Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

La situation délibérative dans le débat public

 | 
Bernard Castagna
, 
Sylvain Gallais
, 
Pascal Ricaud
, 
et al.

Domaines de mise en œuvre

Quels publics pour le débat public ? Problèmes et « ingénierie sociale » dans le domaine de l’environnement à EDF

Mathieu Brugidou, Stéphane Chataignier, Arthur Jobert et Béatrice Hammer

Texte intégral

I. INTRODUCTION

  • 1 Blondiaux (L), Sintomer (Y) : « L’impératif délibératif » in Politix : « Démocratie et délibération (...)

1Un des aspects les plus frappants du « nouvel esprit de l’action publique » ou de « l’impératif délibératif » – pour rependre les termes de Loïc Blondiaux et Yves Sintomer1 – est l’interaction, la circulation constante entre les dispositifs délibératifs et les sciences humaines. Non seulement les sciences humaines observent les dispositifs mais, en outre, il est fréquent qu’elles fournissent aussi un appui théorique, des éléments de méthodes, voire des hommes pour penser, mettre en œuvre, justifier ou critiquer les multiples « détours délibératifs ». Certains chercheurs se trouvent ainsi tour à tour participants, observateurs, théoriciens, praticiens, voire militants de la « délibération en acte ».

  • 2 A. Giddens, La constitution de la société, Paris, PUF, 1987, p. 275-287.

2Autrement dit, la diffusion d’un « paradigme délibératif » serait une expression singulièrement pure de la « réflexivité » des sociétés occidentales modernes et de la « double herméneutique » décrite notamment par Anthony Giddens2.

  • 3 On s’intéressera en particulier aux travaux de Fishkin – cf. Fishkin, J. and Luskin, R., (2000) « D (...)
  • 4 Comme dans le cas des conférences de consensus, voir H.-Y. Meynaud, X. Marc (dir.), Entreprise et s (...)

3Une des contributions notables des sciences sociales nous semble en effet être d’aider à construire le public des débats, soit directement (comme dans le cas de certaines conférences de consensus ou des sondages délibératifs3), soit par la production d’observations et d’analyses sur des expériences empiriques, soit enfin sur un plan théorique et normatif4.

  • 5 Voir notamment le chapitre 3, A l’ombre des techniques : la mise en forme du « social » de Y. Barth (...)
  • 6 Pour une histoire de l’opinion publique et des sondages, cf. L. Blondiaux, La fabrique de l’opinion (...)
  • 7 Voir par exemple dans le domaine de l’aménagement l’usage de l’idée de NIMBY : Arthur Jobert, « L’a (...)

4Cette idée nous a notamment été inspirée par la lecture de la thèse de Yannick Barthe sur « la mise en politique des déchets nucléaires » (2000) où il s’interroge sur la contribution des sciences sociales à la « construction du problème ». Dans un chapitre intitulé « À l’ombre des techniques : la mise en forme du social », il écrit : « L’implication des sciences humaines et sociales peut se lire comme une performation du social : grâce à des dispositifs d’enquêtes spécifiques, les chercheurs en sciences humaines s’érigent en porte-parole des acteurs qu’ils construisent comme objet de connaissance5 ». C’est une perspective bien connue quand elle s’applique aux sondages d’opinion6, mais Yannick Barthe souligne, en s’appuyant sur une analyse de divers travaux financés par l’industrie nucléaire, que des approches qualitatives (notamment les approches « psychologisantes ») peuvent, elles aussi, avoir des vertus performatives. En effet, sans exagérer leur influence directe, des « représentations savantes » peuvent être « sollicitées pour donner un « sens » à des bricolages, pour rendre compte des échecs, pour justifier certaines pratiques, bref, pour « aider à penser » les problèmes posés par les contestations des politiques nucléaires » (p. 187)7.

5Produire des représentations savantes du social, des « aides-à-penser », bref « outiller » la pensée des « gestionnaires », traduire les « problèmes » sociaux en dispositifs sociologiques leur donnant « prise » sur « le » social, voilà une manière de définir la place des sciences sociales en entreprise qui nous semble un peu caricaturale. Il ne s’agit pas ici de polémiquer sur un point particulier qui n’est pas au cœur du travail de thèse précité, mais de tirer parti de cette approche réflexive sur les sciences sociales. Cette vision nous semble en effet pouvoir être nuancée par un regard rétrospectif.

  • 8 Ce travail est en partie réalisé dans l’ouvrage de H.-Y. Meynaud (dir.), Les sciences sociales et l (...)

6Le Groupe de Recherche Énergie Technologie et Société (GRETS), auquel nous appartenons, est en effet un laboratoire de recherche en sciences sociales d’EDF Recherche et Développement fondé en 1983 par le statisticien Georges Morlat. Il n’est pas question ici de retracer l’histoire de notre structure8 mais de rappeler, au-delà des changements et des évolutions, ses principales contraintes et logiques d’action. Il s’agit d’un exercice d’introspection difficile dont ce papier constitue en quelque sorte l’amorce. Les points de repères utiles sont les suivants :

    • 9 Bien d’autres expériences similaires sont mises en oeuvre en de nombreux endroits d’EDF (voir notam (...)

    D’abord, malgré de multiples avatars institutionnels et un renouvellement presque complet des effectifs, la structure et sa mission sont pérennes : rattaché à une Direction de la Recherche de 2000 personnes (recherche essentiellement technique), le GRETS est un laboratoire regroupant des disciplines très diverses (sociologie, sémiologie, science politique, anthropologie, linguistique, statistiques...) ayant pour mission d’établir des passerelles entre le monde de l’entreprise et celui de la recherche en sciences sociales9.

  • Il n’est pas facile d’établir des « passerelles » entre le monde de la recherche en sciences humaines et sociales et une entreprise « d’ingénieurs », au sein d’une R et D elle-même dominée par les sciences « dures ». La structure est donc en quête permanente de légitimation et d’équilibre entre plusieurs logiques.

    • 10 L’appellation EDF R et D date de 1999 ; l’appellation précédente de la structure était « Direction (...)

    Fonctionnellement, elle oscille entre « recherche » (logique scientifique et académique) et « développement » (développement d’outils et de méthodes « exportables » dans l’entreprise)10.

  • Par ailleurs, et c’est plus important pour notre propos, la légitimité de la structure passe par une tension entre l’ingénierie sociale (mettre au service de l’entreprise des « outils ») et une vocation critique (remettre en cause les présupposés, amener des idées nouvelles, se faire le « porte-parole » des acteurs...).

    • 11 Même si, dès l’origine, des chercheurs ont travaillé sur des sujets très divers : usages de l’élect (...)

    Cette tension est en germe dans le fait que la question du rapport au(x) public(s) et à l’opinion publique a été déterminante dans la création de la structure. L’étude de l’opinion publique constitue une activité ininterrompue et importante du groupe11.

7La relative stabilité institutionnelle, fonctionnelle et l’intérêt constant pour l’opinion publique nous semblent autoriser un regard rétrospectif sur différentes méthodes et recherches visant à « approcher » le public.

8La recherche en entreprise est une activité sous tension. Pour faire vite, on peut distinguer trois logiques plus ou moins contradictoires : la logique des « commanditaires internes » (les préoccupations et les priorités des « clients » dans une organisation industrielle), les logiques sociales (contexte, « ce qui se passe » dans la société), et les logiques académiques (paradigmes, méthodes, « modes »).

  • 12 Un des rôles du chercheur est d’ailleurs d’anticiper l’apparition de ces questions nouvelles, et d’ (...)

9Donc, plutôt que de parler « d’instrumentation » des approches du public, nous pensons que l’activité de R et D dans le domaine peut se lire comme une succession de « cadrages » et de « débordements ». Dans les moments de « cadrage », les chercheurs élaborent un certain nombre de dispositifs pour comprendre le public qui, en retour, produisent un certain nombre d’effets sur la manière dont le public est construit. Cependant, au fil du temps, ce cadrage est « débordé » par l’apparition de questions nouvelles12, qui viennent tant de la société que de l’entreprise, ou encore des évolutions des conceptions académiques.

10S’il ne s’agissait que d’ingénierie sociale, les choses seraient en fait relativement simples : il suffirait de traduire en outils sociologiques opérationnels les préoccupations du moment des managers. En réalité, la vocation critique propre à leur discipline, la relative autonomie des chercheurs en entreprise (par opposition avec des professions plus contraintes comme les consultants), la nécessité où ils sont d’anticiper l’apparition des questions nouvelles ainsi que, dans certains cas, la demande des commanditaires internes eux-mêmes (qui porte explicitement ou de manière latente sur l’aspect critique du travail de recherche), conduisent au contraire à chercher à innover. En d’autres termes, les contraintes sont parfois créatrices. Pour répondre aux nouvelles énigmes posées par la société, on tente alors d’innover à travers de nouveaux dispositifs intégrant des méthodes et/ou des points de vues préexistants.

11Notre regard rétrospectif permet ainsi de voir se construire plusieurs figures du public qui nous semblent, non pas se succéder mais, au contraire, se stratifier et s’accumuler : alors que les questions « environnementales » se diversifient et s’élargissent pour une entreprise en mutation, les formes « du » public saisies par les SHS se multiplient. « Le » public se voit d’ailleurs progressivement doté d’attributs de plus en plus nombreux. On peut alors s’interroger sur le rapport entre ces publics et « le » public (supposé nouveau) du délibératif. La figure du public engagée dans le « débat public », public « rationnel » doté de compétences cognitives et discursives importantes, n’est-elle qu’un moment d’une histoire des problèmes ? Faut-il ignorer ou intégrer les autres figures du public à la réflexion sur le délibératif et comment, d’un point de vue théorique ? Telles sont certaines des questions que nous souhaiterions poser.

12Au risque d’être schématique et caricatural, nous proposons un panorama en trois « moments », ou autrement dit en trois « cadrages ». Chaque moment définit « vu d’EDF » un type d’interrogation sur le rapport au public largement influencé par des effets de contexte ; à ces questions répondent des dispositifs de recherche « ad hoc ». Ils peuvent être vus comme autant de « cadrages » permettant d’approcher « le public ». Le premier est dominé par la figure du conflit autour du nucléaire. Il essaie d’identifier les structures de l’opinion publique à travers le modèle développé par Agoramétrie. Dans les années 90, la montée des enjeux et controverses environnementales incite à lancer des recherches selon deux types d’approches : l’une, macrosociologique, destinée à comprendre l’opinion publique, l’autre, microsociologique, permettant une analyse stratégique des jeux d’acteurs autour de différents enjeux. Avec le développement des « détours délibératifs », une partie de l’attention portée à ces controverses locales s’est tournée vers les lieux d’expression de celles-ci. Dans le même temps, des tentatives, d’abord timides, puis importantes, d’utilisation conjointe d’outils micro et macrosociologiques pour rendre compte d’un même objet ont permis de mettre en place un dispositif de recherche intégré et pluridisciplinaire, destiné à mieux saisir l’articulation du local et du global, articulation particulièrement cruciale lorsque l’on étudie les questions environnementales. Ce parcours conduit à constater l’accumulation des figures du public et à réfléchir à leur éventuelle articulation.

II. TROIS FIGURES CONSÉCUTIVES DU RAPPORT AU « PUBLIC »

LE CONFLIT SUR LE NUCLÉAIRE

13Précisons tout d’abord que cette première période est la moins bien connue des auteurs de cette contribution. Le risque d’erreur de fait ou d’interprétation est donc élevé. Il est donc utile d’expliquer que certaines méthodes décrites ici avaient été utilisées dès les années 70 au sein de différentes institutions nucléaires avant la création du GRETS. La création du groupe rassemble donc des expériences préalables. Dès les années 1970, la plupart des méthodes disponibles sont donc mises en œuvre : sondage, études qualitatives, sémiologie...

14Pour comprendre en quoi les premières recherches sur l’opinion publique menées au GRETS étaient innovantes, et prendre la mesure de l’originalité de ce premier « cadrage » des problèmes, il convient d’expliciter en quelques mots en quoi elles se distinguaient de deux pistes précédemment explorées pour faire face à la forte contestation antinucléaire :

  • une piste technique, relevant d’une logique d’ingénieur, que l’on peut schématiser ainsi : avec les « bons » arguments techniques, on pourra démontrer au public la pertinence du choix nucléaire, ce qui, puisque la démonstration sera juste, l’amènera à comprendre que la décision était bonne. Le public est ainsi perçu, de manière schématique, comme « ignorant, à instruire » ;

    • 13 Cf. thèse de Yannick Barthe pour une description de cette psychiatrisation de l’opposition au nuclé (...)
    • 14 Ainsi peut-on lire dans le Monde du 7 octobre 1981, sous la plume de Maurice Duverger, dans un arti (...)

    une piste psychologique13, relevant d’une logique « thérapeutique », suivant un raisonnement du type : le nucléaire porte intrinsèquement en lui des éléments de nature à susciter une peur, voire une angoisse irrationnelle, bref, une forme de psychose14, dont il faut débarrasser le public, afin de lui permettre de retrouver équilibre et sérénité. La vision du public est donc, schématiquement, celle d’un public « irrationnel, à rassurer ».

15La contestation nucléaire ne se laissant pas pour autant réduire par ces deux approches, les décideurs d’EDF étaient disposés à prêter attention à une forme de réflexion innovante.

16C’est ainsi qu’un nouveau type de recherche, invoquant conjointement la sociologie et la psychologie politique (tout en utilisant les outils de la statistique multivariée) a pu apparaître. Cela a débouché sur la mise en place d’une association au titre tout à fait explicite : l’Association pour l’Étude des Structures de l’Opinion Publique (AESOP), devenue par la suite Agoramétrie, puis sur la création du GRETS. Les deux événements ne sont évidemment pas indépendants l’un de l’autre, le fondateur du GRETS, Georges Morlat, étant fortement impliqué dans la mise au point des enquêtes AESOP.

  • 15 Les structures de l’opinion publique, le thème nucléaire parmi d’autres, rapport LSCI, IPSN, CEA et (...)

17Là encore, toute une histoire est à construire, mais le préambule du premier rapport de résultats, produit en mai 198015, nous permet de voir quel type de nouveau « cadrage » du conflit nucléaire est ainsi mis en place :

  • 16 Autrement dit, la piste « technique ».
  • 17 En d’autres termes, la piste « psychologique ».

« Les sondages classiques réalisés par l’IFOP ou la SOFRÈS mettent clairement en évidence que les éléments techniques, sur lesquels repose le savoir objectif16, et les dimensions « dramatiques » du projet nucléaire, qui peuvent susciter une anxiété voire une angoisse17, ne peuvent expliquer à eux seuls les prises de position par rapport à l’atome civil Aussi, dans la recherche qui a été réalisée, a-t-on en partie ignoré ces caractéristiques premières de l’objet pour pénétrer résolument dans le champ des symboles et des signes. »
« Si on ne retient du fait nucléaire que le conflit, le thème des centrales peut être en effet considéré comme un moyen d’échange symbolique, un moyen de communication, qui permet d’indiquer son « statut », c’est-à-dire la place où, par rapport aux autres, on se situe dans l’univers social. [...] On est alors conduit à décrire la liaison existant entre la prise de position sur le thème des centrales nucléaires et les prises de position sur les autres thèmes permettant la communication [...] En résumé, le travail réalisé peut être considéré comme une analyse de l’influence des déterminants sociodémographiques et socioculturels sur les discours à propos des thèmes de conflit, et plus généralement des thèmes d’expression, et donc comme une tentative pour décrire à travers les conflits les idéologies et leur évolution. »

18Pour les promoteurs de cette nouvelle méthode, se dire « pour » ou « contre » l’énergie nucléaire, c’est affirmer qui l’on est, prendre sa place dans la société, se positionner par rapport aux autres. Rares sont ceux, pensent-ils, qui prennent position sur ce sujet en fonction de réelles connaissances techniques. Mais chacun choisit, dans le « prêt-à-penser » proposé par les différents acteurs en présence (les mouvements écologistes, les représentants de l’état, etc.) et dont rendent compte les médias (dont le rôle est central), la position qui lui convient le mieux, en fonction de considérations essentiellement idéologiques.

19C’est ainsi que l’étude des différents « thèmes de conflits » qui agitent la société prend forme, grâce à des analyses statistiques sophistiquées, et le thème nucléaire se voit resitué parmi une petite centaine de « thèmes d’expression » auxquels il est lié ou non selon les cas.

20Cette manière de considérer le public constitue une rupture par rapport aux approches précédentes, un nouveau cadrage :

  • la dimension technique est évacuée, comme non pertinente (on estime que le grand public n’a pas dans sa majorité les connaissances techniques précises et pointues lui permettant de décider, d’un point de vue d’ingénieur, s’il est pour ou contre le choix nucléaire, et que le fait qu’il n’ait pas ces connaissances est parfaitement normal : tout le monde ne peut pas être ingénieur nucléaire) ; la figure du public « ignorant à instruire » est ainsi évacuée ;

  • la notion d’« irrationalité » du grand public devient obsolète : la prise de position sur les thèmes de conflit obéit à des règles, que les lois de la statistique (et des mathématiques) doivent permettre de décrypter. Détracteurs comme partisans du nucléaire choisissent la position qui est la leur pour des raisons idéologiques, déterminées notamment par leur positionnement social. La figure du public « irrationnel à rassurer » est également évacuée ;

    • 18 Cf. H. Meynaud, op. cit.

    étudier les structures de l’opinion publique comme le fait l’AESOP (renommée Agoramétrie) relève plutôt d’une démarche sociologique ; la position idéologique devient la notion centrale utilisée pour comprendre les opinions, position idéologique liée, dans ce modèle, aux variables sociologiques « lourdes » (âge, sexe, niveau d’instruction, CSP, positionnement sur l’échelle politique, etc.). La figure du public qui s’impose alors est celle d’un public construisant son opinion en fonction de ses référents idéologiques, choisissant, sur le « marché des opinions »18, celle qui lui convient en fonction de déterminants sociologiques. On peut dire qu’il s’agit là d’un public « acteur déterminé socialement ».

  • 19 D’autres études, plus confidentielles, ont probablement été menées à cette époque, mais nous n’en a (...)

21Il faut souligner que le dispositif « Agoramétrie » a généralement été couplé avec le « Baromètre Nucléaire ». Il s’agit d’un sondage plus classique déclinant les différents aspects de l’opinion sur le nucléaire et permettant de suivre celle-ci dans le temps. Mais l’approche de l’opinion par les sondages n’est pas la seule mise en place. Par exemple, le GRETS effectue des analyses sémiologiques, portant sur la manière dont le thème nucléaire est abordé dans les médias, en France et à l’étranger19. Il mène également, de manière confidentielle, des études locales sur les lieux où l’on souhaite implanter de nouvelles centrales. On le verra, cette double approche, quantitative et qualitative, est un aspect pérenne des études menées au GRETS sur des problématiques environnementales.

  • 20 Il est désormais rattaché à la Direction de la Communication.
  • 21 Avec quelques difficultés pour trouver des financements, heureusement surmontées.

22Le programme de construction des centrales nucléaires s’achevant, l’enjeu devient moins saillant : l’attention des médias et la polarisation de l’opinion s’atténuent. D’objet de recherche, le Baromètre nucléaire devient un outil de communication20, dont le GRETS ne s’occupe plus. L’approche Agoramétrie se maintient21. Les apports de ce « cadrage » sont encore d’actualité de nos jours. Le thème nucléaire n’est d’ailleurs pas le seul pour lequel les dimensions mises en évidence par les chercheurs s’avèrent pertinentes : la plupart des risques peuvent être analysés grâce à cette approche, qu’il s’agisse de risques individuels ou collectifs, portant sur l’environnement ou sur la santé. Ainsi a-t-on pu étudier, grâce à Agoramétrie, la perception des risques automobiles, du SIDA, de l’alcoolisme, etc.

23Dans le même temps, de nouvelles thématiques de recherche apparaissent pour le GRETS, qui s’est fortement développé. Certaines n’ont plus de rapport avec les premiers objets d’études, d’autres se situent toujours dans le champ de l’environnement, mais de manière à la fois plus globale et plus spécifique. À l’aube des années 90, le temps du conflit unimodal, portant sur la seule question nucléaire, touche à sa fin ; de multiples questions « environnementales » émergent (ou deviennent audibles, puisqu’elles ne sont plus masquées par l’importance du conflit nucléaire). À travers le thème de l’Environnement, on assiste à un important « débordement », qui nous semble constituer une rupture. Voyons quels nouveaux cadrages vont être mis en place par les chercheurs du GRETS à cette occasion.

OPINION SUR L’ENVIRONNEMENT ET CONTROVERSES ENVIRONNEMENTALES

24Si les conflits sur le nucléaire se sont un peu estompés, ils ont contribué à convaincre la Direction d’EDF que le suivi de l’opinion publique était indispensable, qu’il fallait compter avec cette dernière.

  • 22 On retrouve ici une des constantes du travail de sociologue en entreprise, cette tension dont nous (...)

25C’est sans doute pour cette raison que le Comité de Gestion Stratégique du 6 novembre 1989 décide que la Direction des Études et Recherches doit poursuivre son effort de recherche sur l’opinion publique en se dotant d’un outil de suivi de l’opinion dans le domaine de l’environnement. Ce suivi devant se traduire par la mise au point d’« indicateurs22 ».

26Pour le GRETS, il s’agit maintenant de comprendre non plus l’opinion sur le seul thème nucléaire (sur lequel le grand public avait généralement une opinion), mais de parvenir à approcher des questions beaucoup moins médiatisées, plus complexes, des questions sur lesquelles l’opinion est parfois simplement en formation.

27Le dispositif mis au point afin de suivre l’opinion publique dans le domaine de l’environnement peut être caractérisé de la manière suivante :

  • il se limite volontairement à l’étude de la seule opinion publique. Ni les médias ni les « jeux d’acteurs » ne seront étudiés dans ce cadre, sinon à travers l’impact qu’ils peuvent avoir sur les modifications de l’opinion ;

  • il tente de couvrir la plupart des domaines concernant EDF (production nucléaire, hydraulique, thermique, domaine commercial) ;

  • il s’attache à resituer ces thématiques spécifiques par rapport aux grandes problématiques environnementales, qu’il s’agisse, dans la lignée d’Agoramétrie, de la perception des risques, ou encore des rapports de l’homme et de la nature, des grands problèmes d’environnement au niveau planétaire, de la question des générations futures, etc. ;

  • il fait la part belle aux approches comparatives : dès le départ, on décide de poser certaines questions, particulièrement importantes, dans plusieurs sondages différents, ceci afin de pouvoir comparer à la fois les niveaux des réponses et les sens dans lesquels elles évoluent ;

  • il est conçu dès le départ comme étant constitué à la fois de questions d’opinion et de systèmes « explicatifs », permettant une compréhension de cette opinion. ;

  • les systèmes explicatifs retenus sont dès le départ pluriels. On suppose que dans le domaine de l’environnement, multiple, des approches multiples sont indispensables. Parmi ces systèmes, on fait l’hypothèse, forte, que les valeurs ont une importance capitale, comme déterminants de l’opinion dans le domaine de l’environnement. Les techniques permettant d’approcher les valeurs (dont Agoramétrie pour la composante idéologique) seront donc nettement « sur-représentées » parmi les différents systèmes explicatifs faisant partie intégrante du Baromètre dès sa conception.

  • 23 Cf. Hammer Β. Trois manières d’approcher les liens entre « valeurs » et sensibilité environnemental (...)

28Les premières expérimentations confirment cette double hypothèse : aucun système ne permet, seul, de comprendre tout l’éventail des opinions mesurées par le Baromètre Environnement EDF-DER ; les « valeurs » des individus, ou du moins des notions voisines que l’on peut approcher par la mesure empirique, sont largement aussi déterminantes que les variables socio-démographiques traditionnelles pour comprendre l’opinion23, y compris dans des domaines où l’outil Agoramétrie s’avère peu pertinent.

29Plusieurs systèmes sont ainsi intégrés au sondage de base, l’originalité du dispositif étant que chacun de ces systèmes, normalement conçu par ses concepteurs comme étant le meilleur ou l’unique moyen d’approcher les valeurs, est mis en regard des autres, puisque tous sont intégrés à la même enquête.

30Si l’on devait définir rétrospectivement la figure du public construite par une telle approche, on parlerait sans doute à la fois d’une figure multiforme (car une seule approche ne permet pas de le comprendre) et d’une figure morale, puisque le public n’est plus considéré comme étant déterminé essentiellement par ses caractéristiques socio-démographiques, mais également par ses valeurs et ses croyances.

31Ce dispositif va rapidement être complété par un autre type d’étude plus « micro ». C’est le début, sur certains thèmes environnementaux bien circonscrits (par exemple l’effet de serre, les champs électromagnétiques, les projets de lignes électriques...), d’études de type stratégique, ce qu’on appellera les études de « jeux d’acteurs ». Trois raisons expliquent la montée en puissance de ces études, raisons qui illustrent bien la tension permanente entre ingénierie sociale, vocation critique, intégration dans un monde d’ingénieur et volonté d’anticiper dont nous parlions en introduction :

  • d’une part, on souhaite anticiper des problèmes dont on pense qu’ils vont émerger (par exemple les questions de représentation des risques éventuels causés par les champs électromagnétiques, dont on ne parle quasiment pas au début des années 90, mais dont on pense – à raison ! – qu’ils pourraient émerger comme thème de controverse dans l’avenir) ;

    • 24 On trouve là très probablement l’origine des demandes actuelles, qui consistent en un « lot accepta (...)

    d’autre part, on cherche à faire mesurer aux chercheurs en sciences « dures » l’intérêt d’une recherche en sciences sociales ; ceci amène à lancer des études sociologiques sur des sujets sur lesquels travaillent déjà des chercheurs en sciences « dures », afin de leur permettre d’apprécier l’intérêt d’une telle démarche ; le but est de faire en sorte que le GRETS soit accepté par la Direction des Études et Recherches, ce qui, à l’époque, était une tâche très ardue ; pour ce faire, on est obligé de s’adapter, et de leur suggérer que, pour qu’elle soit complète, une bonne étude doit prendre en compte la dimension sociétale, autrement dit, qu’une approche sociologique, un « lot » sociologique doit être intégré à leur étude24 ;

  • enfin, certains commanditaires internes, désireux (consciemment ou non) de susciter des changements à l’intérieur d’EDF, voient dans la dimension critique des travaux du GRETS une opportunité pour essayer de faire changer les comportements « en interne » dans la conduite des projets. Ils peuvent notamment s’appuyer sur des études ad hoc portant sur des conflits locaux autour des lignes qui montrent que bien des problèmes naissant d’une « insuffisante prise en compte du contexte local ». Ces études montrent que, plus que leur peur du risque, c’est le fait d’être peu ou pas assez entendus, respectés, écoutés par une grande entreprise suivant sa logique technico-économique qui « motive » les acteurs de ces conflits. Ces recherches évolueront vers un dispositif dit d’« études de contexte », mélange d’entretien en interne et de confrontation avec des points de vue d’acteurs « externes » identifiés. Parmi le public rencontré lors de ces études figurent non seulement les associations de riverains opposés aux lignes, mais également les agents EDF partie prenante dans la négociation ; la dimension historique est également nettement mise en avant : on fait l’histoire des précédents conflits associés aux territoires, on explore des pistes d’explication géopolitique et culturelle. Bref, on exploite tous azimuts les pistes permettant de comprendre les enjeux associés à un territoire.

32Or, c’est précisément à partir du milieu des années 1990, en réponse aux divers conflits d’aménagements, que vont se développer ce qu’il est convenu d’appeler des « espaces délibératifs ». Dès 1996, le GRETS s’intéresse par exemple à une des premières expériences de « débat public » autour du TGV en Bretagne.

  • 25 Cette forme n’est pas entièrement révélatrice des problèmes « délibératifs » mais elle le serait pl (...)

33En étudiant les jeux d’acteurs sur des questions aussi bien locales (le tracé des lignes) que globales (l’effet de serre), le GRETS est donc amené à construire une figure du public capable de dialoguer ; il ne s’agit plus de lui enseigner des choses ou de le rassurer, il ne s’agit plus seulement de le comprendre, mais bien d’échanger, de se nourrir de cet échange, de prendre le risque d’être modifié en retour. Dans le même temps, et symétriquement, le « cadrage » par les sciences sociales en entreprise évolue. De multiples études prennent la forme d’un lot « acceptabilité sociale » dans un projet technique R&D. Cette notion de « lot social » renvoie clairement à une notion d’ingénierie sociale : « le » sociologue prendrait en charge le social25. Mais la vocation critique conduit en fait à proposer des dispositifs plus compréhensifs, et notamment à l’observation des forums et des espaces délibératifs. Cependant, ce qui est intéressant pour notre propos c’est qu’alors que, pour l’essentiel, on s’intéresse toujours à des phénomènes d’opinion et d’environnement, l’évolution sociale et l’évolution interne conduisent à un nouveau « cadrage » tendant à autonomiser la question du délibératif.

34L’intérêt et la justification de ce glissement font débat au sein même du groupe. Mais il trouve sa source en partie dans les résultats d’études en terme de conflits d’aménagement. Nous en citerons deux qui sont pertinents pour l’analyse développée ici :

    • 26 Dans le cas de l’éolien par exemple, les viticulteurs reprochent aux porteurs de projets éoliens de (...)

    le premier, c’est justement la dénonciation par la contestation du manque de débat, en général associée à d’autres manques (d’information, de consultation, etc.)26 ;

    • 27 En donnant au paysage un caractère industriel, les éoliennes mettraient en péril le tourisme rural (...)

    le second, c’est qu’au projet technique, on oppose des projets de développement local27.

35Ces deux aspects ne sont pas nouveaux, ils étaient déjà présents du temps des conflits sur le nucléaire. Mais ce qui peut faire, et ce qui fait l’objet de recherches, c’est le phénomène social que constitue le consensus qui semble se faire, tant dans l’entreprise que dans la société, autour de l’idée que face à ce type de difficultés les différents défenseurs des intérêts en présence (les « parties prenantes », suivant l’expression consacrée) doivent être amenés à discuter afin d’argumenter leurs positions en vue d’aider à la prise de décision concernant le projet. La concertation et le débat public sont posés comme moyens de résolution des conflits.

  • 28 Une version plus légère, le « débat local », a été mise en place pour discuter d’un projet de centr (...)
  • 29 Organisées respectivement en 1998 par l’Office Parlementaire d’Évaluation des Choix Scientifiques e (...)
  • 30 Voir Le débat impensable ? L’enfouissement des déchets radioactifs au risque de la démocratie, inte (...)

36Au GRETS, comme dans d’autres pôles de recherches, certaines études se portent plus vers les lieux d’échanges des arguments que sur les controverses elles-mêmes. On s’intéresse par exemple à des dispositifs dans le domaine de l’aménagement (débat public, débat local28...) mais aussi à des enjeux liant technologie et société (conférence de consensus sur les OGM ou le réchauffement climatique en France29, sur les déchets nucléaires au Royaume-Uni). Un autre centre d’intérêt est celui des espaces délibératifs créés par la recherche elle-même pour étudier les conditions d’existence d’un espace public sur un sujet (par exemple sur les déchets nucléaires, le GRETS, en collaboration avec un autre département – ESF – a organisé des rencontres entre des « spécialistes » et des « non-spécialistes »30. Mais ceci fait l’objet d’une autre intervention).

  • 31 Mais ceci est évidemment loin d’être nouveau dans le domaine du travail. Voir par exemple les Lois (...)

37Enfin, du coté du délibératif, on peut noter que le statut de la concertation et du débat public comme « solution » aux conflits est renforcé par le fait que le débat est invoqué/convoqué également pour résoudre des problèmes internes à l’entreprise ou l’organisation31.

  • 32 L’intégration du délibératif, tant dans les discours que dans certaines pratiques managériales, est (...)

38Sans porter de jugement sur le contenu des dispositifs mis en place, on trouve des expériences visant à faire participer divers publics au fonctionnement normal de l’entreprise32 . On pense par exemple aux « stakeholders sessions » mais aussi au processus de certification environnementale qui suppose à la fois une mobilisation en interne sous le regard des « Auditeurs » : en quelque sorte, le « public » est maintenant intégré dans l’organisation. Ainsi, non seulement la problématique environnementale s’est élargie, mais elle s’est aussi simultanément insérée dans l’entreprise. Pour en revenir à la question des relations avec le « public », il est frappant de constater des prises de position publique des entreprises en faveur du « débat public ». En parallèle avec la figure « délibérative », une figure « internalisée » du public semble se dessiner.

LE PROJET OURSE (OBSERVATOIRE UNIFIÉ DES REPRÉSENTATIONS SOCIALES DE L’ENVIRONNEMENT)

39Si une figure délibérative du public s’est peu à peu autonomisée, les liens entre approches quantitative et qualitative, entre problématiques globale et locale, entre étude de l’opinion publique et étude des jeux d’acteurs, sont devenus de plus en plus consistants avec le temps.

40Au début des années 90, quand l’environnement s’est imposé comme nouveau domaine à étudier, ont d’abord coexisté un outil « macro » destiné à comprendre des thématiques plutôt globales (le Baromètre Environnement EDF-DER), et des outils plus « micro », études stratégiques sur des sujets précis, études de contexte, souvent plutôt locaux (mais pas toujours, une de ces études ayant porté sur un sujet tout ce qu’il y a de plus global, l’effet de serre).

41La nécessité d’établir des ponts entre ces deux types d’activité est apparue d’emblée. Signalons que cela n’était pas nouveau, puisque sur le thème nucléaire coexistaient en leur temps études quantitatives auprès du grand public, études quantitatives auprès de populations ciblées (les riverains des centrales nucléaires, les agents EDF), études qualitatives auprès de différents acteurs, études des médias, veille internationale, etc.

42Le champ couvert par les études environnementales était trop vaste pour que chacun de ces aspects soit étudié. Cependant, dès les premières années, plusieurs pistes ont été explorées, visant à combler le fossé entre étude de l’opinion publique et étude des jeux d’acteurs.

43Ainsi, à la demande de directions opérationnelles d’EDF, un questionnaire pilote portant sur la perception de l’environnement (et de l’action d’EDF dans ce domaine) sur le plan local a été élaboré. Les commanditaires internes, probablement peu enclins à apprécier la dimension critique des travaux du GRETS, ont préféré confier la suite de cette démarche à un cabinet de consultant, qui a repris à son compte le travail fait par les chercheurs, pour n’en garder que la dimension « ingénierie sociale ».

44Dans le même temps, la mise sur pied d’un panel qualitatif, permettant de suivre l’opinion de manière plus fine que par des sondages, a été envisagée. Bien qu’une telle approche ait semblé très pertinente sur le fond, elle n’a pas été mise en place, faute de moyens humains pour la faire vivre.

45Autre voie, qui s’est avérée plus fructueuse : sur les sujets sur lesquels les principales études qualitatives étaient menées (effet de serre, champs électromagnétiques, perception des lignes à haute tension), des questions ouvertes ont été insérées très régulièrement dans le Baromètre Environnement. Cette technique particulière permettait de restituer le discours du public sans créer l’opinion artificiellement, par le simple fait que l’on pose des questions. Un lien (ténu, mais un lien tout de même) a ainsi pu être tissé durablement entre les deux types d’approche (les premières questions ont été posées en 1992, elles sont encore posées aujourd’hui).

46Ces premières tentatives, plus ou moins fructueuses, restaient insuffisantes. Ainsi, en particulier, il n’y avait pas d’étude qualitative portant de manière un peu systématique sur le grand public et les problèmes globaux (mis à part les études sur l’effet de serre), et il n’y avait pas non plus d’approche globale des perceptions environnementales des agents EDF.

47En d’autres termes, certains morceaux manquaient au puzzle.

48Au milieu des années 90, une cellule de veille environnementale, chargée de détecter les différents risques pouvant affecter EDF dans le domaine de l’environnement, est mise sur pied à la Direction Générale d’EDF. De nouveaux commanditaires éclairés, appartenant aux sphères dirigeantes de l’entreprise, réclament alors des études sociologiques qualitatives, portant sur des sujets aussi divers que la sociologie des rumeurs, la perception de la biodiversité, le réchauffement climatique, les normes et les labels...

49Au début des années 2000, dans le cadre d’un vaste programme de changement, un des « chantiers » du Président d’EDF a pour titre « Faire de l’environnement un atout ». C’est à cette occasion qu’il est demandé au GRETS de mettre en place un outil permettant de suivre l’opinion interne, à la fois grâce à un sondage et grâce à des outils qualitatifs : le Baromètre Interne des Perceptions de l’Environnement (BIPE) est créé. Cet outil est utilement couplé avec le Baromètre Environnement, ce qui permet de mesurer les éventuels écarts entre opinion publique et opinion des agents.

50Les choses sont mûres pour intégrer les différents morceaux du puzzle, faire un recadrage, lequel sera formalisé dans le projet « OURSE » (Observatoire Unifié des Représentations Sociale), qui met en avant l’aspect intégré et pluridisciplinaire des études sur l’environnement. Ainsi peut-on lire, dans l’étude d’opportunité qui précède sa création officielle :

  • 33 Note d’opportunité du projet Ourse, août 2000.

« Les controverses environnementales se caractérisent par Je fait qu’elles se développent sur des plans très divers (en interne comme en externe, du plus local au plus global, de la controverse d’expert au débat public national et international). Les interactions entre ces différents niveaux de débats sont complexes (typiquement : débat sur le stockage des déchets nucléaires). C’est pourquoi, pour les saisir, pour mieux les comprendre et les intégrer dans la stratégie de l’entreprise, il faut le plus souvent utiliser des outils complémentaires : sondages d’opinion (adaptés au suivi de l’opinion publique globale ou de l’opinion interne), enquêtes par entretiens (adaptées au suivi de jeux d’acteurs ou à l’étude fine des représentations des agents), analyses de discours et analyses sémiologiques (adaptées à l’étude des représentations du grand public, à la connaissance du travail des médias par exemple). Le projet propose une approche multidimensionnelle de ces phénomènes complexes33. »

51Autrement dit, bénéficiant de l’expérience accumulée, c’est-à-dire des différents dispositifs développés, et en essayant de les conjuguer, le projet OURSE s’efforce non pas de définir une nouvelle figure dominante du public, mais plutôt une figure multiforme, avec de nombreuses facettes complémentaires.

52Comment la réflexion sur l’émergence « du » délibératif peut-elle s’intégrer avec une telle démarche ?

53Cette nouvelle figure délibérative est-elle exclusive des « cadrages » précédents ? D’un point de vue pratique, le modèle du public engagé dans le débat public coexiste chez les acteurs avec d’autres représentations du public. C’est sans doute parce que l’histoire des problèmes à EDF est pour l’essentiel cumulative.

54Deux types de raisons nous paraissent rendre compte du caractère cumulatif de ces problèmes :

    • 34 Certains problèmes semblent en effet appeler d’emblée un traitement national (par exemple le nucléa (...)

    d’une part, les enjeux auxquels EDF est confronté sont plus ou moins circonscrits (en terme de territoires34, de temps et de problèmes : la politique énergétique vs l’installation d’une ligne THT) et relèvent d’autres formes de construction du public (national par exemple sondage) ;

  • d’autre part, les processus de délibération mêlent différentes figures du public.

55Du fait de son implantation locale, nationale et internationale, et de par ses activités de producteur, de transporteur et de distributeur d’électricité, EDF a à traiter des problèmes qui relèvent de modalités assez variées de construction du public. Une grande partie des problèmes échappe ainsi aux logiques de la démocratie participative : parce qu’ils sont, de facto, traités dans les forums d’experts et de représentants politiques où l’opinion publique ne constitue que très indirectement un enjeu, mais aussi parce que certains impliquent, de jure, un niveau de traitement très large et relativement abstrait où se trouvent intriqués de nombreux enjeux (par exemple la politique énergétique).

56L’opinion publique est alors saisie comme un des nombreux « paramètres » entrant dans l’évaluation de la situation notamment à travers les sondages.

57Par ailleurs, l’analyse même des processus délibératifs implique que l’on prenne en compte différentes figures du public qui s’avèrent déterminantes pour leur compréhension.

58On distinguera ainsi utilement les représentations du public mises en avant par les acteurs, du public actualisé ou construit par le processus délibératif lui-même.

59Parmi les représentations du public, il faut considérer d’une part les figures du public « visées » qui constituent des « idées régulatrices » pour les acteurs, et d’autre part les représentations « construites » par ces mêmes acteurs et instrumentalisées dans leur action.

60Bien que ces représentations produisent, les unes et les autres, des effets sur le débat, on ne peut pourtant confondre :

  • d’un coté, la figure normative d’un public pleinement informé qui, par la discussion « réglée et rationnelle », dégage l’intérêt général, ou encore la figure théorique et savante que l’on se donne dans une perspective de connaissance du public d’un problème ou d’un territoire qui constituent des horizons et des références pour les acteurs, et de ce fait informent leur actions ; et

  • d’un autre coté, les représentations construites par les acteurs qui « enrôlent » et stabilisent avec des bonheurs inégaux des publics grâce à des dispositifs relevant de logiques politiques ou scientifiques comme des pétitions ou des résultats d’enquêtes par sondages.

  • 35 C’est notamment la logique des sondages délibératifs. On peut ainsi s’interroger sur le public six (...)

61Par ailleurs, les processus délibératifs, parce qu’ils se donnent notamment pour objectif la formation d’un public « informé » (cf. la figure normative), actualisent au cours du temps différentes figures de ce public. L’étude des réunions d’un débat public donne ainsi à voir une succession de publics qui peuvent se manifester et prendre la parole35.

  • 36 Le représentant politique est supposé, sinon prendre la décision, du moins assurer l’adéquation ent (...)
  • 37 Cf. La typologie proposée par Daniel Boy, « Les nouveaux modes de délibération », op. cit.
  • 38 Elisabeth Remy, « Apprivoiser la technique, un débat public autour d’une ligne à haute tension », P (...)

62Mais ces processus ne sont pas seulement marqués par la dimension participative, la logique représentative est loin d’y être absente. Elle est inscrite soit formellement dans ces processus (représentation indirecte du public par des élus36 ou des représentants syndicaux ou associatifs de la société civile37), soit elle en constitue le produit dans la mesure où chaque « porteur d’enjeu » va chercher à « se doter d’un public dont il sera le porte-parole38 ». Souvent, les prises de parole ne sont pas très claires de ce point de vue : le locuteur s’exprime-t-il à titre de « représentant associatif » (il représente le public et tire alors aussi une partie de sa légitimité du fait qu’il se situe sur la dimension définie par le processus représentatif), « d’expert » ou de « citoyen » (il est le public « actualisé », produit par le débat public) ?

  • 39 P. Corcuff, M. Sanier, « Politique publique et action stratégique en contexte de décentralisation » (...)

63Comprendre les processus délibératifs implique ainsi de s’intéresser aux différentes modalités de construction du public : le fait que le débat constitue un dispositif pragmatique dont le principal effet recherché et proclamé est la production d’un public « éclairé »-outre la recherche d’une décision « juste » qui lui est intimement lié – ne rend pas caducs les autres modes de formation du public. On a assez souligné les asymétries entre acteurs qui viennent fausser les objectifs normatifs du débat (et donc les capacités des uns et des autres à « dire » l’intérêt général et à « représenter » le public) pour ne pas décrire aussi les acteurs en termes d’intérêts constitués et de ressources. Une telle reconnaissance, ainsi que cela a été abondamment souligné par ailleurs, « ne conduit pas nécessairement à une vision de la réalité politique comme simple déploiement des intentions d’acteurs dotées de ressources institutionnelles39. » Enfin, la description des publics agrégés par le débat (notamment si on prend en compte une éventuelle médiatisation) implique de recourir aux moyens de classement et de catégorisation plus ou moins objectivés dont dispose la sociologie quantitative : variables sociodémographiques, d’attitudes, etc.

64Dans ces différents cas, l’analyse des modalités de construction de l’opinion publique – qu’elles passent ou non d’ailleurs par des processus délibératifs – implique des dispositifs de connaissance du public (dont on ne méconnaît pas, par ailleurs, les effets sociaux) distincts des processus plus ou moins normatifs d’élaboration de l’intérêt général.

65L’approche du GRETS consiste ainsi à multiplier et à croiser les perspectives pour appréhender ces objets complexes :

  • en s’intéressant à des processus, parfois très en amont, de formation et de diffusion des « représentations sociales » grâce à des approches sémiologiques des discours de la fiction, des médias et des différents acteurs institutionnels ;

  • au niveau macro-sociologique et agrégé par des enquêtes par sondage menées auprès de l’opinion publique et des parties sectorielles de l’opinion particulièrement intéressée aux problèmes (notamment les agents d’EDF). Celles-ci permettent d’évaluer notamment la « sensibilité » aux questions environnementales, de mesurer des niveaux d’information, de vérifier des liens entre variables sociologiques lourdes définissant des situations sociales et les positions sur les problèmes, de mettre en évidence la dimension culturelle et communicationnelle en analysant les valeurs, en vérifiant l’existence de rhétoriques et de schèmes argumentatifs à travers l’analyse de questions ouvertes... ;

  • - au niveau meso, en s’intéressant aux « jeux d’acteurs » et en suivant les stratégies des groupes d’intérêts ;

  • au niveau micro-sociologique, par observation et par entretien, en analysant des conflits locaux et en étudiant les processus de « mise en débat ».

  • 40 M. Callon, « La sociologie peut-elle enrichir l’analyse économique des externalités ? Essai sur la (...)

66Cette approche, qui n’est que très partiellement intégrée, nous rappelle le caractère nécessairement multiniveau et multidimensionnel des analyses. La figure du public sollicitée par les processus délibératifs constitue en effet un cadre qui ne peut être que débordé. Ainsi que le rappelle dans un autre contexte Michel Callon, « tout cadrage suppose donc un violent effort pour extraire les agents concernés de ce lacis d’interactions et pour les faire entrer sur une scène délimitée, spécialement préparée et aménagée40. » La visée normative du débat public délimite une telle scène, elle reconnaît se faisant des compétences nouvelles au public. La visée propre à la connaissance, y compris pour rendre compte de l’efficacité propre à ce cadre, ne peut que tenter de restituer les « sources de débordement » en décrivant les « adhérences multiples » qui relie les acteurs au « monde extérieur ».

Notes

1 Blondiaux (L), Sintomer (Y) : « L’impératif délibératif » in Politix : « Démocratie et délibération », Vol. 15/2002, p. 17-35.

2 A. Giddens, La constitution de la société, Paris, PUF, 1987, p. 275-287.

3 On s’intéressera en particulier aux travaux de Fishkin – cf. Fishkin, J. and Luskin, R., (2000) « Deliberative Polling and Public consultation », in Parliamentary Affairs, 53 (Octobre 2000), p. 657-666 – et Fishkin J., « Vers une démocratie délibérative : l’expérimentation d’un idéal », Hermès, 31, 2001, p. 207-222, et à ceux de P. Sniderman – cf. Sniderman, P. M., Brody, R., and Tetlock, P. E. (1991). Reasoning about politics : Explorations in political psychology. Cambridge University Press. Cf. aussi le numéro spécial d’Hermes, « L’opinion publique, perspectives anglo-saxonnes », 31, 2001.

4 Comme dans le cas des conférences de consensus, voir H.-Y. Meynaud, X. Marc (dir.), Entreprise et société, dialogues de chercheur(e)s à EDF, L’Harmattan, 2002. Voir aussi, Latour, B., Politiques de la nature. Comment faire entrer les sciences en démocratie. Paris, La Découverte, 1999.

5 Voir notamment le chapitre 3, A l’ombre des techniques : la mise en forme du « social » de Y. Barthe, La mise en politique des déchets nucléaires, thèse en socio-économie de l’innovation, décembre 2000, p. 186.

6 Pour une histoire de l’opinion publique et des sondages, cf. L. Blondiaux, La fabrique de l’opinion, Seuil, 1998.

7 Voir par exemple dans le domaine de l’aménagement l’usage de l’idée de NIMBY : Arthur Jobert, « L’aménagement en politique ou ce que le syndrome NIMBY nous dit de l’intérêt général », in Politix n° 42 : Définir l’intérêt général, L’Harmattan, 1998.

8 Ce travail est en partie réalisé dans l’ouvrage de H.-Y. Meynaud (dir.), Les sciences sociales et l’entreprise – 50 ans de recherche à EDF, La Découverte, 1996. L’auteur souligne que l’entreprise s’est ouverte à de nombreuses reprises à des démarches de recherches en sciences sociales (et les a financées !), notamment dans le domaine de la sociologie des organisations. À noter aussi l’existence d’une première tentative d’histoire de la structure sur la base d’une enquête par entretien, Claire Auzias « Le GRETS, Sciences sociales à la Direction des Études et Recherches », 1986, dactylographié, 22 p.

9 Bien d’autres expériences similaires sont mises en oeuvre en de nombreux endroits d’EDF (voir notamment Meynaud [op. cit] mais aussi de nombreux travaux de sociologie du travail notamment ceux de Sainseaulieu [R.]).

10 L’appellation EDF R et D date de 1999 ; l’appellation précédente de la structure était « Direction des Études et Recherches », ce qui traduisait également une double mission, bien que la dimension « recherche » ait sans doute primé.

11 Même si, dès l’origine, des chercheurs ont travaillé sur des sujets très divers : usages de l’électricité, relations de travail, communication, etc.

12 Un des rôles du chercheur est d’ailleurs d’anticiper l’apparition de ces questions nouvelles, et d’engager des recherches sur ces sujets suffisamment tôt pour être « prêt » au moment où elles se posent avec acuité, ce qui lui assure une autonomie notable, ainsi qu’un « droit à l’impertinence ».

13 Cf. thèse de Yannick Barthe pour une description de cette psychiatrisation de l’opposition au nucléaire.

14 Ainsi peut-on lire dans le Monde du 7 octobre 1981, sous la plume de Maurice Duverger, dans un article intitulé « La nostalgie des dinosaures » : « On ne touche pas aux mystères de la matière sans provoquer une terreur sacrée dont nul ne peut se délivrer tout à fait. Dans ce domaine mythologique, l’écologie trouve en chacun de nous des préjugés favorables, parce qu elle correspond aux tendances régressives de l’inconscient collectif. »

15 Les structures de l’opinion publique, le thème nucléaire parmi d’autres, rapport LSCI, IPSN, CEA et EDF (DER), mai 1980.

16 Autrement dit, la piste « technique ».

17 En d’autres termes, la piste « psychologique ».

18 Cf. H. Meynaud, op. cit.

19 D’autres études, plus confidentielles, ont probablement été menées à cette époque, mais nous n’en avons pas la trace.

20 Il est désormais rattaché à la Direction de la Communication.

21 Avec quelques difficultés pour trouver des financements, heureusement surmontées.

22 On retrouve ici une des constantes du travail de sociologue en entreprise, cette tension dont nous parlions en introduction entre ingénierie sociale et vocation critique : si l’idée de suivre, et surtout de comprendre l’opinion dans le domaine de l’environnement paraît tout à fait pertinente, la demande de mise au point d’« indicateurs » demande à être réinterprétée.

23 Cf. Hammer Β. Trois manières d’approcher les liens entre « valeurs » et sensibilité environnementale : les apports d’Agoramétrie, de la Sémiométrie et des Valeurs de Schwartz, in La sensibilité écologique des Français, Ifen, éditions Tec et Doc, 2000.

24 On trouve là très probablement l’origine des demandes actuelles, qui consistent en un « lot acceptabilité sociétale » dans des projets techniques, cf. infra.

25 Cette forme n’est pas entièrement révélatrice des problèmes « délibératifs » mais elle le serait plutôt du statut des SHS en entreprise. Le même mode de fonctionnement prévaut depuis longtemps dans le domaine des usages de l’électricité (Retour d’expérience).

26 Dans le cas de l’éolien par exemple, les viticulteurs reprochent aux porteurs de projets éoliens de ne pas les avoir consultés alors qu’ils le sont sur d’autres projets d’aménagement tels que ligne TGV ou autoroute. Il y a encore peu, la réglementation permettait effectivement à ceux-ci de ne consulter que le maire de la commune d’implantation. Par ailleurs, les opposants au laboratoire souterrain de recherche en vue du stockage en profondeur des déchets radioactifs reprochent à l’exploitant de n’avoir consulté que les élus, et pas les populations locales comme c’est pourtant écrit dans la loi Bataille.

27 En donnant au paysage un caractère industriel, les éoliennes mettraient en péril le tourisme rural et la vente des vins « paysagés » autour desquels par exemple le Comité Interprofessionnel des Vins du Languedoc construit sa communication depuis cinq ans. C’est également les viticulteurs qui ont joué un rôle dans l’abandon du site en vue d’implanter un laboratoire souterrain dans le Gard. À Cahors, les opposants à un projet de ligne électrique contestent le besoin économique à l’origine du projet et proposent un autre mode de développement à l’aide du tourisme rural.

28 Une version plus légère, le « débat local », a été mise en place pour discuter d’un projet de centre de conditionnement et d’entreposage de déchets radioactifs, et réutilisée sur un projet de ligne.

29 Organisées respectivement en 1998 par l’Office Parlementaire d’Évaluation des Choix Scientifiques et Technologiques, et en 2001 par la Commission Française pour le Développement Durable.

30 Voir Le débat impensable ? L’enfouissement des déchets radioactifs au risque de la démocratie, intervention au colloque du CEDP, 15 mai 2003, et Les cahiers de Jéricost n° 3, À propos des Rencontres Délibératives, décembre 2000.

31 Mais ceci est évidemment loin d’être nouveau dans le domaine du travail. Voir par exemple les Lois Auroux, les conseils d’ateliers.

32 L’intégration du délibératif, tant dans les discours que dans certaines pratiques managériales, est enfin sans doute à rapprocher du succès du concept de « développement durable » dans le monde de l’entreprise. La nouvelle synthèse (cf. Boltanski, Le nouvel esprit du capitalisme) à construire entre l’économique, le social et l’environnemental, est un exercice pour le moins difficile qui appelle, on s’en doute pour le moins, à des échanges nombreux et à tous les niveaux.

33 Note d’opportunité du projet Ourse, août 2000.

34 Certains problèmes semblent en effet appeler d’emblée un traitement national (par exemple le nucléaire) – ce qui n’empêche pas qu’ils puissent comporter d’importantes dimensions locales. Cette dimension nationale – outre les réticences soulevées par les processus délibératifs – rend d’ailleurs malaisée leur mise en débat. Celle-ci implique la mise en place soit de dispositifs lourds et complexes à intégrer (multiplication des réunions publiques locales), soit une représentation « symbolique » du public comme dans les conférences de consensus. Cf. D. Boy, « Les nouveaux modes de délibération », Annales des mines, avril 2002, p. 67-82.

35 C’est notamment la logique des sondages délibératifs. On peut ainsi s’interroger sur le public six mois après un débat. Cf. J. S. Fishkin, R. C. Luskin and R. Jowell, « Deliberative polling and public consultation », Parlamentary affairs, 53, 657-666, 2000.

36 Le représentant politique est supposé, sinon prendre la décision, du moins assurer l’adéquation entre la décision prise sur un problème et le système normatif (les règles, les valeurs) dans lequel cette décision s’insère, et ainsi préserver les figures passées et à venir de l’intérêt général.

37 Cf. La typologie proposée par Daniel Boy, « Les nouveaux modes de délibération », op. cit.

38 Elisabeth Remy, « Apprivoiser la technique, un débat public autour d’une ligne à haute tension », Politix n° 31, 1995, p. 136-144.

39 P. Corcuff, M. Sanier, « Politique publique et action stratégique en contexte de décentralisation ». Aperçus d’un processus décisionnel « après la bataille », Annales, HSS, 55, (4) 2000. Voir aussi Y. Barthes, « Rendre discutable », Politix, 15, n° 57, 2002, p. 57-78.

40 M. Callon, « La sociologie peut-elle enrichir l’analyse économique des externalités ? Essai sur la notion de cadrage-débordement », in D. Foray, J. Mairesse (eds), Innovations et performances. Approches interdisciplinaires, Paris, Éd. de l’École des Hautes Études en Sciences Sociales, 1999, p. 409.

Auteurs

Chargé de recherche à EDF R&D GRETS

Chargé de recherche à EDF R&D GRETS

Chargé de recherche à EDF R&D GRETS

Chargé de recherche à EDF R&D GRETS

© Presses universitaires François-Rabelais, 2004

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540