Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

La situation délibérative dans le débat public

 | 
Bernard Castagna
, 
Sylvain Gallais
, 
Pascal Ricaud
, 
et al.

Problèmes de mise en œuvre

Le modèle académique. Un processus délibératif orienté vers le gouvernement de l’opinion publique

Corinne Delmas

Texte intégral

1La délibération propre aux académies est un type de délibération très spécifique et particulièrement heuristique pour qui veut étudier les liens entre délibération publique, production de connaissance et action publique et interroger la généalogie de ces liens. C’est pourquoi nous partirons de l’étude des délibérations de l’Académie des sciences morales et politiques (ci-après ASMP) au XIXe siècle, c’est-à-dire d’une institution à la fois savante et politique, par son recrutement (grands commis de l’État, d’hommes politiques nombreux, universitaires...), par ses travaux, qui présentent une double dimension pratique et propédeutique, par ses fonctions, cette académie étant largement orientée vers l’action publique et le gouvernement de l’opinion publique. Les délibérations académiques sont par ailleurs ici particulièrement représentatives d’un idéal encyclopédique de dialogue entre les sciences, les sciences morales et politiques se présentant alors comme une mosaïque de savoirs de la société et de sciences de gouvernement que sont la philosophie, la morale, la législation, l’économie politique et l’histoire, chacun de ces savoirs faisant l’objet d’une section au sein de l’ASMP. L’ASMP est enfin la dernière née de l’Institut. Créée en 1795 avec celui-ci, supprimée en 1803, restaurée à l’initiative de François Guizot en 1832, il s’agit donc d’une institution s’inscrivant dans l’État mais bénéficiant d’un statut spécifique lui garantissant une large autonomie. Il s’agit également alors, à un moment où l’Université est assignée à la collation des grades, d’un lieu vif de savoir et d’un aéropage de savants particulièrement prestigieux.

2C’est dire que ce cas est intéressant pour amorcer une réflexion sur les liens entre la science, la sagesse, la délibération et l’action. Après avoir interrogé la réalité de la pratique délibérative académique et ses spécificités (I), nous verrons dans quelle mesure cette institution constitue un espace public et les conséquences de cette ouverture et de l’orientation des travaux académiques vers l’action et le gouvernement de l’action publique sur la pratique délibérative (II), dont nous aborderons enfin les limites (III).

I. UNE PRATIQUE DELIBERATIVE

3Les débats académiques sont des débats savants égalitaires tandis qu’une pratique délibérative ayant pour fin la recherche d’un compromis se généralise.

  • 1 L’ASMP regroupe en 1832 trente membres titulaires, chaque section étant composée de six membres ti (...)
  • 2 L’organisation du travail académique relève pour l’essentiel du bureau de l’Académie, constitué d’ (...)
  • 3 Ces séances sont donc plus publiques qu’on ne pourrait le supposer, l’Académie se formant en comit (...)
  • 4 Les séances publiques ou solennelles sont organisées strictement. Chaque année, l’Académie rend pu (...)

4L’idéal égalitaire prévaut au sein d’un Institut perçu comme corps unitaire et dans les Académies : égalité entre les académiciens de même rang (membres titulaires, membres libres, associés étrangers, correspondants, seuls les membres titulaires étant des académiciens de plein exercice1), égalité se concrétisant au niveau de l’organisation des débats, des lectures, du vote. Ainsi, tous les participants à une séance académique (membres de l’ASMP et de l’Institut, participant de plein droit aux séances académiques, et personnalités invitées) peuvent participer aux débats toutefois dirigés et largement menés par les académiciens. Un débat égalitaire prévaut à tous les niveaux : travail en commission, préparation des séances au sein des sections2, séances hebdomadaires dites « ordinaires » dans lesquelles seuls les membres de l’Institut sont admis de plein droit à faire des lectures mais où des personnes extérieures à l’Institut peuvent toutefois être autorisées à lire ou faire lire un mémoire3, et les séances annuelles et publiques4.

5Les débats de l’ASMP prennent souvent la forme de véritables délibérations en ce qu’ils visent à aboutir, à travers des argumentations très articulées, à une opinion faisant consensus entre les membres et qui puisse être identifiée comme celle de l’institution. La délibération a ainsi pour fin la recherche d’un compromis, i.e. d’une position commune pouvant être adoptée par voie de scrutin et devenir ainsi la position officielle de l’institution elle-même.

6Cette délibération fait l’objet d’une généralisation très libre sur de multiples sujets : présentation d’ouvrages envoyés à l’Académie, discussion de mémoires présentés, discussions sur les prix, discussions sur la publication de tel ou tel travail académique... Par ailleurs, si la vie académique s’appuie largement sur les règlements de l’Institut et de l’ASMP, elle est également largement soumise à des règles fixées au coup par coup en séance, à la suite d’une délibération et d’une adoption de la décision par le biais d’un vote.

  • 5 Cf. Chevalier de Borda, Mémoire sur les élections au scrutin, in Histoire de l’Académie (Académie (...)
  • 6 Cf. Patrice Gueniffey, Le Nombre et la raison. La Révolution française et les élections, Paris, éd (...)

7Le mode de scrutin utilisé pour les élections académiques, spécifique à l’Institut, atteste particulièrement de ce souci du compromis et de la recherche de l’unanimité au sein de ce type de cénacle. Il diffère en effet des techniques adoptées pour les assemblées politiques et les autres autorités et semble répondre tout autant à des préoccupations d’ordre purement internes, d’organisation académique - en particulier la recherche de l’unanimité, de la manifestation de l’opinion de la collectivité dans son ensemble - qu’à un souci méritocratique et de justice électorale. Le père de ce mode de scrutin, Borda, ouvrait son mémoire sur ce double souci de donner « aux électeurs le moyen de prononcer sur le mérite de chaque sujet », et de « taire connoïtre d’une manière assez complète leur opinion sur les différents sujets représentés »5. Il s’agissait surtout de résoudre un paradoxe peu propice à la paix académique, la méthode consistant à demander un seul nom à chaque votant ne conduisant pas forcément à une majorité absolue et la majorité simple pouvant désigner un candidat qui, plébiscité par une petite majorité, rejeté par une grosse minorité, n’était manifestement pas le préféré de la collectivité, et cela au détriment d’un éventuel troisième candidat relativement supporté par tout le monde. La méthode de Borda propose de surmonter ce paradoxe en tenant compte de l’ordre des préférences de chaque votant. Il n’est pas douteux que le choix d’un tel mode de scrutin pour l’Institut en 1795 réponde tout autant à un souci analogue qu’à une volonté d’équité, à un moment où l’élection demeure perçue comme un mode d’institution de l’autorité et de régulation des conflits politiques6.

II. LA CONCILIATION DE LA PUBLICITÉ ET DE LA PRATIQUE DELIBERATIVE

8Dispensateur de Lumières, conçu par ses fondateurs de 1795 comme le « flambeau de la République », l’Institut donne la plus large publicité possible à ses recherches : toutes les classes publient chaque année leurs découvertes et leurs travaux, ainsi que, séparément, les mémoires de leurs membres et de leurs associés, les pièces qui auront remporté les prix, les mémoires des savants étrangers qui leur seront présentés et la description des inventions nouvelles les plus utiles.

9Un souci de publicité domine particulièrement au sein de l’ASMP qui s’explique par l’origine et par les fonctions de cette institution.

  • 7 Exposé des motifs à l’Ordonnance du roi qui rétablit dans le sein de l’Institut royal de France l’ (...)

10La restauration de l’ASMP avait été rendue possible par la libéralisation d’un régime s’appuyant par ailleurs sur la science et la raison dans un contexte marqué par le règne de l’opinion publique avec le développement de la presse et de la critique. D’où l’utilité d’une ASMP pour le pouvoir. Ce sont du moins les arguments développés par François Guizot qui précise : « Les motifs de cette proposition sont puisés dans les principes mêmes du gouvernement de Votre majesté, de ce gouvernement qui s’appuie sur la raison publique et qui veut donner à toutes ses créations les caractères de l’esprit du siècle et du génie national. Les sciences morales et politiques ont exercé de tout temps un grand attrait sur les esprits et une grande influence sur les peuples. Mais à aucune époque, chez aucune nation, elles ne sont parvenues au degré d’importance, de publicité, d’autorité que, de nos jours elles ont atteint dans notre pays. Elles influent directement sur le sort de la société, elles modifient rapidement et les lois et les mœurs. On peut dire que, depuis un demi-siècle, elles ont joué un rôle dans notre histoire. » Transparaît sous ces fleurs rhétoriques l’argument massif : les sciences morales et politiques pourront être un précieux auxiliaire du pouvoir en constituant désormais un facteur d’ordre. Ainsi, souligne Guizot, à un moment où « la raison s’honore de consolider les fondement des plus nobles croyances de l’humanité [...] les sciences morales et politiques serviront désormais (on peut l’espérer) à raffermir ce qu’elles ont jadis ébranlé. »7

  • 8 Au sens d’Habermas (L’Espace public. Archéologie de la publicité comme dimension constitutive de l (...)
  • 9 Cf. Charles Ledre, La presse à l’assaut de la Monarchie, 1815-1848, Paris, A. Colin, 1961, p. 244.
  • 10 Cf. Frédéric Barbier, « Une production multipliée », in Henri-Jean Martin, Roger Chartier (dir.), (...)

11L’orientation des travaux académiques attesteront d’un double souci de conseil au gouvernement et d’éducation d’une opinion publique. Il s’agit, pour reprendre la formulation précitée de Guizot, de contribuer à « la propagation des vérités les plus utiles ». Il s’agit tout autant de formation que d’information d’une opinion éclairée. Les sciences morales sont des sciences de l’opinion au sein d’une Académie qui peut être perçue comme le foyer d’un sens commun, d’une idéologie congruente à celle du régime auquel cette institution apporte de surcroît l’autorité de la science. Ce rôle de formation de l’opinion publique induit que l’Académie participe à l’« espace public ».8 Et l’Académie va très vite se concevoir comme un relais d’opinion disposant de moyens de publications : publication de comptes rendus de séances dans divers journaux (Le Temps, le Journal de l’Instruction publique, le Moniteur Universel, le Siècle, le Journal des Economistes, etc.), publication des Mémoires de l’ASMP et surtout, à partir de 1842, de l’essentiel de ses travaux sous la forme d’une publication périodique, les Séances et Travaux de l’ASMP... Au total, la circulation des travaux académiques est donc loin d’être négligeable si l’on prend en compte la divulgation par voie de presse, à un moment où le Moniteur universel a un tirage de 2 300 exemplaires environ, le Temps un tirage de 2 000 exemplaires et le Siècle un tirage de 33 000 exemplaires9 . Le niveau de souscriptions des Séances et Travaux est de 200 à 250 exemplaires, et le tirage des Mémoires de l’Académie est de 750 exemplaires. Si ces chiffres sont inférieurs au tirage moyen toutes publications confondues - de 1 950 exemplaires en 1840 et de 2 787 en 1860 - ils correspondent au type d’économie traditionnelle qui est celle de l’imprimeur Firmin Didot-dont les tirages oscillent entre quelques centaines et 3 000 exemplaires - et ils se tiennent en bonne place par rapport aux publications équivalentes émanant d’autres cénacles (rapports, comptes rendus, mémoires de sociétés savantes, de compagnies, etc., dont le tirage excède rarement 500 exemplaires)10 . Ajoutons que ces chiffres - particulièrement le tirage des Mémoires, qui sont largement envoyés en province par le biais notamment des correspondants - signifiaient que l’on pouvait escompter un lectorat, à Paris, en Province et à l’étranger, de plusieurs milliers de personnes - entre 8 000 et 10 000, si l’on prend en compte notamment les réseaux de diffusion que constituent les académies de province et étrangères.

  • 11 Cf. Elise Feller, Jean-Claude Goeury, « Les archives de l’ASMP. 1832-1848 », Archives historiques (...)

12Si l’ASMP a le souci de rendre public ses travaux, elle s’efforce de susciter également une expertise par le biais des concours ainsi que de la possibilité, pour des intervenants extérieurs, de présenter en séance ordinaire des travaux. L’Académie s’ouvre ainsi aux profanes, s’efforçant de susciter de l’expertise par le biais des concours qui portent largement sur des questions d’actualité, en débat, au premier rang desquelles la question sociale. Il s’agit pour les candidats de procéder à un état des lieux de la question et de faire des propositions de réforme. Les règles de ces concours (anonymat, absence de conditions formelles clairement affichées, prise en compte de tous les mémoires envoyés dans les délais, etc.) permettent à des autodidactes (parmi lesquels des artisans et quelques femmes) de participer, de faire entendre leur voix et d’être lus et commentés par des membres de l’Académie, chaque mémoire faisant l’objet d’un rapport rendu public. En ce sens, l’Académie participe là encore d’un espace public. Et ces candidatures sont intéressantes à plus d’un titre : quant aux représentations de l’institution académique, du pouvoir politique, quant aux rapports entre savants et profanes également. Ces mémoires qui attestent également de l’activité foisonnante de l’académie, sont révélateurs d’une pensée populaire autonome. L’on peut enfin être frappé par la confiance avec laquelle, du moins dans les années 1830, des travailleurs adressent à l’Académie des développements manifestement éloignés de la pensée officielle, des développements représentant par ailleurs pour eux un investissement en temps, en peine, et en manque à gagner tels que « l’on est bien obligé d’admettre que, dans ses débuts, l’Académie a pu apparaître comme une instance de recours, capable de promouvoir une pratique sociale nouvelle »11.

  • 12 Sur la littérature ouvrière, voir notamment : Michel Ragon, Histoire de la littérature prolétarien (...)
  • 13 Luc Boltanski, Prime éducation et morale de classe, Paris, Mouton, 1959, p. 49.

13Mais il s’agit aussi pour l’Académie de contribuer à la pacification sociale et de faire oeuvre pédagogique par cette ouverture et par la captation de la parole ouvrière. La peur d’une subversion violente de l’ordre établi qu’inspirent les classes populaires à la bourgeoisie du XIX e siècle motive un effort d’apaisement qui peut, au sein des académies, prendre la forme d’une entreprise pédagogique. Le projet académique s’inscrit ici dans un mouvement de socialisation de la littérature ponctué par la parution des premières brochures des militants ouvriers, tailleurs, compositeurs et cordonniers (Efrahem, Grignon, Jules Leroux...), à l’automne 1833 par la parution du Peuple de Michelet, en 1846, des Mémoires d’un compagnon d’Agricol Perdiguier etc. À l’heure de la naissance d’une littérature d’inspiration populaire12, les concours ouverts par l’ASMP sont autant d’incitations à l’intention du peuple pour qu’il écrive, mais à des fins réformatrices. La divulgation du savoir est donc perçue comme un facteur de civilisation et de moralisation. Et « domestiqué, l’ouvrier échappe au peuple13 ». Apprivoisé par une académie, un prolétaire peut échapper à la contagion utopiste et socialiste et contribuer, en tant qu’avocat d’un système social qui autorise son « élection » ou sa reconnaissance savante, à cette œuvre pédagogique. Cette domestication suit le schéma classique de l’apprivoisement, au XVIIIe siècle, du philosophe, devenu un philosophe respectable, choyé et pensionné des salons, intégré par le « monde ».

  • 14 Ainsi de l’Atelier qui s’attache à « défendre le principe (de l’organisation du travail) ouverteme (...)
  • 15 Pour Genette, citations, plagiat et allusion constituent véritablement l’intertextualité dans la me (...)
  • 16 Le procédé est quasi-systématique. Sont particulièrement cités les travaux de Villermé et de Blanq (...)
  • 17 De l’article du journaliste ou du discours de l’homme politique. Réponse des ouvriers qui ne sont (...)
  • 18 Philippe Ariès, « Le secret de l’individu », in Philippe Ariès, Georges Duby dir., Histoire de la (...)
  • 19 Cf. William H. Sewell, Gens de métiers et révolutions. Le langage du travail de l’Ancien Régime à (...)
  • 20 Sur l’écriture intime, voir notamment : Alain Corbin, « Coulisses », in Georges Duby, Philippe Ari (...)
  • 21 Ce qui suppose « un renversement du système explicateur », l’acceptation et la reconnaissance d’un (...)

14Cette tentative échoue toutefois assez largement. Du côté de l’Académie, on se lamente sur la médiocrité des mémoires envoyés qu’entache surtout une insuffisante orthodoxie politique, quand ces mémoires ne se résument pas en un cri de colère de la part de leurs auteurs dont le travail est caractéristique de l’effort singulier d’une classe pour se nommer, pour exposer sa situation et répondre aux discours tenus sur elle, être reconnue, et non méprisée, effort qui domine après 1830. L’Académie est par ailleurs elle-même prise à partie par la presse ouvrière14 et la littérature ouvrière qui réfutent mais aussi détournent les textes académiques qui deviennent prisonniers de l’intertextualité par le jeu de citations15 subversives16 qui s’inscrivent dans le genre ouvrier par excellence de ce temps, repris aux journalistes bourgeois dans les jours de juillet 1830 par l’intermédiaire des typographes, qu’est le commentaire de texte17. À un moment où le sentiment de l’identité individuelle s’accentue et se diffuse18, dans la mesure également où les ouvriers ont participé en masse à l’insurrection de Juillet 1830, le souci ouvrier de s’exprimer publiquement19, la revendication identitaire et la volonté d’une reconnaissance de la dignité ouvrières sont fortes et transparaissent dans les mémoires académiques, occasion d’une prise de parole et d’une écriture sur soi20 réfractaires en même temps à toute emprise, soucieuse au contraire d’une reconnaissance de la dignité ouvrière21.

III. LES LIMITES D’UNE DÉLIBÉRATION ET D’UNE OUVERTURE : L’ACADÉMIE, UN LIEU NEUTRE

15L’échec de l’Académie est patent en 1848 où les positions se radicalisent et où l’affirmation d’une identité ouvrière tend à se recoder en combat politique tandis que le gouffre entre le groupe du monde des lettres et celui d’une bohème littéraire se creuse.

  • 22 Sur tout ceci, cf. notre thèse : Les rapport du savoir et du pouvoir. L’ASMP de 1832 à 1914, Unive (...)

16On pourrait parler ici au fond du paradoxe de savants et de politiques tentés de donner la parole à des profanes émanant du « peuple » mais rapidement confrontés au danger de voir déraper cette parole populaire. Cette tentative et ses limites posent également la question de l’interdiction de certains discours au sein de ce type de cénacle, de l’évacuation de la conflictualité, des contraintes pragmatiques pesant sur les discours académiques, des effets de censure à l’œuvre au sein de l’ASMP22.

  • 23 Au sens de : Pierre Bourdieu, Luc Boltanski, « La production de l’idéologie dominante », Actes de (...)
  • 24 L’on citera, pour l’ASMP, les controverses opposant les économistes aux philosophes spiritualistes (...)
  • 25 François Guizot, Mémoires pour servir à l’histoire de mon temps, Paris, Michel Lévy fr. éd., 1862, (...)
  • 26 Ibid., p. 16.

17L’ASMP se présente bien, lorsque l’on analyse ses débats et ses travaux, comme ses consoeurs, et nonobstant l’effectivité des discussions opposant ses membres, une ouverture politique et une indépendance certaines, comme un « lieu neutre »23 dont les débats se caractérisent par la prudence, la neutralité et la production de consensus. Les particularités de son recrutement social et intellectuel favorisent cette équanimité. Cooptation oblige, la place est en effet vite gagnée aux spiritualistes et aux doctrinaires au sein de cette Académie restaurée à l’instigation de Guizot et de ses amis. Par delà même les intentions explicites et les particularités du recrutement social, il est vraisemblable qu’une pratique égalitaire et unanimiste oriente ces sociétés savantes vers la production de consensus. Certes, la neutralisation de l’expression et la délimitation tacite du champ de discussion ne peuvent être toujours obtenues, et quelques controverses voire scandales rompent la sérénité des travaux académiques24. Mais ces « affaires », analogues à celles qui avaient pu avoir lieu au sein des académies dans la phase pré-révolutionnaire (tollé suscité par le mémoire de Jean-Jacques Rousseau sur l’originalité de l’inégalité, exclusion de l’Académie française de Castel de Saint-Pierre à l’unanimité moins une voix - celle de Fontenelle-, après la publication en 1718 de son Discours sur la polysynodie...), dévoilent justement, lorsqu’on les analyse, le statut ambivalent de ces lieux de savoir dont la proximité au pouvoir hypothèque l’indépendance. S’assignant pour tâche celle d’attirer « les esprits vers les études et les questions où ils peuvent s’exercer et se satisfaire sans se déchaîner ; [...] les [contenant] dans certaines limites de raison et de convenance en provoquant leur activité et en soutenant leur liberté »25, ces institutions présentent pour le pouvoir politique de nombreux avantages. Elles permettent, comme l’explicite Guizot, que « les forces vouées aux travaux intellectuels, les supériorités lettrées et savantes soient attirées vers le gouvernement, librement groupées autour de lui »26. L’ASMP se reconnaît comme premières et vraies vocations celles de rassembler, d’harmoniser et de pacifier, mais aussi, plus largement, de contrôler la vie intellectuelle. Objectif politique s’il en est, à un moment où la plupart des écrivains « sont égarés dans les abstractions, séduits par des utopies » et se sont rarement attaché à des thèses utiles et applicables ». Le discours et la pratique académiques confinent, dès lors, en l’organisation d’une censure, d’une « police des idées », qui répond d’autant mieux aux attentes de son créateur, Guizot, qu’elle prétend à l’immense pouvoir de produire et de dire la vérité. En même temps, le statut ambivalent d’un tel lieu de savoir semi-officiel et mettant en œuvre des sciences de gouvernement et de la société potentiellement critiques lors même que la proximité au pouvoir remet en cause sont indépendance incitent à la prudence les académiciens d’autant que les relations avec le pouvoir sont parfois tendues - ainsi des réactions ministérielles aux enquêtes académiques d’Adolphe Blanqui et des incitations consécutives du secrétaire perpétuel Mignet à la prudence.

  • 27 Sur l’idéal de service comme clef de voûte de l’académisme, cf. Daniel Roche. Le siècle des Lumièr (...)

18D’autres facteurs vont contribuer à remettre en cause l’effectivité des travaux et des débats académiques, dont la montée en force de l’érudition. L’on peut remarquer d’ailleurs combien l’élargissement de la publicité est concomitante à une baisse de l’effectivité des travaux d’une académie qui devient au moins autant un lieu de consécration qu’un lieu d’impulsion, de recrutement des compétences et de production d’un savoir. L’on peut constater la progressive fonctionnalisation neutralisante du débat, la discussion devenant formelle, le « consensus sur la procédure de la discussion (rendant) largement superflu l’accord sur le thème discuté » (J. Habermas). Il faudrait ajouter la tendance de tels cénacles (sociétés savantes, académies) et populations (petits groupes, regroupement d’élites) à la progressive montée en force de l’érudition, en raison notamment de la routinisation des travaux de cercles qui s’institutionnalisent et du destin bureaucratique de toute organisation et de toute profession tel qu’a pu l’analyser Weber. L’on peut ajouter les problèmes inhérents aux règles de la cooptation et à l’élargissement du nombre de candidats potentiels, qui posent la question des refoulés. Il faudrait également prendre en compte des facteurs plus exogènes, liés au contexte socio-politique - en particulier le renouvellement des élites-pour comprendre l’évolution de ces sociétés, fortement marquées par leurs origines - tant en raison du principe de cooptation que par leurs fonctions, leur organisation et leur statut, en grande partie fixés par leurs fondateurs (et le facteur historique, le poids d’une tradition pèsent particulièrement ici, l’ASMP étant fille de la Monarchie de Juillet et du libéralisme). Il faut également prendre en compte le développement d’autres lieux de savoir, le développement de l’Université et d’une science sociale universitaire et la multiplication des lieux d’expertise, privés et publics - une expertise endogène à l’État tendant à se développer au tournant du siècle - ce qui contribue à mettre en question le rôle et la position de l’ASMP. Enfin, le modèle scientifique sur lequel repose le travail académique est par ailleurs progressivement battu en brèche par le processus de spécialisation des savoirs. Le développement du positivisme et de la spécialisation savantes contribuent en effet à la remise en cause du modèle scientifique sur lequel repose le travail académique, à savoir d’une part un encyclopédisme, c’est-à-dire le dialogue possible entre les sciences, d’autre part la conception non positiviste d’une science conçue connue utile et normative dans cette institution où domine un idéal de service27.

IV. CONCLUSION

  • 28 Jean-Pierre Chaline, Sociabilité et érudition. Les sociétés savantes en France, Paris, éditions du (...)
  • 29 Sur cette définition : cf. notre article : « Pour une définition non positiviste de l’expertise (n (...)
  • 30 Ce modèle étant alternatif aux modèles décisionniste (décision politique sans fondement rationnel) (...)

19Étudier la vie académique au XIXe siècle implique donc de rompre avec la vision rétrospective que l’on en a trop souvent. L’on a pu par ailleurs souligner combien il peut être fallacieux de ne juger ces institutions qu’au vu des discours d’auto-célébration et du ritualisme compassé des grand-messes de cette sociabilité savante où chacun, en situation, joue un rôle convenu. « Une fois admis, en effet, les principes statutaires de fonctionnement interne et les usages de civilité qui n’est jamais que celle de la bonne société du temps, la vie quotidienne dans ce monde érudit ne paraît secréter ni ennui ni contraintes, offrant au contraire aux participants l’occasion d’un enrichissement intellectuel dans un cadre de sociabilité. »28 Et cela d’autant que ces lieux sont, au XIXe siècle, des lieux vifs de savoir et de recrutement de compétences, voire, s’agissant de l’ASMP, des lieux d’expertise mettant en œuvre des « sciences de l’agir », i.e. de « sciences pratiques » intégrant la connaissance normative29 qui invitent au fond à interroger plus largement l’articulation entre délibération, action publique, savoir d’expertise et opinion publique. Et il serait intéressant d’établir des parallèles, toutes proportions étant égales par ailleurs, entre ce modèle académique et d’autres formes de délibérations contemporaines orientées vers l’expertise et la production de connaissances que le premier peut contribuer à éclairer. L’on peut songer en particulier à la question de la conciliation entre l’expertise et le pluralisme dont rendent compte le développement et les limites de ce que nous pourrions appeler une « expertise autonome », qui posent la question des rapports entre expertise et démocratie et de l’émergence d’un « modèle pragmatique » du rapport savoir/pouvoir (au sens de Habermas), fondé sur l’interrelation critique entre le politique et l’expert et l’accessibilité du pouvoir et du savoir à la discussion publique30. C’est la question de la conciliation de l’expertise et du pluralisme, tant épistémologique que politique qui est ainsi posée. Pluralisme épistémologique dans la mesure où le développement d’expertises autonomes autorise la coexistence de diverses approches d’une même réalité apparemment adéquates et valides et d’avis diversifiés. Pluralisme politique également, qui rend possible la réalisation de la démocratie en ce qu’il permet l’expression de tous les intérêts, par le biais de divers groupes, associations, producteurs et/ou commanditaires d’expertise.

  • 31 Sur les liens entre l’intellectuel et l’expert et la conciliation entre expertise et engagement, c (...)

20Une autre question que soulève l’étude rétrospective du modèle académique de délibération est celle de l’accessibilité du pouvoir et du savoir (et d’ailleurs de quel savoir ?) à la discussion publique et celle de la conciliation entre travail d’expertise et engagement, position d’expert et d’intellectuel ou de grand clerc et nous songeons ici à la figure de l’intellectuel collectif, à la velléité bourdieusienne d’un corporatisme de l’universel et à la figure de l’intellectuel spécifique, au sens de Michel Foucault, qui ne sont pas sans présenter des analogies avec la figure du savant-expert qui domine au sein d’une institution telle que l’ASMP au XIXe siècle31.

Notes

1 L’ASMP regroupe en 1832 trente membres titulaires, chaque section étant composée de six membres titulaires (huit à partir de 1866) auxquels s’adjoignent cinq membres libres (dix au tournant du siècle), trente à quarante membres correspondants (puis quarante-huit) et cinq associés étrangers (six au tournant du siècle). Les membres libres et les associés étrangers ne sont spécialement attachés à aucune section. L’élection des académiciens suit sensiblement les mêmes règles que dans les autres académies de l’Institut.

2 L’organisation du travail académique relève pour l’essentiel du bureau de l’Académie, constitué d’un président, d’un vice-président et du secrétaire perpétuel. Le bureau décide de l’organisation et de l’ordre du jour des séances, assume l’essentiel des tâches administratives et représente l’Académie. Le travail lui-même se fait d’abord au sein des sections et des commissions, permanentes et temporaires (cf. titre V du règlement). Les différentes sections de l’Académie préparent les délibérations de l’Académie sur tous les objets relatifs à la branche des connaissances qui leur est attribuée.

3 Ces séances sont donc plus publiques qu’on ne pourrait le supposer, l’Académie se formant en comité secret chaque fois que l’ordre du jour l’exige. Ces séances ont lieu le samedi, de 15 heures à 17 heures puis le lundi à partir du 25 septembre 1944. Ces réunions suivent un cours largement codifié. Après un début de séance consacré à l’information et au fonctionnement interne du groupe, l’on aborde une activité proprement « savante », avec la communication de tel membre titulaire, la lecture du mémoire envoyé par un correspondant ou par une personne extérieure à l’Académie qui peut être également invitée à venir lire et débattre de son travail, enfin la discussion - parfois animée - que ces travaux suscitent dans l’assemblée, la complaisance mutuelle qu’on pourrait croire de règle cédant ici plus d’une fois à la controverse. La séance peut également être en partie consacrée à l’élection d’un nouveau membre.

4 Les séances publiques ou solennelles sont organisées strictement. Chaque année, l’Académie rend publique l’une de ses séances d’avril où après le compte sommaire des travaux académiques de l’année, le secrétaire perpétuel lit les notices historiques de membres, l’Académie proclamant ensuite le jugement porté sur les ouvrages envoyés aux concours, décernant les prix et faisant connaître les sujets qu’elle propose. S’ajoute la séance publique annuelle des cinq académies chaque 25 octobre (date anniversaire de la fondation de l’Institut) qui inaugure les réunions solennelles du dernier trimestre sous la Coupole et en costume. Le président y prononce l’éloge des membres décédés et le délégué de chaque académie fait une lecture. Ces séances publiques, qui ont lieu sous la Coupole, réunissent jusqu’à neuf-cents personnes - académiciens, autorités politiques, administratives, savantes, voire religieuses... - Cf. Archives nationales, fonds de l’Institut de France, F17 3590, distribution des billets.

5 Cf. Chevalier de Borda, Mémoire sur les élections au scrutin, in Histoire de l’Académie (Académie des sciences), année 1781, p. 657-665 (citations : p. 657-658).

6 Cf. Patrice Gueniffey, Le Nombre et la raison. La Révolution française et les élections, Paris, éd. EHESS, 1993, p. 10-11 (introduction).

7 Exposé des motifs à l’Ordonnance du roi qui rétablit dans le sein de l’Institut royal de France l’ancienne classe des sciences morales et politiques, 26 octobre 1832, dans Léon Aucoc, L’Institut de France. Lois, statuts et règlements, Paris, Imprimerie nationale, 1879, p. 123. C’est moi qui souligne.

8 Au sens d’Habermas (L’Espace public. Archéologie de la publicité comme dimension constitutive de la société bourgeoise, Paris, Payot, 1978).

9 Cf. Charles Ledre, La presse à l’assaut de la Monarchie, 1815-1848, Paris, A. Colin, 1961, p. 244.

10 Cf. Frédéric Barbier, « Une production multipliée », in Henri-Jean Martin, Roger Chartier (dir.), Histoire de l’édition française, tome III, Le temps des éditeurs, Paris, Promodis, 1985, p. 152-157.

11 Cf. Elise Feller, Jean-Claude Goeury, « Les archives de l’ASMP. 1832-1848 », Archives historiques de la Révolution française, 47, 1975, p. 580.

12 Sur la littérature ouvrière, voir notamment : Michel Ragon, Histoire de la littérature prolétarienne en France, Paris, Albin Michel, 1974 ; Edmond Thomas, Voix d’en bas. La poésie ouvrière du XIX e siècle, Paris, Maspéro, 1979.

13 Luc Boltanski, Prime éducation et morale de classe, Paris, Mouton, 1959, p. 49.

14 Ainsi de l’Atelier qui s’attache à « défendre le principe (de l’organisation du travail) ouvertement attaqué par la prétendue ASMP » dans le cadre du concours de 1845 sur les associations volontaires L’Atelier. Organe spécial de la classe laborieuse. 1840-1850, EDHIS repr., 1979, vol. fasc. n° 12, 1845, p. 2.

15 Pour Genette, citations, plagiat et allusion constituent véritablement l’intertextualité dans la mesure où il s’agit de la présence effective d’un texte dans un autre. Gérard Genette, Palimpsestes, la littérature au second degré, Paris, Seuil, 1982.

16 Le procédé est quasi-systématique. Sont particulièrement cités les travaux de Villermé et de Blanqui, mais aussi, dans une moindre mesure, ceux de Tocqueville, de Villeneuve-Bargemont et d’autres observateurs sociaux dont Parent-Duchatelet. Voir en particulier : Le Mouvement ouvrier de 1835 à 1848, Paris, EDHIS repr. ; Feuilles populaires et documents divers. 1835-1847, Paris, EDHIS repr. (vol. 1 et 12 de la collection « Les Révolutions du XIXe siècle »). Le procédé s’explique également par la rareté encore de l’enquête sociale. Les travaux académiques d’un Villermé ou d’un Blanqui constituent ainsi des matériaux pour les candidats. Sur le travail de citation des candidats aux concours et les matériaux utilisés par ces derniers, à propos du premier prix Beaujour, sur la misère, voir : Catherine Fauchet, De l’observation sociale à l’observation de soi. Analyse des mémoires envoyés au premier concours Beaujour de l’ASMP, thèse d’histoire, 1995. p. 36-48.

17 De l’article du journaliste ou du discours de l’homme politique. Réponse des ouvriers qui ne sont pas du bon Paris au sieur Dupin, en 1848, est par exemple une réponse au discours tenu par le baron Dupin à l’Assemblée nationale. Alain Faure, Jacques Rancière, La parole ouvrière. 1830-1851, Paris, U.G.E., 1976.

18 Philippe Ariès, « Le secret de l’individu », in Philippe Ariès, Georges Duby dir., Histoire de la vie privée, tome 4 : De la Révolution à la Grande Guerre, dirigé par Michelle Perrot, p. 419-611. Ce sentiment se diffuse et s’accentue tout au long du XIXe siècle.

19 Cf. William H. Sewell, Gens de métiers et révolutions. Le langage du travail de l’Ancien Régime à 1848, trad. fr., Paris, Aubier-Montaigne, 1983, p. 266.

20 Sur l’écriture intime, voir notamment : Alain Corbin, « Coulisses », in Georges Duby, Philippe Ariès, Histoire de la vie privée, de la Révolution à la Grande Guerre, Paris, Seuil, 1987 (vol. 4 de la coll.), p. 419-611, ainsi que les travaux de Pierre Lejeune sur l’autobiographie. Sur le prix Beaujour précité, voir : Catherine Fauchet, De l’observation sociale à l’observation de soi..., op. cit.

21 Ce qui suppose « un renversement du système explicateur », l’acceptation et la reconnaissance d’une capacité ouvrière et un souci d’émancipation intellectuelle ouvrière que réalise par exemple le système Jacotot. Cf. Jacques Rancière, Le maître ignorant. Cinq leçons sur l’émancipation intellectuelle, Paris, Fayard, 1987, p. 15.

22 Sur tout ceci, cf. notre thèse : Les rapport du savoir et du pouvoir. L’ASMP de 1832 à 1914, Université Paris Dauphine, 2000, 2 vol. (533 p. et CCXXXII p.). Sur l’intériorisation de ces contraintes chez Proudhon, boursier de l’Académie de Besançon cf. notre article : « L’affaire Proudhon. Lectures croisées de Qu’est ce que la propriété ? », Politix, n° 29, 1er semestre 1995, p. 80-102.

23 Au sens de : Pierre Bourdieu, Luc Boltanski, « La production de l’idéologie dominante », Actes de la Recherche eu Sciences sociales, 2-3, 1976.

24 L’on citera, pour l’ASMP, les controverses opposant les économistes aux philosophes spiritualistes. Sur ces affaires, voir notre thèse précitée et nos articles : « L’affaire Proudhon... », Politix, op. cit. ; « D’une autonomisation à l’ASMP », in Eric Fauquet (dir.), Victor Cousin, homo-theologico-politicus, Paris, Kimé, 1997, p. 117-146.

25 François Guizot, Mémoires pour servir à l’histoire de mon temps, Paris, Michel Lévy fr. éd., 1862, vol. 3, p. 158-159.

26 Ibid., p. 16.

27 Sur l’idéal de service comme clef de voûte de l’académisme, cf. Daniel Roche. Le siècle des Lumières en province. Académies et académiciens provinciaux, 1680-1789, Paris, EHESS, Mouton, 1978. Sur la fonction d’expertise des académies, cf. notamment : Roger Hahn, L’anatomie d’une institution scientifique. L’Académie des sciences de Paris, 1663-1803, Paris, éd. Des archives contemporaines, 1993 ; Nicole et Jean Dhombres, Naissance d’un nouveau pouvoir : science et savants en France, 1793-1824, Paris, Payot, 1993.

28 Jean-Pierre Chaline, Sociabilité et érudition. Les sociétés savantes en France, Paris, éditions du CTHS, 1995, p. 163.

29 Sur cette définition : cf. notre article : « Pour une définition non positiviste de l’expertise (notes de travail) », Cahiers politiques, Expertise et engagement politique, mai 2001, p. 11-43. Sur les sciences de gouvernement comme sciences d’expertise : « Allemagne, France et Grande-Bretagne. L’histoire des "sciences de gouvernement" : des sciences d’expertise », Histoire et sociétés, n° 4, 4 e trimestre 2002, p. 6-16.

30 Ce modèle étant alternatif aux modèles décisionniste (décision politique sans fondement rationnel) et technocratique (politiques rigoureusement soumis à des contraintes objectives, voire devenant l’organe d’exécution d’une intelligentsia scientifique) et qui, seul, présenterait un lien nécessaire avec la démocratie. Cf. Jiirgen Habermas, « Scientificisation de la politique et opinion publique », La technique et la science comme idéologie, Paris, 1973, p. 97-132.

31 Sur les liens entre l’intellectuel et l’expert et la conciliation entre expertise et engagement, cf. « Pour une définition non positiviste... », op. cit. ; les Cahiers politiques. Expertise et engagement, op. cit.

Auteur

Maître de Conférences — FSSEP-CRAPS, Université Lille II

© Presses universitaires François-Rabelais, 2004

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540