Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

La situation délibérative dans le débat public

 | 
Bernard Castagna
, 
Sylvain Gallais
, 
Pascal Ricaud
, 
et al.

Domaines de mise en œuvre

Concertation et technique dans l’aménagement : ingénierie du mythe

Stefan Bratosin

Texte intégral

  • 1 Entendre l’ensemble des personnels techniques : du dessinateur au chef de projet.
  • 2 M. de Certeau, L’invention du quotidien. Art de faire, Paris, Gallimard, 1990, p. 21.
  • 3 Ce qui sert de base, proposition initiale à caractère général.

1Marque d’une conjoncture où les pratiques politiques tâchent de satisfaire aux attentes démocratiques d’information, de consultation, de participation, de communication, de débat, de partenariat etc., la concertation apparaît aujourd’hui comme un élément clé dans le montage des projets publics d’aménagement. Son appropriation par les techniciens1 participant à l’élaboration de ces projets entraîne, cependant, une mutation significative au niveau des aptitudes et charges incombant à ces professionnels : le dire sur lequel reposera la validation publique d’un projet participe désormais du faire même du projet. Le technicien doit avoir la capacité de rendre intelligible sa position dans les différentes situations délibératives du formatage décisionnel, mais aussi les compétences de produire ces situations. Comment font-ils, donc, pour passer de leur langue « maîtrisée et régulatrice »2 à une langue affranchie de la rigueur technique et frappée d’intuition ? Comment produisent-ils le cadre fonctionnel d’un débat capable d’accueillir simultanément les mises en question d’un projet et la recherche performative pour légitimer ce même projet ? Comment parviennent-ils à confirmer et à renforcer le rôle privilégié de leur savoir-faire dans un espace où la primauté de l’opinion est à la fois principe3 normatif et fonctionnel ?

I. MYTHE N’EST PAS UTOPIE

  • 4 Aménagement et opinion – la concertation en amont des projets, Paris, Ministère de l’Environnement (...)
  • 5 Cf. Concertation : entre devoir et pouvoir. Dossier in « Diagonal », n° 123/1997, p. 10-37.
  • 6 C. Ho-Thanh, Loi SRU. Incertitudes dans la concertation in « Le Moniteur de travaux public et du b (...)
  • 7 M. Caillaud, Bien concevoir le renouvellement urbain in « Le Moniteur de travaux public et du bâti (...)
  • 8 Par exemple : La concertation en aménagement. Eléments méthodologiques, Lyon, CERTU, 2000 ; Concer (...)
  • 9 Concertation / débat public, op. cit., p.5.
  • 10 La concertation en aménagement, op. cit., p. 56.
  • 11 Cf. Concertation / débat public, op. cit., p. 43-45.

2Réfractaires à la concertation, dans un passé pas très lointain, les techniciens de l’aménagement considéraient peu la concertation, car pour eux une décision était légitime dès lors qu’elle s’appuyait sur la conviction de l’intérêt général et qu’elle reposait sur une rationalité que le savoir technique et l’expérience leur permettaient d’exprimer dans leurs projets. Cette attitude était illustratrice d’une culture administrative selon laquelle la concertation était à la fois impossible, coûteuse et dangereuse : impossible parce que la complexité des projets impliquait un niveau de connaissances qu’ils étaient seuls à posséder ; coûteuse par le volume de dépenses en énergie, en temps et en délais ; dangereuse car elle organisait l’affrontement entre l’intérêt général et les intérêts sectoriels ou particuliers4. Le passage de cette attitude à la production et à l’usage des méthodes de concertation, en dépit de l’apparente rapidité de la mutation, est cependant une transition problématique et frappée de réactions parfois spectaculaires mises en évidence le plus souvent par l’expression d’exigences diamétralement opposées aux positions originelles. Ainsi, le refus initial de la concertation est remplacé par une demande de bornage normatif toujours plus distinct de la concertation. Dans cette nouvelle optique, écartelés « entre devoir et pouvoir »5 les techniciens de l’aménagement recherchent désormais dans les textes des lois non seulement les injonctions concernant la concertation, mais aussi la façon dont le législateur entend qu’elle soit « faite ». Cependant, les résultats de cette recherche ne semblent pas satisfaire leurs attentes. Les nouvelles lois provoquent parmi eux plutôt des embarras et des critiques que des commodités et de l’enthousiasme : lorsque le texte de loi « étend le champ d’application de la concertation », il « n’en précise pas clairement les modalités d’organisation »6. En plus, ils constatent que pour pratiquer la concertation « la loi exige des nouveaux savoirs, des nouvelles formations, une nouvelle attitude »7. Il apparaît, dès lors, le besoin de repères méthodologiques appelant l’émergence manifeste d’une production d’études, de guides et d’autres textes décrivant l’art de « faire » la concertation, les expériences et les pratiques de concertation etc.8 L’objectif de ces textes est d’une part de montrer comment la concertation appose sur un projet le sceau d’un contexte socio-politique de légitimation et le pourquoi du recours à la concertation. L’explicitation s’articule alors autour de trois centres d’argumentation : l’injonction normative, l’intérêt du technicien et la demande sociale. En termes d’injonction normative, le plus souvent sont rappelées les exigences des différentes lois et circulaires, les risques juridiques encourus lors du déploiement concerté dans l’espace du projet et la jurisprudence en la matière. Pour ce qui concerne l’intérêt du technicien sont exposées les vertus du travail collectif et solidaire sensé éviter les contestations futures du projet. Quant à la demande sociale, elle porte sur « la participation de la société civile à l’élaboration des décisions »9. D’autre part l’objectif de ces textes est de mettre en exergue « les modalités pratiques d’organisation d’une concertation »10. Il s’agit, par exemple, des conseils pour : a) instaurer une continuité du lien entre le maître d’ouvrage et les acteurs en faisant ressortir les différentes étapes de la concertation et leur intégration au processus de décision, b) élaborer les règles du jeu en termes d’objectifs, modalités d’échange, durée, périmètre, bilan etc., c) faire preuve d’une véritable qualité d’écoute en intégrant les motivations et le non dit, d) garantir la place de la controverse, élaborer des arguments, permettre le débat, e) ouvrir le projet à l’expérimentation sociale, f) utiliser les nouveaux moyens de dialogue etc.11

3En suivant ces différentes prescriptions méthodologiques les techniciens de l’aménagement parviennent au sentiment de pouvoir même mesurer la concertation. Ainsi, la concertation est appréciée à partir du nombre de réunions, du nombre de personnes ayant participé, du nombre de courriers reçus et/ou envoyés, de la durée des expositions etc. Dans certains cas, l’évaluation dépasse le simple bilan des données quantifiables et déborde dans le domaine de l’efficacité, c’est-à-dire des résultats et des effets de la concertation. Il s’agit alors de savoir si les objectifs de départ correspondant respectivement aux différents camps participant aux échanges ont été atteints, en quoi ont-ils été atteints et pourquoi ont-ils ou n’ont-ils pas été atteints. Il est question également de savoir quel a été l’impact de la concertation sur le projet qui a occasionné la concertation. A-t-il connu des modifications, des nouvelles orientations, des prises en compte des nouvelles contraintes environnementales etc. ? La concertation a-t-elle prolongé les délais d’élaboration du projet et des procédures de décision ou a-t-elle raccourci ces délais ? Il est aussi tentant de mettre en évidence les effets de la concertation sur les comportements et sur les perceptions des participants vis-à-vis du projet. Quelles évolutions ont été remarquées dans le partenariat institutionnel, dans l’implication des acteurs, dans le travail collectif, dans la qualité de l’association du public ? Cependant, en dépit de tous ces efforts faits par les techniciens pour « saisir » la concertation, elle semble continuer à rester toujours insaisissable, à tel point que même après le déploiement des « meilleurs » moyens et l’engagement des plus « performantes » méthodes, deux refrains reviennent quasi systématiquement parmi les participants : « il n’y a pas eu de concertation » et « il faut continuer la concertation ». Ceux-ci ne sont pas forcément l’expression désabusée de l’échec du processus de concertation. Ils expriment plutôt l’état fâcheux d’une perception problématique de la concertation : malgré tous les échanges, les procédures et les autres dispositifs mis en place, la concertation n’a pas eu lieu ou dans le meilleurs des cas, elle n’a pas eu lieu là où elle était censée avoir lieu et par conséquent il faut la poursuivre ailleurs, sans avoir la certitude qu’une fois arrivée « ailleurs » elle y sera.

  • 12 P. Ricœur, Du texte à l’action, Paris, Seuil, 1986, p. 428.
  • 13 Cf. Ibid.
  • 14 Ibid.
  • 15 Voir K. Mannheim, Idéologie et Utopie, Paris, M. Rivière et Cie., 1956.
  • 16 M. de Certeau, op. cit., p. 154.
  • 17 Cf. Ibid.
  • 18 Ibid.
  • 19 P. Ricœur, op. cit.

4Conclure hâtivement, à partir de cette absence de lieu, que la concertation est une utopie, serait une entreprise peu pertinente. Effectivement, le sens premier de l’utopie – un lieu qui est un autre lieu, un ailleurs qui est un nulle part – peut être identifié dans l’expérience même de la concertation. Certes, non seulement l’apparence de l’utopie, mais aussi celle de l’uchronie peut être associée à la concertation, car il n’est pas question ici uniquement d’une extériorité fuyante dans l’espace (un autre lieu), mais aussi dans le temps (un autre moment). Sans aucun doute, la concertation peut paraître une utopie car elle fait croire qu’elle « joue son destin au plan même où s’exerce le pouvoir »12 et qu’elle peut remettre en question dans les différents aspects de la vie sociale, la manière d’exercer le pouvoir13. Cependant, l’utopie est en rupture avec l’action, ce qui n’est pas le cas de la concertation. L’utopie est dans une certaine mesure la rupture même : « ce qui empêche l’horizon d’attente de fusionner avec le champ de l’expérience »14. S’il y a la tentation de reconnaître une dimension utopique dans la concertation, ce n’est pas parce que la concertation serait un écart entre l’imaginaire et le réel15, parce qu’elle serait sans effet sur le processus d’élaboration d’un projet, mais en raison de la nature mythique de la concertation, nature qui produit la similitude du non-lieu. Il faut se rappeler que le mythe est « un discours relatif au lieu/non-lieu de l’existence concrète, un récit bricolé avec des éléments tirés de dits communs, une histoire allusive et fragmentaire dont les trous s’emboîtent sur les pratiques sociales qu’elle symbolise »16. Concrètement, la concertation ne vise pas le blocage du projet, mais son avancement. Ce qui est mythique, contrairement à ce qu’est utopique, « fait marcher »17. Or, « marcher c’est manquer de lieu. C’est le processus indéfini d’être absent et en quête d’un propre (...) expérience sociale de la privation de lieu »18. La concertation n’est donc pas utopie, « exercice de l’imagination pour penser un autrement qu’être du social »19, mais une façon de « faire marcher » en utilisant « des reliques de sens, et parfois leurs déchets, les restes inversés de grandes ambitions » que le monde de la technique de l’aménagement s’efforce de transmuer en méthode de « faire passer ». De cette rencontre de la connaissance scientifique et de la pensée mythique il en résulte alors un « art de faire » de la concertation, une ingénierie du mythe où un projet n’est pas meilleur qu’un autre parce qu’il est techniquement mieux, mais parce qu’il est mieux accepté.

II. FONDEMENTS DES RELATIONS ENTRE PRATIQUES SPATIALES ET PRATIQUES SIGNIFIANTES

5Les deux principaux registres du discours méthodologique sur la concertation dans l’aménagement sont celui des pratiques spatiales et celui des pratiques signifiantes. Cela ne veut pas dire que le registre des pratiques spatiales ait l’origine exclusive dans l’aménagement et que le registre des pratiques signifiantes soit entièrement du domaine de la concertation. Aménagement et concertation participent à la fois des pratiques spatiales et des pratiques signifiantes. La différence apparente entre les deux catégories vient plutôt de la nature respective de ces pratiques : d’une part la connaissance scientifique, de l’autre l’intuition mythique. Mais elle reflète fondamentalement une autre distinction qui s’établit au niveau des relations possibles entre ces deux pratiques. Dans les opérations purement techniques de l’aménagement, les pratiques spatiales jouissent d’une priorité fonctionnelle sur les pratiques signifiantes. Réaliser une piste cyclable ou une « zone 30 », par exemple, relève avant tout pour le technicien d’une construction matérielle obéissant à des exigences mathématiques et physiques correspondant à la connaissance scientifique en la matière. C’est seulement dans un temps second que cette construction matérielle participe d’une construction de sens, c’est-à-dire d’une construction symbolique ayant l’aptitude d’influencer les raisonnements et les comportements. Dans la concertation, au contraire, ce sont les pratiques signifiantes qui dominent sur les pratiques spatiales. Avant que le béton, le fer, le verre etc. modèlent l’environnement à l’aide d’une technique entourée des règles et formules incompréhensibles pour les non initiés, la concertation s’emploie à ériger le sens du changement physique à venir. La technique comme pratique de l’espace pénètre dans la sphère de la concertation seulement dans la mesure où elle se montre « soumise » au sens politique, social, économique etc. du projet d’aménagement. La technique pour la réalisation d’un arrêt de bus, par exemple, trouve sa place dans la concertation seulement si elle peut faire valoir un quelconque apport en matière de sécurité, de solidarité sociale, d’humanisation des prestations etc. Ceci explique d’ailleurs pourquoi le registre des pratiques signifiantes l’emporte sur le registre des pratiques spatiales dans le discours méthodologique sur la concertation autour des projets d’aménagement.

  • 20 Cf. M. de Certeau, op. cit.

6Ainsi, le registre dominant du discours méthodologique sur la concertation dans l’aménagement, celui des pratiques signifiantes, c’est-à-dire des pratiques engagées pour attribuer à un projet technique une signification inédite, participe du mythe. Pour « faire marcher », l’ingénierie de la concertation dans le domaine de l’aménagement utilise trois dispositifs symboliques. Ces dispositifs sont les mêmes qui organisent les relations entre les pratiques spatiales et les pratiques signifiantes, les topoi du discours mythique sur l’espace : le croyable, le mémorable et le primitif20.

  • 21 Ibid., p. 159.
  • 22 Fonction d’animation des relations avec les usagers.
  • 23 Concertation / débat public, op. cit., p. 8.
  • 24 La perception du territoire, par exemple, n’est pas la même pour le technicien et pour l’élu. Le pr (...)

7Dans la concertation, ce n’est pas l’exactitude des calculs, ni l’exactitude mathématique des données, ni la justesse des raisonnements qui peuvent autoriser le déploiement d’un projet, mais ce qui est tout simplement croyable et par conséquent instaure un espace. Pour la concertation « le croyable » n’est ni péjoratif, ni paradoxal, mais constitutif : « le discours qui fait croire est celui qui prive de ce qu’il enjoint, ou qui jamais ne donne ce qu’il promet. Bien loin d’exprimer un vide, de décrire un manque, il le crée. Il fait place à du vide. (...) Il autorise la production d’un espace »21. Le croyable dans les méthodes de concertation ne s’attache pas directement à l’argument technique du projet. Il n’y a pas encore de conseils dans ces textes sur la façon dont il convient de faire croire le résultat d’un algorithme à une personne soucieuse pour la tranquillité de sa rue. Il n’y a pas non plus de règles à suivre pour faire croire que « un plus un fait deux ». Le croyable dans ces textes concerne les auteurs, les chefs des projets techniques, les ingénieurs et les techniciens, les responsables de la FARU22, les chargés de communication etc. Ce sont leurs agissements qui doivent être croyables, car à travers leur façon d’échanger sur le projet, « c’est la crédibilité (et donc l’image) du maître d’ouvrage qui est en jeu »23. Ainsi ils doivent apprendre à montrer leur attachement à l’aménagement comme acte politique, social, économique etc., alors que leur compétence – la raison première justifiant leur implication dans le projet – est reconnue pour les actes techniques. Les agissements croyables reposent par conséquent sur une perception technique de l’espace qui a acquis la capacité d’être également perception politique de l’espace24.

  • 25 Cf. M. de Certeau, op. cit., p. 181.

8Un deuxième « lieu » mythique du discours méthodologique sur la concertation dans le domaine de l’aménagement est « le mémorable », c’est-à-dire celui des histoires de l’espace, celui des narrations bricolées par l’antériorité des frontières, celui des récits rassemblant des fragments de cheminements passés. Il s’agit de l’ensemble des opérations de délimitation qui « éclairent la formation des mythes » et qui ont aussi « la fonction de fonder et d’articuler des espaces »25. L’ingénierie d’une concertation qui « fait marcher » doit assurer l’avancement. Or, l’avancement n’a de sens que dans la mesure où le passé peut servir de référence. Dans les méthodes de concertation autour des projets d’aménagement apparaissent deux axes du mémorable qui polarisent les préoccupations : l’axe institutionnel et l’axe public. L’axe institutionnel porte sur l’historique des projets : la genèse des projets, les enjeux de départ, les intentions des acteurs, les programmes et les orientations de référence, les étapes franchies, les blocages, les procédures, les partenaires etc. Les récits qui rappellent l’antériorité des projets ont pour source les responsables précédents, les bureaux et les services d’études, les documents divers etc. L’axe public porte sur l’histoire de l’espace à aménager : les luttes pour la défense de l’environnement, les acquis et les revendications des usagers, les narrations des riverains, les estimations des valeurs archéologiques etc. Ces récits sont produits ou reproduits par les citoyens, par les élus, par les responsables associatifs, par les usagers etc.

  • 26 Cf. E. Goffman, Les rites d’interaction, Paris, Minuit, 1974.

9Un autre point de fixation des relations entre les pratiques spatiales et les pratiques signifiantes, le troisième topos mythique de l’ingénierie de la concertation dans l’aménagement est « le primitif ». Dans le monde mythique l’espace n’a de sens que dans la mesure où il peut être « accroché » à des rituels et des mythes, à des manières de rassembler et de disperser, à une structure-cadre d’émergence d’actes magiques, lieu intercalaire entre l’instance originelle et la composition descriptive ou enchanteresse de cet espace. Dans l’ingénierie de la concertation, le primitif permet d’être croyable, provoque l’émergence et assure la subsistance du « mémorable », délimite et donne forme aux agissements, engendre et soutient le monde de la concertation, c’est-à-dire le monde qui aménage symboliquement l’espace, l’ensemble des réunions, des procédures, des expositions, des textes, des rencontres virtuelles etc. Il s’agit des efforts faits pour déterminer et concevoir les meilleurs plans, modalités, conditions afin d’accueillir et transmuer en aménagement de l’espace des objets et des objectifs non seulement divers, complexes et désespérément spécifiques, mais aussi instables, chaotiques et inattendus, car la participation, le débat public, le partenariat etc. ne se décrètent pas, même si parfois les textes normatifs s’y attachent. L’une des préoccupations majeures de l’ingénierie de la concertation en aménagement est donc de réaliser un support, une trame à tisser, un « ordre » permettant au « désordre » de surgir et d’instaurer un agencement des retours sur les problèmes avant d’aborder les solutions, des présentations des options en ligne de mire des objections, des conditions donnant sens à la production des études, des étalages médiatiques des schémas, plans, programmes, des explicitations parcellaires car de circonstance, des adaptations problématiques, des acceptations et des refus en équilibre précaire etc. C’est dans ce cadre structurant les interactivités et les tâtonnements aléatoires que l’ingénierie de la concertation s’efforce de satisfaire aux demandes des élus, des associations, des médias. C’est ici qu’elle s’emploi à faciliter la confrontation des connaissances techniques, économique, environnementales, sociales, à faire émerger les enjeux de l’intérêt général et de l’utilité publique qui continuent à hanter l’administration, à intégrer des perspectives insoupçonnées au départ. Il s’agit non seulement de « faire marcher », mais aussi de ne pas « perdre la face »26.

III. L’ENGAGEMENT CONCURRENTIEL DE DEUX FORMES DE PENSÉE DIFFÉRENTES

  • 27 Cf. S. Bratosin, La concertation : forme symbolique de l’action collective, Paris, l’Harmattan. 20 (...)
  • 28 G. Bachelard, Le nouvel esprit scientifique, Paris, PUF, 1975, p. 139.
  • 29 C. Martinand, La maîtrise des services publics urbains in « Le Moniteur de travaux public et du bâ (...)
  • 30 M. Augé, Pour un anthropologie des mondes contemporaines, Paris, Champ/Flammarion, 1997, p. 111.

10Deux formes de pensée sont engagées dans l’ingénierie de la concertation spécifique à l’aménagement : la pensée rationaliste qui s’illustre par l’approche scientifique et la pensée mythique qui est essentiellement prélogique et qui a pour principe la participation. Rencontrer ces deux formes de pensée à l’œuvre dans un même domaine n’a rien d’extraordinaire, ni de troublant. D’ailleurs il sera très difficile, voire même impossible, d’attribuer à chacune des ses formes de pensée des domaines exclusifs. La difficulté vient de leur besoin interne de s’accueillir réciproquement afin de se composer et se délimiter mutuellement. Se proposer de parvenir à la connaissance par le seul effort de la pensée abstraite sera une entreprise qui faute de pouvoir tourner au moins en rond, tournera dans le vide, car l’attitude rationnelle sombrera dans l’obscurantisme d’une foi aveugle en l’usage inconditionnel de la pensée formelle. Cette structure composite est retrouvable aussi dans la pensée mythique, car emprunter cette voie déterminée par les représentations collectives n’est nullement synonyme de l’héritage sûr d’un cheminement vers la connaissance indifférent aux contradictions. Autant dire que le technicien n’est pas vraiment surpris dans la concertation par l’irruption d’une pensée inconnue et étrangère à son travail. Le domaine de la technique n’est pas plus affranchi que d’autres domaines de cette ambivalence de pensée. Le rituel de l’enquête publique27, par exemple, participe déjà depuis longtemps du domaine technique. Ce qui est troublant pour le technicien et crée le besoin d’une ingénierie de la concertation est la mise en cause du rapport stable et sécurisant jusqu’ici de ces deux pensées dans son champ professionnel, champ où « traditionnellement » le rationnel domine pour lui l’expérimental, même si en pratique il constate que « la pensée scientifique doit changer devant une expérience nouvelle »28. Mais cette mise en cause ne saurait produire directement et à elle seule ni les arguments, ni les motivations pour l’émergence d’une ingénierie de la concertation. Elle réactive, néanmoins, des craintes qui appellent et défendent des rapports de pouvoir. Elle se présente comme la menace d’un possible retranchement tout azimut dans la technicité et comme justification pragmatique capable de rassembler contre la crainte d’un pouvoir politique renforcé par la décentralisation : « pour éviter les possibles dérives de la pensée technicienne, pour mettre en place des contrepoids aux pouvoirs fortement accrus des élus depuis la décentralisation, pour atteindre progressivement une véritable maîtrise sociale et politique des choix sociotechniques (...), il n’est pas d’autre voie que d’organiser des débats publics, des débats démocratiques »29. Il s’agit, certes, de rendre « inutiles » les rites devenus thèmes techniques par injonction des textes normatifs successifs, les vider de sens et instaurer à l’attention des participants au projet des ouvertures, des accès quasi permanents et interactifs issus d’une concertation revisitée par la technique qui permettrait ainsi à la pensée rationnelle d’« étouffer » la pensée mythique. L’entreprise est pourtant illusoire, car « la mort du rite n’est pas celle du mythe, au contraire »30.

  • 31 Voir J. Habermas, Scientifisation de la politique et opinion publique in « La technique et la scie (...)
  • 32 La concertation en termes de théâtre, de scène, d’acteurs (voir, par exemple, D. Carré/G. Valenduc (...)

11Les deux formes de pensée engagée dans l’ingénierie de la concertation se trouvent en rapport concurrentiel. Leur rivalité ne doit pas être entendue cependant comme une « technique alternative », même si cette concurrence peut concevoir certaines facilités pour renvoyer vers un modèle pragmatique31, notamment parce qu’elle semble illustrer une solution différente aux modèles décisionniste et technocratique. Ce rapport concurrentiel ne désigne pas un processus d’interaction entre différents décideurs afin de donner un sens à des choix technologiques. Ce n’est pas le spectacle de la concertation32. Il s’agit de deux formes de pensée qui s’opposent dans une production de la technique : un ensemble des plans et des études qui permettent de « réaliser » la concertation dans des conditions optimales. La spécificité de cette production par rapport aux restes des productions de la technique est l’issu incertaine de la confrontation des deux formes de pensée à l’œuvre. Alors que la connaissance scientifique a depuis toujours les faveurs de la technique, dans ce cas précis, la technique doit se résoudre à mettre en valeur la pensée intuitive et participative, faute de quoi elle risquerait d’induire le rejet même d’un projet irréprochable scientifiquement. Mais cette « concession » ne garantit pas pour autant une situation stable et sans danger. Au contraire, le mythe risquerait de devenir une technique dans le même temps où la maîtrise d’ouvrage est contrainte de demeurer attachée à la technique.

  • 33 Cf. B. Vergely, Cassirer – La politique du juste, Paris, Michalon, 1998, p. 112-113.

12L’objectif de l’engagement concurrentiel de ces deux formes de pensée dans l’ingénierie de la concertation n’est pas le déploiement définitif et complet d’une d’entre elles au détriment de l’autre. Certes, ces deux formes de pensée tentent de se dominer mutuellement, mais ce n’est pas l’emprise de l’une sur l’autre qu’est recherchée, mais l’émergence et le développement d’une tension capable de préindiquer et éventuellement réduire les risques de l’impact d’un projet d’aménagement sur le public. La perspective idéelle de cet état concurrentiel est l’ouverture d’une voie « moyenne » entre celle qui entreprend à établir un culte à la science, affectionnée tout particulièrement par le pouvoir technologique, et celle qui entreprend d’élever un culte au mythe, affectionnée par le pouvoir individualiste. Cette nouvelle voie suppose d’abord que le technicien prenne conscience qu’il se soumet à la règle de la raison en faisant l’effort de se plier à des règles de raisonnement, à des règles d’observation, à des règles de vérification, mais aussi à des règles de langage. Plus exactement, cette nouvelle voie exige que le technicien prenne en compte, d’une manière explicite, la nécessité de passer par le langage afin d’accéder à son projet d’aménagement. Cela lui demande, sans aucun doute, qu’il n’atteint pas directement, ni immédiatement l’espace à aménager. Il accède à cet espace en lui donnant un langage, c’est-à-dire en intégrant le monde du langage. Ceci dit, ce langage donné à l’espace, ne vit pas simplement en le répétant. Le faire vivre veut dire interpréter, symboliser, penser. Mais interpréter, symboliser, penser constituent des rapports à quelque chose, en l’occurrence à l’espace. Ainsi l’espace à aménager n’est plus pour le technicien un objet donné, mais quelque chose de construit. Il s’agit dès lors, de satisfaire à l’exigence de comprendre le rapport du monde réel au symbole dont le travail est d’élever la pensée à la hauteur de la raison et la raison à la hauteur du sens33.

IV. CONCLUSIONS

  • 34 Le mythe est pour Platon la langue qui permet seule d’exprimer le monde du devenir. Cf. Platon, Œu (...)

13L’ingénierie de la concertation en aménagement est l’essai du monde de la technique de s’approprier la langue qui permet seule d’exprimer le monde du devenir34. Elle participe d’une façon de faire qui repose sur un discours méthodologique produit par la connaissance scientifique, mais qui est un discours de circonstance. Paradoxalement, il est fonctionnel dans la mesure où il se trouve en rupture avec la démonstration pour s’abandonner tout simplement à la description, une description qui n’est pas un produit définitif de l’esprit scientifique. Elle doit s’adapter continuellement à la fonctionnalité mythique de la concertation, « faire marcher ». Ainsi, l’ingénierie de la concertation dans l’aménagement est faite à la fois de « la méthode » et de « la méthodologie de la méthode » de concertation. La méthode pour faire avancer un projet, contre la brutalité foisonnante de l’impression. La méthodologie de la méthode pour préserver « le passage » d’un projet contre la virulence exubérante de l’expression universelle.

Bibliographie

BIBLIOGRAPHIE

[1995], Aménagement et opinion-la concertation en amont des projets, Paris, Ministère de l’Environnement.

[2002], Concertation/débat public. Quelques leçons de l’expérience, Paris, Conseil général de Ponts et Chaussées.

[1997], Concertation : entre devoir et pouvoir. Dossier in « Diagonal », n° 123.

[2001], Débat public et projets d’infrastructures (dir. J.P. Galland) in « Annales des Ponts et Chaussées » n° 92.

[2000-2001], Démocratie participative et aménagement régional Actes des tables Rondes, Institut d’aménagement et d’urbanisme de région Ile-de-France.

[2001], Évaluer, débattre ou négocier l’utilité publique ? Conflits d’aménagement et pratiques de conduite des projets, Arcueil, INRETS.

[2000], La concertation en aménagement. Éléments méthodologiques, Lyon, CERTU.

[1998], « Territoire, débat public, démocratie » (dir. J.M. Foumiau), Société française, n° 12-13.

Augé M. [1997], Pour une anthropologie des mondes contemporains, Paris, Champ/Flammarion.

Bachelard G. [1975], Le nouvel esprit scientifique, Paris, PUF.

Bratosin S. [2001], La concertation : forme symbolique de l’action collective, Paris, l’Harmattan.

Caillaud M. [mars 2003], « Bien concevoir le renouvellement urbain », Le Moniteur de travaux public et du bâtiment.

Carré D., Valenduc G. [1991], Choix technologiques et concertation sociale, Paris, Économica.

Certeau M. de [1990], L’invention du quotidien. Art de faire, Paris, Gallimard

Goffman E. [1974], Les rites d’interaction, Paris, Minuit

Habermas J. [1978], « Scientifisation de la politique et opinion publique », La technique et la science comme idéologie, Paris, Denoël-Gonthier

Ho-Thanh C. [novembre 2001], « Loi SRU. Incertitudes dans la concertation », Le Moniteur de travaux public et du bâtiment

Mannheim Κ. [1956], Idéologie et Utopie, Paris, M. Rivière et Cie.

Martinand C. [octobre 2002], « La maîtrise des services publics urbains », Le Moniteur de travaux public et du bâtiment, n° 5159

Platon. Œuvres complètes, Paris, Garnier frères, 1958

Ricœur P. [1986], Du texte à l’action, Paris, Seuil

Vergely B. [1998], Cassirer – La politique du juste, Paris, Michalon

Notes

1 Entendre l’ensemble des personnels techniques : du dessinateur au chef de projet.

2 M. de Certeau, L’invention du quotidien. Art de faire, Paris, Gallimard, 1990, p. 21.

3 Ce qui sert de base, proposition initiale à caractère général.

4 Aménagement et opinion – la concertation en amont des projets, Paris, Ministère de l’Environnement, 1995.

5 Cf. Concertation : entre devoir et pouvoir. Dossier in « Diagonal », n° 123/1997, p. 10-37.

6 C. Ho-Thanh, Loi SRU. Incertitudes dans la concertation in « Le Moniteur de travaux public et du bâtiment », novembre 2001, p. 178-179.

7 M. Caillaud, Bien concevoir le renouvellement urbain in « Le Moniteur de travaux public et du bâtiment », mars 2003, p. 90.

8 Par exemple : La concertation en aménagement. Eléments méthodologiques, Lyon, CERTU, 2000 ; Concertation/débat public. Quelques leçons de l’expérience, Paris, Conseil général de Ponts et Chaussées, 2002 ; Territoire, débat public, démocratie (dir. J.M. Fourniau) in « Société française » n° 12-13/1998 ; Débat public et projets d’infrastructures (dir. J.P. Galland) in « Anales des Ponts et Chaussées n° 92/2001 ; Démocratie participative et aménagement régional, Actes des tables Rondes, Institut d’aménagement et d’urbanisme de région Ile-de-France, 2000-2001 ; Evaluer, débattre ou négocier l’utilité publique ? Conflits d’aménagement et pratiques de conduite des projets, Arcueil, INRETS, 2001 ; etc.

9 Concertation / débat public, op. cit., p.5.

10 La concertation en aménagement, op. cit., p. 56.

11 Cf. Concertation / débat public, op. cit., p. 43-45.

12 P. Ricœur, Du texte à l’action, Paris, Seuil, 1986, p. 428.

13 Cf. Ibid.

14 Ibid.

15 Voir K. Mannheim, Idéologie et Utopie, Paris, M. Rivière et Cie., 1956.

16 M. de Certeau, op. cit., p. 154.

17 Cf. Ibid.

18 Ibid.

19 P. Ricœur, op. cit.

20 Cf. M. de Certeau, op. cit.

21 Ibid., p. 159.

22 Fonction d’animation des relations avec les usagers.

23 Concertation / débat public, op. cit., p. 8.

24 La perception du territoire, par exemple, n’est pas la même pour le technicien et pour l’élu. Le premier s’appuie sur des critères administratifs et spécifiques (canton, région etc. ou ce que l’INSEE définit comme pôle urbain, unité urbaine, basin d’emploi etc). Le deuxième pense en termes de structure communale, intercommunale, « pays » etc.

25 Cf. M. de Certeau, op. cit., p. 181.

26 Cf. E. Goffman, Les rites d’interaction, Paris, Minuit, 1974.

27 Cf. S. Bratosin, La concertation : forme symbolique de l’action collective, Paris, l’Harmattan. 2001, p. 234-238.

28 G. Bachelard, Le nouvel esprit scientifique, Paris, PUF, 1975, p. 139.

29 C. Martinand, La maîtrise des services publics urbains in « Le Moniteur de travaux public et du bâtiment », n° 5159 / octobre 2002, p. 47.

30 M. Augé, Pour un anthropologie des mondes contemporaines, Paris, Champ/Flammarion, 1997, p. 111.

31 Voir J. Habermas, Scientifisation de la politique et opinion publique in « La technique et la science comme idéologie », Paris, Denoël-Gonthier, 1978, p. 97-132.

32 La concertation en termes de théâtre, de scène, d’acteurs (voir, par exemple, D. Carré/G. Valenduc, Choix technologiques et concertation sociale, Paris, Economica, 1991).

33 Cf. B. Vergely, Cassirer – La politique du juste, Paris, Michalon, 1998, p. 112-113.

34 Le mythe est pour Platon la langue qui permet seule d’exprimer le monde du devenir. Cf. Platon, Œuvres complètes, Paris, Garnier frères, 1958.

Auteur

Maître de Conférences en Sciences de l’Information et de la Communication - LERASS, Université de Toulouse 3

© Presses universitaires François-Rabelais, 2004

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540