Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

L’information dans les organisations : dynamique et complexité

 | 
Christiane Volant

Session D. Systèmes d’information, patrimoine et mémoire

Effets du système d’information sur l’évolution de la notion de patrimoine

Patrick Fraysse

Résumé

Aujourd’hui, la représentation d’un héritage à conserver, à entretenir et à transmettre revêt la force de l’évidence. Cependant, malgré cette évidence, proposer une définition du patrimoine reste difficile voire impossible. Entendu comme un rapport au passé à travers les objets laissés, intentionnellement ou non, par les hommes à leurs descendants, le patrimoine peut être interrogé à partir du présent et tisser un lien culturel et non plus biologique ou juridique avec les générations précédentes. Nous envisageons le patrimoine comme une construction à partir d’objets -des monuments - avec le passé. Les documents qui accompagnent ou reproduisent les monuments ne sont plus considérés comme un frein à leur réelle appréhension. Au contraire il y a même un lien étroit entre patrimonialisation et représentations iconographiques.

Nowadays, the conservation, maintenance, and transmission of cultural heritage is obvious. However, in spite of this evidence/ proof, it remains difficult, even impossible to define cultural heritage. Understood to be a connection with the past, in the way of objects that people leave to their children, deliberately or not, heritage can be questioned from the present. A cultural link, not a biological or legal one, can be woven with the previous generations. We consider cultural heritage to be construction - starting from objects (monuments) - with the past. The documents which accompany or reproduce the monuments no longer prevent us from understanding these monuments. In fact, there is a close link between patrimonial and iconographic representations.

Texte intégral

1Le patrimoine est une notion riche, plurielle, « englobante », que les sciences humaines et sociales ne cessent d’interroger depuis une trentaine d’années. Entre les premières approches juridiques (transmission d’un bien par héritage) et les développements biologiques ou naturels de la notion, il existe un vaste champ d’étude du patrimoine pris dans sa dimension culturelle, notamment par les historiens (Leniaud, Choay) et les historiens de l’art (Chastel, Babelon). Ces spécialistes du passé ont été rejoints récemment par des chercheurs d’autres disciplines et notamment l’ethnologie (Fabre), la sociologie (Lenclud, Micoud), et les sciences de l’information et de la communication (Melot, Davallon) parmi lesquelles en particulier la médiologie (Debray, Merzeau).

2L’information sur le patrimoine circule sous différentes formes : écrits, images fixes et animées, mais aussi par l’intermédiaire d’événements, « journée du patrimoine », « nuit des musées ». Des réseaux apparaissent : réseau des pays d’Art et d’histoire, réseau des musées, réseau des monuments nationaux, réseau du petit patrimoine. La circulation de l’information sur le patrimoine alliée à l’explosion documentaire contribuent-elles à modifier la notion de patrimoine ?

3Notre propos, dans cette contribution est d’identifier les modalités selon lesquelles le concept de patrimoine se construit, se transmet et se transforme à travers l’étude des dispositifs info-communicationnels dédiés au patrimoine monumental. En nous appuyant sur le Service de l’Inventaire général des monuments et richesses artistiques de la France, le Centre du patrimoine mondial et le laboratoire Art-graphique-Patrimoine de Paris, nous essaierons de cerner la notion de document patrimonial, son statut, ses circuits et son rôle dans la définition de la notion en interrogeant sa composition et sa transmission.

4Ce travail qui s’inscrit dans une recherche plus large sur les effets et les enjeux des images numériques sur le patrimoine monumental nous amènera à placer le document iconique au cœur de notre corpus car il est aujourd’hui au centre des préoccupations des métiers du patrimoine.

5Nous évoquerons dans un premier temps deux approches scientifiques du patrimoine, l’une historique et institutionnalisée et l’autre, plus sociale et personnelle fondée sur la sociologie et les sciences de l’information et de la communication. Il sera alors possible, dans un deuxième temps d’envisager le patrimoine dans ses aspects techniques à travers la documentation et les systèmes d’information patrimoniaux avant d’aborder la contextualisation de monuments, réalisée par des procédés informationnels utilisant les images virtuelles.

I. LA CONTAGION DU PATRIMOINE

6Le patrimoine a longtemps été défini, d’abord par les juristes et les historiens, comme un ensemble d’artefacts, édifices ou objets, hérités des générations précédentes et préservés par un groupe, une nation ou une société. Aujourd’hui, la seule notion de Monuments historiques, élaborée par l’État, pour servir l’idée de nation, ne suffit plus à embrasser la totalité d’un concept qui ne cesse de s’enrichir de l’apport de différentes disciplines, la sociologie, l’ethnologie ou les sciences de l’information et de la communication, pour ne citer qu’elles. La conception réductrice traditionnelle centrée sur l’œuvre d’art ou le monument a éclaté dans les années 1970 avec l’introduction dans le champ du patrimoine d’objets du quotidien, la création des écomusées et des parcs naturels régionaux. L’ajout d’adjectifs au mot patrimoine à partir de la décennie 1980 : industriel, ethnologique (Fabre, 2000) ou encore génétique, et l’utilisation actuelle du pluriel illustre bien l’évolution qu’a subi cette notion, ou plutôt, en suivant Jean Davallon, du regard que nous portons sur le patrimoine (Davallon, 2000).

7Le mode de questionnement du patrimoine que nous adoptons ici nous amène à reprendre la démarche des historiens pratiquant l’histoire culturelle (Ory, 2005). Nous avons le souci de mettre au jour les déterminations dont le patrimoine est une résultante. Ce faisant, nous avons bien conscience que les facteurs de détermination, qu’ils soient politique, économique, technique ou culturel n’ont pas toujours ou partout la même force. Ils se combinent, se superposent, s’annulent ou découlent parfois les uns des autres. Comment une idée comme celle de patrimoine peut-elle s’imposer dans la société, s’inscrire dans une mémoire et se déplacer ? Comment passe-t-on de la notion de monument et de richesse artistique à celle de patrimoine ?

LE PATRIMOINE EST D’ABORD UNE AFFAIRE POLITIQUE

8La première logique de patrimonialisation est celle de l’État. Savante et historique, elle consiste à repérer, étudier, classer et sauvegarder des objets ou des lieux pour leurs qualités historiques ou artistiques. La tradition littéraire recherche son origine à la fin du Moyen Âge. Françoise Choay a bien montré comment cette conscience de l’importance des traces du passé se met en place progressivement depuis la Renaissance en Europe dans les cours européennes (Choay, 1992). C’est le Pape Paul III au xvie siècle qui commence à protéger les monuments de l’Antiquité romaine. Mais c’est le vandalisme révolutionnaire qui provoque la véritable prise de conscience en France, des élites d’abord, de toute la population ensuite, nécessaire à la sauvegarde des traces du passé. Cette notion de sauvegarde des monuments ou des sites archéologiques est, par ailleurs, concomitante du développement de la science archéologique tout au long du xixe siècle.

9Pour l’historien Dominique Jean-Michel Leniaud nous n’avons pas fini d’explorer le contenu du terme dans son acception récente. Issu du vocabulaire juridique, le mot « patrimoine » a été utilisé au début des années 1970 pour désigner les productions humaines à caractère artistique que le passé a laissé en héritage (Leniaud, 1999). En 1972 c’est l’UNESCO qui institut le patrimoine mondial. En 1978, une Direction du patrimoine est créée au Ministère de la Culture et 1980 est déclarée Année du patrimoine. La notion n’a alors cessé d’évoluer, sortant du domaine exclusif des Beaux-arts, pour désigner les productions humaines les plus variées selon une définition englobante qui permet une compréhension pluridisciplinaire.

LA SECONDE APPROCHE DU PATRIMOINE EST SOCIALE ET ÉCONOMIQUE.

10Aujourd’hui, il ne s’agit plus d’étudier les monuments ou les objets comme les représentants d’un monde disparu ou en train de disparaître et donc d’envisager un mouvement du passé vers le présent mais d’inverser la logique, en partant du présent pour interroger le passé. Ce sont donc les héritiers qui, dans ce que Jean Davallon appelle une « filiation inversée », décident de ce qu’il faut garder du passé. La transmission n’est pas imposée par ceux qui donnent mais choisie par ceux qui reçoivent. Autrement dit, à côté de monuments intentionnels, il existe des monuments à découvrir, que l’on peut qualifier de « monuments par attribution ».

11C’est ce même regard que le sociologue André Micoud a proposé dans son travail sur la notion de patrimonialisation, c’est-à-dire de « changement des représentations de la temporalité dans les sociétés modernes ». Il n’aborde pas le patrimoine comme une entité pré-existante mais observe le patrimoine en train de se faire. Le patrimoine est un processus, il dépend, pour exister, des questions que la société se pose sur le passé (Micoud, 2005).

12La dimension communicationnelle du patrimoine est souvent étudiée par les chercheurs en Sciences de l’information et de la communication. Jean Davallon s’est longuement penché sur le dispositif de l’exposition, ses stratégies de communication et la médiation symbolique (Davallon, 1999). Corinne Welger-Barboza a analysé le devenir médiathèque du musée (Welger-Barboza, 2001) alors que Pascal Sanson considère l’espace comme un lieu d’inscription du sens et l’architecture comme un média permanent (Sanson, 2000).

LA TECHNIQUE DÉTERMINE AUSSI LE PATRIMOINE

13Il est également possible d’envisager la culture en prenant en compte les aspects matériels de sa manifestation. Ce type de lecture, encouragée par la médiologie que Régis Debray promeut depuis une vingtaine d’années, met en avant les modalités concrètes de la médiation. De sa découverte à sa vulgarisation, une idée emprunte un cheminement particulier, doit faire face à toute une série d’obstacles et prend appui sur un réseau de supports médiatiques et d’acteurs. La découverte « scientifique » de la notion de patrimoine, « inventée » par les érudits de la Renaissance, travaillée par les intellectuels (les moines dans les abbayes puis les antiquaires) a connu un moment de cristallisation après les remous de la Révolution de 1789 en France. C’est à dire qu’elle a quitté la sphère de la connaissance scientifique et a pris corps dans le discours politique. La diffusion de « l’invention » s’est faite par des canaux nombreux qui ont contribué à son évolution, à ses changements, à son enrichissement. Autrement dit les acteurs et les réseaux du patrimoine, les techniques d’enregistrement (lithographie, photographie, cinéma, télévision, Internet) et les supports documentaires utilisés (livres, revues, cartes postales, bases de données, banques d’images, site web) ne sont pas neutres.

II. SYSTÈMES D’INFORMATION DU PATRIMOINE ET REPRÉSENTATIONS FIGURÉES

14L’État a initié la notion de Monuments historiques et favorisé l’émergence de l’idée de protection du patrimoine après la Révolution française. Le mouvement pour l’inventaire du patrimoine (repérage, comptage et choix), son étude, sa sauvegarde, sa connaissance, puis la diffusion de cette connaissance sont le fait de l’État et de très nombreux acteurs publics et privés. Des instances (Comité des Travaux Historiques et Scientifiques CTHS) ou des services ont été créés (Commission des Monuments Historiques en 1837). Le Ministre Guizot a donné l’impulsion, le premier Inspecteur des Monuments historiques, Mérimée, a lancé le travail de collecte d’informations et les premiers chantiers ont été lancés avec Viollet-Le-Duc. Puis une administration spécifique s’est constituée jusqu’à l’impulsion décisive de Malraux. L’action des associations de sauvegardes (Antiquaires, puis Sociétés savantes) et aujourd’hui des collectivités locales ou des laboratoires universitaires complète celle de l’État en matière patrimoniale et documentaire.

L’INVENTAIRE GÉNÉRAL DU PATRIMOINE

15Après quelques tentatives incomplètes ou sans lendemain, l’idée d’un Inventaire général des richesses patrimoniales de la France a été relancée et mise en œuvre par André Malraux et André Chastel en 1964. Cet inventaire, de son vrai nom, « Inventaire général des monuments et richesses artistiques de la France », a engagé le travail le plus considérable de repérage et de description du patrimoine monumental de la France dans la deuxième moitié du xxe siècle. Ce service du Ministère de la Culture, en cours de décentralisation vers les régions depuis 2004, est conduit dans chaque Direction régionale des affaires culturelles par un Service Régional de l’Inventaire. La Sous-direction de ce service du ministère de la culture (composante de la DAPA, Direction de l’architecture et du patrimoine) appelée jusqu’en 2004 Sous-direction des études, de la documentation et de l’Inventaire a conservé dans son nouvel intitulé, Sous-direction de l’archéologie, de l’ethnologie, de l’inventaire et du système d’information, la notion documentaire qui faisait son originalité au départ.

  • 1 Le « petit patrimoine » comprend les moulins, les lavoirs, les calvaires au bord des routes, toutes (...)

16Le travail de ces « inventeurs » de patrimoine qui va, selon la formule souvent citée, de « la petite cuiller à la cathédrale » couvre un domaine quasiment infini, compte tenu de l’élargissement constant de la notion de patrimoine. L’ambition de Chastel et Malraux était de créer et d’organiser « les archives de l’art français ». Ce faisant, intégrant l’enseignement et les méthodes de l’histoire sérielle des Annales, l’Inventaire contribue à prendre en compte, au-delà de l’étude de quelques monuments remarquables, l’ensemble des œuvres construites ou produites, le patrimoine industriel, les objets de série, l’architecture ordinaire, le patrimoine de proximité ou « petit patrimoine1 ». Il a ouvert les champs d’étude et déplacé le regard des historiens, par la documentation accumulée, vers d’autres manifestations artistiques que les seuls chefs d’œuvre. Nous pourrions interpréter son nom comme l’Inventaire des chefs d’œuvre (monuments) et des patrimoines (richesses artistiques) de la France. D’ailleurs, selon la formule de Michel Melot, si ce service était créé aujourd’hui, il s’appellerait « Inventaire du patrimoine » (Melot, 2004).

LES RÉSEAUX DU PATRIMOINE CULTUREL

17Outre les collectivités territoriales qui commencent à s’impliquer dans l’étude et l’inventaire des monuments, l’État est aidé (parfois précédé ou pressé) dans son travail par les sociétés savantes depuis le début du xixe siècle, par de nombreuses associations depuis le début du xxe siècle.

18Ces dernières militent en faveur de la défense du patrimoine architectural. À vocation nationale, régionale ou locale le réseau de ces associations, pour certaines reconnues d’intérêt public, couvre l’ensemble du territoire. Plusieurs portails tentent de les répertorier sur Internet (FNASSEM2, CTHS3, Fondation du patrimoine4 et G8 patrimoine5). Chacune s’est assignée une mission particulière, d’ordre scientifique, militante, de défense, et cela sur un territoire délimité, local ou national. Parmi elles, nous pouvons évoquer celles du « G8 patrimoine » qui est le groupe des associations nationales de sauvegarde et de mise en valeur du patrimoine, notamment pour leur politique éditoriale. La Société pour la protection des paysages et de l’esthétique générale de la France6, fondée en 1901 par Jean Lahor veille sur les sites naturels et urbains et publie la revue Site et Monuments. La Ligue urbaine et rurale7 pour l’aménagement du cadre de la vie française, fondée par Jean Giraudoux et entrée en action dès 1945, est plus particulièrement tournée vers les problèmes d’urbanismes. Vieille Maisons Françaises8 association fondée en 1958 et Maison paysanne de France9, fondée en 1965, sont connues pour les revues qui portent leur nom. Le mouvement REMPART10 (Union de 170 associations locales de restauration de monuments) est né en 1966 de la volonté du Touring Club de France de participer à la réhabilitation du patrimoine et de répondre aux bonnes volontés suscitées par l’émission télévisée « Chefs d’œuvre en péril ».

LES SOURCES DE L’INFORMATION ARCHÉOLOGIQUE ET ARCHITECTURALE FIGURÉE

  • 11 Les collections Itinéraires du patrimoine, Images du patrimoine et Cahiers du patrimoine sont peut- (...)

19Parmi les grandes aventures éditoriales d’inventaire on ne peut pas ne pas évoquer les plus remarquables, à commencer par la Description de l’Égypte par l’Imprimerie Impériale en 1709. Pour le xixe siècle, ce sont les Voyages pittoresques dans l’ancienne France qui ont marqué le paysage éditorial dans les années 1830. Pour le xxe siècle c’est sûrement la collection l’Univers des Formes lancée par Malraux chez Gallimard puis, plus récemment le projet des éditions Le Flohic, dans les années 1990 qui furent les plus importants avec, bien sûr, les nombreuses collections savantes ou de vulgarisation des Éditions du patrimoine.11

  • 12 Nous pouvons citer, entre autres, La Gazette des Beaux-Arts, la Revue de l’Art, Histoire de l’Art, (...)

20Les revues françaises abordant les problématiques du patrimoine monumental et diffusant la production scientifique de ce champ d’étude sont nombreuses et très différentes les unes des autres. Le patrimoine n’étant pas une discipline universitaire constituée, il faut chercher cette production dans les revues d’histoire, d’archéologie, d’histoire de l’art ou d’architecture. Un recensement prenant en compte les particularités de chacune est possible en les regroupant en trois catégories : revues scientifiques à financement public, revues « indépendantes » de sociétés savantes12, d’associations de défense du patrimoine ou de groupements professionnels et enfin les revues « commerciales » de vulgarisation touristique.

  • 13 En région, par exemple : 303 en Pays de la Loire, Le Festin en Aquitaine et Patrimoine Midi-Pyrénée (...)

21De nombreuses initiatives récentes sont à signaler dans le domaine de la presse magazine. Lancés par des structures officielles, nationales ou internationales, des collectivités locales, des associations ou des groupes de presse privés, de nombreux titres sont apparus sur le marché éditorial « grand public »13.

III. EFFETS DE « L’HYPERDOCUMENTATION »

22Si une idée, comme celle de patrimoine, peut engendrer des documents, créer des réseaux, favoriser la mise en place d’une administration, en retour, ces mêmes réseaux et systèmes d’information interagissent sur l’idée de départ pour l’enrichir et la démultiplier. Associés aux nouvelles technologies ils concourent aussi à une diffusion plus large de la culture, à travers les bases de données qu’ils permettent de constituer et de diffuser, notamment via internet. Ces technologies modernes, comme la photographie panoramique et la modélisation « 3D », sans apporter de réponse définitive au problème de la conservation, ont considérablement renouvelé l’offre graphique au service de l’architecture. Comme nous l’avons vu, l’image est souvent convoquée à côté du texte pour communiquer les monuments, mais on s’aperçoit très vite que sa fixité, issue de techniques traditionnelles (dessin, photographies) ou plus moderne (photogrammétrie) limite son pouvoir d’évocation. Il en est de même pour l’image animée. L’architecture étant un art de l’espace et du temps, fondée par l’enchaînement des trois dimensions, la surface plane de la page du livre ou de l’écran est alors à dépasser.

DU PATRIMOINE CULTUREL AU PATRIMOINE NUMÉRIQUE

23Depuis une dizaine d’année, la numérisation du patrimoine occupe de nombreux acteurs à commencer par l’État qui s’est lancé dans un grand plan de numérisation de ses collections (textes, photos, données…). Les autres acteurs du patrimoine évoqués plus haut ont créé des banques d’images et des sites web. Il existe désormais des banques à vocation patrimoniale, à vocation scientifique, à vocation pédagogique ou touristique et enfin à vocation commerciale. Les premières sont constituées par les institutions culturelles dans un but de recensement. Les deuxièmes sont celles que des laboratoires de recherche ou des sociétés savantes constituent dans le cadre de leurs travaux. Les troisièmes sont proposées par des institutions pédagogiques ou touristiques pour des publics ciblés dans un but éducatif ou de loisir. Enfin la quatrième catégorie appartient au monde économique privé ou public à but lucratif, constituée par les grandes agences de presse et des différentes maisons d’édition.

24Ce secteur de la documentation numérique est un secteur encore en pleine émergence, dont nous avons de la peine à appréhender la globalité mais nous pouvons avancer, devant tous ces chantiers, que le patrimoine culturel tend à devenir un patrimoine numérique. En octobre 2003, l’UNESCO a d’ailleurs adopté une charte sur la conservation de ce nouveau type de patrimoine en pleine expansion qui regroupe tant l’ensemble des reproductions numériques d’œuvres et d’éléments existants que toutes les données qui n’existent que sous forme numérique, telles que les sites Internet, les publications électroniques, les productions multimédias ou encore les banques de données scientifiques et culturelles. Cette hyperdocumentation (Chirollet, 1998) est le dernier élément d’une longue chaîne d’enregistrement. Le patrimoine lui-même se voit démultiplié. La documentation qui porte l’information sur les œuvres de l’esprit, devient à son tour un patrimoine à conserver.

DÉPLACEMENT VERS UN « AILLEURS »

25Walter Benjamin, dans le cadre d’une réflexion sur le cinéma, dans son essai sur l’art à l’ère de sa reproduction mécanique (Benjamin, 1936) avait analysé une perte de « l’aura » de l’œuvre d’art du fait de sa reproduction ou, autrement dit, une impossibilité pour la reproduction d’atteindre « l’ici et le maintenant » de l’œuvre, son aspect sacré, son actualité dans son contexte de production ou d’exposition. André Malraux, à propos de la sculpture, en avait tiré le concept de « métamorphose » de l’œuvre par la reproduction, c’est à dire son changement de statut, son passage du cultuel au culturel. En reprenant la démarche méthodologique de Gérard Régimbeau qui propose d’abandonner l’idée que la reproduction a « pour rôle d’être la copie conforme d’un original, [mais qu’] elle est avant tout une transposition, [et qu’] elle a un pouvoir de révélation » (Regimbeau, 1997) nous avons inversé les deux termes de Walter Benjamin et, dans le rapport dialectique de l’œuvre à sa reproduction, partant de celle-ci et non plus de celle-là, nous proposons de chercher « l’ailleurs et l’hier » des monuments.

26Étudier, comprendre et apprécier un monument suppose d’en faire le tour, de le traverser, de se rendre compte de son environnement, de proposer de la profondeur au regard. Par conséquent pour saisir la qualité d’un espace il est recommandé, non seulement d’observer, mais mieux encore de parcourir le monument, d’en appréhender le contexte, de se déplacer mentalement vers un ailleurs à travers la reproduction. La panographie ou images panoramiques proposées sur certains sites web dont celui du Centre du patrimoine mondial, permet des visites virtuelles de monuments ou de paysages à 360°. Ce « Tour du patrimoine mondial14 » ouvre la perspective du contexte, de l’espace à l’observateur internaute, contrairement à la reproduction photographique qui, si elle permettait déjà d’apprécier une œuvre architecturale, restait insuffisante, notamment pour un non initié, pour comprendre l’articulation des espaces ou les jeux de proportions entre les différents éléments.

DÉPLACEMENT VERS UN « HIER »

27Restait à la reproduction de proposer le voyage dans le temps. De ce point de vue, les techniques modernes d’imagerie informatique constituent des outils scientifiques d’analyse sans pareil. Grâce à la maîtrise de l’imagerie « 3D », une avancée importante est proposée dans la restitution de l’état matériel des édifices ou la reconstitution virtuelle des monuments disparus ou interdits d’accès.

28Ainsi, les techniques de virtualisation accompagnant aujourd’hui la démarche scientifique des archéologues et des historiens, le laboratoire parisien « Art Graphique Patrimoine » a pu par exemple reconstituer une basilique paléo-chrétienne en Arles15. Un film « 3 D » a alors traité un grand nombre de variables et formulé, sous forme graphique, un faisceau d’hypothèses. Dans ces cas de restitution de monuments en ruine, dont il est toujours difficile de déduire la juste image historique à partir de vestiges, comme pour l’archéologie du bâti, qui travaille sur des édifices toujours en élévation mais qui ont pu être souvent modifiés, l’imagerie numérique est aujourd’hui un auxiliaire précieux de simulations historiques. À la différence de la traditionnelle maquette architecturale qui matérialise ou fixe un état de la connaissance, la numérisation du patrimoine induit une modélisation active ou interactive des connaissances et offre de surcroît les garanties d’une mémorisation plus durable des archives historiques.

29Le patrimoine est une construction. Il doit être pensé, inventé. Il « n’existe pas a priori, il n’est pas donné comme une évidence, mais il se construit. Il est construit et résulte d’un travail de production combinant transmission, interprétation et réinterprétation » (Barbier, 2004). Cette construction passe également par la « reproduction » des monuments, qui doivent être étudiés, connus et reconnus. Cette reproduction prend des formes documentaires variées. C’est ce passage du monument au document qui conditionne dans un premier temps la reconnaissance patrimoniale. Une deuxième reproduction, celle des documents iconiques primaires en documents numériques permet au monument une diffusion sans précédent. Le patrimoine devient alors une idée contagieuse, son propre facteur d’autodétermination. Il y a alors un lien étroit entre patrimonialisation et représentations iconographiques. À tel point que, parfois, ces dernières peuvent permettre, grâce aux techniques modernes de reproduction d’atteindre l’ailleurs et l’hier.

Bibliographie

BIBLIOGRAPHIE

Babelon (J.-P.) et Chastel (A.), La notion de patrimoine, Paris, Liana Lévi (Opinion), 1994. 176 p. [Texte d’abord publié par la Revue de l’art en 1980.]

Barbier (F.), « patrimoine, production, reproduction », Bulletin des Bibliothèques de France, tome 49, n° 5 (2004), p. 11-20.

Benjamin (W.), L’œuvre d’art à l’époque de sa reproductibilité technique, Paris, Allia, 2003, 78 p.

Chirollet (J.-C.), Les mémoires de l’art, Paris, PUF, 1998, 280 p.

Choay (F.), L’allégorie du patrimoine, Paris, Seuil, 1992, 275 p.

Davallon (J.), L’exposition à l’œuvre : stratégies de communication et médiation symbolique, Paris, L’Harmattan, (Communication et Civilisation), 1999, 381 p.

Davallon (J.), « Le patrimoine, une " filiation inversée ? " », Espaces-Temps, n° 74-75 (2000), p. 6-16.

Debray (R.), dir., « Trace, forme ou message ? », dans L’abus monumental, Actes des Entretiens du Patrimoine, Colloque à Paris en 1998, Paris, Fayard, 1999, p. 27-44.

Fabre (D.), dir, Domestiquer l’histoire : ethnologie des monuments historiques, Paris, Éditions de la Maison des sciences de l’homme, 2000, 222 p.

Lenclud (G.), « La tradition n’est plus ce qu’elle était… » Terrain, n° 9 (1987), [En ligne], mis en ligne le 21 juillet 2005. URL : http://terrain.revues.org/document3195.html

Leniaud (J.-M.), Les archipels du passé : le patrimoine et son histoire, Paris, Fayard, 2002, 361 p.

Melot (M.), « Quand la culture cède la place au patrimoine », dans Réinventer le patrimoine, Paris, L’Harmattan, 2004, 304 p.

Merzeau (L.), « Monument et document : lequel conditionne l'autre et faut-il les dissocier ? », dans Debray (R.), dir., L’abus monumental, Actes des Entretiens du Patrimoine, Colloque à Paris en 1998, Paris, Fayard, 1999, p. 89-96.

Micoud (A.), « patrimoine, redire ce qui nous relie », dans Réinventer le patrimoine, Paris, L’Harmattan, 2005, 304 p.

Ory (P.), L’histoire culturelle, Paris, PUF (Que sais-je ; n° 3713), 2004, 127 p.

Régimbeau (G.), « Reproduction de l’œuvre d’art », dans Lamizet (B.) et Silem (A.), dir., Dictionnaire encyclopédique des sciences de l’information et de la communication, Paris, Ellipses, 1997, p. 479-481.

Riegl (A.), Le culte moderne des monuments, sa nature, son origine, Traduit et présenté par Jacques Baboulet, Paris, L’Harmattan (Esthétiques), 2003, 123 p.

Sanson (P.), « Espace et territoires : L'élucidation sémiotique du paysage urbain : le paysage architectural et urbain comme média permanent », dans Gimate-Welsh (A.), dir., Ensayos Semióticos, Dominios, modelos y miradas desde el cruce de la naturaleza y la cultura, Mexico City, Grupo Editorial Miguel Ángel Porrúa / Editorial Universidad Autónoma de Puebla / Asociación Mexicana de Estudios Semióticos, 2000, p. 437-456.

Welger-Barboza (C.), Du musée virtuel au musée médiathèque : le patrimoine à l’ère du document numérique, Paris, L’Harmattan, 2001, 313 p.

Notes

1 Le « petit patrimoine » comprend les moulins, les lavoirs, les calvaires au bord des routes, toutes ces petites constructions non protégées : <http://www.petit-patrimoine.com>

2 http://www.associations-patrimoine.org/

3 http://www.cths.fr/

4 http://www.fondation-patrimoine.com

5 http://www.lepinay.org/patrimoine/

6 http://sppef.free.fr/

7 http://www.ligueurbaineetrurale.fr/

8 http://www.vmf.net/

9 http://www.maisons-paysannes.org/

10 http://www.rempart.com/

11 Les collections Itinéraires du patrimoine, Images du patrimoine et Cahiers du patrimoine sont peut-être les plus connues chez cet éditeur alors que l’Inventaire diffuse une revue électronique depuis 2001, In Situ : <http://www.revue.inventaire.culture.gouv.fr/>

12 Nous pouvons citer, entre autres, La Gazette des Beaux-Arts, la Revue de l’Art, Histoire de l’Art, Livraisons d’Histoire de l’Architecture pour les revues scientifiques d’Histoire de l’art et d’architecture puis les Annales archéologiques, le Bulletin archéologique du CTHS, Gallia, Archéologie Médiévale pour les revues scientifiques nationales en archéologie mais aussi les revues scientifiques du réseau de publications interrégionales telle qu’Archéologie du Midi Médiéval ou Aquitania.

13 En région, par exemple : 303 en Pays de la Loire, Le Festin en Aquitaine et Patrimoine Midi-Pyrénées à Toulouse.

14 http://www.world-heritage-tour.org/

15 http://www.artgp.fr/

Auteur

Doctorant en Sciences de l’information et de la communication, EA 827, Laboratoire d’études et de recherches appliquées en sciences sociales (LERASS), Équipe Médiations en Information et Communication Spécialisées (MICS), Université Paul Sabatier, Toulouse III

© Presses universitaires François-Rabelais, 2008

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540