Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

La situation délibérative dans le débat public

 | 
Bernard Castagna
, 
Sylvain Gallais
, 
Pascal Ricaud
, 
et al.

Domaines de mise en œuvre

Élaboration de protocoles délibératifs dans le cadre de l’institution muséale scientifique. De l’évaluation des publics aux situations de communication avec les citoyens

Jean-Paul Natali

Texte intégral

I. UNE DÉMARCHE EXPÉRIMENTALE D’ÉLABORATION DE PROTOCOLES DÉLIBÉRATIFS

1Bénéficiant d’une position professionnelle dans le champ muséographique – comme chargé de projet à la Cité des sciences et de l’Industrie, Paris, (CSI) – et d’une activité de recherche en sciences de l’information et de la communication – comme chercheur associé au Centre d’Étude du Débat Public, université de Tours, CEDP – il m’a été possible de développer une démarche de [conception/analyse] portant tout d’abord sur la réalisation de dispositifs de médiation puis, depuis 1998, sur l’élaboration de protocoles délibératifs (Natali, 2001c). Ces expérimentations ont été menées dans le cadre de productions muséographiques, considérées comme participant de la constitution de l’espace public (Rasse, 1999). La démarche se fonde à la fois sur des opérations concrètes (approche pragmatique), sur des méthodologies de type systémique et sur des positions heuristiques constructivistes (Fœrster, 1981 – Natali, 2003d). Elle construit, et il s’agit là de sa caractéristique fondamentale, une intégration réflexive des processus de conception et d’analyse : le méta [dispositif/modèle] de la [conception/analyse] opère une combinaison de connaissances-projets et de connaissances-objets dans des postures alternativement systémiques et pragmatiques (Le Moigne, 1985), selon une évolution méthodologique décrite par ailleurs (Natali, 2003d).

2Il est rendu compte ici des trois dernières expérimentations menées de 2000 à 2003. Leur objectif principal est la mise en œuvre et l’étude de situations délibératives elles-mêmes focalisées sur une meilleure connaissance de la réception des productions de l’institution muséale par son public. L’évolution du protocole délibératif reproduit et modifié lors de ces trois opérations est confrontée au contexte heuristique qui le [conçoit/analyse] et à ses implications dans la politique communicationnelle de l’institution.

II. L’ÉVOLUTION DU PROTOCOLE DÉLIBÉRATIF

L’EXPÉRIMENTATION EN SITUATION RÉELLE

3Ces expérimentations visent de fait deux objectifs : ce sont d’abord de véritables opérations d’évaluation, demandées par l’institution et ayant pour but de résoudre des questionnements relatifs à une connaissance des publics, de leurs attentes et de leur agrément à ce qui leur est présenté. Ce sont ensuite des actions de recherche mettant en expérimentation un protocole et des postures heuristiques s’appliquant à déterminer l’ensemble des paramètres communicationnels de ces situations et leurs capacités à générer une discussion libre et des débats ouverts sur des thématiques liées au dispositif évalué.

Une première situation délibérative en vue de l’évaluation « bilan » d’une exposition permanente (Roches & Volcans, CSI, 2000/2001)

4Les contenus scientifiques et technologiques des expositions sont nécessairement perçus de manières différentes par les scientifiques, par les concepteurs et par les visiteurs. Ce qui pose problème quant à une évaluation globale du dispositif de médiation prenant en compte l’ensemble des acteurs de la production muséologique. Dans le but d’approcher ce problème d’une manière différente de celles ordinairement utilisées (questionnaires, entretiens, etc.), nous avons mis en place un type d’évaluation « bilan » intégrant une phase délibérative avec les visiteurs. Au cours de cette phase, une rencontre est organisée avec des scientifiques du domaine concerné. Cette première étude a porté sur une exposition thématique appartenant à Explora, l’espace des expositions permanentes de la CSI. Cette exposition d’environ 600m2 s’intitule « Roches & volcans » ; elle présente diverses connaissances sur la géologie, la vulcanologie et la tectonique des plaques, ainsi qu’un certain nombre de pratiques de recherches et de savoir-faire industriels quant à la localisation, l’extraction et le traitement du pétrole (espace Schlumberger). Un « groupe de travail » interne à la CSI a piloté l’ensemble de l’opération.

5Le panel de visiteurs sélectionnés a été constitué à partir d’un groupe d’abonnés de la CSI sollicités par courrier direct. Sur le plan des objectifs dévolus à cette opération, le « groupe de travail » a tout d’abord focalisé l’action évaluative sur plusieurs axes spécifiques (fragmentation des objectifs) : les contenus en eux-mêmes et par rapport à leurs corpus d’origine, les effets de leur médiation, les significations qui émergent des processus de communication et leur réception par le public.

6Nous avons orienté le travail délibératif sur une vision synthétique permettant une première identification des logiques d’interprétations, des postures d’appropriations et des démarches discursives de construction du sens (globalisation). Par l’intégration d’un protocole de type « Conférence de Consensus » (Kluver, 1995) et « Citizen Jury » (Gallais, 2000) au sein de l’action d’évaluation, il a été possible de recueillir des réactions et des recommandations du groupe d’abonnés à l’issue de leur travail de délibération. Celui-ci a essentiellement porté sur l’analyse et le commentaire des contenus scientifiques de l’espace d’exposition au travers de l’ensemble de ses composantes de communication et de médiation. Pour ce travail, les membres du panel ont pu bénéficier au préalable d’un dossier rassemblant les analyses et les méthodologies spécifiques mises en œuvre par des groupes de recherche et par des experts. Ils ont ensuite rencontré un certain nombre d’experts avant de rédiger une synthèse consensuelle.

Principes et déroulement de l’opération

7L’évaluation des contenus de l’exposition a tout d’abord été décomposée en actions d’évaluations spécifiques menées par des scientifiques et ciblées chacune sur un aspect constitutif de l’exposition [Phase « Experts »]. Puis, l’ensemble des résultats de la première phase a été examiné par le panel d’abonnés, dans le but de créer des croisements entre les sensibilités de réception et les expertises préalables [Phase « visiteurs »].

  • 1 D’autres composantes auraient pu être envisagées selon les besoins. Par exemple, une évaluation su (...)

8La phase « experts » : elle a d’abord consisté en une recherche, une collation et une sélection des documents existants au sujet des contenus et des dispositifs de l’exposition. Puis il a fallu identifier et solliciter des scientifiques pouvant réaliser une expertise rapide de cette exposition tant sur le plan des connaissances que sur celui des dispositifs de médiation et des processus de communication1. Cela a conduit à la production de nouveaux documents qui, associés aux précédents ont constitué le « dossier » distribué au panel.

9La phase « visiteurs » : il a d’abord fallu recruter les visiteurs volontaires prêts à participer bénévolement à notre action, i.e. « sacrifier » deux journées pleines à une semaine de distance. Un appel à participation a été diffusé par un « mailing » de 1500 lettres adressées à un échantillon d’abonnés de plus de 18 ans résidant en Île-de-France et rassemblés au hasard. Trente-cinq personnes ont répondu de manière ferme en s’engageant à participer aux deux réunions prévues. Sur cet échantillon, nous avons sélectionné quatorze personnes en nous efforçant de varier au maximum les profils. Trois « facilitateurs » ont encadré les réunions : ils avaient pour consigne de ne pas intervenir sur le fond du sujet, de ne pas orienter les discussions et de répondre de la manière la plus neutre aux questions qui leur étaient posées. Leur tâche consistait à identifier les besoins du groupe et à apporter le plus d’éclaircissements possibles à leurs questions. Un cameraman était présent dans l’espace des discussions qui se sont déroulées à huis clos : il a enregistré l’ensemble des échanges (hors pauses café et pauses déjeuner), pour un total de 11 heures de documents vidéo.

10Le matin de la première journée (le 2 décembre 2000) a été consacré à l’accueil des participants, à une discussion sur les modalités et les finalités de l’évaluation, à une observation libre de l’exposition et à une première discussion du groupe. Après le déjeuner en présence d’un des directeurs de la CSI, le groupe a délibéré à huis clos sur les contenus de l’exposition. Le « dossier » a été remis avant la séparation des participants. La deuxième journée (le 9 décembre 2000) a débuté sur une discussion à propos du « dossier » et sur la définition succincte des questions à poser aux experts. Ensuite, cette rencontre avec les experts à eu lieu avec un grand nombre d’échanges entre les deux groupes. Après le déjeuner en présence du président de la CSI, le groupe d’abonnés a délibéré de nouveau à huis clos et a élaboré la synthèse délibérative dans ses grandes lignes. Il a été convenu que cette synthèse serait achevée par une procédure d’échange de courrier entre les facilitateurs et les membres du panel selon une succession de propositions et de validations.

Résultats

11Dans le contexte de cette expérimentation, il ne s’agissait pas à proprement parler d’engranger des recommandations en vue d’une modification de l’espace. Il en résulte que, dans la mesure où cette phase ne présentait pas d’objectifs ainsi finalisés, elle a essentiellement consisté d’abord à recueillir les commentaires et les avis du panel, puis de les examiner au sein du « groupe de travail ». Ce dernier s’est donc plus particulièrement attaché à étudier la pertinence du protocole au travers de celle des documents produits par les « experts » et par les « visiteurs ». Dans ce cadre, il a été fortement remarqué que les « visiteurs » se sont rapidement investis d’une mission de réflexion sur cet espace au point de retrouver rapidement les problématiques spécifiques aux pratiques muséographiques. L’examen des contenus scientifiques a débouché sur des mises en perspectives intéressantes qui, si elles n’étaient pas totalement nouvelles, ont néanmoins permis d’obtenir des informations pertinentes sur les pratiques, les attitudes et les besoins exprimés par les « visiteurs ». Le protocole mis en place dans cette opération est apparu pertinent au regard des objectifs souhaités. Au niveau de la définition des contenus, il a généré des éléments de compréhension en ce qui concerne la triangulation communicationnelle qui s’opère entre les producteurs du savoir, ceux qui ont en charge sa médiatisation et ceux qui vont utiliser et exploiter le dispositif de médiation.

12La situation délibérative s’est avérée riche d’enseignements. En particulier, au niveau de l’expression des membres du panel. Une première analyse des processus communicationnels spécifiques de la construction du discours et des éléments d’informations qui en résultent nous a informé non seulement sur ce que pensent les visiteurs des contenus de l’exposition, mais également sur les représentations qu’ils construisent quant au rôle de la CSI, quant aux pratiques et aux enjeux sociaux de la culture scientifique, et quant à l’importance des démarches scientifiques et des productions industrielles.

13Cependant, au vu des résultats obtenus, il nous a semblé nécessaire de modifier notablement le protocole, les objectifs et les phases de ces évaluations en les centrant exclusivement sur la situation délibérative. En effet la phase « experts » nous est apparue plus comme productrice d’effets de soumission aux discours des spécialistes que génératrice d’une véritable aide à la réflexion (cf. Laügt, 2001). De plus cette expérience a également débouché sur une frustration forte du panel : en effet, l’évaluation, reconnue par eux-mêmes comme pertinente et intéressante, ne pouvait conduire à une action de réfection ou de renouvellement de l’exposition.

Une situation délibérative en vue d’une évaluation « préalable » d’un projet d’exposition temporaire (Programme « Gérer la planète », CSI, 2001/2002)

14Il a donc été choisi de travailler pour cette seconde expérimentation en amont d’un projet d’exposition afin que les recommandations du panel puissent être prises en compte par les concepteurs de ce projet. Par ailleurs, il a été préféré de ne pas préparer de documents au début de la délibération, mais d’augmenter le temps de rencontre entre le panel et les experts. De plus, le temps de réunion du panel a été augmenté d’une troisième journée de travail. Enfin, la qualité de la synthèse précédente nous a conforté dans l’idée de toucher un public plus large.

Principes et déroulement de l’opération

15Il n’y avait donc plus qu’une phase essentiellement délibérative lors de cette expérimentation. L’évaluation a porté cette fois-ci sur un projet de programmes d’expositions intitulé « Gérer la planète » et recouvrant un grand nombre de thématiques liées à la protection de l’environnement et au développement durable. Le seul document existant alors était une esquisse d’intention de deux pages rédigée par le directeur en charge de l’instruction du programme. Le panel a été constitué à partir des réponses à un appel publié dans un quotidien de la presse de l’Île-de-France, « Le Parisien ». Cet appel ne spécifiait pas le thème des délibérations.

  • 2 Le directeur général de la recherche, Peugeot s.a.
  • 3 Un directeur au département Recherche et Développement d’EDF.
  • 4 Un directeur de Recherche en écologie, CNRS.
  • 5 Un chercheur en sciences de l’information et de la communication, spécialiste des usages en médiat (...)
  • 6 Réalisée en partenariat avec l’Oréal.

16Les 6, 13 et 27 octobre 2001, huit à douze volontaires ont participé à une réflexion générale sur les contenus et les orientations du programme muséologique « Gérer la planète ». La première journée a été consacrée à la visite d’une exposition permanente sur le thème de l’« Énergie » et à la définition du travail du panel sur la thématique du programme. La seconde journée a permis au panel de rencontrer des experts du monde industriel de l’industrie automobile2 et de la production énergétique3 ainsi que du monde de la recherche scientifique4. Lors de cette journée, les membres du panel ont également pu discuter avec le directeur du programme « Gérer la planète » après présentation de ses orientations. Le troisième samedi, un expert en communication5 s’est joint toute la matinée aux délibérations. À la demande du panel, une rapide visite d’une exposition temporaire de la CSI, « Le cheveu se décode »6, a été programmée en fin de matinée. L’après-midi le panel, encadré par deux facilitatrices, a travaillé à la rédaction de cette synthèse.

Résultats

  • 7 En France, un grand nombre de musées sont financés par l’État et se rattachent à la notion de serv (...)

17Choisi à partir de l’appel à participation paru dans la presse, le panel était très hétérogène à tous points de vue (professions, âges, accès à la culture scientifique). En particulier, certains membres du groupe étaient des abonnés, alors que d’autres constituaient des éléments du « non-public », n’étant jamais venus à la Cité. Le groupe a également été assez instable puisque sur les quinze retenus, douze sont venus à la première séance et, pour des raisons diverses, huit seulement subsistaient lors de la délibération conclusive. Réagissant fortement aux propos du directeur de programme, les participants ont débattu non seulement sur ce programme, mais également sur la mission de l’institution muséale. Ils ont exprimé de manière consensuelle le fait que la CSI ne devait en aucun cas devenir « un parc à thème » malgré la prise en compte des contingences de marketing dont ils reconnaissaient entièrement le bien-fondé. L’ensemble des délibérations a fait émerger une image forte de la CSI, partagée aussi bien par les « pratiquants abonnés », les « pratiquants occasionnels » et les « non-pratiquants » : le musée scientifique est porteur de confiance, de garantie de neutralité ; il doit jouer au mieux son rôle de service public7 en aidant les citoyens à s’y retrouver dans la trop grande confusion des informations médiatiques sur les problématiques de type science/société.

18Revenant sur le thème de la rencontre, les membres du groupe ont tenu à recadrer la proposition de programme « Gérer la planète ». Ils se sont surtout attachés à proposer une structure organisant les différents thèmes qu’ils souhaitaient voir présents dans ce programme. La synthèse rend compte de ces propositions au travers des idées principales qui ont été exprimées au cours des différentes délibérations. Plus particulièrement, elle met en avant une nécessaire articulation entre des scénarios positifs et négatifs faisant état de visions prospectives de l’état de la planète, découlant principalement des décisions politiques et économiques prises (ou non) pour lutter contre les sources de pollutions actuelles et leurs développements prévisibles.

19Le protocole mis en place est apparu plus pertinent que le précédent. En particulier, le fait de commencer la délibération avec un minimum d’informations (i.e. le seul énoncé du thème) a permis de mieux engager la dimension collective du panel construite à partir des positions, opinions et représentations de ses membres, indépendamment des attentes et des premières élaborations des équipes de conception. Une grande liberté de ton s’est installée dans la discussion et a produit deux faits marquants : premièrement, la dissension entre le groupe et les propos du directeur de programme s’est formalisée par une lettre adressée au président de la Cité ; deuxièmement, les questions posées aux experts, sans être aucunement agressives, témoignaient à la fois d’un intérêt fort pour les informations apportées par ces experts et d’un souci évident de ne pas « prendre pour argent comptant » le discours sous-jacent exprimés par ces experts. De même que lors de l’expérience précédente, et malgré l’ajout d’une journée de travail supplémentaire, les membres du panel ont également regretté de ne pas disposer de plus de temps pour discuter. Il est à noter que la première grande exposition du programme à ouvrir ses portes (« Climax », 28 octobre 2003) a été organisée sur la présentation de scénarios positifs et négatifs en ce qui concerne le réchauffement de la planète. Le protocole semblait donc bien répondre aux objectifs d’évaluation poursuivis. C’est finalement les objectifs qui ont paru en deçà des possibilités offertes par la situation délibérative. Pour l’expérimentation suivante, nous avons en conséquence ouvert notre ambition au niveau des objectifs de connaissance des représentations élaborées par notre public.

Une situation délibérative en vue d’évaluer les représentations que le public élabore lors de sa visite des expositions permanentes (« Explora », CSI, 2002/2003)

20Lors de cette troisième « situation délibérative », il s’agissait de mieux appréhender les représentations que construisent les visiteurs de l’exposition permanente lorsqu’ils la visitent. De fait, elle a porté sur la globalité de la réception d’Explora par un groupe d’abonnés de la Cité et a été organisée sur quatre journées de travail. Dans un premier temps, les membres du panel ont observé une exposition temporaire (« Cerveau intime »), afin de replacer l’approche de l’exposition permanente dans ses contextes muséographiques et temporels. Dans un deuxième temps, ils ont principalement abordé les réflexions sur Explora par l’angle des rapports de communication entre la Cité (dispositifs, discours, missions) et ses abonnés. Dans un troisième temps, ce groupe d’usagers a rencontré et questionné un certain nombre de professionnels de la Cité et d’intervenants extérieurs concernés par la production des expositions. Enfin, le groupe a délibéré et produit, avec l’aide des facilitateurs, un document de synthèse sur l’ensemble de ses réflexions (pertinence, examen critique, attentes, propositions, etc.).

Recrutement

21Un « mailing » de 2 000 lettres adressées à un échantillon d’abonnés de plus de 18 ans résidant en Île-de-France a permis d’obtenir plus d’une trentaine de candidature de personnes s’engageant à participer aux quatre réunions nécessaires. Nous en avons sélectionné quatorze (pour un optimum de 12) en nous efforçant de varier au maximum les profils.

22Première séance (16 novembre 2002) : accueil, présentation de la session et première séance de discussion. Pause déjeuner, puis visite d’Explora, pause et deuxième séance de discussion. Deuxième séance (30 novembre 2002) : accueil, séance de discussion, pause déjeuner, rencontre avec des experts de la CSI (producteur des animations, concepteur des interactifs), pause, séance de discussion. Troisième séance (7 décembre 2002) : accueil et point sur les rencontres avec les experts du 30 novembre, pause, rencontre avec d’autres experts (concepteur d’audiovisuels, concepteur d’expositions, scénographe, directeur de programme), pause déjeuner, séance de discussion, pause, séance de discussion. Quatrième séance (14 décembre 2002) : accueil et élaboration des divers points du consensus, pause déjeuner, séance de discussion et élaboration de la synthèse, pause, éléments de rédaction de la synthèse.

23La synthèse a été rédigée par les facilitateurs à partir de l’ensemble des éléments qui ont été mis en avant par le groupe. Elle a ensuite été examinée et avalisée, sans modification majeure, par chaque membre du panel. Tout au long des délibérations, le groupe a construit une représentation des contextes présidant à la mise en place d’Explora et de ses relations avec les visiteurs. La même liberté de parole constatée lors de l’expérience précédente s’est mise en place très rapidement. Lors des rencontres avec les experts de la Cité, un débat spontané s’est instauré à propos d’un projet d’exposition en partenariat avec un « pétrolier » responsable, à leurs yeux, d’une récente marée noire. Deux premières conclusions s’imposent sur le plan du dispositif d’évaluation : tout d’abord, le protocole délibératif permet d’aller au-delà d’une simple estimation des effets de réception, pour initier une intercompréhension entre les positions du public et celles de l’institution ; ensuite, que la seule synthèse écrite par les membres du panel n’est pas suffisante pour développer l’analyse de cette intercompréhension. Il devient alors nécessaire de doubler l’effectuation de la situation délibérative par une analyse approfondie de la construction collective du discours. Sur le protocole lui-même, force est de constater que la délibération apparaît beaucoup plus riche quand il n’y a pas de formation préalable et que c’est simplement à partir de leurs opinions et de leurs connaissances que les membres du panel abordent la discussion.

L’INSTRUMENTALISATION EN QUESTION

24Ces expérimentations opèrent sur des thématiques et avec des enjeux fortement limités au cadre muséologique dans lequel elle s’inscrivent. Il n’est donc pas question ici de généraliser les observations réunies ici à des procédures émanant de contextes politiques gouvernementaux et de mises en œuvre de débats publics nationaux. Toutefois, ce qui distingue les protocoles ressortissent non seulement aux objectifs de la rencontre délibérative mais également et surtout aux cadres implicites et aux représentations à l’œuvre définissant les protagonistes de la délibération. En effet, une rapide comparaison des protocoles étudiés ici avec ceux mis en place lors des conférences de citoyens fait apparaître de profondes divergences dans la philosophie même de l’approche délibérative et dans la gestion de la temporalité de la rencontre. C’est notamment le cas avec la conférence organisée à l’initiative de la Commission française du développement durable, en collaboration avec la Cité des sciences et de l’industrie, les 9 et 10 février 2002, sur le thème « changements climatiques et citoyenneté ».

  • 8 Les textes cités ici sont ceux du site officiel disponibles sur Internet à l’adresse suivante : ht (...)

25En premier lieu, le panel de « seize citoyens présentant une variété de profils a été réuni par un organisme indépendant, suivant un certain nombre de critères : sexe, age, provenance géographique, activité, etc »8. Il semble clair qu’il s’agissait en fait de ventiler ces personnes selon une approche laissant plus ou moins penser, que le groupe de seize personnes était quelque peu représentatif de l’ensemble de la population. C’était donc placer cette opération dans une rhétorique de validation statistique des résultats qui ajoutait à l’intérêt qualitatif supposé une fausse justification quantitative implicite. Or, il est bien évident que, quel que soit le mode de sélection des membres du panel, ce panel n’est représentatif que de lui-même : ce qui n’est déjà pas si mal si on considère qu’il réalise une sorte d’expertise collective « citoyenne » dont on peut ou non estimer qu’elle présente une valeur analogue à celle d’un expert pris en tant qu’individu reconnu dans son domaine d’expertise. Par la suite, « ces citoyens ont reçu, au cours de deux week-ends, à huis clos, une formation aussi complète que possible sur les divers aspects du thème. Les meilleurs spécialistes, issus des milieux de la recherche et de l’université, ont participé à la formation des citoyens ». « A l’issue de ces sessions de formation, les 16 citoyens ont décidé des thèmes qu’ils souhaitaient approfondir et des profils des intervenants qu’ils souhaitaient inviter au débat public des 9 et 10 février 2002. Après avoir animé ce débat, les citoyens se sont retirés pour rédiger ce rapport, qu’ils ont ensuite présenté à la presse. Tout au long du processus, les 16 citoyens ont été suivis par un animateur-psychosociologue ».

26Autrement dit, les citoyens n’ont pas débattu sur leurs problématiques personnelles à partir des questionnements qui leur étaient propres, mais sur des désaccords induits par ce qu’on leur avait appris et ressortissant à un cadrage préalable des organisateurs de la conférence. Ce sont donc les « citoyens » qui ont dû entrer dans des constructions éristiques préexistant dans des articulations intellectuelles et des logiques technocratiques préétablies. Dès lors, les choix étaient illusoires et les thématiques s’imposaient par elles-mêmes : il en résulte que les citoyens ont été amenés progressivement à endosser des positions et des postures que d’autres avaient déjà portées et qui étaient retaillées par la « formation » à leurs constitutions personnelles. Car, sans entrer ici dans une analyse des contextes de la communication mise en place, il semble difficile de croire que les membres du panel aient pu réellement prendre une posture critique devant l’aréopage des « meilleurs spécialistes, issus des milieux de la recherche et de l’université ». Dès lors, on leur a de fait demandé de tenir une vague position d’arbitrage et de jugements entre des discours scientifiques dont ils ne possédaient pas les bases fondamentales nécessaires à leur examen. On retombe ici dans une sorte de figure mythique du « Candide » (multiplié ici par seize), chargé de faire le tri dans des expressions savantes et de résoudre, par son « bon sens naturel », nos problèmes de société. Or, l’intérêt de réunir des citoyens réside plus, à notre sens, dans l’expression collective de leurs positions personnelles vis-à-vis des affirmations socioculturelles et politico-philosophiques des problématiques abordées que de leur agrément ou non à tel ou tel fait scientifique mis en avant pour justifier des décisions politiques qui obéissent par ailleurs à des contraintes économiques et géopolitiques incontournables. De plus, et nous n’insisterons pas là-dessus, les membres du panel étaient encadrés par un « animateur-psychosociologue » (en lieu et place d’un facilitateur) qui a donc animé psychologiquement et sociologiquement les débats, avec tout ce que cela sous-entend quant à la liberté d’expression qui peut résulter de cette situation.

27Il n’est pas fait ici procès des intentions qui ont guidé les organisateurs de cette conférence. Il est simplement remarqué que les procédures à l’œuvre n’ont pu que générer une « instrumentalisation » des débats conduisant, et c’est effectivement le cas, à une synthèse correspondant presque exclusivement aux positions préalables des organisateurs (cf. le texte de synthèse), et ce, malgré la diversité politique tout autant que culturelle des membres du panel. C’était d’ailleurs ce que nous avions pu constater, toute proportion gardée, lors de la première expérimentation où nous avions tenté, en conformité au modèle danois, de « former » les membres du panel en amont de leurs discussions. L’abandon de ces procédures de formation et la décision de laisser les membres du panel libres d’aborder la thématique comme bon leur semblait n’empêchent pas, bien au contraire, d’identifier les besoins réels d’information ressentis par le groupe, à charge du facilitateur de leur fournir les personnes ressources nécessaires. Cette pratique a d’ailleurs généré une forte qualité du contenu des discussions, y compris avec les experts scientifiques très intéressés par le fait que les membres du panel apportent réellement une ouverture et des focalisations nouvelles, notamment par la prise en compte des inconnaissances tout autant que des connaissances (Natali, 2000). En conclusion de ces remarques, il nous semble important de souligner le danger réel d’une instrumentalisation procédurale lorsqu’il est attendu des citoyens autre chose que leur propre expression et lorsqu’ils sont mis en obligation de prendre (pour définir leurs recommandations) des positions et des orientations que les experts et les décideurs sont par ailleurs bien incapables de cautionner en toute sérénité.

28Ce qui précède confirme à nos yeux l’exigence d’un dispositif d’analyse des contextes communicationnels et des mécanismes de construction des discours collectifs si l’on souhaite vraiment recueillir une parole citoyenne et lui donner tout son sens. Il existe donc une double nécessité d’une démarche heuristique forte : la première, complémentaire du dispositif délibératif, pour comprendre les effets de sens et d’argumentations qui traversent et organisent les discours ; la seconde, intrinsèque au dispositif lui-même, pour analyser la situation communicationnelle dans sa complexité systémique.

III. L’APPROCHE HEURISTIQUE

29Dans notre approche heuristique, élaborations de protocoles, expérimentations et analyse des situations délibératives sous l’angle des processus de communication se construisent mutuellement au sein des activités propres de l’institution et au gré des faisabilités contextuelles. Il s’agit donc d’une démarche pragmatique d’expérimentation dont les limites d’effectuation sont elles-mêmes signifiantes des missions et des priorités de l’institution : cette contingence situe le cadre de l’action heuristique et, ce faisant, exprime l’intérêt global de cette action pour l’environnement professionnel dans lequel elle s’inscrit. De cette manière, la mise en œuvre des protocoles s’ancre dans la réalité première des faits expérimentaux et des contextes de production.

30Le discours élaboré au sein des délibérations s’exprime tout d’abord matériellement par la rédaction de la synthèse qui est effectuée en fin de session. Mais il apparaît dans toute sa complexité dans l’intégralité des échanges et des attitudes qui conduisent à cette synthèse. L’examen des enregistrements audiovisuels par des analyses de type systémique et constructiviste des processus communicationnels (Muchielli, Corbalan, Ferrandez, 1998) permet de mieux déterminer les contextes des prises de paroles et les évolutions discursives. Ces analyses de la déixis discursive, des éléments de significations et des pratiques argumentaires est actuellement en cours sur le corpus résultant de la dernière situation délibérative. Elles s’appuient sur le recueil de données sémiocontextuelles, sémiopragmatiques et sémiorhétoriques au travers de divers outils méthodologiques. Parmi ceux-ci, l’analyse des classes sémantiques des discours par une méthodologie automatisée des données textuelles (Reinert, 1986) devrait permettre d’affiner la compréhension des procès qui président à l’élaboration des représentations et à la construction des opinions chez les membres du panel. Cette approche s’inscrit d’abord dans la problématique des travaux du CEDP (Castagna, 1997) qui porte avant tout sur l’étude de l’apport des situations délibératives dans la communication scientifique et technique et la construction de l’espace public. Elle s’inscrit ensuite dans une logique d’acquisition des connaissances par l’analyse des dynamiques discursives qui résultent de la situation délibérative. Elle constate enfin que, dans le contexte où se placent ces situations, les analyses apportent également un supplément important à la définition des contenus même des délibérations. Celui-ci vient à son tour enrichir et moduler les interprétations du document de synthèse et devient un élément de la compréhension de la « parole » qui émerge du discours collectif. Cette posture heuristique prend alors son véritable sens dès lors qu’elle est associée (intégrée et intégrante) au dispositif de [conception/analyse] du protocole délibératif. Autrement dit, l’introduction du protocole délibératif dans la mise en œuvre de l’évaluation d’un dispositif de médiation a pour résultante de signifier la nécessité d’intégrer une démarche analytique dans l’effectuation de ce protocole tout autant qu’au niveau de ce qu’il produit. Nous sommes bien ici dans le contexte d’une conception/analyse qui lie intrinsèquement et de manière circulaire (Varéla, 1981) la situation délibérative aux processus heuristiques qui s’y appliquent : toute situation délibérative s’inscrit dans une démarche nécessairement heuristique, et toute analyse de cette situation devient partie intégrante du dispositif délibératif. Dès lors, dans le cadre formel d’une institution muséale, la pratique évaluative ainsi mise en effectuation instaure un nouveau champ communicationnel entre cette institution et ses usagers et redéfinit les positions mutuelles entre le musée et son public (Le Marec, 2001).

IV. L’INSTITUTION

31Les finalités classiques d’évaluation de la réception de l’exposition ont motivé le développement de protocoles intégrant progressivement des dynamiques participatives en abandonnant les schémas habituels de pratiques d’entretiens et/ou d’animations directives de groupes. La situation délibérative introduit des objectifs nouveaux qui dépassent la simple opportunité de consultation des panels de visiteurs, que ce soit dans le cadre de bilans d’exploitation ou que soit préalablement à la définition de programmes muséographiques. De ce fait, les études commanditées ont progressivement eu pour but de comprendre plus finement la situation communicationnelle entre les productions de l’institution et son visitorat, et par là, de construire de nouveaux modes de communication institution/public. En particulier, la participation des abonnés de la CSI à ces situations délibératives, a généré une demande de participation accrue de la part de ces visiteurs s’impliquant fortement dans des postures citoyennes.

32En effet, les expérimentations rapportées ici ont été le lieu d’une interrogation manifeste des panels face à l’institution : les débats ont souvent fait écho à la mission de la CSI, à son rôle de service public et aux besoins d’informations et d’orientations auxquels elle doit répondre. Mais les citoyens ne sont pas dupes : ils expriment également une distance vis-à-vis de ce que l’institution veut leur dire. Autrement dit, même s’ils exigent une information précise, fiable, utile, légitime et opérationnelle, ils n’en gardent pas moins leur libre-arbitre quant à la crédibilité qu’ils accorderont à cette information. Ils imposent un jeu communicationnel fort dont ils savent bien qu’ils risquent de ne pas réellement en maîtriser les effets (pris entre communication, manipulation, séduction, etc.), mais dont ils espèrent que, dans des pratiques de dialogues et de concertations, ils auront tout de même la possibilité de développer une liberté de pensée et surtout, de gagner une place et une liberté de parole. C’est là, en quelque sorte, que se construit l’espace public scientifique et technique dont ils ont besoin pour participer pleinement aux procédures démocratiques qui construisent leur environnement social et politique ; et que se forgent, peu ou prou, les représentations qui conforment et font évoluer leurs opinions. Mieux que dans le cadre des grandes messes nationales oscillant entre des objectifs plus ou moins instrumentaux de concertation citoyenne et d’acceptabilité des décisions politiques, les protocoles délibératifs semblent peut-être plus indiqués dans des situations locales aux enjeux moins grandioses : les situations dans lesquelles des mouvements dialogiques sont à même de se créer entre les citoyens et les institutions publiques partagées entre leur mission sociétale et les contingences inhérentes à leurs tutelles, sont sans doute plus incertaines mais également plus constructives. Reste à savoir dans quelle mesure il est possible et même souhaitable, pour l’institution, de répondre à cette demande, sachant que l’introduction de protocoles délibératifs dans des opérations à visées évaluatives reproduit, à son niveau, la base même du fonctionnement démocratique entre les citoyens et les instances de gouvernance. C’est un rôle nouveau pour l’institution muséale qui perd de sa suffisance distinctive et magistrale pour participer plus effectivement à l’espace public. Et elle ne peut réellement y parvenir que si elle favorise, développe et multiplie les situations de communication réflexive (au sens dialogique) avec son public.

Bibliographie

ÉLÉMENTS DE BIBLIOGRAPHIE SÉLECTIVE

Castagna Β. [1997], « Mobilisation, organisation et diffusion des savoirs scientifiques et techniques, les enjeux d’une problématique de recherche », Cahier de Jérico-st, n°l, Tours, Presses Universitaires François-Rabelais.

Fœrster von H. [1981], « La construction d’une réalité », p. 45-69, « Die Erfundene Wirklichkeit Wie Wissen Wir, Was wir zu Wissen glauben ? Beiträge zum Konstructivismus », R. Piper Co. Verlag, Munchen, trad. de l’allemand par Hacker A.-L., in : Watzlawick P. (dir.). [1988], L’invention de la réalité. Comment savons-nous ce que nous croyons savoir. Contributions au constructivisme, Paris, Éd. du Seuil.

Gallais S. [2000], « Citizens Jury : les principes de la méthode, les objectifs, un exemple de fonctionnement » Cahier de Jérico-st, n° 2, Tours, Presses Universitaires François-Rabelais.

Klüver L. [1995], « Consensus conferences at the Danish Board of Technology », Public participation in science, Joss S., Durant J. (dir.), Londres, British Library, Science Museum.

Laügt O. [2001], « Rencontre délibérative et positionnement de l’expert », Cahier de Jérico-st, n° 3, Tours, Presses Universitaires FrançoisRabelais.

Le marec J. [2001], « Le public : définitions et représentations », Bulletin des Bibliothèques de France, 46 (2) : 50-55, édité en ligne : http://archivesic.ccsd.cnrs.fr/documents/archives0/00/00/01/35/

Mucchielli Α., Corlaban J.-A., Ferrandez V. [1998], Théories des processus de la communication, Paris, Éds. A. Colin/Masson.

Rasse P. [1999b], Les musées à la lumière de l’espace public ; histoire, évolution, enjeux, Paris, Éd. l’Harmattan.

Reinert M. [1986], « Alceste, une méthodologie d’analyse lexicale », Les cahiers de l’analyse des données, vol XI, 4 : 471-484.

Varéla F. [1981], « Le cercle créatif. Esquisses pour une histoire naturelle de la circularité. », p. 329-345, in : Watzlawick, P., (dir.), 1981 « Die Erfundene Wirklichkeit Wie Wissen Wir, Was wir zu Wissen glauben ? Beitrage zum Konstructivismus », R. Piper Co. Verlag, Miinchen, traduction de l’allemand par Hacker A.-L., L’invention de la réalité. Comment savons-nous ce que nous croyons savoir ? Contributions au constructivisme., Paris, Éd. du Seuil, 1988.

BIBLIOGRAPHIE PERSONNELLE (extraits depuis 2000)

Natali J.-P. [2000], « Gérer l’Insu. Incognoscibilité et relativismes, obstacles et contrefaçons », Cahier de Jérico-st, N° 2, Université François-Rabelais, IUT, Tours.

Natali J.-P. [2001a], Évaluation des contenus scientifiques de l’exposition Roches & Volcans. Expérimentation d’un protocole délibératif Novembre 2000 – Février 2001, Rapport dans le cadre du contrat d’objectif 1.8 de la Cité des Sciences et de l’Industrie, mars 2001.

Natali J.-P. [2001b], Évaluation des contenus scientifiques de l’exposition Roches & Volcans, film vidéo de 29 minutes, Cité des Sciences et de l’Industrie, décembre 2001.

Natali J.-P. [2001c], « L’intégration de protocoles délibératifs dans les dispositifs de la médiation muséale scientifique et technique », Cahier de Jérico-st, n° 3, Université François-Rabelais, IUT, Tours.

Natali J.-P. [2002a], « Le développement des conférences, colloques et débats dans les centres de culture scientifique », Quaderni, n° 46 : http://www.unice.fr/mediacom/PDF/Natali.pdf

Natali J.-P. [2002b], Évaluation des contenus scientifiques du programme « Gérer la planète. Expérimentation d’un protocole délibératif-Décembre 2001 », Rapport dans le cadre du contrat d’objectif 1.8 de la Cité des Sciences et de l’Industrie, mars 2002.

Natali J.-P. [2002C], Evaluation des contenus scientifiques du programme « Gérer la planète », film vidéo de 49 minutes, Cité des Sciences et de l’Industrie, juin 2002.

Natali J.-P. [2002d], Internet, Utopie, Dystopie et Hétérotopie : du manque de réalité à la réalité du manque, actes des entretiens « Science et Éthique » à Brest 2001.

Natali J.-P. [2003a], Communications inter et intra disciplinaires : les paradigmes et les paradoxes de la médiation scientifique et technique, Actes des rencontres CCSTIvales de Suze-La-Rousse 2001/2003. http://www.maison-ceramique.org/actions/cstivales/natali.doc.

Natali J.-P., Bornemann-Blanc B. [2003b], « La participation citoyenne dans le débat public », La lettre des Entretiens européens ; « la gestion des déchets nucléaires », n° 1, 2 e semestre 2003.

Natali J.-P. [2003c], « Hybridations transmédiatiques », Médiamorphoses.

Natali J.-P. [2003d], Modélisations et conceptions de dispositifs de médiation et de délibération, Actes du Colloque de Béziers.

Natali J.-P, Le Marec J. De l’évaluation à la communication : le travail avec les usagers des musées scientifiques (Titre provisoire), ouvrage en cours de rédaction.

Notes

1 D’autres composantes auraient pu être envisagées selon les besoins. Par exemple, une évaluation sur des critères proprement pédagogiques aurait pu être menée dans le cas d’une évaluation portant sur des publics scolaires.

2 Le directeur général de la recherche, Peugeot s.a.

3 Un directeur au département Recherche et Développement d’EDF.

4 Un directeur de Recherche en écologie, CNRS.

5 Un chercheur en sciences de l’information et de la communication, spécialiste des usages en médiation scientifique et technique.

6 Réalisée en partenariat avec l’Oréal.

7 En France, un grand nombre de musées sont financés par l’État et se rattachent à la notion de service public.

8 Les textes cités ici sont ceux du site officiel disponibles sur Internet à l’adresse suivante : http://www.environnement.gouv.fr/telch/2002-t1/20020221-rapport-citoyens-cht-climatique.pdf

Auteur

Chercheur associé au CEDP - Chargé de projet à la Cité des Sciences et de l’Industrie

© Presses universitaires François-Rabelais, 2004

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540