Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

La situation délibérative dans le débat public

 | 
Bernard Castagna
, 
Sylvain Gallais
, 
Pascal Ricaud
, 
et al.

Problèmes de mise en œuvre

La parole désamorcée. Les contradictions de la délibération démocratique à travers l’exemple des forums de discussion municipaux

Stéphanie Wojcik

Texte intégral

1Sur leurs sites municipaux, l’ouverture par les municipalités de forums de discussion s’inscrit dans un mouvement de renouveau des pratiques participatives où les responsables politiques locaux cherchent à vivifier la participation citoyenne selon une dynamique délibérative.

2La délibération démocratique implique théoriquement que « la norme n’est légitime que si elle est fondée sur des raisons publiques résultant d’un processus de délibération inclusif et équitable, auquel tous les citoyens peuvent participer et dans lequel ils sont amenés à coopérer librement » (Blondiaux, Sintomer, 2002, p. 18). Appliqué à la politique locale, ce modèle trouve une traduction institutionnelle dans des dispositifs tels que les conseils de quartier dans lesquels les citoyens ordinaires prennent la parole au cours d’échanges avec les représentants municipaux mais dans des formes qui restent rigoureusement réglées par ces derniers.

3Les forums municipaux reposent la question de l’articulation du normatif à travers un idéal délibératif réactivé dans la figure fréquemment invoquée de l’« agora électronique », et une réalité plus prosaïque dans laquelle le souci des élus de conserver la maîtrise des propos tenus sur les forums est patent. Le forum électronique permet en effet d’observer la tension entre la liberté et le contrôle que semble inévitablement engendrer le fonctionnement de tout procédé participatif se réclamant d’un idéal délibératif. Néanmoins, les spécificités du forum électronique - anonymat et présence virtuelle des participants, discussion sous la forme d’échanges écrits asynchrones - conduisent à reconsidérer cette contradiction inhérente à la délibération démocratique lorsqu’elle est initiée et pilotée par l’autorité politique.

4L’usage des forums par les internautes apparaît effectivement lesté par un mode de gestion des messages qui affecte l’authenticité des échanges qui s’y déroulent. Les éditeurs municipaux définissent unilatéralement diverses limitations à l’expression des internautes et édictent certains critères quant au contenu des messages. Lorsque le forum est modéré a priori, le non respect de ces critères est sanctionné par l’absence de publication du message incriminé, lorsqu’il est modéré a posteriori, par la suppression dudit message. Cette modération est généralement effectuée par le webmestre du site Internet municipal.

5Techniquement, dans le cas de la modération a priori, les messages parviennent d’abord dans la boîte aux lettres électronique du modérateur qui décide ou non de les publier sur le forum. Dans le cas de la modération a posteriori, les messages s’affichent directement sur le forum, le modérateur en supprimant éventuellement certains après avoir vérifié leur contenu.

  • 1 Par exemple, à Cenon, les internautes peuvent donner leur sentiment à propos du tramway (« Le tram (...)
  • 2 C’est-à-dire sans prédétennination de thèmes de discussion de la part des éditeurs municipaux.
  • 3 Les sites municipaux de ces deux villes proposent à la fois des forums thématiques et un forum « l (...)

6Nous avons travaillé sur l’ensemble des forums présents en février 2002 sur les sites Internet des municipalités du grand Sud-Ouest (Aquitaine, Languedoc-Roussillon et Midi-Pyrénées). Ces forums ressortissent à trois catégories : les forums thématiques (Cenon, Montpellier),1 « libres »2 (Anglet, Luchon, Tarbes, Vauvert) et mixtes (Carmaux, Condom)3. Les observations ici exposées sont une partie des résultats de l’analyse d’entretiens réalisés auprès des responsables politiques, administratifs et techniques des municipalités précitées.

  • 4 Sur le forum montpelliérain, il est ainsi indiqué : « la discussion est libre, toutes les opinions (...)

7Deux types d’encadrement de la parole des internautes par les responsables éditoriaux sont perceptibles sur l’ensemble des forums de discussion municipaux : l’encadrement thématique et l’encadrement éditorial. Dans la modération éditoriale, les éditeurs municipaux définissent des règles explicites ou implicites restreignant l’expression des internautes sur les forums, certaines peuvent s’avérer particulièrement légitimes - telles celles relatives au respect de la loi et de l’ordre public-, d’autres plus incertaines dans leur contenu semblent répondre à des impératifs n’ayant que peu de rapport avec la liberté d’expression apparemment accordée aux internautes. Ces limitations éditoriales s’appliquent aussi bien aux contributions postées sur les forums thématiques « libres » et mixtes. Elles peuvent être légitimes si elles s’appliquent aux contributions effectivement contraires à la loi ou aux bonnes mœurs, rien ne garantit cependant qu’il n’existe pas d’autres limitations moins justifiées s’appliquant à des contributions que pourraient ne pas agréer certaines municipalités4.

8Un deuxième type de limitation concerne la définition des thèmes de discussion par la municipalité, les internautes devant se conformer à ces thèmes sous peine de voir leur contribution supprimée ou non diffusée, c’est le cas des forums des sites de Cenon et Montpellier et de certains forums de Carmaux et Condom. Nous aborderons dans un second temps ces limitations thématiques et les objectifs qu’elles remplissent aux yeux des éditeurs municipaux.

I. LES LIMITATIONS ÉDITORIALES

L’ACTION MUNICIPALE

9Les responsables municipaux établissent une claire distinction entre les messages affectant l’ordre public ou mettant en cause une personne et les messages, critiques, relatifs à l’action municipale. Si les premiers sont inévitablement considérés comme devant être écartés de la publication, les seconds font l’objet de la mansuétude des responsables, lesquels disent ne pas s’opposer à leur présence sur le forum municipal. Néanmoins, l’affirmation de cette possibilité de critiquer la politique municipale sur le forum de la ville n’est pas toujours accompagnée de pratiques permissives quant à la publication de messages ouvertement défavorables à l’action de l’équipe en place. Les élus entretiennent en effet une méfiance à l’égard des paroles populaires qui est plus facilement évoquée par les techniciens chargés d’appliquer les critères de la modération que par ceux que ces propos concernent plus directement. Ils auraient du mal à accepter sinon à affronter les reproches que leurs administrés peuvent formuler à leur égard. Le webmestre de Cenon, Stéphane Verdier, exprime ainsi ce qu’il pense de l’attitude des élus face aux éventuelles critiques de la population :

« ...je crois qu’il y a cette prise de risque d’être vraiment en face de leurs administrés qui leur disent « non moi je suis pas content vous avez changé mon trottoir de taille c’est nul votre idée, qui est-ce qui a eu cette idée saugrenue ? », d’avoir ça en face et de devoir leur répondre et d’assumer directement moi à mon avis c’est quelque chose qui leur est difficile (...) »

10Bien que le maire soit le personnage politique dans lequel les Français ont le plus confiance (Mabileau, 1999) et sur lequel ils portent une opinion largement bienveillante, les élus, y compris locaux, subissent aujourd’hui un désaveu croissant de la part de leurs concitoyens. Ils cherchent dès lors à consolider leur légitimité acquise dans l’élection mais que cette dernière ne suffit pas à pérenniser. Cette démarche enjoint les élus à ne s’exposer que de manière limitative aux admonestations publiques, celles-ci pouvant contribuer à miner une légitimité qu’ils s’appliquent patiemment à construire lors de leurs rencontres avec les habitants, rencontres dont ils maîtrisent par ailleurs presque toujours le déroulement (Blondiaux, 2001).

11La méfiance des élus est d’autant plus aiguisée qu’à la différence d’une réunion publique ou d’un conseil de quartier lors desquels les échanges oraux sont volatiles, les propos tenus sur le forum sont écrits, visibles par tous ceux qui se connectent sur le site, et surtout affichés pendant un temps qui peut être extrêmement long. L’organisation du forum en fils de discussion se confond elle-même avec l’historique des propos qui y sont tenus. Cette caractéristique, la traçabilité, constitue à la fois un atout du forum par rapport aux autres lieux où les échanges sont éphémères puisqu’il enregistre durablement les prises de paroles des participants, et une arme qui peut se retourner contre les responsables municipaux lesquels peuvent être mis en demeure d’être en accord avec les positions qu’ils ont ainsi antérieurement soutenues de manière publique. En ce sens, le forum s’apparente à un miroir constamment tendu aux dirigeants qui peut refléter les décalages entre les réalisations effectives de la municipalité et les propos tenus par ses dirigeants. La pérennité de l’accessibilité des contenus des forums renforce le contrôle sur l’action municipale que la publicité des débats politiques afférents est censée assurer (Commission européenne, 1999). Pour Jacques Veunac, adjoint à la Culture et à la Communication d’Anglet :

« quand vous avez quelqu’un qui vous dit « quand est-ce qu’on mettra le feu rouge » si vous dites « on va le mettre dans les deux mois » et qu’en fait il soit mis six mois après pour des raisons budgétaires ou parce qu’il y a eu des arbitrages vous êtes mis en difficulté et donc ils vont se dépêcher de dire « ah oui mais on a dit qu’il allait... » et puis pas « on », « tel élu ou tel fonctionnaire nous a dit que ça allait être dans les deux mois et en fait ça n’arrive pas. »

12Alors que dans les réunions publiques les élus sont physiquement présents, peuvent réagir instantanément aux critiques qui leur sont adressées et contrôler le déroulement des débats, sur les forums, leur présence plus aléatoire rend nécessaire la présence d’un tierce personne, le modérateur, sans qualité politique particulière, qui doit de manière permanente sinon défendre la politique municipale, tout du moins assurer qu’elle ne soit pas trop systématiquement dénigrée.

13Habitués à choisir l’ordre du jour, les lieux et dates de la discussion ainsi que leurs interlocuteurs dans le cadre des conseils de quartier (Blondiaux, 2001), les élus sont déstabilisés par le fonctionnement du forum dans lequel la multiplicité des intervenants, les temporalités des échanges et les sujets abordés échappent souvent à leur contrôle direct.

L’IMAGE DE LA VILLE

14Ce qui nous paraît déterminant dans la volonté manifeste d’encadrer les paroles impromptues des internautes est le souci d’éviter la publicisation des paroles susceptibles, par leur virulence ou leur contenu jugé inopportun, de nuire à l’image de l’institution municipale ou de la ville. La communication locale dont un des objectifs principaux est de construire une représentation attrayante du territoire (Le Bart, 1999) paraît évidemment mal s’accommoder des atteintes portées à cette construction par l’expression « libre » d’administrés mécontents (ou moins soucieux que les élus) de l’image de leur ville et que le média Internet permet de véhiculer à l’extérieur des frontières communales.

15Dès lors, le modérateur supprime les messages dans lesquels les critiques des internautes formulées à l’encontre des uns des autres ou vis-à-vis des élus s’avèrent un peu trop vives, sans qu’elles soient toutefois justiciables d’une sanction juridique.

16Sans qu’il soit réellement possible de mesurer aux yeux des « lecteurs invisibles » (Beaudoin, Velkovska, 1999, p. 171) ou des « rôdeurs » (Serfaty, 2002, p. 402) - c’est-à-dire les personnes qui ne prenant pas part aux échanges se déroulant sur les forums, lisent les contributions qui y sont postées - l’impact de tels messages sur leurs opinions de la ville ou de la municipalité, celui-ci apparaît avec suffisamment de netteté aux responsables municipaux qui déplorent ces propos désobligeants et tentent dès lors d’en limiter la publication, notamment en rendant impossible le recours à l’anonymat par les participants au forum. Le modérateur du forum luchonnais, Jean-Christian Cheze, évoque ainsi le potentiel de nuisance que recèlent ces messages en provenance d’internautes désireux d’en découdre, la publicité possiblement mondiale que pourraient connaître ces propos constituant aux yeux des éditeurs municipaux un facteur aggravant :

« des insultes quotidiennes vis-à-vis du maire, vis-à-vis des élus, vis-à-vis de la municipalité, et puis bon le forum était quand même en ligne, tout le monde pouvait avoir accès de n’importe quelle ville de France et même du monde et ça donnait pas forcément une bonne image de la ville, de voir des gens tout le temps en train de se critiquer, de s’insulter. »

  • 5 Pratique que l’on retrouve dans d’autres municipalités françaises : le forum de la ville d’Hénin-B (...)

17Cette gêne des responsables à l’égard d’un espace contenant des propos pouvant les desservir est particulièrement perceptible lors des campagnes électorales, suggérant par là qu’il ne s’agit pas tant de préserver l’image de la ville que celle de ses responsables eux-mêmes, l’une et l’autre étant indissociablement liées. Dans certains cas, la méfiance des élus entraîne la fermeture pure et simple du forum municipal. Ainsi, le forum de la ville de Tarbes fut fermé à l’occasion des législatives de juin 20025 ainsi que l’indique le directeur de la communication, Jean-Jacques Pélissier :

« il y a eu un forum qui avait été installé il y a quelque temps de ça, il y a eu aussi des élections législatives où alors là c’est parti comme on dit vulgairement dans tous les sens...(...) on peut très bien agresser quelqu’un avec une tournure de phrase très soft mais encore plus meurtrière qu’un mot ordurier. (...) quand je suis arrivé on a supprimé le forum, on l’a mis en stand by pour cette raison (...) »

18Les limitations éditoriales sont communes à l’ensemble des huit forums observés. Dans certains d’entre eux, les éditeurs municipaux choisissent unilatéralement des thèmes de discussion dont la définition correspond à des objectifs visant à améliorer la qualité et l’organisation des débats électroniques.

II. LES LIMITATIONS THÉMATIQUES

LA DÉFINITION DES THÈMES

19En 1997, le forum présent sur le site d’Athis-Mons (Essonne) portait sur la question suivante : « Internet peut-il contribuer au progrès social dans une planète ouverte aux échanges ? » (Sérusclat, 1997). Sur les forums du grand Sud-Ouest, ce temps où des thèmes philosophiques étaient proposés à la sagacité des internautes apparaît largement révolu. Les éditeurs axent en effet leurs forums sur des thèmes proches des intérêts que les internautes éprouveraient au regard de leur fréquentation de forums autres que municipaux. Devenu thématique au cours de l’année 2002, l’espace d’expression réservé aux internautes d’Anglet comprend ainsi un forum « Actualités » où les internautes développent leurs points de vue sur les sujets traités par la presse nationale et locale. La hiérarchisation des sujets par les médias est ainsi décalquée sur les forums de discussion municipaux, les internautes organisant leurs commentaires en fonction de l’agenda médiatique. Les sujets liés à la vie dans la ville - « Aménagement, environnement », « Vie sociale », « Plan Local d’Urbanisme » - sont par ailleurs considérés comme devant nécessairement être proposés au débat ainsi que l’explique Liane Béobide, la directrice du service information-communication d’Anglet :

« ...les forums souvent ils les pratiquent par ces sujets d’intérêts nationaux, d’actualité, ils se sentent préoccupés donc il fallait garder un thème d’actualités nationales et puis après il fallait des thèmes je dirais d’intérêts proprement locaux sur des questions de vie dans la ville, dans la cité et alors comme on pouvait pas...il fallait bien mélanger ce qui suscite des questions ou des débats sur des questions d’organisation sociale, ta vie scolaire, la sécurité dans les écoles enfin etc et puis des questions d’environnement, d’aménagement donc on a fait des thèmes propres, vie sociale, aménagement, équipement. »

20Ce choix de thèmes proches des préoccupations quotidiennes des gens s’inscrit dans le mouvement actuel de la « démocratie de proximité ». Celle-ci nécessiterait des élites politiques une plus grande prise en compte, une « écoute » plus attentive des difficultés quotidiennes des citoyens. La connaissance fine, revendiquée par les élus locaux, des besoins et des préoccupations concrètes de leurs concitoyens et les relations personnalisées et individualisées qu’ils peuvent nouer avec eux leur confèreraient une légitimité accrue (Santini, 1992).

21La construction politique de la proximité s’opère traditionnellement selon diverses modalités permettant aux élus d’expliciter les orientations de leur politique et de s’informer des problèmes de la population et de ses attentes : conseils de quartier, permanences tenues par les élus, mairies annexes, réunions publiques, autant de lieux où se créent de manière ponctuelle des contacts personnalisés entre citoyens et élus. La stratégie déployée par la municipalité intègre désormais le forum municipal comme outil supplémentaire destiné à répondre à l’exigence de proximité que manifesteraient les habitants ainsi que l’exprime Marie-Christine de Zeeuw, directrice du service information-communication de la ville de Montpellier, à propos des forums thématiques retenus au début de l’année 2003 :

« honnêtement, c’est pas moi qui m’en occupe mais ça va avec la ligne générale qui est de travailler davantage la proximité quoi, la proximité, le souci de la population, leurs soucis quotidiens, c’est vrai que c’est plus ça qui nous préoccupe maintenant que des thèmes d’intérêt général. »

22Le forum « Actualités, société » présent dès 2002 est conservé mais à la place du forum « Vivre à Montpellier », manifestement trop général, des forums consacrés à la vie de chacun des sept quartiers de la ville sont mis en place : « Vivre dans le quartier Croix d’Argent », « Vivre dans le quartier Hôpitaux - Facultés », « Vivre dans le quartier Port Marianne »...

LES OBJECTIFS DE L’ENCADREMENT THÉMATIQUE

Améliorer la qualité des débats

23D’après les responsables municipaux, la détermination de thèmes de discussion constituerait un moyen de susciter des débats constitués d’opinions véritables et non pas de simples réactions épidermiques peu propices à des échanges approfondis.

24La thématique permet d’homogénéiser le contenu des messages laissant espérer la possibilité d’un débat suivi alors que sur un forum « libre », l’irruption ininterrompue de nouveaux sujets de discussion ou de propos sans rapport les uns avec les autres empêche l’approfondissement de débats à peine esquissés. L’exemple du forum présent sur le site d’Anglet est à cet égard significatif. À l’origine, « libre » (c’est-à-dire sans prédétermination des thèmes), le forum d’Anglet est devenu thématique en raison d’objectifs explicités par la directrice du service information-communication de la ville, Liane Béobide :

« Le premier [objectif] c’était d’éviter l’effet « café du commerce »...quelqu’un lance un truc et puis deux secondes après vous avez un message « chatons à donner » donc ça faisait une sorte de cacophonie et on voyait qu’on ne pouvait pas lancer des vrais thèmes de discussions, de débat, à un moment c’était cassé par un truc qui était hors sujet, hors propos (...) le deuxième objectif c’était un objectif qui venait du maire et des élus qui souffraient de voir ce forum...être quand même très très ras des pâquerettes au niveau de l’expression, soit que l’on s’insultait, que l’on se chamaillait entre intervenants, soit on envoyait des piques gratuites juste pour le plaisir (...) »

25Cette volonté de garantir la qualité des débats se traduit par une moindre diversité des sujets pouvant être débattus sur les forums de discussion, elle touche également la manière dont les internautes sont censés s’exprimer. Les propos de Stéphane Verdier, modérateur des forums cenonnais, montrent que la qualité de l’expression des participants (et non pas des débats) constitue une préoccupation pour les éditeurs municipaux :

« quand je reçois je regarde la chose, si ça me paraît...on va dire publiable parce que ça ne porte pas atteinte aux bonnes mœurs, l’expression est correcte, ça ne porte pas atteinte par exemple aux élus ou ce genre de chose enfin bon y a tout ça qui est pris en compte évidemment (...) »

26Thierry Vedel souligne que les études relatives à la démocratie électronique s’attachent peu à dévoiler « les contraintes et les effets qui découlent du caractère écrit des forums de discussion » (Vedel, 2003, pp. 257-258). Un de ces effets néfastes, patent lorsqu’on examine les critères de modération exercée, consiste en l’exclusion de certaines personnes ; celles qui précisément maîtrisent mal ou peu le langage écrit peuvent se voir effectivement privées de l’accès à ces lieux de débat.

27Jacques Veunac, adjoint à la Culture et à la Communication d’Anglet confirme par ailleurs la disparition depuis la création des forums thématiques des internautes dont la spontanéité nuit quelquefois à la profondeur et à la correction des propos et qui intervenaient antérieurement sur le forum « libre » :

« (...) ces gens qui au fond posent des questions qui peuvent être mal posées, quelque fois avec un vocabulaire qui peut-être grossier, mais on perd cette spontanéité or ce sont des gens qui existent et c’est vrai qu’on les a perdu, à travers la plupart du temps dans les réunions publiques (...) mais c’est vrai que le forum en devenant thématique perd cette dimension café du commerce »

28Le fonctionnement du Public Electronic Network (PEN) de Santa Monica a antérieurement illustré la nécessité pour les responsables municipaux d’effectuer un cadrage thématique en raison de « la faible qualité des échanges et les comportements agressifs de certains participants » (Vedel, 2000, p. 255). La plupart des municipalités proposant sur leur site un forum « libre » lors de notre repérage en février 2002 envisagent (Vauvert), et pour certains mettent en œuvre (Anglet, Luchon), l’organisation de leurs forants selon des thématiques prédéfinies lorsqu’elles ne se bornent pas à fermer tout simplement le forum existant (Tarbes). Ainsi à Tarbes, l’ouverture d’un nouveau forum est conditionnée par la mise en place de thèmes de discussion, le webmestre du site soulignant le fait qu’en l’absence de thème, les interventions sur les forums qu’il a jusqu’alors consultés étaient quelque peu insipides :

« ...j’ai consulté pas mal de forum, franchement ça vole pas très haut quoi c’est pas, on n’est pas dans des débats (...) il faudrait trouver des thèmes parce que là c’était un forum y avait pas de thème quoi... »

Attirer certains types d’intervenants, sensibiliser l’administration municipale

29Les individus ayant des interventions constructives à formuler seraient échaudés par la lecture d’un forum par trop cacophonique dans lequel ils n’auraient pas forcément envie d’exprimer leurs opinions. Proposer un thème permettrait à ces personnes d’intervenir plus facilement sur les forums et conséquemment d’« élever » le débat. Les interventions de ces participants éclairés permettraient de recadrer les débats en rationalisant les propos tenus par les autres intervenants ou en rectifiant les erreurs de raisonnement ou de jugement que ceux-ci pourraient effectuer.

30Alors que dans la mesure statistique des opinions, les techniques de sondage qui aboutiraient à valoriser les réponses des individus les plus informés, engagés ou concernés seraient considérées comme inacceptables, l’encadrement thématique vise précisément à faire s’exprimer les personnes détentrices d’un certain savoir les rendant aptes à formuler de « véritables » opinions et capables d’argumenter leurs prises de position. Aussi, ce ne sont pas les citoyens totalement « profanes » que les forums thématiques cherchent à capter, mais ceux qui sont susceptibles d’améliorer la qualité des débats lorsqu’ils portent sur des thèmes pour lesquels l’internaute peut faire valoir un certain degré d’expertise, notamment en raison de son parcours professionnel ou associatif.

31Au cours d’un débat, cette incursion, vivement souhaitée par les éditeurs municipaux, d’un citoyen un peu plus éclairé que les autres peut toutefois entraîner le désaveu de ses interventions par des internautes habitués à s’exprimer dans le registre du témoignage ordinaire.

32Les internautes postant habituellement des contributions à la tonalité humoristique (mais qui peuvent n’en être pas moins percutantes) s’abstiennent dans des débats qui prennent une tournure trop sérieuse à leur goût et que le caractère thématique des forums contribue à accentuer. Pour Liane Béobide, directrice du service information-communication de la ville d’Anglet, la thématisation des forums a pour conséquence d’assécher l’imagination débordante de certains internautes et de favoriser les interventions raisonnables :

« ça a un peu tué la dimension humour, délire du premier forum libre, qui était un peu libertaire au fond parce qu’il n’était pas canalisé, il plaisait à ces gens... d’une parole comme ça pffuiff qui surgit de nulle part et puis maintenant c’est un peu plus policé ou un peu plus organisé dans le côté thématique alors là on sent que ça les [inaudible] un peu plus, donc finalement ne parlent que les plus sérieux ceux qui aiment parler dans des cadres bien définis...voilà, comment tuer les libertaires...(rires) »

33Par ailleurs, les élus paraissent particulièrement réticents à user des forums non thématiques. À la différence des dispositifs hors ligne tels que les conseils de quartier ou les réunions publiques où les élus et certains membres des services administratifs sont évidemment tenus d’être physiquement présents, sur les forums de discussion la présence des responsables ne se manifeste qu’à travers les propos qu’ils tiennent. Les échanges apparemment désorganisés qui se déroulent sur les forums « libres » constitueraient une fin de non recevoir à la participation des membres administratifs et politiques de la municipalité.

34Thématiser le forum contribuerait à lui redonner à leurs yeux un certain attrait ainsi que l’exprime le webmestre de la ville d’Anglet, Stéphane Caillaud :

« (...) la première version où il n’y avait pas vraiment de thématique et le voeu aussi de sensibiliser un peu plus le côté administratif et politique de la mairie pour qu’ils y voient un peu plus d’intérêt, d’utilité à un forum... pour redonner un petit peu un attrait au forum. »

35De ce point de vue, les interventions ainsi que les éventuelles réponses des responsables municipaux aux interpellations qui peuvent leur être faites sur les forums sont conditionnées par l’adéquation de ces dernières à des thématiques préalablement déterminées.

CONCLUSION

36Ces différentes limitations permettent à la municipalité de tracer les frontières d’un espace d’expression dans lequel elle seule peut juger de la légitimité de tel ou tel propos et des critères censés la garantir.

37Les forums municipaux reflètent ainsi la conception générale qui prévaut lors de la mise en place d’un outil destiné à améliorer la participation des citoyens à la discussion des affaires publiques locales. Les formes d’encadrement de la parole qui se déploie sur les forums illustrent « le statut paradoxal de la participation du public, à la fois souhaitée et redoutée » (Blanc, 1995, p. 98). Les forums condensent en effet la tension toujours vive dans les dispositifs participatifs mis en œuvre par l’autorité politique entre la manifestation de revendications citoyennes et le souci des responsables de maîtriser cette expression en vue d’éviter les conflits ou les « débordements » qui pourraient en résulter. Les élus sont d’autant plus suspicieux à l’égard des forums qu’ils sont contraints de déléguer aux gestionnaires de site le contrôle direct des paroles populaires, leur laissant de la sorte une marge d’autonomie dont ils ne sont guère coutumiers.

38Aussi méfiants que désorientés vis-à-vis du fonctionnement d’un tel outil, les élus ne peuvent mobiliser les ressources scéniques et symboliques qu’ils emploient habituellement dans leurs pratiques du dialogue avec les citoyens. Pour ces dernières, il est commode d’envisager les méthodes (Defrance, 1988) grâce auxquelles la parole d’autorité peut ou non être protégée ou rehaussée, sur les forums celles-ci font précisément défaut.

Bibliographie

BIBLIOGRAPHIE

Beaudouin V., Velkovska J. [1999], « Constitution d’un espace de communication sur Internet. (Forums, pages personnelles, courrier électronique...) », Réseaux, n° 97, vol. 17 : 121-177.

Blanc M. [1995], « Politique de la ville et démocratie locale. La participation : une transaction le plus souvent différée », Les Annales de la Recherche Urbaine, n° 68-69, septembre-décembre : 98-106.

Blondiaux L. [2001], « Démocratie locale et participation citoyenne : la promesse et le piège », Mouvements, n° 18, novembre-décembre : 44-51.

Blondiaux L., Sintomer Y. [2002], « L’impératif délibératif », Politix, n° 57, vol. 15 : 17-35.

Commission européenne/Les cahiers de la cellule de prospective [1999], La démocratie et la société de l’information en Europe, Rennes, Éditions Apogée/Communautés européennes, Office des publications officielles des communautés européennes.

Defrance J., [1988], « « Donner la parole ». La construction d’une relation d’échange », Actes de la Recherche en Sciences Sociales, juin : 52-66.

Le bart C. [1999], « Les politiques d’image. Entre marketing territorial et identité locale », in Balme R., Faure Α., Mabileau A. (dir.), Les nouvelles politiques locales. Dynamiques de l’action publique, Paris, Presses de Science Po., p. 415-427.

Mabileau A. [1999], « À la recherche de la démocratie locale. Le représentant et le citoyen », in CURAPP/CRAPS, La démocratie locale. Représentation, participation et espace public, Paris, PUF, p. 63-69.

Santini A. [1992], « La démocratie locale : un aller-retour permanent et en temps réel avec les habitants », Les cahiers du CNFPT, n° 37, décembre : 127-129.

Serfaty V. [2002], « Les groupes de discussion sur Internet entre constructions imaginaires et pratiques : un exemple aux États-Unis », in Serfaty V. (dir.), L’Internet en politique. Des États-Unis à l’Europe, Strasbourg, Presses Universitaires de Strasbourg : 399-415.

Serusclat F. [1997], Rapport sur les techniques des apprentissages essentiels pour une bonne insertion dans la société de l’information, rapport n° 383, Office parlementaire d’Évaluation des Choix scientifiques et technologiques [version électronique].

Vedel T. [2000], « L’Internet et les villes : trois approches de la citoyenneté », Hermès, n° 26-27 : 247-262.

Vedel T. [2003], « L’idée de démocratie électronique : origines, visions, questions », in Perrineau (P.), (dir.), Le désenchantement démocratique, Éditions de l’Aube, p. 243-264.

Notes

1 Par exemple, à Cenon, les internautes peuvent donner leur sentiment à propos du tramway (« Le tramway, vos réflexions »), du budget (« Budget de la ville pour 2001 : vos réactions, vos questions ! »)...

2 C’est-à-dire sans prédétennination de thèmes de discussion de la part des éditeurs municipaux.

3 Les sites municipaux de ces deux villes proposent à la fois des forums thématiques et un forum « libre ».

4 Sur le forum montpelliérain, il est ainsi indiqué : « la discussion est libre, toutes les opinions sont les bienvenues, mais les messages inappropriés ne seront pas publiés ».

5 Pratique que l’on retrouve dans d’autres municipalités françaises : le forum de la ville d’Hénin-Beaumont (Pas-de-Calais) avait été désactivé pendant la durée de la campagne électorale municipale de mars 2001.

Auteur

ATER en Science Politique, Université Toulouse 1

© Presses universitaires François-Rabelais, 2004

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540