Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

L’information dans les organisations : dynamique et complexité

 | 
Christiane Volant

Session C. Les usagers : comportements, besoins et pratiques

De la médiation documentaire à la navigation numérique : vers une modélisation du comportement informationnel des médecins en contexte hospitalier

Samuel Tietse

Résumé

Cette étude fait suite aux travaux en sciences de l’information qui visent à intégrer les aspects techniques, cognitifs et organisationnels dans l’analyse des pratiques informationnelles. Elle se base à la fois sur une approche holistique du comportement des usagers en contexte professionnel, et sur un nouveau cadre conceptuel pour tenter d’expliquer les pratiques d’accès à l’information pour l’action. Ce courant de recherche a évolué, avec l’émergence du web, au gré de multiples paradigmes dont celui « orienté usages » constituera le point d’appui de notre réflexion qui souhaite démontrer l’intérêt d’un nouveau cadre théorique et méthodologique « orienté activité ». Dans ce cadre seront analysés des comportements informationnels des médecins en activité hospitalière. Tout ceci afin de montrer en quoi ces acteurs médicaux passent progressivement d’une situation de médiation documentaire à celle de l’accès direct à l’information par la navigation numérique.

According to the information sciences research items integrating in the informational practices analysis cognitive, organisational and technical aspects, this study, once based on a holistic approach of users behaviour in a professional context and on a new conceptual framework, is trying to explain practical access to information for action. The web emergence has come up with this research current moved by the liking paradigms among which, the one “orientated users” constitutes the basis pole of this article which is out to show elsewhere the new theoretical and methodological framework interest “orientated activity”. This framework as a support will permit physicians informational practices analysis in an hospital context. All this is to demonstrate how these medical actors gradually pass from a statement of documentary mediation to that of direct access to information by numerical investigation

Texte intégral

INTRODUCTION

1L’usage du numérique et l’activité informationnelle sont aujourd’hui au cœur d’une réflexion dans le champ des sciences de l’information. Réflexion qui incite à repenser les fonctions de médiation entre d’une part, des sources d’information ouvertes et surabondantes et, d’autre part, des « demandeurs-utilisateurs » d’information de plus en plus autonomes dans leurs pratiques informationnelles. Ce domaine de recherche connaît une évolution au gré des différents paradigmes qui se sont déployés à travers plusieurs modèles. Notre analyse se base sur une approche holistique du comportement des usagers en contexte professionnel à la suite des travaux de Wilson (1999) et Saracevic (1997) qui visent à intégrer les aspects techniques, cognitifs et organisationnels. L’objectif de cet article étant de réfléchir sur la mise en place d’un nouveau cadre à la fois théorique et méthodologique susceptible de rendre compte de ces pratiques informationnelles dans des organisations. Ce cadre s’appuyant sur l’hypothèse selon laquelle « l’activité influence directement les comportements informationnels des professionnels » (Järvelin, 2003).

2Nous présentons dans un premier temps les différents modèles de pratiques d’accès à l’information. Nous évaluons le paradigme « orienté usages » et, en dénonçant ses carences, nous tentons de formuler le modèle « orienté activité ». Présentant les résultats d’une enquête qualitative, nous rapportons les comportements informationnels décelés auprès des acteurs en contexte hospitalier. Nous explicitons leurs besoins pendant l’activité de soins en mettant en évidence la spécificité de l’information médicale et en montrant en quoi ils passent progressivement d’une situation de médiation documentaire (recours à l’infomédiaire et à la presse traditionnelle…) à celle de l’accès direct à l’information par la navigation numérique. Il s’est avéré utile de balayer d’un regard les enjeux épistémologiques qui ont concouru à bâtir cette notion.

I. DES ENJEUX ÉPISTÉMOLOGIQUES AUTOUR DES PRATIQUES INFORMATIONNELLES : ÉTAT DE L’ART

3L’émergence du web dans les organisations bouleverse l’activité professionnelle et modifie profondément les pratiques d’accès à l’information. Plusieurs modèles se sont développés pour décrire ces pratiques parmi lesquels celui de « pratiques d’accès » et celui de « recherche documentaire » traduisent le paradigme « orienté usages ». Nous proposons de relativiser la pertinence de ce paradigme en montrant la nécessité d’un nouveau cadre théorique et méthodologique « centré activité », émergeant peu à peu des différentes recherches actuelles. Il prendrait appui sur ce modèle « orienté usages » pour entamer quelques pistes de réflexions.

QU’EST CE QUE LE PARADIGME « ORIENTÉ USAGES » ?

4Le paradigme « orienté usages » est un cadre théorique et méthodologique ouvert, apprécié par la communauté scientifique en science de l’information qui permet de décrire les pratiques d’accès à l’information de tout acteur. Peu de travaux avant la naissance de ce paradigme ont porté sur l’échange, la recherche et l’utilisation de l’information. Ce paradigme dominant en science de l’information, s’est progressivement constitué autour de principes décrivant les pratiques de recherche et d’utilisation de l’information par des professionnels.

5Plusieurs approches allant de l’approche sociale empirique à la psychologie cognitive (Dervin, 2003) ont été utilisées dans ce paradigme. Il a par ailleurs permis l’émergence d’un consensus sur un certain nombre de définitions dont les notions de pratiques de recherche, d’utilisation et d’accès à l’information. Et nous ne pouvons pas nous désintéresser de cette richesse sémantique

UN APPORT SÉMANTIQUE CONSIDÉRABLE : DES DÉFINITIONS

6- La pratique informationnelle définie par (Wilson, 2000) est « considérée comme l’ensemble des actions et des choix de l’individu qui peuvent être actifs et / ou passifs, conscients ou non et toujours liés aux sources d’information lors d’une phase de recherche provoquée par un besoin d’information ».

7- La macro-pratique de recherche d’information se définit comme l’ensemble des actions et des choix intentionnels d’un individu qui peut interagir avec des systèmes d’information manuels (journaux, bibliothèques, ...) ou avec des systèmes informatiques (le Web) en matière de recherche en réponse à un besoin d’information (Wilson, 2000).

8La pratique d’utilisation de l’information est l’ensemble des actions et des choix, permettant d’enrichir les connaissances d’une personne à partir de l’information trouvée (Wilson, 2000). Ces définitions vont nous permettre de poser un regard réflexif sur les concepts.

UN FOISONNEMENT DE CONCEPTS

9Le modèle en oignon de Wilson proposé en 1999 stipule qu’un utilisateur individuel d’information s’engage dans un comportement de recherche d’information en réponse à un besoin perçu. Le concept de besoin semble être difficile à traduire en termes de recherche alors que le concept de pratique de recherche d’information est une activité identifiable, observable et pouvant être construite ou déconstruite. Le professionnel pressent un besoin, mais il ne peut pas toujours le définir ou savoir qu’il en a l’utilité (Wilson, 2000).

10Ellis et Haugan en 1997 ont recensé huit étapes principales : initialisation ou démarrage de la recherche (starting), exploration et enchaînement (chaining), différenciation des sources d’information (differentiating), extraction (extracting), vérification de l’information (verifying) et recherche finale. Deux étapes intermédiaires peuvent être utilisées à savoir l’utilisation de recherche dirigée ou navigation (browsing) et la veille ou surveillance (monitoring).

11Selon les travaux de (Bernhard, 1998), une dizaine de modèles essentiellement destinés à rendre compte des pratiques de recherche d’information existent et le nombre d’étapes fluctue. Des travaux de (Cheuk, 1999), on retient que les pratiques de « recherche et d’utilisation d’informations » se traduisent dans dix situations différentes. Il les décrit comme allant de la situation où les acteurs s’aperçoivent qu’il y a une tâche à accomplir et qu’un besoin se « fait sentir » à la formulation centrale, le choix, le rejet, …la mise en chantier de l’idée.

12Enfin, d’autres modèles de recherche d’information plus spécifiques pour Internet ont été développés : le modèle cognitif d’Ingwersen (1992), le modèle d’interaction stratifiée de Saracevic (1996) et les travaux de Marchionini (1995).

DES INSUFFISANCES DU PARADIGME « ORIENTÉ USAGES »

13Trois principales critiques ont été adressées à ces modèles d’accès à l’information développés dans le cadre de ce paradigme : les méthodes, les résultats et les finalités de ces différents travaux ne sont pas identiques.

  • D’abord les finalités, on constate que certains s’intéressent plus aux différences entre pratiques de recherche observables sur le terrain et des analyses de pratiques d’un point de vue psychologique.

  • Les méthodes décrivent soit des pratiques d’accès à l’information (pratiques de recherche, de repérage ou d’utilisation de l’information) (Wilson 1999), soit des pratiques de recherche médiatisée et en particulier de recherche documentaire (Ingwersen, 1992).

  • Les résultats : ces descriptions nous interrogent sur le nombre exact d’étapes nécessaires pour effectuer une recherche d’information : les modèles de Ellis (8 étapes), de Kuhlthau (6 étapes), de Tenopir (8 étapes), ou de Cheuk (10 étapes) sont là pour nous montrer cette dimension de la complexité de l’analyse et la difficulté d’arriver à des résultats uniques.

14Ce cadre ne peut, par conséquent, nous satisfaire puisque l’ensemble des modèles théoriques décrivant les pratiques d’accès à l’information sont analytiques et/ou descriptifs, presque toujours perçus comme linéaires. Un problème majeur de ce paradigme « orienté usages » est la définition des principales notions comme celle de « besoin d’information » ou « besoin informationnel » qui, comme le souligne (Chaudiron, 2002) « [.]…doit être mieux défini pour pouvoir être utilisé correctement afin de proposer une modélisation des usagers et de leurs comportements ». Il faut développer de nouveaux modèles qui tiennent compte à la fois de la réalité sociale et du contexte professionnel afin de formuler d’autres hypothèses plus pertinentes. Une nouvelle approche théorique et méthodologique plus centrée sur le monde professionnel devient nécessaire.

II. POUR UN NOUVEAU CADRE CONCEPTUEL À LA FOIS THÉORIQUE ET MÉTHODOLOGIQUE

L’ÉMERGENCE D’UN MODÈLE « ORIENTÉ ACTIVITÉ »

15La science de l’information a connu une évolution paradigmatique forte depuis un certain nombre d’années. Jusqu’à la fin des années 70, les travaux sur les recherches documentaires dans cette discipline se sont déroulés sous le paradigme classique orienté système. Ensuite avant les années 90, un nouveau paradigme a émergé : le paradigme cognitif orienté-utilisateur. L’utilisateur et son interaction avec le système d’information étaient devenus le centre d’intérêt de ce courant. Le système d’information étant considéré comme un système de communication entre un producteur d’information ou auteur et un utilisateur (Metzger et al.).

16Dans la décennie des années 90, le paradigme social « orienté usages » qui s’intéresse d’abord aux usages est apparu (Wilson, 1999), (Le Coadic, 1998), (Ellis, 1997). Le « le paradigme usager » considère que l’attention doit être portée sur les besoins réels de l’usager et son environnement.

17Dans les années 1999-2005, un nouveau courant de recherche « orienté activité », va se développer. Courant où l’acteur, celui qui se trouve dans l’action et qui agit, doit être au centre de l’analyse. (Choo, 1998) ou (Järvelin, 2003) nous ont ouvert cette voie de recherche, même si une faiblesse des travaux dans ce domaine est constatée ? Ce courant de recherche fait appel aux avancées et aux concepts développés par différentes théories, notamment :

technique (« Interaction Homme-Machine ») ;
cognitive (la théorie de la cognition distribuée avec (Hutchins, 2003), l’analyse du travail cognitif de (Fidel, 2004) ;
et organisationnelle (comme la théorie des cadres de (Goffman, 2001).

18Les approches retenues sont majoritairement de type sociocognitif (Hjørland, 1997). Elles expliquent les pratiques d’accès à l’information professionnelle. Or, nous voulons nous intéresser non pas à l’utilisateur, mais à l’information que l’acteur cherche et utilise. Dans un contexte professionnel, nous prenons en compte la situation de travail. Nous considérons que l’activité influence plus ou moins directement les pratiques d’accès à l’information.

19Notre hypothèse est que l’action de recherche d’information d’un médecin est contrainte par son activité hospitalière.

UNE ÉVOLUTION CONCEPTUELLE DES PRATIQUES D’ACCÈS À L’INFORMATION

20Redéfinissant les principales notions de ce nouveau courant « orienté activité », nous emprunterons à (Thivant, 2005) cette remarque qui stipule que « …la pratique informationnelle peut être considérée comme l’ensemble des actions et des choix de l’individu lors d’une phase de recherche d’information en vue d’une action, provoquée par les nécessités des situations, par certains états inadéquats ou anomalies de connaissance ou manques informationnels pour réaliser ces activités…. » À partir de cette définition, nous suggérons que la pratique informationnelle est encadrée à la fois par l’activité, la situation donnée, et le contexte socioprofessionnel au sens large. L’activité fait partie du contexte pour la pratique informationnelle.

ACTIVITÉ INFORMATIONNELLE ET INFORMATION ORGANISATIONNELLE AU CŒUR DU MODÈLE « ORIENTÉ ACTIVITÉ »

21« L’activité d’information recouvre la manière dont un individu agence pour son compte informations et documents et mobilise des ressources disponibles dans des dispositifs et à travers des outils de plus en plus nombreux » (Guyot, 2001). Et progressivement les acteurs rationalisent et standardisent les outils technologiques pour gagner en efficacité (espaces de médiations documentaires).

22De l’information organisationnelle nous empruntons à (Choo, 1998) le processus d’accès à l’information en trois étapes centrales : le besoin, la recherche et l’utilisation de l’information. Il développe le « cube de l’information organisationnelle » qui représente les principales étapes de la prise d’une décision pour un professionnel dans une organisation type : un besoin d’information émerge chez un professionnel qui se trouve dans une situation professionnelle affective et cognitive donnée, avec le temps et les moyens dont il dispose, il se lance dans des recherches d’information créant ainsi des savoirs pour une prise de décision ultérieure à l’aide de l’information recueillie.

23En outre, lorsqu’il s’agit de rechercher de l’information, le professionnel est contraint par les choix technologiques de son entreprise (présence ou non de systèmes de gestion électronique de documents (GED) ou de processus métiers (workflow) adaptés…

24Que se passe-t-il chez des médecins en contexte hospitalier ?

III. MODÉLISATION DU COMPORTEMENT INFORMATIONNEL DES MÉDECINS EN CONTEXTE HOSPITALIER

25En milieu hospitalier, la mise à jour des connaissances pour l’activité de soins fait des médecins de gros consommateurs d’informations. Selon l’étude de (Smith, 1996), un médecin utiliserait en moyenne près de deux millions d’informations pour gérer les problèmes de ses malades et passerait un tiers de sa vie professionnelle à les recueillir et/ou à les traiter. Les connaissances médicales au-delà des supports traditionnels de diffusion, sont accessibles à travers les ressources nombreuses du Web. Cette surcharge informationnelle a profondément modifié le comportement des médecins.

26Comment les pratiques informationnelles sont-elles vécues en contexte hospitalier ? Le web a-t-il rompu l’isolement des médecins ou les a-t-il émancipés en matière de recherche d’information ? Pour en savoir mieux, une enquête a été menée auprès des médecins en activité hospitalière dans les HCL du Rhône.

27Objectifs : Caractériser puis préciser les besoins en information des médecins en activité dans un contexte hospitalier et décrire les comportements informationnels qui en découlent, Analyse taxonomique des questions que ces derniers se posent pendant les actes de soins.

28Caractéristiques de principaux paramètres d’analyse : Nombre de questions posées, suivies et répondues ; sujet et type générique d’information recherchée pour chaque question ; temps d’attente de réponses obtenues ; ressources et outillages de recherche d’information utilisés ; sources d’information utilisées.

MATÉRIEL ET MÉTHODES

29Notre méthodologie est fortement dépendante du cadre théorique et des postulats sous-jacents explicités ci-dessus. Ce cadre théorique stipule que l’activité de soins influence les comportements informationnels des médecins.

30Des entretiens semi-directifs et des observations « in situ » et « de visu » ont été effectués auprès d’un panel de 48 médecins en service dans les Hospices Civils de Lyon (HCL) de Février à octobre 2005. Chaque entrevue durait environ une heure de temps. Nous étions particulièrement intéressés par les praticiens hospitalo-universitaires en raison à la fois de leur mobilité dans les cadres de la recherche, de soins, d’enseignement et de leur relation avec les services d’accès à l’information. Pour construire notre échantillon, nous avons utilisé le fichier d’adresses des médecins du Grand Lyon fourni par les HCL de Lyon.

31L’entretien semi-directif et le questionnaire proposé concernent trois problèmes majeurs :

  • L’analyse de l’activité ;

  • Le problème de l’accès à l’information (globalement de la place de l’activité informationnelle au cœur de cette activité) ;

  • Les représentations des médecins sur les nouveaux services d’accès à l’information.

32Et autre question qui nous a semblé importante pour évaluer les écarts de comportements d’accès à l’information : Dans le cadre de l’accès à l’information pour l’action, avez–vous souvent besoin d’une médiation pour traduire votre requête afin de rendre possibles et utilisables les réponses obtenues ?

33Un enregistrement audio et une prise de notes de leurs discours étaient effectués.

DESCRIPTION ET ANALYSE DE L’ACTIVITÉ DE SOINS EN CONTEXTE HOSPITALIER : UN PROCESSUS RELATIVEMENT COMPLEXE

34Pour pouvoir analyser les pratiques d’accès à l’information nous devons d’abord analyser l’activité hospitalière de soins. Ainsi les relations entre les professionnels de l’information documentation, les infirmiers, les internes et la circulation de l’information entre ces acteurs peuvent être mieux expliquées. De façon globale, nous avons rencontré et interviewé 48 médecins (niveau MCF), 6 professionnels en information documentation, une douzaine d’infirmiers et 10 internes dans les hôpitaux (HCL).

35L’activité de soins est complexe, que ce soit pour des actes diagnostiques ou thérapeutiques. Elle consiste à être attentif aux malaises des patients et à leur apporter des réponses à la fois diagnostiques et thérapeutiques : il faut pouvoir diagnostiquer une maladie, cibler le centre de la peine, proposer un traitement thérapeutique. Ensuite, il faut être capable d’anticiper ce traitement en prévision d’autres effets secondaires. Au final l’activité de soins tourne autour de trois caractéristiques principales (diagnostiques, thérapeutiques, actualités médicales). Pour nous, une caractéristique regroupe un ensemble d’éléments informationnels plus ou moins homogènes. Le médecin est fortement contraint par le cadre de son activité. Au fur et à mesure que de nouveaux indices informationnels sont trouvés, il déclenche des phases de recherche et d’utilisation de l’information, tout de suite jusqu’à l’aboutissement d’un protocole de soins.

IDENTIFICATION DES PRATIQUES D’ACCÈS À L’INFORMATION DES MÉDECINS : LES INDICES INFORMATIONNELS AU CŒUR DE L’ACTIVITÉ DE SOINS

36Nous avons analysé les besoins en information propres aux 48 médecins pendant des journées de pratique hospitalière. Nous avons considéré les 10 dernières questions posées par chacun des médecins du panel précédant notre entrevue. Les médecins se sont posés 480 questions au total qui participent de la gestion hospitalière des patients (activité de consultation, diagnostique et thérapeutique).

RÉSULTATS

3748 médecins contactés ont été à la fois interviewés et observés. Leur âge moyen est de 40 ans. Tous ont accès à Internet. Ils recherchent trois types d’information dans le cadre des activités de soins : l’information diagnostique, l’information thérapeutique et l’actualité médicale. Les questions ont un lien avec toutes les spécialités médicales et les problèmes individuels des patients. Seulement 30 % des réponses aux besoins d’information des médecins sont satisfaits pendant la visite du patient. Souvent, la recherche d’information est effectuée par un collègue, un assistant ou un interne. Les raisons liées à la durée de vie de l’information retrouvée, la méconnaissance des sources pertinentes et le temps requis pour retrouver l’information voulue ont été évoquées. Des méthodes mieux adaptées sont réclamées dans la provision et mise à disposition de l’information dont ont besoin les médecins.

38Des 480 questions recensées, celles relatives à la prescription des médicaments, à la gynécologie-obstétrique, aux maladies infectieuses des adultes… étaient les plus dominantes et représentaient 36 % de l’ensemble des questions posées. Une analyse de l’ensemble des questions a permis d’identifier plusieurs catégories ; les 3 types communs les plus importants représentent 24 % de toutes les questions posées. Leur nature : « quelle est la cause du symptôme X ? », « Quelle est la dose du médicament Y ? », et « Comment pourrais-je gérer la maladie retrouvée dans X ? »

39Les réponses à la plupart des questions (308, 64 %) n’étaient pas instantanément suivies ou obtenues, mais, parmi celles suivies, plusieurs (384, 80 %) avaient obtenu des réponses. Les médecins consacrent en moyenne moins de 5 minutes à la recherche d’une réponse à leurs questions avec les outils dont ils disposent dans leur bureau. Ils font appel aux sources documents papier disponibles, à des ressources humaines spécialisées (infomédiaires) ou « surfent » eux-mêmes sur le web.

40Une synthèse de nos résultats fait apparaître que les médecins en phase de diagnostic se posent en moyenne 3,2 questions pour chaque 10 patients. Lorsqu’ils cherchent la réponse à une question, ils sont alors confrontés à plusieurs obstacles, dont certains sont jugés particulièrement importants notamment la durée excessive des recherches, la difficulté de choisir une stratégie de recherche optimale, la difficulté à synthétiser en une connaissance unique les différentes ressources retrouvées ou la défaillance d’une ressource qui paraissait à priori adéquate, etc.

41De cette synthèse des résultats, nous avons pu classer les besoins informationnels des médecins en plusieurs catégories :

  • ceux que le médecin peut satisfaire sans avoir recours à un tiers ou à un document, c’est-à-dire ceux pour lesquels il connaît la réponse ;

  • ceux qui nécessitent le recours à un collègue, un document, une banque de données bref, une source d’information ;

  • et enfin ceux dont il n’a pas conscience : questions non formulées, besoins non exprimés.

42Cette étude révèle par ailleurs que même si les sources d’information souvent hétérogènes sont utilisées, elles posent de sérieux problèmes aux médecins qui cherchent à fusionner et à « intégrer » dans les actes hospitaliers les informations provenant de ces sources.

43Les résultats montrent un usage croissant du Web pour accéder à l’information sans doute dû à l’offre importante des sites médicaux. La plupart ayant recours à leur bibliothèque personnelle, préfèrent les voies traditionnelles d’accès à l’information (presse médicale papier,…). Certains sollicitent des confrères ou des visiteurs médicaux ou des infomédiaires. D’autres utilisent le web mais l’information capturée y est parfois jugée peu fiable.

44Aux différentes réponses obtenues de la question : « …dans le cadre de l’accès à l’information, avez–vous souvent besoin d’une médiation pour traduire votre requête et rendre possibles vos réponses ?… », nous avons établi une typologie de comportements informationnels des médecins en déterminant, au regard de l’analyse, trois types d’usagers :

45La première catégorie est celle que nous désignons par « médecins conservateurs ». Ils sont au nombre de 9 et se caractérisent par une certaine résistance, ne faisant aucun effort pour utiliser le web au moment de rechercher de l’information. Tâche qu’ils confient souvent à des intermédiaires que sont leurs collègues spécialistes de la documentation et de l’information médicales. Très attachés aux modes traditionnels d’accès à l’information (presse médicale papier et infomédiaires…), ils n’attribuent aucune utilité à la capture de l’information médicale sur Internet.

46La deuxième catégorie est celle des « médecins intégrateurs », à la fois modérés et sceptiques. Ils sont au nombre de 12. Ils se caractérisent par une « hybridation des usages », c’est-à-dire que les nouveaux outils d’accès et de recherche d’informations se combinent aux anciens. Ils se servent à la fois des infomédiaires et de la navigation numérique personnelle pour obtenir des réponses et accéder à l’information dont ils ont besoin pour l’activité.

47Enfin les médecins que nous désignons par « internautes militants » (27) sont généralement des passionnés du web médical. Ils maîtrisent les adresses des différents sites médicaux et les combinaisons des diverses stratégies de recherche. Ils surfent régulièrement et se servent de l’information capturée sur le web au cours de l’activité.

DISCUSSION

48Le comportement informationnel du médecin est conditionné par un certain nombre de facteurs : l’héritage culturel dans un secteur où la transmission des connaissances s’effectue plutôt au chevet du malade, les habitudes de communication, le partage des informations, la motivation personnelle à utiliser ou non un ordinateur pour capturer de l’information.

CONCLUSION

49Les médecins à travers cette étude n’obtiennent pas directement souvent toutes les réponses aux questions qu’ils se posent pendant leurs activités de soins. Ils sont partagés entre le recours à une médiation (infomédiaire…) en vue de s’approprier la meilleure information disponible pour leur action et le désir d’aller s’investir eux-mêmes sur le web pour la recherche de cette information. L’analyse des résultats de notre enquête montre une tendance portée plus sur la navigation numérique même si la solution hybride (qui consiste à la fois à naviguer et à faire appel à un infomédiaire) est souhaitée par un bon nombre d’enquêtés.

50Cette recherche propose un nouveau cadre théorique et méthodologique pour faire passer la modélisation des comportements informationnels des professionnels d’un paradigme « orienté usages » à celui d’un modèle « orienté activité ». Elle souligne aussi la nécessité de prendre en considération la spécificité de l’information professionnelle au sens large, qui dépend de l’activité des acteurs étudiés.

51D’un point de vue théorique, le modèle « orienté activité » met l’accent sur les informations indispensables à l’activité et au contexte professionnel.

52D’un point de vue méthodologique, ce modèle recommande l’utilisation de plusieurs méthodes qualitatives conjointes, plutôt de type sociocognitif, mais pas seulement pour connaître précisément les activités informationnelles des professionnels. Il peut nous permettre de comprendre le processus de la chaîne documentaire qui part de la conception de documents jusqu’à sa diffusion.

53Dans un registre pratique, ce modèle peut aussi permettre de réfléchir à une amélioration des systèmes d’information dans les organisations au niveau de la gestion électronique des documents. Enfin, le modèle présenté nous permet de développer de meilleures représentations des pratiques d’accès à l’information pour une activité professionnelle donnée et une meilleure visibilité des activités et pratiques informationnelles au cœur d’une activité dans les organisations.

Bibliographie

BIBLIOGRAPHIE

Bates (M.J.), « Towards an integrated model of information seeking and searching », dans Wilson (T.) and Barrulas (M.), dir., The New Review of Information Behaviour Research. Studies of information seeking in context, vol. 3, 2002, p. 1-16.

Chaudiron (S.) et Ihadjadene (M.), « Quelle place pour l’usager dans l’évaluation des SRI ? Recherches récentes en Sciences de l’Information, convergences et dynamiques », Actes du colloque MICS-LERASS, Toulouse, ADBS, 21-22 mars 2002, p. 211-233.

Choo Chun (W.), The Knowing Organization: How organizations use information to construct meaning, create knowledge and make decision, New York, Oxford University Press, 298 p.

Cote (C.), « Conception de systèmes d’information utilisés dans le cours d’une activité : méthodologie et outils de formalisation pour l’identification des opportunités informationnelles », dans Colloque ISKO, Lille, 1997, 10 p.

Dervin, (B.), « A Sense-Making Methodology primer: What is methodological about Sense-Making », [papier présenté au] Meeting of the International Communication Association, San Diego, CA, 2003.

Ely (J.W.), Osheroff (J.A.) et al., « Obstacles to answering doctors' questions about patient care with evidence: qualitative study », British Medical Journal, n° 324 (2002), p. 710.

Guyot (B.), « Une activité méconnue : l'activité d'information », Colloque ICUST (France Telecom recherche). Penser les usages, Paris, ENST, 1214 juin 2001, 12 p.

Henneron (G.), Metzger (J.P.), Polity (Y.), « Information et activité professionnelle », Rapport intermédiaire en sciences sociales et humaines, Ersico, Université Lyon 3, 12 p.

Hutchins (E.), « Médiation Technique et Cognition : cognition située, individuelle et collective », Bonas, 10-21 juillet 2000, p. 1-32.

Järvelin (K.) and Wilson (T.D.), « On conceptual models for information seeking and retrieval research », Information Research, vol. 9, n° 1 (Mars 2003), 169p. (Disponible sur http://InformationR.net/ir/9-1/paper163.html).

Le Coadic (Y.), « Le besoin d’information, formulation, négociation, diagnostic », Série études et techniques, La Fierté Macé, ADBS, 4e trimestre 1998, p. 191.

Metzger (J.P.), Palermiti (R.), Moriset (C.), « Systèmes d’information dans le cadre d’une activité professionnelle », Actes de la 5ème Conférence internationale de l’ISKO, Université de Lille 3, 25-29 août 1998.

Saracevic (T.), « Extension and application of the Stratified Model of Information retrieval interaction », Proceedings of the Annual Meeting of the American for Information Science, vol. 34 (1997), p. 313-327.

Tietse (S.), « Construction de la valeur d’usage des sources d’information stratégique en médecine », Documentation et Bibliothèques, vol. 50, n° 4 (Octobre/Décembre 2004).

Wilson (T.D.), « Models in information behaviour research », Journal of Documentation, vol. 55, n° 3 (1999), p. 249-269.

Auteur

Ater, Laboratoire GERIICO, Université Charles de Gaulle, Lille III

© Presses universitaires François-Rabelais, 2008

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540