Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

La situation délibérative dans le débat public

 | 
Bernard Castagna
, 
Sylvain Gallais
, 
Pascal Ricaud
, 
et al.

Domaines de mise en œuvre

Vers de nouvelles situations délibératives via internet : espaces publics partiels ou micro-espaces publics ?

Pascal Ricaud

Texte intégral

1Cette contribution est la première étape d’un nouveau projet de recherche guidé par l’ambition d’identifier des conditions et des signes de l’émergence d’espaces publics délibératifs à travers le réseau Internet. Il s’agit là d’un angle d’approche s’inscrivant dans le vaste champ des interrogations et recherches actuelles sur les modes et moyens d’appropriation sociale et citoyenne des TIC. C’est aussi un des axes de recherche sur les mutations ou les nouvelles formes émergentes de l’espace public.

  • 1 Ducol Claudine, Le délibératif comme outil de la raison communicationnelle in Méthodes et conduites (...)

2Ce projet est également motivé par la volonté de réfléchir à une procédure délibérative (ou une méthode) la plus adaptée possible aux caractéristiques d’Internet, espace communicationnel où circulent librement des informations et se crée du lien social, de la (re)connaissance à travers des échanges. Le délibératif, ici, doit être envisagé « (...) comme une méthode (étymologiquement le chemin à suivre) de débat mettant en jeu la raison communicationnelle. »1

  • 2 Le troisième temps étant celui de la phase réglementaire.

3Dans mon esprit, cette méthode de débat institue bien-sûr un cadre (l’espace public délibératif) pour un usage public du raisonnement ne jouant pas sur le registre de la singularité (affirmation de soi et absence de délibération) mais sur celui de la collectivité (reconnaissance de l’autre, de ses différences et partage au moment de la délibération). Au bout de la chaîne, il devrait y avoir également un temps pour la décision collective. Toute situation délibérative, en fait, devrait se référer aux deux premiers temps du processus démocratique présentés par Jürgen Habermas dans sa théorie de la discussion : le premier délibératif, le second décisionnel2.

  • 3 Floris B., Miège B. et Pailliart I., Introduction, in Pailliart Isabelle (dir.), L’espace public et (...)
  • 4 Jakubowicz Karol, Media and Democracy, in Media and Democracy, Editions du Conseil de l’Europe, Str (...)

4Après avoir évoqué les forums et listes de discussion (problème d’un espace de débat d’expression libre mais ne dépassant pas généralement le stade d’une intersubjectivité improductive) et les débats publics mis en place et élargis à Internet par des acteurs institutionnels (problème d’un espace de débat initié et contrôlé par le Pouvoir), nous pourrons aborder la méthode Delphi en tant que procédure délibérative pouvant être adaptée à ce vaste interface d’échange qu’est Internet. D’un point de vue plus conceptuel – nous renvoyant à la question de l’espace public aujourd’hui – et sous la forme d’une conclusion ouverte, nous nous interrogerons sur la nature des espaces publics identifiables à travers les situations de débat les plus abouties actuellement sur Internet. Nous nous appuierons plus particulièrement sur deux concepts que nous délimiterons : ceux d’espace public partiel (Habermas, 1996) et de micro-espace public (Dayan, 1997). En filigrane de cette courte réflexion, nous retrouvons évidemment deux questions fondamentales à propos de ce qu’est et pourrait être l’espace public : Internet reflète t-il « le passage d’un espace public dominé par le politique à un espace public dominé par la question sociale »3 ? Par ailleurs, comme le postule le modèle classique de la « sphère publique », développé par Jürgen Habermas, « l’espace public est-il autonome vis-à-vis de l’État et du marché »4 ?

I. LES FORUMS : DES LIEUX D’EXPRESSION ET DE DISCUSSION « LIBRE » ET APRÈS ?

5Au sens d’une place centrale, d’un espace public compris ici comme un lieu se définissant comme historique (Mémoire collective), identitaire (Sentiment d’appartenance collectif) et relationnel évidemment, le forum ou l’agora de la Grèce Antique était espace de discussion des affaires publiques, espace de rassemblement du peuple. L’agora désignait aussi cette sphère d’intermédiation entre espace privé et sphère publique... la société civile en fait.

  • 5 Castoriadis Cornélius, La polis grecque et la création de la démocratie, in Les carrefours du labyr (...)

6S’inscrivant dans un espace géographique et social portant les marques, les repères (cartographie, patrimoine culturel, musées, institutions...) et les valeurs d’une identité collectivement vécue, le forum permet la mise en commun et en délibération de questions et problèmes repérés et soulevés individuellement (processus de publicisation). Ces questions, ces sujets sont au minimum portés à la connaissance d’autres citoyens bien identifiés, plus ou moins informés et dont on reconnaît l’aptitude et la compétence à débattre des affaires de la Cité (Polis) – autrement dit politiques. Le forum ici apparaît comme un espace public délibératif où – au moyen d’un débat structuré mettant en jeu la raison communicationnelle –, on tente d’améliorer quotidiennement les conditions sociales d’existence. Comme le remarque Castoriadis5, en effet cet espace public que nous qualifions de délibératif n’existe qu’à partir du moment où « le citoyen comprend que la polis c’est lui et que son destin dépend de lui ». Nous sommes en présence ici d’une démarche participative, en même temps réflexive, discursive et délibérative.

7Ce modèle antique du forum nous évoque une procédure délibérative bien connue et aujourd’hui déclinée à travers divers modèles : cette procédure est basée sur le principe d’une discussion argumentée visant soit à dégager un consensus collectif avec le risque d’ignorer les opinions minoritaires (sur le modèle des Conférences de consensus danoises), soit à dégager au moins une ligne commune même ténue avec la volonté de ne pas clore mais gérer au mieux des situations de conflit (principe des propositions ou recommandations des Rencontres Délibératives du CEDP).

8Ces modèles délibératifs renvoient tous à l’éthique de la discussion où information, participation et délibération sont intimement liées. Ils ont aussi pour vocation de permettre la prise en compte des recommandations par exemple des citoyens par les élus, par les institutions... bref, au-delà du fait que l’éthique de la discussion permet dans le temps de produire des savoirs, des usages nouveaux et mieux partagés, elle doit permettre une meilleure participation ou une plus grande intégration des citoyens à la prise de décision politique.

9Le forum ou la liste de discussion sur Internet ne fonctionnent pas du tout selon les schémas décrits précédemment. Leurs objectifs diffèrent, ayant pour seul but soit la discussion (public non informé au préalable), soit une certaine forme de délibération (après information et discussion) – sous forme d’une synthèse ou d’une conclusion ouverte le plus souvent – mais plutôt marquée par une démarche militante revendicative, contestatrice, etc., et non pas par la volonté de participer à la prise de décision politique (à propos de questions éthiques, économiques, d’aménagement territorial...).

10Leur mode de fonctionnement ne permet pas le plus souvent l’expression d’autre chose que des communautés discursives, de points de vue ou d’intérêts, fondées sur des échanges symboliques (opinions, conseils...). La communication n’est pas productrice de sens supplémentaire et de progrès au niveau de la compréhension que nous avons de notre monde et de notre volonté de l’améliorer.

  • 6 Modération ne signifie pas censure. Les forums sont avant tout des espaces de discussion conviviaux (...)

11Concrètement, nous avons affaire à des structures de débat qui, partant du postulat de la parole libre (donc de l’appropriation d’Internet par ses usagers), sont le plus souvent basiques. En règle générale, les forums de discussion sont uniquement soumis à des systèmes de modération très souples6, les messages étant lus et approuvés par un modérateur avant d’être publiés. Assez rarement, les forums électroniques ne sont pas modérés et apparaissent vraiment comme des lieux de discussions « libre » entre personnes désirant s’exprimer sur un problème, un sujet d’actualité, faire partager une expérience (témoignage). Cependant les échanges sont soumis à la surveillance et à la réglementation des participants eux-mêmes veillant à la qualité des échanges, au respect des sujets soumis à la discussion etc. Une telle structure minimaliste présente au moins l’intérêt d’un principe très souvent mis en avant par les internautes organisant ces forums : celui de l’autorégulation, principe défendu d’ailleurs par les promoteurs de la démocratie directe et reposant à priori sur le sacro-saint postulat d’un individu autonome et libre, raisonnable et responsable de ses actes.

  • 7 Comme le diffuseur d’information ou le synthétiseur – il s’agit parfois d’une seule et même personn (...)
  • 8 Construire une mémoire ou un historique de chaque sujet traité, c’est participer peu ou prou à la c (...)

12Les temps changent et – comme pour d’autres médias alternatifs en d’autres temps (presse d’opinion, radios libres...) – aux structures les plus « révolutionnaires » ou présentées comme telles se substituent ou se superposent d’autres structures plus abouties, plus intéressantes mais aussi plus encadrées, voire contrôlées. On voit apparaître de nouveaux rôles : ceux d’animateur7, de diffuseur ou responsable de l’archivage de l’information8, de veilleur, de coordonnateur ou de synthétiseur effectuant et diffusant des synthèses de discussion. Il arrive également que des personnes abonnées à des listes de discussion se rencontrent physiquement.

13Diffuseurs d’informations, filtreurs et facilitateurs permettent alors une meilleure structuration de la discussion, assimilable alors à certains modèles délibératifs conditionnés par la nécessité de faire débattre des publics informés, d’établir des rapports ou des synthèses intermédiaires à chaque étape du processus délibératif, afin de rendre un problème plus intelligible donc de faciliter une prise de décision collective... La communication devient d’autant plus argumentative, délibérative quand elle se construit – comme ce peut être parfois le cas –, à partir d’une problématique ou d’un sujet initial rédigé, décidé en commun par plusieurs internautes et soumis ensuite à la discussion, au jeu des questions-réponses, avant la rédaction d’une synthèse ou d’une conclusion ouverte collectivement validée...

  • 9 Granjon Fabien, Les militants-internautes : passeurs, fïltreurs et interprètes (sur www.temps-reels (...)

14Dans le cadre de ses études sur les listes de diffusion et de discussion mises en place par ce qu’il appelle les « groupements protestataires orientés vers la défense de groupes à faibles ressources »9 (Act Up-Paris, CDSL, DAL, Droits devant ! !, MNCP, Ras l’front, etc.), Stéphane Granjon a brossé un portrait intéressant – et encourageant à propos des perspectives du débat public sur Internet – des différents participants remplissant des rôles et fonctions précis et de plus en plus structurant. Ses observations font ressortir l’émergence d’une nouvelle classe d’intermédiaires, constituée de militants-médiateurs notamment investis dans des actions de propagation de l’information. Il distingue trois catégories : les passeurs qui se contentent de faire circuler, sans commentaire et sans modification, l’information dont ils disposent et de donner une plus grande visibilité à des événements de dimension locale ; les fïltreurs qui au-delà du rôle des passeurs, cherchent à mieux cibler leurs interventions et se livrent au préalable à des opérations de sélection de l’information ; les interprètes qui remplissent la fonction « d’aides cognitives » et se distinguent par la qualité scientifique de leurs discours et la valeur de leurs commentaires, font émerger des problématiques, évaluent l’information mise à disposition sur les listes de discussion et de diffusion etc. Ainsi, peu à peu, émergeraient des débats informés et élargis aux sphères des internautes peu ou non investis dans des mouvements associatifs, politiques etc.

  • 10 L’anonymat – partiel ou total – est parfois une règle, souvent une réalité, dans la mesure où les u (...)
  • 11 « espaces aux frontières incertaines mais désireux d’exprimer une identité collective singulière à (...)

15Sur les forums de discussion, une des principales garanties de la « parole libre » – mais également l’un des principaux freins à l’émergence d’espaces publics structurés, stables et autonomes – est l’anonymat10. Chacun peut cacher son identité intime, sociale et culturelle derrière un masque (le pseudonyme par exemple), à tel point que sur la liste de diffusion comme sur le forum de discussion – où se déconstruisent et reconstruisent le plus souvent des communautés ouvertes, fluctuantes et finalement insaisissables (quid alors de l’émergence d’agoras virtuelles fondées sur de l’appartenance donc suffisamment stables ?) – nous n’avons même plus affaire à des lieux ou espaces de sens11 (en tant qu’espaces d’expression, relationnels et identitaires) où s’exposent idées et opinions communes. Il est encore moins question d’imaginer un espace public où chacun assume et exprime ses différences sur le mode du débat contradictoire.

  • 12 Fishkin James. S., Vers une démocratie délibérative : l’expérimentation d’un idéal, in L’opinion pu (...)

16L’avantage (et le problème) de l’anonymat c’est qu’il me protège, à tel point que mon implication demeure restreinte, voire inexistante. L’anonymat peut être une échappatoire, surtout dans le cadre de débats ouverts, c’est-à-dire non fondés sur des critères définissant la valeur (reconnue par autrui) et la proximité sociale et culturelle des participants. Nous sommes confrontés à la même problématique du désengagement pointé du doigt par James S. Fishkin en ce qui concerne les votants : « si je possède un droit de vote parmi les millions que compte le pays tout entier, alors j’ai peu de raisons de m’engager dans le débat. Ma participation devient anonyme parce que je suis littéralement perdu dans la multitude. »12

17En règle générale, l’espace public – si on peut le nommer ainsi – qui caractérise les forums ou les listes de discussion sur Internet, apparaît moins comme un véritable espace de délibération et de décision collective que comme un espace d’expression où s’exposent, s’opposent, se confortent des avis d’individus « anonymes »... Pour ceux qui organisent les forums de discussion, il s’agit de « donner la parole » à toute personne intéressée par le thème ou le sujet de la discussion, le plus souvent anodin cependant, s’apparentant aux « discussions de café » (les forums et listes de discussion parlant de Lara Fabian ou de Johnny Hallyday drainent certainement plus de publics que ceux traitant du développement durable ou de l’avenir et de l’utilité de l’ONU ou du FMI...).

II. LES DÉBATS INSTITUTIONNELS ÉLARGIS À LA TOILE : ENTRE CONSULTATION LÉGITIMANTE ET SIMULACRE DE PARTICIPATION

  • 13 www.démocratie locale.fr, Hermès, n° 26-27, CNRS Editions, Paris, 2000.

18Un numéro d’Hermès en 2000 indiquait que peu d’acteurs politiques prêtaient alors une attention aux nouveaux dispositifs de communication télématiques13. Or, on voit de plus en plus de débats publics organisés par diverses institutions (ministères, secrétariats d’état, collectivités territoriales...) investir la toile, à tel point qu’une exploration à partir des mots clefs « débat public » sur les moteurs de recherche les plus divers (Copernic, Google, Yahoo !...) débouche le plus souvent sur ces débats initiés et maîtrisés par les acteurs institutionnels, mais dont les associations, les organisations non-gouvernementales... peuvent être les inspiratrices et des partenaires dans l’aide à la prise de décisions. Un exemple typique : à l’occasion de la mise en place de la branche sud de la ligne TGV Rhin-Rhône, un débat portant sur « les fonctions attendues de la branche sud » et sur « les scénarios d’itinéraires possibles » fut organisé par la CNDP, une fois qu’elle fut saisie par la Fédération France Nature Environnement. Suite à ce débat, un compte-rendu devait être remis à la CNDP par le Président de la Commission créée autour de ce dossier du TGV Rhin-Rhône... Cependant, les citoyens lambdas (riverains, usagers...) n’étaient ni à l’origine de ce débat ni véritablement associés clairement aux prises de décisions, même si par courrier du 27 octobre 1999, le Ministre de l’Équipement, des Transports et du Logement avait indiqué que les décisions nécessaires à la conclusion des études de la branche sud seraient prises sur la base du bilan du débat public.

19Il n’est pas rare que le « vrai » débat structuré, réunissant publics motivés, experts et parfois élus politiques, ait lieu ailleurs... Ainsi, pour prendre un exemple représentatif, la Préfecture de la région Auvergne, en 2001, proposait un forum de discussion via Internet, après la tenue d’un débat public sur l’Avenir de l’Europe que nous qualifions d’officiel et censé être suivi d’effets, organisé le 3 Juillet 2001 à Clermont-Ferrand, en présence de Pierre Moscovici, alors ministre délégué chargé des affaires européennes. À la suite des divers « forums-débats » organisés dans chaque région et ambitionnant d’attirer un public le plus large possible, le groupe « Débat sur l’Avenir de l’Europe » présidé par Guy Braibant (Conseil d’État) était chargé d’assurer une synthèse de l’ensemble des débats. Ce rapport devait alimenter la contribution de la France à la définition des grandes orientations sur l’avenir de la construction européenne, à l’occasion du Conseil de l’Europe des chefs d’État et de Gouvernement de Laeken (Belgique, 15 et 16 décembre 2001).

  • 14 Rodotà Stefano, La démocratie électronique : de nouveaux concepts et expériences politiques, Apogée (...)
  • 15 Ibidem, p. 94.

20Il s’agit le plus souvent d’informer le public sur les modalités d’organisation, les lieux et les raisons du débat, d’offrir une documentation utile à la compréhension des enjeux du débat (dossiers, revue de presse...), de permettre aux internautes de réagir (jeu de questions/réponses à travers des messages électroniques) ou de s’exprimer directement en ligne (forums). Il n’est nullement question de participation directe aux débats, puisque les véritables lieux de délibération et de décision se situent ailleurs et les internautes peuvent très bien être consultés à posteriori, cantonnés au mieux à un rôle de « faire-valoir » de la décision prise. Nous sommes bien loin du concept de « démocratie continue » abordé par Stefano Rodotà devant se traduire notamment par un nombre croissant de référendums (pourquoi pas en ligne ?), mais également par le moyen d’un « lobbying démocratique » se manifestant par « une pression plus accentuée sur les centres de décision et sur les décideurs, grâce surtout aux possibilités offertes par l’ensemble des nouvelles technologies de communication »14. Or la déconnexion des internautes des lieux et procédures de la décision politique, pourrait être le signe de la non résolution de la question des modalités de mise en place d’une telle « démocratie continue » : en effet, doit-on confier cette mutation « à la spontanéité sociale, ou alors doit-on consciemment mettre en œuvre une construction institutionnelle de la démocratie continue ? »15 La question reste ouverte.

21Dans le cas des débats institutionnels élargis à Internet, on constate en règle générale que les lieux et temporalités de l’information/communication et de l’action sont totalement ou partiellement dissociés. S’il s’agissait véritablement de communication délibérative, d’un débat public digne de ce nom, alors communication et action seraient consubstantielles et s’inscriraient dans une seule et même procédure, dans les mêmes lieux avec un même calendrier.

22Les débats institutionnels sur Internet reposent également sur deux principes qui nous éclairent un peu plus sur leurs véritables fonctions : la proximité et la transparence.

  • 16 Vant Α., Proximités et géographies, in Approches multiformes de la proximité (Coord : Bellet M., Ki (...)

23La notion de proximité, à l’heure de l’ouverture des frontières et de la mise en réseau des territoires, des personnes, n’est plus forcément synonyme de contiguïté et de ressemblance dans l’aspect mais incarne, de plus en plus, l’idée de continuité, d’émanation et de diffusion16. Et ceci d’autant plus, il me semble, que dans notre culture de consommation généralisée les différences tendent à passer au second plan, voire à être nivelées dans bien des cas. Sur Internet, ce sont les échanges qui fondent le plus souvent cette proximité. Et à l’heure de la revalorisation du « local », du principe de subsidiarité, la proximité est devenue un véritable leitmotiv dans les discours des élus et des spécialistes de la communication politique.

  • 17 Quéré Louis, Des miroirs équivoques, Aubier-Montaigne, Paris, 1982, p. 49.

24« La raison instrumentale appliquée à l’organisation sociale voudrait que le jeu social se joue à visage découvert. L’exigence de transparence est inscrite au fronton des temples modernes de la technocratie »17. La transparence est devenue la condition sine qua non d’une communication réussie pour les acteurs institutionnels : non-altération des messages, réduction des malentendus, identité de l’émission et de la réception... Il s’agit de faire savoir, d’informer un public qui ne pourra pas dire qu’il ne savait pas...

25Proximité et transparence, les deux « mamelles » d’une communication politique réussie, apparaissent comme de véritables paradigmes d’exercice du pouvoir, réduisant considérablement les champs de l’action et de l’usage autonome de la raison chez les citoyens mais également le champ et l’horizon des « possibles ». Tout est dit (transparence de l’information) et chacun peut théoriquement prendre la parole à l’échelle locale des associations municipales, des associations de quartier, des forums sur les sites Internet des mairies... (« proximisation » de la communication), créant l’illusion d’une autonomie de la pensée et de l’action citoyenne.

26En guise de conclusion de ces deux premiers chapitres, on peut dire que nous sommes au mieux en présence de débats de société de type « participatifs » – résultant d’une démarche contestataire et autonome d’une poignée de citoyens ou d’une sollicitation institutionnelle généralement sous forme d’une simple consultation – où la phase discursive est hypertrophiée et parfois bien alimentée en amont au niveau de l’information, et la phase délibérative inexistante. Nous entendons par là qu’il n’est généralement pas question de passer d’une posture d’interlocuteur partageant au mieux des passions, points de vue, interrogations avec d’autres, à une posture de citoyen confrontant publiquement ses points de vue, opinions argumentés... et acceptant la contradiction donc de faire évoluer son opinion sur tel problème, telle question de société débattue collectivement.

27Il apparaît enfin au terme de ce rapide tour d’horizon non exhaustif mais permettant de donner une vision globale des types d’espaces de discussion et de débat dominant le net, qu’une véritable procédure délibérative est encore à inventer ou du moins qu’il faille proposer un modèle. Il s’agit au moins de réfléchir à la mise en place d’un processus délibératif – au sens d’une méthode – à moyenne portée n’ambitionnant pas forcément de traiter des questions majeures de société telles que la construction de l’Europe politique..., mais visant tout simplement à confronter des opinions, des points de vue sous le mode de discussions guidées par un objectif commun : la résolution de problèmes ou de question spécifiques – éventuellement polémiques – bien identifiés et circonscris au préalable. Delphi présente des atouts non négligeables dans une telle perspective.

III. LA MÉTHODE DELPHI COMME EXEMPLE DE COMMUNICATION DELIBERATIVE ADAPTÉE À INTERNET ?

28Mon ambition n’est pas de promouvoir cette méthode et de la présenter comme une panacée permettant de résoudre l’épineuse question de la remobilisation de pans entiers de l’opinion publique. Il est uniquement question de soumettre une première piste dans l’optique de la résolution de la question des procédures mobilisées pour créer les conditions d’une nouvelle forme de modèle délibératif, adapté à Internet, et s’avérant satisfaisant dans la production d’une efficacité sociale.

29De mon point de vue, les Rencontres Délibératives, comme les Conférences de Consensus, les Citizen Jury ne semblent pas applicables à Internet, ne serait-ce que par le fait qu’elles exigent la co-présence des publics motivés, des experts dans un même lieu à un même moment donné lors des phases délibératives. Il faudrait dès lors mettre en place un dispositif coûteux et complexe de visioconférence, afin de tenter de recréer les conditions d’un processus de décision collective visible par tous (public) du face à face, d’une communication interpersonnelle (à laquelle d’ailleurs certains internautes militants font référence avec la volonté même de retranscrire sous forme écrite la richesse du métalangage de la parole orale : intonations, accentuation, volume...).

  • 18 À propos des communautés virtuelles et des nouvelles formes de sociabilité sur Internet, voir entre (...)

30Une telle procédure délibérative, de plus, doit pouvoir intégrer ce qui fait aujourd’hui le succès des forums de discussion et autres listes de diffusion en tant qu’espaces plus ou moins structurés d’expression citoyenne participatifs. De plus, elle ne doit pas oublier que le cyberespace – nouvelle territorialité de la surmodernité – reflète de nouvelles formes d’identité et de socialisation18. Celles-ci reposent notamment la question du passage de la sphère privée (l’oikos des Grecs) à l’espace public (l’agora ou société civile, sphère intermédiaire où se forme l’opinion publique pouvant exercer sa compétence critique contre les institutions du pouvoir), autrement dit la façon dont s’articulent sphère privée et sphère publique à l’heure d’une individualisation des pratiques culturelles et communicationnelles. Par ailleurs, le succès des chat en témoigne, en écho de cette individuation répond le désir d’être aussi avec l’autre...

  • 19 Fraser Nancy, Repenser la sphère publique : une contribution à la critique de la démocratie telle q (...)

31La méthode Delphi est originellement une technique de groupe organisant et utilisant les opinions d’experts en vue de régler des problèmes complexes. Cette démarche d’interrogation – impliquant deux à quatre étapes (ou rondes) de discussion – se fait collectivement en regroupant plusieurs experts afin de favoriser l’expression libre de tous les points de vue. L’objectif est de produire un consensus dans les opinions du groupe ou de constater qu’il est impossible de parvenir à un consensus. « En général, il n’y a aucun moyen de savoir à l’avance si le processus de délibération débouchera sur la découverte d’un bien commun dans lequel les conflits d’intérêt s’évanouissent (...) ou à la constatation que les conflits d’intérêt sont réels et que le bien commun est chimérique (...) si on ne peut présumer à l’avance de l’existence d’un bien commun, alors rien n’autorise à émettre des restrictions sur les types de sujets, d’intérêts et d’opinions admissibles dans le cadre de la délibération »19.

32Delphi pourrait être décrite ainsi : il s’agit d’abord de définir précisément et clairement le problème soumis à délibération. La deuxième étape consiste à sélectionner les participants, la méthode reposant sur la qualité, la quantité et la disponibilité de ces participants. À la troisième étape – celle de la constitution d’un premier questionnaire et de son exploitation – succède le temps du rassemblement des opinions suscitées par ce premier questionnaire afin de formuler les questions du second. Le but étant d’obtenir la réaction des participants aux réponses obtenues sur le premier questionnaire. L’étape suivante est celle de la présentation des résultats statistiques au groupe des participants. D’autres rondes peuvent être envisagées (questionnaires optionnels...).

33Delphi est adaptée à Internet dans la mesure où elle ne nécessite pas la présence en un même lieu des participants. Elle repose également sur le principe d’une consultation anonyme, afin de faciliter la libération de la parole, de lever des inhibitions qui pourraient exister... L’anonymat étant un principe fondamental bien que critiquable nous l’avons vu d’Internet – faisant son succès – la démarche de Delphi est là aussi adaptée à cette réalité.

  • 20 Idem, p. 142.
  • 21 Ibidem, p. 142.

34Même si elle ne mobilise ou sélectionne habituellement que des experts reconnus pour leur maîtrise d’un sujet ou d’une problématique, un élargissement du modèle Delphi à des panels de « citoyens ordinaires » peut être envisagé..., à la réserve que la phase d’information devrait être alors révisée à la hausse. Élargir le panel des participants, permettrait de renouer totalement avec l’idée d’une sphère publique la plus large possible, pouvant être définie comme « une arène discursive dans laquelle les "personnes privées" débattraient de "sujets publics" »20 et pas uniquement de sujets concernant des corps de métier, des groupes sociaux particuliers... et seulement accessibles à des experts. Public signifiant ici des débats « accessibles à tous » (public formé/informé), « concernant tout le monde » et « se rapportant à un bien ou à un intérêt commun »21.

35Au-delà de la problématique de la mise en place d’une procédure permettant véritablement l’émergence d’agoras virtuelles se rapprochant de l’illustre modèle grec d’une agora que s’approprient, dans laquelle s’impliquent et à laquelle participent véritablement les citoyens, on peut se poser la question de l’existence aujourd’hui d’une « nouvelle génération » d’espaces publics sur Internet.

ESPACES PUBLICS PARTIELS OU MICRO-ESPACES PUBLICS ?

  • 22 Habermas Jürgen, L’espace public : archéologie de la publicité comme dimension constitutive de la s (...)

36Dans sa version de 1996 de l’Espace Public22, Jürgen Habermas conçoit les espaces publics partiels comme des espaces de reconquête où contre la domination de la raison instrumentale joue l’éthique de la discussion, participant ainsi d’une construction en réseau à même de modifier les rapports de force entre société civile et système politique, donc d’instituer un autre équilibre et partage des pouvoirs.

  • 23 Très concrètement, par exemple, le portail http://www.democratie-electronique.org, offre un éventai (...)

37À première vue, une seule catégorie d’internautes issus de la société civile et appartenant ou s’identifiant à certains mouvements sociaux (les « internautes-militants ») semblerait avoir réellement créé les conditions de l’émergence d’espaces publics partiels. Ces internautes-militants peuvent être désignés comme un ensemble d’individus qui partagent un univers symbolique (et idéologique) qui leur est propre, et éprouvant le besoin ou le désir de s’unir dans un contexte de libre association. Ils forment ainsi une communauté virtuelle existant uniquement dans la conscience de ses membres, et ils s’inscrivent dans un plus vaste mouvement aux contours très flous : celui de la cyber-citoyenneté23.

38En ce qui concerne les forums, listes de discussion sur Internet mis en place et en partie alimentés par les mouvements anti-mondialisation, des ONG, les mouvements identitaires en situation de (re)conquête d’un statut politique, d’une reconnaissance du droit à l’autodétermination par exemple..., la position occupée et les objectifs définis par ces acteurs indépendants des sphères du pouvoir politique leurs permettent d’occuper une place particulière dans le cyberespace. Ces communautés d’internautes peuvent en partie participer à la construction dans la société (réelle) de nouvelles représentations (d’un territoire, d’une culture...), de nouvelles références idéologiques, de nouveaux schémas de pensée par rapport au fonctionnement et aux finalités de l’économie, du système politique etc. Mais ils ne sont pas forcément au service de l’intérêt général (opinions agrégées de la population française, européenne...). Ces mouvements sociaux s’approprient et utilisent Internet sans chercher à soumettre leurs idées, leurs propos au débat contradictoire, argumenté et guidé in fine par la volonté de dégager un consensus. Nous voyons ainsi émerger tout au plus une mosaïque d’espaces publics partiels via Internet.

  • 24 Sur le mode majeur me semble t-il de la constitution d’une communauté de valeurs, de vues à travers (...)

39Mais le but n’est pas forcément dans ces cas d’instituer un autre équilibre et partage des pouvoirs, de produire une plus grande efficacité sociale en donnant accès à des savoirs ou à des grilles de décodage des systèmes politique et économique par exemple au plus grand nombre possible d’individus. Les internautes-militants ne sont pas déconnectés de la politique, de la sphère publique comme beaucoup d’autres internautes simples consommateurs, cordialement méprisés d’ailleurs par les premiers. Mais ils adoptent une posture consistant à remettre en question les sphères du pouvoir politique (leur légitimité même ce qui dénote une déstructuration de systèmes de représentation très anciens), à travers la promotion de modèles et processus démocratiques plus participatifs. Plus encore, c’est l’économie de marché qui est le principal objet de leurs tourments et de leurs critiques. On peut d’ailleurs dire sans se tromper que l’espace public particulier que leurs pratiques et leurs discours24 font émerger répond à cette définition d’un espace public « classique » autonome vis-à-vis du pouvoir politique et du marché (Habermas, 1996).

40Autre problème (ou décalage avec la définition initiale d’Habermas) : l’espace public partiel (où les formes s’en rapprochant) d’une certaine façon correspond à différentes formes de cristallisation partisanes ou corporatistes à travers Internet (autour d’une revendication ou d’une contestation partagée par un groupe minoritaire ; constitution autour d’un groupe restreint de personnes ayant le même statut social/le même niveau d’étude ou partageant les mêmes pratiques professionnelles, les mêmes intérêts...). Nous sommes confrontés finalement à des groupes très restreints, atomisés dans un chapelet d’espaces publics – encore faudrait-il les identifier comme tels – disséminés dans le cyberespace, tentant de construire des réseaux d’obédiences et aspirations communes à géométries plus ou moins variables. On ne doit pas négliger non plus la mobilité des individus appartenant à plusieurs groupes et dont la durée d’adhésion à un groupe – donc à un discours – est fluctuante. Porosité et mobilité permettent interconnexions et même interpénétrations entre ces différents « espaces publics ».

41Un autre concept pourrait s’avérer plus adapté dans le cas des « internautes-militants » : celui de « micro espace public ».

  • 25 Dayan Daniel, Médias et diasporas, Cahiers de médiologie, n° 3, 1997, p. 91-97.

42Ce concept développé par Daniel Dayan en 199725 – à propos des diasporas (problématique de la construction de l’identité d’un groupe) et plus largement des cultures minoritaires – est transposable aux communautés d’internautes évoquées précédemment.

  • 26 Idem, p. 97.

43La construction de ce concept de « micro espace public » part tout simplement d’un constat : les minorités identitaires sont confrontées en permanence et finalement soumises aux décisions d’une majorité et entourées de médias « généralistes » (on peut traduire par « mass-médias ») conçus pour cette majorité. Elles ont affaire à un espace public préstructuré, dominé par ces mass-médias. Elles ont dû alors inventer des alternatives avec des médias identitaires (radios communautaires, presse locale...) nécessaires à leur survie (harmonisation des dialectes en « langues » standards par exemple), surtout « quand leur présence assure le maintien des liens entre des groupes géographiquement dispersés »26 (temps commun offert à des groupes vivant au rythme d’horloges différentes...).

  • 27 Il s’agit pour ces mouvements de « s’attaquer à la déformation systématique de l’information, à la (...)
  • 28 Idem.
  • 29 Dayan Daniel, Op. cit., p. 96.

44De la même façon, dans le cadre de leur étude des internautes-militants du mouvement « antimondialisation » critiquant les mass-médias pour leur reproduction de la pensée dominante27, Stéphane Granjon et Dominique Cardon montrent que – pour répondre à l’enjeu de l’expression de l’ensemble des opinions, des subjectivités – « les médias électroniques sont au coeur des projets alternatifs de reconfiguration de l’espace public dans une visée anti-hégémonique »28. On voit émerger des sites Internet, des espaces de discussion/débat en ligne organisés par les mouvements sociaux qui contribuent – comme les médias identitaires, à la constitution de « micro espaces publics », en tant qu’espaces alternatifs d’expression. Le réseau « Internet » favorise également un processus – mis en avant par Daniel Dayan dans le cas des diasporas – de réunification ou de rapprochement de groupes géographiquement dispersés, combiné avec une perméabilité des différents « micro espaces publics » ouverts. À tel point qu’on peut difficilement « imaginer comment de tels « micro espaces publics » resteraient hermétiquement fermés à l’espace public tout court, comment ils empêcheraient la circulation de débats et de modèles de comportement dans les deux sens »29.

  • 30 À l’occasion de ce Colloque de Tours sur « La situation délibérative dans le débat public », Bernar (...)
  • 31 L’expert, dans les mass-médias, peut être défini comme un tiers qui est à la fois un « gage de séri (...)

45La charge symbolique et la dimension politique de l’agora ou du forum tel que vécu par les Athéniens à l’antiquité, apparaissaient immenses, d’autant plus qu’au final il s’agissait moins d’un simple espace d’affirmation de soi que d’un espace de participation politique régulièrement renouvelé et partagé avec d’autres individus traités à pied d’égalité et libres d’exercer une opinion critique à l’égard du pouvoir30. Il semble en aller à peu prés de même pour les internautes-militants, pour un ensemble de mouvements sociaux ayant trouvé avec Internet le média alternatif qui se rapproche le plus de leur idéal d’une expression libre, non soumise apparemment au contrôle et à la censure d’un pouvoir politique dont ils contestent au moins la vision de la société (or, les contradicteurs sont nécessaires à une démocratie...), au plus sa légitimité et sa représentativité (logiques de rupture de type séparatiste ou sécessionniste...). Un des mérites d’Internet, du point de vue des situations de débat, par rapport aux mass-médias, c’est qu’il échappe – délocalisation et transversalité des échanges obligent ? – à une trop forte emprise de l’animateur-médiateur et des experts31 et redonne la parole à la société civile en même temps qu’il rétablit le principe de l’agir communicationnel, même si les opinions sont encore trop souvent simplement juxtaposées et non mises en perspective et construites autour d’objectifs communs.

46Au-delà de ces avantages d’Internet par rapport aux mass-médias traditionnels, il serait dommage que la plupart des discussions constituent une fin en soi, comme ce peut être le cas pour les débats médiatiques. Elles devraient pouvoir déboucher sur un ensemble de propositions ou de recommandations (à l’issu de la délibération) qui soient les fruits de la confrontation constructive du savoir des experts (technè) et de celui des profanes (doxa) exploitables ensuite par l’élu politique (phase de la décision)

47En écho, face à une délitescence d’un corps électoral de plus en plus abstentionniste et perméable à des discours faussement alternatifs et extrêmes, c’est la question d’un nouveau mode d’exercice du pouvoir, associant et impliquant un peu plus les citoyens lambdas, qui nous est posée. À travers forums et listes de discussion, ce sont aussi beaucoup de frustrations, de découragements, d’incompréhensions... et la recherche de nouveaux repères qui s’expriment. En toile de fond, face à une Europe politique qui se cherche et à une décentralisation qui n’a pas encore permis de renouer suffisamment le dialogue avec les citoyens et à rétablir leur confiance dans le système politique, une autre utopie « en action » – celle de la démocratie électronique – tente d’exister en s’appuyant sur deux principes qui fondent son projet :

  • assurer une libre circulation et un accès au plus grand nombre de l’information,
  • permettre à chaque citoyen-internaute de se réapproprier un espace public libre de toute contrainte rédactionnelle et garantissant une prise de parole ouverte à tous. Il s’agit de garantir au moins l’affirmation expressive des subjectivités... ambition minimaliste mais condition nécessaire à la construction d’un véritable « projet délibératif ».

Notes

1 Ducol Claudine, Le délibératif comme outil de la raison communicationnelle in Méthodes et conduites du débat public, Les cahiers de Jéricost n° 3, CEDP, Université de Tours, décembre 2000, p. 69.

2 Le troisième temps étant celui de la phase réglementaire.

3 Floris B., Miège B. et Pailliart I., Introduction, in Pailliart Isabelle (dir.), L’espace public et l’emprise de la communication, ELLUG, Grenoble, 1995, p. 11.

4 Jakubowicz Karol, Media and Democracy, in Media and Democracy, Editions du Conseil de l’Europe, Strasbourg, 1998, p. 13.

5 Castoriadis Cornélius, La polis grecque et la création de la démocratie, in Les carrefours du labyrinthe, tome 2 – Domaines de l’Homme, Seuil, 1986 ; Seuil Points Essais, 1999, p. 325-382.

6 Modération ne signifie pas censure. Les forums sont avant tout des espaces de discussion conviviaux. Dans la mesure où les propos respectent les règles d’utilisation des Forums, les messages sont publiés.

7 Comme le diffuseur d’information ou le synthétiseur – il s’agit parfois d’une seule et même personne – l’animateur peut être désigné pour remplir cette fonction en amont, mais il peut également s’octroyer ce rôle au fur et à mesure des échanges en régulant les discussions, en relançant le débat, en sollicitant certains participants... Il est avant tout un facilitateur.

8 Construire une mémoire ou un historique de chaque sujet traité, c’est participer peu ou prou à la constitution d’une mémoire collective autour du plus grand nombre possible d’interactions sociales fondatrices d’une nouvelle forme de sociabilité...

9 Granjon Fabien, Les militants-internautes : passeurs, fïltreurs et interprètes (sur www.temps-reels.net), p. 2.

10 L’anonymat – partiel ou total – est parfois une règle, souvent une réalité, dans la mesure où les usagers de ces espaces virtuels forment des communautés basées sur les interactions sociales et non pas sur des identités sociaux-culturelles.

11 « espaces aux frontières incertaines mais désireux d’exprimer une identité collective singulière à des fins de différenciation identitaire, de pesée politique, de rationalisation économique, voire même de légitimation politique interne. Ce sont des espaces flous qui par tâtonnement tentent de dégager un « Nous » construit autour de significations (...) communes. » Laïdi Zaki, La lente émergence d’espaces de sens dans le monde, in Géopolitique du sens, Desclée de Brouwer, 1998, Paris, p. 9-10.

12 Fishkin James. S., Vers une démocratie délibérative : l’expérimentation d’un idéal, in L’opinion publique, Hermès, n° 31, 2001.

13 www.démocratie locale.fr, Hermès, n° 26-27, CNRS Editions, Paris, 2000.

14 Rodotà Stefano, La démocratie électronique : de nouveaux concepts et expériences politiques, Apogée, Rennes, 1999, p. 93.

15 Ibidem, p. 94.

16 Vant Α., Proximités et géographies, in Approches multiformes de la proximité (Coord : Bellet M., Kirat Th. et Largeron C.), Hermès, Paris, 1998, p. 102.

17 Quéré Louis, Des miroirs équivoques, Aubier-Montaigne, Paris, 1982, p. 49.

18 À propos des communautés virtuelles et des nouvelles formes de sociabilité sur Internet, voir entre autres :
- Lemos André, Les communautés virtuelles, in Société n° 45, Paris : Dunod, 1994, p. 253- 261.
- Rheingold Howard, Les communautés virtuelles (trad. Lionel Lumbroso), Addison-Wesley France, Paris, 1995, 311 p., coll. Mutations Technologiques.

19 Fraser Nancy, Repenser la sphère publique : une contribution à la critique de la démocratie telle qu’elle existe réellement, in L’opinion publique, Hermès, n° 31, 2001, p. 144.

20 Idem, p. 142.

21 Ibidem, p. 142.

22 Habermas Jürgen, L’espace public : archéologie de la publicité comme dimension constitutive de la société bourgeoise, Payot, Paris, 1996, 325 p.

23 Très concrètement, par exemple, le portail http://www.democratie-electronique.org, offre un éventail intéressant des différentes fonnes que peut prendre la cyber-citoyenneté avec un vocable aux contenus cependant hétéroclites (e.democratie à travers par exemple la promotion des espaces de débat et d’expression en ligne tel que la Web-TV Citoyenne-TV.Νet ; le e.vote, à travers par exemple le site multi-langue du projet Cyber-Vote piloté par la Commission européenne ; ou la e.gouvernance mondiale à travers les sites et forums de discussion mis en place des associations, groupements oeuvrant dans le domaine de la coopération internationale, de la promotion du développement durable...).

24 Sur le mode majeur me semble t-il de la constitution d’une communauté de valeurs, de vues à travers laquelle chacun se reconnaît.

25 Dayan Daniel, Médias et diasporas, Cahiers de médiologie, n° 3, 1997, p. 91-97.

26 Idem, p. 97.

27 Il s’agit pour ces mouvements de « s’attaquer à la déformation systématique de l’information, à la reproduction des schèmes de perception et de pensée des élites politiques et économiques. » Granjon Stéphane et Cardon Dominique, La radicalisation de l’espace public par les médias-activistes : les pratiques du web lors du second forum social de Porto Alegre, in La radicalisation en politique, table ronde n° 4 du VIIe congrès de l’Association Française de Science Politique, Lille (18, 19, 20 et 21 septembre 2002), p. 3.

28 Idem.

29 Dayan Daniel, Op. cit., p. 96.

30 À l’occasion de ce Colloque de Tours sur « La situation délibérative dans le débat public », Bernard Lamizet (La communication délibérative) décrit cette agora comme « l’espace de confrontation entre acteurs et logiques antinomiques qui fondent les références, les cultures politiques, les identités qui déterminent les acteurs de la sociabilité politique. »

31 L’expert, dans les mass-médias, peut être défini comme un tiers qui est à la fois un « gage de sérieux » pour l’émission de débat, un faire valoir et une ressource refuge de l’animateur surtout quand l’autorité de celui-ci est mise à mal. Il est également détenteur « du » savoir lui conférant la légitimité et la reconnaissance d’une certaine pertinence permettant d’élever le débat au dessus de la mêlée d’une opinion publique massifiée (du moins jugée comme telle).

Auteur

Maître de Conférences en Sciences de l’Information et de la Communication CEDP – Université de Tours

© Presses universitaires François-Rabelais, 2004

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540