Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

La situation délibérative dans le débat public

 | 
Bernard Castagna
, 
Sylvain Gallais
, 
Pascal Ricaud
, 
et al.

Problèmes de mise en œuvre

Les spectacles de la parole à la télévision

Jean-Claude Soulages

Texte intégral

1En préambule, peut-être est-il utile de se prémunir contre certaines illusions ou travers tout à fait persistants dans le champ des Sciences de l’Information et de la Communication. En particulier, l’illusion essentialiste d’un certain type de posture que l’on pourrait qualifier de philosophique ou d’idéaliste qui présupposerait l’existence d’entités autonomes et parmi celles-ci, la parole délibérative. Ce positionnement conduit inéluctablement à un certain nombre de dérives entre autres celle, non pas de traiter d’objets empiriques, mais de concepts ou de simples représentations. D’autres dont c’est la vocation, s’y consacrent ailleurs - ceux parmi les philosophes qui s’en donnent les moyens épistémologiques. Sur ce point, le concept habermassien d’espace public, produit de la parole délibérative - celle sans doute du modèle universitaire - demeure avant toute chose une fiction, une fiction heuristique certes, mais qu’il faut se garder de réifier. Il est opportun de rappeler que les Sciences de l’Information et de la Communication ont à faire, avant toute chose, à des objets empiriques et ont tout intérêt à ne pas négliger cette dimension qui leur est propre, sinon ce sont les historiens, les sociologues, les psychosociologues qui risquent de confisquer définitivement ces objets.

2C’est cette posture qui caractérise notre démarche, rattachée à l’étude d’objets sociaux attestés et non pas uniquement de leurs concepts ou de leurs interprétants quitte, à travers une démarche empirico-déductive tout à fait humienne, à générer nos propres cadres d’appréhension de la réalité. Notre approche est en cela résolument constructiviste et soutient l’hypothèse que la connaissance ne consiste pas en un reflet de la réalité telle qu’elle se révèlerait à travers une epoche de type phénoménologique, mais en une construction de celle-ci. Le sens d’un fait social surtout si c’est un fait de discours n’est jamais donné, il est toujours reconstruit, c’est un des postulats fondateurs des sciences sociales. L’analyse des discours sociaux représente un objet de choix pour ce type de démarche empirico-déductive. Et il est superflu de réaffirmer que le discours des médias participe massivement à la réfraction si ce n’est à la production à des degrés variables de cette même discursivité sociale. Concernant la parole délibérative, on doit ajouter que ces univers de discours en sont venus à se greffer progressivement dans nos sociétés au socle de la démocratie représentative avec tous les phénomènes de brouillage qui en résultent. Ce phénomène de porosité constitue un des principaux traits des sociétés contemporaines. Plus que tout autre média, la télévision a ouvert depuis ses origines son espace à ce type de parole. Des échanges banals sur l’expérience quotidienne au débat rituel des élections présidentielles, le média télévisuel est parvenu, en multipliant ces productions bavardes, à surexposer la plupart des composantes de l’expression de la Cité.

I. OBJETS ET CADRE MÉTHODOLOGIQUE

  • 1 Charaudeau, 1984, 1988, 1992. Charaudeau, Ghiglione, 1999.
  • 2 Charaudeau, 1997.

3Ces postulats supposent évidemment l’existence d’un cadre théorique dont dépend tout modèle explicatif des données empiriques. Le Centre d’analyse du discours depuis près de vingt ans s’est consacré à l’étude d’un certain nombre de discours médiatiques en prenant pour objets successifs la presse écrite, la radio ou la télévision1. Depuis ses origines, un cadre théorique assez stable a pu y être défini, largement développé dans de nombreuses publications par Patrick Charaudeau2 et son équipe, qui permet de mettre au jour des corrélations entre la manifestation sémiologique des faits discursifs et des données extérieures à celle-ci. Ce modèle théorique postule que tout acte de communication à partir du moment où il participe du monde social est soumis à un jeu de régulation régi par des normes et des conventions. Un tel acte peut être qualifié d’acte de discours du fait qu’il se situe au croisement d’une intentionnalité portée par différents acteurs sociaux et d’une situation de communication donnée. Il comporte à la fois une dimension interactionnelle - du fait que l’autre doit être pris en compte - et, contractuelle - puisqu’il s’intègre dans un cadre prédéfini structuré par des types de discours, des genres et des formes textuelles et des « industries culturelles ». Ces règles systémiques renvoient aux imaginaires sociodiscursifs propres à chaque collectivité sociale, imaginaires incarnés par des contrats de communication qui régissent le flux de la discursivité sociale.

  • 3 Nous excluons provisoirement les émissions magazines ou les émissions omnibus, tout à fait protéif (...)

4Les émissions de paroles prises ici3 pour objet d’étude, se fondent sur une situation d’échanges verbaux caractérisés par un univers de discours réunissant différents partenaires aux identités psychosociales tout à fait variées. Le modèle théorique évoqué plus haut, permet de dégager un premier niveau de structuration révélant l’enchâssement de deux paliers de régulation. Le premier est d’ordre communicationnel sous-tendu par un contrat de débat encadrant le régime des interactions verbales et configurant le déroulement des échanges. Le second d’ordre socio-discursif est dépendant d’un contrat médiatique incarné par un dispositif télévisuel englobant l’espace de la performance publique et proposant au public un cadre participatif déterminé, cadre qui constitue notre objet d’étude.

II. LES AVATARS DE LA PAROLE DELIBERATIVE ; DU CITOYEN AU « CONSOMMACTEUR »

  • 4 Dayan, 1984.
  • 5 Livingstone, Lunt, 1993 ; 150.

5Simple radio illustrée à ses débuts, le dispositif dévolu à ces productions s’est longtemps contenté d’agréger à la retransmission de la parole, la platitude synchrone d’une mise en images tout à fait austère. C’est le cas des premières émissions de paroles. Au fil du temps, ces productions se sont efforcées de se construire des identités télévisuelles singulières. On a vu ainsi succéder au cadre filmique plus ou moins intimiste du salon familial des Dossiers de l’écran ou du pseudo bistrot de Droit de Réponse, les espaces ouverts des agoras cathodiques des émissions des années 90 campant l’espace du forum public (Les absents ont toujours tort La 5, Durand la nuit TF1) ou la scénographie de l’arène ou des émissions de variété (Ciel mon mardi ! TF1) minorant le contenu des échanges au profit de la spectacularisation de l’espace interactionnel. Ces dispositifs œuvrent, en reprenant l’expression de Daniel Dayan4, à « performer » leur spectateur. En effet, à travers ces mutations, comme l’avance Sonia Livingstone5, les composantes de ces performances télévisuelles interagissent pour co6construire un « cadre participatif » configurant la relation qui s’établit avec le destinataire du programme. Ce processus intersémiotique et syncrétique appliqué à certains univers de discours a pour résultat final le transfert de ressources interprétatives en direction d’une audience déterminée. En dépassant le simple stade de l’écoute, la restitution télévisée de ces interactions a assez vite délaissé la visée essentiellement médiatrice de relais de ses débuts - celle d’une télévision simple « porte-parole » au sens littéral - pour déployer petit à petit une machinerie dont la finalité se confond manifestement avec la production d’un spectacle télégénique dont la portée sociale et les implications politiques sont le plus souvent minorées, voire dénigrées.

  • 6 Goffman, 1991 ; 132.
  • 7 Pasquier, Chalvon-Demarsay, 1990.
  • 8 Lochard, Soulages, 1994.
  • 9 Expression utilisée par Michel Field pour caractériser l’animateur de Ciel mon mardi ! Christophe (...)
  • 10 Soulages, 2003.
  • 11 Comme si les citoyens lambdas malmenés et le plus souvent exclus des émissions cultes comme la Mar (...)

6Ces glissements scénographiques nous rappellent que cette scène de révélation de la parole demeure avant tout celle d’une représentation, une « représentation impure6 » peut-on ajouter en citant Erving Goffman, qui métamorphose un individu en acteur public. En effet, contrairement à la scénographie théâtrale, ni la pièce ni les dialogues ne sont écrits par avance, l’interprétation des rôles demeurant constamment ouverte. Or, si cette performance se fonde à un premier niveau sur cette lutte pour le maintien de la face des différents protagonistes, il ne faut pas perdre de vue que son émergence repose avant tout sur un jeu d’expectations croisées entre une demande sociale et une offre médiatique. Avec pour principale conséquence la multiplication et le turn-over des émissions de paroles qui ont, depuis ses origines, occupé les écrans de la télévision française. Or, elles ont à chaque fois, en secrétant leur propre dispositif, participé à renouveler le mode de collecte et de réverbération de l’expérience et de la parole sociale. Au fil du temps, elles ont décliné, selon un jeu de chaises musicales, non seulement des dispositifs multiples, des thématiques innombrables mais aussi des joutes entre protagonistes aux identités tout à fait variées. On peut y observer, dès leurs débuts, le rôle communicationnel central assumé par leur maître de cérémonie et le glissement de son statut ; journaliste ou assimilé au départ pour laisser la place majoritairement aujourd’hui à l’opportunisme d’animateurs-producteurs dont le poids décisionnel s’est considérablement renforcé7. C’est cet acteur devenu incontournable qui, dans une certaine mesure, tend désormais à imposer son « imaginaire communicationnel8 » et son propre cadre d’interaction passant de ce rôle de modérateur effacé des temps héroïques pour endosser celui de « lutin cathodique9 » actuel, interventionniste et partisan. Les statuts tout comme les identités des participants ont également manifestement évolué ; la parole confisquée à l’origine par les garants de l’expertise ou des institutions, s’est enrichie des témoignages bruts de témoins profanes et d’individus ordinaires. Ce phénomène de « désinstitutionnalisation » du cadre du débat public a touché simultanément l’espace de thématisation de la parole portant sur des univers de discours et des ressources cognitives dont le spectre s’est notablement élargi. Centré au départ sur les seules affaires publiques ou les phénomènes sociaux pour plus récemment traiter frontalement des comportements ou des préoccupations d’ordre strictement privé. Nous avons tenter ailleurs de récapituler ces évolutions10 en relevant deux reconfigurations de la parole télévisuelle délibérative, une première apparue dans les années 80 portant sur les dispositifs topologiques et communicationnels (le glissement qui s’effectue des Dossiers de l’écran à Droit de réponse) et une seconde qui s’opère dans les années 90 portant sur la substitution des thématiques privées aux thématiques publiques (le passage de Ciel mon mardi ! à Ça se discute). Les univers de cette parole médiatisée ont ainsi débordé insensiblement l’horizon universalisant du téléspectateur-citoyen pour réfracter de plus en plus crûment le vécu singulier de sa personne privée11 . En deux décennies, s’est substituée à la silhouette d’un sujet cathodique citoyen celle d’un consommateur acteur (une sorte de consommacteur).

7En scrutant le spectre contemporain de ces émissions de paroles, on peut tenter d’opérer un regroupement dans ce foisonnement et retenir trois grandes familles de productions discriminant différents types ou régimes de la parole délibérative et contribuant à opérer un transfert de ressources cognitives de nature différente :

  • Le logos ou la parole argumentative basé sur la discussion raisonnante et le recours au savoir de l’expertise. Ces productions centrées sur la chose publique incarnent l’idéal-type télévisuel de la parole délibérative.
  • Le pathos ou la parole expériencielle fondé sur le dévoilement de l’expérience ou de la parole individuelle, elle repose sur un processus de désintermédiation de la parole profane. Elle laisse libre cours aux témoignages de la vox populi, surexposant les récits de vie et le savoir expérientiel informel.
  • L’ethos ou la parole ornementale visant souvent le pur divertissement et la seule performance discursive. Le média à cette occasion produit « de la parole pour la parole » donnant ainsi le jour à une sorte de « palabre » cathodique n’ayant d’autre finalité que la seule dynamique d’empathie avec son audience.

III. LE LOGOS OU LA PAROLE ARGUMENTATIVE

8Ce premier modèle correspond au débat socioculturel, déjà ancien, emblématisé en France par Les Dossiers de l’écran (1967-1990) qui a perduré à travers la Marche du siècle et a été incarné de façon plus épisodique par le Monde de Léa, Place de la République, Ce qui fait débat, etc. Ces émissions de parole s’adossent à un imaginaire de la « discussion raisonnante » basée sur le pluralisme et la confrontation argumentée des idées autour de la res publico. En dépit de sa longévité, cette formule a provisoirement délaissé les grilles des grandes chaînes généralistes, pour trouver refuge sur des chaînes thématiques comme Arte ou France 5. L’émission Ripostes (France 5) de Serge Moati est la seule aujourd’hui dans le paysage audiovisuel français à perpétuer ce modèle initial. La gestion de son médiateur renoue avec le cadre de la parole délibérative, fondée sur une co-construction d’univers de discours commun et le balisage de thématiques touchant aux échéances publiques. Aux antipodes des autres émissions de parole, son dispositif rompt avec la spectacularisation des interactions pour renouer avec l’espace fonctionnel du plateau de télévision et la centration sur la parole des locuteurs.

  • 12 Mininni, 1989.

9Un doublon générique affaibli de ce modèle est incarné sur cette même chaîne par l’émission quotidienne d’Yves Calvi C dans l’air qui comme son nom l’indique traite de l’actualité chaude. Les participants, au statut beaucoup plus hétérogène (acteurs de l’événement, témoins, experts), sont soumis au questionnement (SMS) du public des fidèles du programme et aux sollicitations pressantes de l’animateur. La construction d’un savoir commun y est moins présente que dans Ripostes. Ce qui s’impose c’est plus une gestion collective des opinions qu’une véritable quête de savoir. Du fait de son rythme quotidien, de son mode de gestion et du traitement des savoirs interactif et opportuniste, elle tend à incarner cette « parole vaporeuse12 » qui caractérise certaines émissions journalières de la télévision italienne (Maurizio Costanzo Show) ou espagnole (les tartulias) pour lesquelles il ne s’agit pas tant d’une quête de rationalité ou de connaissances mais plutôt d’une recherche d’un « prêt à penser » qui s’épuise dans son itération quotidienne et dans le dédalle du turn-over de l’actualité.

  • 13 Beaud, 1984.

10À travers ces modèles archétypiques, le média reconduit en ce sens une de ses missions originelles, formalisée et revendiquée, dès ses origines par l’institution télévisuelle, « informer et éduquer le public » illustrant une des composantes de l’espace public habermassien représentée par cet espace de la parole délibérative. Ces productions tendent, semble-t-il, à renforcer ce « lien social » mis en exergue par Dominique Wolton à travers l’exhibition d’un univers de références partagées. Quête de partage et de rationalité à corréler avec ce phénomène transmédiatique que Paul Beaud13 pointait témoignant de l’apparition d’une « société bavarde » répondant aux attentes de catégories sociales ascendantes en quête d’une culture générale actualisée. Mais de toute évidence, à l’intérieur du paysage audiovisuel français, le territoire dévolu à ce premier modèle se rétrécit de plus en plus pour se replier aujourd’hui sur des chaînes périphériques (Arte ou France 5).

IV. LE PATHOS OU LA PAROLE EXPÉRIENCIELLE

11Des émissions comme Ça se discute ou Vie privée, Vie publique (France 2) semblent emblématiques de ce deuxième type. Mobilisant l’espace public symbolique du théâtre ou celui du studio pour la seconde, elles exposent à leur public certains choix de vie ou des « drames de la vie » (les adultes autistes, l’anorexie, le viol, etc.), mais aussi d’autres thématiques plus intimes abordant les mutations dans les mœurs (l’inceste, les transsexuels, l’infidélité, etc.). La production de savoir s’y effectue au moyen d’une focalisation sur des profanes transformés en véritables personnages publics à travers la valorisation de leur parole privée. À l’échange interlocutoire se substitue l’accumulation de témoignages. En effet, le dispositif de l’émission verrouillé dans les deux cas par l’omniprésence de son médiateur propose la simple juxtaposition de récits de vie ou l’illustration d’attitudes individuelles qui ne sont à aucun moment évaluées ni critiquées. Contrairement au titre de l’une de ces émissions Ça ne se discute pas !. L’exploration d’un sujet de société ou du vécu d’expériences intimes alimentées par les seuls témoignages de profanes semble déboucher sur un phénomène d’appropriation-normalisation comme si l’exhibition télévisuelle était susceptible d’apporter à elle seule, non seulement une forme d’authentification mais aussi une forme implicite de validation.

  • 14 Argumentaire des producteurs de l’émission : « Cette émission répond en trois mini-débats aux prob (...)

12Ce mode de formatage de la parole publique prônant cette valorisation de l’expérience individuelle ou interpersonnelle réfractée essentiellement par des récits de vie au détriment de l’expertise, en côtoie un second. Ce deuxième genre relève de ce que l’on pourrait appeler une forme de populisme cathodique visant la réparation du lien social ou la valorisation du quotidien et des apparats de la société de consommation. Ce type de production est parfaitement illustré par certaines émissions de TF1 comme Combien ça coûte ou Sans aucun doute14 et par certaines émissions de France 3 comme C’est mon Choix. La première chaîne commerciale française s’est repliée manifestement vers ce modèle du téléspectateur-consommateur proposant ses « services » ou réverbérant les griefs de ce dernier. Si ces émissions ont toutes en commun le fait de mobiliser l’authenticité des gens ordinaires, C’est mon choix pousse plus loin cette logique d’osmose avec son public en convoquant et mettant en scène l’horizon de la quotidienneté, en premier lieu, les mœurs ; les relations des couples, les relations parents/enfants, etc. Mais aussi toutes les déclinaisons de la culture de masse, les loisirs ; les stars, les hobbies, etc. ; les modes et les standards esthétiques ; le look, les soins du corps, les régimes, la beauté, etc. Du fait de son horaire de programmation (début ou fin d’après-midi), de sa formule qui se rapproche de celle du forum, ainsi que de son rythme quotidien, cette émission apparaît être en décalage par rapport aux émissions de parole classiques de la télévision française. Elle s’aligne manifestement sur les formats nord américains des talk-shows du day-time à destination des publics résiduels, particulièrement ceux des minorités ethniques ou sexuelles. Elles s’imposent à la fois comme un espace de reconnaissance mais aussi de formalisation, de normalisation et de légitimation (quasi-wharolienne) du vaste continent de la parole populaire.

  • 15 Certaines topiques comme la violence conjugale, le handicap, la sexualité, la prostitution etc. y (...)

13Ces deux modalités d’exploration de l’expérience sociale ne passent plus par le crible d’un procès explicatif et argumentatif mais avant tout par l’incarnation expériencielle du témoignage individuel. Ni l’une, ni l’autre ne proposent de délégation de la parole et le verdict d’un logos englobant. Elles se contentent de faire cohabiter des attitudes et des opinions en en scandant de façon tout à fait ostentatoire les particularismes. En jouant avant tout sur l’insolite et le pathos, ces productions tendent à illustrer cette métaphore de la « télévision miroir »15 à visée purement réflexive, entérinant une forme de « prise de pouvoir du public » sur le média.

V. L’ETHOS OU LA PAROLE ORNEMENTALE

  • 16 Morin, 1975.
  • 17 Charaudeau, Mainguenau, 2002 ; 239.

14Cohabite avec ces différentes formules un dernier type d’exposition de la parole. Il s’affiche comme une pure scansion de la parole face à laquelle le dispositif télévisuel lui-même semble prendre le pouvoir. Tout le monde en parle (France 2) en constitue l’idéal-type avec tous ses avatars parmi les émissions du week-end (Vivement dimanche, La Fureur, Union Libre, etc.). Ces émissions ne rassemblent plus ni des experts ni des profanes, mais des personnalités de l’espace public, convoqués non pas pour leur expérience publique ou leur compétence sociale, mais en tout premier lieu en tant qu’individus privés. À mi-chemin de la presse people et de la confession cathodique, ces formules soumettent, suivant des régimes variables, les impétrants à une épreuve d’intronisation dans le cercle des personnalités télévisuelles, confrontant ces « olympiens » pour reprendre l’expression utilisée par Edgar Morin16 à des jeux de rôles cathodiques plus ou moins pervers. Ce processus illustre parfaitement la notion « d’éthos discursif » proposée par Dominique Mainguenau : « au fondement de l’image [de soi que le locuteur] construit dans son discours : il tente en effet de la consolider, de la rectifier, de la retravailler ou de la gommer.17 » Conscients de cet « effet boule-de-neige », nombreux sont les protagonistes - parmi ceux-ci figurent en bonne place de nombreux hommes politiques - qui se pressent pour passer cette épreuve cathodique dont la sanction est évidemment un plus de visibilité médiatique mais aussi un certificat de conformité au Geistzeit médiatique : l’intronisation et l’appartenance à cet « entre-nous » cathodique portant le masque du bavardage informel (palabre, veillée, conversation de salon ou de bistrot) et validant un mode d’être public conforme. Ce type d’émission pousse à bout cette logique inhérente à la machinerie télévisuelle : une autoproduction de créatures et de significations sociales engendrées et sanctionnées par la seule institution médiatique. Avec pour conséquence finale, le fait que la parole y soit devenue une simple palabre.

  • 18 « L’animation relève du processus de transmission [...] d’un point du vue analytique, l’animateur (...)
  • 19 Morin, 1975.
  • 20 Anscombre, Ducrot, 1983.

15Pour conclure, on peut faire un certain nombre de remarques pour tenter d’expliquer ces glissements de la médiatisation de la parole délibérative à la télévision. Une première tentative d’explication porte sur le cadre socio-institutionnel de ces bouleversements. Un regard rétrospectif nous permet de mieux comprendre que ce régime du logos s’est longtemps épanoui à l’abri de la forteresse du monopole d’état. Une des missions du service public « informer, éduquer » y a été portée par un groupe professionnel à l’intérieur duquel le statut de journaliste était prépondérant et en synergie avec les visées des instances décisionnelles. Les bouleversements consécutifs à la dérégulation libérale du système audiovisuel au cours des années 80 a privé ce groupe de l’appui de ces dernières. Les grilles de programmation dotées d’une autonomie nouvelle se sont adaptées mécaniquement au contexte concurrentiel. Ces mutations ont été entérinées rapidement par de nouveaux acteurs médiatiques beaucoup plus opportunistes dont les pratiques se sont ajustées aux mécanismes de l’audimat. Les chaînes commerciales ont acté de façon indolore ces bouleversements structurels. Le service public a maintenu ouvert un espace à la parole argumentative au profit de la parole politique essentiellement - mais dans des niches résiduelles ou épisodiques - ou sur des réseaux dédiés (ARTE, France 5). Simultanément a surgi un nouvel espace délibératif sur les chaînes généralistes publiques qui a rabattu les thématiques de l’espace public vers la sphère privée et la parole collective vers le témoignage individuel. Rejetant la médiation de l’expertise et la représentation élective, cette nouvelle parole délibérative met désormais sur le devant de la scène le responsable de l’énoncé et non plus l’animateur (l’expert, l’élu, le délégué, etc.) de ce même énoncé pour reprendre la terminologie de Goffman18. Ces productions, en proposant leur « contre-agenda », collent pragmatiquement aux préoccupations immédiates des publics en leur fournissant un exemplier vivant sur des modes de vie et de pensée contemporains, prêts à l’emploi. Poussée par son besoin de réalisme ou de réalité, la télévision généraliste, comme tout le vaste continent de la culture de masse19, privilégie ainsi le savoir informel validé uniquement par l’authenticité expériencielle au détriment du savoir formel ou technique, la croyance ou l’attitude personnelle en minorant le savoir universaliste. La question se pose de savoir s’il s’agit d’une rupture épistémique ou simplement rhétorique introduite par le média car on peut aussi plus trivialement avancer, comme l’attestent les travaux de Jean-Claude Anscombre et d’Oswald Ducrot20, que le logos, la parole argumentative, ne constitue en définitive le plus souvent qu’un masque pour l’éthos des locuteurs.

  • 21 Ehrenberg, 1995.
  • 22 Elias, 1997, 222.
  • 23 Castells, 1998.

16Il est évident que le terminal télévisuel ne représente que l’une des composantes de cette tendance tout à fait manifeste de nos sociétés qui ont substitué au démocratisme autoritaire de l’âge moderne, « une société de responsabilité de soi »21 ou bien cet « état d’esprit participatif » avancé par Uli Windisch caractéristiques de nos sociétés. Phénomène que soulignait déjà Norbert Elias lorsqu’il constatait que « l’établissement de la domination d’une nouvelle forme d’organisation humaine, plus étendue et plus complexe, va toujours de pair avec une nouvelle poussée et un nouveau mode d’individualisation22 ». On perçoit bien alors tout ce qu’il peut y avoir de consubstantiel entre ce processus de formatage de l’expérience vécue, mis à la libre disposition de chacun, et le fonctionnement des médias électroniques et ancillaires qui se proposent aujourd’hui avec Internet, non plus d’asservir ou de réunir les masses mais prochainement de mettre en réseaux des individualités23. Du côté de la réception, on peut alors comprendre qu’un certain type de débat délibératif (le logos) a pu constituer très longtemps une béquille indispensable à la réfraction de l’expérience sociale, garant peut-être aujourd’hui accessoire, au vu des ressources génériques et argumentatives accumulées et intériorisées par les publics de l’audiovisuel. Ces acquis sont d’un certain point de vue les enfants illégitimes du travail souterrain d’intégration et d’appropriation de ressources à mettre au crédit des dispositifs télévisuels. En effet, ces derniers permettent désormais de faire l’économie de la machinerie voyante de mise en assertions argumentatives et conclusives du monde. Le média télévisuel aurait ainsi œuvré à former ses propres auditeurs-téléspectateurs, en rompant le plus souvent avec les prés requis imposés par les standards et les grilles du savoir et des autorités légitimes.

  • 24 Macé, 1994.

17La télévision balançant entre l’autonomie de ses usagers et celle de ses producteurs réalise bel et bien cette « programmation de la réception24 » avancée par le sociologue Éric Macé. Mais il faut souligner que le prix à payer pour cette réussite est celui d’une fragmentation toujours plus poussée des publics. Et, il faut bien faire le constat que ces types de parole (éthos, pathos versus logos) et a fortiori que ces groupes de locuteurs - « la France d’en bas » et « la France d’en haut » pour reprendre une métaphore politique d’actualité - ne se rencontrent jamais, et que c’est bien une véritable fracture culturelle et sociale que réverbère aujourd’hui la programmation télévisuelle de la parole délibérative.

Bibliographie

BIBLIOGRAPHIE

Anscombre J-C., Ducrot O. [1983], L’Argumentation dans la langue, Bruxelles, Mardaga.

Beaud P. [1984], La société de connivence, Aubier Res Babel.

Castells M. [1988], La société en réseaux, l’ère de l’information, Paris, Fayard.

Charaudeau P., Ghiglione R. (éd.) [1999], Paroles en images, images de paroles, trois talk-shows européens, Paris, Didier-Erudition.

Charaudeau P. (éd.) [1988], La Presse, Produit, Production, Réception, Paris, Didier-Erudition.

- (éd.) [1984], Aspects du discours radiophonique, Paris, Didier-Erudition.

- (éd.) [1992], La Télévision, les débats culturels, « Apostrophes », Didier-Erudition.

- [1997], Le discours d’information médiatique, la construction du miroir social, Nathan.

Charaudeau, Patrick & Mainguenau, Dominique, Dictionnaire d’analyse du discours, Paris, Seuil, 2002.

Dayan D. [1984], « Le spectateur performé », Hors Cadre n° 2, cinénarrable : 137-149.

Ehrenberg A. [1995], L’individu incertain, Collection pluriel, Paris, Calmann-Lévy.

Elias Ν. [1997], La société des individus, Paris, Agora, Pocket.

Goffman E. [1991], Les cadres de l’expérience, Paris, Les éditions de minuit.

Livingstone S., Lunt P. [1993], « Un public actif, un téléspectateur critique », Hermès 11-12, CNRS Éditions.

Lochard G., Soulages J-C. [1997], « Les imaginaires de la parole télévisuelle, Permanences, glissements et conflits », in Sociologie de la communication (sous la direction de Paul Beaud, Patrice Flichy, Dominique Pasquier, Louis Quéré), Paris, CNET.

Macé Ε. [1994], « La programmation de la réception. Une sociologie critique des contenus », Réseaux, n° 63, Paris, CNET.

Mininni G. [1989], « Le talk-show comme forme de la communication de masse », Paris, Connexions, n° 53, ARIP - ERES.

Morin E. [1975], l’Esprit du temps, 1 : Névrose, Paris, Grasset.

Pasquier D., Chalvon-Demarsay S. [1990], Drôles de stars, La télévision des animateurs, Aubier Res Babel.

Soulages J-C. [2003], « Paroles de consommateurs ou images de citoyens ? Les mutations du talk-show 1981-2001 », Guillaume. Soulez (Ss dir.) Téléparoles. Recherches sur la parole à la télévision, Paris, INAL’Harmattan.

Notes

1 Charaudeau, 1984, 1988, 1992. Charaudeau, Ghiglione, 1999.

2 Charaudeau, 1997.

3 Nous excluons provisoirement les émissions magazines ou les émissions omnibus, tout à fait protéiformes tant dans leur dispositif que dans l’espace de thématisation de la parole qu’elles convoquent ainsi que les émissions politiques.

4 Dayan, 1984.

5 Livingstone, Lunt, 1993 ; 150.

6 Goffman, 1991 ; 132.

7 Pasquier, Chalvon-Demarsay, 1990.

8 Lochard, Soulages, 1994.

9 Expression utilisée par Michel Field pour caractériser l’animateur de Ciel mon mardi ! Christophe Dechavanne lors d’un entretien avec l’auteur. Mscope n° 1, 1992, Versailles, CRDP de Versailles.

10 Soulages, 2003.

11 Comme si les citoyens lambdas malmenés et le plus souvent exclus des émissions cultes comme la Marche du siècle (voire les justifications de son animateur ; « ils s’expriment mal, cela dessert leur cause, etc. », avaient désormais un droit de séjour télévisuel à l’intérieur d’un autre type de dispositif télévisuel.

12 Mininni, 1989.

13 Beaud, 1984.

14 Argumentaire des producteurs de l’émission : « Cette émission répond en trois mini-débats aux problèmes financiers, administratifs, judiciaires ou autres que nous rencontrons dans la vie quotidienne. »

15 Certaines topiques comme la violence conjugale, le handicap, la sexualité, la prostitution etc. y ont rencontré un espace d’exposition et de discussion effectif. À l’époque de la discussion de la loi, ces émissions ont constitué un des rares lieux dans lequel la question du PACS et de ses enjeux ont été réellement débattu en public.

16 Morin, 1975.

17 Charaudeau, Mainguenau, 2002 ; 239.

18 « L’animation relève du processus de transmission [...] d’un point du vue analytique, l’animateur est plus proche de l’encre avec laquelle on imprime le mot "je" que du réfèrent de ce mot » (Goffman : 1991, 510).

19 Morin, 1975.

20 Anscombre, Ducrot, 1983.

21 Ehrenberg, 1995.

22 Elias, 1997, 222.

23 Castells, 1998.

24 Macé, 1994.

Auteur

Maître de Conférences - CUEJ, Université Strasbourg 3. Chercheur au CAD - Paris 13

© Presses universitaires François-Rabelais, 2004

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Volume papier

Chargement

Unavailable