Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

La situation délibérative dans le débat public

 | 
Bernard Castagna
, 
Sylvain Gallais
, 
Pascal Ricaud
, 
et al.

Les acquis de l'observation

Les limites de la délibération en temps de guerre. Le cas de la presse illustrée française et anglaise pendant la guerre 18701

Michèle Martin

Texte intégral

  • 1 J’aimerais souligner la précieuse collaboration de Jean-Pierre Bacot et Zoetanya Sujon à la prépar (...)

1Même dans les sociétés démocratiques, il ne peut exister qu’en situation de paix une délibération publique qui ne soit pas gravement biaisée. On peut d’ailleurs se demander si l’idéal délibératif ne mésestime pas fondamentalement la question du rapport de force. Quoiqu’il en soit, nous voudrions montrer ici ce qu’il peut en être de l’écart qu’une situation de conflit peut créer avec un modèle idéal, avec un exemple très décalé du débat contemporain puisqu’il se situe dans le champ de la presse illustrée européenne au moment de la guerre de 1870. On sait que cette guerre que Napoléon III déclara à la Prusse fit tomber son empire. Nous verrons comment, dans un pays en guerre, une emprise totale, bien que nuancée, peut peser sur l’agenda des médias à diffusion nationale et pour partie internationale et comment peuvent être gérées, dans un pays non belligérant, une certaine indécision, une certaine pluralité d’opinions, qu’on pourrait éventuellement considérer comme délibératives.

2On rappellera d’abord que la situation de la presse illustrée au XIXe siècle était différente de celle de la presse quotidienne, premièrement parce que c’était presque toujours une presse hebdomadaire et donc pas nécessairement concentrée sur « la nouvelle », mais plutôt sur une réflexion sur les événements de la semaine, ensuite parce que l’image, partie essentielle de son contenu, jouait un rôle prédominant. En 1870, par exemple, les gravures publiées dans les périodiques étaient non seulement indépendantes des textes — sauf évidemment ceux qui les décrivaient et commentaient — mais, parfois, les contredisaient.

  • 2 Les principaux signataires des chroniques sur la guerre sont : dans le Monde illustré, Charles Yri (...)

3Nous analyserons cette situation pour tenter de voir si la combinaison de l’image et du texte ne permettrait pas d’ouvrir un espace délibératif plus large, l’image offrant l’occasion d’exprimer ce qui ne pourrait se dire. Dans cette optique, nous analyserons le comportement d’une partie importante de la presse illustrée généraliste anglaise et française au moment du déclenchement de la guerre franco-prussienne, et ce à travers neuf magazines hebdomadaires illustrés, quatre britanniques – The Graphic, The Illustrated Times, The Penny Illustrated Press et The Illustrated London News - et cinq français — l’Illustration, le Monde Illustré, l’Univers Illustré, le Journal illustré et la Presse illustrée. Nous prendrons en compte essentiellement les illustrations dans l’intégralité de leur message, à savoir la gravure elle-même, son titre, sa légende éventuelle et le commentaire qui lui est parfois adjoint. Nous envisagerons également les chroniques2 des supports analysés en vue d’une comparaison image/texte.

4Nous interrogerons aussi le phénomène de la concurrence entre supports, son ampleur et ses limites, comme variable complexifiant la question de la surdétermination du nationalisme ; la concurrence s’exerçant à la fois horizontalement entre opinions différentes et verticalement entre publics socialement déterminés. On peut estimer d’autre part que l’idéal délibératif, hérité de l’agora des Grecs, est par origine verbal et par extension écrit. Mais qu’en est-il de l’irruption d’un discours illustré dans l’espace public, en quoi modifie-t-il les perceptions, en quoi élargit-il l’espace délibératif ? Nous tenterons, in fine, d’examiner ces questions.

I. DÉLIBÉRATION ET SPHÈRE PUBLIQUE

  • 3 Pour plus d’information sur ce sujet, voir : Iris Marion Young (1999) et Seyla Benhabib (1996). Li (...)

5Dans les démocraties, la délibération occupe une portion importante des discussions concernant la constitution du bien commun. Mais que signifie une démocratie délibérative ? Comment ce concept est-il lié aux sphères publique et privée ? Ces questions sont d’autant plus importantes que la chose publique et l’espace où elle se discute sont parties prenantes de la définition et de la réalisation d’une démocratie délibérative. Enfin, on peut se demander quelle est la place de la presse, et particulièrement de l’image, aujourd’hui banalisée, dans ce processus ? Stephen Macedo (1999 : 6) affirme que les désaccords profonds qui existent quant à la nature, au rôle et aux applications de la délibération sont dus au fait que la définition qu’on lui donne ne représente pas la complexité de ce concept. Par exemple, une conception répandue de la délibération en démocratie s’inscrit dans un idéal fondé sur un raisonnement public, dans un cadre qui facilite la discussion libre entre égaux et procure des conditions de participation, d’association et d’expression favorables (Cohen 1996 : 99). Une telle définition ne prend pas en compte la substance des inégalités et des désaccords moraux des participants. Pour cette raison, il est essentiel d’intégrer un « principe de réciprocité » qui oblige les participants à justifier publiquement les raisons de leurs désaccords politiques et moraux, eu égard à leurs obligations et leurs responsabilités civiles face à la communauté (Guttman and Thompson, in Macedo 1999 : 6). Ce serait donc uniquement en présence de ce principe de réciprocité que la délibération pourrait procurer une base solide et assurer la survie d’une démocratie. Dans ces conditions, la réalisation d’un espace délibératif démocratique est-elle possible ? On peut en douter, dans la mesure où la construction de forums publics néglige les questions d’accès, de participation et de contrôle et se trouve, de ce fait, profondément fixée dans des modèles préexistants marqués par des inégalités sociales3, la presse illustrée du XIXe siècle ne faisant pas exception.

II. PRESSE, DÉLIBÉRATION ET SPHÈRE PUBLIQUE

  • 4 La presse anglaise du XIXe siècle, au Canada comme en Angleterre, publiait rarement des articles, (...)
  • 5 Cet espace public était considéré comme rationnel parce qu’il permettait au lecteur de se concentr (...)
  • 6 Il nous semble cependant que ces intellectuels oubliaient que l’anonymat ne prévenait pas ces inst (...)

6Les intellectuels du XIXe siècle croyaient que la presse permettait d’installer un vrai débat, d’autant plus juste et efficace que les arguments seraient publiés sous le registre de l’anonymat4, créant par là-même un espace à la fois libre et rationnel5 et des échanges intellectuels dégagés de jugements provenant de l’Église, de l’État et même de certaines parties de la société6, ce qui pourrait se résumer dans l’émergence d’une opinion publique que McCairn (2000) qualifie de « classique ». À cette époque, l’opinion publique était en effet conçue comme une entité collective résultant de délibérations publiques prolongées parmi des individus participant à un échange libre et ouvert, selon la conception de liberté et d’ouverture de l’époque, et menant à des conclusions considérées comme rationnelles et représentatives.

  • 7 Karine Wahl-Jorgerson (2001) critique l’idée de considérer les médias « indépendants » comme un es (...)
  • 8 Pour plus d’information sur ce sujet, voir Jeffrey L. McCairn 2000.

7Comme les participants au débat étaient en principe égaux7, le poids d’une opinion dépendait uniquement de sa force par rapport à la question formulée. Les opinions individuelles exprimées pendant les délibérations pouvaient être modifiées au fil des échanges d’informations.8 On ne peut s’empêcher, ici, de penser à l’exclusion de fait de ce débat de plusieurs groupes sociaux ou d’individus pour lesquels ce processus délibératif demeurait fermé, même dans un espace dit public comme celui de la presse, car le « public » de l’opinion publique « classique » se limitait aux individus ayant acquis le goût, les aptitudes et des moyens pré-requis pour une participation au débat public, et possédant de l’information à partager. Il s’agissait donc d’un groupe privilégié d’individus à qui la société allouait l’autorité morale de participer.

8Ainsi, l’émergence le l’opinion publique fondée sur la délibération dans un espace public est soumise à des restrictions spécifiques, parmi lesquelles on retrouve les mécanismes d’acquisition de l’information et les moyens de la transmettre, de la discuter, de la fixer et de l’assimiler. Les débats menant à l’émergence de l’opinion publique sont donc partie prenante d’expériences sociales, économiques et culturelles concrètes d’un groupe limité d’individus. Cette situation était particulièrement évidente dans la presse illustrée du XIXe siècle où il fallait tenir compte, dans le processus d’échange d’opinions, de la compétition non seulement au niveau des aptitudes des individus impliqués dans sa production, mais aussi à celui de ses supports administratifs et politiques. Bref, la manipulation d’informations pour appuyer un argument et le rendre plus efficace lie le développement de l’espace délibératif journalistique à des intérêts économiques autant que politiques et sociaux. Avec la venue de la presse « indépendante », dont faisait partie la presse illustrée, les éditeurs devinrent les « gardiens » de la sphère publique. Comme tels, ils décidaient du contenu de leur journal, certains favorisant la dissémination d’une diversité de points de vue, d’autres préférant adopter une ligne politique plus claire. Cependant, avec la presse « indépendante », vint également son financement par les abonnements et la publicité, ce qui la rendit partiellement tributaire de ces deux sources de revenu. Ces conditions contraignant l’espace délibératif ouvert par la presse s’amplifient considérablement en temps de guerre.

III. LA DÉLIBÉRATION : LIBERTÉ VIS-À-VIS RESTRICTION

  • 9 Le Monde illustré constitue une exception. En effet, en dépit de son prix raisonnable, il semblait (...)
  • 10 Pour une mise en perspective de ces titres, voir la thèse de Jean-Pierre Bacot : « Quatre générati (...)
  • 11 L’espace alloué à cet article ne nous permet pas d’allonger la période étudiée au-delà de ces six (...)

9Si l’on considère l’espace public, selon les nonnes appliquées au XIXe siècle, comme un forum de délibération d’où émerge l’opinion publique « classique », les périodiques, même illustrés, constituaient un espace délibératif où se diffusaient les opinions « éclairées » et « rationnelles » des gens de presse, intellectuels organiques selon la définition de Gramsci (1971). Dans cet espace soumis à des conditions extérieures contraignantes, les neuf périodiques que nous avons étudiés formaient deux types particuliers : un premier gérant un espace en situation dite démocratique, la presse anglaise ; un autre publiant en situation d’extrêmes contraintes, la presse française. Ces types n’étaient pas constitués de participants égaux, comme devrait l’être un espace délibératif idéal, mais configuré par des magazines publiant dans des conditions d’inégalité. Certains, comme l’Illustration, le Graphic et l’Illustrated London News, vendus très cher, pouvaient se permettre les meilleurs graveurs et journalistes pour satisfaire les classes plus fortunées. D’autres comme la Presse illustrée, le Journal illustré et le Penny Illustrated Paper, se vendant à petit prix, réussissaient cependant à produire un journal d’assez bonne qualité pour les classes plus modestes, mais avec des moyens limités en termes de graveurs et de correspondants, ce qui avait pour conséquence de restreindre le débat car certains de leurs articles et plusieurs de leurs gravures provenaient d’autres illustrés. Finalement, à mi-chemin entre ces deux catégories, se trouvaient l’Univers illustré, le Monde illustré9 et l’Illustrated Times10. Une comparaison des contenus illustrés et textuels produits dans ces deux espaces contraints par des conditions économiques, politiques et sociales spécifiques devrait ajouter à notre compréhension de la notion de délibération démocratique. L’événement politique servant de point de comparaison sera pour nous le déclenchement et les six premiers mois11 de la guerre de 1870.

  • 12 Voir, par exemple, pour la presse française : MI 52, 61 ; I 69, 76 ; UI 465 ; PI 143.1.
  • 13 I 76 ; IT 76.

10Les prises de position initiales de chaque publication, anglaise ou française, face à cet événement furent influencées par le manque de sérieux avec lequel il fut considéré à son début. La presse française croyait en effet son armée invincible et entrevoyait joyeusement une victoire facile.12 Les publications anglaises semblaient considérer que l’événement serait de brève durée, parce que l’on trouvait le motif du déclenchement de la guerre futile et que l’on espérait que les deux pays belligérants finiraient par régler le différent pas le biais diplomatique. Donc, dès le début des hostilités, on avait de part et d’autre atteint la même conclusion par des raisonnements très différents. La presse française ne pouvait moralement qualifier le motif de la guerre déclenchée par Napoléon III de futile bien que, parmi les journaux que nous avons étudiés, deux13 aient osé montrer une sorte d’envers de la médaille, avec une manifestation pour la paix dans les rues de Paris. Ce sont les défaites successives de l’armée française qui déclenchèrent à coup sûr la diversification des points de vue.

11L’Illustrated Times est à ce titre, à notre avis, le plus intéressant parmi les périodiques anglais, dans la mesure où il a souvent essayé de justifier ses prises de position en les présentant comme émanant de « l’opinion publique anglaise » et en les insérant dans d’autres débats fondés sur des opinions différentes. Il ouvrait ainsi un champ d’exploration plus vaste que celui de l’Illustrated London News, lequel n’a jamais prétendu exprimer autre chose que l’opinion de ses dirigeants, ou même que le Graphic et le Penny Illustrated Paper qui tentaient, eux, de garder un ton plutôt neutre et descriptif. L’idéal journalistique de l’Illustrated Times rejoignait l’idée que le XIXe siècle se faisait du rôle de la presse dans le développement d’une opinion publique éclairée comme l’indique ce qui suit :

  • 14 IT 1855 : 1

« Le journaliste est le jeune frère de l’Homme de lettres... Les deux représentent l’opinion et sont créateurs de changement. ... La presse, de par sa nature, est la plus large de toutes les institutions. L’église est contrainte par ses codes. La scène est limitée par l’espace et le temps, et par la censure. Une presse inclut tous les talents et toutes les opinions et est sujette à une expansion indéfinie. Elle reflète chaque chose et chaque individu aussi impartialement que la mer. Une Presse est un Parlement dans lequel chacun peut parler, une nouvelle forme de discussion nationale.14 »

  • 15 Exception faite de l’Illustrated London News qui prétendait que sa venue allait transformer la civ (...)
  • 16 Voir par exemple : Illustrated London News (1842 : 1) ; Penny Illustrated Paper (1861 : 1) ; Illus (...)

12Bien qu’en général15 les autres périodiques étudiés aient exprimés des objectifs plus modestes, leur but était clair : influencer l’opinion publique par des contenus spécifiquement adaptés à leur politique de publication.16 Pour ces journaux, donc, le contenu, illustré ou textuel, représentait un espace délibératif, dans le sens où des « hommes éclairés » offraient au lecteur une information qui lui permettait de se faire une opinion sur des événements situés dans sa société ou à l’étranger. Une gravure, parue à la Une de l’Illustrated Times du 6 août 1870, laisse croire que les anglais comptaient sur les illustrés pour en « voir » plus sur la guerre de 1870, le commentaire soulignant l’appétit des lecteurs pour de l’information illustrée. Un avis paru dans l’Illustration du 30 juillet 1870 suggère que les français, comme leurs voisins d’outre-Manche, étaient aussi avides de ce genre d’information. Le magazine affirmait que la forte augmentation du tirage en prévision des événements n’avait pas suffit à satisfaire la demande du public. Les gens voulaient « voir » ce qui se passait dans les régions en conflit ; le périodique illustré, par la spécificité même de son contenu, participait du rôle de la presse comme espace public. Peut-on ici parler pour autant de délibération ? Nous reviendrons sur cette question.

13De par la « mission » qu’ils s’étaient fixée, les périodiques que nous avons étudiés semblaient vouloir s’instituer représentants de la Vérité, aussi bien en regard du conflit franco-prussien que des sentiments de leurs concitoyens ou de ceux des peuples belligérants. Il en était de même face à la signification qu’il fallait donner aux événements. Malgré cette volonté de présenter et représenter la Vérité, les points de vue divergeaient cependant, quand ils ne s’opposaient pas.

  • 17 ILN 1870 : 158.
  • 18 ILN 1870 :206
  • 19 IT 106-7 ; G 218.

14Alors que l’Illustrated Times et le Graphic firent des efforts pour donner une juste représentation des deux camps dans un but d’information équitable de leur lectorat, le discours de l’Illustrated London News était ouvertement pro-prussien. Non seulement cet illustré n’avait en effet que des louanges pour l’armée prussienne du type : « La série de victoires brillantes achevée par les Prussiens... »17, mais il ne se gênait pas pour ridiculiser les soldats français : « La capitale est littéralement encombrée de défenseurs improvisés du sol national qui, vêtus d’uniformes nouveaux et plus ou moins bizarres, sont occupés pour la plupart à se pavaner dans les rues et à se prélasser dans les bars à vin et les cafés, évidemment assez fiers de leur plumes de guerre.18 » Du côté de l’Illustrated Times et du Graphic, la critique s’adressait plutôt au haut commandement de l’année française, pour avoir négligé l’entraînement, alors qu’on soulignait la finesse et le courage des soldats.19 Dans une chronique sur l’honnêteté des stratégies et des tactiques utilisées par les deux armées parue le 27 août 1870 dans l’Illustrated Times, émergeait, d’un ton général assez neutre, une pointe de racisme colonialiste, avec une référence à l’utilisation des Turcos, une troupe essentiellement formée alors d’Algériens encadrés par des Français dans l’année française, « une tribu des plus barbares d’Afrique ». On accuse la France de malhonnêteté, parce qu’elle intègre dans son armée « des soldats qui se comportent comme des barbares sur les champs de bataille et même sur leurs lits d’hôpital », en raison de quoi « l’opinion publique d’Europe soutient les Prussiens qui demandent le retrait de ce bataillon de l’armée française » ; une telle opinion ne fut toutefois jamais exprimée dans les autres illustrés, français ou anglais.

  • 20 L’Illustration, dans une chronique d’Auguste Marc parue le 17 septembre 1870, accuse en effet le T (...)

15L’une des chroniques les plus intéressantes de l’Illustrated Times, parue à la Une du 3 septembre 1870, essaie de justifier la position du journal en l’associant à celle de toute la société anglaise. Ce texte explique que les Français avaient adressé des critiques au peuple anglais, l’accusant de partialité envers l’armée prussienne20. D’abord en lui attribuant spontanément des intentions bonnes et pures, alors qu’on soupçonnait de prime abord les Français de malhonnêteté, ensuite en montrant une admiration exagérée pour les généraux et les soldats prussiens, tout en se moquant des généraux de l’année française et en ignorant leurs soldats. Le chroniqueur répondait point par point à ces accusations, d’abord en affirmant que le peuple anglais avait davantage de sympathie pour la Prusse parce qu’il croyait que les Français avaient eu tort de déclarer la guerre pour une question d’ambition, de cupidité et de jalousie et que les Prussiens avaient eu raison de se défendre. Quant à la question de la crédibilité des sources, le texte affirmait que depuis le début de la guerre, les informations provenant des Prussiens s’étaient avérées généralement authentiques et que celles reçues du camp français s’étaient montrées dans l’ensemble fausses, dans la mesure où « les officiels français cherchent à mystifier leurs concitoyens et, par extension, le monde en général et que l’Angleterre ayant les moyens de juger – les Prussiens n’ayant, eux, aucune raison de chercher à mystifier leurs concitoyens parce qu’ils sont les vainqueurs – refusent d’être trompés ».

16L’admiration des Anglais pour les Prussiens était entretenue, affirmait-il, par les défaites successives de l’armée française qui mettaient en évidence le manque d’aptitude des commandants et des généraux, « l’Empereur en tête. » Quant aux soldats français, on reconnaissait qu’ils étaient courageux, mais fanfarons. Bref, on concluait que les Français n’avaient pas de raison de se plaindre et de demander aux journaux anglais de ne pas publier ce qui les fâchait, tant que les affirmations étaient fondées sur de bonnes intentions. On remarquera qu’on ne parle pas ici de Vérité. Suivait une réfutation des plaintes prussiennes selon lesquelles les louanges des Anglais étaient vides de sens, puisque l’Angleterre continuait de fournir du charbon, des armes et des lignes télégraphiques à la France. Un pays neutre, répondit l’Illustrated Times, avait le droit d’agir selon son propre intérêt. Aucun pays neutre ne suspendrait les échanges commerciaux avec un pays pour raison de guerre, si ces relations existaient avant le début du conflit. La Prusse, autant que la France, pouvait donc acheter des produits anglais. L’Illustrated Times ouvrait ainsi un espace délibératif à l’intérieur même de ses pages, permettant l’expression de points de vue différents, tout en essayant de les réfuter par des arguments sans doute conçus comme « rationnels », mais dont certains peuvent paraître aujourd’hui plutôt naïfs. Il n’en fut pas de même pour tous les périodiques illustrés que nous avons étudiés. En revanche, les prises de position différentes les unes des autres constituaient, sur une échelle géopolitique plus large, un espace délibératif.

17Le Graphic, par exemple, semblait en désaccord avec la lecture faite par l’Illustrated Times des informations provenant des deux camps. En effet, une chronique, parue le 10 décembre 1870, affirme que « l’enthousiasme et l’admiration des correspondants en mission à Versailles pour tout ce qui est prussien, et leur inhabilité remarquable à découvrir quelque faute que ce soit aux opérations militaires allemandes, peuvent êtres expliquées par la mort tragique de M. Hoff, le correspondant de plusieurs journaux allemands. » Ce journaliste, semble-t-il, avait eu l’audace de critiquer les officiels allemands, les accusant de donner plus d’informations aux journalistes anglais qu’aux correspondants allemands. Sur ce, il fut banni de Versailles et se suicida. Le 21 janvier 1871, le Graphic écrivait que les Allemands avaient intentionnellement faussé les statistiques sur leur occupation, gonflant le nombre de départements qu’ils contrôlaient dans le but de démoraliser les Français. Cette affirmation venait démentir celle de l’Illustrated Times du 3 septembre 1870 qui vantait la crédibilité des informations prussiennes. Néanmoins, le 5 novembre 1870 ce magazine découvrait enfin le phénomène de la désinformation comme stratégie médiatique...

  • 21 G 1870 : 218.

18Le siège de Paris, qui finalement affiche clairement les intentions de la Prusse de continuer la guerre pour obtenir du territoire et de meilleures conditions de capitulation, fut l’occasion pour plusieurs périodiques de changer d’opinion. Le Graphic, par exemple, qui au début des hostilités utilisait un ton badin pour décrire les habitudes prussiennes21, modifia radicalement le ton de son discours. Le 24 septembre 1870, au tout début du siège de Paris, il s’apitoie sur le sort des Français et de leurs « affreuses souffrances » et fait référence aux réquisitions de l’année prussienne comme « la pire des punitions ». Ce discours, plus négatif que celui des autres illustrés anglais à l’égard des Prussiens, donne l’impression qu’il n’y a pas consensus en Angleterre. Par exemple, le 17 décembre 1870, le Graphic expliquait que « la détermination avouée de la Prusse à violer le Traité de 1867 (...) aurait plus que tous les derniers événements le pouvoir de priver l’Allemagne de la sympathie des peuples européens ».

19Dans un débat que semblait avoir ouvert la presse illustrée anglaise, cette prise de position s’inscrivait en faux contre celle de l’Illustrated London News qui devait rester fidèle aux Prussiens jusqu’à la fin et contre celle de l’Illustrated Times qui affirmait quant à lui que l’opinion européenne était pro-prussienne. De plus, le Graphic adopta une position plus positive face à la France que ses concurrents. Par exemple, il écrivait le 24 décembre 1870 que « La position des armées allemandes au front pouvait encore être regardée comme critique. Réputées victorieuses dans toutes les batailles du mois, elles ne pouvaient jusqu’alors ni briser les armées ennemies, ni les reconduire loin dernière la zone d’occupation qui couvre les opérations contre Paris ». Venait s’ajouter à ce tableau une critique du nouvel Empereur allemand Guillaume II, qu’on accusait de vouloir utiliser la somme exorbitante exigée par l’Allemagne pour accepter un traité de paix avec la France à des fins expansionnistes, dans une guerre qui, cette fois, pourrait bien se poursuivre en Angleterre.

20Mais le Graphic ne fut pas seul à modifier son discours après le siège de Paris. Dans un article paru à la Une dans l’Illustrated Times du 14 janvier 1871, on explique bien les fluctuations de prises de position dans un débat public :

« Au commencement de la guerre, l’opinion britannique était presque entièrement du côté des Allemands. Pourquoi ? Parce que les Anglais croyaient que les Allemands, le parti attaqué, avaient raison de se défendre et que ses opposants, les assaillants, avaient tort et nous avons donné nos opinions librement... Mais les choses ont changé : ce qui est juste a passé d’un côté à l’autre ; et l’opinion et la sympathie anglaises ont suivi. Les Allemands, engagés dans une guerre pour résister à l’invasion, combattent maintenant pour acquérir un agrandissement territorial, alors que les Français, qui avaient commencé une croisade contre le sol de leur voisin, luttent maintenant pour se défendre. Cela fait toute la différence aux yeux des gens qui, comme nous, croient qu’une guerre pour agrandir un territoire n’est jamais justifiée. »

21Ce discours suit les règles imposées à un espace délibératif idéal, d’une part l’existence d’informations supplémentaires qui peuvent faire basculer l’opinion publique en sens opposé ; d’autre part l’intégration d’un « principe de réciprocité » qui oblige non seulement à justifier publiquement les raisons du changement d’opinion, mais aussi, puisqu’ici il s’agit d’un débat unidirectionnel, à présenter l’opinion des opposants. L’Illustrated Times, comme les autres périodiques illustrés anglais à des degrés divers, s’inscrivait donc dans une dynamique qui correspondait à la définition d’un espace délibératif démocratique selon les tenues des sociétés du XIXe siècle. On ne peut cependant observer un espace aussi ouvert dans les illustrés français restreints par la situation guerrière prévalant dans le pays.

22Au moins un illustré français, le Monde illustré, semblait d’accord pour affirmer que les journaux anglais et prussiens fournissaient des informations plus complètes que les périodiques français. En effet, le 20 août 1870, Charles Yriarte se désolait des défaites successives de l’armée française à Wissembourg, Reichshoffen et Forbach, et suggérait à son lectorat : « Je conseille à ceux qui n’ont point encore perdu l’amour du sol natal, et qui, la nuit, dans leur insomnie, voient se dresser devant eux le fantôme de la patrie en deuil, de rechercher pour se réconforter l’âme et le cœur, les journaux anglais et allemands, qui chaque jour, peu à peu, publient les détails des grands combats qui ont livré à l’ennemi le territoire français. » Cette affirmation ouvrait l’espace délibératif au plan international. Les discours journalistiques étant restreints en France par des conditions extrêmes, le Monde illustré renvoyait ses abonnés à la lecture de journaux étrangers qui, semblait-on croire, offrait des informations dignes de confiance. Il faut dire qu’on n’en était qu’au début de la guerre ; la donne devait changer avec le temps.

23L’Illustration, quant à elle, conservera un ton « affairiste », se bornant à des descriptions d’événements, alors que des trois autres illustrés français, seul l’Univers illustré continuera sa publication tout au long de la guerre, mais dans une configuration réduite où il empruntait à chacun, au point qu’il est difficile d’identifier sa position. De tous les périodiques illustrés français, c’est le Monde illustré qui affichera le plus clairement sa position par ses chroniques, mais surtout par ses gravures et les commentaires qui les accompagneront. En effet, de même que les textes politiques avaient dû adapter leur position à l’état de guerre en France, c’est surtout par l’image que les illustrés français ouvriront l’espace délibératif.

IV. L’ILLUSTRATION COMME ESPACE DÉLIBÉRATIF. L’EXEMPLE DE TROIS ÉVÉNEMENTS

24Les limites de cet article ne nous permettent pas de couvrir tous les événements qui ont « mérité » un espace illustré dans l’un ou l’autre des neuf périodiques. Nous avons choisi de nous restreindre aux thèmes qui ont fait l’objet d’un intérêt général soit des deux côtés de la Manche, soit dans un pays ou dans l’autre. Dans cet optique, la victoire française de Sarrebruck, la défaite de Sedan avec la capitulation de Napoléon III et le siège de Paris seront traités.

  • 22 Pour plus d’informations sur ce sujet, cf. Becker et Audouin-Rouza, 1995 : 41-67.
  • 23 I 1870 : 128.
  • 24 PI No. 146 : 4
  • 25 Sarrebruck est le nom français de Saarbrücken.
  • 26 MI 1870 : 81, 84 (2), 100, 101, 116 (2), 128.

25Au début du moins d’août, la victoire française de Sarrebruck, contribua à mobiliser les forces françaises et à renforcer le sentiment national.22 De ce fait, elle nous fournit une première occasion de constater l’impossibilité d’un espace délibératif démocratique sous certaines conditions. Cette victoire fut soulignée dans tous les périodiques français, mais comme elle arriva en même temps que trois défaites, celles de Wissembourg, Reischoften et Forbach, la représentation de l’événement varia grandement d’une publication à l’autre. Ainsi, alors que le Journal illustré et l’Univers illustré n’en firent aucunement état, l’Illustration se contenta d’une seule gravure23 accompagnée d’un article descriptif et la Presse illustrée de deux gravures24 soutenus par un commentaire rapportant l’événement de façon un peu fanfaronne. Parlant des Prussiens, on écrit : « Il fallait corriger ces drôles : le général Bernis s’en est chargé. Après l’affaire de Niederbronn, la victoire de Sarrebruck25. » C’est cependant le Monde illustré qui donna à cet événement le plus d’espace, avec un total de huit gravures : trois le 6 août 1870 ; deux le 13 août et finalement trois le 20 août26. De plus, parmi les publications françaises le Monde illustré fut le seul, parti pris pro-napoléonien obligeant, à présenter l’événement comme une grande victoire et, malgré tout, à avoir informé ses lecteurs de la reprise de cette ville par l’ennemi.

  • 27 G 164 ; IT 106-107 ; ILN 158, 180.

26Les périodiques anglais adoptèrent une approche plus nuancée. Alors que le Penny Illustrated Paper passait l’événement sous silence, le Graphic ne publia qu’une gravure illustrant Sarrebruck avant la bataille accompagnée d’un court historique de la ville. Pour sa part, l’Illustrated Times ne fournit aucune image de la bataille, mais la commenta dans un article qui minimisait l’événement : « Les journaux allemands finalement offrent des détails de l’affaire de Sarrebruck, qui fut rapportée comme une grande victoire par les Français, mais qui, en fait, n’a eu qu’une importance minime. » Finalement, l’Illustrated London News n’offrit qu’une gravure à la fin de son numéro du 13 août 1870, avec ce commentaire plutôt sarcastique : « Quant à l’affaire elle-même, il est impossible, avec les histoires limitées et diverses qui nous parviennent, de dire si les envahisseurs ont gagné quelque avantage que ce soit, ou si elle n’a servi qu’à permettre à l’Empereur de se signaler à la tête de son armée au moyen d’un fait d’artillerie tapageur qui s’est soldé par un succès. »27

  • 28 I 1870 : 221, 232-33, 236.
  • 29 MI 1870 : 177, 180 (3), 184, 188, 204.

27La bataille et surtout la défaite de Sedan avec la capitulation de l’Empereur des Français furent l’occasion d’une couverture illustrée dans tous les périodiques. Côté français, l’Illustration publia trois gravures28, chacune d’une sobriété qui interdisait le débat. Il en alla autrement de son concurrent. Le discours dédaigneux du Monde illustré à l’égard de Napoléon III s’appuyait sur sept gravures29 et exprimait des sentiments confus de douleur face à la défaite et de fierté devant le courage des soldats. Par exemple, le 17 septembre 1870, l’illustré publiait une gravure montrant des zouaves bravant un large bataillon de soldats prussiens dans un effort désespéré d’échapper à la capture. La consolation, mais aussi l’amertume transpiraient de ces images, particulièrement celles qui représentaient l’ex-Empereur, dont deux étaient plutôt humiliantes. L’une d’elles, illustrant la capitulation, montrait une porte de dimensions démesurées sur laquelle on pouvait à peine distinguer un tout petit personnage arborant un drapeau blanc. Cette gravure suggère une alternative : soit elle s’inscrit dans le discours consolateur et veut épargner le sentiment de honte qu’inspire une telle action, sans toutefois aller jusqu’à l’occulter complètement ; soit, de manière plus plausible, elle a pour but de ridiculiser celui qui a décidé de cet acte. En effet, ce personnage, non identifiable et ridiculement minuscule, debout sur une porte de Sedan majestueuse sise dans un magnifique paysage, et agitant ce qui semble être un mouchoir blanc, ne fait pas honneur à Napoléon III. La petitesse de ce personnage semble bien vouloir exprimer celle de cet ex-Empereur qui se trouve ainsi déchu, non seulement de la scène politique, mais du cœur des Français. De plus, le mouchoir blanc, en lieu de drapeau, semble personnaliser l’acte même et fait contraste avec la gravure de l’Illustrated London News, parue à la Une du 17 septembre 1870, qui, dans le même lieu, met l’emphase sur le capitaine Lauristan, se tenant fièrement debout sur une porte de dimensions normales et arborant un grand drapeau blanc, comme si la capitulation était la meilleure chose à espérer pour les Français !

  • 30 MI 1870 : 184, 198.

28Une deuxième gravure du Monde illustré exprime encore plus de détestation envers cet Empereur que le magazine avait soutenu pendant des années. Elle le montre traversant le champ de bataille de Sedan après la confrontation sanglante, confortablement installé dans sa calèche personnelle qui se fraye un chemin à travers les cadavres de soldats morts au champ de bataille. Le commentaire de Maxime Vauvert décrivait cette scène avec tout le mépris qu’elle lui inspirait.30 L’espace, mais surtout le ton réservé aux illustrations et aux textes couvrant la capitulation hâtive de l’Empereur et la sortie d’une attitude qui consistait en une ligne politique positive quoi qu’il arrivât, montrent bien qu’il y eut là mise en exergue d’une faute grave. En effet, tout ce qui restait aux Français dans la défaite, fut la consolation dans la bravoure et le courage de leurs soldats. La conduite de Napoléon III les priva de ce dernier refuge symbolique. Il fallait donc l’inscrire dans la mémoire des Français de manière à ce que cette faute ne s’effaçât jamais. Cette approche « consolatrice », très présente dans la presse française en général, mais surtout dans le Monde illustré, ne trouve pas d’écho dans la presse anglaise.

  • 31 IT 184, 185, 209 ; G 284, 285. Le PIP ne publia aucune gravure sur cet événement.
  • 32 ILN 1870 : 285, 289, 292, 293, 321, 329, 332, 333, 336, 337, 340-41, 344, 345, 356, 360, 368.

29Le traitement de la défaite de Sedan par les périodiques anglais fut généralement assez sobre, avec trois gravures dans l’Illustrated Times et deux dans le Graphic.31 Il en est cependant tout autrement de l’Illustrated London News dont la couverture illustrée de l’événement contrastait avec celle de la presse française, particulièrement celle du Monde illustré, par le nombre de semaines et de gravures qu’on y allouait, autant que par le contenu et le ton des gravures. Alors que l’Illustration et le Monde illustré ne consacraient qu’une semaine à l’événement, l’Illustrated London News en fit ses choux gras pendant quatre semaines, avec quatre gravures dans le numéro du 17 septembre 1870, trois dans celui du 24 septembre, huit dans celui du 1er octobre et une dernière dans celui du 8 octobre.32 La plupart des images montraient les soldats français dans des situations désavantageuses, prisonniers ou, pire, rendant leurs armes aux Prussiens, alors que les représentations de Napoléon III avaient tendance à le montrer dans des positions honorables, et toujours armé. Il y eut donc un traitement imagé des plus différents de part et d’autre. Malgré une couverture plus abondante, l’hostilité ou le mépris envers l’Empereur n’étaient pas intégrés au discours des illustrés anglais.

30En effet, si les gravures de l’Illustrated London News se voulaient humiliantes pour les soldats français, le discours ne fut jamais hostile envers l’ex-Empereur. En fait, le plus conservateur des trois périodiques illustrés anglais, et grand admirateur de la reine Victoria qui s’était déjà déclarée l’amie de Napoléon III, était très ouvert à la cause napoléonienne. Dans une chronique du 10 septembre 1870, il use encore de sarcasmes pour décrire la révolution de Paris qui a suivi la capitulation de Napoléon III : « Les Parisiens ont fait tant de révolutions qu’ils ont pu réduire le mode de procédure à une formule, et le renversement d’un trône est pour eux comme une scène de pièce de théâtre bien rôdée. Ils doivent d’abord, bien sûr, trouver l’opportunité... » Suivait un article admiratif insistant sur la gentillesse du Roi de Prusse d’accorder à l’ex-Empereur un château « aussi beau que celui de Versailles ». Le ton tranchait avec la sobriété des gravures du Graphic qui exprima néanmoins une certaine admiration : « ...les Anglais n’ont pas à avoir honte de plaindre Napoléon dans son adversité, parce qu’il a toujours été un ami de notre pays... (1870 : 309) ». L’Illustrated Times, toujours plus flamboyant que ses concurrents, soulignait le mépris du Roi de Prusse pour les républiques et son désir de voir Napoléon III reprendre le pouvoir.

31Le troisième événement digne de mention d’un point de vue délibératif est celui du siège de Paris. Le 24 septembre 1870, après la défaite de Sedan et la capitulation de Napoléon III, l’armée prussienne arriva aux portes de Paris pour commencer un siège qui dura environ cinq mois, encerclant la ville et bloquant tous ses accès. Un siège est un fait militaire important, non seulement du point de vue stratégique mais, dans le cas qui nous intéresse, du fait qu’il concernait la capitale. Pourtant il fut représenté de façons inégales dans les publications que nous avons étudiées, certaines évitant même d’utiliser le ternie. Le 10 septembre 1870, l’Illustration fut le premier de tous les périodiques illustrés à utiliser le mot « siège » dans son discours ; il le reprit de façon régulière jusqu’à la signature de l’armistice à la mi-février. Le ton utilisé n’était pas émotif, mais plutôt descriptif, et comme tel portait peu au débat : on rappelait aux Parisiens que les Prussiens étaient aux portes et attendaient la capitulation de la ville.

  • 33 Les gravures utilisant ce terme dans la légende sont trop nombreuses pour les énumérer ici. Comme (...)

32Deux autres journaux, le Monde illustré et le Penny Illustrated Paper, employèrent le terme de « siège » pour la première fois le 1er octobre 1870, puis de façon régulière pour décrire la situation entre octobre 1870 et janvier 1871.33 L’Univers illustré lui, ne publiera sa première gravure mentionnant le siège de Paris que le 8 octobre 1870, mais la semaine précédente, il aura déjà informé ses lecteurs que cette situation n’empêcherait pas sa publication, bien que sa pagination serait réduite. À part le Penny Illustrated Paper, la presse illustrée anglaise semblait vouloir éviter le terme de « siège » qui pourtant s’appliquait dans toute sa définition à cet événement. Le Graphic ne le choisira jamais pour ses gravures, même après le début des bombardements de Paris début janvier 1871. L’Illustrated London News l’utilisera pour la première fois le 15 octobre et, jusqu’à janvier 1871, dans de très rares occasions. Finalement, l’Illustrated Times ne fera référence au siège qu’au début janvier. Non seulement, les périodiques anglais bannissaient-ils ce terme de leur discours mais, alors que tous les regards étaient tournés vers la capitale, ils publiaient très peu de gravures illustrant l’encerclement de Paris, préférant représenter les batailles qui se déroulaient en province.

33Dès lors, on peut se demander, pourquoi exista une telle discrétion sur les activités prussiennes qui ne visaient pourtant plus la défense, mais plutôt l’agression ? Était-on trop pro-prussien pour les représenter comme des vainqueurs insatiables ? Croyait-on que Paris tomberait si rapidement qu’il n’était pas nécessaire de s’en occuper ? En tous cas, les lecteurs anglais ne recevaient certes pas une information susceptible de les éclairer de façon juste et « rationnelle » sur les activités prussiennes ce qui montre, s’il en était besoin, qu’en tant de guerre même les espaces délibératifs non contraints par le spectre de la trahison font face à d’autres restrictions.

V. CONCLUSION

34Cette analyse d’une couverture de guerre par des périodiques illustrés au XIXe siècle nous révèle plusieurs points qui peuvent nous aider à mieux comprendre le rôle de la presse dans le débat public. Nous avons pu constater que, de par sa nature, le rôle délibératif de la presse avait ses limites, qu’elles proviennent de la rédaction, des journalistes, de l’État ou même du rapport de forces imposé par la concurrence, car le lieu de la délibération a toujours un hors champ, même s’il se veut universel, et ce hors champ est encore plus évident pendant un conflit majeur. Une situation extrême comme une guerre crée des rapports de force supplémentaires entre concurrents journalistiques et sources d’information provenant de différents pays, ce qui vient fausser davantage l’idéal délibératif en déséquilibrant les rapports de force qui existaient déjà.

35De là les différences que nous avons pu constater entre les couvertures de périodiques appartenant à des espaces délibératifs à la fois libres et restrictifs. La presse anglaise, plus « libre » de ses commentaires, apportait des informations qu’il aurait été impensable de publier en France pendant le conflit. Mais il y a plus. Dans une situation comme celle qu’on connaît pendant une guerre, existent en effet des moyens plus ou moins efficaces de contourner les interdits. L’un de ces moyens est d’exprimer en image ce qui ne peut se dire au texte. Cette stratégie provoqua, encore plus dans la presse française qu’anglaise, un décalage entre illustrations et textes. L’indiscutable devenait implicite dans la gravure. Les limites de la délibération textuelle se trouvaient quelques peu transgressées par l’image et même par le texte qui l’accompagnait. Car voilà un autre élément venant complexifier la question de la surdétermination du discours. Ce qui ne pouvait s’exprimer dans une chronique ou un article, pouvait se dire dans la description commentée d’une illustration. L’image semblait donc donner la licence de « dire » dans le commentaire ce qui ne pouvait s’exprimer autrement. On en a eu un exemple avec la couverture de la capitulation de Sedan par le Monde illustré.

36Le chroniqueur, exprimant des opinions représentant soit le journal soit le public, était surveillé de toute part et, de ce fait, devait se surveiller lui-même, ce qui ne veut pas dire que la chronique exprimât la Vérité. Bien que Pierre Véron de l’Illustration (1870 : : 322-23) ait affirmé que les chroniques étaient essentielles pendant une guerre parce qu’elles fournissaient aux lecteurs « des documents authentiques et sincères qui leur permettaient de se renseigner avec certitude », nous avons vu que plusieurs d’entre elles, notamment celles de l’Illustrated Times, diffusaient de faux renseignements. En contrepartie, l’image, même si elle ne disait pas tout, procurait une certaine « visibilité » à la « vérité » tant recherchée dans un débat.

37Des inégalités de moyens et de sources se situaient également à l’intérieur d’un même espace délibératif. D’abord, les magazines à faibles moyens financiers se voyaient souvent obligés d’utiliser des gravures provenant d’autres publications, limitant ainsi leur « pouvoir » de délibération par l’image. Ensuite, certains de ces périodiques furent forcés de fermer boutique ou de diminuer considérablement leur nombre de pages, vu les conditions difficiles d’approvisionnement de papier provoquées par le conflit. Ces conditions accentuaient ainsi un déséquilibre déjà existant, de sorte que des publications comme la Presse illustrée, le Journal illustré et même l’Univers illustré se virent, par manque de moyens, contraintes sinon au silence, du moins à une reproduction de l’espace délibératif de leurs concurrents.

  • 34 JI 1870 :322.
  • 35 G 1870 :499.

38Enfin, les limites de l’espace délibératif pendant la guerre étaient également liées aux difficultés de communication. Par exemple, pendant le siège de Paris, bien que, comme le faisait remarquer le Journal illustré34, un certain flot de correspondance ait pu continuer sporadiquement par ballons montés en direction de la province ou de l’étranger, l’inverse était plus difficile. On se demande donc quel échange d’informations était possible entre Français, et entre Français et Anglais. Jusqu’à quel point les nouvelles publiées dans les journaux anglais pouvaient-elles arriver à Paris, et comment étaient elles reçues ? Selon le Graphic35, les gens de Tours lisaient un grand nombre de journaux, y compris le Times et spécialement le Petit moniteur, mais les informations qu’ils recevaient ne valaient pas toujours la peine d’être lues car « il était dommage de voir les mensonges que les journaux français (avec quelques exceptions honorables) diffusaient », mensonges ou demi-vérités qu’aucun illustré français ne pouvait sans doute éviter. Il semble ainsi que la réalisation d’un espace délibératif démocratique dans de telles conditions soit sinon impossible du moins difficile. En fait, la nature même d’une délibération journalistique semble continuellement à construire au cours des événements et des contraintes que la presse s’impose ou qu’on lui impose.

39Une étude comparative des référents nationaux (degré d’implication dans la guerre, nature des réseaux d’alliance, état de la concurrence entre médias, statut des participants, place de la déontologie), est donc nécessaire pour approcher la réalité d’un espace délibératif plongé dans un état de guerre et saisir son écart au modèle idéal. Il n’est pas interdit de penser que la connaissance des conditions d’une mise en place d’un dispositif médiatique, textes et images, pendant la guerre de 1870 et une claire vision de la tension qui existe chez les producteurs comme chez les lecteurs, entre leur besoin d’information et leur conscience de la pluralité des points de vue, soient utiles au delà de l’histoire.

Bibliographie

BIBLIOGRAPHIE

Bacot J.-P. [2003], Quatre générations de presse illustrée. De l’extension des connaissances utiles à la construction d’un nationalisme populaire, Thèse de doctorat en Sciences de l’Information et de la Communication, Université Paris III, Sorbonne Nouvelle.

Becker J.-J., Audouin-Rouza S. [1995], La France, la nation, la guerre : 1850-1920, Paris, Armand Colin.

Benhabib S. [1996], Democracy and Difference : Contesting the Boundaries of the Political, Princeton, Princeton University Press.

Cohen J. [1996], « Procedure and Substance in Deliberative Democracy », Seyla Benhabib (ed.), Democracy and Difference : Contesting the Boundaries of the Political, Princeton, Princeton University Press : 95-119.

Gramsci A. [1971], « The Intellectuals », Selections from the Prison Notebooks of Antonio Gramsci. London, Lawrence : 3-23.

Jones A. [1990], « Local journalism in Victorian political culture », Brake Laurel, Aled Jones & Lionel Maddel (eds), Investing Victorian Journalism, London, MacMillan : 63-70.

Macedo S. [1999], « Introduction », Stephen Macedo (dir.), Deliberative Politics : Essays on Democracy and Disagreement, New York/London, Oxford UP : 3-1.

Mc Nairn J. L. [2000], The Capacity to Judge : Public Opinion and Deliberative Democracy in Upper-Canada, 1791-1854, Toronto, University of Toronto Press.

Van Zoonen L. [1991], « A Tyranny of Intimacy ? Women, Femininity and Television News », Peter Dahlgren and Colin Sparks (eds.), Communication and Citizenship : Journalism and the Public Sphere, London/New York, Routledge : 217-235.

Wahl-Jorgensen K. [2001], « Letters to the Editor as a forum for public deliberation : Modes of publicity and democratic debate », Critical Studies in Media Communication, 18(3) : 303-320.

Young I. M. [1999], « Justice, Inclusion, and Deliberative Democracy », Stephen Macedo (ed.), Deliberative Politics : Essays on Democracy and Disagreement, New York/London, Oxford UP : 151-158

Notes

1 J’aimerais souligner la précieuse collaboration de Jean-Pierre Bacot et Zoetanya Sujon à la préparation de ce travail que je n’aurais pu réaliser dans les délais prévus sans leur participation.

2 Les principaux signataires des chroniques sur la guerre sont : dans le Monde illustré, Charles Yriarte et Maxime Vauvert ; dans l’Illustration, Henri Cozic, Auguste Marc et Jules Clarétie ; dans l’Univers illustré, Théophile Gautier ; dans la Presse illustrée, Alphonse Hermant ; et dans le Journal illustré, signatures très diversifiées. Les chroniques des périodiques anglais n’étaient pas signées.

3 Pour plus d’information sur ce sujet, voir : Iris Marion Young (1999) et Seyla Benhabib (1996). Lisbeth van Zoonen (1991) associe une partie de ces inégalités à une division entre sphères masculine et féminine émergeant d’une notion essentialiste de « gender » qui met en péril la notion même de « vraie » sphère publique car elle fige son organisation dans une division des sexes.

4 La presse anglaise du XIXe siècle, au Canada comme en Angleterre, publiait rarement des articles, chroniques et même des gravures signés.

5 Cet espace public était considéré comme rationnel parce qu’il permettait au lecteur de se concentrer sur l’argument plutôt que sur l’auteur.

6 Il nous semble cependant que ces intellectuels oubliaient que l’anonymat ne prévenait pas ces instances religieuses ou civiles de porter des jugements sur certaines articles et que l’anonymat ne faisait que faire porter l’entière responsabilité sur les épaules de l’éditeur en chef ou du propriétaire de la publication qui étaient souvent forcés par ces instances de fermer boutique.

7 Karine Wahl-Jorgerson (2001) critique l’idée de considérer les médias « indépendants » comme un espace public où on peut discuter des problèmes communs, car elle est fondée sur une notion d’accès universel qui n’a jamais existé. De plus, cette idée sous-entend que les gens ont tous la même capacité de débattre en public comme s’ils étaient égaux socialement et qu’ils résistaient à l’idée de contraindre les autres à accepter leurs points de vue. C’est donc un concept qui ne tient pas compte des notions de pouvoir et d’inégalité. Pour plus d’information sur la presse comme espace délibératif, cf. Jones 1990.

8 Pour plus d’information sur ce sujet, voir Jeffrey L. McCairn 2000.

9 Le Monde illustré constitue une exception. En effet, en dépit de son prix raisonnable, il semblait avoir les moyens d’envoyer des correspondants (journaliste et dessinateurs) à tous les endroits stratégiques. On peut penser cependant que ses liens politiques lui ouvraient des portes que ses revenus lui auraient fermées.

10 Pour une mise en perspective de ces titres, voir la thèse de Jean-Pierre Bacot : « Quatre générations de presse illustrée. De l’extension des connaissances utiles à la construction d’un nationalisme populaire », Thèse de doctorat en Sciences de l’Information et de la Communication, Université Paris III, Sorbonne Nouvelle, Avril 2003.

11 L’espace alloué à cet article ne nous permet pas d’allonger la période étudiée au-delà de ces six mois, bien que les dernières troupes allemandes n’aient quitté la France qu’en septembre 1871, après que ce pays eût acquitté sa dette envers le vainqueur, et que cette longue période mériterait également étude.

12 Voir, par exemple, pour la presse française : MI 52, 61 ; I 69, 76 ; UI 465 ; PI 143.1.

13 I 76 ; IT 76.

14 IT 1855 : 1

15 Exception faite de l’Illustrated London News qui prétendait que sa venue allait transformer la civilisation au même titre que le moteur à vapeur !

16 Voir par exemple : Illustrated London News (1842 : 1) ; Penny Illustrated Paper (1861 : 1) ; Illustration (1843 : 1) ; Monde illustré (1857 : 1) et Univers illustré (1858 : 1-2). Seul le Graphic n’a fourni aucune déclaration d’intention dans son premier numéro.

17 ILN 1870 : 158.

18 ILN 1870 :206

19 IT 106-7 ; G 218.

20 L’Illustration, dans une chronique d’Auguste Marc parue le 17 septembre 1870, accuse en effet le Times de partialité envers les Prussiens. Notez, cependant, que cette chronique est parue après celle de l’Illustrated Times. Rappelons que la reine Victoria, au début du conflit, avait pourtant demandé aux Anglais de rester neutre face aux deux camps.

21 G 1870 : 218.

22 Pour plus d’informations sur ce sujet, cf. Becker et Audouin-Rouza, 1995 : 41-67.

23 I 1870 : 128.

24 PI No. 146 : 4

25 Sarrebruck est le nom français de Saarbrücken.

26 MI 1870 : 81, 84 (2), 100, 101, 116 (2), 128.

27 G 164 ; IT 106-107 ; ILN 158, 180.

28 I 1870 : 221, 232-33, 236.

29 MI 1870 : 177, 180 (3), 184, 188, 204.

30 MI 1870 : 184, 198.

31 IT 184, 185, 209 ; G 284, 285. Le PIP ne publia aucune gravure sur cet événement.

32 ILN 1870 : 285, 289, 292, 293, 321, 329, 332, 333, 336, 337, 340-41, 344, 345, 356, 360, 368.

33 Les gravures utilisant ce terme dans la légende sont trop nombreuses pour les énumérer ici. Comme la Presse illustrée et le Journal illustré arrêtèrent leur publication tôt après le siège, respectivement le 1er et le 9 octobre 1870, ils ne sont pas concernés par cet événement.

34 JI 1870 :322.

35 G 1870 :499.

Auteur

Professeur- School of Journalism and Communication, Carleton University (Canada)

© Presses universitaires François-Rabelais, 2004

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540