Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

La situation délibérative dans le débat public

 | 
Bernard Castagna
, 
Sylvain Gallais
, 
Pascal Ricaud
, 
et al.

Les acquis de l'observation

Participation politique généralisée en démocratie semi-directe suisse : l’exemple des votations populaires sur l’immigration de 1960 à 20021

Uli Windisch

Texte intégral

  • 1 Pour une analyse plus complète, on consultera notre récent ouvrage : U. Windisch et al., Suisse-Im (...)

1Comment a-t-on parlé et s’est-on représenté l’immigration et les immigrés en Suisse depuis les années 1960 ? Cette question constitue le fil conducteur de nos travaux de recherche.

2Particularité suisse : dans cette deuxième moitié du XXe siècle, on a parlé de l’immigration et des problèmes qui lui sont liés beaucoup plus tôt, dès les années 1960, et plus massivement que dans les autres pays européens confrontés au même problème. D’autre part, c’est l’ensemble de la population – et pas uniquement les autorités ou les responsables directs de la politique migratoire – qui est intervenue sur ce problème alors que ce dernier n’est devenu un problème politique majeur que dix à vingt ans plus tard, dans les autres pays européens développés.

3Aujourd’hui, il est certain que l’immigration restera un thème politique majeur et durable ainsi qu’un facteur de tension et de division de la population.

4La précocité de l’apparition publique du problème de l’immigration en Suisse et sa discussion généralisée par l’ensemble de la population, est due au système politique suisse de la démocratie directe (initiative populaire et référendum). Dès que l’immigration a commencé à préoccuper et à inquiéter certaines franges de la population, ces dernières ont pu se manifester publiquement et politiquement en faisant appel à l’initiative populaire (50 000 signatures nécessaires pour une initiative et 30 000 pour un référendum jusqu’en 1977 et respectivement 100 000 et 50 000 signatures depuis lors) et en proposant, par exemple, une réduction du taux de la population immigrée (qui était déjà de 15 % dans les années 1960 et qui est aujourd’hui d’un peu plus de 20 %). Ces propositions ont alors très rapidement déclenché un débat public généralisé et permanent d’une rare intensité et virulence, débat qui a lui-même engendré la constitution de fronts politiques antagoniques marqués et composés de partisans et d’adversaires d’une réduction de la population immigrée.

5Dans les années 1970, ces initiatives populaires visant à réduire la proportion d’immigrés ont eu un impact bien au-delà des frontières nationales, cela d’autant plus qu’il s’agissait d’une « première » en la matière. La presse internationale s’interrogea, interloquée, au moyen de titres du genre : « Les Suisses deviennent-ils racistes ? », « Les Suisses sont-ils inhumains, égoïstes ? », etc. En bref, la Suisse était mise en accusation. En réalité, la Suisse n’était qu’un détonateur, un révélateur précoce, qui annonçait un problème politique majeur, explosif et déstabilisant pour l’ensemble des pays d’immigration.

6Cette généralisation progressive du problème est sans doute liée à la baisse parallèle de l’intérêt de la presse internationale pour le cas de la Suisse et au recentrage de chaque presse nationale sur les problèmes internes liés à sa propre immigration.

7Postulat : la Suisse n’est plus à l’heure actuelle, en matière d’immigration, confrontée à un problème politique brûlant et prioritaire alors même que le taux de l’immigration dépasse les 20 % de la population nationale, et cela contrairement à d’autres pays européens où le problème de l’immigration devient de plus en plus explosif, voire un facteur de déstabilisation politique. Il est donc possible d’affirmer qu’actuellement, l’immigration « traditionnelle » en Suisse (malgré la présence d’environ un million et demi d’immigrés) n’est plus un problème politique aussi important que dans certains autres pays européens.

8Ce qui pose problème aujourd’hui, ce n’est pas ce million et demi d’immigrés mais quelques dizaines de milliers de personnes, soit les requérants d’asile et les réfugiés ; plus précisément ceux que certains appellent les « faux réfugiés » et les « réfugiés économiques », les clandestins, ainsi que la polarisation politique due au fait que certains citoyens trouvent « qu’il y a trop de réfugiés », même réguliers, tandis que d’autres pensent que la Suisse pourrait en accueillir encore davantage.

9Si la situation est aujourd’hui moins tendue en Suisse qu’ailleurs à propos de l’immigration traditionnelle, nous postulons que c’est en grande partie précisément parce que le problème de l’immigration a été discuté très largement publiquement et politiquement pendant près de quarante ans sous tous ses aspects, même les moins agréables et cela grâce à la démocratie référendaire. « Les choses ont été dites », les citoyens mécontents ou révoltés ont pu s’exprimer, parfois dans les termes les plus crus ; d’autres citoyens ont, au contraire, tenu à montrer plus de générosité et solidarité envers les immigrés.

10En bref, la démocratie référendaire, avec l’initiative populaire et le référendum, peut constituer un sas de décompression, un exécutoire verbal qui empêche des formes de protestations plus concrètes et violentes. Il est connu que les frustrations et révoltes trop longtemps rentrées n’attendent qu’une occasion propice pour s’exprimer et dans ce cas, cela se fait d’autant plus énergiquement et brutalement.

11Le simple fait de pouvoir exprimer publiquement ses sentiments et ses idées, discuter et confronter les points de vue, même de manière véhémente et affective, peut contribuer en partie à la solution d’un problème. En effet, si lors d’une votation populaire une partie non négligeable de la population, sans être majoritaire, peut signifier aux autorités qu’elle estime la proportion d’immigrés trop élevée, les autorités vont devoir tenir compte de l’avis de cette forte minorité au risque de laisser cette dernière se transformer en majorité lors d’une nouvelle votation populaire sur le même sujet.

12La démocratie référendaire – malgré certains inconvénients – montre en tout cas qu’il y a danger à ne pas tenir compte du point de vue d’une partie importante de la base de la population et à laisser « pourrir » un problème. Dans certains systèmes politiques centralisés, les différences d’agenda politique entre les autorités politiques et une grande partie de la population deviennent parfois telles que le système politique des acteurs traditionnels se voit tout à coup dépassé par des acteurs qui se constituent précisément sur la base de problèmes non discutés et non traités et des frustrations ainsi engendrées, acteurs qui vont alors proposer des solutions d’autant plus radicales. Contrairement aux systèmes politiques fortement centralisés, la démocratie référendaire offre la possibilité d’une participation généralisée à tous les citoyens. Dans ce système politique, tout peut être discuté par tous. À long terme, un système politique référendaire fait en plus apparaître des fonctions latentes insoupçonnées.

13Par le biais de l’analyse de la discussion publique sur l’immigration, nous allons illustrer ces fonctions latentes, nombreuses et fondamentales. Même les inventeurs de cette démocratie référendaire n’ont sans doute pas imaginé toutes ses fonctions latentes tant leurs effets induits sont multiples et importants. En travaillant de manière prolongée et approfondie sur le fonctionnement concret et quotidien de la démocratie référendaire, cette dernière nous apparaît de plus en plus comme un véritable système social en soi, comme un phénomène social et politique total.

14À l’heure actuelle où l’esprit du temps est à la participation généralisée, les citoyens ordinaires ne veulent plus être méprisés, écartés et pris pour quantité négligeable ; ils tiennent au contraire à participer et à donner leur avis sur tous les problèmes de société. Ils ne s’estiment, en effet, ni passifs, ni idiots ni incompétents et pensent même avoir les connaissances et les ressources nécessaires pour se prononcer sur les problèmes les plus complexes. Nombreux sont aujourd’hui les politiciens, les dirigeants et les experts, même en Suisse, qui attribuent lenteurs, freins et blocages à la démocratie référendaire. Il y a sans doute de cela mais ces esprits sceptiques n’ont peut-être pas saisi, simultanément, ses aspects fondamentalement positifs pour l’équilibre d’ensemble d’une société ; son caractère précisément de phénomène social et politique total. On semble aujourd’hui avoir de plus en plus de peine à appréhender une société dans son ensemble au point où l’on ne perçoit même plus les blocages, divisions, antagonismes, désordres et crises graves que la démocratie référendaire permet d’éviter. Penser socialement et politiquement signifie aujourd’hui penser globalement, de manière complexe, complète, diversifiée et nuancée.

15La démocratie référendaire est pour certains le pire des régimes politiques mais peut-être est-il aussi l’un des rares à même de répondre à l’une des exigences parmi les plus fondamentales de notre époque et du citoyen d’aujourd’hui : son impérieuse volonté de participation.

16Il sera donc question, dans nos travaux, à la fois d’immigration et de politique, de la manière dont est traité politiquement et publiquement un phénomène politique contemporain majeur comme celui de l’immigration dans un système politique foncièrement participatif et délibératif qu’est la démocratie référendaire.

17Pour cerner l’évolution de la situation de l’immigration depuis les années 1960, on ne peut se contenter d’analyser, comme cela est fait trop couramment, l’histoire de la politique migratoire officielle d’un pays ou de se pencher sur les transformations des discours xénophobes ou racistes, ou encore, comme on a tendance à le faire depuis peu sur les discours antiracistes.

18Il nous semble nécessaire de prendre également quelques distances avec les approches trop statiques, sectorielles, indépendantes les unes des autres et décontextualisées. C’est pourquoi nous proposons une démarche à dimensions multiples :

19a) Analyse de l’ensemble des discours sur l’immigration ; les discours des principaux acteurs sociaux et politiques, de même que ceux de la société civile, des « citoyens de la base ».

20En effet, nombreuses sont les études qui analysent exclusivement les discours des acteurs officiels, pensant ainsi rendre compte de la totalité de la question de l’immigration, alors qu’elles négligent, par exemple, la parole rentrée ou non, de la base de la population, population qui a pourtant son mot à dire, et même de manière déterminante en Suisse, avec les votations populaires propres à la démocratie directe. Ces votations populaires sur le thème de l’immigration n’ont pas manqué depuis les années 1960 (une bonne quinzaine de votations sur ce seul sujet).

21b) Analyse de l’interaction constante entre ces différents discours. L’état des discours sur l’immigration à un moment donné est le produit d’une interaction et d’une construction progressive, résultant elles-mêmes de l’affrontement et du rapport de force entre ces différents discours.

22Concrètement, nous distinguons quatre types de discours. Chacun de ces quatre discours existe, en effet, séparément (le discours des autorités fédérales, celui de la presse, des autres médias, les lettres de lecteurs, etc.) et chacun est clairement repérable, définissable et isolable, même si aucun ne s’est constitué indépendamment de tous les autres. Chacun de ces quatre discours s’est construit en alliance, en opposition ou en lutte, en tout cas en référence, avec tous les autres discours.

23Ces différents discours sont appréhendés comme représentant les traces écrites de ce qui reste d’une réalité plus fondamentale qui est la communication politique à laquelle a donné lieu l’immigration entre les différents acteurs sociaux et politiques de la société depuis les années 1960.

24Les catégories de discours retenus et analysés en priorité sont les suivants :

  • le discours des autorités politiques fédérales (les messages du Conseil Fédéral publiés à l’occasion de chaque votation populaire)
  • le discours de la presse écrite (les éditoriaux)
  • le discours de la base de la population (les lettres de lecteurs)

25Depuis les années 1960, une bonne quinzaine de votations populaires, voire une vingtaine suivant comment on considère l’immigration et ses multiples facettes, ont eu pour objet le problème de l’immigration au sens large (propositions de limitation de la population immigrée, de durcissement des conditions d’octroi de l’asile, propositions de durcissement ou de facilitation des conditions d’établissement, du regroupement familial ou de l’obtention de la naturalisation, loi contre le racisme, immigration clandestine, mesures visant à faciliter le renvoi de requérants d’asile considérés comme de « faux » réfugiés ou des « réfugiés économiques », etc.).

26Pour chaque votation populaire retenue, la période-cadre de la récolte du matériel est la suivante : quatre semaines avant le jour de la votation populaire (période qui correspond à la phase intense de ce type de campagne) et deux semaines après la votation, soit un suivi de six semaines de la production écrite relative à la campagne politique dans l’espace public (communication et argumentation politiques).

27Matériel empirique récolté :

  • ensemble des messages publiés par le Conseil Fédéral à propos des différentes initiatives
  • lettres de lecteurs. Ont été retenues les lettres de lecteurs publiées par onze quotidiens de Suisse romande, quotidiens choisis selon des critères permettant une certaine représentation tant de la diversité géographique régionale que politique de la presse de la Suisse francophone. Nombre de lettres recensées par votation : de 50 à 200
  • éditoriaux : de 30 à 50 par votation et pour l’ensemble des journaux.

28À ces trois corpus s’ajoutent :

  • les articles de fond de la presse écrite (dossiers, « spécial votation », etc.)
  • divers documents sur les prises de position des partis (documents iconographiques, affiches, caricatures, publicité, slogans, mots d’ordre, etc.)

29Cette récolte du matériel s’est faite dans les lieux suivants : rédaction et archives de certains journaux, bibliothèques locales, centres de documentation de différents Instituts des sciences sociales et politiques, bibliothèque nationale. La diversité des sources empiriques s’explique par la volonté de saisir le plus largement possible la nature et la forme de la thématisation et de l’argumentation politiques.

  • Pour la base de la population, le matériel empirique considéré comme révélateur est représenté notamment par les lettres de lecteurs.
  • Pour les acteurs et les dirigeants politiques, ce sont principalement les prises de position des partis et les messages du Conseil Fédéral.
  • Pour la presse écrite, ce sont les éditoriaux, les dossiers spéciaux et d’autres articles.

30La comparaison entre ces trois formes de thématisation et d’argumentation politiques, au-delà de son intérêt intrinsèque, devrait également permettre de cerner la nature plus précise des divergences politiques parfois profondes entre gouvernants, médias et gouvernés, et peut-être d’indiquer quelques voies pour une meilleure communication politique entre ces différents acteurs.

31Nos analyses de la communication politique et de la médiatisation de l’immigration en démocratie directe nous ont amené à une série d’autres résultats et de conclusions qu’il est intéressant de comparer, même brièvement, à des questionnements semblables au niveau international.

32Image du peuple et de sa maturité politique. Une question omniprésente et fondamentale à l’heure actuelle est celle du degré d’ouverture d’un système politique, des possibilités de participation qu’il offre à l’ensemble de la population et de l’état de l’esprit participatif et délibératif ayant cours. L’exigence actuelle d’une participation plus large et effective de toutes les couches de la population, la fameuse montée des profanes, est relevée un peu partout. Comment répond-on à ces nouvelles exigences et comment les chercheurs abordent-ils ces nouvelles réalités ? Une sorte de contradiction semble exister sur ce point aussi bien chez les chercheurs que parmi les acteurs politiques eux-mêmes. D’un côté, on vante la démocratie, l’esprit délibératif et citoyen, la participation active et généralisée, et l’on se plaint lorsque cette participation faiblit ou que le désintérêt pointe à l’horizon. Mais d’un autre côté, il subsiste toujours un fond de méfiance envers le peuple. Lorsque le peuple se réveille, manifeste, gronde et exige d’être entendu, on s’inquiète et l’on s’interroge en manifestant divers types de craintes. Ces craintes sont principalement de deux ordres :

  1. le degré de formation et de maturité du peuple pour participer aux décisions importantes d’aujourd’hui, avec des doutes plus ou moins forts selon les auteurs, sur ces compétences ;
  2. les risques de manipulation du peuple par des démagogues habiles et séducteurs.

33La peur de la manipulation est en effet très largement répandue et nous avons vu qu’elle était présente même en démocratie directe. Mais on la retrouve partout, même en Californie aux USA où la démocratie référendaire est encore plus poussée qu’en Suisse. Une lois, c’est le manque d’information ou de formation, ou la capacité de jugement du peuple que l’on craint ; une autre fois, c’est la toute-puissance financière de certains initiateurs de référendums ou d’initiatives populaires qui est perçue comme particulièrement menaçante.

34À ce propos, l’exemple suisse montre un peuple et un corps électoral dotés d’une assez grande sagesse et d’un bon sens avéré (qui peut parfois faire défaut à l’élite), capables de voter selon l’intérêt général et de manière responsable, en fonction de références autres que l’intérêt personnel, le groupe d’appartenance ou le corporatisme le plus immédiat. Certes, le peuple est parfois tellement sage qu’il en devient craintif et qu’il faut à certains moments et sur certains sujets plus de temps pour prendre des décisions que dans les systèmes politiques où l’on gouverne par décrets. Mais lorsqu’une décision collective est prise, elle est au moins partagée et assumée par une majorité de la population, et cela peut éviter des mouvements réactifs massifs. Chaque système politique comporte des avantages et des inconvénients, mais la montée en puissance de l’exigence de participation généralisée constitue une donnée générale et durable avec laquelle tous les systèmes vont devoir compter. Le refus d’être considéré comme quantité négligeable est de plus en plus déterminé. De ce point de vue, les systèmes politiques ouverts à une large participation sont, en effet, mieux préparés à faire face à ces nouvelles exigences du Zeitgeist de notre époque. Plus fondamentalement, il en va de l’image de l’homme, qu’il faudrait se garder de réduire aujourd’hui encore à celle d’un idiot culturel, incompétent, influençable et manipulable à souhait. Même en démocratie directe, de telles images négatives et méfiantes sont présentes chez certains chercheurs.

35La représentation d’individus dominés, exclus et manipulés, en l’occurrence non seulement par « la société » mais par les médias précisément, constitue même le fil conducteur des dernières affirmations de P. Bourdieu, devenu vers la fin de sa vie davantage militant que sociologue. Il s’agit en effet davantage d’affirmations politiques que de travaux empiriques comme il en effectuait antérieurement.

36Si nous les évoquons tout de même brièvement, c’est parce que cette vision simpliste, manichéenne et caricaturale a une audience considérable alors que les innombrables travaux de recherche approfondis sur ces sujets et aux résultats bien sûr beaucoup plus nuancés, sont à peine connus en dehors d’un cercle d’initiés. C’est sans doute une autre caractéristique des sciences sociales et de leur audience : plus on chante faux et fort, plus on est écouté, mais peut-être pas toujours suivi. Les études concrètes et approfondies qui éclairent l’un ou l’autre aspect des problèmes politiques fondamentaux discutés ici deviennent heureusement de plus en plus nombreux.

  • 2 Pour des références bibliographiques précises, cf. U. Windisch, Suisse-Immigrés, op. cit.

37Les chercheurs qui s’intéressent à la communication politique et à l’argumentation politique ordinaires n’ont plus nécessairement cette vision caricaturale et systématiquement méfiante. Il y est alors davantage question d’acteurs, de stratégies, d’activités, d’échanges, d’appropriation, de formes d’argumentation, de types d’arguments, de répertoires cognitifs (cf. les travaux d’auteurs comme par exemple : E. Neveu ; S. Bonnafous ; Ph. Breton ; G. Gauthier ; J. Simonin et d’autres encore2).

38La montée des profanes ne se limite pas au domaine politique. On la retrouve par le biais d’un autre domaine médiatique, celui de la télévision de l’intimité (qui fait elle aussi l’objet de méfiance et c’est peu dire) et qui s’ouvre à une autre forme de parole ordinaire et profane, la parole intimiste (D. Mehl, D. Pasquier).

39En anthropologie politique, on retourne vers « le délaissé », le local, les rituels traditionnels et nouveaux.

40Ce courant de recherche vise une image plus complète, vivante, quotidienne et en acte du social et du politique ; on y souligne l’importance de dimensions négligées : importance du corps (E. Veron) de l’informel, de l’ordinaire. On s’intéresse aux espaces publics et politiques périphériques (les travaux de J. Simonin sur l’espace public de l’île de la Réunion, par exemple).

41Dans le domaine de la communication politique et de l’argumentation quotidienne, on s’intéresse davantage à leur fonctionnement effectif dans la vie de tous les jours qu’à la définition de modèles normatifs dictant ce qui est conforme ou non en matière de formes et de techniques d’argumentation, même si la tentation de la normativité et de la prescription reste volontiers encore présente en filigrane.

42Avec J. Gerstlé, nous avons constaté un regain d’intérêt en France, en référence aux travaux nord-américains, pour les dimensions cognitives du comportement politique, soit pour les répertoires cognitifs, les effets d’information et les processus de la médiatisation. Cet intérêt plus marqué pour les niveaux cognitifs doit permettre de reformuler et d’approfondir le problème des modèles de participation politique en l’éclairant à la lumière du conflit entre les répertoires cognitifs, énarchiques, technocratiquement formatés, impositifs et élitistes, d’un côté, et les répertoires cognitifs profanes, ordinaires et quotidiens de Monsieur et Madame Tout-le-Monde de l’autre côté.

43À ce courant d’intérêt grandissant pour les répertoires profanes et ordinaires, on peut ajouter les travaux consacrés aux récits et témoignages de toutes sortes, aux faits divers, au non conceptualisé, aux lettres de lecteurs et aux autres corpus « bruts » « spontanés », au vécu, aux dimensions affectives et symboliques du politique. Autre ajout possible : le déplacement de l’intérêt des relations verticales et hiérarchiques vers des relations plus horizontales, faites de davantage de réciprocité et d’interactivité. Le monde médiatique semble avoir su mieux répondre et plus vite que le monde politique et scientifique à cette lame de fond d’exigences nouvelles.

44Les travaux sur les différents modèles de participation sociale et politique peuvent apporter des moyens de compréhension plus adéquats de ces cassures et ruptures et sans doute fournir quelques éléments de solution. Le « grand fautif » n’est peut-être plus à chercher du côté d’un peuple inculte, menaçant et manipulé mais du côté d’une conception générale de la vie politique, d’une conception de la participation politique, trop exclusive, technocratique, et trop étroitement formatée pour une époque qui exige le contraire.

45Du côté des approches critiques, si les notions d’espace public, de démocratie, et d’opinion publique sont présentes, elles relèvent cependant d’une vision souvent pessimiste et négative (vision d’un monde aliéné doublée de la nécessité de le libérer et appréhension de la communication politique comme étant faussée notamment par l’économie de marché, le capitalisme ou la publicité). Ces appréhensions politiques du monde sont souvent encore sous l’emprise de visions marxistes ou « néo-marxistes », comme celle, par exemple, de J. Habermas, et souvent encore prise comme référence. Or, de telles conceptions se trouvent être de plus en plus en contradiction avec les réalités politiques effectives et quotidiennes qui sont les nôtres et auxquelles nous participons de plus en plus comme acteurs et non seulement comme malheureuses victimes. Nos travaux révèlent en effet une tout autre image du citoyen, de l’opinion politique, de l’espace public et des possibilités qu’offrent les systèmes politiques démocratiques, et cette image est de plus en plus largement partagée.

46Les critiques fondamentales à l’encontre de ces visions marxistes ou néomarxistes et/ou habermassiennes se font de plus en plus insistantes et viennent à point nommé. Alors que l’opinion publique et les citoyens ordinaires s’activent de plus en plus en exigeant de participer, de discuter, de juger, de critiquer et de communiquer politiquement, Habermas reste le représentant le plus archétypique des théoriciens du déclin de l’opinion publique. C’est aussi ce que pensent de plus en plus d’auteurs récents ayant effectué des travaux approfondis et n’ayant pas été pris dans cette gangue idéologique sans substrat empirique qui a enserré trop longtemps nombre de réflexions et de recherches en sciences sociales et politiques. Citons un seul exemple de ce courant novateur de recherche sur l’opinion publique, courant qui critique de plus en plus nommément des thèses comme celles de Habermas :

  • 3 Reynié D., Le triomphe de l'opinion publique, O. Jacob, 1998, p. 12.

« L’opinion publique aurait sombré doucement, emportée par une succession de métaphores, de jugements critiques vers l’acclamation populiste, de la discussion éclairée vers la quantification mécanique, du concept vers la technique et finalement du philosophe vers le sondeur...
En dépit de leur intérêt, ces analyses de l’opinion publique méconnaissent la complexité et l’ampleur du phénomène étudié. Réduite à quelques instruments de mesure, l’opinion publique n’est plus qu’un indicateur de conjoncture, une donnée pour marchands et stratèges, un outil dont on pourra éternellement louer l’efficacité, regretter l’imperfection ou flétrir la malignité, sans jamais avancer d’un pouce quant aux raisons de son succès. Mais regardée comme une instance critique déchue, l’opinion publique se trouve emportée dans une théorie du déclin qui n’est pas moins obscure. Elle suppose un paradis perdu du jugement public dont il est difficile de savoir à quelle réalité il a pu correspondre, ni pourquoi la mesure des opinions populaires serait incompatible avec l’existence d’une opinion éclairée.
La compréhension de l’opinion publique nécessite de délaisser ces approches instrumentales, normatives ou proprement contemporaines. Il faut "ouvrir le champ" »3.

47Ouvrir l’analyse des discours médiatiques et des médias, de la communication et de l’argumentation politiques et de l’opinion publique et montrer que la démocratie et tout particulièrement ses variantes aux potentialités les plus participatives sont ouvertes, malgré certaines limites, et que les citoyens ordinaires, l’opinion publique, devenue opinion politique, mettent de plus en plus à profit cette ouverture pour intervenir plus activement et vivifier par cette activité-même la démocratie.

48Tout en cherchant à mieux comprendre le phénomène de l’immigration, (de sa transformation historique, de sa médiatisation, de l’argumentation et de la communication politiques dont elle a fait l’objet), nous avons voulu concilier l’inconciliable : fournir des éléments de réponse empirique à des questions de philosophie politique fondamentale comme celles non de la démocratie en général mais de ses pratiques effectives, quotidiennes et ordinaires dans la vie de tous les jours des sociétés où tout peut être discuté par tous et selon les modalités de chacun.

Notes

1 Pour une analyse plus complète, on consultera notre récent ouvrage : U. Windisch et al., Suisse-Immigrés, 40 ans de débats 1960-2002, Ed. l’Age d’Homme, Paris-Lausanne, 2002, 287 p.

2 Pour des références bibliographiques précises, cf. U. Windisch, Suisse-Immigrés, op. cit.

3 Reynié D., Le triomphe de l'opinion publique, O. Jacob, 1998, p. 12.

Auteur

Professeur ordinaire - Université de Genève

© Presses universitaires François-Rabelais, 2004

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Volume papier

Chargement

Unavailable