Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

La situation délibérative dans le débat public

 | 
Bernard Castagna
, 
Sylvain Gallais
, 
Pascal Ricaud
, 
et al.

Domaines de mise en œuvre

S’organiser « on line » : après l’explosion de l’usine AZF de Toulouse

Marie-Gabrielle Suraud

Note de l’auteur

Ce travail est réalisé dans le cadre d’un contrat avec le Ministère de l’Environnement et du Développement Durable du programme « Concertation, Décision et Environnement » (2003-2005).

Texte intégral

  • 2 Granjon, 2001.

1Depuis quelques années, de nombreuses recherches s’interrogent sur la transformation de l’espace public au regard du développement d’Internet. En particulier, les forums de discussion électroniques ont fait l’objet de travaux empiriques2, notamment dans le cadre d’une utilisation militante. Ces espaces de débat sont alors envisagés tant du point de vue de leur contribution à la formation de l’identité d’un groupe que de celui des conditions de formation d’une opinion collective plus large. Les limites attribuées à la presse écrite « se contentant de compiler des points de vue juxtaposés », sont censées être dépassées par une structure médiatique comme le net, offrant la possibilité de bâtir un véritable débat d’opinion où se confronteraient des énonciateurs engagés. En outre, au-delà de ses spécificités communicationnelles contrairement des médias traditionnels, le net est supposé dégagé des questions liées à la colonisation systémique du pouvoir de l’information. L’idée d’une circulation de l’information et de l’opinion, libérée de toute censure ou déformation et non subordonnée aux impératifs du marché, à laquelle chacun peut en théorie participer, devient l’un des enjeux du développement des médias électroniques. Ces « espaces publics numériques », ouverts à la libre expression de chacun, facilitant les débats et les discussions, permettraient ainsi une transformation des conditions de participation du public à la vie politique.

  • 3 En tant que base des espaces publics autonomes, la société civile se distingue à la fois du système (...)

2Caractérisés comme des médias de communication indépendants de contraintes systémiques, les espaces publics numériques semblent être adaptés à la construction « des espaces publics autonomes » auxquels Habermas fait référence dans son approche normative de la théorie de la démocratie délibérative. En effet, la caractéristique de la conceptualisation habermassienne repose sur l’articulation entre deux espaces distincts, non assimilables, renvoyant, l’un aux sphères du pouvoir, l’autre à des espaces publics autonomes trouvant leur ancrage dans les groupes d’une société civile, indépendante des sphères politique et économique3. Cependant, si la question de la démocratie délibérative occupe actuellement une place importante dans la politique contemporaine, l’attention est le plus souvent tournée vers les expériences de concertation ou de débats publics plus ou moins orchestrés et/ou régulés par les pouvoirs publics, délaissant ainsi la question des conditions de formation de l’opinion dans les espaces publics autonomes.

  • 4 Habermas, 1997, 326.
  • 5 Habermas, 1997

3Or, l’approche d’Habermas suggère que la politique délibérative ne fonctionne pas de façon endogène dans le cadre de délibérations et de décisions régulées par des procédures étatiques mais s’ouvre au contraire, aux contextes d’une communication informelle qui se déroule dans la société civile. Ainsi, le succès des procédures consultatives dépend aussi du « contexte de découverte » que constitue l’espace non régulé. Dès lors, les attentes normatives sont tournées vers la faculté de ces structures civiques à percevoir les problèmes affectant la société dans son ensemble, à les interpréter et à les mettre en scène d’une façon qui ouvre la voie à de nouvelles perspectives. La question est alors de repérer dans quelle mesure ces espaces jouent véritablement le rôle de « senseurs réagissant à la pression des problèmes de la société »4. Ceci suppose la formation démocratique de l’opinion publique soumise elle-même au respect des règles de la communication. La légitimité des positions qui sont adoptées dépend de leur mode d’élaboration. Cette perspective met ainsi l’accent sur le processus qui permettrait de conduire au « commun accord ». Un des impératifs de ce processus est l’échange public des arguments permettant d’améliorer la rationalité des solutions proposées et de faire évoluer les positions des parties en présence5.

4La question de la formation de l’opinion publique renvoie donc implicitement aux conditions d’organisation et de discussion au sein de ces espaces. Si on peut penser que les caractéristiques communicationnelles du net ainsi que sa relative indépendance vis-à-vis des systèmes politique et économique sont, de ce point de vue, des éléments favorables, d’autres dimensions restent fondamentales. D’une part, le comportement des délibérants, plus ou moins coopérant et ouvert à la construction d’un point de vue partagé, est au cœur de la réussite d’une telle dynamique. D’autre part, les conditions et les formes de communication entre citoyens dépendent des statuts professionnels, de l’éducation ou des modèles culturels et constituent un autre aspect déterminant. L’espace public ne consiste pas seulement en institutions médiatiques : les formes d’engagement des citoyens ainsi que les caractéristiques sociales et structurelles en sont aussi des éléments décisifs.

  • 6 Le site chimique comprend trois unités industrielles principales : AZF-Grande Paroisse (siège de l’ (...)
  • 7 Il s’agit à la fois des débats en ligne par le biais de la liste de diffusion électronique et des d (...)

5Un terrain privilégié d’observation nous est fourni par l’accident, industriel et urbain, survenu le 21 septembre 2001, à l’usine dite AZF (ou Grande-Paroisse) de Toulouse, située sur le site chimique6 au sud de la ville. Cette catastrophe a déclenché une situation de débats civiques inédits. L’étude de la mobilisation d’une partie de la population permet de mettre au jour la façon dont les citoyens se sont organisés pour identifier, interpréter et construire leurs points de vue sur la question des risques industriels. Les débats7 qui se développent s’avèrent peu orientés vers la recherche d’une entente et la définition d’objectifs et de positions communes. La diversité des analyses qui s’affichent après la catastrophe révèle entre autre des oppositions entre ceux qui souhaitent la fermeture immédiate et définitive de toutes les usines situées sur le pôle chimique et ceux qui tendent vers une position moins radicale pour éviter un licenciement massif de salariés.

6L’espace numérique de débat a constitué le lieu et l’enjeu de confrontations stratégiques. On peut y observer l’existence d’une parole réglementée, orientée vers l’imposition de positions pré-déterminées. Dans cette situation le net a, non pas favorisé l’ouverture de l’espace de discussion et constitué un véritable espace communicationnel, mais a été, pour un groupe de militants, un moyen de renforcer une dynamique stratégique visant à obtenir une position hégémonique au sein du Collectif. Le net a favorisé la légitimation de leurs positions et de leurs actions vis-à-vis des autres militants. Ainsi, dans un contexte fermé aux positions divergentes, le net, non seulement ne renverse pas cette tendance mais, en outre, resserre les liens du groupe qui a su se l’approprier et qui l’utilise pour les échanges internes. On montrera en quoi, dans ce contexte de crise, les stratégies organisationnelles ont représenté un enjeu de pouvoir et d’hégémonie pour un groupe de militants mis en visibilité par le biais d’interventions massives sur une liste de diffusion.

7Ce travail se fonde sur une observation des débats en situation de coprésence et au sein des espaces non régulés, sur l’étude des messages électroniques diffusés durant les deux premiers mois de mobilisation ainsi que sur une vingtaine d’entretiens effectués auprès des militants du Collectif « Plus Jamais Ça, ni ici ni ailleurs » (PJCnina), constitué à l’occasion de cette catastrophe industrielle.

I. L’ESPACE PUBLIC NUMÉRIQUE D’UN MOUVEMENT DE CONTESTATION : FLUX D’INFORMATION OU DÉBAT EN LIGNE ?

MILITANTISME TRADITIONNEL ET ESPACE PUBLIC NUMÉRIQUE

  • 8 TRUC : Toulouse Réseau Unitaire Citoyen.
  • 9 Site TRUC, page d’accueil. www.truc.abri.org

8L’utilisation du net est considérée ici sous l’angle particulier d’une liste de diffusion électronique, préexistant à la situation de crise et mise à la disposition du Collectif PJC/nina. Depuis de nombreuses années à Toulouse, plusieurs organisations syndicales et politiques ont mené des actions conjointes sur des thèmes spécifiques tels que la lutte contre le chômage, pour la régularisation des « sans papiers » ou encore contre l’extrême droite. Plus formellement structurées à partir du printemps 2001 par la constitution d’un Réseau Citoyen (TRUC)8, ces organisations créent en parallèle un site électronique du même nom. Ce site a pour vocation de proposer un espace de débat pour élargir et « dynamiser le mouvement social »9. Après la catastrophe, les organisations de TRUC à l’initiative de la création du Collectif PJC/nina mettent leur site électronique à disposition de ce Collectif. Une page est lui est spécialement réservée et une liste de diffusion supplémentaire est créée.

9La mobilisation toulousaine naît dans un climat conflictuel dû à la fois à l’état de choc dans lequel se trouvent de nombreux militants (la plupart des militants sont directement touchés par la catastrophe) et à la complexité de la situation politique, où sécurité civile et sécurité de l’emploi semblent, à première vue, mis en balance. Dans un tel contexte, la création du Collectif PJC/nina ne manque d’être marquée, elle aussi, par de violents affrontements. En effet, en plus des problèmes générés par la catastrophe s’ajoutent, au sein du Collectif, des tensions entre, d’un côté les organisations du Réseau Citoyen et de l’autre, les militants affichant et revendiquant leur méfiance par rapport aux syndicats et aux partis politiques. La légitimité des organisations de TRUC à orchestrer et diriger le Collectif sera progressivement remise en cause par les militants « non-organisés » qui chercheront à représenter la véritable pierre angulaire du mouvement et à se dégager de l’hégémonie des syndicats et des partis politiques traditionnels.

10Cependant, les organisations syndicales et politiques ne mesurent pas immédiatement l’ampleur de la remise en cause dont elles font l’objet. Elles font confiance, quoi qu’il en soit, au rapport de force, « inéluctablement en leur faveur », qui pourrait se créer entre des organisations « professionnelles » de l’action politique et des citoyens non familiarisés aux situations de mobilisation, et de surcroît, plus ou moins isolés les uns des autres. Ainsi, durant les premières semaines, les organisations du Réseau Citoyen, à la fois habituées à militer ensemble et « rodées » aux situations de mobilisation, prennent spontanément la présidence et la direction des débats ainsi que l’initiative de plusieurs actions, pourtant menées au nom du Collectif dans son ensemble. Malgré les conflits au sein du Collectif, elles engagent très rapidement des actions et des démarches auprès des pouvoirs publics.

11À la fois pour simplifier leur tâche et rendre plus efficace et opérationnel un Collectif en proie à de fortes divergences, les organisations du Réseau adoptent une double stratégie. D’une part, la diversité des points de vue qui s’expriment ainsi que la disparité des propositions d’action suggérées les incitent à structurer le Collectif en diverses commissions. Chaque commission n’est pas autonome vis à vis du Collectif dont l’assemblée générale garde toutes les prérogatives, mais a la charge de l’analyse et du suivi de dossiers particuliers. Cette structuration a l’avantage de canaliser les débordements en offrant l’opportunité de constituer des espaces de concertation restreints, où les tensions se trouveraient moins exacerbées, et ainsi d’éviter l’éclatement définitif du Collectif.

12D’autre part, et malgré un rythme de réunions assez soutenu (deux à trois par semaine au moins), les organisations de TRUC mettent à la disposition du mouvement leur liste de diffusion. Elles ont pour objectif de faciliter son organisation (annonces d’assemblées générales, exposés de points de vue, comptes rendus d’actions...) et de maintenir « le contact avec l’ensemble des militants », désormais répartis dans les différentes commissions.

13Cependant, durant cette première phase, alors que les organisations sont encore dominantes dans le Collectif, le net n’est pas véritablement envisagé comme une extension de l’activité militante, ni comme un dispositif pouvant contribuer à la dynamique de ce mouvement naissant. À aucun moment, les organisations de TRUC n’envisagent une utilisation « active » du net pouvant faire partie intégrante de l’organisation militante. Les modes d’action des organisations syndicales et politiques renvoient plutôt à des pratiques militantes plus traditionnelles où prévalent les situations en coprésence.

14La répartition en commissions en est un exemple. En effet, la création d’une commission Action ayant pour objectif de déterminer et préparer l’ensemble des actions du Collectif et de discuter des orientations et des revendications, à laquelle participent activement ces organisations, s’inscrit dans une perspective directement stratégique. Pour les organisations, la liste de diffusion vient tout au plus suppléer l’action de terrain en maintenant l’ensemble des militants informés des différentes démarches et initiatives entreprises par la commission Action.

15De fait, durant les premières semaines de mobilisation circulent sur le net les comptes rendus d’action ainsi que les communiqués envoyés à la presse. Ces messages émanent principalement d’individus appartenant à Tune des organisations de TRUC ou proches de celles-ci. Si quelques messages s’apparentent plus à des déclarations générales visant à conforter la demande de fermeture du site chimique, arguant par exemple de la dangerosité des produits, la plupart d’entres eux ne sont qu’à visée informative. Les messages, ne s’articulent aux débats en co-présence en reprenant, par exemple, certains points de litige afin d’ouvrir ou de prolonger la discussion et tenter de faire émerger un point de vue consensuel. Ils ne mettent pas véritablement en discussion les orientations et les objectifs.

16Que le net ne soit au mieux perçu que comme un « dispositif d’information » est à attribuer à plusieurs facteurs. Pour les organisations de TRUC, l’utilisation d’une liste de diffusion représente un élément relativement nouveau. En effet, le site est récent, et peu de messages circulent avant la catastrophe. Cet espace de débat électronique n’a donc pas été véritablement éprouvé en tant que support direct pour l’activité militante. De plus, ce site n’appartient à aucune des organisations du Réseau Citoyen en particulier. Il a été conçu pour recueillir l’expression citoyenne sur un éventail très large de « problèmes de société » ou pour faire passer les annonces de divers types de manifestations plutôt que comme support direct d’action et de réflexion pour un groupe particulier investi dans un mouvement spécifique. Ainsi, ni les potentialités organisationnelles du site, ni son utilisation dans une perspective plus directement « délibérative », centrée sur une question précise pour l’élaboration d’actions concrètes ou sur la constitution de revendications spécifiques, n’ont été exploitées par les organisations du Réseau. La liste est d’autant moins perçue comme espace de débat ou comme dispositif stratégique pour le mouvement, que, durant cette période, le rythme des réunions est particulièrement élevé. Prime spontanément pour les organisations de TRUC les débats en co-présence ainsi qu’ils en ont toujours eu l’habitude dans le cadre de leurs pratiques militantes traditionnelles.

17À ce stade du mouvement, l’expression en ligne ne s’articule à l’activité de terrain que pour en rendre compte a posteriori et diffuser – de façon non systématique – quelques dates de réunions. Les messages ne s’adressent à aucun public clairement identifié, ne manifestent donc pas la volonté de s’insérer dans un débat spécifique ou de commenter et préparer les actions de terrain. Cependant, si le net n’a pas été investi pour soutenir l’activité militante du Collectif, il n’a pas non plus répondu aux attentes des initiateurs du site ayant misé sur une large expression citoyenne débordant le strict cadre de la mobilisation de terrain. Ainsi, s’il s’agit de questionner l’exploitation du potentiel communicationnel du net ainsi que l’ouverture de l’espace public qu’il pourrait favoriser, les hypothèses formulées dans ces deux directions ne peuvent être soutenues.

  • 10 Rodota, 1999 ; Granjon, 2001.

18Bien que, par la suite, le net ait été investi selon d’autres modalités par les « néo-militants », ni l’aspect communicationnel (au sens de véritables discussions entre participants), ni l’aspect concernant l’ouverture de l’espace public n’ont été vérifiés. D’autres travaux relatifs10 aux « nouvelles formes » de mobilisation sociale, témoignant des conditions d’appropriation et d’utilisation du net, confirment que les listes de diffusion ne peuvent être décrites comme de nouveaux lieux de formation du consensus où seraient traitées des questions politiques par une confrontation publique d’arguments, et ce, malgré les attentes normatives proposant une orientation contraire.

UN ESPACE PUBLIC « TRÈS RESTREINT »

19Pour la période considérée (du 22 septembre 2001 au 30 novembre 2001), au total 202 messages sont diffusés sur la liste. Ces messages ont des contenus très variables. Le tableau ci-dessous donne une répartition de ces messages par type de contenu.

Tableau 1 – Répartition par type de messages durant la période du 22/09/01 au 30/11/01

Type de message

Nombre de message (au total : 202)

Pourcentage

Rendez-vous et dates de réunion

60

30 %

Interventions sur les conditions d’organisation du PJC

14

7 %

Informations concernant les sinistrés

25

12 %

Informations et réflexions concernant le pôle chimique

74

37 %

Préparation au Débat Régional

15

7 %

Dialogues entre individus

14

7 %

20Après la catastrophe, le nombre d’inscrits sur la liste double, passant d’une soixantaine à plus de cent vingt. Cependant, plus de la moitié des personnes inscrites ne s’expriment pas sur la liste et n’apparaissent donc jamais. Seules cinquante et une personnes ont diffusé des messages durant ces deux premiers mois. Malgré l’ampleur de la mobilisation des premières semaines, la participation au débat en ligne reste donc très limitée.

21De plus, sur ces cinquante et une personnes, trente trois n’ont envoyé qu’un seul message. Les messages de ces trente trois intervenants sont pour la plupart très courts. Ils concernent des demandes d’informations ou des précisions sur les actions programmées par le Collectif. Le graphique ci-dessous traduit l’appropriation de fait de la liste par un nombre très réduit d’auteurs. En effet, trois auteurs envoient à eux seuls plus de 61 % des messages.

Tableau 2 – Proportion de messages envoyés en Jonction du nombre d’auteurs

Nombre d’auteurs

Pourcentage de messages envoyés par ce groupe d’auteurs (sur 202 messages au total)

3 auteurs envoient, respectivement, 18, 24, 79 messages

61 %

15 auteurs envoient de 0 à 6 messages

23 %

33 auteurs n’envoient qu’un message chacun

16 %

22La grande majorité des intervenants sur la liste électronique sont très activement investis dans la mobilisation et participent régulièrement aux réunions du Collectif. Seuls sont extérieurs au mouvement quelques experts sollicités par des membres du Collectif pour diffuser des informations sur les taux de pollution atmosphérique par exemple. Ce type d’intervention reste très marginal.

  • 11 Entretien avec Madame R., militante UFCS, juin 2002.

23Par ailleurs, de nombreux militants ne l’utilisent pas. Certains avouent, en effet, être en difficulté par rapport à sa manipulation et, du coup, ne pas avoir cherché à y avoir accès. L’utilisation du net est clairement soumise à certaines conditions telles que la position sociale ou le capital culturel. Il est significatif de remarquer que les nombreuses associations de quartiers sinistrés, créées après l’accident, n’ont pas eu recours au net. Ces quartiers limitrophes au site chimique sont pour la plupart des quartiers d’ouvriers et d’employés, souvent immigrés. Il est indéniable, à ce sujet, que le net a accentué la discrimination sociologique du point de vue de l’intégration au mouvement. De nombreux militants familiarisés, quant à eux, avec le net et ayant la possibilité d’y accéder régulièrement (soit à leur domicile, soit dans le cadre de leur activité professionnelle) avouent ne pas avoir véritablement suivi tous les débats en ligne, par manque de temps ou par désintérêt. La lecture régulière des messages diffusés sur la liste peut représenter une à deux heures par jour. L’importance du nombre et la longueur des messages circulant par courrier électronique constituent un frein à la consultation. Le facteur temps a fortement accentué la discrimination entre ceux qui ont été en mesure de suivre régulièrement les messages diffusés sur le net et les autres. Une raison supplémentaire, relative cette fois-ci au manque d’intérêt pour les messages électroniques, est souvent évoquée : les échanges en ligne ne sont pas perçus comme la manifestation d’une volonté d’enrichir le débat. L’expression sur le net est jugée trop spontanée et insuffisamment distanciée11. Les militants dénoncent la vacuité des messages. L’échange à distance n’est pas manifestement compris comme une possibilité de faire évoluer les points de vue.

24Entre les militants dépouillant systématiquement tous les messages de la liste et ceux qui s’y refusent (ou sont dans l’impossibilité matérielle de le faire), une frange adopte une attitude médiane consistant à faire un tri rapide en fonction de l’identité des expéditeurs. Seuls sont consultés les messages provenant d’expéditeurs clairement identifiés, dont on cherche à suivre les interventions. Si à l’inverse il s’agit du texte d’un individu très présent, voire influent sur le terrain, le texte fait l’objet d’une grande attention, soit pour préparer une contre-argumentation, soit au contraire, pour soutenir la position en assemblée générale. Au-delà du texte, c’est donc l’identité et le statut de l’individu dans le mouvement qui font la différence. Ce n’est donc pas l’écrit en soi et pour soi qui est discriminant mais bien celui qui l’exprime et la façon dont il est susceptible de porter et de défendre sa position en réunion. En d’autres termes, c’est la transformation potentielle du texte en actes qui est significatif. Ainsi, le net ne favorise pas l’ouverture et l’intégration de points de vue originaux émanant d’individus dont l’activité militante n’est pas clairement identifiable. Les échanges en ligne n’ont de valeur aux yeux des militants que s’ils offrent la garantie d’une expression électronique liée à une activité militante. Les contributions dont les références au terrain ne sont pas explicites sont ignorées.

  • 12 Granjon, 2001.

25Y compris dans un contexte de crise ayant focalisé l’attention de la population de Toulouse et au-delà, le réseau électronique n’a pas été investi par un large public. De ce point de vue, le net n’a donc pas contribué à élargir l’espace de débat public. Seuls utilisent ce mode d’échange des individus engagés dans cette mobilisation et très présents dans l’action et sur le terrain. Le net assure avant tout le renforcement ou le maintien des contacts entre militants déjà structurés et organisés. « Les échanges électroniques ne se substituent pas aux contacts immédiats, ils les complètent et permettent d’entretenir des liens essentiels dans l’intervalle des rencontres »12. La thèse de l’accès illimité au débat, franchissant les barrières spatiales, idéologiques, culturelles ou organisationnelles, ne trouve donc pas ici de fondement empirique. À ce titre, et bien que possédant des potentialités communicationnelles spécifiques – en particulier l’interactivité – dont ne bénéficient pas les médias traditionnels, le net ne peut être assimilé à un espace d’engagement discursif largement participatif. En outre, la participation à la liste de diffusion a relevé, durant cette première phase marquée par l’hégémonie des organisations syndicales et politiques traditionnelles, plutôt d’une volonté de « donner de l’information » que de la recherche d’un échange argumentatif visant la formation d’une position commune au sein du Collectif.

II. UTILISATION STRATÉGIQUE D’UNE LISTE DE DIFFUSION : UN ENJEU DE POUVOIR

26Si, durant les toutes premières semaines, le net n’a pas fait l’objet d’une stratégie particulière, il en n’a pas été de même lors des semaines suivantes. Alors que les organisations de TRUC continuent à entreprendre de nombreuses démarches auprès des administrations, de la préfecture et des collectivités territoriales et alors qu’elles mobilisent la presse, les tensions au sein du Collectif se durcissent. Les militants « non-organisés » cherchent de plus en plus clairement à se dégager de l’hégémonie des organisations. En revendiquant plus de transparence et de concertation, une plus forte collégialité pour les prises de décisions et posant aussi la question de la représentation publique du Collectif, ces militants refusent un mode de fonctionnement jugé trop peu « démocratique ». Outre la remise en cause du fonctionnement du Collectif, ces militants ont en commun d’être de fervents partisans de la fermeture définitive du pôle chimique. Ceci accentue leur méfiance à l’égard de certaines organisations de TRUC pour lesquelles la demande de fermeture des usines entre en contradiction avec une activité syndicale et politique traditionnellement orientée vers la défense de l’emploi et des salariés.

27Il reste cependant à savoir si la question est bien celle de l’alternative entre un monopole organisé et une organisation démocratique. On mettra en évidence que, dans la perspective de se dégager de l’hégémonie des organisations, la tendance « anti-organisations » a reproduit des modes de fonctionnement similaires à ceux qu’elle était censée combattre.

LE NET COMME « SCÈNE D’APPARITION »

28À l’instar des organisations de TRUC, les militants n’appartenant pas à une organisation syndicale ou politique ont cherché à tirer parti de la répartition en commissions. Investis dans la commission Sécurité-Environnement, chargée, a priori, de faire le point sur les risques encourus et d’assurer le suivi de la gestion de la sécurité sur le site chimique, ils élargissent de fait leur champ de réflexion et d’action à la question de l’avenir du pôle chimique dans son ensemble. Mis à part ceux de l’association des Amis de la Terre, la commission Sécurité-Environnement est donc majoritairement composée de militants « électron » ne représentant aucune organisation. Se réunissant très régulièrement, (au moins une fois par semaine, et souvent deux à trois fois par semaine dans certaines périodes), la commission Sécurité-Environnement prend progressivement de l’importance au sein du Collectif jusqu’à en représenter la pierre angulaire au détriment d’autres commissions, comme en particulier la commission Action, dans laquelle se sont stratégiquement regroupées de nombreux militants syndicaux et politiques. Deux raisons expliquent ce renversement.

  • 13 Vilain J.P., et al., 1998 ; Granjon, 2001.
  • 14 Vilain et al., 1998, p. 156.

29D’une part, grâce à un important travail sur les dossiers techniques, certains membres de la commission Sécurité-Environnement acquièrent très vite une compétence élevée en matière de risques industriels. Dans le cas d’une telle catastrophe industrielle, la consultation des dossiers industriels et des rapports techniques est un atout pour participer aux rencontres avec les pouvoirs publics et les industriels et fournit donc un avantage certain aux militants disposant de compétences scientifiques et techniques. En donnant des informations précises et des analyses détaillées sur les projets industriels, les membres de la commission Sécurité-Environnement acquièrent, à la fois, la reconnaissance du Collectif et le statut de porte-parole lorsqu’il s’agit de défendre les positions du Collectif auprès du gouvernement ou des pouvoirs publics. De nombreux travaux13 montrent d’ailleurs que l’évolution des formes d’engagement s’accompagnent d’un niveau d’expertise plus élevé de la part des militants qui « mettent à profit les savoirs qu’ils ont accumulés dans un cadre professionnel, associatif ou familial, ce qui ne permet pas, de ce point de vue, de considérer leur statut social, et en particulier leur niveau de diplôme comme une donnée secondaire »14.

30D’autre part, parce que moyen d’échange et d’organisation, le net a contribué à renforcer les positions « anti-organisations ». Mis à part le modérateur de la liste qui, bien qu’intervenant directement dans le débat pour prendre position, capitalise en fait de nombreux messages de régulation, deux militants rédigent la moitié des messages (103 sur 202 au total) durant les deux premiers mois. Ces deux militants sont fortement investis dans la commission Sécurité-Environnement et ne représentent aucune organisation syndicale, politique ou associative. Les compétences de ces deux intervenants sont complémentaires. L’un, plus apte à étudier les dossiers techniques et à produire des analyses sur les risques industriels, laisse à l’autre, du fait de ses compétences en informatique et des outils dont il dispose personnellement, le soin de gérer leur diffusion sur le net. Ils adoptent ainsi une politique d’intervention massive sur la liste électronique, diffusant de longs textes d’orientation et de réflexion, très argumentés. A la différence des organisations de TRUC, les membres de la commission Sécurité-Environnement prennent ainsi le soin de soumettre leurs points de vue à l’ensemble du Collectif sous forme de longs textes argumentatifs, fortement étayés par une bonne connaissance des dossiers industriels. Ces textes électroniques visent principalement à peser sur l’ordre du jour des assemblées générales et à en guider les débats. De fait, les argumentaires diffusés sur la messagerie sont systématiquement repris en assemblée générale. Ils influencent ainsi les débats et constituent progressivement le fondement des orientations du Collectif.

31L’investissement considérable, tant du point de vue scientifico-technique sur les risques industriels créés par les usines du pôle chimique que de celui de la gestion informatique de la diffusion de textes de synthèse et de réflexion, a représenté un élément déterminant. Ces deux démarches conjuguées (expertise scientifico-technique et maîtrise de la liste électronique) ont très largement favorisé la reconnaissance et la mise en visibilité de ces deux militants, leur permettant de s’imposer définitivement dans le mouvement. L’un d’eux a fini par acquérir le statut de porte-parole pour les rencontres avec les médias et les pouvoirs publics. Dans un contexte de très forte conflictualité où la question de la légitimité des organisations à représenter le mouvement se pose de façon cruciale, la solution de laisser apparaître des porte-parole « neutres » (c’est-à-dire non identifiés à une organisation) s’est avérée un compromis satisfaisant les différentes tendances du Collectif.

CONTOURNEMENT DES DISCUSSIONS EN CO-PRÉSENCE ET VALIDATION DES ACTIONS PAR LE NET

32Les conflits en assemblée générale apparaissent d’autant plus indépassables qu’ils sont alimentés par les luttes chroniques de différentes organisations syndicales et politiques. Chaque organisation, non seulement, propose une analyse qui lui est spécifique, mais voit dans cette situation une opportunité pour s’imposer sur le devant de la scène politique. Dans ce contexte, les assemblées générales ne peuvent tenir lieu de véritables débats constructifs. Du coup, des militants, non habitués à ces joutes politiques et dépassés par des discussions – plus abusives qu’explicites – au sujet d’anciennes querelles, ont de grandes difficultés pour se faire entendre et s’imposer lors de ces réunions. Le travail au sein de la commission Sécurité-Environnement a offert la possibilité de constituer et conforter un point de vue mais aussi de renforcer la solidarité entre les membres de cette commission. Le net leur a permis une mise en visibilité qu’il aurait été difficile d’obtenir lors des réunions plénières. Le net n’a pas été uniquement utilisé pour faire passer de longs textes argumentatifs mais pour valider plusieurs initiatives. La commission Sécurité-Environnement cherche en effet à acquérir une plus grande autonomie pour engager certaines actions. Ainsi, progressivement, les longs textes argumentatifs sont remplacés par des propositions d’actions ou de communiqués à transmettre aux médias. Deux cas se présentent. Soit l’information sur ces actions est diffusée avant que celles-ci ne soient effectives. Dans ce cas, le groupe à l’initiative de cette démarche adopte tacitement le principe suivant : l’absence de réaction par message électronique traduit l’adhésion au projet d’action. La possibilité de principe, pour tous les membres du Collectif, de réagir ou de donner leur avis par voie électronique sur la démarche envisagée, est jugée suffisante pour la validation des actions : la non réaction par voie électronique fait figure d’accord. Or, tant la consultation que la participation effective à la liste de diffusion restent très limitées et le plus souvent irrégulières. Ainsi, certaines démarches et initiatives ne sont aucunement discutées en réunion plénière, faisant simplement l’objet de comptes rendus diffusés par courrier électronique.

  • 15 La perspective de la participation au Débat Public Régional sur la catastrophe industrielle (30 nov (...)

33Soit la commission n’informe qu’a posteriori des démarches entreprises, mettant alors en avant le manque de temps. Les arguments invoqués par les membres de cette commission, pour légitimer l’autonomie d’action qu’ils cherchent à acquérir vis-à-vis de l’ensemble du Collectif, s’appuient sur la nécessité d’obtenir rapidement des informations sur la dangerosité des produits et d’agir au plus vite afin de maintenir une pression suffisamment importante pour obtenir la fermeture des usines. En effet, la volonté, manifestée par les dirigeants et les salariés des entreprises ainsi que par certains élus, de voir redémarrer rapidement les activités du pôle chimique place les membres du Collectif dans l’obligation de s’approprier rapidement les dossiers techniques afin de construire un argumentaire solide et crédible et afin d’accélérer le rythme de leurs démarches. À plusieurs reprises, les membres de la commission Sécurité-Environnement s’appuient sur le fait qu’ils n’ont pas pu attendre une assemblée générale pour définir les orientations et agir, les calendriers politiques les contraignant à « aller vite et réagir rapidement aux événements »15.

34Cependant, l’argument de l’impossibilité de se soumettre au calendrier des assemblées générales a aussi pour enjeu de se décharger du problème de la validation en assemblée et d’éviter de prendre le risque de ne pas obtenir le consensus nécessaire pour engager les actions. Dans cette perspective, le net joue clairement le rôle de contournement des débats en assemblée générale. Il est un vecteur d’autonomie pour un groupe de militants désireux de s’aménager une certaine latitude d’actions tout en gardant la possibilité de se présenter au nom du Collectif. Le fait d’entreprendre des démarches sans véritables discussions et accords validés en assemblée générale est compensé, ici, à la fois par le fait de tenir régulièrement informés les membres du Collectif et par la reconnaissance préalablement acquise. La diffusion systématique sur le net des comptes rendus d’action, maintenant les militants au courant des diverses démarches entreprises, a donc augmenté la confiance accordée à ce groupe particulièrement actif. Et ce, alors même que ces militants ne cherchent pas directement à favoriser les débats ou à obtenir le consensus mais sont plus tenus par un souci d’efficacité de la pression qu’ils exercent sur les pouvoirs publics.

35En ce sens, les messages sont en effet plus informatifs qu’à la recherche de la mise en place d’un véritable débat. L’objectif est d’œuvrer pour soutenir un point de vue et un seul : celui de la fermeture du pôle chimique. Au sein du Collectif, la question de la fermeture ne doit pas faire question. Les messages ne sont pas construits de façon à convaincre un auditoire ayant potentiellement des positions opposées. Ces messages sont implicitement adressés à des individus d’ores et déjà convaincus par le mot d’ordre de fermeture et ne sont orientés que vers l’élaboration de stratégies en vue d’obtenir le résultat escompté.

III. CONCLUSION

36Loin de conforter les thèses « optimistes » soutenant l’idée que l’exploitation du net pourrait engendrer une transformation des conditions de débat au sein de la société civile, ce texte tend au contraire à en limiter la portée. Malgré ses « performances » techniques, le net, ni n’élargit l’espace public, ni ne contribue à une véritable démocratisation du débat, voire au contraire. Le net peut accentuer une tendance à la régulation plutôt qu’à la communication, au sens de l’alternative formulée par Habermas. Ainsi, si les formes d’organisation au sein de la société civile favorisent des actions stratégiques visant à imposer des points de vue, le net permet d’appuyer cette dynamique.

37Si le net devait être appelé à démocratiser la discussion, ce ne serait qu’en formulant clairement les conditions de cette discussion. On ne peut, dès lors, esquiver les propositions avancées, sur ce point, par Jürgen Habermas. Ceci implique une réflexion sur les espaces de débat comme espaces susceptibles de se reproduire par le moyen de l’activité communicationnelle. Du coup, c’est du côté des processus de transformation des opinions en opinion publique qu’il faut orienter la réflexion.

Bibliographie

BIBLIOGRAPHIE

Dahlgren P. [2000], « L’espace public et l’Internet », Réseaux n° 100

François B., Neveu E. [1999], Espaces publics mosaïques, Presses Universitaire de Rennes.

Granjon F. [2000], « De l’appropriation "militante" d’Internet en contexte associatif. Engagement distancié et sociabilités digitales », Communication, Vol 19, n°2

Granjon F. [2001], L’Internet militant, Paris, Éditions Apogée.

Habermas J. [1997], Droit et Démocratie, Paris, Éditions Gallimard.

Rodota S. [1999], La démocratie électronique, Paris, Éditions Apogée.

Vilain J.P., Lemieux C. [1998], « La mobilisation des victimes d’accidents collectifs », Politique du Risque, Politix, n° 44.

Notes

2 Granjon, 2001.

3 En tant que base des espaces publics autonomes, la société civile se distingue à la fois du système d’action économique et de l’administration publique.

4 Habermas, 1997, 326.

5 Habermas, 1997

6 Le site chimique comprend trois unités industrielles principales : AZF-Grande Paroisse (siège de l’explosion), la SNPE et sa filiale Tolochimie. D’autres petites unités, installées sur le site (Isochem-SNPE, Raisio, Air Liquide) comptent relativement peu de salariés (une trentaine chacune). L’ensemble formé par les unités situées sur le site chimique et par les structures économiques, de sous-traitance notamment, dépendant du site chimique est généralement évalué à 5 000 salariés.

7 Il s’agit à la fois des débats en ligne par le biais de la liste de diffusion électronique et des débats en co-présence.

8 TRUC : Toulouse Réseau Unitaire Citoyen.

9 Site TRUC, page d’accueil. www.truc.abri.org

10 Rodota, 1999 ; Granjon, 2001.

11 Entretien avec Madame R., militante UFCS, juin 2002.

12 Granjon, 2001.

13 Vilain J.P., et al., 1998 ; Granjon, 2001.

14 Vilain et al., 1998, p. 156.

15 La perspective de la participation au Débat Public Régional sur la catastrophe industrielle (30 novembre 2001 à Toulouse) a également constitué un argument fort pour intensifier la dynamique

Auteur

Maître de Conférences en Sciences de l’Information et de la Communication CTPS/LERASS - Université Paul Sabatier-Toulouse 3

© Presses universitaires François-Rabelais, 2004

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540