y déroge pas et en fait une question d'honneur. Le 15 avril 1793, après avoir chiffré "le travail de la Convantion qui est de 14 heure parjours", il ajoute: "enfins [,] jamploirai touts ce qui est en moi pour rester fidelle àma patrie". Le 1er juin, dans une atmosphère surchauffée par les bruits de complots et de meurtres, il n'hésite pas à "voller" en pleine nuit à son poste bravant ainsi les pires dangers.

91Soucieux d'être présent aux séances plénières des assemblées, Pierre Dubreuil Chambardel participe aussi aux travaux de diverses commissions. Il l'explique le 7décembre 1792: "nos séance son dudepuis 10 heure jusqua 6 heure et après dîner aller 4 foix par semaines au comitté [.] juge combien on peut avoir detamps à soi". Le 18 brumaire an III (8 novembre 1794), alors qu'il est malade, il raconte: "mon courage méfait assister tous les jours deux foix àla commission des Vingt où cette opération est de douze heure parjours". Sa vie quotidienne apparaît donc particulièrement trépidante et ses diverses activités ne lui laissent guère de temps libre. Il s'en plaint à plusieurs reprises. En effet, il écrit à sa belle-fille, le 19 décembre 1791 : j'ai "peu de tamps àmoi pour entretenir ma conrecepondance".

92Incontestablement, la nouvelle vie au rythme accéléré que Pierre Dubreuil Chambardel a dû adopter en arrivant dans la capitale, constitue un contraste brutal avec l'existence paisible qu'il a menée jusque là. Il l'exprime avec beaucoup de réalisme et de clairvoyance le 19 décembre 1791, c'est-à-dire deux mois et demi après son entrée en fonction. Laissons lui la parole: "ma santé est acébonne mais le nouveau janre dévie quil mafallu prandre directemant aupozé àcelui que jay toujours eu macoûté et me coûte encorre cher [.] Fait augrand air [,] àla grande dicipation et couché àbonne heure; pour estre réduit de ma chambre à lAsamblée [,] de lAsamblée àma chambre et couché tous les soir à 11 ouminuit". Cette longue citation résume à la fois une réalité quotidienne et la mélancolie qui en résulte. A celle-ci s'ajoute une fatique physique que les années vont aggraver.

93Elle se traduit dans un premier temps par des maux oculaires dont il se plaint régulièrement. Le 10 novembre 1792, il termine ainsi sa lettre: "Adieu je ny vois plus [(] il est onze heures [)], ayant toujours mal au yeux". La santé de notre député souffre de plus en plus d'une besogne harassante: "la Convantion est en permanance ce qui mécraze", gémit-il le 6 avril 1793. Il continue pourtant à travailler avec acharnement. Mais on comprend que, le 19 Septembre 1795, il refuse l'éventualité d'une nouvelle élection: "mon grand âge et quatre années toujours sous lefer des assassin on tellemant épuisé mais faculté ficique et morale, que jene peut estre propre pour estre nommé aucorps législatifs". Il est vrai que soixante-six ans est un âge avancé pour l'époque d'autant que la médecine,, en est à ses balbutiements et peut difficilement soulager les souffrances. Pierre Dubreuil Chambardel semble d'ailleurs refuser de recourir aux remèdes selon une théorie qu'il expose à sa belle-fille le 20 mai 1792: "ne nous flaton pas [,] cest au bel âge qui faut emploir les remède pour rétablir les force mais lorsque lâge et letravail les aépuisé [,] le rétablicemant est sans resource".

94Le logement parisien, plutôt Spartiate de Pierre Dubreuil Chambardel, n'était pas de nature à faciliter son retour à la santé. Il semble s'être restreint dans une seule pièce et sa vaisselle évoque davantage l'intérieur d'un pauvre journalier que celui d'un représentant du peuple. C'est ainsi qu'il décrit son "ménage" le 14 janvier 1792, dans une lettre non publiée: "jay un pot [,] deux casserolle [,] trois asiète [,] deux plats [,] deux petitte écuelle [,] deux vère un de quacé [,] une cuillier damprun [,] sans fourchette ce que jaurai prontemant [.] Je fais mon tripot sans gouvernante et sans demoizelle de compagnie et lavolonté fortemant déterminé deman panser [.] Tout mon ménage est dans ma chambre au premierage [étage] bien logé". Notons au passage qu'il a refusé l'aide d'une servante, que sa belle-fille lui avait vivement conseillé de prendre.

95A u temps de la Législative, Pierre Dubreuil Chambardel ne semble pourtant manquer ni de nourriture ni de chaleur. Le 19 décembre 1791, il écrit à sa belle-fille, non sans une pointe d'ironie: "jugé combien mabaterie de cuisine est bien monté, macave est dunnent barique devin et une barique de cithre directemant tiré de vos cru par lemoiens dun amy [,] mon bûché bien garny pour bien me chauffé jusquà la fin davrir". Deux ans plus tard, la situation s'est fort dégradée. Le pain, la viande, le bois, la chandelle se font rares dans Paris et Pierre Dubreuil Chambardel en souffre et fait appel à ses enfants. Dans un premier temps, il se plaint du froid. Le 6 pluviôse an II (25 janvier 1794), il se plaint du froid dans une lettre assez désespérée: "Aje suis sans force et toujours gellé [,] icy il fait un froid excesifs et Paris sans bois [.] La corde de bois y vaux six cent et Ion ne peut en avoir [.] Je suis sur le point danmanquer margrés mon économie et ci le dégel narive bien tost [,] il faudera mourir de froid". Un mois plus tard, le 7 ventôse an II (25 février 1794), ce sont les privations alimentaires qu'il déplore: "nous sommes ici forcé aujeune [,] point de viande et tout or de prix et très rance". Le 9 fructidor an II (26 août 1794), il s'exclame dans le même sens: "mon estomac est tellemant raimplis de légume quil enregorge nayant tous les dix jours que une livres demauvaize viande". Si ces conditions rendent la vie difficile, il évite de se lamenter sur son sort, encourageant ses enfants à faire preuve d'abnégation et à se priver pour que les soldats aient suffisamment de nourriture. Ainsi le 4 ventôse an II (22 février 1794) exhorte-t-il son fils à garder "la viande pour nosfrères qui combatte […] généreuzemant pour la liberté [.] nous quis […] dans lintérieur [,] du pain doit nous suffïr". Sa foi républicaine est donc inébranlable et apparaît même renforcée par les épreuves.

96Si Pierre Dubreuil Chambardel est concerné par les problèmes de ravitaillement comme tous les Parisiens, ses relations avec sa famille restée à la campagne lui permettent de palier certaines carences. Le 9 fructidor an II, il prie ses enfants de lui " faire passer un lièvre " tous les quinze jours et ajoute: "je cerai bien aussy bien aize desavoir ceque vaux lachadelle et sil ceroit posible danavoir quinze àvingt livres". Le 21 décembre 1792, il avait demandé à son fils de commander au cordonnier de Pamproux "une paire de soullier avec une paire dececarpin" et de les lui faire parvenir. Pourtant, il semble qu'il se rende à l'Assemblée en sabots. Le 7 frimaire an III (28 novembre 1794) il s'exclame en effet: "je suis sans fièvre et nesouffre aucunne douleur que les pieds qui manfle jusque aupoint que dans la Convantion je suis forcé deles avoir hors demais sabeau". L'image de ce conventionnel préparant lui même ses repas et se rendant à l'assemblée en sabots ne manque ni de pittoresque, ni de grandeur !

  • 18 G Duby (sous la direction de), Histoire de la France urbaine, tome DT, Paris, Seuil, 1981, p 586.

97Les difficultés de la vie matérielle se doublent de la solitude Dans la grande ville (Paris groupe une population estimée à 524 186 habitants en 178918, Pierre Dubreuil Chambardel fait figure de déraciné. Ses journées se résument en un va-et-vient entre son domicile et l'assemblée. Il ne paraît s 'accorder aucune distraction, par souci d'économie autant que par manque d'accoutumance à la sociabilité de la grande ville. Il écrit, le 14 janvier 1792: "je fais quelque foix bonne chère mais toujours mieux que dans les hôtel". Pourtant, à peu près au même moment, il se lie d'amitié avec une voisine sur laquelle il ne tarit pas d'éloges. Il la décrit ainsi dans sa lettre du 3 février: "jeune [,] aimable [,] de province [,] de caractère très raisonnable [,] dhumeur àpeu sortir [,] comme moi sans connaissance dans Paris [.]". Malheureusement la jeune femme change rapidement de domicile et notre député retrouve sa solitude.

98Le mal du pays et le regret de ne plus voir sa famille l'habitent. Le 3 février 1792, il dit combien il aimerait avoir près de lui sa belle-fille, pour lui "procurer quelquefoix le plèsir de faire une partyie de dames". Un an plus tard, le spleen ne l'a pas quitté. Il évoque ses petits-enfants dans ces termes, le 19 février 1793: "dans les momant que je suis livré àmoi mesme il son ma principalle aucupation et me fond faire bien des château en Espagne". Et le 6 avril suivant il prie son fils, en une sorte d'appel désespéré: "donne moi devos nouvelles jannai besoin".

99Pierre Dubreuil Chambardel n'aime pas Paris et ne se prive pas de l'écrire. Un mois après son arrivée, le 3 novembre 1791, il constate déjà: "le grand caos de Paris mannuie et ma fait prandre le party de la retraitte". Il choisit donc sciemment de ne pas se mêler aux turbulences parisiennes. Il préfère reproduire dans l'environnement urbain, l'existence calme qu'il a connue auparavant.

100Cependant la quiétude n'est pas facile à retrouver. Le 15 janvier 1793, il déplore à nouveau de devoir " suporter tous les dégoux que lon esuie dans cette malheureuze ville oùla narchie rainie. " Jusque dans la solitude de son logis, notre député ressasse inlassablement les événements graves de l'assemblée. Il écrit dans la même lettre: " Juge demavie qui cepasse touts entière à la Convantion parmi letumulte etdans machambre ramplis deces réfflection ". Le 6 avril, il poursuit dans ce sens: "aujuge mon ami [,] dema position et detouttes lamertume qui est dans moncoeur deladézolation de nostre pauvre patrie". Le malaise du député ne le quittera pas et le 6 vendémiaire an III (27 Septembre 1794), il semble totalement désabusé et estime vivre "dans un grand désert au millieux de la première ville du monde".

101Vers la fin de la Convention, Pierre Dubreuil Chambardel ne supporte plus cette vie. Il est fatigué d'avoir été "quatre années toujours sous lefer des assassin" et il constate lui-même le 25 vendémiaire an IV (17 octobre 1795): "Jai besoin de repos". A cette date, il paraît être à bout. Une lettre du 20 vendémiaire an III (12 octobre 1795) en témoigne puisqu'il confie: "je làvoüe [,] ma raison margré moi sansbandonne àces réflection et me pénettre de sentimants ci amer quil mexténu et feron suremant ma propre perte quelque effort que je fasse pour élloinier ces idé noire".

102En fait, le mal du pays l'a saisi dès le début de son séjour parisien . Le 1er septembre 1792, pensant échapper à une réélection, il se réjouit de son retour prochain: "ilmais donc permis deme livrer aujourdhui àlidé de reprandre mais encienne abitude". De même après le vote de la Constitution de 1793, il espère un renouvellement de la Convention et il écrit le 24 juin 1793: "Jattant cet heureux momant sil arive avec impasiance et ladouce satisfaction davoir fait mon devoir parmi les poniart et les plus grand dangé". Il devra encore patienter deux longues années riches en soubresauts révolutionnaires pour jouir de cet instant.

103L'attachement de Pierre Dubreuil Chambardel au monde rural est démontré par le fait que sa seule intervention à la tribune des assemblées se rapporte, nous l'avons vu, aux intérêts des paysans. Il se voit aussi aux multiples remarques concernant la terre, le temps, les récoltes, qui émaillent ses lettres. Le 28 novembre 1791, il écrit à son fils: "tu doit avoir beau pour cerner cart nous avons euicy de leau et mintenant du beau". Il continue même à participer aux tâches agraires en conseillant le 29 Septembre 1792. "vous éprouvé comme icy des pluie qui vous feront remaittre abattre vos grin àlivert, cart il faut pas perdre letans pour cemmer". De même, alors que les moutons de la ferme ont la gale, il fait profiter son fils de son expérience en écrivant le 27 octobre 1792: "Je merapelle quily a au Grand Breuil un homme très abille pour ce janre de maladie".

104S'il prodigue de nombreux conseils dans ce registre, il sollicite de la part de son fils des informations en particulier sur les prix de vente des produits agricoles. Le 9 décembre 1791, il exige: "Faits moi part dece que vaux le blé et si tes froment on bonne minne et son bien nés". Ne pouvant lui-même cultiver ses terres, il charge son fils de suivre scrupuleusement ses conseils. C'est le cas le 4 ventôse an II (22 février 1794) lorsqu'il explique avec maintes recommandations comment planter des poiriers en espalier. De même il questionne sa belle-fille sur ses pigeons le 3 février 1792: "son til bien portant et bien assorty pour estre propre à la production [?]". Bref, s'il est physiquement à Paris, son esprit est largement occupé par ses anciennes activités agraires.

105Il reste aussi toujours soucieux de gérer à distance ses biens et n'hésite pas à envoyer à ce sujet des ordres péremptoires à son fils. Son attitude n'est d'ailleurs pas exempte de contradictions. Alors qu'il exhorte les Législateurs à ménager les intérêts des petits paysans, il agit pour lui même à la manière d'un propriétaire intransigeant. Dans une lettre du 9 décembre 1791, il recommande à son fils de " ne passer bail que pour trois ans " avec un nouveau fermier de façon à pouvoir ménager l'avenir.Après l'abolition de l'ancienne dîme due au clergé, il n'oublie pas de faire payer à son profit la " néo-dîme ". Dans la lettre que nous venons de citer, il explique à son fils comment tirer partie de la législation qui permet aux propriétaires de faire verser dans leur escarcelle l'équivalent de l'ancienne dîme due au clergé, il n'oublie pas de faire payer à son profit la " néo-dîme ". Parlant de certaines de ses terres, il écrit: "elle son affermé 27 boisseau de fromant mais aujourdhui nayant point de dîme[,] cela fait une augmentation qui méritte attantion". Après l'abolition définitive des droits seigneuriaux, dans l'été 1792, il met son fils en garde contre la continuation des paiements au seigneur. Par contre, il a vite compris comment utiliser à son profit les décrets des 20 et 25 août qui autorisent les propriétaires à exiger de leurs fermiers l'équvalent des anciens droits, en sus du loyer. Il écrit à son fils le 15 janvier 1793: " Tous les droits aboli son enfaveur dupropriétaire (…) enconséquence préviens tous mais gens quil faut qui! me les paye (.) Tache de teles faire payé, sil veulle queje sois contant deux (…). En effet, il parle des métayers et des fermiers sur un ton qui n'admet aucune controverse. Le 29 Septembre 1792, il écrit à sa belle-fille à propos de son fils: "quil recommande àtous mais gens dene point payé sans cette représentation". Entre la proposition du législateur en faveur des paysans pauvres et la gestion du propriétaire, le fossé est large! Le possessif employé montre d'ailleurs que même sous la Convention et pour un député proche de la Montagne, il ne saurait être question de remettre en cause toutes les hiérarchies.

106Pierre Dubreuil Chambardel reste donc avant tout un homme de la terre. Le regard pessimiste et angoissé qu'il jette sur les événements dont il est témoin et sur son environnement parisien, ne sauraient se comprendre si l'on oublie cet attachement vicéral au monde des campagnes que le siècle des Lumières a d'ailleurs considéré à la fois comme détenteur des vraies richesses et conservateur des valeurs morales essentielles.

Notes

1 M Vovelle, La Chute de la monarchie 1787-1792, op. cit., p 250.

2 Archives parlementaires, Tome LVII, p 377.

3 A Soboul, La civilisation et la Révolution française, Paris, Arthaud, 1988, tome II, p 85.

4 J Richard, "Promenade historique dans le département des Deux-Sèvres" in Revue de l'Ouest du 16 novembre 1843.

5 M Bouloiseau, La République jacobine 10 août 1792 - 9 thermidor an II, Paris, Points Seuil, 1972, p 111.

6 JR Surratteau, Dictionnaire historique de la Révolution française, op. cit. (Patrie), p 822.

7 Malheureusement le logiciel ayant permis l'impression du texte ne peut reproduire ces ratures.

8 Cl Petitfrère, op. cit., p 70

9 A Prouhet, op. cit., p 143.

10 J Richard, art. cit.

11 Marquis de Roux, Histoire religieuse de la Révolution à Poitiers et dans la Vienne, Lyon, Lardanchet, 1952, p 250.

12 Voltaire, Dictionnaire philosophique, Paris, Garnier Flammarion, 1964, p 361.

13 A ce propos, voir le développement sur "l'heureuse famille", in Cl. Petitfrère, Le scandale du Mariage de Figaro. Prélude à la Révolution française ?, Paris, Complexe, 1989, p 83-100.

14 Archives Parlementaires, Tome XIL, p 171.

15 J Godechot, op. cit, p 446 - 447.

16 A Lagarde et L Michard, XVIIIe siècle, Paris, Bordas, p 282.

17 Archives Parlementaires, Tome XIL, p 171.

18 G Duby (sous la direction de), Histoire de la France urbaine, tome DT, Paris, Seuil, 1981, p 586.

© Presses universitaires François-Rabelais, 1994

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540