Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Lettres parisiennes d’un révolutionnaire poitevin

 | 
Pierre Dubreuil-Chambardel

Introduction et présentation du personnage

Texte intégral

1Etudier cinquante lettres d'un député provincial élu à la Législative puis à la Convention présente différents intérêts. Outre la faculté de saisir sur le vif les tracas journaliers d'un homme que sa fonction place au coeur de l'événement, le genre épistolaire permet d'appréhender en profondeur ses idées. A son fils, il n'hésite pas à relater de façon spontanée ses préoccupations. L'intérêt d'un tel témoignage est que tout calcul en est absent.

2Nombreux sont les ouvrages qui, durant cette période troublée de l'Histoire de France, ont une mission de prosélytisme révolutionnaire. Tel n'est pas le cas des lettres de Pierre Dubreuil Chambardel. Même si celles-ci ne sont pas neutres politiquement, ce qui est heureux pour l'historien voulant les analyser, elles conservent le caractère naturel des conversations intimes. En effet, l'assiduité du député et les réponses régulières que lui font son fils et sa belle-fille, donnent à cette échange épistolaire une particularité propre à la confidence.

3En les lisant et a fortiori en les étudiant, l'historien se fait chercheur mais aussi voyeur. Il entre dans un univers familial auquel il est totalement étranger. L'étude d'archives officielles ou d'ouvrages publiés ne permettent pas cette incursion dans des propos qui ne sont pas destinés au lecteur. Une telle étude procure la jouissance d'être le témoin privilégié de relations privées. Ceci est d'autant plus intéressant que Pierre Dubreuil Chambardel n'est pas avare de détails pittoresques. Il peut passer sans transition des problèmes politiques les plus graves à sa colique ou à l'énumération de sa vaisselle. Loin d'écrire de façon sèche et distante, il s'enthousiasme ou se désole, émaille son discours de maintes remarques qui donnent aux lettres un aspect de chronique journalière très personnelle.

4Ces lettres font partie des archives familiales de Monsieur Philippe Dubreuil Chambardel, descendant actuel du député poitevin, que nous remercions de nous les avoir aimablement communiquées. La première tâche qui s'est présentée a d'abord été un travail de transcription. Il convenait avant tout de rendre lisible au lecteur actuel, une écriture et un style propres au xviiie siècle. Les lettres constituent le centre même du mémoire. Elles ont été choisies parmi un corpus d'une centaine de missives toutes destinées au fils ou à la belle-fille de Pierre Dubreuil Chambardel. Les critères de leur sélection, certes empiriques, suivent toutefois une ligne directrice. L'étude historique que nous nous proposions de mener exigeait de dégager celles dont le contenu est le plus riche en relations d'événements ou de faits historiques. Il est bien évident que certaines lettres ayant pour unique objet la gestion des domaines ou des préoccupations familiales, présentent elles aussi un intérêt pour l'historien. Mais tout choix comporte une part d'arbitraire. En ce qui nous concerne, nous pensons que le regard qu'un tel homme porte sur son temps passe avant ses problèmes domestiques ou les témoignages sur sa sensibilité.

5Néanmoins, nous ne nous sommes pas privée d'utiliser des extraits de lettres non publiées dans le mémoire, afin d'illustrer et d'argumenter certains passages de la troisième partie de l'étude. Il convient également de noter que les sujets abordés par Pierre Dubreuil Chambardel dans ses lettres sont souvent multiples. Comme le lecteur pourra le constater, il mêle les évènements ayant trait à la vie publique et des considérations personnelles. Cette diversité permet aux lettres d'être un témoignage riche et vivant, sur une période particulièrement mouvementée.

6Après avoir retranscrit l'ensemble des lettres, nous les avons sélectionnées selon les critères définis précédemment. Le travail de recherche a alors pu commencer. Il s'agissait de restituer le contexte historique de chaque lettre et d'expliquer les allusions du député pouvant poser problème. Ce commentaire très serré nous a permis de connaître de façon précise le caractère et les préoccupations du député poitevin. Ces renseignements nous ont ensuite servi pour constuire une première partie de présentation du personnage. A l'aide d'un fond d'archives familiales particulièrement abondant, nous avons pu situer l'homme dans son environnement géographique et dans son histoire personnelle.

7La seconde partie constituée des lettres et de leur commentaire, est suivie d'une troisième partie qui tente de faire ressortir l'intérêt historique des lettres, tant dans le domaine politique que religieux et philosophique. En utilisant l'ensemble du corpus, nous avons essayé de dégager les grandes lignes de l'attitude de Pierre Dubreuil Chambardel. Parallèlement nous nous sommes penchée sur les aléas de sa vie quotidienne en en présentant les caractéristiques essentielles.

8Pierre Dubreuil Chambardel est originaire du département des Deux-Sèvres dont il devient l'un des élus. Plus précisément, il est propriétaire terrien dans la commune d'Avon située au sud-ouest de Poitiers.

  • 1 A Prouhet, La Révolution dans le canton de la Mothe St Héray 1789-1800, Niort, 1909, p6.

9La commune d'Avon, depuis le décret du 26 février 1790 établissant la nouvelle division territoriale de la France, fait partie du canton de la Mothe-Saint-Héray. S'y ajoutent les paroisses de Bougon, Exoudun, Goux, Pamproux et Saint-Martin, Salles et Soudan. Dès sa création, cette circonscription administrative appartient au district de Saint-Maixent.1

  • 2 J Richard, "Promenade historique dans le département des Deux-Sèvres" in Revue de l'Ouest du 11 no (...)

10La seule description précise de la commune d'Avon date de 1843. Elle est donc postérieure d'une cinquantaine d'années à la période révolutionnaire. Publiée par Jules Richard, elle doit être citée2. Elle nous donne en effet un aperçu de l'environnement dans lequel vivait le futur député. On peut gager qu'en cinquante ans, il n'a guère dû évoluer de manière significative. Cédons la place au récit de Jules Richard: "La commune d'Avon occupe un plateau considérable. Autour du modeste chef-lieu où l'on ne rencontre que cinq maisons sont groupés cinq villages et sept fermes tous bâtis sur des mamelons élevés que des bouquets d'arbres signalent au loin […]. La terre y est peu fertile. Durant l'hiver, elle est imprégnée d'eau, les chemins y sont à peu près impraticables. Une large et profonde couche d'argile n'est recouverte que par un mince grois et sitôt que la pluie persiste, l'eau qui n'a plus d'écoulement inonde les champs et les détériore". Suit un passage sur l'origine du nom de la commune qui "selon des savants versés dans les langues primitives", viendrait du gaulois "afon" signifiant rivière.

11La maison familiale où Pierre Dubreuil Chambardel adresse ses lettres, est située au sud d'Avon sur un de ces mamelons rocheux dont parle Jules Richard. Il faut souligner que cette ferme actuellement appelée Puy Morin, est constamment désignée par le député sous le nom de Pied Morin. Il s'agit sans aucun doute possible du même lieu.

12Pierre Dubreuil Chambardel fait souvent référence à Bourgneuf Chenay, Le Breuil, Le petit et le grand Javersais qui sont autant d'endroits où il possède des terres exploitées par un tenancier. De la même façon, sont indiqués certains des domaines qu'il prend à ferme. C'est le cas de Fonblanche entre Goux et Exoudun ou de celui de Verines beaucoup plus au sud près de Bonneuil. D'autre part, durant la Révolution, Pierre Dubreuil Chambardel a acquis divers biens nationaux. Au nord de Bougon, les terres de la Liborlière en sont un exemple ainsi que le domaine de Boisgrollier à l'ouest de Rouillé. Enfin, Pierre Dubreuil Chambardel a acheté, entre Jazeneuil et Rouillé, le château du Chateignier où il finira ses jours. Ici sont donc réunis les différents lieux d'origines du député dont la famille était implantée à Avon et à la Mothe Saint-Héray, ainsi que les endroits où il a lui même vécu et exercé son métier.

  • 3 J Richard, art cit.
  • 4 C Sauzé, Généalogie de la famille Sauzé (1537-1901), Poitiers, 1901, p 56.
  • 5 C Sauzé, "La famille d'un conventionnel", in Revue poitevine et saintongeaise, Poitiers, 1893.
  • 6 A Kuscinsky, Dictionnaire des Conventionnels, 1917, p 216.
  • 7 C Sauzé.op. cit., p 415.
  • 8 A Prouhet, Notes sur l'agriculture, le commerce et l'industrie à la Mothe St Héray à la fin de l'A (...)
  • 9 C Sauzé,op. cit., p 415.

13Pierre Dubreuil Chambardel est issu, selon Jules Richard, d'une "famille ancienne et considérée"3. Si le second attribut est difficilement vérifiable, il est par contre certain que les Dubreuil étaient implantés dans la région au xvi° siècle. En effet, Charles Sauzé4 fait mention d'un acte du 7 juillet 1582, passé à Exoudun devant Maître Fraigneau, dans lequel un Jehan Dubreuil né vers 1500 apparaît. Les indications se font par la suite plus précises. Ainsi, l'arrière petit-fils de ce personnage qui est l'arrière grand-père du conventionnel, Izaac Dubreuil, nous est-il mieux connu. Exerçant le métier de marchand, il fut collecteur de tailles à la Mothe Saint Héray en 1641. Il acheta par acte passé le 13 février 1654 5 devant Maître Pierre Tastereau notaire, une pièce de pré situé au lieu appelé Chambardelle, moyennant la somme de 1040 Livres. D'après Auguste Kuscinski6, c'est à partir de cette date que la famille s'est divisée en deux branches, la cadette ajoutant à son nom de Dubreuil celui de Chambardel. En devenant en 1655 syndic de la paroisse de la Mothe, Izaac y apparaît comme un notable important. Son fils aîné, Pierre Dubreuil, sieur de Chambardelle fut lui aussi marchand et syndic de la même paroisse en 1687. C'est lui qui, en 1697, devint propriétaire de la métairie de Pied Morin dans la commune d'Avon où vivent encore, au moment de la Révolution, les enfants du député7. Alfred Prouhet, dans ses Notes sur le commerce de la Mothe Saint Héray8, indique que le grand-père du Conventionnel était un des plus grands marchands de la Mothe, entretenant des relations commerciales au delà des frontières avec Vienne, Lisbonne ou Madrid. De son mariage avec Suzanne Bonsens, il eut huit enfants dont Pierre Dubreuil Chambardel, père du législateur. Le manque de renseignements à propos de ce dernier nous empêche de connaître son métier. Mais il est fort probable qu'il prit part à l'activité commerciale que menait son père. Le 13 juillet 1719, il abjura la religion calviniste et épousa le 19 juillet de la même année, Catherine Cochon de la Tour, fille du fermier général du marquisat de la Mothe9.

  • 10 A D des Deux-Sèvres, J 2502, Fond Rivierre, Livre d'or des protestants du Poitou persécutés pour l (...)

14Cette abjuration démontre que les aïeux de Pierre Jacques Dubreuil Chambardel étaient de confession protestante: ceci, est confirmé par le fait que les enfants d'Izaac ont été baptisés au temple. La question alors soulevée est de connaître les causes de cette conversion. Est-ce afin de pouvoir épouser une catholique fervente? Cela est peu plausible dans la mesure où elle même est descendante de protestants. En effet, ses parents furent victimes des répressions menées contre les hérétiques après la révocation de l'Edit de Nantes et sa mère fut même emprisonnée à Saint Maixent en 1699, capturée probablement lors d'une tentative de fuite hors du royaume10. Catholique de fraîche date, Mademoiselle Cochon de la Tour préféra peut-être se marier dans la religion établie afin de ne plus être inquiétée. En tout état de cause, la conversion au catholicisme des parents de Pierre Jacques Dubreuil Chambardel est récente puisque ce sont ses grands-parents maternels et son père qui abjurèrent le calvinisme.

15Le député ne connut pas son père puisque celui-ci, malade depuis plusieurs années, mourut le 2 mars 1729, à peine un mois après sa naissance. Baptisé le 10 février 1729, il avait pour parrain, le père du baron Jard Panvillier qui siégera avec lui à la Législative et à la Convention. Sa mère Catherine, âgée de 27 ans se remaria assez rapidement: elle épousa le 8 novembre 1729 François Frère de la Fougère qui devint donc le beau-père de Pierre Jacques Dubreuil Chambardel.

  • 11 A Kuscinsky, op. cit., p 216.
  • 12 Fonds Dubreuil Chambardel.

16Auguste Kuscinski affirme qu'il souffrit du second mariage de sa mère11. Aucun indice nous permet de confirmer une telle assertion. Par contre, toute son enfance et son adolescence furent sans doute marquées par le procès que ses tantes et oncle paternels firent à sa mère. Ils accusaient en effet leur frère d'avoir mal géré les biens de leur père durant les dernières années de sa vie et ainsi, de les avoir lésés. Le conflit les opposant à leur belle-soeur dura de nombreuses années instaurant un climat familial probablement très tendu12. A cela, il convient d'ajouter que, dans le milieu très protestant de la région d'Exoudun, l'abjuration de son père a certainement marginalisé la famille. Si la jeunesse de Pierre Jacques Dubreuil Chambardel ne fut pas malheureuse, du moins évolua-t-il dans un contexte assez difficile.

17Cette étude rapide de la généalogie de Pierre Jacques Dubreuil Chambardel nous permet de constater qu'il descend d'une famille protestante, ce qui n'a rien de surprenant, le Poitou étant avec le Languedoc une des régions à forte implantation calviniste. Par ailleurs, ses ancêtres occupèrent des fonctions qui les ont hissés sinon au rang de la haute bourgeoisie, du moins à celui d'une bourgeoisie rurale influente dont le rôle va aller en s'accroissant, comme le démontre le parcours de Pierre Dubreuil Chambardel.

  • 13 A Kuscinsky,op. cit., p 216.

18Tous les dictionnaires biographiques faisant références à Pierre Dubreuil Chambardel le désignent comme fermier général. Citons à cet égard Auguste Kuscinsky qui écrit "jusqu'en 1789 il se consacra tout entier au négoce et à l'exploitation des domaines qu'il prenait à ferme des seigneurs, entre autres du Prieuré de Verrines près de Celles qui appartenait à l'abbé de Grimaldi, prince de Monaco"13. Selon Jules Richard, ce domaine avait un revenu de plus de vingt mille livres. Pierre Dubreuil Chambardel était par ailleurs fermier général des prieurés de Fonblanche, de Saint-Maixent de Pamproux au bénéfice du collège des Jésuites de Poitiers, et enfin de la terre et du château de Boissec appartenant au Comte de Carvoizin.

  • 14 Fonds Dubreuil Chambardel. Sur l'importance dans la société rurale de la région, des fermiers géné (...)
  • 15 J Richard, art cit.

19Ces informations sont attestées par une lettre de la main de Pierre Dubreuil Chambardel dans laquelle il se présente "comme fermier général du château de Boisseq"14. Cet écrit, daté du 22 novembre 1785, démontre de façon claire la fonction principale du futur député. Jules Richard décrit cette habitude des seigneurs de donner à ferme leurs domaines. Selon lui, ils étaient "trop loin placés ou traditionnellement trop fiers pour s'occuper de choses qu'avaient reléguées à leurs vassaux, les vieux croisés ou les hardis chevaliers dont ils s'enorgueillissaient de descendre". Même si le parallèle avec le Moyen-Age est ici trop simpliste, il est vrai que Pierre Dubreuil Chambardel possédait une relative autonomie. Une lettre d'Henri de Grimaldi, citée par Jules Richard15 et écrite au moment où sont parues les décisions concernant la vente des biens d'Eglise nous le montre ainsi: "Connaissant, Monsieur, votre exactitude, je suis surpris de ne point avoir de nouvelles de mes deux paiements de Verrines, je voudrais bien que pour la dernière année de jouissance de mes biens d'église, il ne fallut point employer les moyens de justice. N'en ayant jamais usé pour aucun de mes bénéfices, je voudrais finir de même… J'espère, Monsieur, que vous me donnerez cette satisfaction". La perte des biens ecclésiastiques est certes un facteur de discorde entre les deux hommes. Néanmoins, l'abbé semble, apprécier les services de Pierre Dubreuil Chambardel qui apparaît comme un gestionnaire consciencieux, en qui le propriétaire a confiance. Il faut en effet qu'un incident intervienne pour que le prince se soucie de son prieuré.

  • 16 A Prouhet.op. cit., p 25.

20Pierre Dubreuil Chambardel ne se contente pas de gérer les terres des autres, il est aussi son propre maître. En effet, Alfred Prouhet le désigne comme un cultivateur aisé étant "à la Révolution l'un des grands propriétaires de la paroisse d'Avon"16.

21Cela nous amène à l'étude de sa fortune personnelle. Elle est difficile à reconstituer de façon précise. Un contrat a probablement été passé lors de son mariage avec Anne-Elisabeth Clerc de la Chateaudrie en 1752; mais le procès opposant sa mère à ses belle-soeurs et beau-frère étant toujours en cours, il fut certainement impossible d'estimer les biens devant revenir à Pierre Dubreuil Chambardel. Ce contrat, s'il existe, ne se trouve pas dans les archives familiales. Cependant celles-ci sont assez abondantes pour permettre d'évaluer approximativement la fortune du député.

22La première estimation des biens de Pierre Dubreuil Chambardel apparaît dans un partage qui eut lieu le 3 février 1790. L'inventaire des biens de la communauté daté du 29 janvier 1790, montre que ceux-ci s'élèvent à 102 885 livres, 18 sols et 11 deniers. Cette somme est donc répartie entre le chef de famille et ses enfants. Il semble qu'il lui revienne en propre 42 505 livres. A ce montant il convient d'ajouter différents dus tels que les profits des terres de Saint-Hilaire Lapalu, Verines et Pamproux, qui ne sont pas chiffrés. De même, il hérite du bétail de la métairie de Bourgneuf. Cet acte notarial confirme donc les propos d'Alfred Prouhet et prouve que Pierre Dubreuil Chambardel appartient à la classe des riches propriétaires ruraux.

23La Révolution lui permet d'élargir encore ses propriétés. Il profite en effet de la vente des biens d'Eglise, puis de ceux des émigrés, pour acquérir de nouvelles terres. Ainsi, le 1er mai 1791, est mis en vente le domaine de la cure de Xaintray dont il devient propriétaire pour la somme de 1325 livres. Comme la loi le stipule, le prix d'enchères est fixé à vingt-deux fois le revenu net soit 628 livres. Pierre Dubreuil Chambardel n'a donc pas hésité à dépenser le double pour acquérir ce bien. Il est composé de différentes terres labourables situées sur la commune d'Avon. Le revenu de l'une d'elles, le Champ de la Fontaine, a été porté à la somme de 28 livres 6 sols, toutes charges déduites.

24D'autre part, le 25 nivôse an III (14 janvier 1795), le député prête 55 000 livres à son fils, pour que celui-ci puisse acheter le domaine de Boisgrollier, bien de seconde origine qu'il acquiert pour la somme de 29 326 livres. Différents reçus conservés dans les archives familiales montrent que Jacques-Philippe rembourse régulièrement son père à un taux d'intérêt de 5%. La même année, le 16 avril 1795, Pierre Dubreuil Chambardel achète les terres de Charles Léon Bellin la Lilordière, émigré. Ces biens se situent sur la commune de Bougon et le député en devient propriétaire pour un montant de 8527 livres 8 centimes (sic). D'autre part, dans une lettre du 25 vendémiaire an IV (17 octobre 1795),il est prêt à monter les enchères jusqu'à 300 000 livres pour acheter un domaine nommé l'Angerie qui finalement ne sera pas mis en vente.

  • 17 Fonds Dubreuil Chambardel, Ecrit de Mr Pierre Lefranc intitulé Contributions à l'histoire de la fa (...)
  • 18 C Petitfrère, Les Vendéens d'Anjou (1793), Paris, B N, 1981, p 333-336.

25Enfin, Pierre Lefranc17, qui a étudié avec minutie la tombe du député, inhumé probablement dans sa propriété du Chateignier, démontre que celle-ci était aussi un bien national acquis durant la Révolution. Le 12 messidor an III (30 juin 1795), il a en effet acheté des biens confisqués à l'émigré Vasselot d'Annemarie. Ceux-ci comprennent le château du Chateignier et la métairie de la Porte, d'une surface de 317 boisselées, acquis pour la somme de 160 000 livres, en monnaie papier très dévaluée. A cela, se sont ajoutées différentes pièces de terre pour un montant total de 20 000 livres. Il apparaît donc que les réformes révolutionnaires ont largement servi le député qui, incontestablement, durant cette période, s'est enrichi. Il n'est pas un cas à part, tant il est vrai que la bourgeoisie a été en général la première bénéficiaire des ventes de biens nationaux18.

26Un autre indice nous permet d'estimer les biens de Pierre Dubreuil Chambardel à la fin de sa vie: ses enfants, en raison de l'absence de réglement de succession de leur mère, demandèrent un partage des biens de la communauté ainsi que la levée des scellées apposées sur la maison de Pied Morin. Devant le refus de l'ancien conventionnel, ses propres enfants l'assignèrent en justice, ce qui, on s'en doute, ne fut pas du goût du notable du Chateignier. Finalement, grâce à la médiation d'un homme de loi de Poitiers nommé Fradin, un traité fut conclu entre les enfants et leur père le 30 germinal an IX (20 avril 1801). Ce dernier leur abandonnait la propriété de tous ses immeubles sous la réserve d'en conserver l'usufruit pendant le reste de sa vie. Pierre Lefranc, qui malheureusement ne cite pas ses sources, estime ses biens à 60 000 francs: chiffre difficilement appréciable du fait du manque d'informations supplémentaires.

27Cependant, on peut avancer sans risque que Pierre Dubreuil Chambardel termina sa vie sinon dans la richesse, du moins dans une aisance tout à fait respectable.

  • 19 M Bordes, L'administration provinciale et municipale en France au xviiiesiècle, Paris, SEDES, 1972 (...)
  • 20 A Prouhet, La Révolution dans le canton de la Mothe St Héray, p 10 - 11.
  • 21 J Richard, art. cit., malheureusement, très peu de cahiers de doléances ont été conservés aux Arch (...)
  • 22 A Prouhet, op. cit., p 21 - 33.

28De part sa notoriété et sa place dans la hiérarchie sociale, Pierre Dubreuil Chambardel était appelé à jouer un rôle dans les administrations locales. Son entrée en politique, pour employer une formule actuelle, se fait donc à l'échelle de sa paroisse d'Avon. L'édit de juin 1787 a mis en place des assemblées municipales électives qui, outre le seigneur et le curé membres de droit, sont composées de trois, six ou neuf membres selon le nombre de feux. Ces derniers sont désignés par les habitants payant au moins dix livres d'imposition foncière ou personnelle. Pour être éligible, il faut payer trente livres, être âgé de vingt-cinq ans et avoir un an de résidence. De plus, l'assemblée municipale choisit en son sein un syndic, chargé de présider les réunions en cas d'absence du seigneur, ce qui est courant, ainsi qu'un greffier19. Pierre Dubreuil Chambardel assume cette charge. Il est donc tenu selon le registre du greffe de la municipalité de Pamproux du 24 août 1788 "d'avoir un registre pour y inscrire les délibérations de la dite municipalité qui doivent se tenir tous les dimanches issue de messe paroissiale"20. Le rôle des anciennes assemblées générales d'habitants est donc largement réduit, laissant place à un système censitaire moins démocratique. Après la convocation des Etats Généraux, l'assemblée générale des habitants d'Avon se réunit le 1er mars 1789, pour désigner ses députés à l'assemblée de la sénéchaussée de Lusignan et rédiger le cahier de doléances.21 A Avon, les habitants approuvent largement celui qui leur est lu par Pierre Dubreuil Chambardel. Ils nomment également les deux députés chargés de représenter les quarante feux de la paroisse. Selon l'article 25 du règlement royal du 24 janvier 1789, le vote se fait à haute voix et désigne le syndic Jacques Verlain et le greffier Pierre Dubreuil Chambardel. Elus par l'assemblée primaire, ils sont chargés de porter le cahier de leur communauté au chef lieu de leur bailliage: Lusignan, en ce qui concerne Avon. C'est là que, réunis aux mandataires des autres paroisses, ils forment l'assemblée du second degré et élisent les députés aux Etats Généraux22. La carrière politique de Pierre Dubreuil Chambardel commence ainsi, pour se poursuivre à un rythme accéléré. Satisfaisant aux conditions de cens, il est élu président de l'assemblée électorale réunie à Niort le 7 juin 1790, puis administrateur du département des Deux-Sèvres. Dans cette même année, il subit aussi son premier échec: en octobre 1790, il se présente aux élections qui doivent, selon le décret du 16 août 1790, désigner les juges de paix; deux candidats en lice, l'administrateur du département et le menuisier Tenneguis postulent dans le canton de la Mothe: après une lutte acharnée, ce dernier l'emporte de très peu. Selon Jules Richard qui malheureusement ne cite pas ses sources, les esprits étaient très échauffés: Ferruyau, un ami proche de Pierre Dubreuil Chambardel, aurait même, à l'issue du scrutin, brisé l'urne des suffrages ! Dans un procès verbal de la Société des amis de la Constitution de la Mothe, l'élection de Tenneguis est ainsi commentée: le vainqueur aurait déjoué les intrigues du "comité autrichien" qui faisait traîner l'élection en longueur afin d'exclure les ouvriers et journaliers retenus par leurs occupations et qui n'hésitait pas, pour séduire l'électeur, à employer "les femmes attrayantes de leur société artificielle, afin que par leur discours moelleux, elles pussent réussir à capter son suffrage". Les luttes intestines et passionnelles ne sont donc pas une exclusivité parisienne!

29Ecarté de ce poste, Pierre Dubreuil Chambardel n'en demeure pas moins un personnage influent, qui, en mars 1791, est à nouveau désigné comme électeur pour l'assemblée primaire du canton. C'est en Septembre 1791 que les douze représentants de la Mothe se rendent à Niort afin de procéder à la nomination des sept députés des Deux-Sèvres à l'Assemblée législative. Ils comptent parmi eux Louis Rougier Grand Champs, le gendre de Pierre Dubreuil Chambardel et un de ses amis et parent déjà cité, Louis Jacques Ferruyau.

  • 23 A D Deux-Sèvres, L 77, série M, dossier n° 4.
  • 24 M Arnault, La Révolution dans les Deux-Sèvres, Paris, Jouve, 1905.
  • 25 A D D-S, Série L, 1er supplt 138.

30Le nombre de sept députés octroyé aux Deux-Sèvres fut largement contesté car ses voisines de la Vendée et de la Vienne en avaient respectivement neuf et dix. Les protestations furent vaines car le nombre des députés par département était défini en fonction du territoire, de la population et des contributions. De fait, les Deux-Sèvres se virent attribuer d'office trois députés comme tous les autres départements, et selon le chiffre d'impôts payés, quatre représentants. Le procès verbal de l'élection de Pierre Dubreuil Chambardel nous la relate ainsi23: "Monsieur Dubreuil Chambardel a été proclamé septième député du département. Les applaudissements ont retenti de toutes parts dans l'assemblée sitôt cette proclamation faite. Le vénérable député est monté au bureau et en acceptant l'honorable place qui venait de lui être décernée, a prié l'assemblée d'agréer les sentiments de sa vive reconnaissance. Il a développé dans un court discours les sentiments de vif patriotisme qui l'ont toujours animé et a fini par proférer le serment solennel de demeurer inviolablement attaché à la Constitution et de vivre libre ou mourir. De nouveaux et vifs applaudissements ont fait éclater la satisfaction de l'assemblée qui a fait retentir les cris de bravo-bravo!". A soixante deux ans, Pierre Dubreuil Chambardel est donc élu le 7 septembre 1791 au cinquième tour avec 184 voix. Si visiblement ses concitoyens se réjouissent de sa nomination, il n'en est pas de même pour l'un des candidats malheureux rapidement évincé: Piet-Berton Chambelle. Secrétaire du directoire du département, ce dernier est notoirement royaliste. Maurice Arnaud dans son ouvrage sur La Révolution dans les Deux-Sèvres24, cite la lettre que le candidat malchanceux écrivit au ministre le 10 Septembre 1791, y joignant "une note caractéristique de nos députés nouvellement nommés". Il n'a pas de mots assez durs pour décrire le député d'Avon puisqu'il le dépeint comme un "vieillard ridicule qui fera rire par sa bonhommie et pitié par son ignorance". Il est sûr que, dans les propos de ce prétendant déçu, se glisse la volonté de caricaturer ceux qui l'ont battu. Pierre Dubreuil Chambardel est donc élu et se rend à Paris où comme nous le verrons, il remplira avec beaucoup de sérieux sa nouvelle fonction. Il est à supposer que ses électeurs le ressentirent puisqu'ils prolongèrent son mandat. En effet, dès le 26 août 1792, l'assemblée primaire du canton de la Mothe se réunit pour nommer dix électeurs. Le système censitaire a disparu et tout citoyen français, domicilié depuis un an dans le canton, n'étant pas en état de domesticité et âgé de 21 ans peut participer au vote. Celui-ci terminé, les représentants du canton se rendent le 2 septembre 1792 non plus à Niort mais à Saint Maixent où ils doivent élire les députés à la Convention Nationale. Ils sont au nombre de 354. Le procès verbal des élections nous donne les informations suivantes: 27 bulletins sont nuls, aucun candidat n'obtient la majorité absolue fixée à 164, Pierre Dubreuil Chambardel obtient le cinquième siège (sur les sept attribués aux Deux-Sèvres), avec 98 voix25.

  • 26 J Péret, Histoire de la Révolution française en Poitou-Charente, Poitiers, Projets Editions, 1988, (...)
  • 27 Fonds Dubreuil Chambardel.

31Sa tâche de législateur se termine le 27 octobre 1795 avec la nomination des deux nouvelles assemblées. Selon Jacques Péret,, ces élections auraient pris "la forme d'une élimination des conventionnels montagnards les plus marqués", dont Pierre Dubreuil Chambardel dans les Deux-Sèvres26. Cette éviction semble concorder avec le désir du député d'arrêter là ses fonctions législatives. Il ne va pas pourtant s'effacer de la vie politique, puisque de 1795 jusqu'en mars 1800, il occupe le poste de commissaire du Directoire auprès de l'administration centrale des Deux-Sèvres. Il est nommé par le gouvernement et a pour mission de requérir l'exécution des lois et de surveiller l'activité des administrateurs départementaux. Il détient un pouvoir important puisqu'il siège à toutes les réunions et peut se faire communiquer tous les dossiers. Il a même le droit de demander au ministre la suspension ou la révocation des administrateurs n'appliquant pas les ordres du gouvernement. Il remplit cette haute fonction qui annonce les préfets de l'an VIII précisément jusqu'à la création de ces derniers. Il semble qu'il ait mal accepté, comme le stipule la Constitution, le fait d'être placé sous la main directoriale du Premier Consul qui pouvait révoquer les préfets à sa guise. La loi du 28 pluviôse an VIII (17 février 1800) règle l'organisation départementale et les premiers préfets sont nommés en mars 1800. C'est donc à cette date que Pierre Dubreuil Chambardel cède sa place au préfet Dupuis et se retire dans son château du Chataignier, bien national acquis durant la Révolution. A 71 ans, il prend une retraite certainement méritée et termine ses jours dans cette demeure de Jazeneuil, dans le département de la Vienne, en compagnie d'une vieille gouvernante, Adélaïde Lavallée. Il y retrouve ses anciennes activités avant de s'éteindre paisiblement le 23 brumaire an XIII (14 novembre 1804) âgé de 75 ans27.

  • 28 C Sauzé,op. cit.,p 419.

32Lorsqu'éclate la Révolution, Pierre Dubreuil Chambardel est veuf depuis peu de temps. Anne Elisabeth Clerc de la Châteaudrie qu'il épousa en l'église Saint André de Niort le 17 juillet 1752, décéda en 1789. Quelques mots s'imposent afin de situer son épouse. Elle est issue d'une famille poitevine ancienne et son père, Philippe Clerc de la Châteaudrie, remplissait d'importantes fonctions judiciaires. En effet, à l'époque du mariage de sa fille, il était conseiller du roi, lieutenant particulier de la maîtrise des eaux et forêts de la ville de Niort et doyen des avocats niortais28. Cette union est un indice supplémentaire du rang du futur député dans la bonne bourgeoisie.

  • 29 A D D-S, J 2502, Fond Rivierre.

33D'autre part, Anne Elisabeth, bien que catholique, descendait elle aussi d'une famille protestante. D'après le pasteur Jean Rivierre29, un de ses ancêtres serait un certain Jean Clerc né en octobre 1500 en Wurtemberg, qui pour des raisons assez obscures aurait fui cette région pour s'installer à Lyon. La famille s'est ensuite à nouveau déplacée puisqu'il est attesté que le grand-père d'Anne Elisabeth était marchand de draps de soie à Niort. Membre fidèle de l'Eglise réformée, il a subi dès 1681 les dragonnades imposées par l'intendant de Poitiers, Marillac. En octobre 1685, après la révocation de l'Edit de Nantes, il abjure la foi protestante. Quelle était la valeur de cette conversion? Il est difficile de l'apprécier; mais le contexte de répression à l'égard des hérétiques était tel, que nombreux sont les protestants à avoir abjuré plus par souci de tranquillité et souvent sous la contrainte que par réelle conviction religieuse.

34En tout état de cause, il convient de souligner cette appartenance de Pierre Dubreuil Chambardel et de son épouse à des familles de souche protestante, ayant subi les vexations d'un pouvoir monarchique intransigeant; ceci n'est peut-être pas sans incidence sur l'engagement révolutionnaire du futur député.

  • 30 C Sauzé,op. cit., p 419 - 420.

35De son union avec Anne Elisabeth Clerc de la Châteaudrie, Pierre Dubreuil Chambardel eut huit enfants. Alors que lui-même était fils unique, il devient donc le chef d'une famille de dix membres. L'énumération rapide de ses enfants va nous permettre de les situer socialement et de les replacer dans le temps30.

36L'aînée est Catherine Françoise Elisabeth née à Exoudun le 18 juin 1753. Elle se maria le 15 novembre 1780 à Avon avec Claude Louis Guyot, notaire royal à Loubigné. Suit un an plus tard, Pierre Jean né lui aussi à Exoudun le 22 mars 1754 et qui épousa le 27 février 1786 Bernardine Nachet. Le troisième, Jacques Philippe, est le correspondant du député lors de son séjour à Paris. C'est de cet ascendant que nous détenons les lettres faisant l'objet de l'étude. Nous y reviendrons ultérieurement. Le dernier des garçons, Louis, est né à Exoudun le 28 août 1756 et épousa le 24 août 1790, Suzanne Dupas.

37Quatre filles se succédèrent ensuite: Marguerite Elisabeth baptisée à Avon le 1er novembre 1757 et décédée le 20 novembre 1764, Anne Elisabeth baptisée à Avon le 3 décembre 1758 qui rentra dans les ordres. Elle devint religieuse aux Bénédictines de Civray puis à Sainte Croix de Poitiers où elle mourut le 8 janvier 1840. Alors que jusqu'ici les naissances se sont enchaînées tous les ans, Suzanne Victoire naquit à Avon le 1er juin 1762 et se maria à Poitiers le 9 juin 1787 à Louis Jacques Rougier Grandchamps, dont nous aurons l'occasion de reparler. Enfin la cadette, née à Avon le 11 septembre 1763 épousa en première noce Jean Louis René Dupuis, écuyer, Seigneur de Badonnière et en seconde noces à Poitiers le 2 novembre 1806, François Claude Lambert, veuf de Marguerite Hoissard, une cousine de Pierre Dubreuil Chambardel.

  • 31 A Prouhet,op. cit., p 36.

38Malheureusement, les fonctions occupées par Pierre Jean et Louis ne nous sont pas connues. Il semble que ce dernier fut l'aventurier de la famille, voyageant énormément outre Atlantique. Par contre, la situation des gendres apparaît plus clairement. De Claude Louis Guyot, notaire royal, à Louis René Dupuis, écuyer, ils occupent des places de choix. Celui-ci assista à l'assemblée de la noblesse du Poitou en 1789 afin de nommer les députés aux Etats-Généraux. Louis Jacques Rougier Grandchamps quant à lui devint maire d'Exoudun en janvier 1790 et fit partie des huit nouveaux électeurs du canton de la Mothe, nommés par l'assemblée primaire, le deuxième dimanche de mars 1791. Le 1er septembre de la même année, il participa avec les autres électeurs du département réunis à Niort, à l'élection des sept députés des Deux-Sèvres à l'Assemblée législative31.

39D'après les archives familiales, il apparaît que Pierre Dubreuil Chambardel tint à donner à ses enfants l'éducation qui lui faisait défaut. Ainsi les différents reçus des mères supérieures des pensions dans lesquelles étaient placées ses filles ont été conservés. D'autre part, le frère de sa femme, Alexis Clerc du Fief Franc recevait parfois chez lui les aînés de Pierre Dubreuil Chambardel et leur mère. Toute une correspondance concernant les frais dus à l'entretien des enfants existe entre les deux hommes et démontre l'intérêt que le père prenait à l'éducation de sa descendance. Ces relations très étroites sont largement confirmées par la teneur des lettres publiées , qui démontrent la confiance qu'avait le député en son second fils, Jacques Philippe.

  • 32 Fonds Dubreuil Chambardel.

40Alors que Pierre Dubreuil Chambardel remplit avec assiduité ses nouvelles fonctions de député dans la capitale, il est attentif à conserver un lien étroit avec son second fils Jacques Philippe né à Exoudun le 18 avril 1755. En l'absence de son père, celui-ci continue de gérer les biens familiaux et demeure dans sa maison acquise par son arrière grand-père, à Pied Morin. Le 13 avril 1790, il a épousé Elisabeth Marie Tessereau avec qui le député correspond régulièrement. Ses lettres sont donc successivement adressées à son fils et à sa belle fille. Leur contenu varie selon le correspondant. Avec Elisabeth, que Pierre Dubreuil Chambardel appelle parfois "Babeth", il s'entretient de préoccupations familiales ou domestiques. A l'inverse, les propos qu'il tient à Jacques Philippe ont trait à des problèmes de gestion des domaines et concernent davantage son univers politique. Ces dernières lettres au nombre de quarante dans la publication qui suit, nous permettent d'appréhender de façon plus serrée le comportement politique du député. L'intérêt que porte son fils aux événements parisiens n'est d'ailleurs guère surprenant puisque lui aussi occupera des fonctions politiques à l'échelle locale. Il est attesté qu'il a participé au Conseil de fabrique de Rouillé où il possède le domaine national de Boisgrolier acheté durant la Révolution et son nom apparaît dans les archives municipales du même village, en tant que conseiller municipal de 1806 à 183132. Il décède deux ans plus tard, en 1833, laissant deux enfants. La réaction de leur grand-père à leur naissance nous est connue puisque l'aîné Pierre Jacques Philippe naquit à Avon le 29 octobre 1791, ce qui permit à Pierre Dubreuil Chambardel d'exprimer toute sa joie à sa belle-fille. Par contre, espérant avoir une petite-fille, il fut déçu par la naissance de Joseph, le 22 décembre 1793. Celui-ci sera vélite aux chasseurs à pied de la Garde impériale et disparaîtra en 1812 pendant la campagne de Russie. Le désir du Conventionnel sera comblé avec l'arrivée de Marie Elisabeth née en 1795 à Avon.

41Pierre Dubreuil Chambardel apparaît donc dans ses lettres à la fois grand-père affectueux et patriarche directif, continuant à gérer ses biens à distance, ce qui explique la fréquence de ses envois.

42Comme nous l'avons déjà dit, sur l'ensemble des cent quatres lettres qui constituent la correspondance de Pierre Dubreuil Chambardel avec ses enfants, cinquante ont été retenues pour l'étude. Cependant, il nous faut considérer la totalité des missives pour en étudier la périodicité.

  • 33 Archives parlementaires, Tome XL, p 523.

43En moyenne, le député prend la plume deux à trois fois par mois entre 1791 et 1795. Néanmoins, il existe de nombreuses irrégularités. Lors des moments clé de la Révolution, Pierre Dubreuil Chambardel écrit davantage. Ainsi en est-il en août 1792 ou en juin 1793. Durant chacun de ces deux mois, cinq lettres sont adressées à Pied Morin. De même, au mois de juillet 1792 et pendant l'automne, l'épistolier envoie régulièrement quatre lettres par mois. La relation avec les massacres de septembre, les victoires militaires et le procès du roi est ici aisé à faire. A l'inverse, durant certaines périodes, Pierre Dubreuil Chambardel n'écrit plus ou peu n'envoyant qu'un courrier par mois; il n'est guère prolixe pendant l'été 1793 et il se contente d'une lettre le 27 juillet puis de deux autres le 1er août et le 11 septembre. La cause de ce manque de zèle apparent est à chercher dans l'obligation qui lui est faite de partir en mission aux mois de juillet et août, sa destination nous étant malheureusement inconnue. Il lui arrive aussi de retourner au pays pour rendre visite à ses enfants et régler sur place certaines de ses affaires. C'est le cas en mars-avril 1792. Il obtient de l'Assemblée un congé de trois semaines le 27 mars 179233. Dans une lettre du 5 germinal an II (25 mars 1794) il espère chaudement réitérer un tel séjour, et effectivement, la lettre suivante laisse supposer qu'il a obtenu de l'Assemblée le congé désiré. De même s'absente-t-il pour des raisons identiques en mars 1795. Cette année pose cependant un problème, car du 5 mars au 5 août, la correspondance est totalement interrompue: il est difficile de croire que ses congés aient duré cinq mois alors qu'auparavant ils étaient accordés pour une durée d'environ un mois. Des ennuis de santé dont il se plaint régulièrement lui ont peut-être permis de les prolonger, à moins que quelques lettres n'aient été perdues. Enfin, les deux derniers courriers que nous possèdons datent de l'An V (1796-1797) et de l'An IX (1800-1801). Elles dépassent donc largement notre étude puisque la dernière a été écrite du Chateignier. L'une et l'autre ne concernent plus l'activité politique de Pierre Dubreuil Chambardel.

44Il convient désormais de dire quelques mots de la forme des lettres. Entre les originaux et la publication qui suit, des changements ont été opérés. Il est certain que Pierre Dubreuil Chambardel a reçu une instruction très sommaire: ses lettres en fournissent la preuve incontestable. En effet, l'écriture du député est phonétique et va à rencontre de toute règle de grammaire. Afin de lui être fidèle, nous avons conservé l'orthographe d'origine. Cependant, pour que la compréhension des lettres soit facilitée, les accents, que notre législateur semble méconnaître, ont été restitués dans leur totalité. De même, la ponctuation qui est sporadique a été rétablie et notée entre crochets. Quant aux majuscules, il a tendance à en distribuer à l'intérieur de nombreux mots mais les omet au début d'une phrase ou pour les noms propres: nous avons donc inversé sa façon de faire en les rétablissant à bon escient.

45En outre, il faut ajouter que le Poitevin qu'est Pierre Dubreuil Chambardel emploie des formules parfois peu orthodpxes. Ainsi en est-il de son expression "premier de …" qui signifie "avant de …" ou de "dudepuis…" qui signifie simplement "depuis".

46L'originalité de son style et de son écriture ne fait que renforcer le caractère spontané de ces lettres qui constituent autant de photographies prises sur le vif, d'événements, d'états d'âmes et de réflexions que le lecteur est invité à partager maintenant.

Notes

1 A Prouhet, La Révolution dans le canton de la Mothe St Héray 1789-1800, Niort, 1909, p6.

2 J Richard, "Promenade historique dans le département des Deux-Sèvres" in Revue de l'Ouest du 11 novembre 1843.

3 J Richard, art cit.

4 C Sauzé, Généalogie de la famille Sauzé (1537-1901), Poitiers, 1901, p 56.

5 C Sauzé, "La famille d'un conventionnel", in Revue poitevine et saintongeaise, Poitiers, 1893.

6 A Kuscinsky, Dictionnaire des Conventionnels, 1917, p 216.

7 C Sauzé.op. cit., p 415.

8 A Prouhet, Notes sur l'agriculture, le commerce et l'industrie à la Mothe St Héray à la fin de l'Ancien Régime, Niort, 1912, p 30.

9 C Sauzé,op. cit., p 415.

10 A D des Deux-Sèvres, J 2502, Fond Rivierre, Livre d'or des protestants du Poitou persécutés pour la foi.

11 A Kuscinsky, op. cit., p 216.

12 Fonds Dubreuil Chambardel.

13 A Kuscinsky,op. cit., p 216.

14 Fonds Dubreuil Chambardel. Sur l'importance dans la société rurale de la région, des fermiers généraux, on peut citer Jean-Marie Augustin, La Révolution Française en Haut Poitou et Pays charentais, Toulouse, Privât, 1989, p 55-56.

15 J Richard, art cit.

16 A Prouhet.op. cit., p 25.

17 Fonds Dubreuil Chambardel, Ecrit de Mr Pierre Lefranc intitulé Contributions à l'histoire de la famille Dubreuil Chambardel.

18 C Petitfrère, Les Vendéens d'Anjou (1793), Paris, B N, 1981, p 333-336.

19 M Bordes, L'administration provinciale et municipale en France au xviiie siècle, Paris, SEDES, 1972, p 327-342.

20 A Prouhet, La Révolution dans le canton de la Mothe St Héray, p 10 - 11.

21 J Richard, art. cit., malheureusement, très peu de cahiers de doléances ont été conservés aux Archives départementales des Deux-Sèvres.

22 A Prouhet, op. cit., p 21 - 33.

23 A D Deux-Sèvres, L 77, série M, dossier n° 4.

24 M Arnault, La Révolution dans les Deux-Sèvres, Paris, Jouve, 1905.

25 A D D-S, Série L, 1er supplt 138.

26 J Péret, Histoire de la Révolution française en Poitou-Charente, Poitiers, Projets Editions, 1988, p 249.

27 Fonds Dubreuil Chambardel.

28 C Sauzé,op. cit.,p 419.

29 A D D-S, J 2502, Fond Rivierre.

30 C Sauzé,op. cit., p 419 - 420.

31 A Prouhet,op. cit., p 36.

32 Fonds Dubreuil Chambardel.

33 Archives parlementaires, Tome XL, p 523.

© Presses universitaires François-Rabelais, 1994

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540