Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

La situation délibérative dans le débat public

 | 
Bernard Castagna
, 
Sylvain Gallais
, 
Pascal Ricaud
, 
et al.

Domaines de mise en œuvre

La communication médiatisée par ordinateur en tant que mode de débat au sein de l’espace public

Éric George

Texte intégral

  • 1 Trois listes de discussion ont été analysées pendant plusieurs mois en 1998 et 1999 dans le cadre (...)

1L’appel à communications du colloque intitulé « La situation délibérative dans le débat public » nous a rappelé par association d’idées les prises de position de certains penseurs qui estiment que les techniques de l’information et de la communication (TIC) constituent des moyens susceptibles de contribuer à l’épanouissement de la démocratie dans un contexte notamment caractérisé par la taille importante des sociétés modernes. C’est ainsi que dès la fin des années soixante-dix, Alain Minc et Simon Nora écrivaient dans leur rapport consacré à l’informatisation de la France : « La palabre orale, avec ses rituels, équilibrait le village. La palabre informatisée, et ses codes, doit recréer une "agora informationnelle" élargie aux dimensions de la nation moderne. Ainsi se dégageront, progressivement, des accords, des compromis. Ils exprimeront un consensus engageant des collectivités de plus en plus larges, des perspectives de plus en plus lointaines » (1978, p. 124 [1980]). Pierre Lévy a repris à son compte l’hypothèse selon laquelle les TIC vont contribuer à favoriser la démocratie sur de vastes territoires. « Les techniques de communication contemporaines pourraient redistribuer la très ancienne donne anthropologique qui condamnait les grandes collectivités à des formes d’organisations politiques fort éloignées des collectifs intelligents » (1995, p. 118 [1998]). Chaque innovation technique qui a donné naissance à un nouveau dispositif communicationnel, médiatique, a toujours entraîné une multitude de discours déterministes, la plupart du temps optimistes. Mais la réalité est-elle si simple ? Dans le cadre de ce texte, nous essaierons d’aller au-delà de ces discours en effectuant une présentation critique de travaux qui ont porté sur les pratiques de communication médiatisée par ordinateur et qui ont traité plus spécifiquement des caractéristiques des échanges argumentatifs. Notre critique reposera sur nos propres recherches en la matière1.

  • 2 Traduction libre de : « Creative, interactive communication requires a plastic or moldable medium (...)

2Il semble bien que le premier texte à avoir abordé la question des échanges communicationnels basé sur l’informatique ait été publié en 1968 sous la plume de J.C.R. Licklider et Robert W. Taylor avec pour titre « The Computer as a Communication Device ». Certes, le discours tenu dans celui-ci est critiquable. C’est ainsi que l’être humain est considéré comme étant rationnel dans tout acte de sa vie et que la recherche du consensus semble toujours prédominer dans les pratiques de communication. De plus, les deux auteurs adoptent une position beaucoup plus militante qu’analytique. Mais celle-ci n’est guère étonnante car ils ont joué un rôle crucial dans la genèse de la notion d’informatique interactive de par leur position à la direction de l’Information Processing Techniques Office (IPTO) de l’Advanced Research Project Agency (ARPA) aux États-Unis, respectivement entre octobre 1962 et juillet 1964, et entre juin 1966 et mars 1969. Ce texte reste fort intéressant, ne serait-ce que parce qu’il aborde une question, celle de l’ordinateur comme machine à communiquer, qui sera développée plus d’une dizaine d’années après. Licklider et Taylor introduisent leurs propos en ces termes : « la communication créative et interactive nécessite un médium plastique qui peut être modélisé, un médium dynamique dans lequel les prémisses vont résulter en conséquences, et surtout un médium commun auquel tous pourront contribuer et pourront expérimenter. Un tel médium est à notre portée : il s’agit de l’ordinateur numérique programmable. Sa présence peut changer la nature et la valeur de la communication encore plus profondément que l’imprimerie ou le tube cathodique, car [...] un ordinateur bien programmé peut fournir l’accès à la fois à l’information et aux processus pour utiliser ces ressources [informationnelles] »2. Les deux auteurs se sont en fait surtout intéressés aux défis posés par la coopération entre experts dans un groupe qui utiliserait les ordinateurs comme outil de travail. Ils abordent le concept de « modélisation coopérative » (« cooperative modeling »), selon lequel l’ordinateur doit permettre d’expliciter et de comparer les façons dont différentes personnes appréhendent un problème, et de construire une conception groupale qui fait la synthèse optimale de toutes les positions individuelles.

  • 3 Nancy K. Baym (1998) estime que les études ont été orientées dans un premier temps vers les usages (...)

3Par la suite, c’est à partir des années 80 que les études sur la communication médiatisée par ordinateur (CMO) ont été développées. Il serait d’ailleurs préférable de parler des recherches en matière de Computer Mediated Communication (CMC) car celles-ci ont surtout été effectuées aux États-Unis où la micro-informatique s’est développée. Au-delà des thèmes abordés3, la question du type de discussion possible a été posée dans de nombreux cas. Le plus souvent, elle l’a été à partir de la comparaison entre les processus de communication en face-à-face et de communication médiatisée par ordinateur. Ainsi, Sara Kiesler, Jane Siegel et Timothy W. McGuire ont publié en 1984 un texte dans lequel ils ont fait part d’une expérimentation fondée sur des comparaisons de situations à partir de la formation de trois groupes de trois personnes : un premier groupe pratiquant les échanges en face-à-face ; un deuxième les échanges en conférence par ordinateur de façon anonyme ; un troisième les échanges en conférence par ordinateur de façon non-anonyme. Les auteurs ont mis en évidence les points suivants : (1) il y a des difficultés à coordonner les échanges suite au manque de retour immédiat de l’information. Ceci expliquerait le temps nécessaire pour aboutir à un consensus ; (2) la communication par ordinateur permet moins la domination d’une personne et ce manque de leadership peut aussi expliquer la difficulté à obtenir un consensus ; (3) la communication électronique favorise la dépersonnalisation des échanges et un détournement de l’attention de l’auditoire. Sara Kiesler, Jane Siegel et Timothy W. McGuire ajoutaient que les résultats auraient peut-être été différents avec des dispositifs techniques basés sur le son et l’image, mais qu’ils sont demeurés intéressants, la tendance étant plutôt à la communication électronique textuelle. Leur remarque demeure largement valable plus de quinze ans après en ce qui concerne les échanges communicationnels par Internet.

I. INTERNET COMME CONSTRUCTION DÉMOCRATIQUE ?

  • 4 Des protocoles de base TCP/IP aux applications telles que FTP, Telnet, le courrier électronique, l (...)

4Les problématiques sur l’ordinateur comme moyen de communication se sont justement multipliées à partir de la moitié des années 90 alors qu’Internet a été de plus en plus présent tant sur les lieux de travail, qu’au domicile et dans les lieux publics. Or, le réseau informatique avait été développé par des concepteurs et des conceptrices qui étaient aussi les premiers utilisateurs et utilisatrices. Cet élément de l’histoire d’Internet a une importance non négligeable car il signifie que les caractéristiques techniques essentielles de ce système4 ont été mises au point par des personnes pour qui Internet était à la fois l’objectif mais aussi un moyen en tant qu’outil de communication employé justement pour développer celui-ci. Certains observateurs ont mis l’accent sur le processus démocratique qui a permis le développement d’Internet au sein de la communauté académique. Ainsi, l’analyse de Jean-François Tétu et Françoise Renzetti les a amené à conclure que « les principes qui ont présidé à l’évolution de l’Internet [ont favorisé] l’égalité des usagers et la liberté de tous. L’organisation de l’Internet en une société savante, représentative des intérêts des utilisateurs, [a semblé] susceptible d’asseoir la légitimité du réseau. L’Internet [est] alors [apparu] comme l’armature d’une démocratie internationale scientifique » (1995, p. 192). Ils ont aussi rappelé que l’aspect démocratique du réseau informatique avait été garanti par l’accès potentiel de tout ordinateur à celui-ci et par une apparente structure sociale non stratifiée, avant de conclure en écrivant que les premiers utilisateurs et utilisatrices, les chercheurs et chercheuses, ont en effet transposé leur mode de pensée et leurs pratiques habituelles à Internet.

  • 5 L’IETF est présenté comme un organisme indépendant dont les collaborateurs et collaboratrices réfl (...)
  • 6 À titre d’exemple, les caractéristiques du protocole qui régit le courrier électronique ont été sp (...)

5Ce sont les Requests for Comments qui témoignent le mieux du processus de coopération entre chercheurs, chercheuses. Un RFC est un « appel aux commentaires » fait par un individu ou par un groupe auprès de l’Internet Engineering Task Force (l’IETF)5. La première version est diffusée à des personnes jugées compétentes dans le domaine avec la mention « draft » (brouillon). Quel que soit son statut, toute personne se sentant concernée peut répondre à cet appel en apportant son témoignage. L’ensemble des propositions sont étudiées par des membres bénévoles de l’organisme. Le plus souvent, les échanges ont lieu par courriel. Plusieurs versions sortent et par itération on arrive au document définitif. Jean-Luc Archimbaud explique qu’avec le développement d’Internet à partir des années 90, « ce processus est maintenant devenu plus formel et les RFCs ont des attributs qui décrivent leur niveau de standardisation et leur importance. Mais les principes initiaux ont été conservés, à savoir le droit de parole a tous, la diffusion publique des documents et des réalisations de produits dans un but de validation avant la sortie du standard » (1992). Précisons qu’il est vivement recommandé de ne pas mettre en avant son statut professionnel afin de ne pas favoriser les effets de domination liés aux positions sociales. Une fois le débat clos, le nouveau document peut alors servir de documentation en ligne au titre de nonne en vigueur. Le principe des RFC a été appliqué à toutes les dimensions d’Internet, de la mise au point des différents protocoles aux recommandations en matière d’échanges6. D’une certaine façon, on retrouverait dans le RFC une concrétisation du modèle habennassien de la démocratie délibérative. Usage de la raison, accessibilité et transparence semblent être de rigueur. Les procédures mises au point ont accordé une place centrale à la délibération. Maryse Rivard a pu constater par exemple que la délibération est considérée comme étant très importante dans le processus qui mène à la création de nouveaux forums de discussion sur Usenet (1996). Cet objectif qui vise à accorder la parole à tous et à toutes et à promouvoir des échanges les plus égaux possible a été historiquement d’autant plus compréhensible et atteignable qu’il émanait des membres d’une communauté, certes marquée par une hiérarchie interne, mais soudée par ailleurs par un sentiment identitaire fort.

  • 7 Une synthèse plus approfondie est disponible dans un texte intitulé « Dynamiques d’échanges public (...)

6Parmi l’ensemble des Requests for comments, on note un certain nombre de « règles de bon usage » écrites ou tacites qui sont devenues autant de règles de déontologie fondatrices d’une certaine éthique du réseau. C’est ainsi que la « Netiquette », autrement dit le RFC 1855, porte sur les pratiques de communication médiatisée par ordinateur, qu’il s’agisse du courriel en mode dyadique ou des listes de diffusion-discusion. Elle7 a pour objectif « d’amener rapidement ces nouveaux utilisateurs à la culture de l’Internet » (« in order to bring these new users into the Internet culture quickly ») qui se transmet par le respect d’un certain nombre de règles, certaines étant présentées comme étant obligatoires, alors que d’autres sont annoncées comme étant largement adaptables. Le document est divisé en trois parties distinguées de la façon suivante : (1) la communication de personne à personne, qui comprend essentiellement le courrier électronique (il est aussi fait référence à talk, souvent présenté comme l’ancêtre de l’Internet Relay Chat (IRC), (2) la communication d’une personne à plusieurs, qui comprend les listes de distribution et les groupes de nouvelles (newsgroups), (3) les services d’information, qui comprennent FTP, la Toile, Wais, Gopher, les MUD et les MOO.

  • 8 En anglais smileys. Le traducteur du texte, Jean-Pierre Kuypers, emploie le terme de « souriard ».

7Au sujet de la communication de personne à personne, notamment par courriel, les références aux échanges en face-à-face sont importants. Ainsi, est-il d’emblée conseillé de suivre les mêmes règles lors des échanges médiatisés par le courriel que dans le cas de la communication en présence. Cette précision montre que pour les personnes qui ont été à l’origine d’Internet, la communication interpersonnelle est demeurée un modèle. Il apparaît même d’autant plus important de respecter « les règles de courtoisie habituelle dans les rapports entre les gens » que dans le cas des échanges médiatisés par la technique, on ne peut pas tenir compte de « l’expression corporelle » et du « ton de la voix » (« In general, rules of common courtesy for interaction with people should be in force for any situation and on the Internet it’s doubly important where, for example, body language and tone of voice must be inferred. »). Pour compenser, les auteurs du texte proposent de se mettre d’accord sur quelques règles : les majuscules doivent être utilisées pour donner l’impression qu’on va crier, encadrer un mot par deux astérisques (*) permet de mettre l’accent sur le mot en question, utiliser des émoticones8 permet d’indiquer le ton de la phrase. Dans le cas où il apparaît crucial de prendre le clavier parce qu’on en a « vraiment gros sur le cœur à propos d’un sujet donné », il faut encadrer son propos par un « Flame On » et par un « Flame Off » (« If you have really strong feelings about a subject, indicate it via Flame On/Off enclosures »). On retrouve ici le concept de « conversation idéalisée » de Michael Schudson qui estime que « toute communication se doit de ressembler au modèle d’une conversation, que ce modèle existe réellement ou non » (1999, p. 132). Alors que Gary Gumpert et Susan G. Drucker (1999) estiment que l’établissement de règles plus ou moins tacites réservées aux initiés éloigne la communication médiatisée par la technique de la « place publique idéalisée », en faisant justement référence aux travaux de Michael Schudson, les auteurs de la Netiquette ont pensé, au contraire, que leurs propositions en termes de règles pourraient permettre d’aider les gens à s’approprier Internet comme moyen de communication sur le modèle de la communication en face-à-face. Notons au passage que des allusions sont également faites à des modes de communication plus anciens. Ainsi, est-il conseillé de ne pas écrire par courriel ce que nous n’écririons pas sur une carte postale. Comme dans d’autres situations, on demande d’attendre « d’avoir dormi avant d’envoyer des réponses chargées d’émotion » (« Wait overnight to send emotional responses to messages. »).

8Après les échanges de personne à personne, il est question de la communication d’une personne à un groupe. Il est tout d’abord mentionné que les mêmes règles s’appliquent aussi. Les contraintes sont même jugées comme étant plus importantes car l’auditoire est souvent peu connu. D’où le fait qu’il est « fort important d’en savoir autant que possible à propos de l’audience » (« it’s quite important to know as much as you can about the audience of your message. »), notamment afin de n’offenser personne. Il est même recommandé d’observer pendant un à deux mois les échanges avant de participer afin « d’acquérir une compréhension de la culture du groupe ». On retrouve ici l’une des caractéristiques essentielles des théories de l’argumentation, tenir compte du profil de l’auditoire avant de s’exprimer (Breton, 1998).

II. LES CARACTÉRISTIQUES DES ÉCHANGES PAR INTERNET

9Mais les préconisations et les recommandations des fondateurs d’Internet sont-elles maintenant respectées dans le cadre des échanges communicationnels ? Retrouve-t-on vraiment des délibérations sur Internet ? Rien n’est moins sûr ainsi que nous l’avons montré (George, 2002a). Pour sa part, Susan Herring apporte une réponse originale en essayant de dépasser plusieurs idées reçues sur la soi-disant supériorité du face-à-face par rapport à la CMO mais aussi en essayant de spécifier le dispositif, ses configurations au-delà des situations particulières. Elle se demande pourquoi la CMO est populaire alors qu’elle est limitée, notamment en termes de tours de parole et de cohérence dans le suivi des sujets abordés, ce qui peut être considéré comme des problèmes importants lorsqu’il s’agit de favoriser des échanges argumentés. Elle reconnaît que les messages ne sont pas souvent adjacents, que les échanges se chevauchent et que, la plupart du temps, les thèmes sont rapidement abandonnés. Néanmoins, elle émet comme hypothèse que si les utilisateurs et utilisatrices sont satisfaits, c’est parce qu’ils s’adaptent au moyen de communication et parce qu’ils estiment que le relâchement de la cohérence a deux avantages, l’augmentation de la capacité interactive (« heightened interactivity ») et le jeu de langage (« language play »). En fait, Susan Herring estime aussi que si autant de personnes échangent des messages sur Internet, c’est parce que la CMO n’est pas si incohérente que cela. Par ailleurs, elle propose de séparer nettement incohérence éventuelle caractéristique d’un moyen de communication et popularité de celui-ci. Autrement dit, si la CMO est populaire, c’est pour deux types de raison : l’adaptation des usagers au moyen de communication en dépit des limites de celui-ci et les avantages liés à ces inconvénients d’une part, la nature fragmentée des interactions d’autre part.

10À propos de l’adaptation des usagers, elle constate que ceux-ci inventent des façons de signaler qu’ils écoutent et de négocier les tours de parole. Il y a développement de stratégies compensatoires. Il y a par exemple dans le cas de la CMO synchrone les réponses très rapides et très courtes. Il y a aussi des façons de montrer qu’il y a un changement de tour de parole ou maintien de sa propre prise de parole. Pour recréer de l’adjacence, il est possible dans le cas des échanges asynchrones de reprendre une partie des propos de l’interlocuteur ou de l’interlocutrice précédente, ce qui témoigne d’une apparence de dialogue. La présence de chevrons dans les messages crée cette illusion de l’adjacence. Il peut aussi y avoir une certaine organisation des échanges sur un thème, par exemple avec l’utilisation des « fils » dans le cas des groupes de nouvelles sur Usenet ou avec la présence d’un modérateur qui est chargé de contrer la tendance à la dispersion, la fragmentation des thèmes abordés.

  • 9 Finalement, mais sans doute est-ce moins pertinent pour notre propos concernant la délibération pu (...)
  • 10 Au sein de la communauté des chercheurs et chercheuses français, AgoraSFSIC constitue un bon exemp (...)

11Susan Herring aborde ensuite le deuxième ensemble de raisons qui expliquent pourquoi la CMO est populaire. Premièrement, le relâchement du à la moins grande présence de normes contraignantes peut être considéré d’un point de vue positif. Le manque même de cohérence peut déboucher sur certains échanges humoristiques dans lesquels le manque même de cohérence sera mis en avant, d’où le fait que l’on puisse parler d’humour métalinguistique9. Nos recherches vont ici dans le même sens mais notre propos est plus vaste. Excepté sur les listes où le contenu est très encadré par des normes contraignantes10, nous avons toujours constaté qu’un jour ou l’autre, la pertinence de l’existence même de la liste, ses objectifs, les usages à propos des échanges devenaient objets de débats. La communication laissait donc la place à la métacommunication. Ce genre de propos fait généralement suite à une interrogation posée par une personne abonnée à la liste, parfois l’animateur ou l’animatrice, ou suite à une situation particulière au cours de laquelle certains comportements ont été critiqués (messages jugés hors-sujet, absence de l’animateur ou de l’animatrice, envois de courriers électroniques illisibles, etc.). La plupart du temps, ces discussions sur la communication reviennent d’ailleurs sur le devant de la scène de façon plus ou moins régulière.

12Au cours de nos recherches sur les listes de discussion qui constituent des moyens de communication asynchrones, nous avons également mis en évidence trois modalités d’« encadrement » plus ou moins complémentaires qui favorisent les débats et qui sont mobilisées isolément ou conjointement par certains abonnés-es clés.

  1. La présence d’un animateur ou d’une animatrice désignée d’office ou émergeant des échanges, qui construit son propre rôle. De façon générale, ce dernier consiste à effectuer un minimum de régulation, soit sur une période donnée, soit sur un thème particulier. En effet, s’il y a auto-organisation, l’une des tendances majeures observées consiste dans la succession très rapide de deux types de situations : l’envoi en un temps relativement court de nombreux messages consacrés à un seul thème suivi d’une période caractérisée par l’absence de tout message portant sur ce même sujet. L’animateur ou l’animatrice doit en conséquence demander de temps en temps à certaines personnes de ne pas trop intervenir sur la liste mais, généralement, il ou elle doit surtout mener une action spécifique de relance, de soutien, les débats tendant souvent à s’étioler, à se raréfier. La liste ne tend alors à devenir qu’un outil pour des questions informationnelles. Cela n’a pas de connotation péjorative, certaines listes ayant ce mandat, mais on est alors dans un autre registre, dans un autre type d’espace public plus axé sur la diffusion d’informations que celui qui nous intéresse. Il peut aussi y avoir relativement peu d’échanges sur une liste pourtant dite de discussion suite à une multiplication de discours émanant de personnes manifestement sûres d’elles-mêmes mais peu enclines à laisser place à des interrogations. Il arrive aussi que les contributeurs et contributrices principaux envoient des courriels de plus de 4 à 5 pages-écrans. Ce genre de pratique n’aurait-il pas tendance à intimider certains abonnés-es qui disposent de peu de temps et qui trouvent peut-être que les propos tenus ne sont pas suffisamment à leur portée pour participer activement au débat ? La question de l’égalité entre les prises de parole se trouve dès lors posée.
  2. L’envoi d’un texte initial servant de base à la discussion. Le texte a été jugé suffisamment intéressant par plusieurs abonnés-es pour qu’ils jugent pertinent de répondre à l’auteur-e. Une fois les échanges amorcés, ils continuent grâce à la participation de plusieurs personnes qui décident de se répondre les unes aux autres ou de réagir au texte initial. Les deux cas de figure peuvent évidemment se combiner. De plus, nous avons remarqué que les échanges avaient d’autant plus de chances d’être soutenus que l’interlocuteur ou l’interlocutrice initial-e intervient au cours des échanges. On retrouve ici l’idée de Susan Herring selon laquelle la proximité entre la possibilité d’avoir accès à de nombreux documents archivés et celle d’échanger devrait être considérée comme un atout spécifique à Internet dans le cadre de l’établissement d’un débat public. Nous avons en effet constaté que le fait d’avoir facilement accès à un texte pouvait contribuer à favoriser des échanges autour de celui-ci. Logiquement, ce sont d’ailleurs les documents déjà numérisés qui tendent à être favorisés mais certaines personnes n’hésitent pas à scanner certaines données afin de les proposer à la discussion. Au-delà de la mise en ligne de textes et autres contenus, il faut souligner l’intérêt de la pratique de l’archivage qui doit permettre de pouvoir plus facilement aborder un problème à partir d’une approche historique. Dans un ouvrage intitulé The Network Nation : Human Communication via Computer (1993), Starr Roxanne Hiltz et Murray Turoff mettent l’accent sur l’intérêt que pourraient présenter des dispositifs d’archivage et d’indexation pour favoriser les échanges argumentés. Mais n’oublions pas que tout ceci relève des potentialités. Seul le développement des usages peut favoriser ou non ce genre de pratique. Le cas de la liste « Multitudes-infos » est intéressant à ce sujet. De façon générale, la liste est largement composée de contenus indépendants les uns des autres avec, soit des contenus simplement repris à partir d’autres sources, soit des contenus rédigés par les abonnés-es pour être spécifiquement distribués sur la liste. Les véritables débats y sont relativement rares. Par ailleurs, le nombre de personnes, une vingtaine, qui participent effectivement aux échanges de façon régulière est relativement faible par rapport au nombre total de personnes abonnées, supérieur à 500. C’est une donnée assez généralisée mais qui a contribué à ce que les responsables de la revue « Multitudes » s’interrogent sur la liste sur les raisons de cette faible participation de la part de la grande majorité des abonnés-es. À partir de notre considération présente, on peut se demander si la participation n’aurait pas été plus élevée si les contenus de la revue avaient été plus discutés sur la liste. Or, curieusement, cela n’a jamais été l’un des contenus principaux des échanges. Il y a bien eu envoi de textes, soit des versions brouillon (draft), soit les versions définitives envoyées sur la liste mais ils ont peu fait l’objet de débats. Cela dit, il est fort possible que cela a été dû au niveau complexe, voire abstrait de nombreux articles. Il sera intéressant de voir si la tendance se maintient alors que le contenu des anciens numéros est dorénavant en ligne sur le site de la revue.
  3. L’annonce dès le lancement du débat que celui-ci aura lieu pendant une période déterminée et qu’il donnera lieu à une synthèse. Dans ce cas de figure, le débat a alors une finalité. On retrouve ici l’importance de faire coïncider communication et action qui ne se développent pas forcément dans les mêmes cadres temporels, la communication pouvant prendre place sur une période relativement longue qui s’inscrit dans les calendriers subjectifs des différents intervenants et intervenantes alors que l’action commande un calendrier objectif qui contient un certain nombre de dates correspondant à autant de rendez-vous. On pense par exemple à toutes les personnes qui débattent sur des sujets liés aux rencontres de la Banque mondiale, du Fonds monétaire international, de l’Organisation de la coopération et du développement économiques, ou bien encore de l’Organisation mondiale du commerce. Avec la rédaction de synthèses, on retrouve ici en partie du moins les pratiques scientifiques de la publication en collectif. Il n’est d’ailleurs pas étonnant que l’on ait constaté ce genre d’usage d’Internet au sein de l’association ATTAC qui regroupe de nombreux universitaires, notamment dans le cadre de son conseil scientifique. Lorsque ce dernier choisit d’aborder un thème, il envoie un appel sur les listes de discussion de l’association afin d’avoir des points de vue extérieurs. Les propos tenus à ce moment-là dans les débats en ligne pourront ensuite être repris par le Conseil si ses membres estiment que c’est pertinent. Dans le cas de la liste « Multitudes », suite aux interrogations présentées dans le point précédent, il a été décidé que certains textes rédigés pour la liste, que des traductions d’autres contenus, que certaines discussions qui auront atteint « un point de stabilisation autour d’un thème bien repérable » seraient mis en ligne sur le site de la revue. Cette nouvelle politique de la part des responsables du site et de la revue était présentée en ces termes : « Cette mémoire des discussions engagées sur la liste devrait donner à tous le sentiment que nous ne sommes pas forcément voués à un radotage un peu désespérant à la longue, et que quelque chose sur la liste peut se faire et tenir debout ».

13Susan Herring (1999) tire elle-même des conséquences concrètes de ce type d’analyse en termes d’implications pour les designs de systèmes de CMO. Ceux-ci doivent à la fois augmenter la cohérence interactionnelle et garder des aspects fructueux de l’incohérence interactionnelle. Pour ce faire, elle propose trois pistes : (1) augmenter la capacité d’enregistrement et d’archivage (surtout dans le cas de la communication synchrone pour laquelle ce ne sera pas systématique) parce que c’est important en termes de processus cognitif, (2) augmenter le feedback pour réduire l’incohérence conversationnelle, l’idéal consistant à faire de la communication bidirectionnelle qui permette le feedback durant l’écriture des messages, tout en tenant compte du fait que cela entraîne d’autres problèmes (exemple parmi d’autres : le multifenétrage où chaque intervenant ou intervenante a son espace de prise de parole que limite forcément le nombre d’intervenants), (3) réduire les séquences incohérentes en facilitant le repérage et la liaison entre les tours de parole.

III. TROIS QUESTIONS IMPORTANTES AFIN DE POURSUIVRE LES DÉBATS

14Il apparaît donc fondamental de considérer que le contexte est caractérisé par un dispositif technique, matériel et logiciel, qui favorise tel ou tel type d’échange, empêche tel ou tel autre, permet par exemple un archivage des données sans que ce dernier ne soit évidemment automatique, ni qu’il soit utilisé s’il est disponible. Comme l’affirme Josiane Jouët, « l’usage se greffe sur un potentiel technique prédéterminé qui constitue un horizon de références incontournables. L’utilisateur choisit l’application désirée et construit en se référant aux possibilités et aux contraintes des services et des logiciels empruntés » (1993, p. 107). Dans un ordre d’idées voisin, Serge Proulx (1999) considère que la matérialité des dispositifs – par exemple le choix d’une configuration technique spécifique pour un réseau de communication – agit sur le processus de communication en tant que technologie intellectuelle. L’adoption d’un dispositif technique spécifique entraîne alors ses utilisateurs et utilisatrices à développer une manière de penser/construire la « réalité » qui est en partie contrainte par le dispositif technique en tant que forme matérielle permettant et limitant l’expression en matière de débats.

  • 11 Voir notre texte intitulé « La question des inégalités au coeur des usages de l’Internet » (2002).
  • 12 Il est possible de parler de « culture informatique » à la confluence de trois types d’observation (...)

15En conséquence, la question de la possibilité d’influencer la configuration d’Internet en tant que dispositif sociotechnique devient importante. Sur ce point, nos recherches nous amènent à penser que celui-ci présentant une certaine plasticité, il n’y a donc jamais selon les termes employés par Thierry Vedel de « mise au point finale et définitive », l’étape de la conception-innovation étant « un processus continu qui se poursuit à travers la façon dont [les technologies] sont utilisées » (1994, p. 16-17). Guillaume Latzko-Toth a montré dans quelle mesure la maîtrise du dispositif sociotechnique constitué par l’IRC influence la nature des échanges communicationnels (2000). Toutefois, il importe ici de mettre l’accent sur les inégalités considérables concernant l’appropriation des TIC11. Les travaux effectués dans le cadre de la sociologie des usages des TIC, notamment au sein de l’approche dite de l’appropriation, ont montré que rares sont les utilisateurs et utilisatrices qui disposent d’une véritable « culture informatique »12. La pratique d’Internet peut d’ailleurs être intensive mais relever d’un degré d’acculturation technique relativement faible dès lors qu’Internet n’est considéré que comme un simple moyen de remplir des tâches qui étaient, par exemple, autrefois réservées aux machines à écrire. En conséquence, il importe d’attirer l’attention sur le fait que l’ouverture d’Internet en tant que dispositif sociotechnique peut contribuer à créer des écarts considérables dans la maîtrise de la communication médiatisée par ordinateur.

16Par ailleurs, l’étude de la médiation être humain-machine ne peut pas expliquer à elle seule tous les aspects de la prise de parole publique médiatisée par ordinateur. Or, les études en matière de communication médiatisée par ordinateur ont souvent tendance – l’article de Nancy Baym (1998), au demeurant fort intéressant, nous semble d’ailleurs exemplaire à cet égard – à ne pas porter sur le rôle de la CMO dans la société mais plutôt sur la société à travers les pratiques de CMO. Tout ce qui est analysé est en ligne, ce qui constitue un choix méthodologique fort. En conséquence, même s’il est précisé que Ton retrouve souvent les mêmes caractéristiques sociales en ligne et hors ligne, ce qui se passe hors ligne semble complètement évacué. Étant donné ce changement de perspective, il n’est par exemple plus question de celles et ceux qui ne sont pas branchés. Plus généralement, ce type de méthodologie peut aboutir à des propos fort contestables.

17Ainsi, ceux de Mark Poster (1997) sur le rôle central d’Internet en tant que moyen permettant de décentraliser considérablement les lieux d’énonciation du discours nous semblent intenables. Ce genre de position nie complètement les inégalités sociales en termes de niveau d’acculturation technique mais aussi en termes de niveau de culture générale qui « autorise » à participer aux débats publics. De plus, les contraintes pesant sur la vie quotidienne, à commencer par celles en termes de temps disponible, sont largement évacuées. Les notions de capital, culturel et symbolique ainsi que d’habitus de Pierre Bourdieu (1980 [1990]) mériteraient d’être mobilisées afin d’aller plus loin dans l’analyse. On pense aussi à l’approche d’Henri Lefebvre (1958, 1962) selon lequel la vie quotidienne peut être considérée comme un niveau de saisie de toute la scène sociale. Évidemment, dans ce cas, on s’éloigne de l’étude stricto sensu de la communication médiatisée par ordinateur mais cela nous semble nécessaire pour aller plus loin dans l’analyse.

18Enfin, nous mettrons l’accent sur une autre constatation. Bon nombre de textes sur la CMO, à commencer par l’article fondateur de Licklider et Taylor mentionné précédemment, lient les échanges médiatisés par informatique et la recherche du consensus. N’y aurait-il pas ici une conception particulière mais non systématiquement assumée de la politique et des rapports sociaux de la part des auteurs de ces textes ? Il est possible de se demander à l’instar d’Anne-Marie Gingras (1999) si les travaux qui mettent l’accent sur la communication en tant que dimension sociale n’ont pas souvent tendance à opter, directement ou indirectement, volontairement ou involontairement, pour une lecture du monde qui met l’accent sur le consensus et non sur le conflit. Anne-Marie Gingras émet l’hypothèse selon laquelle, en tant qu’idéologie, la communication peut être perçue comme distillant naturellement de l’harmonie (1999, p. 3). Or, ce genre de perspective ne fait-il pas fi des intérêts divergents des individus et des groupes constitutifs de la société et ne postule-t-il pas un peu hardiment comme norme l’existence de consensus sociaux ? Demandons-nous à l’instar de Serge Proulx si « le recours à la communication (ou au manque de communication) pour caractériser des rapports sociaux spécifiques » n’apparaît pas « être une rase idéologique » qui masquerait « d’autres aspects des rapports de force entre des acteurs qui définissent aussi – et plus fondamentalement – les tensions et les oppositions entre eux » (1992, p. 223). Dans une perspective proche de celle de Vincent Mosco (2003), seule une prise de distance avec l’idée selon laquelle les échanges communicationnels mènent forcément à l’entente généralisée semble susceptible d’échapper à la participation à la constitution d’un nouveau mythe, celui de la société de l’information.

Bibliographie

RÉFÉRENCES BIBLIOGRAPHIQUES ET ÉLECTRONIQUES

Archimbaut J.-L. [1992], RFC, 4 août.

<http://www.urec.cnrs.fr/standard/92.08.RFCs.txt>.

Baym Ν. K. [1998], « The Emergence of the On-line Community », Cybersociety 2.0 – Revisiting Computer-Mediated-Communication and Community, Steve G. Jones (édité par), Thousand Oaks, Sage, p. 35-68.

Bourdieu P. [1980], Le sens pratique, Paris, Éditions de minuit. Traduction en anglais : The logic of practice, Stanford (California), Stanford University Press, 1990.

Breton P. [1998], « Les théories de l’argumentation », Loisir et société, vol. 21,n° 1 : 63-79.

George É. [2002a], « Dynamiques d’échanges publics sur Internet », Internet, nouvel espace citoyen ?, Jauréguiberry Francis et Serge Proulx (éditeurs), Paris, L’Harmattan, coll. Logiques sociales, p. 49-80.

George É. [2002b], « La question des inégalités au cœur des usages d’Internet », COMMposite, V. 2002.2, <http://commposite.org/2002.1/articles/george6.html>.

George É. [2001], L’utilisation de l’Internet comme mode de participation à l’espace public dans le cadre de l’AMI et au sein d’ATTAC : vers un renouveau de la démocratie à l’ère de l’omnimarchandisation du monde ?, Thèse de doctorat en sciences de l’information et de la communication, Montréal, Université du Québec à Montréal/Lyon, École Normale Supérieure de Lyon Lettres et sciences humaines.

Gingras A-M. [1999], Médias et démocratie : le grand malentendu. Québec, Presses de l’Université du Québec.

Herring S. [1999], « Interactional coherence in CMC », Journal of Computer-Mediated Communication, tome 4, n° 4. <http://www.ascusc.org/jcmc/vol4/issue4/herring.html>.

Hiltz S. R., Murray T. [1993], The Network Nation : Human Communication via Computer, Cambridge (Massachusetts), The MIT Press, édition révisée.

Jones S. G. [1998], « Information, Internet and Community : Notes Towards an Understanding of Community in the Information Age » Cyhersociety 2.0 : Revisiting Computer-Mediated Communication and Community, Steve G. Jones (édité par), Thousand Oaks, Sage, p. 1-33.

Jouët J. [1993], « Pratiques de communication et figures de médiation », Réseaux, n° 60 : 99-120, <http://www.enssib.fr/autres-sites/reseauxcnet/60/05-jouet.pdf>.

Kiesler S., Siegel J., Mcguire T.W. [1986], « Social Psychological Aspects of computer-mediated communication », American Psychologist, tome 39, n° 10 : 11-26.

Latzko-toth G. [2000], « L’Internet Relay Chat : un cas exemplaire de dispositif sociotechnique », COMMposite, V2000.1, <http://commposite.org/2000.1/articles/latzko3.htm>. Résumé en anglais : « The Internet Relay Chat : An Exemplary Sociotechnical Dispositif », <http://commposite.org/2000.1/abstract.htm#latzko>.

Lefebvre H. [1958], Critique de la vie quotidienne, tome I : Introduction, Paris, L’Arche. Traduction en anglais : Critique of everyday life, London, New York, Verso, 1991.

Lefebvre H. [1962], Critique de la vie quotidienne, tome II : Fondement d’une sociologie de la quotidienneté, Paris, L’Arche.

Lévy P. [1995], Qu’est-ce que le virtuel ?, Paris, La Découverte, coll. Sciences et société. Traduction en anglais : Becoming virtual : reality in the Digital Age, New York, Plenum Trade, 1998.

Licklider J.C.R., Taylor R.W. [1968], « The computer as a communication device », Science and Technology. <http://memex.org/licklider.pdf>.

Mosco V. [2003], « Brand New World ? Globalization, Cyberspace and the Politics of Convergence », 2001 Bogues. Globalisme et Pluralisme. Tome 1, TIC et société, Gaëtan Tremblay et Bernard Miège (sous la direction de), Actes du colloque international 2001 Bogues. Québec, Presses de l’université Laval.

Nora S., Minc A. [1978], Rapport au Président de la République : l’informatisation de la société française, Paris, la Documentation Française, coll. Points politique. Traduction en anglais : The Computerization of Society : a Report to the President of France, Cambridge (Massachusetts), MIT Press, 1980.

Poster M. [1997], « Cyberdemocracy : The Internet and the Public Sphere », Virtual Politics : Identity & Community in Cyberspace, David Holmes (éditeur), Londres, Sage, p. 212-228.

Proulx S. [1999], « L’américanité serait-elle ancrée dans les dispositifs techniques ? », Variations sur l’influence culturelle américaine, Florian Sauvageau (sous la direction de), Sainte-Foy, Presses de l’Université Laval, Québec, p. 209-230.

Proulx S. [1992], « De l’utopie sociale à l’idéologie de la communication », CinémAction, n° 63 : 219-224.

Request For Comments (RFC) 1855 (Sally Hambridge). [1995], Netiquette Guidelines, <http://www.ietf.org/rfc/rfc1855.txt>. Traduit en français : Les règles de la Netiquette, traduction de Jean-Pierre Kuypers. <http://www.sri.ucl.ac.be/frfc/rfc1855.fr.html>. 1995.

Rheingold H. [1993], The Virtual Community : Homesteading on the Electronic Frontier, Londres, Addison Wesley. Traduction en français : Les communautés virtuelles (autoroutes de l’information : pour le meilleur ou pour le pire ?), Paris, Addison Wesley, 1994.

Rivard M. [1996], Démocratie et technologie, Maîtrise en communication, travail de session, Montréal, Université du Québec à Montréal.

Schudson M. [1978], « The Ideal of conversation in the study of mass media », Communication Research, tome 12, n° 5 : 320-329.

Tétu J-F., Renzetti F., [1995], « Internet : évolution d’un projet d’espace public de la recherche », TIS, vol. 7, n° 2 : 189-202.

Vedel T. [1994], « Sociologie des innovations technologiques des usagers : introduction à une socio-politique des usages », Médias et nouvelles technologies. Pour une socio-politique des usages, André Vitalis (sous la direction de), Rennes, Apogée, p. 13-34.

Notes

1 Trois listes de discussion ont été analysées pendant plusieurs mois en 1998 et 1999 dans le cadre de la rédaction d’une thèse de doctorat intitulée « L’utilisation de l’Internet comme mode de participation à l’espace public dans le cadre de l’AMI et au sein d’ATTAC : Vers un renouveau de la démocratie à l’ère de l’omnimarchandisation du monde ? » sous la direction de Jean Mouchon en France et de Gaétan Tremblay au Québec. Il s’agissait d’ATTAC-talk, liste créée par l’association pour une taxation des transactions financières pour l’aide aux citoyens (ATTAC), contrôle-OMC, liste créée par un abonné-dissident d’ATTAC-talk peu avant le sommet de l’Organisation mondiale du commerce (OMC) à Seattle en 1999, et de Salami, liste de l’association québécoise créée lors de la lutte contre le projet d’accord multilatéral sur l’investissement (AMI). Depuis, nous avons poursuivi nos observations de façon moins systématique mais sur une période plus longue sur trois listes parmi lesquelles on retrouve encore une fois ATTAC-talk mais aussi Multitudes-infos, la liste de la revue Multitudes proche de la « pensée » de Toni Negri, souvent présenté comme le penseur des « altermondialistes », ainsi que la liste Mondialisation qui a été lancée par un étudiant inscrit en sociologie à l’Université du Québec à Montréal. Lecteurs et lectrices auront remarqué que les contenus de ces listes sont tous consacrés d’un point de vue critique à la mondialisation, notamment économique et financière.

2 Traduction libre de : « Creative, interactive communication requires a plastic or moldable medium that can be modeled, a dynamic medium in which premises will flow into consequences, and above all a common medium that can be contributed to and experimented with by all. Such a medium is at hand – the programmed digital computer. Its presence can change the nature and value of communication even more profoundly than did the printing press and the picture tube, for, [...] a well-programmed computer can provide direct access both to informational resources and to the processes for making use of the resources ». (1968, p. 22).

3 Nancy K. Baym (1998) estime que les études ont été orientées dans un premier temps vers les usages de l’ordinateur à des fins organisationnelles, les premières questions posées étant consacrées aux processus de travail et à la prise de décision en groupe. Steve G. Jones (1998) note également que la majorité de la littérature qui traite de la CMO est demeurée liée à une perspective organisationnelle à partir de l’étude de l’introduction des ordinateurs dans les lieux de travail. Les travaux ont aussi souvent porté sur la notion de communauté. Licklider et Taylor affirmaient déjà en 1968 que la formation de communautés ne se ferait pas sur une localisation dans l’espace commun (« common location ») mais sur l’intérêt commun (« common interest »). Mais ce sont les travaux d’Howard Rheingold (1993) qui ont mis l’accent sur la possibilité pour les personnes de choisir leurs communautés d’appartenance qui sont souvent considérés comme étant incontournables même si les conclusions optimistes de l’auteur sont parfois critiquées.

4 Des protocoles de base TCP/IP aux applications telles que FTP, Telnet, le courrier électronique, les listes de diffusion/discussion en passant par certains logiciels comme NCSA Telnet, logiciel Telnet pour Macinstosh ou Pine, logiciel de courrier électronique pour Unix.

5 L’IETF est présenté comme un organisme indépendant dont les collaborateurs et collaboratrices réfléchissent à l’évolution technique d’Internet. Ses groupes de travail sont ouverts à tous afin de bénéficier des contributions des universitaires, chercheurs-ses, ingénieurs-es des secteurs public et privé du monde entier.

6 À titre d’exemple, les caractéristiques du protocole qui régit le courrier électronique ont été spécifiées par John Postel en 1983 dans le cadre du RFC 821.

7 Une synthèse plus approfondie est disponible dans un texte intitulé « Dynamiques d’échanges publics sur Internet entre nonnes et usages » publié dans l’ouvrage collectif Internet, nouveau espace citoyen ? (George, 2002b).

8 En anglais smileys. Le traducteur du texte, Jean-Pierre Kuypers, emploie le terme de « souriard ».

9 Finalement, mais sans doute est-ce moins pertinent pour notre propos concernant la délibération publique, Susan Herring mentionne également ce qu’elle appelle l’interaction hyperpersonnelle. C’est le cas lorsqu’on participe à plusieurs échanges à la fois. Sur le principe du multi-fenétrage qui permet le multi-tâches, il y a par exemple possibilité d’adopter plusieurs personnalités en fonction de ou des interlocuteur(s). La stimulation est maximum et le risque d’ennui est minimum selon Susan Herring. En revanche, le face-à-face limite les interactions simultanées multiples. C’est pourquoi il est plus intéressant dans le cas de la CMO de parler de communication hyperpersonnelle plutôt que de communication interpersonnelle, affirme-t-elle.

10 Au sein de la communauté des chercheurs et chercheuses français, AgoraSFSIC constitue un bon exemple de liste dont le contenu est suffisamment précis pour qu’il n’y ait jamais eu de débat portant sur la liste elle-même. Ce n’est d’ailleurs pas une liste de débats et la présence d’échanges de ce genre demeure quasi-nulle.

11 Voir notre texte intitulé « La question des inégalités au coeur des usages de l’Internet » (2002).

12 Il est possible de parler de « culture informatique » à la confluence de trois types d’observations : une utilisation individuelle intensive de l’ordinateur et d’Internet qui aboutit à une certaine maîtrise, leur intégration dans la vie quotidienne et la formation de groupes liée au partage d’une même passion. L’un des exemples les plus intéressants est fourni par l’ensemble des personnes qui ont contribué au développement du logiciel libre Linux (on pourrait dire de même à propos du développement de l’IRC’).

Auteur

Professeur, Département de communication – GRICIS, Université d’Ottawa

© Presses universitaires François-Rabelais, 2004

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540