Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

La situation délibérative dans le débat public

 | 
Bernard Castagna
, 
Sylvain Gallais
, 
Pascal Ricaud
, 
et al.

Domaines de mise en œuvre

L’immigration en débat dans l’espace public français

Dominique Desmarchelier

Texte intégral

1En comparant les types d’arguments invoqués lors des discussions à l’Assemblée nationale à propos de l’Immigration (loi Relative à l’Entrée et au Séjour des Étrangers en France et au Droit d’Asile, dite loi Chevènement), avec ceux observés dans les émissions-débats sur les chaînes de télévision, ou entre citoyens dans des lieux publics, nous tenterons de mettre en évidence les déplacements thématiques et la dissémination des opinions dans l’espace public en France.

DÉLIBÉRATIF ?

2Au livre I de la Rhétorique (ch.3. 1358b), Aristote définit trois genres oratoires : le délibératif, le judiciaire et l’épidictique. À propos du premier, il précise : « Dans une délibération tantôt l’on conseille, tantôt l’on déconseille ; car toujours ceux qui donnent un avis pour un intérêt particulier ou ceux qui haranguent le peuple pour un intérêt commun font l’une de ces deux choses (...) Il y a des temps pour chaque genre : pour le conseiller, l’avenir. (...) Chacun des genres a des fins différentes (...) pour qui conseille, l’utile et le nuisible. »

3En quelques lignes, tout semble avoir été clairement défini par le philosophe grec. Au chapitre suivant, il va même jusqu’à dresser la liste des sujets sur lesquels il convient de délibérer : les revenus, la guerre et la paix, la protection du territoire, les exportations et importations, enfin, la législation.

4Une réflexion hâtive pourrait nous donner à croire que le débat sur l’immigration concerne exclusivement l’aspect législatif, or en observant les discussions, nous constatons rapidement que parler de l’immigration et donc des immigrés, c’est aussi aborder les questions de revenus, de protection du territoire, de sécurité, de menace de guerre.

LES LIEUX DU DÉBAT

  • 1 Desmarchelier Dominique et Doury Marianne (Coordinateurs), mars 2001 : L’argumentation dans l’espa (...)

5Notre propos a pour origine un rapport rendu à la Région Rhône-Alpes en 20011, (désormais A.D.I 2001) portant sur des débats parlementaires, des débats télévisés, des textes officiels relatifs à la scolarisation d’enfants issus de l’immigration, des articles de l’Encyclopædia Universalis, des sites Internet, des discussions entre étudiants et des conversations chez un marchand de journaux. Cette recherche exploite les compétences de deux équipes en analyse argumentative d’une part, et en analyse du discours et lexicométrie, d’autre part.

6Nous nous limiterons, dans le cadre de cette communication, aux types d’arguments invoqués dans les différents lieux et à leur circulation.

PLACE DE L’ARGUMENTATION DANS L’ESPACE PUBLIC

7Dans sa préface à la nouvelle édition de l’Espace public, Habermas, considère qu’à une vision de l’Espace Public comme lieu de débat pour une élite restreinte et éclairée, succède l’idée d’un lieu de mise en commun des points de vue et de circulation des énoncés susceptibles de faire sens et de renforcer des identités (énoncés des journalistes, des politiques, des experts, des « gens » [expériences individuelles]).

8Un premier inventaire des thèmes abordés dans le « débat public », en rapport avec l’immigration, nous permettra de mettre en évidence les similitudes et les différences en fonction des lieux et situations.

9Selon les corpus (et en fonction de leur taille respective), nous avons eu recours aux outils de la lexicométrie (cooccurrences, fréquence, segments répétés) ou au contraire à des analyses plus qualitatives consistant à relever les thèmes abordés (analyse de contenu) au cours de la discussion. Il nous semblait en effet peu scientifique d’appliquer des calculs statistiques à des corpus de quelques milliers d’occurrences.

*A propos de la « tradition de l’intégration à la française », on renverra à l’excellent article de Gérard Noiriel (« Histoire(s) d’immigration » dans Manières de voir. Le Monde diplomatique n° 62, mars-avril 2002 p. 30-34).

COMMENTAIRES DU TABLEAU

10Certains corpus, plus spécifiques (rapports DEP et CES) n’abordent qu’un ou deux thèmes (scolarisation des enfants issus de l’immigration, cultures différentes).

11À l’inverse, les discussions à l’Assemblée nationale, les débats sur les médias (TV) et les communications sur le forum Internet sont l’occasion d’aborder une grande majorité des thèmes du tableau.

12Si nous effectuons à présent une lecture horizontale (en fonction de chaque thème), nous constatons que les thèmes les plus abordés (cultures différentes, chômage, statut juridique, délinquance, religion, vie quotidienne) apparaissent dans 5 corpus sur 7.

13On notera par exemple que les problèmes liés à la vie quotidienne (promiscuité) sont aussi bien présents à l’Assemblée nationale que dans la discussion dans le magasin. Il sera intéressant d’observer ultérieurement si la nature des arguments (exemple, témoignage, expert) est la même dans ces différents lieux. À titre d’exemple comparons ces propos tenus à l’Assemblée nationale, relatifs à la polygamie :

14Ch. Cova (RPR) : Pour épouser des femmes là-bas et les ramener en France !

15Ch. Cova (RPR) : Vous les connaissez mal, ils ramènent des minettes de quinze ans !

16B. Accoyer (RPR) : Ils sont plus vigoureux que vous !

  • 2 Corpus recueilli par Marianne Doury (A.D.I 2001)

17Avec ceux entendus dans la maison de la presse2 :

18F1 : ah: rue des Envierges | (...) rue des Envierges y a (.) y a (.) y a quat’femmes (.) pour le mâle (.) le

19C4 : | ah oui rue des Envierges y en a beaucoup

20F1 : mâle et y a vingt gosses dans (.) dans un quat’pièces

21F2 : non (.) c’est vrai (.) | elle a raison

22F1 : | alors::

23C4 : y en a quelques uns comme ça | (..) oh pas beaucoup hein

24C : | ouais:: mais c’est pas la majorité :

25F2 : non (.) y en a pas beaucoup

26F1 : si (.) dans (.) dans mon immeuble y a une famille de noirs qui sont arrivés i sont très propres (..) y a deux femmes (...) et (.) et y en a une qui en fabrique l’autre elle est stérile paraît-il (.) y a elle a déj- et ça | elle est mariée depuis (..) elle est elle est mariée depuis six ans (..) elle a six enfants

27C : | c’est une jumente alors [riant]

28F1 : déjà (..) maint’nant (.) elle entame le septième (.) alors ma gardienne qui a pas sa langue dans sa poche (.) elle lui a dit mais (.) vous allez en avoir combien comme ça (.) alors | (.) elle elle a dit

29F2 : | ça ça s’dit pas ça

30F1 : mais oh:: huit peut-être dix douze enfin (.) c’est celle celle qui est stérile qui a répondu pour

31C : quatorze [riant]

32Seule différence observable, si pour les députés le discours est placé sur le mode générique (ils, les), entre les clients du magasin, on passe au mode du particulier attesté (dans mon immeuble, y a une famille...).

33De même, retrouvera-t-on dans les différents lieux la distinction entre immigration régulière et immigration irrégulière (clandestine) :

34Assemblée nationale :

35séance 8 (8/4/98) Thierry Mariani, RPR. (...)

36Le certificat d’hébergement est un instrument de lutte contre l’immigration irrégulière, mais c’est aussi un outil qui permettait aux étrangers de bénéficier de conditions de résidence décentes sur notre sol. Pourquoi donc voulez-vous le supprimer ? Je vous citerai cette phrase du président Fabius, que vous trouverez page 1334 du Journal officiel du 25 février 1997 : « Les certificats n’avaient qu’un but : préserver la dignité de l’étranger accueilli sur notre sol, lui garantir un toit, assurer sa santé physique et morale, mettre fin à l’exploitation de la misère des plus pauvres à laquelle se livrent les marchands de sommeil. »

  • 3 Corpus recueilli par Christine Barats (A.D.I 2001)

37Débats sur les médias3 :

38Charles Pasqua : Oui. J’crois que (traîne) le problème de l’immigration c’est avant tout celui de l’immigration (pause) irrégulière, de l’immigration (pause) clandestine. C’est cela qui pose problème. Et c’est cela qui pose problème notamment heu par rapport à ceux qui heu sont entrés légalement et qui sont installés régulièrement sur notre sol. Parc’que quand les gens entrent heu, sont dans une situation irrégulière, ou y deviennent heu la proie des esclavagistes c’t-à-dire des gens qui font travailler à bas prix dans des conditions inhumaines etc., ou bien alors heu ils tombent entre les mains des, des, des trafiquants de drogue etc. (Et) du même coup se fait l’amalgame (pause) entre (pause) immigré(s), délinquant(s) et ça c’est extrêmement préjudiciable (pause) pour la démocratie. Alors j’crois que le, global’ment heu la France a réussi, et elle continue à réussir d’ailleurs, (pause) l’intégration. 80 % des gens ne posent aucun problème.

  • 4 Corpus recueilli par Christian Plantin (A.D.I 2001)

39Discussion entre étudiants4 :

40Laurent [22,35] : l’immigration clandestine

41on est allé là-bas on est allé dans ces pays là sans aucun sans aucun droit en fait finalement on leur a imposé plus ou moins notre culture notre façon de vivre et cetera

42y rêvent de notre pays et cetera je comprends tout à fait moi qu’il y ait de l’immigration clandestine et cetera mais c’est nous qui l’avons créée finalement quelque part donc heu::

43Ahmed [23,45]

44nous les étrangers que la France a fait appel tous les étrangers à qui la France a fait appel

45les personnes qui sont intégrées ici les personnes étrangères et qui vivent ici qui sont peut-être heureux d’être ici peut-être souhaitent aussi amener leurs proches leurs proches venir vivre avec eux ici et :

  • 5 Corpus recueilli par Michel Marcoccia (A.D.I 2001)

46Forum Internet5 :

47Pasquier Guillaume étudiant

48Malgré les prises de position démagogique des partis de gauche durant la campagne des dernières législatives, on constate, maintenant qu’ils sont au pouvoir, que leur position sur le problème de l’immigration clandestine n’est pas si éloignée de celle de leur prédécesseurs de droite. Du moins en ce qui concerne la gauche non-extrémiste.

4917.09.97 11h26 Mensonges : il y a eu abrogation Gorjestani Teymouraz Lycéen

50Les lois Pasqua-Debré ont été abrogées au contraire de ce que peuvent dire les hommes politiques. En effet, de nombreuses mesures inscrites dans ces lois seront effacées par le nouveau projet de loi Chevènement. C’est une honte. En effet, comment veux-t-on lutter contre le chomage et la précarité si l’on fait un appel d’air à l’immigration. (...)

51L’angélisme, incarnée par la gauche n’a pas de place en cette fin de 20 esiècle. Il faut lutter le plus efficacement possible contre l’immigration (...) Je lance donc un appel au gouvernement de ne rien supprimer des lois Pasqua-Debré mais au contraire de combattre plus fortement l’immigration clandestine. C’est l’avenir de la France qui se joue.

52Vers une typologie des arguments

  • 6 Breton Philippe, 1996 (2001) : L’argumentation dans la communication, La Découverte/Repères. Paris (...)

53Nous nous fonderons sur la classification proposée par Philippe Breton6, Autorité, Analogie, Cadrage et Communauté, pour mettre en évidence les similitudes voire les glissements d’arguments. À ce sujet, nous nous interrogerons sur la circulation des arguments entre les différents lieux du délibératif qu’ils soient institutionnels (Assemblée nationale, Textes officiels), médiatiques (Débats télévisés, Internet), ou publics (Université, Magasin).

54La famille des arguments d’analogie met en œuvre des figures classiques, comme l’exemple, l’analogie à quatre termes ou la métaphore, en les dotant d’une portée argumentative. (Ph. Breton, 2001, p. 43)

55La famille des arguments d’autorité recouvre tous les procédés qui consistent à mobiliser une autorité, positive ou négative, acceptée par l’auditoire et qui défend l’opinion que l’on propose ou que l’on critique. (Ph. Breton, 2001, p. 43)

1 Ph. Breton distingue compétence et expérience en fonction du caractère plus théorique et institutionnel de l’expert (statut reconnu) à qui l’on confère une compétence dans un domaine, à la différence de l’individu qui a acquis une expérience, sans que cela ait modifié son statut dans la société.
2 Certains témoignages prennent valeur d’exemple.
3 On rappellera que pour Perelman, l’argumentation par l’exemple implique quelque désaccord au sujet de la règle particulière que l’exemple est appelé à fonder, alors que l’illustration a pour rôle de renforcer l’adhésion à une règle connue et admise.

COMMENTAIRES DU TABLEAU

Arguments de caution

  1. On ne s’étonnera pas de l’usage de l’argument de compétence (expert) dans les débats institutionnels et médiatiques. Ils sont favorisés par statut de certains intervenants ou par le recours à la parole d’autorités reconnues.
  2. À l’opposé, les discussions entre étudiants, sur le forum Internet ou dans la maison de la presse suscitent d’avantage des témoignages personnels ou des récits liés à l’expérience des participants.
  3. L’appel à une autorité négative favorise la disqualification de l’adversaire ou du moins du texte en débat.

Arguments d’analogie

  1. L’analogie et la métaphore semblent réservées aux débats institutionnels et au forum Internet. En revanche le recours à l’exemple est généralisé (si l’on excepte les rapports du CES et de la DEP).
  2. Quant à l’illustration, dont le but est d’actualiser une position admise, elle est présente dans l’encyclopédie, les rapports officiels et dans quelques discussions sur les médias.

EN GUISE DE CONCLUSION PROVISOIRE

56Plutôt qu’un clivage nettement différencié, nous observons un continuum allant de l’écrit le plus « rédigé » (encyclopédie, textes officiels) à l’oral le plus spontané (discussions entre étudiants ou dans la maison de la presse), avec des stades intermédiaires « d’oral préparé ou d’écrit oralisé »). Si la forme des échanges présente des différences évidentes, notamment liées aux variations de l’oral et de l’écrit, c’est bien dans la nature des arguments convoqués qu’apparaissent des stratégies différentes. Réapparaissent ainsi les grandes oppositions aristotéliciennes générique / particulier, affirmation / négation ou encore accompli / prospectif. Si les thèmes liés à l’immigration semblent partagés, le recours à l’autorité, au témoignage, à l’exemple ou à l’illustration caractérise les lieux du débat.

Notes

1 Desmarchelier Dominique et Doury Marianne (Coordinateurs), mars 2001 : L’argumentation dans l’espace public contemporain : le cas du débat sur l’immigration. GRIC (CNRS et Lyon 11) et ANACOLUT (ENS Fontenay/Saint-Cloud), Lyon, 413 p.

2 Corpus recueilli par Marianne Doury (A.D.I 2001)

3 Corpus recueilli par Christine Barats (A.D.I 2001)

4 Corpus recueilli par Christian Plantin (A.D.I 2001)

5 Corpus recueilli par Michel Marcoccia (A.D.I 2001)

6 Breton Philippe, 1996 (2001) : L’argumentation dans la communication, La Découverte/Repères. Paris, 120 p.

Table des illustrations

Légende *A propos de la « tradition de l’intégration à la française », on renverra à l’excellent article de Gérard Noiriel (« Histoire(s) d’immigration » dans Manières de voir. Le Monde diplomatique n° 62, mars-avril 2002 p. 30-34).
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/7192/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 259k
Légende 1 Ph. Breton distingue compétence et expérience en fonction du caractère plus théorique et institutionnel de l’expert (statut reconnu) à qui l’on confère une compétence dans un domaine, à la différence de l’individu qui a acquis une expérience, sans que cela ait modifié son statut dans la société.2 Certains témoignages prennent valeur d’exemple.3 On rappellera que pour Perelman, l’argumentation par l’exemple implique quelque désaccord au sujet de la règle particulière que l’exemple est appelé à fonder, alors que l’illustration a pour rôle de renforcer l’adhésion à une règle connue et admise.
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/7192/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 213k

Auteur

Maître de Conférences (Université Paris V), Délégation CNRS – ENS-LSH Lyon

© Presses universitaires François-Rabelais, 2004

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540