Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

L’information dans les organisations : dynamique et complexité

 | 
Christiane Volant

Session D. Systèmes d’information, patrimoine et mémoire

L’usage organisationnel des outils chronologiques

Julien Tassel

Résumé

Les outils chronologiques, frises historiques, lignes du temps, sont d’autant moins interrogés qu’ils semblent évidents. Comment, sans leur aide, rendre compte du passé ? À partir de l’exemple des outils chronologiques présents sur le site institutionnel du Groupe Caisse d’Épargne, cet article propose de montrer que, tout en produisant une représentation du passé, la raison d’être de ces outils est de donner à lire les processus de changement qui traversent l’organisation. Figurant le présent tout autant que le passé, ils participent à la mise en œuvre du changement par la représentation qu’ils en donnent, entre continuité et discontinuité historique. Ce faisant, ils peuvent être compris comme une forme périphérique d’exercice du pouvoir managérial.

Timelines and other chronological tools are usually taken for granted and therefore never questioned. Indeed, only they enable us to record and present the past. Drawing examples from the “Groupe Caisse d'Épargne” corporate website, this paper shows that, while still fulfilling their essential function of representing the past, these tools also point to the changing processes at work throughout the company's history. Describing the present times just as well as the past, they actually influence the changes in the company. In doing so, they can be seen to operate as a peripheral management strategy.

Texte intégral

INTRODUCTION

1Je propose dans cette communication d’interroger l’opération historiographique spécifique que constitue la production par une entreprise de frises et de chronologies historiques. L’analyse portera sur un terrain d’investigation privilégié, le Groupe Caisse d’Épargne. Cette entité récente origine son existence dans la création de la première Caisse d’Épargne française, en 1818. S’il descend de caisses qui de 1818 à 1965 ont connu comme unique activité l’administration du livret A, le Groupe se donne pour objectif de devenir une « banque universelle » dans laquelle tous les métiers du monde bancaire sont représentés. La fréquence des rachats et des prises de participation témoigne de la rapidité de transformation du Groupe. En 2003 et 2004, l’organisation a ainsi acquis CDC IXIS, la Banque Palatine et Entenial, renforçant son rôle dans les domaines respectifs des métiers de la banque d’investissement, des services aux entreprises et du financement immobilier.

2Dans un tel contexte, mon attention s’est portée sur la manière dont cette entreprise considère et produit son histoire. Que devient le passé face à de tels changements ? Comment cette institution déjà ancienne, qui se transforme de manière radicale gère-t-elle son épaisseur historique ? Comment, dans un tel contexte, écrit-elle son histoire et présente-t-elle son patrimoine ? Quelles conceptions de l’histoire sont à l’œuvre, dans la mise en place du changement qui se joue actuellement ? C’est en poursuivant ces questionnements que je me suis intéressé à la manière dont des outils chronologiques étaient utilisés par cette organisation. Prêter attention à ces outils, c’était choisir de considérer des phénomènes vécus par tous, salariés de l’entreprise comme observateurs extérieurs, comme transparents. Il apparaît néanmoins que, loin d’être accessoire, l’étude de tels outils permet de faire émerger des formes périphériques d’exercice du pouvoir.

3Après avoir redonné aux outils chronologiques une épaisseur historique et décrit leur fonctionnement général, j’interrogerai leur usage en entreprise, à travers l’analyse des modes de relation au temps et de représentation du changement qu’ils permettent. La réflexion s’achèvera sur le lien entre la mise en place de ces outils et l’exercice d’un pouvoir managérial.

I. L’OPÉRATION CHRONOLOGIQUE

L’ÉVIDENCE CHRONOLOGIQUE

4Pour qui doit parler du passé, raconter l’histoire ou situer un événement, le recours à des outils tels que la frise ou le tableau chronologique est un passage obligé. Cette évidence chronologique fait écho à ce que François Hartog nomme « évidence de l’histoire ». Pour l’historien, « l’histoire, ici et là, hier comme aujourd’hui, va de soi. (…) on en raconte, on en écrit, on en fait. » (Hartog, 2005, p. 11). Et qu’« ici » ne désigne pas un institut d’histoire mais les bureaux d’une entreprise n’y change rien : ici aussi, le recours à la chronologie est de mise.

UN OUTIL ANCIEN ET LARGEMENT DIFFUSÉ

5Penser la chronologie comme évidence, c’est voir en elle une activité naturelle, qui serait le fait de toutes les cultures et dont l’usage serait partout légitime. Or il n’en est rien : nombreuses sont les sociétés qui ne représentent pas de la sorte leur histoire.

  • 1 Wiseman (D.J.) 1970, « Books in the Ancient Near East and in the Old Testament », dans Adxroyd, P.R (...)

6L’anthropologue Jack Goody souligne l’ancienneté de cette tradition : il montre ainsi le rôle des listes événementielles dans le développement de l’histoire (Goody, 1979, p. 164-169). Au second millénaire avant notre ère une épopée sémitique utilise des listes de rois et de généalogies pour rassembler « tout ce qui se passe depuis la création jusqu’au déluge ». On trouve également trace en Égypte d’une liste de ce genre, « qui couvre quelques six cents ans (…) selon l’ordre chronologique exact » (Goody, 1979, p. 165 citant D.J. Wiseman1).

7Si elle semble évidente, c’est aussi parce que l’institution scolaire a fait d’elle depuis 1925 le passage obligé de l’apprentissage de l’histoire. C’est de cette époque que date la première manifestation d’un intérêt pédagogique pour la chronologie (Leduc, Marcos-Alvarez, Le Pellec, 1998, p. 73-74). Les Instructions Officielles (I.O.) des classes de collège précisent alors la nécessité d’une « révision des principaux faits de la chronologie ». À partir de cette date, le rôle de la chronologie dans les programmes scolaires sera sans cesse souligné. En 1954 les I.O. précisent ainsi la manière d’enseigner aux élèves la notion de temps : « pour rendre sensibles aux plus jeunes l’éloignement dans le temps, la succession ou la simultanéité des événements, la durée respective des périodes ou des civilisations, [le maître] adopte le procédé graphique des « échelles de temps » (I.O.1954, p. 3164). » (Leduc et al., 1998, p. 73). Selon les I.O. de 1977, « les élèves arrivant de l’école primaire devront déjà posséder quelques repères chronologiques élémentaires que l’on s’emploiera à préciser (échelle graphique du temps ». La frise s’est bien installée dans les pratiques pédagogiques. Les I.O. de 1981 sont formelles : « Il faut enfin rappeler qu’une connaissance historique ne prend toute signification que si elle s’insère dans une trame chronologique solidement établie et dans un espace bien structuré. D’où la nécessité de multiplier les tableaux chronologiques, les lignes du temps… » (Leduc et al., 1998, p. 73-74).

8Ce rapide historique permet de comprendre comment l’institution scolaire du xxe siècle a pu largement diffuser l’apprentissage et légitimer l’usage des outils chronologiques. On peut faire l’hypothèse que c’est cette diffusion et cet apprentissage massif qui sont à l’origine du succès de ces instruments. Démocratisées par l’école, la chronologie et la frise historique sont devenues incontournables pour dire le temps.

L’USURE DES INSTRUtMENTS TEMPORELS

9L’attachement qu’on témoigne à ces instruments concourt à les naturaliser. Par « fatigue des instruments temporels », l’historien Daniel S. Milo définit un processus général, qui veut que les objets perçus plusieurs fois commencent à être perçus non plus en tant que tels, mais « comme une reconnaissance » (Milo 1991 :10). Pour Milo, cette fatigue touche particulièrement « ce qui a été inventé pour étudier le social ». Ainsi les catégories socioprofessionnelles ou des périodisations historiques qui permettaient à l’origine d’analyser le social, finissent à force d’être employées « par le rendre opaque ». Interrogé sur l’utilisation abondante de dates dans une exposition historique qu’il avait conçue et qui était exposée dans les locaux de la Caisse Nationale des Caisses d’Épargne, un salarié répond : « Je n’ai pas vu qu’il y avait autant de dates mais … ah oui on avait fait une chronologie ! ». Pourtant, les soixante-sept dates présentées n’occupent pas moins de huit panneaux et s’échelonnent de 1818 (origine choisie par l’entreprise) à 2003 (date de l’exposition). Dans l’hésitation paradoxale de la personne interrogée on voit comment les dates disparaissent derrière la chronologie. L’outil place son usager dans une situation de telle familiarité que ce qu’il présente s’éclipse et passe au second plan, comme si il importait plus finalement d’avoir construit une chronologie que d’avoir présenté des dates et des événements. Les chronologies et les frises historiques font partie de ces outils qui, s’ils possédaient à leur origine une vertu heuristique qui leur permettait d’analyser la réalité historique, aveuglent aujourd’hui plus qu’autre chose. Et si l’aveuglement provient, comme l’explique Milo, de cette reconnaissance, il faut, pour recouvrer la vue, non plus considérer ces outils comme des objets déjà constitués, mais voir derrière eux les opérations qui les construisent, en découvrir les mécanismes.

UNE REPRÉSENTATION GRAPHIQUE DU TEMPS

  • 2 Les services de communication les utilisent aussi bien en externe pour présenter l’entreprise sur d (...)

10« Tableau chronologique », « frise chronologique » et « ligne du temps » sont les instruments mentionnés par les Instructions Officielles. Ce sont eux en entreprise que de multiples acteurs vont produire2. Capables d’éclipser ce qu’ils présentent, ces outils chronologiques sont plus que de simples collections de dates. Si l’on s’intéresse aux opérations qui les constituent, on peut dire que ces outils partagent un certain nombre de points communs. Ils permettent en effet de mettre à distance le temps pour faciliter sa manipulation et sa formalisation.

LA MISE EN ESPACE DU TEMPS POUR LE MANIPULER

11Face au temps, l’homme est plus démuni que devant l’espace. Comme l’explique Milo, « Qualitativement, pour parler du temps, on fait appel à des termes spatiaux : « cadres, frontières, limites temporelles » - mais pas l’inverse. (…) Le langage temporel est en effet extrêmement pauvre – à la limite, on se demande s’il existe comme champ autonome. Quantitativement, comparés aux cadres temporels, aux frontières presque invisibles, rarement conscientes, jamais définies, les cadres spatiaux sont d’une heureuse précision. Ainsi, « compatriote » (…) est largement mieux circonscrit que « contemporain », le premier est intensif, le deuxième, extensif. » (Milo, 1991 : 19). D’autres historiens soulignent cet état de fait : pour Leduc, « la psychologie expérimentale confirme, par ailleurs, la fréquence de la transposition – verbale, graphique – que nous opérons du temporel au spatial. Comme le disait déjà Thomas Mann, nous mesurons le temps au moyen de l’espace. » (Leduc, 1999 : 17).

12Face à cette difficulté, les outils chronologiques proposent une solution : ils transforment graphiquement le temps en espace. Ils permettent aux historiens et aux hommes qui disent l’histoire de mettre le temps à distance, de s’extraire autant que possible à son appartenance pour mieux l’expliquer et le manipuler. Si cette manipulation découle de la mise en espace du temps, elle résulte également de sa mise en texte : « L’écriture fournit un dispositif spatial de triage de l’information. » (Goody, 1979 : 155). Ce qu’elle rend possible, c’est « d’examiner autrement, de réarranger, de rectifier des phrases et même des mots isolés. (…) J’appellerai volontiers cela « décontextualisation ». » (Goody, 1979 : 145-146). Avec ces outils en effet, le temps n’est plus solidaire du contexte de son effectuation, la compréhension du temps n’est plus tributaire de l’expérience. Il devient un objet durable, qui prend la forme de données, qui se fixe sur des documents, se classe, s’organise. Ces outils transforment le temps en information.

LA FORMALISATION D’UN ORDRE TEMPOREL

13Tableau comme frise mettent en relation par divers procédés graphiques une série de chiffres, les dates, avec un texte qui nomme et décrit des faits historiques. Comme toute mise en forme graphique la chronologie tend « à disposer les termes en rangées et en colonnes, c’est-à-dire linéairement et hiérarchiquement, de manière à assigner à chaque élément une position unique qui définit sans ambiguïté et en permanence sa relation aux autres. » (Goody, 1979, p. 133). Les représentations chronologiques obligent donc à présenter les événements de manière distincte, à les ordonner les uns par rapport aux autres sur un axe temporel (cas de la frise) ou sous forme de liste (cas du tableau chronologique). Elles aident à la construction et à la représentation d’événements nettement circonscrits car « c’est quand on a construit des représentations graphiques qu’on est amené à décider dans une stricte alternative soit d’inclure soit d’exclure quelque chose relativement à une classe ou à un champ donnés. » (Goody, 1979, p. 189).

14De ce fait, toute chronologie est une formalisation et une simplification des événements qu’elle entend représenter. Elle est symptomatique de la capacité qu’a l’histoire selon Paul Ricœur de créer un temps à part, entre le temps vécu et le temps universel. « L’histoire révèle une première fois sa capacité créatrice de refiguration du temps par l’invention et l’usage de certains instruments de pensée tels que le calendrier, l’idée de suite de générations, et, celle, connexe, du triple règne des contemporains, des prédécesseurs et des successeurs enfin et surtout par le recours à des archives, des documents et des traces. Ces instruments de pensée ont ceci de remarquable qu’ils jouent le rôle de connecteurs entre le temps vécu et le temps universel. » (Ricœur, 1985, p. 153) Le temps est transformé : il n’est plus ce flux ininterrompu qui coulerait du passé vers le futur, ce continuum insaisissable, mais bien une matière plastique qu’il s’agit de travailler.

II. USAGES ORGANISATIONNELS DE LA CHRONOLOGIE. L’EXEMPLE DU GROUPE CAISSE D’ÉPARGNE

CHRONOLOGIES ORGANISATIONNELLES ET RELATIONS AU PASSÉ

15Penser que les outils chronologiques ne font que représenter des événements, ce serait confondre représentation et réalité. Ce serait oublier que les représentations, quelles qu’elles soient, ne sont pas conçues de toute éternité, mais procèdent d’un présent, et sont produites par des acteurs spécifiques, qui, dans l’entreprise, sont identifiables et occupent une place déterminée. La présence de ces outils en entreprise s’explique par leur utilité. Leur capacité à représenter, formaliser et structurer le temps, tout comme leur aptitude à produire de la cohérence intéressent les services qui, comme les services de communication, ont pour objectif de mettre en perspective l’entreprise et de donner du sens aux actions.

16Aussi convient-il ne s’interroger sur cette utilité et sur les relations au temps que proposent ces outils. J’ai choisi de privilégier deux exemples d’usages faits par le Groupe Caisse d’Épargne d’outils chronologiques. Ces exemples sont représentatifs des autres usages qui ont été observés et analysés lors du terrain ethnographique mené dans cette institution bancaire. Ils présentent en outre l’avantage d’être accessibles à tous : consultables sur le site institutionnel du Groupe, ils ont une dimension identitaire forte et visent aussi bien des publics internes qu’externes à l’entreprise.

UNE ÉCRITURE DE LA CONTINUITÉ HISTORIQUE

17Le premier outil analysé est une frise chronologique3 (figure 1). Sur une ligne du temps sont ordonnées quinze dates, qui correspondent à quinze événements, classés chronologiquement selon le sens de la lecture. Un ascenseur, situé à gauche de la frise lorsqu’on veut aller vers un événement plus ancien et à droite lorsqu’on veut aller vers un événement plus récent, permet la navigation de date en date.

18Chaque date est mise en relation, d’une part avec un titre qui désigne l’événement qui lui correspond, et d’autre part avec une image qui illustre ou représente cet événement. Chaque alliance ainsi constituée (date-titre-image) acquiert une unité, qui est renforcée par le fait que l’alliance soit cliquable. Cliquer a pour effet d’ouvrir une fenêtre qui se superpose sur l’écran précédent et redistribue les éléments date-titre-image dans un même cadre qui contient en outre le récit de l’événement « cliqué » (figure 2). Cette forme graphique rend effective l’association des éléments et produit un effet de mise en cohérence qui contribue à construire de manière solide la représentation de l’événement mis en scène par l’alliance. Ce dernier acquiert une substance, une identité qui lui est propre.

19En outre, sur la frise, chaque alliance est séparée des autres par des couleurs et un positionnement vertical des illustrations différentes : cette forme permet de distinguer très clairement les événements. Si elles sont distinctes, les alliances se positionnent toutes sur une même ligne temporelle, chacune à égale distance de celle qui la précède et de celle qui la suit. La plus ancienne alliance (1818 : la création de la caisse d’épargne de Paris) et la plus récente (2005 : la rémunération des dépôts) encadrent les autres alliances, qui se succèdent à intervalles réguliers quelle que soit par ailleurs la distance temporelle qui sépare les événements représentés. Graphiquement, qu’il compte pour dix ans, trente ans, ou pour une seule année, l’intervalle est toujours le même car il dépend de la forme tabulaire que prend cette frise. Cet outil n’est donc pas une échelle du temps, mais une simple schématisation.

20Si l’on représente les événements en tenant compte de l’échelle, on obtient le schéma suivant :

21Sur cette nouvelle frise on voit la répartition temporelle des événements choisis. L’entreprise, pour représenter son histoire, a privilégié son origine, a passé sous silence l’équivalent d’un siècle (de 1850 à 1950) et a très fortement représenté les périodes contemporaine et actuelle. En donnant graphiquement le même espace à chaque alliance, la frise donne le même poids symbolique à d’anciens événements dont la carrière historique est avérée qu’à des événements récents, dont on ignore s’ils seront ou non considérés comme importants dans le futur. Ce que masque donc la frise utilisée sur le site, c’est une surreprésentation des événements à l’origine de l’entreprise et des événements contemporains. Les choix graphiques opérés construisent un ordre superficiel et permettent à cette distorsion de passer inaperçue. Le dispositif suggère en outre une relation de causalité entre les événements : en premier lieu parce que chaque alliance est reliée à celle qui la précède par la ligne temporelle, ensuite car cette représentation du temps suppose que le présent soit « la somme et le résultat des années » qui le précèdent ; (Milo, 1991, p. 125) enfin, parce que cet outil figure un sens à l’histoire. Lorsqu’on affiche la page la chronologie se positionne en effet sur la date la plus ancienne (1818 : figure 1), et lorsqu’on fait défiler la frise jusqu’à son extrémité la plus contemporaine (figure 3), on peut encore faire défiler l’écran sur un espace vierge, qui suggère l’existence du futur et d’événements à venir (figure 4).

UNE ÉCRITURE IMMÉDIATE DE L’HISTOIRE : LE PRÉSENT ET LA DISCONTINUITÉ HISTORIQUE

22Le deuxième outil retenu est la rubrique dite d’ « actualités » de la page d’accueil du site institutionnel du Groupe Caisse d’Épargne4. Elle présente cinq dates reliées à cinq événements, un ascenseur permettant de les faire défiler (figures 5 et 6). Cliquer sur un événement active un lien qui permet la lecture d’informations plus détaillées (figure 7). Les événements plus anciens sont également accessibles, en cliquant sur la case « actualité ». Un outil de recherche apparaît alors ; il permet de remonter plus de trois ans en arrière (figure 8) selon une recherche par date ou selon une recherche par catégories pré-établies. C’est dans sa capacité à enregistrer, à garder en mémoire les événements produits que ce qui se présentait comme un simple outil de gestion de l’actualité est déjà une forme de représentation du temps et d’écriture de l’histoire.

23Les événements sont présentés dans la zone d’actualité comme dans le moteur de recherche de manière tabulaire ; on peut donc parler de liste événementielle. Chaque événement est juxtaposé aux autres, sans qu’un autre principe de cohérence que l’ordre chronologique ne soit repérable. Cette juxtaposition produit de la discontinuité : l’ascenseur suppose qu’un parcours à rebours des événements est possible. La liste les isole néanmoins des autres informations de la page, elle leur donne une unité, car « elle a un commencement et une fin bien marqués, une limite, un bord, tout comme une pièce d’étoffe » (Goody, 1979, p. 150) : elle érige son contenu en une unique catégorie. L’intérêt de l’opération est clair : en présentant de cette manière ces événements, l’entreprise délimite ce qu’elle considère être le présent, qu’il s’agisse du présent immédiat (celui que représentent les cinq événements de la page d’actualité) ou du présent historique (les trois années d’événements que le site garde en mémoire). Cette pratique de l’histoire se rapproche du genre de la chronique ou de celui des annales, dans lesquels « on garde trace des faits importants » (1979, p. 166) au gré des événements.

24Rendre public de manière si rapide des faits peut sembler étrange, Arlette Farge y voit néanmoins une des caractéristiques de l’événement : l’arrivée de l’événement dans le temps « est immédiatement mis en partage par ceux qui le reçoivent, le voient, en entendent parler, l’annoncent puis le gardent en mémoire. (…) Fabriquant et fabriqué, constructeur et construit, il est d’emblée un morceau de temps et d’action mis en morceaux, en partage comme en discussion. » (2002, p. 70). Si les événements détaillés paraissent de faible intensité, c’est à l’échelle de l’entreprise à ce partage qu’on assiste. Cette mise en partage est essentielle, car en même temps que les événements, c’est l’existence du groupe bancaire et sa capacité à agir qu’on rend visible. La fonction de cette liste n’est pas tant de rendre compte de l’enchaînement des événements de manière cohérente que de faire advenir la nouvelle organisation. Aussi la cohérence chronologique n’est-elle que de surface : l’ordre du temps présenté est superficiel. Cette superficialité est flagrante, en particulier, si l’on considère les possibilités offertes par les outils de recherche. Utiliser ces outils, c’est produire de nouvelles hiérarchies événementielles : chaque recherche reconfigure les événements et compose de nouvelles chronologies.

25Dans cet outil, c’est donc une vision discontinue de l’histoire qui est à l’œuvre : elle juxtapose les événements sans les mettre en cohérence par un principe de causalité. Coagulant autour de lui le plus d’éléments possible, le présent ainsi formé est cumulatif ; il rassemble sous son étendard un ordre apparent que ne fédère que l’actualité des événements présentés. À travers l’émergence de ce présent, c’est la mise en visibilité des divers changements qui animent l’entreprise qui se joue.

LA MISE EN SCÈNE DES ÉVÉNEMENTS COMME REPRÉSENTATION DU CHANGEMENT ORGANISATIONNEL

LE CHANGEMENT : ENTRE CONTINUITÉ ET DISCONTINUITÉ.

26Si Henri Rousso (1998, p. 50) explique qu’« un historien, comme n’importe quel individu, parle toujours du passé au présent » c’est que toute écriture du passé tributaire du présent d’où l’on parle, le met d’une certaine manière en scène. Ce que les « technologies intellectuelles » (Goody, 1979, p. 48) étudiées dessinent, c’est un présent dont le poids est surdimensionné. Elles l’articulent à deux visions de l’histoire qui, bien qu’opposées, ne sont pas exclusives l’une de l’autre. L’une présente l’histoire comme une continuité et fait naître le présent des événements passés. L’autre la présente comme une discontinuité et cherche en juxtaposant des événements à faire émerger un présent comme un champ autonome du passé. Toute période de changement doit en effet concilier « les deux dialectiques de la continuité et de la rupture » (Bernoux, 2004, p. 267-268) et c’est bien cette tentative de transformer l’entreprise qui est lisible dans la conjonction paradoxale des visions de l’histoire. En conjuguant dans l’espace même du site institutionnel ces deux représentations, le Groupe Caisse d’Épargne tente l’affirmation d’une nouveauté radicale tout en l’arrimant au passé : il s’agit de donner le signal d’un changement fort tout en limitant autant que faire se peut, par une représentation consensuelle et continuiste de l’histoire, les résistances qu’il pourrait entraîner.

L’ÉVÉNEMENT : TRACE DES CHANGEMENTS PASSÉS ET PRÉFIGURATION DES CHANGEMENTS À VENIR

27Le deuxième outil donne aussi à voir l’épaisseur temporelle d’un moment. Dans la difficulté qu’il y a à l’ordonner, dans la juxtaposition et l’incohérence des événements représentés, on lit que le recul n’est pas assez grand pour pouvoir discerner ce qui peut être importera. Ce qui est donné à lire, c’est donc l’incertitude que ce présent renferme, en même temps que les multiples possibilités offertes par l’avenir. Aussi petits qu’ils puissent paraître, les événements exposés sont reconnus par les salariés comme les signes des changements en cours, signes qui leur permettent d’adapter leurs comportements. Ce qu’on livre en effet dans ces micro-événements, c’est tout à la fois les traces du passé et les signes de l’avenir proche de l’entreprise. Donner à lire les événements sur le site institutionnel, c’est donner l’occasion aux lecteurs de préfigurer les changements à venir. Cette dimension prophétique de l’événement est expliquée par Arlette Farge pour qui tout événement « recèle en lui (ou du moins en son énonciation) la vision du futur de ceux qui viennent de le subir ou de l’appréhender. » Pour l’historienne, « la vision du devenir est constitutive du « moment-événement », de même celle du passé : on parle d’un événement en le caractérisant par rapport à une attente de ce qui se passera, une annonce de ce qui va heureusement ou malheureusement survenir. (…) Aucun événement ne peut être amputé de ce dont il fait se ressouvenir, et de ce sur quoi il risque d’anticiper. » (Farge, 2002, 72).

28Il y a plus encore : les événements mis en scène dans le deuxième outil n’appartiennent pas tous au passé. Certains sont en effet annoncés par avance. « Dans ce cas le statut de l’événement existe avant qu’il ne se produise factuellement. » (Farge, 2002, p. 74). L’annonce de la future cotation du Groupe Caisse d’Épargne est un bon exemple d’un tel procédé. Ainsi, la rubrique « actualités » présentait elle le 22 décembre 2005 la brève suivante : « Cotabilité : le Conseil de surveillance de la CNCE se félicite de l’avancée des travaux ». La présence sur le site d’une telle information ne fait qu’exacerber les pronostics que tiennent dans l’entreprise bon nombre de salariés. En septembre 2005, l’un d’entre eux s’interrogeait déjà : « Est-ce que le seul objectif n’est pas de faire en sorte que le groupe soit cotable ? Qu’il apparaisse comme un groupe intéressant susceptible de distribuer et donc d’attirer des actionnaires ? »

CONCLUSION : usage des outils chronologiques et exercice du pouvoir

LE DÉPLACEMENT D’UNE TECHNIQUE : DE L’HISTORIQUE AU RHÉTORIQUE

29Comme le souligne Gérard Althabe, l’entreprise, répondant à une logique de construction de cohérence, produit en plus des biens et des services qui sont sa raison d’être « les instruments conceptuels qui permettent de bâtir l’intelligibilité des échanges qui s’y développent. » (Althabe et Selim, 2001, p. 18) Ces instruments sont en premier lieu ceux qui permettent de comprendre et de représenter le contemporain, (indicateurs, feuilles de route, tableaux et graphiques économiques, …) mais les instruments temporels étudiés, dans leur capacité à représenter la temporalité permettent aussi à l’entreprise d’édifier son propre cadre interprétatif.

30Cette construction est rendue possible par le déplacement d’outils du domaine de l’historiographie vers celui du management. Pierre NORA souligne que les conditions de production de l’événement se sont transformées à l’époque contemporaine. Selon lui l’« événement sans l’historien » (Le Goff et Nora, 1974, p. 218) est désormais possible car ce sont les médias, en interaction avec l’opinion, qui font l’événement et créent le sensationnel. Dans la mesure où chaque organisation tend aujourd’hui à produire son propre système de médiation et de médiatisation, donc à s’autonomiser des médias, on peut voir en l’analyse produite ici que la situation actuelle est plus extrême encore. Elle ôte à l’historien comme aux médias traditionnels l’exclusivité de la fabrication de l’événement pour la redistribuer aux acteurs eux-mêmes.

31« L’histoire a changé de lieux », écrit Daniel Fabre, « si nous entendons sous ce terme aussi bien l’espace dans lequel elle germe et auquel elle se lie, les acteurs en qui elle se cristallise et les manières qui, aujourd’hui, lui permettent de prendre place. » (Fabre, 2001, p. 16). De ce déplacement de l’histoire, les outils chronologiques décrits ici témoignent, puisqu’ils constituent une manière pour une entreprise de dire tout à la fois le passé, le changement et l’identité. Ce déplacement a un coût : la sélection des événements représentés ne dépend plus, comme lorsque c’est l’historien qui fait advenir l’événement, d’une problématique de type historique, mais d’une problématique qui se réfère à l’image que l’entreprise souhaite donner d’elle-même. Ces outils passent du domaine historique au domaine rhétorique.

LE DÉSÉQUILIBRE DANS LA PRODUCTION DES REPRÉSENTATIONS : L’EXERCICE D’UN POUVOIR MANAGÉRIAL

32La production de représentations graphiques est liée historiquement au pouvoir. Dès l’antiquité « l’importance prise par ces listes est l’effet en partie des besoins d’une économie et d’une organisation étatique complexe » (Goody, 1979, p. 191). Pour l’entreprise contemporaine, ces outils permettent d’exercer un pouvoir non tels qu’en eux-mêmes, mais par l’économie communicationnelle qui en est faite. Ce pouvoir repose sur le déséquilibre dans la possession et dans l’utilisation des outils de communication en entreprise. La capacité à désigner les phénomènes temporels, à découper et périodiser le temps, à définir ce qui est actuel et inactuel, ce qui relève du présent ou du passé, à qualifier le lien que le présent entretient avec le passé ; toutes les opérations de découpage et d’étiquetage du temps incombent à des services qui accompagnent le management. Ce déséquilibre dans la capacité à produire des représentations est un mode d’exercice du pouvoir caractéristique des organisations actuelles. Comme l’explique en effet Howard Becker : « les groupes de statut supérieur en général, maintiennent leur pouvoir autant par le contrôle des représentations que par l’usage de formes plus rudimentaires de contrôle. Peut être utilisent-ils des moyens plus rudimentaires pour établir leur hégémonie, mais le contrôle basé sur la manipulation de définitions et d’étiquettes agit avec plus de douceur et à un moindre coût, et c’est celui que préfèrent les groupes de statut supérieur. L’attaque sur une hiérarchie commence par une attaque portant sur les définitions, les étiquettes et les représentations conventionnelles de l’identité des personnes ou des choses. » (Becker, 1985, p. 229). Cette forme d’exercice du pouvoir est d’autant plus efficace qu’elle passe inaperçue : ces instruments ne sont ni l’essentiel ni le principal de l’activité de l’entreprise. Ils en sont la périphérie. L’habitude que nous avons d’eux, l’usure qu’ils portent en eux, nous pousse quotidiennement à ne pas les interroger.

Bibliographie

BIBLIOGRAPHIE

Althabe (G.) et Selim (M.), « Désacraliser l’entreprise : un terrain ethnologique banal », Journal des anthropologues, n° 43-44 (1991), p. 17-44.

Becker (H.S.), Outsiders. Études de sociologie de la déviance, Paris, Métailié, 1985.

Bernoux (P.), Sociologie du Changement dans les entreprises et les organisations, Paris, Ed. du Seuil, 2004.

Goody (J.), La raison graphique. La domestication de la pensée sauvage, Paris, Minuit, 1979.

Hartog (F.), Évidence de l’histoire. Paris, Éditions de l’EHESS, 2005.

Fabre (D.), « L’Histoire a changé de lieux », dans Bensa (A.) et Fabre (D.), dir., Une histoire à soi : figurations du passé et localité, Paris, Éditions de la MSH, 2001.

Farge (A.), « Penser et définir l’événement en histoire. Approche des situations et des acteurs sociaux. », Terrain, n° 38 (2002), p. 69-78.

Leduc (J.), Les historiens et le temps, Paris, Éd. du Seuil, 1999.

Leduc (J.), Marcos-Alvarez (V.), Le Pellec (J.), Construire l’histoire, Paris, Bertrand Lacoste, 1998.

Le Goff (J.) et Nora (P.), dir., Faire de l’histoire. 1 : nouveaux problèmes, Paris, Gallimard, 1974.

Milo (D.S.), Trahir le temps, Paris, Les Belles lettres, 1991.

Ricœur (P.), Temps et récit. 3. Le temps raconté, Paris, Éd. du Seuil, 1985.

Rousso (H.), La Hantise du passé, Paris, Textuel, 1998.

Notes

1 Wiseman (D.J.) 1970, « Books in the Ancient Near East and in the Old Testament », dans Adxroyd, P.R., Evans, CF (eds.), The Cambridge History of the Bible, vol. 1: 45.

2 Les services de communication les utilisent aussi bien en externe pour présenter l’entreprise sur des sites internet qu’en interne pour expliquer son histoire à la réunion d’accueil des nouveaux salariés. La formation y fait référence lorsqu’il s’agit de présenter l’histoire de l’entreprise ou d’un produit ou de formaliser les valeurs d’entreprise. L’association qui s’occupe, pour le compte du Groupe Caisse d’Épargne, d’organiser la recherche historique et de la diffuser en fait également un usage courant.

3 On peut la consulter à l’adresse suivante : http://www.groupe.caisse-epargne.com/asp/ci_modele2.aspx?np=accueil_histoire_ci

4 http://www.groupe.caisse-epargne.com/asp/ci_modele3.aspx

Table des illustrations

URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/731/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 8,0k
Légende Fig. 1
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/731/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 32k
Légende Fig. 2
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/731/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 48k
Légende Fig. 3
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/731/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 36k
Légende Fig. 4
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/731/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 16k
Légende Fig. 5
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/731/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 40k
Légende Fig. 6
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/731/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 16k
Légende Fig. 7
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/731/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 100k
Légende Fig. 8
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/731/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 34k

Auteur

Doctorant, Université Paris IV (Celsa)

© Presses universitaires François-Rabelais, 2008

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540