Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

La situation délibérative dans le débat public

 | 
Bernard Castagna
, 
Sylvain Gallais
, 
Pascal Ricaud
, 
et al.

Domaines de mise en œuvre

De quelques situations délibératives ordinaires dans des pratiques sportives collectives...

Christophe Gibout

Texte intégral

Je remercie mes collègues D. Artus, C.-P. Ghillebaert et L. Sallé pour leur relecture attentive et leurs conseils.

  • 2 Nous comprenons explicitement ce terme selon l’acception que lui donne Jürgen Habennas (1963) dans (...)

1L’objet de cette communication est d’abord de dénier l’existence d’objets d’études triviaux ou secondaires par opposition à d’autres plus classiques dans le champ de la sociologie politique, en particulier celui de l’interrogation sur la Publicité2 comme espace et débat. À l’identique de travaux sur les modèles communicationnels et le processus délibératif dans des champs politiques « nobles » (la Politique, la Communication, la Démocratie...), nous pensons que l’espace des pratiques sportives collectives ordinaires (jeu ou match de compétition, entraînement, pratiques auto-organisées sur les places urbaines ou dans les cours d’immeubles...) est un agrégat de scènes publiques où émergent des formes ordinaires, anodines, parfois vivifiantes, souvent interpellantes de situations délibératives, lesquelles revisitent différentes définitions de l’espace public.

  • 3 cf. Basson J.-C. (2000) ; Chantelat P., Fodimbi M. & Camy J. (1996) ; Duret P. & Augustini M. (1993 (...)
  • 4 Nous soulignerons néanmoins quelques travaux francophones récents allant dans ce sens, même s’ils s (...)

2Quand le phénomène sportif est finalement abordé au travers de la question de la démocratie, en particulier la démocratie locale, les travaux s’orientent presque toujours vers l’interrogation du rôle des activités physiques, sportives et artistiques (APSA) dans la construction de l’espace public, pour être plus précis dans la (re)construction du lien social, de l’identité locale et de l’être-ensemble, singulièrement dans les cités dites sensibles, les quartiers de relégation sociale qui essaiment çà et là dans et autour des villes et autres espaces urbains3. Ce problème tel qu’étudié jusqu’alors obère presque systématiquement la possibilité de prise en compte d’un nouveau niveau d’analyse, au plus près des pratiquants ordinaires4.

3Aussi, notre propos sera d’interroger la situation délibérative dans le contexte sportif au niveau même des pratiques les plus quotidiennes. Nous pensons effectivement que la pratique sportive la plus triviale est un espace public au sens où elle est susceptible de générer une forme de débat public d’une part sur les fondements mêmes de la pratique, d’autre part sur la qualité des participants à cette pratique, enfin sur le processus décisionnel à l’œuvre dans la pratique et sa finalité.

  • 5 Les travaux ou ouvrages de Bodin D. & Heas S. (2002), de Chantelat P., Fodimbi M. & Camy J. (1996 (...)
  • 6 Les pratiques auto-organisées, ainsi que l’ont bien montré Adamkiewicz E. (1998), Chantelat P., Fod (...)

4Trois principales situations idéal-typiques du domaine des pratiques sportives collectives sont usuellement décrites par les recherches sociologiques ou ethnographiques5 ; le match et l’entraînement forment les deux premières plutôt traditionnelles et coutumières depuis le XIXe siècle, la dernière plus innovante s’imposant à partir des années 1980-, concerne les pratiques libres ou « auto-organisées »6. Nous proposerons pour chacune d’entre elles une lecture de la situation délibérative qui y est en jeu en prenant appui sur plusieurs études scientifiques ainsi que sur des observations participantes, des observations extérieures et des entretiens non-directifs concernant des équipes filles ou/et garçons de handball ou de basket-ball lors de compétitions au niveau local (départemental, régional et académique) ou lors de pratiques auto-organisées sur divers sites de la Côte d’Opale. Si ces trois figures situationnelles repérées sont bien contrastées, elles dessinent pourtant un mouvement global de construction d’un vivant espace public de masse, certes amoindri et malmené mais cependant bien possible et réel.

I. LE MATCH OU LE DÉBAT INTERDIT

5La conjoncture du match apparaît comme la plus formalisée, celle où la donne délibérative et démocratique est la plus encadrée, formatée, réglementée et finalement restreinte par un arsenal programmatique conséquent. Même si subsiste une infime marge de manœuvre propre à lui contester son caractère définitivement totalitaire, elle repose largement sur un assujettissement considérable et une efficace contrainte sociale externe. En réalité, au sein du cadre compétitif, la situation délibérative se situe à un double niveau d’expérience qu’il convient de décliner pour mieux l’expliciter. Elle est d’abord dirigée vers l’extérieur (dialogue avec les autres intervenants du match que sont les adversaires et arbitres, très secondairement le public au regard du niveau d’excellence compétitive des équipes rencontrées) mais, surtout, elle est autocentrée (dialogue entre les joueurs d’une même équipe, ou avec leur encadrement technique).

  • 7 Bodin D. & Heas S. (2002), Ibid., p. 160.
  • 8 L’arbitre expérimenté, maîtrisant convenablement les deux équipes engagées dans le match, pourra to (...)

6Cependant, la première sous-catégorie est rapidement mise au ban de notre problématique. En effet, « le sport de haut niveau, c’est d’abord tuer l’adversaire, symboliquement certes mais le principe de toute compétition est d’abord l’exclusion : il y a un vainqueur et des perdants »7. L’expression discursive est largement contrecarrée par l’impératif socialement normé d’une victoire sur l’adversaire, d’une affirmation de son pouvoir sur les autres, sur tous les autres. L’échange de propos avec le corps arbitral est ainsi strictement encadré par le règlement même des compétitions qui limite et encadre très largement la possibilité de discuter ses décisions, sauf à risquer une exclusion ou une sanction immanquablement préjudiciable à la victoire finale de l’équipe. Seuls l’entraîneur, et éventuellement le capitaine, peuvent intervenir dans la conversation sous conditions, à savoir en y respectant les formes, en limitant leur prise de parole à une demande explicative et en rejetant toute velléité de contestation d’une décision arbitrale. La logique délibérative est alors totalement niée par la règle sportive en tant que telle, même si l’usage, circonstancié, dépendant du bon vouloir, du savoir-faire et du faire-savoir des participants, peut marginalement apporter une certaine souplesse dans la procédure décisionnelle8.

  • 9 Nous pensons en particulier aux menaces ou aux « chambrages » des adversaires, destinés à les intim (...)

7Quant au commerce verbal et communicationnel avec l’adversaire, il se limite très souvent à des vociférations, des plaintes ou des menaces plus ou moins sourdes9, étant entendu que l’arbitre est là pour les éliminer, et les sanctionner, comme éléments perturbateurs du bon déroulement de la compétition. Supprimant ainsi grandement, sinon totalement, les possibilités d’interactions verbales entre acteurs du jeu concurrentiel, la règle sportive limite la situation délibérative à son expression la plus sommaire et la plus primaire. Elle y est confisquée en vertu de la loi du plus fort ou du plus rusé, de l’arbitre ou du joueur étant le plus à même de détourner la règle sportive à son profit ou à celui de son équipe.

8Dans le cadre de l’autre sous-catégorie, l’accent est mis, lors des entretiens préparatoires au match comme lors des temps intermédiaires ou des temps morts demandés par les entraîneurs, sur l’efficacité de l’équipe mesurée essentiellement à l’aune de sa performance au tableau d’affichage (score supérieur à celui de l’équipe adverse). Les autres données de la question (performances individuelles des joueurs, « exploit » ou acte performatif égoïste d’un compétiteur, esthétique du jeu, fair-play...) sont sinon absentes, du moins grandement mises sur la touche. Il en ressort une forme très particulière de débat. Ce dernier est largement monodirectionnel dans son objet et relativement fermé, voire même d’essence contre-démocratique dans son fonctionnement.

9Le champ thématique des échanges est précontraint, largement choisi préalablement par l’entraîneur mais aussi, d’une certaine manière, de façon tacite par les joueurs qui, in situ - à savoir sur le terrain - paraissent d’accord pour élaguer les échanges et les concentrer sur un ou deux sujets associés à l’idée de performance collective absolue ou relative. Ce sont les failles repérées dans le jeu de chacune des deux équipes en compétition, les erreurs constatées dans la pratique de tel ou tel joueur, partenaire ou adversaire, l’emploi d’un vocabulaire de motivation, d’encouragement ou de réprimande, qui constituent l’essentiel des propos.

10Qui plus est, la parole est souvent et largement monopolisée par l’entraîneur lui-même, secondairement par le capitaine ou un joueur dont l’ascendant naturel ou compétentiel sur le groupe autorise la prise de position et l’expression de son opinion. Tout le monde ne s’exprime donc pas. La prise de parole est conditionnée par l’existence, et l’acceptation par les autres acteurs de l’équipe, d’une compétence de cette parole, pensée et vécue comme experte (par rapport au jeu en général, aux règles, techniques et tactiques du jeu a priori), pertinente, perspicace et efficace (par rapport au jeu en cours, c’est à dire, à l’enjeu du match in situ).

11Cette dernière situation est encore renforcée par une logique d’économie du langage. Les joueurs, surtout en compétition, se censurent car, contrairement aux autres moments sociaux ou aux autres métiers, il ne leur est pas permis (ou du moins, le ressentent-ils ainsi) de parler de tout et de rien sans nuire au rythme respiratoire et à la concentration. Il en découle que toute parole est investie d’un sens sportif inhabituel, tant dans les significations retenues pour chaque vocable employé que dans les directions proposées lors de l’échange verbal. En match, on parle peu et on parle « sport ». Il y a, par obsession d’efficacité et en vertu d’un usage normé de la parole, nécessité de saturer de sens sportif les productions linguistiques même les plus anodines.

  • 10 cf. Arendt H. (1983), en particulier le chapitre n°2 « Le domaine public et le domaine privé », p. (...)

12Au final, bien évidemment, les décisions ne sont pas prises de façon collégiale mais en vertu de cet ordre de pouvoir préétabli, qui va de l’entraîneur au capitaine ou/et parfois au(x) joueur(s) expert(s) ou expérimenté(s). Déjà bien loin du choix éclairé de solutions parmi une offre libre, nous sommes encore plus loin de la construction d’une nouvelle parole par confrontation de différents discours initiaux, plus loin donc de la nécessaire condition arendtienne de l’espace public10. Peu de paroles sont autorisées et, ex post, le choix d’une parole est imposé de l’extérieur et reprend très largement, sinon totalement, une des rares - sinon la seule - qui a pu s’imposer aux autres. Seules une crise interne ou une longue suite de résultats négatifs sont susceptibles de remettre en cause la primauté de parole ou la compétence en actes, c’est à dire de surseoir à ces usages d’un débat, en pratique, interdit.

II. L’ENTRAÎNEMENT OU LA PAROLE OPPORTUNE ET CONTINGENTÉE

13À l’entraînement, la procédure gagne en souplesse et en opportunité délibérative. Si l’entraîneur, ainsi que quelques leaders d’équipe impriment leur marque sur les options de jeu, les schèmes tactiques à mettre en place, les procédures à développer pour optimiser le jeu de l’équipe, l’ensemble des joueurs peut s’autoriser à intervenir dans ces délibérations. Il s’agit, dans les faits, d’une donnée malgré tout théorique. La prise de parole, pour être plus libre, n’en est pas moins régulée par des règles non écrites d’ancienneté (âge dans l’absolu ou dans la discipline) ou de maîtrise reconnue par les autres membres de l’équipe dans son expérience et sa compétence technique ou tactique en actes.

  • 11 Le concept d’affordance a été inventé par J.J. Gibson dans diverses publications entre 1958 et 1983 (...)

14Nous pouvons positivement considérer que les possibilités d’un acteur sportif d’extraire, d’abstraire les informations de l’environnement pour asseoir une prise de décision sont potentiellement limitées par sa capacité à accéder à un niveau de connaissances et de compétences sur cet environnement. L’usage sportif, peut-être plus encore que l’usage social en général, postule effectivement que plus un agent social est jeune ou inexpérimenté, moins il accède à une structure d’affordances élaborée11. Dès lors, cette dernière capacité participe pleinement de l’activation d’une autorisation sociale à exprimer une opinion digne, ou perçue comme telle par le corps social, de participer à l’élaboration d’une parole pertinente et légitime dans le champ de la préparation à la compétition.

15Nous noterons d’ailleurs que, même si l’identité est souvent de mise, ce ne sont pas toujours les mêmes personnes qui postulent à cette visibilité d’expression dans le cadre de la compétition et dans le cadre de l’entraînement. Certains acteurs sont reconnus pour leur capacité à décrypter le jeu adverse ou à lire une situation de match pour lui proposer une solution capable d’asseoir a priori la supériorité d’une équipe. Par contre, ils n’ont pas le même rapport à l’entraînement et à l’amélioration ex nihilo - ou du moins sans repères concurrentiels - des performances individuelles et collectives de l’équipe. L’expression, comme opportunité délibérative, est ainsi plus affirmée et ouverte à des agents sociaux qui, en compétition, sont, par injonction sociale, réduits au silence. Ne fût-ce que pour demander des conseils auprès des « experts », pour se faire (ré)expliquer des consignes de jeu ou des schèmes technico-tactiques destinés à être appliqués lors de la prochaine rencontre sportive, mais aussi parfois pour se risquer à une suggestion (souvent étayée par un repérage effectué chez un adversaire antérieur ou comme (télé)spectateur lors d’une compétition officielle), le moins expérimenté des joueurs peut prétendre à la formulation langagière.

  • 12 Cette première expression, largement usitée, suggère l’idée d’un bilan, retour critique collectif s (...)
  • 13 Cette seconde expression, rencontrée avec une équipe et proposée ultérieurement à quelques animateu (...)
  • 14 cf. Arendt H. ibid. ; Paillard I. (dir.) (1995).
  • 15 cf. Cordonnier L. (1997). L’auteur, discutant autour du fameux dilemme du prisonnier, y organise la (...)

16Nous avons également rencontré plusieurs équipes qui organisent cette mise en collectivité des opinions personnelles lors de séances de « debriefing »12 ou de « dazibao » oral13, lesquelles, pourtant, sollicitent plus le retour sur les expériences passées que la construction d’une expérience collective future. Si nous savons bien que la rétroaction est une clause de disposition nécessaire à la lecture commune d’une situation sociale, elle ne préjuge pas, dans la pratique, de la capacité à construire a posteriori une situation délibérative d’essence libérale, participative et démocratique14, au sein de laquelle la condition de la coopération entre les individus repose sur une capacité sociale à leur prêter une certaine autonomie ou capacité d’initiative15.

  • 16 La doxa se définit, selon Louis Pinto (1991, « La doxa intellectuelle », in Actes de la recherche e (...)
  • 17 Nous nous référons alors aux travaux de Louis Quéré (1992), lesquels suggèrent cette dichotomie dan (...)

17De fait, le pli des usages sociaux semble largement pris et sollicite amplement, et simultanément, les principes d’une doxa16 sportive et d’un espace public comme scène d’apparition plutôt que comme scène d’expression, de discussion ou de construction d’une parole publique commune17. Ainsi, alors même que tout le monde s’exprime plus ou moins et que la visibilité des opinions est relativement de mise - sinon de rigueur-, toutes les paroles n’ont pas la même valeur a priori. La décision qui s’élabore au final et qui détermine les orientations de l’équipe dans les pratiques communes à venir (entraînement et matchs) est bien négociée et résultante d’un compromis entre les différents agents sportifs mais l’inégalité ex ante entre ces derniers demeure efficace et pertinente construisant le modèle d’une situation délibérative d’opportunité et de contingence.

III. LES PRATIQUES AUTO-ORGANISÉES OU LA DÉLIBÉRATION INCERTAINE

  • 18 cf. Michel de Certeau (1980).
  • 19 Ce concept de « relations sociales généralisées » a été introduit par Bernard Miège (1995, « L’espa (...)

18Enfin, arrivent les pratiques auto-organisées, lesquelles travaillent sur le principe d’une distinction entre une logique externe où s’insinue, en apparence, une tentation communautaire et une logique interne de fonctionnement dictée par une légitimation du savoir expert, le tout mâtiné d’une évidente et vivifiante propension à mobiliser des savoirs ordinaires et des « arts de faire »18 dans le cadre de « relations publiques généralisées »19.

  • 20 cf. Deliège R. (« Vers un nouveau tribalisme ? Du relativisme au politiquement correct », pp. 167-1 (...)
  • 21 Deliège R. (1998), ibid., p. 167.

19En externe, et d’emblée, le processus peut apparaître bien discriminatoire. Il adhère, à première vue, à une tentation antidémocratique, et surtout antirépublicaine, propre aux logiques de reconnaissance des identités qui évitent difficilement les dangers du communautarisme20. L’entrée dans le groupe n’est possible que si les membres en sont d’accord sans réelles possibilités pour l’impétrant de transiger, sauf éventuellement et assez rarement par l’expression d’une parole pratique (technique de jeu, dextérité, habiletés motrices...) d’excellence relative par rapport au groupe. «...L’ère du relativisme et de la différence culturelle...porte en elle les germes du nationalisme ou de l’apartheid [ou du ghetto, sur un modèle étatsunien,] : les individus n’existeraient qu’en vertu de leur appartenance à un groupe et n’auraient donc pas de réalité autonome. On voit alors apparaître toutes sortes de pratiques (...) qui, sous couvert d’égalité culturelle, préparent un monde fait d’ensembles clos, fermés sur eux-mêmes... [dangereux] pour la démocratie et la fraternité humaine... »21, problématique, à n’en pas douter à la première lecture, quant à l’émergence d’une authentique situation délibérative de type espace public généralisé.

20À l’interne par contre, et au-delà d’une première lecture trop rapide, ces pratiques agissent sur un schéma plutôt social et démocratique. Nonobstant, elles restent d’essence singulièrement saint-simonienne en privilégiant la légitimité d’une parole experte (le meilleur joueur, celui dont le jeu est le plus adéquat au regard des attendus du groupe) dans la définition de la pratique comme dans l’acceptation d’une parole extérieure au groupe. Cependant, ce privilège est loin d’être aussi absolu que dans les pratiques traditionnelles. Il autorise la confrontation avec les autres paroles, fait émerger la décision de ces délibérations et enfin potentialise la remise en cause de la légitimité de l’expert par l’instauration de récurrentes procédures de défi qui peuvent faire émerger une nouvelle hiérarchie sociale. La possibilité d’expression, dès lors que l’intégration dans le groupe pratiquant a été effective, est d’ailleurs recherchée et encouragée. Pour peu qu’elle soit raisonnée et étayée par une monstration de sa pertinence à intervenir, la parole mise en débat est aussi une manière de reconnaissance sociale. Elle se joue comme une façon de signer et signifier sa présence et son appartenance au groupe d’usagers, une manière d’éviter de « perdre la face » par une pratique du sport et de son rapport aux autres trop effacée, trop discrète ou a contrario trop voyante au regard de ses prédispositions pratiques.

  • 22 cf. Adamkiewicz E. (1995 & 1998), Chantelat P., Fodimbi M. & Camy J. (1996 & 1998), Duret P ; & Aug (...)
  • 23 Giraud M. (« L’ethnicité comme nécessité et comme obstacle », p. 137-165), in Ferréol G. (éd.) ibid (...)

21Qui plus est, la tentation ethnique, ou communautariste, qui surgit dans ces pratiques est à amplement pondérer dans la mesure où une pratique sportive intelligente, telle que nous la rencontrons souvent in situ, favorise plutôt l’ouverture à l’Autre et l’acceptation de son intégration dans le groupe et le dialogue avec ces personnes. Ainsi les groupes de jeunes sportifs dans la ville française ne sont-ils pas particulièrement regroupés, à la différence de leurs homologues nord-américains, sur un base ethnique, mais plutôt sur une logique de proximité géographique, et conséquemment sociale et culturelle22. « Bien loin de signifier une volonté de séparation, l’affirmation d’une particularité que l’on désigne aujourd’hui sous le vocable d’éthnicité indique une revendication forte d’égalité dans des contextes sociaux où celle-ci est déniée à certains groupes. Au-delà de sa nécessité objective, cette revendication témoigne du paradoxe de son inscription dans des dynamiques qui, ouvrant largement aux individus le champ d’une pluralité d’identifications possibles, condamne à l’échec les replis communautaires qu’elle appelle. Un tel paradoxe ne peut être réduit que dans l’assomption d’une aspiration à l’universel qui s’enracinerait dans un véritable dialogue culturel. »23

  • 24 Haye (de la) Y (1984), Dissonances. Critique de la communication, Grenoble, La Pensee Sauvage, p. 8 (...)
  • 25 Nous pouvons ici risquer un parallèle avec l’étude des savoirs « traditionnels », « autochtones » e (...)
  • 26 cf. le concept de poïétique développé par Michel de Certeau (1980, ibid.). L’auteur, avec une évide (...)

22Enfin, l’étude des situations délibératives en jeu dans les pratiques sportives auto-organisées suggère la prégnance de la prise de risque, des pulsions, de la démagogie parfois. Une lecture rapide de ces comportements incite à la prudence quant à la capacité d’émergence d’une véritable parole commune issue de la critique et de la confrontation éclairée. Mais, l’insertion participative dans ces groupes révèle préférentiellement l’apprentissage qui y est parfois fait d’un « savoir être ensemble » harmonieux ainsi que le rôle que peuvent y jouer les savoirs ordinaires dans la construction d’un authentique débat démocratique de masse basé sur des « relations publiques généralisées ». Sans doute, les balbutiements délibératifs des acteurs sportifs dans ces dernières pratiques « participent [-ils] d’une recherche plus vaste, d’un modèle de communication politique général, c’est-à-dire d’un autre mode de coagulation des individus et des groupes sociaux à la société telle qu’elle est, d’autres habitudes [de coopération et de débat], de délégation et de représentation plus souples, moins permanentes, et plus déliées du territoire. »24 En effet, parce qu’elles reposent sur des savoirs et une intelligence au quotidien, qui ne visent pas uniquement des finalités pratiques et ont une rationalité abstraite et certaine25, parce qu’elles peuvent manifestement puiser dans une logique de « braconnage », de contournement, de ruse, de « débrouille » et d’inventivité dans les pratiques de la vie quotidienne26, les actions des sportifs insérés dans une logique auto-organisée potentialisent évidemment l’expression et la confrontation de paroles diversifiées, que ce soit sous forme verbale, posturale, gestuelle, comportementale ou esthétique.

IV. LES NOUVELLES PRATIQUES SPORTIVES COLLECTIVES OU L’ESPACE PUBLIC RE-VISITÉ...

  • 27 cf. Cordonnier L. (1997) ibid., p. 27-59 & 181-199.

23Ces propos sur le phénomène délibératif en sports collectifs permettent de replacer le phénomène sportif dans les schèmes de la culture globale, en particulier dans ceux de la culture politique globale. Ils pointent les limites de la pratique sportive dans sa capacité à participer de l’émergence d’une traditionnelle culture démocratique (directe ou participative) libérale en suggérant toutefois son rôle dans l’installation généralisée d’un nouveau modèle délibératif. Dans ce cadre, la compétence en actes, l’expérience ou le savoir deviennent des atouts maîtres de la prise de parole et de la construction d’une authentique situation délibérative démocratique de masse, conciliant, d’une part, autonomie et initiative individuelles27 et, d’autre part, sens de l’intérêt général - ou plutôt commun - et « relations publiques généralisées ».

  • 28 cf. Habermas J. (1997) ibid., p. 38-98 et 149-188.
  • 29 Ostrowetsky S. (dir.) (1996), Sociologues en villes, Paris, L’Harmattan. Dans la même veine, nous l (...)

24De ce point de vue, par-delà les différences entre les trois pratiques appréhendées et à l’instar des travaux de Jurgen Habermas sur l’inadéquation du modèle libéral de la sphère publique aux démocraties de masse régies par un État-social28, nous observons simultanément un désamorçage des fonctions critiques de la sphère publique sportive ainsi qu’une accumulation de comportements-réponses dictés par un assentiment passif qui subvertit le principe de publicité en principe d’intégration. Mais, ce renoncement apparent ne peut être que relativisé par la capacité de tâtonnement, d’improvisation, d’innovation, de composition et de recomposition de leurs pratiques ou de leurs savoirs socio-politiques théoriques et « sauvages » dont peuvent faire preuve, bon an mal an, les sportifs au quotidien, en particulier dans les pratiques de l’auto-organisation qui sourdent des « civilités tièdes »29 du monde urbain.

  • 30 cf. Basson J.-C. (dir.) (2000) ; Basson J.-C. & Smith A. (1998) « La socialisation par le sport : r (...)

25Pour finir, et là n’est sans doute pas le moindre des paradoxes, la pratique sportive n’apparaît pas nécessairement évidente dans sa capacité à solliciter l’apprentissage des règles de publicité des sociétés complexes contemporaines. Alors même que les politiques publiques (é)dictent largement le recours aux pratiques sportives comme espace-temps d’appréhension du lien social et de la solidarité mécanique sociétale, une observation de l’intérieur de ces dernières fait préférablement saillir leurs limites dans la capacité à revivifier pleinement le modèle libéral, et nostalgique, de l’espace public30.

  • 31 A la suite des travaux d’Habermas (ibid.) et de leur re-lecture par Erik Neveu (1995, « Les science (...)

26Pourtant, parce qu’elles suggèrent ici ou là, même avec des limites, leur refus de la répression d’une opinion publique plébéienne, les pratiques sportives collectives émergentes permettent de rendre compte de l’émergence, incertaine, balbutiante mais néanmoins probable, d’un nouvel espace politique démocratique de masse. La tension croissante entre individu(s) et société, les dangers du communautarisme, ceux de la privatisation croissante de la sphère publique paraissent-ils donc si considérables que les édiles ne peuvent vraiment pas se résoudre à blackbouler les sports collectifs du champ d’une construction démocratique contemporaine et quotidienne ? Ne fussent-ils qu’une aporie d’un vieil idéal libéral d’espace public, les espaces publics sportifs n’existent-ils pas d’abord, dans leur imperfection toute relative, d’abord par les usages qui en sont fait ainsi que, en complémentarité des autres pratiques sociétales, par la capacité critique du public, concerné, éclairé et compétent, à envisager un pouvoir communicationnel - l’être-ensemble dans un souci d’aufklärung31 - capable d’influencer la décision politique, institutionnelle ou administrative en s’appuyant sur une intelligence du quotidien et en tentant d’échapper à la démagogie ou à la manipulation par la culture de masse ?

Bibliographie

BIBLIOGRAPHIE

Adamkiewicz E. [1995], « Les usages sportifs des espaces publics urbains », Sport, relations sociales et action collective, Talence, Éditions de la MSHA, p. 513-515.

Adamkiewicz E. [1998], « Les performances sportives de rue », Les Annales de la recherche urbaine, n° 79 : 50-57.

Arendt H. [1983, 1ère éd. fran. 1961, 1ère éd. U.S. 1958], La condition de l’homme moderne, Paris, Calmann-Levy.

Basson J.-C. (dir.) [2000], Sport et ordre public, Paris, La Documentation française.

Bodin D., Heas S. [2002], Introduction à la sociologie des sports, Paris, Chiron.

Certeau (de) M. [1980], L’invention du quotidien. Vol. 1 Les arts de faire, Paris, Gallimard.

Chantelat P., Fodimbi M., Camy J. [1996], Sports de la Cité. Anthropologie de la jeunesse sportive, Paris, L’Harmattan.

Chantelat P., Fodimbi M., Camy J. [1998], « Les groupes de jeunes sportifs dans la ville », Les Annales de la recherche urbaine, n° 79 : 41-49.

Cordonnier L. [1997], Coopération et réciprocité, Paris, Puf.

Duret P. [2001], Sociologie du sport, Paris, A. Colin.

Duret P., Augustini M. [1993], Sports de rue et insertion sociale, Paris, Insep.

Elias N., Dunning Ε. [1994, 1ère éd. ang. 1986], Sport et civilisation. La violence maîtrisée, Paris, Fayard.

Ferreol G. (éd.) [1998], Intégration, lien social et citoyenneté, Villeneuve d’Ascq (Nord), P.U. du Septentrion.

Gibout C. [2001], « Les espaces publics du roller : tensions, contradictions et ambiguïtés », Communication au colloque « Formes de l’engagement et espace public en Europe », CREM - Université de Metz (6-9 décembre 2001).

Habermas J. [1997, 1ère éd. fran. 1978, 1ère éd. all. 1963], L’espace public. Archéologie de la publicité comme donnée constitutive de la société bourgeoise, Paris, Payot.

Louveau C., Waser A.-M. (dir.) [1999], Sport et cité. Pratiques urbaines, spectacles sportifs, Rouen, CETAPS - Université de Rouen

Mongin O. [1995], Vers la troisième ville, Paris, Hachette.

Paillard I. (dir.) [1995], L’espace public et l’emprise de la communication, Grenoble, Ellug.

Pociello C. [1995], Les cultures sportives. Pratiques, représentations et mythes sportifs, Paris, Puf.

Quere L. [1992], « L’espace public : de la théorie politique à la métathéorie sociologique », Quaderni, n° 18 : 77.

Sansot P. [1992], « Le football des trottoirs », Les gens de peu, Paris, PUF, p. 141-154.

Sennett R. [1976], The fall of public man, New-York (USA), Knopf.

Travers M. [1995], « Les deux parties de football : dans le stade et au pied des immeubles », Football : jeu et société. Les entretiens de l’INSEP, Paris, Insep, p. 295-307.

Travers M. [1997], « Le football de pied d’immeuble. Une pratique singulière au coeur d’une cité populaire », Ethnologie française, n° XXVII : 188-196.

Vieille-Marchiset G. [1999], « Sports urbains auto-organisés et politiques municipales d’équipements sportifs : l’exemple du basket de rue », Revue européenne de management du sport, n°2 (oct. 99) : 53-75.

Vieille-marchiset G. [2000], Sports de rue et champ des pouvoirs sportifs. Les conflits comme expression du changement social dans l’espace sportif local. Thèse de Doctorat de Sociologie, Université Marc Bloch (Strasbourg), UFR STAPS.

Vivier C., Loudcher J.-F. (dir.) [1998], Le sport dans la ville, Paris, L’Harmattan.

Notes

2 Nous comprenons explicitement ce terme selon l’acception que lui donne Jürgen Habennas (1963) dans son ouvrage L’Espace public. Archéologie de la publicité comme dimension constitutive de la société bourgeoise.

3 cf. Basson J.-C. (2000) ; Chantelat P., Fodimbi M. & Camy J. (1996) ; Duret P. & Augustini M. (1993) ; Louveau C. & Waser A.-M. (dir.) (1999) ; Maillard (de) J. (2000, « Sport et quartiers : les ambivalences des nouveaux partenariats urbains », in Territoires et développement local. Actes du colloque de l’Université d’Eté UFOLEP-USEP, p. 85-97) ; Vieille-Marchiset G. (1999 & 2000), etc.

4 Nous soulignerons néanmoins quelques travaux francophones récents allant dans ce sens, même s’ils se centrent prioritairement sur les pratiques sportives auto-organisées et/ou individuelles : Adamkiewicz E. (1995 & 1998), Corneloup J. («  Urbanité et pratiques de nature durant la modernité » in Vivier C. & Loudcher J.F., 1998, p. 247-260), Gibout (2001) ou Vieille-Marchiset G. (2000 & 1998 « Culture et sociabilité sportives des basketteurs de rue : entre liberté et dissidence » in Vivier C. & Loudcher J.-F., 1998, p. 207-216).

5 Les travaux ou ouvrages de Bodin D. & Heas S. (2002), de Chantelat P., Fodimbi M. & Camy J. (1996 & 1998), de Duret P. (2001), de Pociello C. (1995), de Sansot P. (1992) ou de Travers M. (1997 & 1995), entre autres, inscrivent ou rappellent la triple orientation des pratiques sportives ordinaires d’une part vers la coexistence entre la compétition et l’entraînement, mais aussi de plus en plus conséquemment, vers les pratiques auto-organisées.

6 Les pratiques auto-organisées, ainsi que l’ont bien montré Adamkiewicz E. (1998), Chantelat P., Fodintbi M. & Camy J. (1996 & 1998), Duret P. & Augustini (1993), Sansot P. (1992), Travers M. (1995 & 1997) ou Vieille-Marchiset G. (1998 ibid., 1999 & 2000), concernent principalement deux sports collectifs : le foot (par opposition au football institutionnalisé) et le basket (ou street-basket, par opposition au basket-ball des clubs affiliés au mouvement fédéral). Cette dernière pratique a bien évidemment nourri notre observation et notre analyse. Cependant, nous avons aussi pu rencontrer, çà et là, principalement lorsque l’opportunité d’accès à un matériel adéquat était possible, des usages « libres » ou autoorganisés du hand (à différencier, sur le même principe, du handball associatif et fédéral), même si la liberté prise avec les règles le faisait parfois basculer vers une formule plus ou moins hybride entre hand et foot.

7 Bodin D. & Heas S. (2002), Ibid., p. 160.

8 L’arbitre expérimenté, maîtrisant convenablement les deux équipes engagées dans le match, pourra tolérer éventuellement, et à sa totale discrétion, une remarque ou une contestation d’un joueur (préférentiellement le capitaine) ou d’un entraîneur, si elles ne se renouvellent pas ou peu. L’un de ces derniers saura, jugeant la situation de match et le profil arbitral, « jouer » avec le maître du jeu, le retournant à son profit, parfois à ses dépends, par des interventions verbales ou gestuelles faisant suite à certaines décisions prises. Pour se rencontrer régulièrement ou être tentées parfois, ces interventions n’en sont pas moins marginales et ne remettent pas en cause le caractère monodirectionnel et arbitraire de la décision, et donc le caractère restreint de la situation délibérative.

9 Nous pensons en particulier aux menaces ou aux « chambrages » des adversaires, destinés à les intimider ou à leur faire « perdre les pédales », à leur faire oublier leur maîtrise de soi et les fondamentaux de la pratique sportive indispensables pourtant à la qualité du jeu produit par quelque équipe que ce soit. cf. Bayer C. (1995), « Analyse structurale des sports collectifs », in L’enseignement des Jeux Sportifs Collectifs, Paris, Vigot ; Mariot J. & Delerce S. (2000), « Sports collectifs. Nouvelle approche didactique fonctionnelle », in Revue EPS, n°283 (mai-juin 2000), p. 61-66.

10 cf. Arendt H. (1983), en particulier le chapitre n°2 « Le domaine public et le domaine privé », p. 59-121.

11 Le concept d’affordance a été inventé par J.J. Gibson dans diverses publications entre 1958 et 1983. Il est précisé dans Gibson J.J. (1979), The ecological approach to visual perception, Boston (USA), Houghton-Mifflin. Il désigne ce qu’un fait ou un événement particulier peut offrir de positif, ou de négatif, à une personne en raison de sa capacité à contrôler les circonstances et à actualiser sa pratique en fonction de ces dernières. Pour une présentation pertinente de ce concept voir : Turvey M.T. (1992), « Affordances and Prospective Control : an Outline of the Ontology », in Ecological Psychology, 4 (3), p. 173-187.

12 Cette première expression, largement usitée, suggère l’idée d’un bilan, retour critique collectif sur une performance passée. Si elle s’inscrit bien dans une perspective délibérative, elle est cependant peu productive en termes de parole nouvelle et convergente. Très souvent, si l’analyse a posteriori permet d’aplanir d’éventuelles tensions ou des ressentiments liés à une incompréhension mutuelle certaine entre joueurs, elle est peu productive quand s’élabore la nouvelle orientation de l’équipe pour les compétitions à venir. La vertu est essentiellement celle d’un défouloir avant d’être productive et efficiente dans une logique délibérative.

13 Cette seconde expression, rencontrée avec une équipe et proposée ultérieurement à quelques animateurs sportifs et entraîneurs pour comprendre leur sentiment à son égard, révèle une tentation expressive plus certaine. Sur le modèle des « murs de libre expression » de la Chine Populaire, l’idée est de favoriser à la fois la fonction d’exutoire et celle de libération émotionnelle du trop plein de contrôle social mais aussi de solliciter la force propositionnelle des agents sportifs présents lors de l’entraînement comme de la compétition. En pratique, le contrôle social freine beaucoup la libre expression et la technique favorise fréquemment une délation stérile quant à la capacité délibérative. Le personnel encadrant sollicité pour la tenter se réfugie souvent derrière son impossible mise en pratique, son aspect a priori destructeur sur la cohésion sociale, ou encore le délai de latence nécessaire à son fonctionnement efficace, lesquels justifient leur refus ou leur réticence certaine à tenter l’expérience.

14 cf. Arendt H. ibid. ; Paillard I. (dir.) (1995).

15 cf. Cordonnier L. (1997). L’auteur, discutant autour du fameux dilemme du prisonnier, y organise la confrontation entre la rationalité économique libérale censée fournir le principe de l’échange marchand (Adam Smith et ses descendants spirituels) et la logique « archaïque » du don-contredon chère à Marcel Mauss. Il montre qu’une logique de « coopération et réciprocité » nécessite, chez les agents sociaux en interactions dans quelque situation sociétale que ce soit, l’existence d’autres qualités en opposition à la « réactivité » patiente et passive de la théorie économique.

16 La doxa se définit, selon Louis Pinto (1991, « La doxa intellectuelle », in Actes de la recherche en sciences sociales, n° 90, p. 95-100), comme « cet ensemble relativement systématique de mots, d’expressions, de slogans, de questions et de débats dont les évidences partagées délimitent le pensable et rendent possible la communication... ». Elle est le produit des échanges entre différentes élites sociales dans des «...lieux neutres propices à l’atténuation des différences et au cumul des capitaux relativement hétérogènes » (p. 95). Nous postulerons l’opportunité de décliner ce concept dans le champ des pratiques sportives. Ce dernier, en s’autonomisant, a positivement produit un discours spécifique et souverain dont la maîtrise paraît le nécessaire garant d’une intégration efficace dans le champ.

17 Nous nous référons alors aux travaux de Louis Quéré (1992), lesquels suggèrent cette dichotomie dans la définition d’une théorie à la fois politique et sociologique de l’espace public.

18 cf. Michel de Certeau (1980).

19 Ce concept de « relations sociales généralisées » a été introduit par Bernard Miège (1995, « L’espace public : perpétué, élargi et fragmenté », in Paillard I. (dir.) ibid., p. 163-175.). Il a commencé à le mettre en évidence avec Yves de la Haye (1984, cf. infra) et l’a finalisé quelques années plus tard (1997, La société conquise par la communication. Tome 2 : la communication entre l’industrie et l’espace public, Grenoble, Pug). Principalement dédié à l’analyse des phénomènes de communication politique et de leurs inférences avec les sphères médiatiques, techniques, sociales et économiques, nous nous proposons de l’étendre, dans une version pour l’heure édulcorée, au champ sportif.

20 cf. Deliège R. (« Vers un nouveau tribalisme ? Du relativisme au politiquement correct », pp. 167-196), Maclet T. (« La République, exception française ou idée universelle ? », p. 197-227) & Pierrot A. (« Le multiculturalisme : un langage faussement concret », p. 229-261) in Ferréol G. (éd.) (1998), Mongin O. (1995), p. 108 & alii..

21 Deliège R. (1998), ibid., p. 167.

22 cf. Adamkiewicz E. (1995 & 1998), Chantelat P., Fodimbi M. & Camy J. (1996 & 1998), Duret P ; & Augustini M. (1993), Louveau C. & Waser A.-M. (dir.) (1999, ibid.) ou VieilleMarchiset G. (1998, ibid.).

23 Giraud M. (« L’ethnicité comme nécessité et comme obstacle », p. 137-165), in Ferréol G. (éd.) ibid., p. 137.

24 Haye (de la) Y (1984), Dissonances. Critique de la communication, Grenoble, La Pensee Sauvage, p. 87.

25 Nous pouvons ici risquer un parallèle avec l’étude des savoirs « traditionnels », « autochtones » et « indigènes » qui, jusqu’à la publication par Claude Lévi-Strauss de La Pensée sauvage (Paris, Plon, 1962, rééd. 1993), étaient discrédités, décrédibilisés et déniés dans leur capacité à construire des savoirs d’action servant dans le vie quotidienne mais aussi des savoirs théoriques propres à nourrir leur rapport au monde, aux Autres et à la société. Aujourd’hui encore, dans l’univers urbain des pratiques sportives auto-organisées, ces savoirs « ordinaires » sont très souvent ostracisés, présentés comme inopérants dans leur capacité à produire tant des savoirs d’action que des savoirs théoriques.

26 cf. le concept de poïétique développé par Michel de Certeau (1980, ibid.). L’auteur, avec une évidente posture romantique et idéaliste, y prend le contre-pied des analyses de la culture populaire comme enfermant l’homme ordinaire dans un standard de consommation et de spectacularisation passives et aliénantes. Il veut, au contraire, montrer sa capacité d’invention méconnue, son aptitude à l’innovation quotidienne et à la « combine », lesquelles lui permettent de prendre de la distance vis à vis de la société globale et de la dominante culture de masse.

27 cf. Cordonnier L. (1997) ibid., p. 27-59 & 181-199.

28 cf. Habermas J. (1997) ibid., p. 38-98 et 149-188.

29 Ostrowetsky S. (dir.) (1996), Sociologues en villes, Paris, L’Harmattan. Dans la même veine, nous lirons utilement les interrogations d’Annie Guédez sur la re-définition de l’urbanité et de la citoyenneté opérée par les représentations spatiales et les pratiques identitaires des habitants des « villes ». cf. Guédez A. (1998, « néo-urbains, néocitoyens ? », in Ferréol G. (dir.) ibid., p. 63-77.

30 cf. Basson J.-C. (dir.) (2000) ; Basson J.-C. & Smith A. (1998) « La socialisation par le sport : revers et contre-pied », in Les Annales de la recherche urbaine, n° 73, p. 33-39 ; Gibout (2001) ; Maillard (de) J. (2001, « Le sport dans les quartiers : mobilisation et ambivalences », in Pouvoirs locaux, n° 49-II/200l. p. 67-71) ; Mongin O. (1995) ; Vieille-Marchiset G. (2000).

31 A la suite des travaux d’Habermas (ibid.) et de leur re-lecture par Erik Neveu (1995, « Les sciences sociales face à l’espace public, les sciences sociales dans l’espace public », in Paillard I., ibid., p. 37-64), nous retiendrons pour ce terme l’acception suivante : la confrontation des arguments comme moyen d’éclairer, de donner du sens - signification et direction - au débat.

Auteur

Maître de Conférences en STAPS - Sciences sociales. Sociologue, chercheur au laboratoire ICoTEM, E.A. 2252, M.S.H.S. de Poitiers. Chercheur associé aux laboratoires Institut des Mers du Nord (IMN) et RELACS, Université du Littoral-Côte d’Opale, MRSH (Dunkerque). Adresses électroniques : Christophe.Gibout@univ-littoral.fr ; Christophe.Gibout@univ-poitiers.fr.

© Presses universitaires François-Rabelais, 2004

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540