Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

L’information dans les organisations : dynamique et complexité

 | 
Christiane Volant

Session B. Connaissances, travail collaboratif et technologies d’information communication

Politiques d’Information face aux nouveaux paradigmes : les nouvelles technologies de l’information et de la communication et les contenus culturels

Marta Pinheiro Aun

Résumé

Le développement des technologies de l’information et de la communication a transformé toute l’activité humaine, individuelle et collective, ce qui nous oblige à repenser les politiques d’information donc, les processus de construction précédemment liés au développement de la science et la technologie. Ces dernières ont fait naître récemment une confrontation interdisciplinaire. Elle nous conduit à une discussion nécessaire et urgente en Science de l’Information, sur les relations entre l’État, les technologies et la culture.
Cette communication, se focalisant sur la formation à la compétence informationnelle, nécessaire à la participation à la société de l’information, vise à mettre au jour les limites du processus en cours de la construction des nouvelles politiques d’information et de son importance comme champ de recherche en Science de l’information. Cette recherche met en relief cinq points de discussion : le changement structurel de l’État et le rôle de l’économie mondiale ; la convergence des technologies de l’information et de la communication et son influence sur le processus de construction de politiques d’information ; les différentiels culturels de l’information et leur expression dans les politiques de contenu ; l’occasion d’inclusion ou le risque d’exclusion dans la Société de l’Information et finalement, le nouveau format des politiques d’information.

The development of communication and information technologies has deeply transformed human activities at individual and collective levels and that, compels us to rethink information policies since development processes previously linked to science and technology recently triggered an interdisciplinary confrontation, that leads to a necessary and urgent discussion amidst Information Science about the relations between the State, technologies and culture.
The present communication focuses on the development of an information literacy which is needed for participation in the information society, and highlights the limits of this ongoing process, namely the new construction of information policies and their relevance as research topics in the area of Information Science. This research focuses on five areas of discussion : the structural change of the State and the role of the word economy; the convergence of communication and information technologies and its influence on the process of construction of information policies; the cultural differentials of information and their expression in content policies; the opportunities for inclusion or risks of exclusion from the Information Society and, finally, the new format of information policies.

Texte intégral

INTRODUCTION

1Le concept d’information acquiert une nouvelle définition dans le monde contemporain. Le monde moderne se construit par la connaissance et par son appropriation. C’est-à-dire que la compétence informationnelle dépend du degré de congruence des différents niveaux qui soutiennent la société. Celle-ci s’y appuie et établit un niveau d’interaction mondiale par sa continuité culturelle et l’évolution de son savoir.

2Si le concept d’information est inféré du contexte politique dans lequel il se déroule, il existe un risque qu’il endosse le discours lui-même alors que celui-ci peut contenir d’autres objectifs occultes ou autres significations (Browne, 1997).

3Une démonstration forte des pièges présents dans la pensée simplificatrice de l’information, lorsqu’elle est définie seulement comme un phénomène objectif, est présente dans l’analyse de Braman (1996) sur l’importance des concepts économiques dans la ligne de pensée de l’information. L’information est souvent perçue comme une commodity (marchandise, produit) à l’intérieur de l’environnement de la politique d’information. L’auteur montre qu’il est impropre d’appliquer des concepts économiques néo-libéraux pour la création, le traitement des flux et de l’utilisation de l’information. Son plus grand argument est le constat que les informations créées, ne sont pas toujours dérivées du marché. C’est le cas, par exemple, de l’information culturelle (Braman, 2004).

4La formation aux compétences informationnelles exige des Sciences de l’Information, de délimiter un champ de recherche. C’est la préoccupation de ces dernières années, de chercheurs de sciences sociales et d’économistes, dans la tentative de minimiser un problème qui dévaste le monde : le chômage et la réduction du nombre de postes de travail. Notre grand défi est que, dans une société dite de l’information, s’élargissent les contrastes d’exclusion alors même que, dans les relations entre les personnes, les organisations et les gouvernements exigent une nouvelle orientation des politiques d’information.

5C’est ainsi que les politiques d’information, pour atteindre et affronter les défis placés pour la transition économique et socioculturelle, vont en se réorganisant. La nécessité apparaît, non seulement de leur construction, mais de leur intégration à d’autres politiques comme une manière plus sûre de se préparer aux compétences nécessaires. Il est exigé une plus grande valeur critique et un meilleur équilibre entre les champs technologique et socioculturel, c’est-à-dire, entre le contenant et le contenu. Les poids et les moyens de ce processus sont différents des processus précédents. Aujourd’hui, une infrastructure parfaite de communication n’est pas suffisante (Aun, 2001).

6Les termes de changement et de transformation sont devenus le centre de nos préoccupations. Nous pouvons établir cinq points de discussion fondamentale, extraits de nos recherches : le changement structurel de l’État et le rôle de l’économie mondiale ; la convergence des technologies de l’information et de la communication et son influence sur le processus de construction de politiques d’information ; les différentiels culturels d’informations et leur expression dans les politiques de contenu ; l’opportunité d’accès ou le risque d’exclusion dans la Société de l’Information et le nouveau format des politiques d’information. Cette discussion s’appuiera sur des entretiens que nous avons conduits en France en 1999, pour une recherche précédente, avec des personnalités du monde de l’information.

LE CHANGEMENT STRUCTUREL DE L’ÉTAT ET LE RÔLE DE L’ÉCONOMIE MONDIALE

7Les questionnements sur le rôle de l’État apparaissent à partir du scénario qui s’installe dans la décennie 1970. La fin des années dorées de la croissance économique mondiale coïncide avec le début d’un nouveau paradigme technologique, celui des Technologies d’Information et de Communication (TIC). Pour l’économie commence une phase de stagnation avec des phases d’instabilité, en termes de conquêtes sociales et de régression par l’épuisement du paramètre de croissance basée sur les ressources matérielles.

8L’association entre la diffusion des TIC, et le développement du processus politico-économique néo-libéral, parcourt tout le système socioculturel, géopolitique, économique, environnemental et organisationnel, avec une nouvelle dimension du temps et de l’espace, en accélérant les processus d’innovation et en créant, en même temps, l’architecture du système international.

9L’information assume un nouveau rôle économique – de nouveaux produits et des services avec valeur ajoutées sont créés - et son flux avec de nouvelles caractéristiques d’instantanéité, de distances raccourcies et en dépassements des frontières, transforme le concept traditionnel de capital, auparavant lié exclusivement à la production matérielle, par la valeur des informations financières et des connaissances génératrices de richesse (Chesnais, 1996 ; Fiori, 1998 ; Braman, 2004). Les États, apparemment aseptisés par un seul système, dénoncent la pression instituée, perçue et dissimulée au travers du processus discursif sur la globalisation. Les États ne disparaissent pas ni ne rétrécissent. Comme dans d’autres phases de l’Histoire, l’installation sociale de nouveaux processus les oblige à de rapides changements et non à la réduction, au minimum proclamé. Obligés à l’accélération politique, ils se transforment en fonction de l’urgence (Crozier, 1997 ; Monnoyer-Smith, 1998). Cette urgence se perçoit dans le discours politique du retard, avancé pour justifier sa transformation par une adaptation à la nouvelle économie, et l’obligation à vaincre le retard d’entrée dans la nouvelle ère (Monnoyer-Smith, 1998). La plupart d’entre eux montrent une absence de coordination politique où l’économie concurrentielle, en augmentant le pouvoir du secteur privé, déstabilise et désengage le secteur public par la perte visible de sa légitimité. Mais ce cadre apparemment sans contrôle est démystifié par une autre réalité, les états les plus avancés comme les États-Unis, le Japon, et les plus industrialisés de l’Union Européenne comme l’Allemagne, la France et le Royaume-Uni, continuent à mettre en œuvre leurs politiques qui jouent un rôle fondamental dans leurs économies (Cassiolato, 1999).

10Comme manière d’intervenir et avec une nouvelle représentativité, en associant des forces, des blocs et des alliances apparaissent, non comme supplantant des états, mais comme une nouvelle forme régionale de pouvoir politique et économique. Et, avec les changements, les différences sont accélérées, indépendamment du degré de développement et des spécificités culturelles. La lutte est pour ne pas être placé à la marge de ce processus nouveau, riche, mais tumultueux et imprévisible.

11La culture « obligatoire » de la déréglementation, de la compétitivité et de l’urgence conduit à des actions et à des programmes à court terme, en dénonçant une absence de politiques nationales englobantes et à long terme. La politique d’information, comme un régime qui focalise la conversion des attentes, en considérant les principes, les normes, les règles et les procédures dans des secteurs et items particuliers, a été négligée. Le monde se fait dans des réseaux et la valorisation de l’aspect technologique finit par déstabiliser la cohérence et la sélectivité des investissements employés.

12Pour les auteurs français de ces observations de la crise politique et économique mondiale, il y a une certaine nostalgie des structures informationnelles qui ont eu beaucoup de pouvoir jusqu’à la fin de la décennie 1970. Mais devant l’évolution actuelle ils perçoivent aussi l’élargissement des frontières temporelles dès lors que les états voient, dans leur processus de changement, ce que Qüéau (1998) a indiqué comme le plus nécessaire : le marché n’est pas la priorité parce qu’il représente un moyen et ainsi ne peut pas être totalitaire. La valeur des réseaux est dans « la libre circulation des idées ».

13Le mouvement des flux financiers et des innovations technologiques laisse tous les États, même ceux déjà plus industrialisés, dans l’insécurité et sans vision à long terme.

LA CONVERGENCE DES TECHNOLOGIES DE L’INFORMATION ET DE LA COMMUNICATION ET LEUR INFLUENCE SUR LE PROCESSUS DE CONSTRUCTION DE POLITIQUES D’INFORMATION

14Le processus non réversible d’informatisation de la société résulte d’un nouveau paradigme technico-économique : celui des technologies de l’information et de la communication, et a une influence directe sur le processus de construction de politiques nationales d’information. Musso (1996) et Wolton (1999) argumentent que ce nouveau paradigme véhicule l’utopie de l’utilisation universelle de ces technologies. Elles représentent une source de potentialité pour le développement de la société mondiale dès lors qu’elles sont sélectionnées et visent l’intégration avec des contenus socioculturels. Les critiques du processus ne peuvent pas retomber sur l’accès ou non, aux technologies mais au contraire, sur l’absence de définition de priorités dans la construction de politiques d’information qui viennent focaliser l’établissement de ces TIC. C’est ainsi que nos politiciens, qui sont les grands responsables de la gestion des territoires et des collectivités territoriales n’échappent pas à ces passions. La preuve, la plus simple, nous est donnée par la prolifération des discours sur le retard relatifs au développement technologique. Ils devraient combattre pour subvenir aux nécessités de l’existence de paramètres pour une politique d’information.

15Il n’y a pas une liaison claire entre les politiques publiques et la politique d’information provenant d’une structure intellectuelle et dirigée pour guider les divers niveaux de gouvernement, qui vont s’y rapporter. Grâce à l’isolement de la ligne maîtresse de la politique publique, les initiateurs d’une approche nationale systématique de la politique d’information ont de grandes difficultés pour imposer leurs idées et les voir accueillies par les gouvernements.

16Pourquoi l’action des différents pays se résume-t-elle seulement à l’implantation et à la distribution d’infrastructure (équipements, systèmes, etc.), en considérant que l’accès peut conduire lui seul, au développement économique et socioculturel ? La plus grande préoccupation de Musso (1996) se traduit par ce questionnement : comment les sociétés s’approprieront-elles ces technologies pour le travail, l’éducation, les informations, la santé, la culture, la communication. À quel niveau de qualité les utiliseront-elles ? Pour cet auteur, le plus important est la conscience que, dans les réseaux, c’est la personne -en tant que lien fondamental de la chaîne - qui va sélectionner, faire le filtre, pour ne pas se soumettre à la fascination technologique et, au contraire, exploiter ce qui lui est utile.

17L’omniprésence de la technique, isolée de ses contenus, vient de la facilité de flux, en particulier de ceux venus du marché financier (Chesnais, 1996), en valorisant ainsi la communication comme diffusion et non comme une expérience anthropologique d’échange (Musso, 1996). C’est là que le facteur temps devient crucial en expliquant les actions d’urgence de la part des gouvernements et la course contre le retard. Les technologies deviennent ainsi un facteur autorisant cette voie unique de valorisation technologique, en temps réel et chaque fois plus court. Alors, le pouvoir technologique est utilisé comme technologie du pouvoir, sur laquelle le « pouvoir anonyme du nouveau régime d’accumulation », s’appuie (Chesnais, 1996 ; Fiori, 1998).

18L’impact technologique devra refléter les politiques, les repenser sur deux versants : (I) l’analyse et les questionnements dans la sélection de ces technologies et (II) leur appropriation par des pays différenciés, en respectant les nécessités d’intégration à la société en réseaux. Ils devront être considérés pour leurs caractéristiques de séduction, de diversion et pour leur utilisation massive par la sphère financière, en évitant ainsi le chemin à voie unique. La plus grande préoccupation est que les réseaux cessent d’être démocratiques, en représentant seulement, des intérêts de monopoles venus des oligopoles économiques localisés dans la triade (Baltz, 1998 ; Cassiolato, 1999 ; Chesnais, 1996 ; Fiori, 1998 ; Aun, 2001).

19Pour du Castel (1995) ce qui manque c’est la réflexion, ou, « un regard politique sur les choses techniques ». Cette absence de réflexion a conduit les gouvernements à valoriser les aspects communicationnels et de diffusion, en négligeant la sélection de contenus socialement pertinents.

LES DIFFÉRENTIELS CULTURELS DE L’INFORMATION ET LEUR EXPRESSION DANS LES POLITIQUES DE CONTENU

20L’établissement d’infrastructure technologique n’est plus une menace ni un problème. Il représente, seulement, l’instrument qui facilite les activités informationnelles. Avec la technologie globalisée, le regard devrait retomber sur les contenus régionalisés dans une parfaite interaction du technologique et de l’institutionnel. Cela nous oblige à une plus grande concentration sur les filtres pour éviter la banalité informationnelle, l’entropie ou la rationalisation et la mise en mémoire de stocks d’information.

21La nouvelle morphologie de la société, organisée en réseaux, fait que l’expérience du temps et de l’espace se transforme. Le travail et la culture ne peuvent plus se passer de l’utilisation des TIC. Le plus grand défi, selon les auteurs cités, est l’ignorance de la vraie signification d’une Société de l’Information de la part des gouvernements et des sociétés en général. Avoir une infrastructure technologique ne signifie pas être un participant, c’est seulement une des conditions. À quelle société de l’information voulons-nous appartenir ? L’équilibre des questions socioculturelles avec les questions géopolitiques et économiques du nouvel ordre, ne s’établit pas encore, elles sont valorisées dans des discours, mais ne sont pas actées par des décrets et des lois.

22Participer à la Société de l’Information exige que soient outrepassées les connaissances et les expériences accumulées. Elle exige la formation d’un nouvel univers cognitif. Mais ce nouvel univers pourra seulement partir de possibilités produites dans l’environnement social. Seul, le citoyen naviguera sans boussole par des réseaux. Alors nous sommes devant une impasse transformée en point de départ pour les politiques d’information qui visent l’inclusion dans la Société de l’Information. Et cette inclusion va commencer seulement si le mot retard est remplacé par le mot début, en précisant qu’il provient d’une nouvelle ère qui a observé l’amoncellement des anciennes expériences.

23Nous ne réussirons pas une mise au profil de toutes les sociétés, dans cette course établie par les nouveaux paradigmes. Ainsi Baltz (1998), suggère aux gouvernements et aux sociétés de faire quelque chose de viable, dans les limites de leur culture, sans se laisser submerger en étant passifs et sans défense.

  • 1 M. Daniel Confland, M. François Du Castel, M. Jean-Michel Rauzier, M. Philippe Quéau, M. Serge Caca (...)

24Pour que la normalisation massive des TIC soit évitée, il faut que les contenus locaux soient subventionnés et pas seulement les technologies pour éviter la consommation dictée par les grands monopôles. Des personnalités du monde de l’information1, interviewées dans le cadre de la collecte de données d’une thèse de doctorat (Aun, 2001) se positionnent en faveur de la défense de la participation sociale régionalisée au processus de construction de politiques d’information. Ils pensent que c’est seulement ainsi que les sociétés, dans leur individualité, pourront participer au processus cognitif de la Société de l’Information en gagnant des espaces de développement technologique, en venant à bout des barrières linguistiques et de manière unie, pourront former un réseau transeuropéen. Une définition claire de la Société de l’Information pour faciliter la compréhension serait de distinguer le contenant (infrastructure) du contenu (connaissance) en mettant en évidence alors, les aspects socioculturels et pas seulement les aspects économiques ou financiers.

25Le débat sur le développement technologique et le processus de déréglementations et de libération des télécommunications est déjà épuisé. Ni les aspects socioculturels, ni le discours politique, qui aurait dû marquer le rôle international, n’ont été pris en compte. Ainsi nous pouvons dire seulement que la transition pour la société de la connaissance est une réalité et de cette manière assurer et soutenir son développement. Les sociétés plurielles ne peuvent pas se taire ou rester passives à une détermination exclusivement matérielle. Les moments de changements sont aussi importants pour la réflexion. Se rendre à l’unitéralité du matériel est créer des espaces d’exclusion.

L’OCCASION DE L’INCLUSION OU LE RISQUE D’EXCLUSION DANS LA SOCIÉTÉ DE L’INFORMATION

26Parallèlement au développement de contenus cognitifs de chaque société il est important de combattre les résistances par des processus de sensibilisation, pour vaincre le sentiment d’insécurité des citoyens, devant les nouvelles formes sociales de communication, de diffusion et d’échange d’informations. Comme l’ont bien dit Lastres et Ferraz (1999), tout processus de changement entraîne d’un côté la résistance et de l’autre il exige « l’expansion des limites des connaissances existantes ». Donc, vaincre les barrières technologiques et linguistiques est un des points fondamentaux pour la construction des objectifs d’une politique d’information. Ceci est une des six priorités du programme du Gouvernement français : développer l’intelligence par l’éducation à travers une politique culturelle ambitieuse pour l’établissement de réseaux pluriels dans la confrontation du problème linguistique (France, Gouvernement, 1999).

27Les gouvernements et les sociétés doivent marcher ensemble dans ce processus de réduction de l’inégalité, par l’accès à l’Information, qui de l’avis des auteurs et interviewés pour notre recherche, ne doit pas être restrictif quant aux contenus informationnels. Le monde a toujours été divisé entre richesse et pauvreté, mais maintenant on court le risque de creuser un fossé encore plus grand. Ainsi la construction d’une politique informationnelle, avec une vraie couverture socioculturelle serait la seule forme viable pour minimiser la séparation entre « inforiches » et « infopauvres » (Quéau, 1998).

28La société en réseaux réveille premièrement la nécessité de profiter de la communication à distance. Le concept d’Information Literacy (litéracie informationnelle) est né de la conscience politique d’élargir l’utilisation des technologies d’information dans la période transitoire. Cette utilisation collective, mondialement connue comme digital divide, inclusion digitale, doit être plus large que l’accès aux techniques, aux réseaux, aux jeux et aux divertissements. Ainsi des milliers de personnes ne se rendent plus aptes à affronter les obstacles, les exigences, et les compétences professionnelles exigées pour faire partie de cette société de réseaux virtuels et élargir leur insertion sociale/globale. Il faut dominer la technique associée au contenu. Lire, écrire et communiquer à distance c’est interagir dans un temps réel avec le monde. S’approprier les bénéfices, les appliquer au quotidien, se qualifier, est une question de citoyenneté. Le droit à la communication par les ordinateurs est un bien commun et aussi un droit auquel nous devons tous participer pour recevoir les bénéfices de la société informationnelle.

29La formation exigée pour la compétence informationnelle stimule le développement d’habilités intellectuelles pendant toute la vie, en relation avec l’utilisation stratégique de l’information. Ils contribuent à la résolution de problèmes d’information concrets dans des situations d’application de connaissances spécifiques.

30L’Internet, la forme maximale de l’innovation, est présenté comme source d’opportunités de par son envergure planétaire, où espace et temps sont supprimés, mais sa démystification est nécessaire pour éviter une seule pratique d’utilisation ou la fragmentation de la connaissance (Couzinet citant Chartron, 2000). Le questionnement sur Internet et sa réelle application pour les professionnels qui traitent quotidiennement les informations, et sont « invités à participer à l’innovation » (Couzinet, 2000), ainsi que pour les personnes en formation scolaire, est nécessaire.

31Développés par le capital financier d’une manière globale, les modèles américains de « bonnes pratiques » ne s’appliquent pas directement ni ne peuvent conduire au développement de pays moins industrialisés. Un nouveau type de compétition s’établit pour la création de compétences et d’innovation ce qui crée des défis aux différentes formes d’intervention politique traditionnelle. Ceci parce que l’économie de la connaissance exige l’acquisition de différents types de connaissances, les compétences et la capacité à devenir des personnes « gagnantes » dans la société de l’information (Johnson, Lundwall, 2005).

32Le savoir faire toujours considéré comme personnel ou individuel « peut aussi être présent dans des régions et des organisations » (Johnson et Lundvall, 2005apud Arrow, 1994). Donc, l’augmentation de la capacité à absorber les changements peut être atteinte seulement par des politiques régionales d’information. Celles-ci doivent donner la priorité au développement des ressources humaines, de réseaux novateurs, à l’implantation qui intègre les systèmes scolaires, les secteurs de services - les bibliothèques -et une réorientation pour les politiques d’innovation. (Johnson et Lundvall, 2005). Comme nous l’avons déjà dit, les exigences scolaires pour les qualifications professionnelles, sont bien plus grandes que dans l’ère industrielle.

33Le règlement des réseaux ne doit être pas pensé à travers le prisme du contrôle du profit ou en servant le capital car celui-ci agit comme il a toujours agi, c’est-à-dire, comme facteur d’exclusion.

34Pour diminuer l’exclusion, les objectifs des politiques d’information doivent dépasser l’idéal simpliste d’un ajustement rapide à un avenir déterminé par la force « extérieure » qui vient du nouveau paradigme technico-économique et de l’économie mondiale. Les gouvernements et les sociétés ont déjà démontré leur absence de domination sur elle et sur cette force « anonyme » où les citoyens n’ont pas su comment prendre parti, donc ils ne l’ont pas élue.

LE NOUVEAU FORMAT DES POLITIQUES D’INFORMATION

35Comment les États et, par conséquence directe, les politiques d’information, se transforment-ils ? Ils ne disparaissent pas ni ne perdent leur légitimité. Partant pour des actions d’urgence, ils établissent des programmes pour l’entrée dans la société de l’information. Les politiques, en forme de programmes, créent l’instabilité ou l’apparente absence de direction, par leur caractère cyclique, ce qui pour nos interviewés, rend encore plus difficile la définition d’un système de régulation de caractéristiques nationales en couvrant les nouvelles formes de communication.

36La Société de l’Information apporte de nouvelles orientations : les aspects de compétitivité, d’accès universel, de protection de données, de régulation. Les politiques d’information qui devraient guider tout ce processus de changement ne sont pas encore présentées comme un corps uni, authentiquement national, capable de refléter le consensus d’une proposition nationale intégrée.

37Pour Braman (1996, 2004) les politiques d’information doivent être source de deux axes de recherche nécessaires au positionnement des personnes dans la société de la connaissance : études dirigées pour développer une politique de la connaissance ; études pour la construction de la connaissance afin de soutenir et structurer des politiques.

38La réponse aux nécessités les plus larges du développement scientifique et technologique qui guidait de manière plus prévisible la demande et les directions de ces politiques jusqu’à la décennie 1970, change de manière imprévisible. Cet espace maintenant occupé par le processus d’innovation et de diffusion articulé sur l’établissement du nouveau paradigme technico-économique des TIC, entraîne des changements encore plus grands que ceux affrontés précédemment avec de gros budgets engagés. En conséquence, de ce fait et aussi de la transformation elle-même des États, d’anciennes institutions ayant eu un grand pouvoir et une grande légitimité, disparaissent.

39Pour que la Société de l’Information apporte de plus grandes opportunités de développement, en s’élargissant à la croissance régionale et urbaine, il faut éduquer pour innover et ainsi améliorer la qualité de vie des citoyens. Ceci dépendra de la clarté des politiques des différents États et des régions dans la recherche de sensibilisation du degré d’omniprésence et d’importance des nouvelles technologies d’information et de communication pour qu’elles puissent toucher de manière positive, les possibilités et les opportunités de la société toute entière (Lastres, Aun, 1997).

CONCLUSION

40Il est urgent, donc, de revenir au point de rupture, ce qui ne signifie pas s’arrêter au passé. Mais utiliser la connaissance technique pour la préservation et la croissance des contenus régionaux, même à travers des programmes, mais en reflétant l’exercice du pouvoir politique d’un État coordinateur des intérêts de sa société.

41La société de l’Information venait interférer directement sur le processus de construction de politiques d’information. Avant attachées au développement de la science et de la technologie et de leurs nécessaires supports informationnels, elles doivent aujourd’hui accompagner le développement politique, économique et social, en établissant la société de l’information que chaque pays devra construire. Par où commencer cet énorme projet et le rapporter à d’autres politiques comme la seule manière d’inclusion mondiale ? Le premier pas est de connaître la réalité des compétences informationnelles des citoyens.

42Le processus de cette nouvelle société en réseaux nous a tous transformé. Les individus sont autres. Ils se virtualisent. L’État reste, mais il n’est pas non plus le même. En conséquence, les politiques aussi sont transformées. Il est impossible d’essayer de dire combien de temps existera la société dite « de la connaissance », « de l’apprentissage » qui à l’inverse de réduire des incertitudes nous place quotidiennement dans l’instabilité, face à des changements de paradigmes. Nous pouvons seulement prévoir que dans ce processus s’insère une guerre quotidienne de gains de différents territoires, délimités par la connaissance. De la transformation du processus de construction de politiques nationales et supranationales d’information apparaît la certitude que la connaissance qui facilitera cette démarcation, pourra seulement venir de contenus propres à chaque pays.

Bibliographie

BIBLIOGRAPHIE

Aun (M.P.), Antigas Nações, Novas Redes : As transformações do processo de construção de políticas de informação, Tese de doutorado, Rio de Janeiro, Escola de Comunicação, UFRJ-IBICT e CNPQ, 2001.

Baltz (C.), « Une culture pour la Société de l’Information ? Position théorique, définition, enjeux », Documentaliste/Science de l’Information, Paris, vol. 35, n° 2 (mars/avril 1998), p. 75-82.

Braman (S.), « The Emergent Global Information policy regime », dans Braman (S.), dir., The Emergent Global Information policy regime, Houndsmilles, Palgrave Macmillan, 2004, p. 12-37. (Disponible : www.uwm.edu/~braman/pub.1html).

Braman (S.), « Defining Information : An approach for policy-makers », dans Lamberton (D.), dir., The economics of Communication and Information, London, Edward Elgar, 1996, p. 3-12. (Disponible sur : www.uwm.edu/~braman/pub.1html).

Browne (M.), « The field of information policy : fundamental concepts », Journal of Information Science, Brighten, v. 23, n° 4 (1997), p. 261-275.

Cassiolato (J.E.), « A economia do conhecimento e as novas políticas industriais e tecnológicas », dans Lastres (H.M.M.) et Aibagli (S.), dir., Informação e globalização na Era do Conhecimento, Rio de Janeiro, Campus, Cap.7, 1999, p. 164- 190.

Chesnais (F.), A mundialização do capital, São Paulo, Xamã, 1996.

Couzinet (V.), Médiations Hybrides : Le documentaliste et le chercheur en Sciences de L’information, Paris, ADBS, 2000.

Crozier (M.), État modeste, état moderne : stratégies pour un autre changement, 3e édition, Paris, Fayard, 1997.

Du Castel (F.), « Les autoroutes de l’information », La Pensée, Paris (avrilmai-juin 1996), p. 27-36.

Fiori (J.L.), « Globalização, hegemonia e império », dans Tavares (M. da C.) et Fiori (J.L.), dir., Poder e dinheiro : uma economia política da globalização, 4e édition, Petrópolis, Vozes, 1998, p. 87-147.

France Gouvernement, Mise en oeuvre du Programme d’action gouvernamental pour la société de l’information (PAGSI) : État d’avancement après un an (janvier 1998- janvier 1999), Paris, Service d’information du gouvernement, 1999.

Johnson (B.) et Lundvall (B.-A.), « Promovendo sistemas de informação como resposta à economia do aprendizado crescentemente globalizada », dans Lastres (H.M.M.), Cassiolato (J.E.) et Arroio (A.), Conhecimento, Sistemas de Inovação e Desenvolvimento, Rio de Janeiro, Contraponto, Cap.3, 2005, p. 83-130.

Lastres (H.M.M.) et Aun (M.P.), « Políticas de informação : reposicionamento imposto pelos novos cenários », Congresso Brasileiro de Biblioteconomia e Documentação, n° 18, São Luiz, 1997 [CD-ROM].

Lastres (H.M.M.), Aun (M.P.), Ferraz (J.C.), « Economia da informação, do conhecimento e do aprendizado », dans Lastres (H.M.M.) et Albagli (S.), dir., Informação e globalização na era do conhecimento, Rio de Janeiro, CAMPUS, Cap. 2, 1999, p. 27-57.

Monnoyer et Smith (L.), « L’urgence en politique : temps d’action en temps du discours », Sciences de la société, n° 44, (mai 1998), p. 63-81.

Musso (P.), « Autoroutes et société d’information », La Pensée, vol. 306, (Avril-Mai-Juin 1996), p. 5-16.

Ocde, Vers une société mondiale de l’information : l’infrastructure mondiale de l’information et la société mondiale de l’information ; les politiques requises, Paris, OCDE, 1997.

Qüéau (P.), « La galaxie cyber », Le Monde de l’Éducation, de la Culture et de la Formation, Le Monde, n° 274 (Avril 1997), p. 34-47.

Rauzier (J.-M.), « Forum de la Société de l’Information », Documentaliste – Sciences de l’Information, vol. 34, n° 2 (Mars-Avril), p. 96.

Wolton (D.), Internet et après ? Une théorie critique des nouveaux médias, Paris, Flammarion, 1999.

Notes

1 M. Daniel Confland, M. François Du Castel, M. Jean-Michel Rauzier, M. Philippe Quéau, M. Serge Cacaly, M. Serge Chambaud, M. Xavier Polanco, M. Yves Lasfargue, M. Yves Le Coadic m’ont accordé des entretiens entre janvier et septembre 1999, pour mon travail de thèse.

Auteur

Professeure et chercheuse ECI/UFMG/Brasil
Docteur en Science de l’Information Escola Ciência da Informação Universidade Federal de Minas Gerais

© Presses universitaires François-Rabelais, 2008

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540