Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

La situation délibérative dans le débat public

 | 
Bernard Castagna
, 
Sylvain Gallais
, 
Pascal Ricaud
, 
et al.

Les acquis de l'observation

Que peuvent apprendre de la dynamique contradictoire des positions de W. Lippmann et de J. Dewey, ceux qui participent à des planifications collaboratives ?

David Capes

Texte intégral

1Aujourd’hui, sous l’intitulé de « bonne gouvernance », plusieurs principes de gestion publique parmi lesquels le management public participatif sont présentés comme imposés par les besoins de notre époque. On attend désormais des décideurs publics : élus, administratifs, experts ou techniciens qui les assistent, qu’ils développent des « planifications collaboratives » procédant par association des citoyens à l’élaboration et à la mise en œuvre de l’action publique, sous des formes plus ou moins systématisées et intégrées aux cycles de décision. L’expression « planifications collaboratives » souligne la visée de participation optimale des personnes concernées (toutes catégories comprises) dans chacune des phases pouvant être formulées ainsi : les délibérants procèdent à une analyse anticipatrice [1] des situations sur lesquelles il est reconnu « utile, nécessaire, opportun... » d’agir ; cette reconnaissance résultant d’une hiérarchisation des valeurs et des buts [2], qui, appliquée à un inventaire des possibles [3], aboutit à une planification d’actions [4], qui donne lieu à ensuite un contrôle d’application des actions [5], puis à une évaluation des résultats obtenus par référence aux buts [6], justifiant à nouveau une analyse [7/1’] pour une nouvelle planification d’actions...

2Dans le domaine de l’action publique, une planification collaborative ouvre un espace-temps d’interactions entre : élus locaux et/ou supra-locaux, professionnels de l’administration ou du management public (internes ou externes), chercheurs, citoyens engagés variablement à titre personnel et/ou institutionnel...

3Comment faire pour : « activer, animer, organiser, mener, contrôler... » (la liste n’est pas complète) ces interactions entre décideurs et personnes concernées par les décisions ?

4Comment améliorer l’effort de maîtrise des enjeux théoriques et pratiques associés à l’organisation ou la participation à des planifications collaboratives ?

5Nous proposons ici des éléments de réponse à partir d’une réflexion théorique s’appuyant sur des auteurs situés historiquement, ainsi que sur une expérience en tant que consultant qui nous a amené à développer une approche personnaliste-pragmatiste de l’animation de planification collaborative. Nous allons montrer comment des enjeux centraux associés à l’organisation et la participation à des planifications collaboratives apparaissent dans la controverse historique à la fin des années 1920 aux États-Unis entre les positions des auteurs américains Walter Lippmann (1922/1997, 1927/1999) et John Dewey (1927/1987, 1938/1993).

6Nous conclurons en faisant référence à nos expériences pour montrer qu’une réflexion théorique et historiquement contextualisée possède une valeur à la fois heuristique et méthodologique, tant pour les chercheurs que pour les praticiens.

7Les deux expériences auxquelles nous avons personnellement participé, tant au niveau de la conception que de la mise en œuvre des méthodes et techniques employées, (la dernière étant en cours) sont les suivantes :

  • l’appui à l’élaboration de programmes de développement territorial et de valorisation des ressources humaines et environnementales pour des intercommunalités et un Conseil régional, (début des années 1990),
  • la formation-action de futurs membres de conseils de développement associé à des projets de contrat de pays ou d’agglomération en cours d’élaboration, (début des années 2000).

8Nous montrerons que l’optimisme méthodologique que la réflexion de J. Dewey inspire est en quelque sorte une condition préalable à l’engagement dans une dynamique effective de planification collaborative, (plus encore lorsque dans les années 1990 en France les responsables d’intercommunalités n’étaient pas institutionnellement enclins à s’engager dans ce type de démarche). Mais la responsabilité d’appliquer des procédures et de gérer des processus d’interaction, dès lors que la planification est engagée, impose une distance critique et un démarche méthodologique que W. Lippmann a été le premier à établir ; et que J. Dewey a prolongée sous une forme particulièrement adaptée aux conditions actuelles de management public participatif, spécialement dans le cadre d’une démarche d’enquête sociale, que nous expérimentons depuis le début des années 1990 comme « enquête d’activation socio-politique ».

9Plusieurs érudits américains contemporains considèrent que les conceptions de W. Lippmann sont particulièrement utiles pour la compréhension des enjeux actuels de la revitalisation de la vie publique. La controverse qui opposa W. Lippmann et J. Dewey résulte des conclusions retirées des expériences et réflexions qui marquèrent l’ « Ère progressive » américaine (1890-1920). Le tournant du siècle imposa aux USA de passer d’une forme dominante de société rurale blanche protestante communautaire aux changements imposés par l’industrialisation, l’émigration, l’urbanisation, la démocratisation et l’internationalisation. Pour réussir ce passage la pensée pragmatiste, les idéaux de progrès social et de justice européens trouvèrent une traduction aux États-Unis d’Amérique spécialement avec le Président T. Woodrow Wilson [1856-1924] qui fut Président des États-Unis de 1912 à 1920 (avec son prédécesseur Theodore Roosevelt, qui facilita sa victoire ayant rejoint les rangs des « progressistes » bien que républicain).

10Aux États unis, l’ère progressive continue de constituer une référence majeure dans les débats concernant la modernisation des politiques publiques et de l’administration publique. Dans leur best-seller Reinventing governement, (1993) D. Osborne et T. Gaebler, pour justifier qu’il faut envisager pour aujourd’hui une nouvelle « réinvention démocratique », font référence à deux périodes majeures des USA : l’Ère progressive puis le New Deal à partir de 1933. De la même manière, C. S. King et C. Stivers dans Government is us (1998) s’inscrivent elles-aussi dans l’héritage du social-pragmatisme pour légitimer leurs propositions cependant très différentes : il ne s’agit pas de s’en remettre à un « esprit entreprenarial », mais d’inventer de nouveaux moyens d’organiser la participation citoyenne dans un contexte de désaffection pour le politique.

11Cette contradiction dynamique entre des points de vue divergents, mais chacun contribuant à des visées de revitalisation démocratique, était déjà dans la controverse Lippmann/Dewey.

  • 1 L’adjectif est bien sûr anachronique mais il nous semble décrire exactement le point de vue du pre (...)

12W. Lippmann (1922) considérait que seules des modalités de collaboration restreinte, « managés »1 par des experts peuvent permettre de réussir à structurer et à maintenir une cohérence dans le procès (process) délibératif planifié. Plus tard (1927) il alla jusqu’à remettre en cause cette dernière confiance dans une décision démocratique éclairée par les experts pour insister sur la nécessité de cesser de s’illusionner au sujet d’un idéal démocratique devenu inatteignable, pour éviter une frustration généralisée qui entraînerait un rejet de la démocratie elle-même.

13J. Dewey (1927) s’appuyant sur les analyses de Lippmann, mais pour diverger dans ses conclusions, proposa un renouvellement radical de la communication publique procédant par optimisme méthodologique, constituant les premières bases théoriques au XXe siècle d’approches actuelles de participation des citoyens à la vie publique. Il développa ensuite une théorie générale et appliquée de l’enquête sociale (1938) qui, après expérience, nous semble particulièrement adaptée à des responsabilités de management de planifications collaboratives.

14Tous deux cependant cherchent à refonder les bases de l’activité démocratique visant à succéder non pas simplement aux ordres européens traditionnels aristocratiques ou étatiques centralisées mais aussi à l’ancien modèle démocratique américain de la communauté blanche rurale protestante libre. Le paradigme personnaliste tient ici une place centrale. Toute personne serait à même de contribuer au nouvel ordre démocratique émergent. Comme nous le verrons, c’est surtout J. Dewey qui promeut le principe d’un engagement libre de la personne participant à la construction d’une représentation de la situation publique et des actions devant l’influencer.

  • 2 P. 46, in La philosophie peut-elle être américaine ?, (1995), J. Grancher Éd, Paris, 304 p.

15C’est à partir du personnalisme du philosophe français Charles Renouvier qui établit les fondements d’une théorie appliquée du sujet exerçant sa liberté, dans un réseau de contraintes, commandé par des lois d’évolution, que William James formalisa le second pragmatisme qui influença J. Dewey. Selon cette approche, l’histoire n’est pas prédéterminée ni par la Providence, ni par la Raison, ni par le Progrès. En rupture avec les idéologies déterministes de son temps, Charles Renouvier établit les bases d’une pensée personnelle libre pouvant en confiance s’engager dans un projet de transformation du réel prenant en compte les déterminations physico-sociales mais pouvant gagner en liberté. Cette prise de position influencera de façon majeure William James, ainsi que Gérard Deledalle le montre dans La philosophie américaine (1998, p 57-58). Cette influence est réciproque. Marcel Méry dans La critique du christianisme chez Renouvier, (1963, Éditions Ophrys, Paris, 2 tomes de 756 p. et 536 p.) montre que leurs échanges entre 1868 à 1899, ont amené Renouvier à établir des fondements socio-politiques aux « idéalismes généreux » (op. cit. p. 610). Ce personnalisme social sera repris par les penseurs autour d’Emmanuel Mounier. G. Deledalle montre par ailleurs que James « se décida en 1870, non seulement à agir par volonté, mais, sous l’influence de Renouvier, à croire également. »2 Et Renouvier, évoque la « volonté de croire » selon W. James qui doit accompagner l’émergence d’une société d’individus engagés dans des dynamiques imposées par l’internationalisation et la diffusion des sciences et techniques. Si le pragmatisme scientiste est partagé par les théoriciens et praticiens de l’Ère progressive, c’est justement sur la dimension « personnaliste » d’un engagement pour une rénovation sociopolitique que les divergences permettent de cerner les enjeux associés à l’organisation de planifications collaboratives.

16Pour examiner ces enjeux, si nous suivons J. Dewey lui-même, nous devons commencer par exposer les travaux de W. Lippmann. Dewey écrit en effet dans la note en page 96 de The Public and its Problems : « Aux livres Public Opinion et The Phantom Public de W. Lippmann, je souhaite reconnaître ma dette non seulement pour le point abordé ici, mais pour les idées impliquées dans l’ensemble de ma réflexion, même lorsque celle-ci me conduit à des conclusions qui divergent de lui ». Page 181, il reconnaît que les phénomènes contemporains comme l’opinion publique ou la propagande ne peuvent être décrits que par des personnes beaucoup plus expérimentés (« experienced ») que « le présent auteur » (J. Dewey), ce qui fut le cas de W. Lippmann.

  • 3 Cf. Ε. M. Rogers, (1997).

17Le point de départ des ouvrages de W. Lippmann est le constat de la désillusion vis-à-vis du schéma idéal du « citoyen omnicompétent » [Public Opinion, p. 173), citoyen sensé se préoccuper de tous les problèmes sociopolitiques, qui a une soif encyclopédique d’acquisitions de connaissances pour contribuer à la résolution de toutes les difficultés publiques à résoudre (id. p. 12-29). Lippmann prend appui sur ses expériences de la propagande en France durant la première guerre mondiale pour montrer que les consciences et comportements des citoyens sont déterminés par des « images dans nos têtes » (« Pictures in Our Heads ») et des « stereotypes », ce qui inaugura la psychologie sociale des représentations.3 S’appuyant sur l’approche freudienne du psychisme humain sous influence, Lippmann insiste sur le fait que la « machinerie de la communication humaine » (Public Opinion, p. 8) s’exerce par l’intermédiaire de fictions et de symboles qui génèrent des « pseudo-environnements » (id. p. 10) ; cette réalité devant être prise en compte par toute personne qui veut penser ou intervenir dans le domaine de l’action publique. Ce qui est appelé « opinion publique » ne peut être compris qu’en reconnaissant les inter-relations entre trois composantes d’un triangle : 1/la scène de l’action, 2/la représentation (« picture ») que les humains se font de la scène, 3/les réactions des humains vis-à-vis de cette représentation, (id. p. 11).

  • 4 Cette expression « compétences de communication » désigne un idéal de capacités qui a gagné depuis (...)

18Il faut reconnaître les limites imposées à la pratique démocratique : les citoyens ne sont pas égaux devant l’information, la plupart n’ont ni les moyens, ni le temps, ni le goût de s’intéresser aux affaires publiques, (chap. 2 à 5) de sorte que les stéréotypes dominent les consciences (chap. 6 à 10) et que la production de reconnaissances d’intérêt public ou de volonté commune dans l’opinion publique, n’a rien de « spontané » mais résulte de la mise en œuvre de compétences de communication,4 spécialement celles des leaders d’opinion qui utilisent des formes d’expression qui unifient les pseudo-environnements dans des représentations communes (chap. 11 à 15). Public Opinion (chap. 25 à 28) s’achève par la proposition d’une alliance des décideurs (élus politiques proposant des choix clairs entre plusieurs alternatives d’action publique au moment des élections) et des experts, la mise en place de plusieurs modalités d’« ingénierie de la connaissance » (« intelligence work ») qui produisent les informations utiles pour que les décisions ne soient pas soumises à des « pseudo-environnements » mais traitent les problèmes publics au plus près des évolutions réelles.

19Selon les cas, les citoyens pourront : dans certains cas être simplement informés en prenant soin d’adapter la communication publique aux besoins de changements des représentations des citoyens (changements exigés par l’évolution de l’environnement) ; dans d’autres cas, la coopération des citoyens sera associée aux décisions, en prenant soin de ne pas laisser la décision être déterminée par les représentations communes du réel qui les influencent. L’ouvrage s’achève par un « appel à la Raison » avec une insistance sur les limites imposées par la technicisation, la complexification, la massification et l’atomisation de la société qui doit être compris pour éviter un désespoir vis-à-vis du projet démocratique, mais au contraire pris en compte pour développer des pratiques qui en confortent la pertinence et la faisabilité.

20Public Opinion a bien été reçu, à la fois par la communauté académique et les professionnels de la communication publique et de la vie politique. Les « sondages d’opinion », campagnes de communication, plans médias... sont pour partie des applications de sa pensée et donne raison à son auteur dans ses premières prescriptions. Mais l’ouvrage a aussi entraîné des réactions virulentes, les descriptions de W. Lippmann étant décriées comme excessivement pessimistes. Comme le montre W. M. McClay dans sa préface de The Phantom Public, W. Lippmann a « aggravé son cas » avec ce dernier livre. Il y décrit le citoyen comme un « homme désenchanté » qui simplement subit « des lois et des règlements continuellement », paye « des taxes annuellement », constate « des guerres occasionnellement ». (p. 3). Reprenant son objectif, il propose de chercher à définir comment concrètement construire des communautés démocratiques modestes dans leurs ambitions. Se défiant du moralisme et des a priori philosophiques, Lippmann explique que pour réussir une participation démocratique, il faut renoncer à la fiction du citoyen omnipotent, ainsi qu’à la fiction de la « volonté du peuple » qui gouverne (qui en fait masque la confiscation du pouvoir).

21Dans The Phantom Public, Lippmann dénie désormais aux experts et aux politiciens eux-mêmes la capacité de comprendre le monde moderne interconnecté que constitue la « Grande Société ». L’incertitude domine, un relativisme éclairé doit guider les consciences. Dès lors, la répartition des rôles est la suivante : les leaders et leurs experts élaborent différentes possibilités d’action ; l’opinion publique, éclairée par les efforts d’objectivation scientifique et journalistique peut arbitrer entre ces possibilités ; la forme organisée de délibération démocratique dépend du temps disponible, et des conditions de décision et exécution.

22C’est une véritable méthodologie d’animation socio-politique qui est ensuite préconisée par Lippmann, sans ambition, ni optimisme, ni volontarisme. Il faut prioritairement cerner objectivement la situation, et définir des catégories d’acteurs qui pourront élaborer une opinion publique spécifique à la situation : ceux qui connaissent la situation de l’intérieur (« insiders »), ceux qui peuvent la connaître de l’extérieur (« outsiders »), ceux qui n’en sont que spectateurs (« bystanders »). Il faut établir comment différentes variables interconnectées influencent la situation, les facteurs d’appréciation chez les personnes concernées par la situation d’une « harmonie » ou « dysharmonie » entre ces variables. Au moment de définir des projets d’action, il ne faut pas se fixer des buts inatteignables d’entente et de bonheur parfaits mais viser simplement l’obtention de « modus vivendi » (expression utilisée par Lippmann). Si des conflits d’interprétation et de décision se manifestent, il faut arbitrer en sollicitant de nouveaux avis d’experts. L’impartialité des interventions d’expertise ou de la justice doit être contrôlée de manière à garantir une approche scientifique dans l’enquête publique (« public inquiry »). Ce type de délibération doit être généralisé comme un moyen d’intégrer de la rationalité dans les affaires publiques. Il faut cependant minimiser la sollicitation du citoyen, tenir le public à l’écart de l’exécution des décisions, recueillir surtout l’avis des « insiders », produire des évaluations de l’action publique dans des termes adaptés à la compréhension du public. S’appuyant sur les analyses de Tocqueville, Lippmann développe un plaidoyer en faveur d’une décentralisation optimale qui s’ajuste à la vie réelle des citoyens. Il termine en citant Bentham : il sera satisfait s’il a pu contribuer, par un exposé clair et rigoureux des enjeux associés à la vie publique, à une meilleure maîtrise des passions humaines.

23Pour situer comment la pensée de J. Dewey prolonge mais aussi diverge de cette approche d’ingénierie de communication socio-politique, nous devons exposer plusieurs idées clefs de J. Dewey, (dont certains aspects de sa théorie de l’enquête) qui introduisent une approche personnaliste-pragmatiste d’activation socio-politique.

  • 5 J. Dewey « My Pedagogic Creed », New York, Ε. L. Kellog & Co, 1897, 36 p., cité par Gérard Deledal (...)
  • 6 J. Dewey dans l’article « Interest » de la « Cyclopedia of Education », 1912, cité par Gérard Dele (...)

24C’est sa théorie de l’éducation permanente appliquée à l’action publique qui fonde les propositions de J. Dewey. L’expression célèbre de J. Dewey : « learning by doing » condense le projet d’apprentissage permanent dans et par l’action, mais en précisant que cette action est : finalisée et contrôlée par une méthode d’évaluation continue, pragmatiste éthique humaniste. Dans son « Credo pédagogique » il écrit : « Je crois que l’éducation est une régulation du processus de participation à la conscience sociale et que l’adaptation de l’activité individuelle sur la base de cette conscience sociale est la seule méthode sûre de reconstruction sociale. Je crois que cette conception tient compte, comme il convient, des idéaux individualiste et socialiste ».5 Là où Lippmann nous laisse démunis devant le concept d’intérêt public qui n’est souvent qu’une « fiction », et ne sera qu’au mieux un « modus vivendi », l’approche psycho-sociologique du moi social chez Dewey (après G. H. Mead) favorise des visées pédagogiques et sociopolitiques de promotion de l’actualisation des potentialités de l’individu dans la société. Pour Dewey, les citoyens participant à la définition d’un « intérêt public », doivent développer « un moi qui reconnaît son intérêt » : « Le véritable principe de l’intérêt est le principe reconnu de l’identité du fait ou de la ligne d’action proposée, et du moi ; que cette identité suit la trajectoire propre de l’agent et qu’elle est par conséquent d’une nécessité impérieuse si l’agent doit être lui-même. »6

  • 7 Par « socio-politique » nous désignons les interactions entre les réalités et les représentations  (...)

25Prolongeant, dans Logique, la théorie de l’enquête (1938), la réflexion qu’il exposa dans The Public and its Problems (1927), J. Dewey considère l’enquête socio-politique non pas comme une expertise externe mais comme une « action intelligente » intégrée (op. cit. p. 596). Dans The public and its problems, il montre que pour définir le « public » il faut commencer par réviser les anciennes distinctions des sphères privées et publiques. La réalité socio-politique,7 qui fait exister un « public », est un ensemble de transactions (interactions finalisées). Tout être humain naissant bio-socialement démuni de moyens d’autonomie doit nécessairement interagir avec ses congénères, il doit établir des échanges visant sa survie et sa croissance. Les caractéristiques de ces transactions définissent ou non l’existence d’un public : si les conséquences de transactions « affectent » des « personnes » au-delà de celles immédiatement concernées par ces transactions, alors un « public » est constitué (op. cit. p. 12-13). La constitution de conséquences publiques justifie l’intervention d’un « état » (« state » avec une minuscule) pour « contrôler » ces conséquences par des actions soit de « prohibition », soit de « promotion » (op. cit. p. 15). Dans l’ère scientifique et technologico-industrielle qui est la nôtre, il est nécessaire, selon Dewey, d’abandonner les « préconceptions » de ce que doit être un « état » ou une « bonne société » pour adopter une approche scientifique expérimentaliste, procédant par analyse des situations sociopolitiques et par test d’hypothèses d’amélioration, par définition de moyens d’action visant des conséquences souhaitables, déterminées par une délibération démocratique éclairée par la méthode scientifique (op. cit. p. 20-21). L’avènement de l’âge industriel (« the industrial age »), de la « grande société » (« Great Society »), marquée par l’interdépendance des facteurs et des conditions d’existence, et par l’importance prise par des organisations impersonnelles, ne permettent plus d’envisager la pratique démocratique sur ce contrat de délégation de la responsabilité publique de l’individu-citoyen à l’individu-élu (p. 96-97). Par ailleurs, la « grande société » dominée par les conséquences de préconceptions d’une loi économique naturelle et du comportement de l’individu centré sur ses intérêts n’est pas organisée de manière à permettre l’avènement d’une « communauté élargie » pourtant nécessaire pour garantir une actualisation du projet démocratique.

  • 8 L’expression est fréquemment utilisée par J. Dewey.

26Dewey approuve la remise en cause par Lippmann du schéma idéal du « citoyen omnipotent », mais si la diffusion des voies de communication et moyens de télécommunication a rendu les nations interdépendantes, et les relations humaines désorganisées et instables, ces nouveaux instruments permettent aussi de reconstruire le public. « Seule la communication peut créer une communauté élargie. Notre Babel n’est pas la confusion des langues mais une Babel des signes et des symboles qui, s’ils ne sont pas unifiés, rendent impossible le partage d’expérience » (p. 142). Ce partage d’expérience ne peut se satisfaire des cadres officiels de la pratique démocratique, surtout si elle est restreinte aux périodes électorales. Il faut « établir des conditions »8 d’une démocratie intégrée à la vie sociale et économique, cette forme de démocratie confortant « l’accomplissement de personnalités intégrées » (p. 148). La communauté n’existe que lorsque des personnes (« singular persons » écrit Dewey) prennent part à la définition et à l’effort de réalisation d’une activité conjointe dont les conséquences sont reconnues comme étant un bien partagé par tous (p. 149 et p. 151). Il s’agit de fournir aux personnes concernées les moyens en information et communication et les conditions d’expression pour « transformer une activité conjointe en communauté d’intérêt et d’effort » (« converting a conjoint activity into a community of interest and endeavor », p. 153). La pratique communicationnelle ici envisagée est celle qui favorise le développement humain, qui convertit « les pouvoirs organiques » en ressources et valeurs humaines (p. 154). Dewey considère que cela peut et doit interférer avec les déterminations imposées par les activités industrielles et remettre en cause leurs conséquences (p. 156). Mais de façon intégrée, dans ce contexte, Dewey en appelle à des pratiques de recherche multidisciplinaire, qui associent recherche fondamentale et recherche appliquée (p. 174) et qui visent à produire un savoir qui est autant vecteur de communication (et donc de constitution de communauté d’enquête, d’intérêt et d’action) que moyen de compréhension et planification (et donc d’évaluation des situations et de définition de moyens d’amélioration, p. 176), les connaissances scientifiques et culturelles étant « distribuées et assimilées » (p. 174).

27Dewey, dans The Public and its Problems définit la communication comme instrument de formation démocratique d’une opinion publique qui résulte du discernement méthodique des conséquences résultant des réseaux complexes d’interactions (p. 177). Pour que les citoyens restent durablement associés à cette formation de l’opinion publique, il faut nécessairement que soient produits et communiqués les résultats d’une « enquête continue, continue au sens où elle reste connectée et obstinée » (p. 178), les politiques publiques devant être « informées par la connaissance » et spécialement les connaissances issues des « sciences sociales », ces dernières devant être par exemple diffusées dans la presse (p. 179-180). Ni l’individualisme, ni le collectivisme, qui sont des « programmes déterminés » (p. 202) ne peuvent inspirer la « personne » (Dewey écrit : « person ») qui, cherchant le bien social, devrait abandonner la pensée et les croyances absolues pour adopter la « méthode scientifique » appliquée à l’action socio-politique qui doit se traduire par (p. 202-210) :

  1. des conceptions qui constituent un ensemble d’outils d’enquête, qui organisent de façon systématique la production d’une connaissance applicable,
  2. des politiques publiques et des propositions d’action sociales qui doivent être envisagées comme des hypothèses à tester et faire évoluer et non des programmes à appliquer strictement,
  3. l’organisation de formes de collaboration entre les experts et les citoyens qui aboutissent à « libérer et perfectionner les procès d’enquête et de diffusion de leurs conclusions ».

28Après notre expérience d’animation de démarches collaboratives, éclairée par notre étude de ces auteurs, qu’avons nous appris et que pouvons-nous apprendre des convergences et oppositions entre les conceptions de J. Dewey et de W. Lippmann ?

  • 9 Nous utilisons l’expression « dynamique contradictoire » à partir de la conception développée par (...)

29Nous l’avons dit, dans le cadre des politiques de développement local, au début des années 1990, les collectivités territoriales étaient sceptiques sur la légitimité et la faisabilité de la mise en place de démarche d’enquêtes identifiant les potentiels de développement et surtout cherchant à associer les acteurs locaux à l’élaboration d’une planification d’actions visant un développement des potentiels locaux (acteurs, non seulement sociaux et économiques mais même au niveau des élus communaux). Dans ce contexte, les animateurs (et les élus supra-locaux qu’ils devaient persuader a minima de laisser expérimenter une approche collaborative) se trouvaient en situation d’engagement personnel et volontaire. C’est l’optimisme de principe de John Dewey sur la possibilité de la construction d’une représentation d’un bien public à laquelle collaborent des « singular persons » qui seul peut faire exister l’expérimentation de planification collaborative. Il s’agit de vouloir croire que la démocratie participative est possible, étant supposé acquis pour tous qu’elle est souhaitable. Mais à partir du moment ou un professionnel et un ou plusieurs élus ou administratifs supra-locaux ont engagé leur responsabilité dans l’invitation des acteurs à collaborer à l’élaboration de cette planification, les risques fondamentaux de désillusion et de frustration des citoyens exposés par Walter Lippmann sont au cœur de la pratique de l’organisation de planification collaborative. Dès lors comme nous l’avons formulé, il faut envisager les positions de Lippmann et Dewey comme étant une dynamique contradictoire9 qui modélise la présence de logiques complémentairement contradictoires, qu’il faut prendre en compte pour organiser des planifications collaboratives.

30Les techniques traditionnelles de management public participatif par un système politico-expert-administratif (facilitation d’expression d’idées, d’avis, de commentaires, de besoins d’éclaircissement...) doivent être réévaluées à l’aune des positions que peuvent et veulent prendre les personnes concernées à chaque étape du procès (process) de planification. L’approche de Lippmann qui incite à formaliser précisément qu’elles sont les procédures de consultation des citoyens qui seront appliquées à partir d’un diagnostic de l’existant et des possibles, doit être considérée comme pertinente parce que maîtrisant les tenants et aboutissants des engagements pris auprès des participants à la planification, mais elle doit être appliquée selon des principes de contrôle continu et de flexibilité qui établira des conditions favorables à la prise en compte de l’émergence créative de libre engagement de personnes pour faire exister des projets d’intérêts publics non prévus par la procédure de concertation. C’est une dynamique contradictoire d’application de procédures et de laisser-faire des processus qui garantit un procès (process) d’interaction constructif entre « décideurs » et les personnes concernées, que l’on peut appeler les « décidants ».

31C’est exactement l’enseignement que nous avons retiré de l’expérience de la formation-action de six groupes de personnes appelées sur six territoires différents à contribuer aux travaux préalables et à la mise en place de Conseils de développement. Il s’agit : à la fois de favoriser la créativité, et de promouvoir et contrôler la productivité des participants à des planifications collaboratives. Anticipant les risques de désillusion et frustration, nous laissons les participants exprimer leurs doutes sur la capacité du système politico-administratif à prendre en charge les besoins, attentes ou aspirations des acteurs économiques et sociaux. Nous préparons les esprits aux lenteurs et aux inefficacités souvent dues à la complexité des projets multi-institutionnels. Mais nous mettons en évidence l’opportunité de réussir à enclencher une dynamique de collaboration produisant des projets fermement établis par une communauté de volonté visant un intérêt public. Il reste qu’une autre question de méthode apparaît : l’enjeu de l’organisation des modalités de contrôle et d’évaluation en continue des actions d’intérêt public planifiées. Dans le cadre des politiques de pays et d’agglomérations, cet enjeu doit être traité dans le cadre de la mise en place de modalités de collaboration entre structures intercommunales et acteurs économiques et sociaux lors de la phase de mise en œuvre de projets.

  • 10 Sur ce plan il faut rappeler que ce travail remet en cause la prétention à scientificité de l’expe (...)

32Nous voulons insister en conclusion de cet article sur le fait que nous pensons que l’amélioration de pratiques d’organisation de planifications collaboratives peut être éclairée par une étude de textes fondamentaux resitués dans leur contexte historique. L’hypothèse d’une valeur heuristique/méthodologique associée à une approche personnaliste-pragmatiste peut être vérifiée si l’on réussit à produire une connaissance partagée et agissante qui : d’une part prend en compte la dynamique contradictoire des valeurs des personnes concernées, et d’autre part anticipe et contrôle la valeur même de la connaissance produite comme : aide à la compréhension et à la hiérarchisation des valeurs en jeu, aide à la décision et accompagnement de la planification d’actions, appui au contrôle continu et a posteriori des résultats...10

Bibliographie

BIBLIOGRAPHIE

Deledalle G. [1998], La philosophie américaine, Paris/Bruxelles, Éd. De Boeck, 303 p.

Dewey John. [1927/1987], The Public and its Problems, NY : H. Holt and Co, Reissue : Swallow Press, Ohio University Press, Athens, 236 p.

Dewey John. [1938], Logic, The Theory of Inquiry, New York, H. Holt.

Dewey John. [1967/1993], trad G. Deladalle, Logique, la théorie de l’enquête, Paris, PUF, 693 p.

King Cheryl S., Stivers C. [1998], Government is us, London/New Delhi, Sage publications, Thousand Oaks USA, 224 p.

Lippman W. [1922, reissue 1997], Public Opinion, NY : Free Press Paperbacks, 272 p.

Lippman W. [1927, reissue 1993/1999], The Phantom Public, NJ : Transaction Publishers, 195 p.

Lupasco S. [1986], L’homme et ses trois éthiques, Monaco, Ed. du Rocher, 189 p.

Zask J. [1999], L’opinion publique et son double, Tomes 1 et 2, Paris, L’Harmattan, 204 p. et 294 p.

Osborne D., Gaebler T. [1993], Reinventing governement, how the entreprenarial spirit is transforming the public sector, New York, Pinguin Books, 405 p.

Rogers Ε. M. [1997], A history of communication study, New York, Free Press, 576 p.

Notes

1 L’adjectif est bien sûr anachronique mais il nous semble décrire exactement le point de vue du premier Lippmann (1922/1997).

2 P. 46, in La philosophie peut-elle être américaine ?, (1995), J. Grancher Éd, Paris, 304 p.

3 Cf. Ε. M. Rogers, (1997).

4 Cette expression « compétences de communication » désigne un idéal de capacités qui a gagné depuis ces prémices du début du siècle l’ensemble des secteurs de la vie professionnelle et personnelle.

5 J. Dewey « My Pedagogic Creed », New York, Ε. L. Kellog & Co, 1897, 36 p., cité par Gérard Deledalle dans son J. Dewey aux PUF, 1995, p. 111-125.

6 J. Dewey dans l’article « Interest » de la « Cyclopedia of Education », 1912, cité par Gérard Deledalle dans son « J. Dewey » aux PUF, 1995, p. 52.

7 Par « socio-politique » nous désignons les interactions entre les réalités et les représentations : « sociales et économiques » (préfixe socio) et les réalités et les représentations « politiques et administratives » (suffixe politique).

8 L’expression est fréquemment utilisée par J. Dewey.

9 Nous utilisons l’expression « dynamique contradictoire » à partir de la conception développée par le physicien-philosophe Stéphane Lupasco (1986, spécialement p. 13). A partir des conceptions actuelles de la physique, il propose de considérer que toute réalité énergétique possède des caractéristiques de potentialisation et d’actualisation qui associe antagonisme et réciprocité. Ainsi, bien que se présentant comme antagonistes, les conceptions de W. Lippmann et de J. Dewey relèvent en fait d’un dynamisme contradictoire.

10 Sur ce plan il faut rappeler que ce travail remet en cause la prétention à scientificité de l’expertise socio-politique (Zask. 1999).

Auteur

Consultant et Maître de Conférences associé — CERVL, Université Montesquieu Bordeaux 4

© Presses universitaires François-Rabelais, 2004

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540