Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Lettres parisiennes d’un révolutionnaire poitevin

 | 
Pierre Dubreuil-Chambardel

Préface

Claude Petitfrère

Texte intégral

1Il est de coutume que l’auteur d’une préface monte en épingle l’ouvrage qu’il introduit, mais en l’occurrence nul besoin d’exagérer. C’est vraiment un témoignage unique que Marie-Luce Llorca propose dans ce livre, exceptionnel par la personnalité de l’auteur des lettres et par l’intérêt de leur contenu.

2Exceptionnelle la personnalité de Pierre Dubreuil-Chambardel? Oui car non seulement il s’agit d’un député de la Législative puis de la Convention (la chose n’est pas si fréquente parmi les épistoliers), mais ce n’est point un de ces "ténors" qui ont fait la politique de la France, un Brissot, un Danton, un Robespierre, ce n’est pas un homme de la ville, un intellectuel ou un de ces robins si nombreux dans les assemblées, mais un gros paysan du Poitou qui siège en sabots à la Convention et écrit le français comme il le parle, sans souci de syntaxe ni d’orthographe, un élu bien obscur qui n’est intervenu que deux fois à la tribune, si l’on en croit les Archives parlementaires.

3A vrai dire Pierre Dubreuil-Chambardel n’est pas vraiment un paysan. Plutôt un bourgeois de campagne, rejeton d’une famille en pleine ascension, un important propriétaire et fermier de plusieurs domaines seigneuriaux. Mais notre député vit à Paris bien modestement en homme du peuple. Resserré dans une seule pièce, avec pour tout ménage "un pot, deux casseroles, trois assiettes, deux plats, deux petites écuelles, deux verres (dont) un de cassé, une cuillère d’emprunt", il fait lui-même son "tripot, sans gouvernante et sans demoiselle de compagnie". Comme tous les Parisiens il souffre du froid pendant le rude hiver de l’an II, alors que la ville "est sans bois" et que "tout (est) hors de prix" et il pâtit de la disette "n’ayant tous les dix jours qu’une livre de mauvaise viande". Un représentant du peuple sans-culotte en quelque sorte… Ici la réalité rejoindrait le mythe si nous ne savions que notre homme a de l’argent, qu’il boit le vin et le cidre de ses domaines et qu’aux plus mauvais jours il garde la ressource de faire venir chaque quinzaine un lièvre de ses garennes.

4Parisien malgré lui, Pierre Dubreuil-Chambardel semble perdu dans la capitale, dérouté par l’absence d’exercice physique et le rythme différent de la vie quotidienne, l’obligation de se coucher "tous les soirs à 11 (heures) ou minuit". Vite déçu par "cette malheureuse ville où l’anarchie règne" et où "l’on ne parle que de sang et de poignards", il vit en exilé et en solitaire éprouvant d’un bout à l’autre de son séjour la nostalgie du pays. Dès la première lettre à son fils, il se prend à rêver: "Tu dois avoir beau pour semer". C’est qu’il reste toujours un homme des champs, préoccupé de savoir si son blé pousse, si son foin est enlevé, si ses récoltes se vendent bien. Même aux moments les plus dramatiques, le "paysan" perce derrière le politique, capable d’écrire tout de go, après une déploration sur la poursuite de la guerre de Vendée: "(…) malgré la scélératesse, elle finira; les traîtres périront et la République triomphera. As-tu fait bonne vinée?" (lettre du 12 octobre 1793).

5Exceptionnel, ce document l’est aussi par son épaisseur historique. De l’automne de 1791 à celui de 1795, durant ces quatre années des plus cruciales de l’histoire de France, les lettres "couvrent" une foule d’événements de première importance: la déclaration de guerre à l’Europe monarchique, la chute du trône, les massacres de septembre, le procès de Louis XVI, la Vendée, les poursuites contre les Girondins chassés de la Convention, la Terreur, la chute de Robespierre, le 13 vendémaire…

6Un frisson nous gagne à lire ce reportage, sur le vif, des "journées" les plus chaudes de la Révolution. Témoins ces lettres de juillet et août 1792 où l’on sent, de l’une à l’autre, le drame se nouer: c’est tour à tour "la grande fermentation", "l’orage", "le volcan prêt à éclater" (1er juillet), la crainte "que le sang ne coule" (7 juillet), "l’empire à deux doigts de sa perte" (17 juillet), "le tocsin et la générale" qui se font "entendre dans tous les quartiers de Paris" (21 juillet)… Jusqu’à cette extraordinaire lettre écrite "à l’assemblée à 2 heures du matin, samedi 11 aoust 1792": "le volcan s’est ouvert, la commotion (a été) terrible. Il est mort en cinq minutes (sic) plus de quatre mille hommes. (…) L’assemblée vient de suspendre le roi, (de) remplacer tous les ministres".

7Un pareil souffle épique anime la lettre du 1er juin 1793, surlendemain de la "journée" du 31 mai, prémices de la chute des Girondins: "A deux heures du matin le tocsin a partout sonné, les barrières ont été fermées et le canon d’alarme a tiré Oh, juge du mouvement et de l’inquiétude de tout Paris! Chacun se demandait: "Qu’y a-t-il?" Les uns disaient: "La Convention est pleine de traîtres il faut s’en assurer". Les autres disaient: "Il y en a 120 de partis cette nuit", d’autres qu’il y en avait d’arrêtés dans leur fuite, tous ces faux ne faisaient qu’inquiéter. Chacun s’est rendu à son poste, mon premier mouvement m’y a fait voler (…)". Nous pourrions multiplier les exemples…

8"Histoire de vie" pour employer une expression à la mode, ce document est en même temps un témoignage révélateur et exemplaire.

9Il est exemplaire de l’attachement à la Révolution d’une bonne partie de ce que les physiocrates appelaient la "classe propriétaire", plus précisément la bourgeoisie rurale dans son ascension séculaire. Avec quel à-propos Pierre Dubreuil-Chambardel sait-il recourir aux lois qui lui sont favorables, comme celle qui permet aux propriétaires d’augmenter les fermages du montant des dîmes et des droits seigneuriaux qui viennent d’être supprimés! (lettres du 9 décembre 1791 et du 15 janvier 1793) Comment saisit-il les circonstances opportunes, quand il s’agit par exemple de placer le papier-monnaie dévalué dans l’achat de biens nationaux qui permettront à l’ancien député en sabots de finir ses jours châtelain du Châtaignier! (lettres des 15 ventôse, 3 le jour complémentaire an III et du 25 vendémiaire an IV – 5 mars, 19 septembre et 17 octobre 1795)

10Le document que nous présente Marie-Luce Llorca est révélateur également, et c’est peut-être son principal mérite, de la façon dont ont pu se faire et se défaire les majorités dans les assemblées révolutionnaires. Lorsqu’il arrive à Paris, en septembre 1791, Pierre Dubreuil-Chambardel n’a pas de choix fixé a priori pour un "parti" ou pour un autre. Il est simplement un "patriote" bon teint, méfiant à l’égard de tous ceux qui tenteraient de remettre en cause les acquis de deux ans et demi de Révolution. En néophyte peu au courant des subtilités de la grande politique, ou en "paysan" madré, il ne dévoile d’ailleurs pas clairement ses préférences. Comme le gros des députés de la "Plaine" parmi lesquels on peut le ranger, il suivra le parti dominant: la Gironde un moment puis, surtout, la Montagne.

11Jusqu’au 9 thermidor son parcours est celui d’une radicalisation progressive. Sous la Législative, il semble donc pencher vers les Brissotins qui représentent la gauche du moment. Il est favorable à la guerre dont il "espère qu’elle opérera la tranquillité" (lettre du 25 avril 1792). Au début de 1793, il partage toujours l’utopie girondine d’une croisade de libération de l’Europe. Pourtant, à cette date il a déjà voté comme les Montagnards lors du procès du roi: pour la mort bien sûr, mais aussi contre le sursis et contre l’appel au peuple, se démarquant ainsi des amis de Brissot. Dans les luttes acharnées du printemps, il paraît encore se tenir à égale distance de la Gironde et de la Montagne. Il en condamne, avec une réelle indignation, les affrontements fratricides dont il saisit parfaitement le danger qu’ils font planer sur l’issue de la Révolution: "Deux factions dans la Convention continuellement en opposition rendent nos séances si tumultueuses que nous ressemblons plutôt à une troupe de brigands qui veulent s’entredétruire plutôt qu’à des législateurs. (…) Ces deux factions journellement s’accusent, se provoquent, se méprisent et se détestent Des listes de proscription et décrets d’accusation se demandent et se font entendre journellement à la tribune. Les uns attribuent aux autres d’avoir conspiré avec le lâche Dumouriez pour rétablir la royauté, ceux-ci attribuent aux autres d’être de la faction d’Orléans et vouloir s’emparer de toute l’autorité, s’imputent réciproquement de recevoir l’or des puissances étrangères" (lettre du 22 avril 1793). Mais bien vite après les journées des 31 mai et 2 juin qui aboutissent à l’expulsion des Girondins de la Convention, Pierre Dubreuil-Chambardel montre, en condamnant leurs "grands projets perfides", qu’il adopte le point de vue de la Montagne.

12A parcourir les lettres de l’été de 1792, on avait déjà compris que notre député était en train de se rallier aux solutions extrêmes, celles qui ont abouti à la mise en place, un an plus tard, du gouvernement de la Terreur. C’est que, sincèrement attaché aux idéaux de la Révolution, ayant un intérêt très personnel à ce que survivent ses conquêtes, surtout l’abolition de la "féodalité", la vente des biens nationaux et tout l’arsenal législatif qui libère la propriété, il est convaincu de la réalité et de la gravité des menaces extérieures et plus encore internes. Il est sensible aux arguments simples répétés quotidiennement à l’assemblée: la France est pleine de traîtres, les "vrais patriotes" sont sans cesse aux prises avec des complots qui, à peine déjoués, resurgissent ailleurs comme les têtes de l’Hydre. Pierre Dubreuil-Chambardel reproduit fidèlement le discours entendu à la tribune et sur les bancs des assemblées. Bien sûr il faut faire la part de l’exagération sémantique, de la langue de bois de l’époque. Ce n’est point parce qu’il écrit "Il faut que cette race de ci-devant nobles et ces lions rugissants périssent" que notre député prône l’extermination totale de ses adversaires (lettre du 6 avril 1793). Le vocabulaire est un code, un signal de reconnaissance entre gens du même bord. Pour autant le complot n’est ni un simple cliché ni un mythe dans l’esprit de Pierre Dubreuil-Chambardel. Il se croit vraiment entouré de "monstres", de "vautours", et dira à la veille de finir son mandat que son physique et son moral sont épuisés d’avoir passé "quatre années toujours sous le fer des assassins" (lettre du 3e jour complémentaire an III, 19 septembre 1795).

13C’est ce sentiment du danger permanent, non seulement celui qui hypothèque l’avenir des réformes, mais la menace physique sur sa propre vie, qui a mené Pierre Dubreuil-Chambardel comme beaucoup d’élus à accepter, voire à justifier, l’élimination de ceux qu’il tient pour coupables" des plus noirs desseins. On le voit à propos des prêtres réfractaires désignés comme boucs émissaires. Notre législateur accepte sans sourciller les rumeurs qui courent à leur propos: environ 700 ecclésiastiques auraient été tués, le 10 août, à l’attaque des Tuileries; à Rouen "dix mille prêtres (…) réunis avec les ennemis du bien public" seraient venus à bout des patriotes (lettre du 14 août 1792). Dans ces conditions, on comprend pourquoi il ne montre aucune émotion particulière à la nouvelle des massacres de septembre qui ont "purgé la prison de toute l’aristocratie". C’est à ce prix que les volontaires peuvent partir aux frontières l’esprit tranquille: "Après les ruisseaux de sang qui ont coulé il y a lieu de croire que les indignes ennemis du bien public enfouiront leur rage et leur vain effort Toute la race célatrisse (scélérate) des non assermentés éprouve le sort que méritent tous leurs forfaits. Il y a lieu de croire que l’empire sera bientôt purgé de tous ces monstres." (lettre du 15 septembre 1792). Ainsi nous est restitué l’engrenage psychologique qui a mené bien des citoyens modérés et paisibles à l’acceptation de la Terreur: "ce n’est plus des demi-mesures qu’elle (la Convention) emploiera, mais bien celles que les circonstances exigent et la patrie sera sauvée…" (lettre du 6 avril 1793).

14L’argument du complot est toujours invoqué, toujours efficace à la fois pour expliquer les échecs du parti au pouvoir et la nécessité des purges. Il fonctionne contre les Girondins dans l’été de 1793, contre les Hébertistes en germinal an II, contre les royalistes au 13 vendémiaire an IV, il permet même à Pierre Dubreuil-Chambardel de justifier (envers ses proches et envers lui-même puisque ses lettres n’étaient destinées à aucune publicité) sa volte-face après le 9 thermidor. S’il voue aux gémonies l’homme qu’il a longtemps soutenu de ses votes c’est qu’il croit à la thèse exposée par les Thermidoriens d’"une des plus des plus grandes conjurations(…) qui avait pour but d’égorger la Convention et faire périr Paris" afin de permettre au "monstre de Robercepière" de "samparer dècepothétiquemant" du pouvoir (lettres des 11 thermidor et 9 fructidor an II, 29 juillet et 26 août 1794).

15La thèse du complot sert naturellement, pour Pierre Dubreuil-Chambardel comme pour tous les "Bleus", à expliquer aussi la Vendée. On est fixé dès le 26 mars 1793, dans la première lettre qui évoque l’insurrection: "C’est une affaire malheureuse que nous ont suscitée tous ces lâches émigrés et prêtres déportés qui coûtera bien du sang". Les rebelles ne sont rien d’autres que des "hommes fanatisés conduits par des brigands qui ne peuvent manquer d’être vaincus et punis de tous leurs forfaits" (lettre du 18 mai 1793). Ils bénéficient de surcroît de complicités jusqu'‘au sein de la Convention (lettre du 24 juin 1793) L’opinion de Pierre Dubreuil-Chambardel nous intéresse d’autant plus qu’il est originaire d’un des départements insurgés. Sans doute la commune d’Avon où il a son domicile est-elle située dans la partie des Deux-Sèvres restée fidèle à la République mais elle est en position "frontalière", directement menacée par les Vendéens, ce qui cause bien de l’angoisse à notre héros: "Instruis-moi à chaque courrier de votre situation" demande-t-il à son fils dans sa lettre du 18 mai, alors que les "Blancs" viennent de prendre successivement Parthenay et La Châtaigneraie.

16On comprend que Pierre Dubreuil-Chambardel ait bien accueilli les accords conclus avec Charette le 1-7 février 1795 au château de La Jaunaie: "Tu apprendras sûrement avec plaisir que la guerre de la Vendée est finie. Dieu soit loué ! C’est une boucherie où il a bien coulé du sang" (lettre du 15 ventôse an 111, 5 mars 1795). Une réflexion qui en dit long sous la plume d’un homme aux convictions inébranlables.

17La personnalité de Pierre Dubreuil-Chambardel est multiple et à certains égards déroutante. Il défend avec âpreté ses intérêts particuliers, qu’il s’estime lésé par une cote d’imposition "exorbitante" à la foncière (lettre du 17 juillet 1792), qu’il encourage son fils à passer avec un de ses locataires un bail court pour mieux profiter de la hausse des loyers (lettre du 9 décembre 1791) ou encore qu’il s’inquiète, dans une de ses toutes dernières missives, de savoir s’il trouvera à son retour ses "prix de ferme intacts en blé", D’un autre côté, notre héros sait aussi faire preuve d’abnégation et de courage. Aux moments les plus pathétiques de l’été de 1792, il refuse de suivre les conseils de son fils qui lui suggère de quitter Paris, "bien décidé à la mort plutôt que d’abandonner (son) poste". Il réitère un an plus tard, au coeur de la crise fédéraliste. "Mon esprit ne s’en trouve point affecté me livrant tout entier à l’intérêt général. C’est le devoir d’un bon citoyen, je n’y manquerai jamais, nulle crainte ne me fera abandonner mon poste. Voilà ma résignation, mes enfants n ‘auront jamais à rougir de mon nom et d’être les enfants d’un lâche, traître à sa patrie." (lettre du 8 juin 1793). Une telle attitude ne manque pas de grandeur…

18C’est que Pierre Dubreuil-Chambardel a tout à la fois le sentiment de vivre des moments historiques et d’être chargé personnellement d’une mission exceptionnelle. "La Convention nationale s’est constituée hier, écrit-il dès le 22 septembre 1792. Elle est composée de grands hommes (…)". Et un an plus tard, alors que le bruit court d’un prochain remplacement de la Convention en application de la nouvelle constitution, il affirme que "tous les vrais patriotes" demandent son maintien en disant "vous avez sauvé la patrie, elle est encore en danger, votre mission n’est pas remplie, restez donc à votre poste, vous seuls pouvez la sauver, vous déjouerez l’intrigue et les malveillants qui comptent sur votre renouvellement" (lettre du 11 septembre 1793).

19On l’aura compris: la correspondance de Pierre Dubreuil-Chambardel est passionnante. On y ressent le souffle héroïque de la "grande histoire"; on y trouve aussi les petitesses et les souffrances de la vie quotidienne, dans un temps d’exception. Avec beaucoup de patience et de talent Marie-Luce Llorca a replacé chacune des missives dans la trame chronologique de ces années si riches en événements majeurs. Elle en a tiré ensuite le portrait à multiples facettes de l’homme public et privé qui les a écrites. Le résultat est une franche réussite, qui prouve que le lointain descendant du député des Deux-Sèvres, Maître Philippe Dubreuil-Chambardel, avait raison de croire en l’intérêt historique du document dont il a le précieux dépôt. Qu’il soit ici remercié bien sincèrement de nous avoir permis de le sortir de l’ombre.

Auteur

Professeur d’Histoire moderne à l’Université de Tours

© Presses universitaires François-Rabelais, 1994

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Volume papier

Chargement

Unavailable