Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

La situation délibérative dans le débat public

 | 
Bernard Castagna
, 
Sylvain Gallais
, 
Pascal Ricaud
, 
et al.

Volume 2

Des conclusions en forme de propositions pour des chantiers à venir

Yves Jeanneret

Texte intégral

1Je voudrais tout d’abord remercier Bernard Castagna et son équipe du CEDP d’avoir organisé ce colloque sur « les enjeux de la situation délibérative dans le débat public ». Sa richesse évidente facilite grandement la tâche qui m’a été confiée d’en faire la synthèse.

2On peut faire, d’une façon classique, disciplinaire, un inventaire de la diversité des approches de la notion de « situation délibérative ». Trois grands pôles scientifiques contribuent à la construire : la philosophie politique et morale, la sociologie, et notamment la sociologie politique, enfin les sciences de l’information et de la communication et les sciences du langage. Cette cartographie disciplinaire a sa valeur. Mais je suis surtout frappé par ceci : même si les approches sont différentes, une forte cohérence s’est manifestée lors de ce colloque dans la façon d’aborder les composantes de cet objet scientifique et ce, quelles que soient les disciplines, au point que les approches ici proposées sont à certains égards plus proches les unes des autres que chacune ne l’est du champ disciplinaire traditionnel auquel elle s’attache. C’est le signe, positif, d’une réelle interdisciplinarité, d’un objet qui a trouvé son autonomie, et dont les réquisits sont pris en compte par les différentes disciplines, de cette façon mises à profit, sans être juxtaposées.

DES TENSIONS STRUCTURANTES

3Le programme de ce colloque a favorisé la rencontre de chercheurs qui ont, parce que leurs terrains sont différents, une relation existentielle, empirique, cognitive particulière avec le problème de la situation délibérative. Personne ne peut en avoir une connaissance exhaustive. Malgré cela il existe comme une fausse évidence à son sujet. Nous avons tous beaucoup appris les uns des autres. C’est tout le bénéfice d’une telle rencontre : par-delà cette évidence apparente, nous avons été souvent étonnés des objets profondément différents que parfois nous mettions sous ce terme de délibératif. Tout au long de ce colloque des tensions sont apparues et ont été maintenues. Et c’est cela qui importe. Car d’un point de vue épistémologique, ces tensions sont riches et structurantes.

4On peut en repérer trois.

5La première se manifeste entre deux figures contrastées du débat public en tant que processus de communication : d’un côté, un dispositif bien circonscrit de délibération institutionnalisée, forme témoignant d’un certain état du politique aujourd’hui ; de l’autre, les modalités diffuses d’accès au symbolique dans l’espace public, entendu moins techniquement que conceptuellement, comme un lieu dans lequel peut se développer, mais ne se développe pas nécessairement, une confrontation des points de vue.

6La deuxième met en jeu deux postures d’analyse : d’un côté, l’examen de modalités singulières d’action, engageant des acteurs singuliers dans un contexte défini, examen qui manifeste le souci de décrire des dispositifs, des enjeux et des situations sociales (démarche défendue je pense par ce colloque contre la tentation formaliste d’« axiomatiser » le dispositif de délibération) ; de l’autre un travail plus spéculatif, visant à expliciter les attendus, les enjeux, les principes qui peuvent fonder la délibération, mais aussi des contextes idéologiques sous-jacents à l’idée même de délibération comme forme politique.

7Enfin la troisième tension concerne le sens même de la recherche ici discutée. Elle naît de la rencontre entre un effort des chercheurs pour expliciter leur posture singulière et critique à l’égard d’un objet précis et, d’autre part, un engagement largement partagé à l’égard d’un idéal de progrès dans l’action politique. La lucidité sur les modes de propagation des modèles délibératifs jusque dans leur dimension idéologique ne fait ainsi pas toujours bon ménage avec la revendication des chercheurs d’un véritable projet singulier.

LE DÉSIR DE DÉLIBÉRATION

8Nous avons d’abord travaillé sur ce dont il est question vraiment quand on tient le discours de la délibération. L’injonction délibérative constitue aujourd’hui une norme. Il y a à ce propos un « corps citationnel » très concentré. Nous avons travaillé sur les enjeux théoriques et le régime social de ces dénominations. On a alors décrit des constellations de notions systématiquement soumises à discussion, ce qui signifie qu’existe une réflexion sur la nature même de l’objet.

9Le statut du désir de délibération en tant que forme du politique a lui aussi été interrogé. Autrement dit, la forme du politique ne serait pas seulement le développement des formes délibératives mais le développement du désir de délibératif. À ce sujet, d’emblée, trois questions polémiques sont venues : celle de l’idéalisation du processus de communication à travers la notion de délibération ; celle de son artificialisation, liée à l’espérance de soustraire le débat à une communication contaminée par la rhétorique spécifique des médias, pour lui créer un espace de « vraie » communication ; celle enfin de sa rationalisation, qu’exprime le souci constant de rendre compte en permanence, par une démarche d’ailleurs souvent récursive, des principes sur lesquels se fonde l’explication rationnelle des points de vue.

10Ces questions ont été pointées très tôt dans le colloque, non pas pour stigmatiser les dispositifs et les discours qui se développent actuellement, mais pour interroger leur statut, les confronter toujours à leur « autre », à leur « envers », à leur « extérieur ». Il s’est donc agi aussi d’analyser les résistances ; de comprendre pourquoi certains acteurs ne veulent pas entrer dans les processus délibératifs ; d’interroger la tradition historique du refus de la délibération comme mode d’exercice du politique, en montrant qu’elle est encore présente dans des situations contemporaines tragiques ; d’examiner le silence opposé au débat public ou plutôt le silence public sur certaines questions, pour décrire les conditions dans lesquelles certains problèmes sont discutés, délibérés, au détriment d’autres qui ne le sont pas. Ainsi cet ensemble de travaux sur le désir de délibération, qui creusent les motivations et dessinent les véritables enjeux, fait apparaître les différences et l’hétérogénéité cachées sous le consensus général autour de l’idée du délibératif.

LA NOTION DE MÉSENTENTE

11Surgit alors la notion de mésentente, qui était au cœur des premières réflexions proposées sur la politique. Quelle mésentente se cache finalement derrière cette entente apparente sur la délibération ? Nous avons eu des travaux de typologie. Il s’est agi alors de distinguer des délibérations répondant à des objectifs tout à fait différents, en fonction de leur contexte d’intervention dans l’action politique mais aussi en fonction de leur forme communicationnelle. On a vu comment des délibérations dépourvues d’objectifs et de formes aboutissaient à des désordres communicationnels ; un travail d’élucidation a été mené pour lever les ambiguïtés cachées dans les fondements théoriques du délibératif, qui peut être légitimé à partir de conceptions profondément antagonistes de la politique ; les attitudes des acteurs du débat, les malentendus et les conflits, ont été évoqués : en caricaturant on peut voir, dans la délibération, d’un côté des experts essayant d’amener les profanes sur le terrain scientifique, de l’autre des profanes désirant que les questions liées aux enjeux sociaux de la science et de la technique soient enfin discutées. Je le dis à nouveau : ce qui fut frappant dans ce colloque c’est l’approche élargie de la question délibérative. Les dispositifs délibératifs ont été à chaque fois qualifiés, recontextualisés dans les communications scientifiques qui ont été à l’image de la riche diversité des participants.

12Une problématique m’a particulièrement intéressé. Elle traite du rapport entre l’instance délibérative comme procédure effective institutionnalisée et le débat médiatique. Lors du colloque, son examen a été mené avec un double souci : distinguer le débat délibératif du spectacle qui en est donné dans les médias, mais aussi reconstruire le rapport entre ce spectacle et les dispositifs qui finalement, dans leur essence, visent à être anti-médiatiques. Certaines contributions se rencontraient dans la désignation de cette figure fantomatique du pseudo-débat télévisuel. Ainsi se rejoignent étonnamment, dans un geste d’exhibition du débat, l’analyse de la médiatisation de la guerre en Irak, avec ses journalistes « embarqués », et celle du métadiscours, « embarqué » lui aussi, mais dans la télévision.

13Cette réflexion critique, mais aussi cette prise au sérieux des dispositifs affirmées par tous, ce « tour » épistémologique mais aussi idéologique, évoque, au sein de notre colloque, une question vive en sciences sociales aujourd’hui. On perçoit le double souci des chercheurs, de se défendre d’une vision surplombante ou soupçonneuse et donc être en sympathie avec les acteurs afin d’avancer avec eux, tout en maintenant une position critique. Cette ligne de crête n’est pas aisée à tenir. Les discussions sur le débat délibératif revendiquent volontier cette sociologie compréhensive qui a été explicitée, pas toujours clairement, à propos d’autres objets. Cette façon de faire ne peut pas aller sans susciter des controverses, sans exiger une autocritique de la posture de recherche, une réflexion sur le rapport entre les objets donnés et les objets construits. C’est d’autant plus important que, dans cette problématique de recherche du délibératif, le donné est lourdement connoté par le social. On voit très bien se dessiner les extrêmes possibles : d’un côté une posture cynique, qui dénierait tout enjeu à la délibération, n’y voyant qu’un calcul, un rapport de force ; de l’autre, une tendance à prendre la réalité des pratiques sociales pour une application des théories de Jürgen Habermas. Entre le cynisme et l’idéalisation, il existe une tension non résolue, pas forcément thématisée, mais qui débouche néanmoins sur une réflexion concernant le rapport entre les pratiques effectives de communication et les normes auxquelles elles se réfèrent. Les normes existent, mais elles ne permettent pas de décrire les pratiques.

UN RETOUR AUX SCIENCES DE L’INFORMATION ET DE LA COMMUNICATION

14C’est la raison pour laquelle le champ des recherches sur la délibération manifeste une très forte prédilection pour deux types de références théoriques, qui reviennent de façon récurrente, au point de constituer une vulgate qui mérite d’être interrogée en tant que telle : d’un côté les théories de Jiirgen Habermas, reconvoquées comme modèle archétypiques de la communication ; de l’autre, les analyses de la sociologie de l’innovation et des controverses, qui offrent l’espoir de dévoiler la construction de la réalité sociale opérée par les acteurs. La pratique communicative, sociale, médiatrice, relationnelle, langagière, argumentative, est souvent abordée à partir de ces deux horizons extrêmes. Entre le recours à une sociologie très stratégique et la référence à une philosophie politique très normative, y-a-t-il place pour une référence « moyenne », qui fasse place aux pratiques en tant qu’actes symboliques et interactions effectives, telles que les travaux menés en sciences de l’information et de la communication, peu connus et peu cités ici, s’emploient à les décrire ? Ici sans doute s’ouvre un espace de clivage entre les recherches qui prennent en compte cette construction communicationnelle et celles qui la tiennent finalement pour détail négligeable. Je trouve très intéressant que les recherches « entrent » de plus en plus dans les dispositifs. Certaines d’entre elles permettent de voir d’une manière passionnante les relations entre normes, procédures et pratiques. Le caractère spécifique des espaces de délibération revient ainsi au premier plan, caché qu’il était derrière soit la prise en compte des enjeux sociaux, soit la modélisation idéalisée de la communication.

15Une telle analyse ouvre un horizon de recherches patientes, visant à essayer de mesurer, sans naïveté, l’efficacité des pratiques délibératives. C’est, comme je le soulignais précédemment, une réflexion sans cesse dialogique tant il apparaît crucial de tenir une posture critique mais qui soit mise au service d’un engagement pour une nouvelle figure du progrès politique. Pour la plupart des chercheurs qui se sont exprimés ici, contribuer à une véritable amélioration des pratiques politiques est, dans ce domaine, essentiel et urgent, la posture descriptive et critique n’est pas suffisante.

16Évidemment, une telle posture fait signe vers l’extérieur des situations délibératives. Je me souviens à ce propos d’une formule d’Uli Windish : « la décision, c’est un point final provisoire » disait-il. La temporalité longue des effets de l’action politique et de la communication requalifie en quelque sorte les espaces délibératifs comme des moments, forcément temporaires et limités. C’est ainsi qu’ils peuvent échapper au statut de solution idéale, même si le fantasme de perfection est à l’œuvre dans les processus.

LE POIDS DES MOTS

17J’aimerais terminer par quatre interrogations, en toute franchise. Je suis un chercheur qui travaille sur la communication mais je ne suis pas un spécialiste de la problématique des espaces délibératifs. J’ai donc beaucoup écouté au cours de ce colloque. Je suis frappé d’abord par le caractère extrêmement dense, concentré, du réseau lexical et citationnel de ce champ, le fait que les catégories renvoient à un nombre très limité d’auteurs de référence. La reprise incessante des mêmes terminologies ne constitue-t-elle pas un obstacle épistémologique ? Suffit-il de dire par exemple « délibération », « controverse », « arène », « scène », « forum hybride », pour penser l’objet ? Ne faut il pas d’abord comprendre ce que l’on a voulu dire avec ces mots et chercher d’autres termes pour s’approprier la pensée antérieurement élaborée et exposée ? À force de confirmer sa pertinence on finit par la perdre un peu...

18Ensuite, j’aimerais poser la question de l’extrême discrétion avec laquelle la question des savoirs est abordée. Dans les processus délibératifs, les rapports de communication politique ne sont pas seuls en cause. Il y a aussi une relation à la construction des savoirs, aux représentations qu’en ont les acteurs. Il serait évidemment intéressant de réfléchir aux statuts que les savoirs occupent dans ces dispositifs. Bernard Castagna et moi-même nous en sommes venus à nous poser au fond cette vieille question en partant de réflexions sur la vulgarisation, la communication scientifique. On déroule alors tous les paradoxes contenus dans les relations entre communication, politique, épistémologie. On se heurte aussi à la sur-légitimation des savoirs qui a empêché et empêche encore le déploiement du politique face à un certain nombre de problèmes. Mais on ne peut pas non plus poser la question de la délibération comme si l’appropriation de savoirs et la rupture avec les représentations ordinaires n’était pas une condition de l’exercice de la citoyenneté dans les questions scientifiques et techniques, et comme si la communication n’avait pas le rôle d’y contribuer. Le chantier est immense pour analyser le partage des savoirs, le partage entre les savoirs, savoirs d’experts convoqués dans le débat au double titre de savoirs savant et d’ingrédients politiques, savoirs de ceux qui acquièrent une nouvelle légitimité dans la pratique délibérative et qu’il faudrait bien essayer de caractériser, et puis aussi tous les savoirs « meta » présents dans nos propres discours mobilisés pour construire, mettre en œuvre et évaluer ces dispositifs. Dans ce dernier cas, ce serait s’illusionner de penser que toutes les sciences sociales sont convoquées également. On a entendu parler ici même d’une certaine exclusion de la morale dans ces débats. Je pense aussi qu’il serait intéressant de réfléchir au mode de diffusion ou de non diffusion de ces savoirs sur les espaces délibératifs, aux circuits par lesquels certains types d’approche ont, ou n’ont pas, voix au chapitre quand il s’agit d’expérimenter et d’évaluer les formes de communication délibérative.

19Les deux dernières interrogations renvoient davantage à mon domaine d’expérience : celui des langages et des signes. Cette problématique mériterait d’être mieux thématisée en tant que telle. On en reste souvent à l’opposition du rationnel dans le langage et de l’affectif dans l’image, de l’argumentation et de la narration. Or, puisque nous décrivons de nouvelles formes d’institutionnalisation de la communication politique, il serait intéressant de décortiquer les données pragmatiques de leurs conditions d’expression, les savoirs convoqués en matière de sémiotique, la mobilisation des différents langages, les transformations que connaissent les discours, leur reprise, leur réécriture...

20Cela renvoie évidemment à la question du dispositif, un mot très employé et très peu défini, qu’on pourrait aussi bien inscrire dans une logique d’analyse médiatique, après Schaeffer, ou dans une théorie des pouvoirs et de la visibilité, après Foucault. Se demander ce qu’est un dispositif, c’est-à-dire quelque chose qui a à la fois une dimension matérielle, une dimension politique et une dimension communicationnelle, expliciter ce concept, c’est une démarche importante, indispensable pour tirer du non-dit certains fondements de l’action et même ce qui la justifie le plus essentiellement, l’idée qu’en communiquant autrement on ferait autrement la politique. Dans ma discipline, les sciences de l’information et de la communication, il y aurait sans doute à le faire en impliquant davantage dans ce travail la composante des sciences de l’information et de la documentation. Des sciences qui travaillent sur les modes de circulation des objets, leur mémoire, leur inscription physique sur différents supports et qui pourraient contribuer à donner un tour plus réaliste à la description de ce que sont les conditions de possibilité de la communication et de sa transmission.

21Pardonnez moi d’avoir évoqué à nouveau quelques questions déjà débattues ici, d’en avoir oublié d’autres. Surtout je voudrais vous remercier d’avoir eu la patience d’écouter mon propre questionnement livré d’une manière impromptue et quelque peu décousue.

Auteur

Professeur de Sciences de l’Information et de la Communication – Paris IV, CELSA

© Presses universitaires François-Rabelais, 2004

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540