Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

La situation délibérative dans le débat public

 | 
Bernard Castagna
, 
Sylvain Gallais
, 
Pascal Ricaud
, 
et al.

Réflexions théoriques

La communication délibérative

Bernard Lamizet

Texte intégral

1La communication délibérative peut se définir, d’emblée, comme la mise en œuvre d’une situation institutionnelle de communication. Tandis que, dans la communication, l’échange symbolique et la circulation des informations, dans l’espace intersubjectif ou dans l’espace public, consistent dans la représentation, les uns pour les autres, de l’identité des acteurs et des sujets de l’échange, la communication délibérative consiste à la fois dans l’échange d’informations et de représentations entre les sujets de la communication et dans la reconnaissance d’un fait institutionnel collectif. La communication délibérative consiste dans la formulation et l’échange d’informations et d’identités en vue de parvenir à la formulation d’opinions et d’engagements, mais elle consiste aussi, au sein d’un espace public institutionnel, dans la reconnaissance des pouvoirs des acteurs engagés et dans la reconnaissance de l’institutionnalité collective engagée par le débat lui-même.

I. DU MIROIR À L’AGORA : DE L’IDENTIFICATION À LA CONFRONTATION

2L’institution de la communication politique se caractérise par le passage de l’identification spéculaire, qui caractérise la communication intersubjective, à la confrontation antinomique, qui fonde, au contraire, le débat politique. La communication intersubjective repose sur l’identification spéculaire symbolique, l’un à l’autre, des deux sujets de la communication, qui, d’ailleurs, s’instituent l’un l’autre dans ce processus de reconnaissance, tandis que la communication politique, qui repose, au contraire, sur la distinction des pouvoirs et sur la distinction des acteurs, se fonde, au contraire, sur la reconnaissance des antagonismes et des antinomies qui instituent l’espace public du débat en spécifiant les enjeux qu’il entraîne pour les uns et pour les autres. En ce sens, l’espace du débat public n’est pas celui du miroir fondateur de l’intersubjectivité, mais celui du forum et de l’agora, c’est-à-dire l’espace de la confrontation entre acteurs et entre logiques antinomiques qui fondent les références, les cultures politiques, les identités, qui déterminent les acteurs de la sociabilité politique. Dans ces conditions, le passage du miroir à l’agora signifie le passage d’une situation dans laquelle les sujets se soutiennent de leurs identités et instituent un espace d’échange dans lequel ils puissent se reconnaître symboliquement dans la représentation qu’ils se font l’un de l’autre à une situation dans laquelle les acteurs se soutiennent de leurs pouvoirs et instituent un espace d’échange dans lequel ils puissent se reconnaître symboliquement et politiquement dans la différence qui les singularisent les uns par rapport aux autres.

3Le passage du miroir à l’agora consiste dans le passage d’une logique singulière de l’identification symbolique du sujet à l’autre à une logique collective de la confrontation d’un engagement collectif à un autre. Quand on passe de la logique du miroir à celle de l’agora, les acteurs changent de statut, de consistance, de mode de représentation. En effet, il ne s’agit plus de penser des sujets singuliers dotés d’une identité propre fondée sur leur relation symbolique à l’autre, mais de penser des acteurs collectifs dotés de pouvoirs et d’orientations politiques et sociales fondées sur leur confrontation avec les pouvoirs et les orientations des autres. La question est, ici, de passer du miroir, moment intersubjectif de fondation d’un système symbolique, à l’agora, moment politique de fondation d’un système de pouvoirs et d’antagonismes. Ce qui change, finalement, du miroir à l’agora, c’est, sans doute, la forme et les logiques de la médiation symbolique et institutionnelle. Tandis que la médiation vise, dans l’espace symbolique de l’intersubjectivité, à aboutir à la formation d’une identité symbolique commune de nature à permettre l’intelligibilité, l’un par l’autre, des deux sujets de la communication, elle vise, dans l’espace politique de la confrontation, à aboutir, finalement, à la disparition ou à la perte de légitimité, de l’une des identités en présence, et, en fin de compte, à la victoire de l’autre. Dans l’espace politique de l’agora, c’est en termes de conflit, et, par conséquent, en termes de victoire ou d’échec, que se pense l’issue de la confrontation des acteurs en présence l’un de l’autre.

  • 1 C’est en février 2003 que ces lignes sont écrites, à la demande des organisateurs du colloque de T (...)

4On peut choisir, ici, pour exemple le débat public qui a lieu en février 2003, devant le Conseil de sécurité et les instances des Nations unies, autour de la légitimité et de la nécessité d’une intervention armée contre l’Irak, ou, au contraire, de son illégitimité et de son inutilité. Ce débat politique majeur présente, en effet, trois caractéristiques qui permettent de le penser comme un débat public. D’une part, il fait l’objet d’une couverture abondante dans les médias, et, dans ces conditions, d’une appropriation par les sujets singuliers de l’espace public autant que par les acteurs collectifs du fait institutionnel. D’autre part, ce débat est bien un débat public, car il est de nature à repenser, ou à reformuler les références et les logiques du fait politique et de l’organisation des identités sociales. Enfin, il est clair que, des termes de ce débat1, découleront de nouvelles formes d’organisation politique de l’espace public international et de nouvelles modalités de mise en œuvre des institutions structurant ce que l’on peut appeler la mondialisation de l’espace du politique.

II. DÉLIBÉRATION ET DÉCISION

5La décision est le moment politique complexe d’un passage ; il s’agit du moment où s’articulent un imaginaire, celui de l’acteur politique qui se représente, de façon anticipée, la situation qui suivra la décision qu’il va prendre, une représentation symbolique, celle qui est mise en œuvre dans la délibération sous la forme d’un échange de communication, et la consistance réelle acquise par ces représentations au moment de la décision qui, en faisant passer ces choix dans le réel, donne lieu à une nouvelle situation : à un réel différent de celui qui prévalait avant la délibération. Le pouvoir consiste, pour un acteur politique, à être en mesure d’assurer ce passage entre l’imaginaire, le symbolique et le réel, qui est, en propre, le moment de la délibération. La délibération est à la fois un temps et un processus. Comme temps, la délibération est le moment politique où s’articule le réel de la situation qui s’impose aux acteurs politiques qui participent à la délibération, la dimension symbolique des représentations, des opinions et des arguments dont ils sont porteurs, et qui se fondent, finalement, sur l’image qu’ils se font de la situation réelle dans laquelle ils se trouvent, et de l’imaginaire que constitue l’idéal politique dont ils se soutiennent, et, en particulier, l’image qu’ils se font de la situation future résultant de leur décision. Dans la situation de la délibération du Conseil de sécurité de l’O.N.U. sur l’Irak, le réel représente la situation irakienne, mais, en même temps, les rapports de force et d’alliances au sein du Conseil de sécurité, le symbolique représente l’ensemble de l’activité symbolique et des discours qui se sont tenus dans l’enceinte du Conseil de sécurité, et, en particulier, les représentations de la situation échangées par les partenaires de la délibération, tandis que l’imaginaire renvoie à l’avenir politique et institutionnel de l’Irak tel que se le figurent les différents acteurs de la concertation et de la décision finale. C’est l’articulation entre ces trois instances qui donnent toute sa consistance au temps de la délibération, et qui la définit comme le temps de la médiation politique. En effet, c’est dans la mise en œuvre de la délibération que l’institution se réalise pleinement comme acteur politique, justement en articulant entre elles ces trois instances du réel, de l’imaginaire et du symbolique, dont l’articulation définit l’exercice même du langage et de la médiation. Comme processus, la délibération engage des acteurs et un rapport particulier à un autre moment, qui est celui de la décision. Les acteurs engagés dans le processus de la délibération exercent collectivement un pouvoir ; en ce sens, la délibération est peut-être la seule forme de pouvoir à pouvoir s’exercer collectivement, à pouvoir faire l’objet d’un partage symbolique – celui de la communication. C’est justement parce qu’il s’agit d’articuler le réel et l’imaginaire du pouvoir – qui ne se partagent pas – à la dimension symbolique de sa représentation, qui, elle, fait l’objet d’un partage, que la délibération est un moment partagé de l’expérience du pouvoir. C’est, en fait, la décision qui est le moment du pouvoir qui ne fait pas l’objet d’un partage : la décision représente ce que l’on peut appeler le moment plein de l’exercice du pouvoir, qui est séparé de la délibération, justement parce qu’elle ne se partage pas, alors que la délibération s’inscrit dans une logique de la communication et de l’échange symbolique. En ce sens, la délibération participe, à la différence du pouvoir, de l’institution de l’espace public. C’est, d’ailleurs, sur ce point qu’il convient de distinguer la décision politique et la décision singulière du sujet : tandis que la décision individuelle du sujet se caractérise par l’absence de moment effectif de la délibération (quand je délibère, les jeux sont faits, nous dit Sartre), la décision politique consiste dans la reconnaissance du moment institutionnel majeur de la délibération qui y représente l’instance de la médiation – de la dialectique entre le singulier et le collectif.

III. DÉBAT, DÉLIBÉRATION ET COMMUNICATION : LA FORMATION DE L’ESPACE DU DÉBAT

6C’est la mise en œuvre des pratiques de communication qui dessine l’espace public et lui donne sa consistance – à la fois institutionnelle, pratique et intersubjective. L’espace public acquiert sa dimension de réalité à partir du moment où s’y joue, pour ceux qui l’habitent, l’expérience réelle de la communication, quand s’y tient le débat public. Il est donc important de comprendre comment se forme cet espace du débat institué en espace public. Tandis que la communication intersubjective repose sur l’identification spéculaire des sujets qui y prennent part et que la communication médiatée repose sur la médiation entre les énonciateurs et les destinateurs qui leur donnent leur statut, la communication délibérative repose sur l’intervention de sujets singuliers constituant leur discours, par leur énonciation même, comme formes politiques. En d’autres termes, par la simple énonciation de discours et de propositions de nature à orienter les décisions à prendre ou à anticiper sur elles, la communication délibérative institue des acteurs politiques, elle constitue la médiation qui fait des sujets de la communication et de la sociabilité des acteurs engagés dans le processus délibératif de la décision. C’est la situation d’énonciation, dans un espace institutionnel, et l’enjeu de la communication, une décision à prendre, qui définissent la dimension politique du discours singulièrement assumé par l’orateur. Celui-ci assume son identité en articulant l’une à l’autre sa représentation de l’espace de la communication dans lequel s’inscrit sa parole et sa représentation des transformations de la sociabilité promises ou annoncées dans la décision à prendre. L’espace du débat se trouve, ainsi, défini à la fois par une consistance institutionnelle – la décision à prendre, en ce qu’elle constitue une évolution des formes et des structures de la sociabilité partagée – et par des engagements singuliers – toute délibération consistant dans l’appropriation de la décision à prendre (ou à refuser) par les sujets singuliers de la communication et de l’échange symbolique. Le débat se définit comme un espace de communication antagoniste : dans l’espace du débat, les sujets de la communication et leurs discours s’inscrivent dans des logiques antagonistes d’énonciation. Il s’agit d’opposition et d’adversité, et non de partenariat. En effet, la situation de communication dans le processus de la délibération consiste dans la confrontation des acteurs politiques qui échangent les positions et les choix qui sont les leurs au cours d’échanges qui les amènent à comparer entre eux les différents choix possibles et à définir les enjeux de l’opposition et du débat. La délibération consiste, finalement, dans la mise en œuvre d’un antagonisme symbolique entre les partenaires du débat, dont l’identité se fonde, justement, dans l’opposition à celle de leurs interlocuteurs. Cet antagonisme définit symboliquement les lieux, les formes et les dynamiques d’un espace de confrontation : il institue l’espace du débat comme un espace dans lequel les relations entre les partenaires de la communication ne se situent pas les uns par rapport aux autres comme dans un miroir, mais, au contraire, définissent la consistance de leur relation comme une opposition. Dans le débat public, les partenaires de la communication sont appelés en opposition symbolique les uns aux autres dans une dynamique de confrontation. L’espace symbolique de la confrontation et du débat se forme, dès lors, comme un espace dans lequel les identités politiques des acteurs en présence se manifestent par des oppositions, dans une dynamique générale d’adversité et d’antagonisme : dans une dialectique instituant les identités symboliques que la base de la différenciation. L’espace de la délibération et du débat public n’est pas un espace dans lequel les partenaires de la communication se reconnaissent et s’instituent dans une spécularité généralisée, à l’issue d’une dynamique générale d’identification, mais se fondent, au contraire, les uns par rapport aux autres, en assumant des dynamiques d’opposition et de confrontation. La géographie de l’espace du débat n’est pas une géographie spéculaire, mais, au contraire, une géographie de la différence, qui fait apparaître, dans toute leur singularité, les identités politiques dont se soutiennent les acteurs du débat. Dans la situation du débat des Nations Unies sur l’éventualité d’une intervention en Irak, ce qui apparaît, finalement, ce sont les logiques d’antagonisme entre l’identité des États-Unis, telle qu’elle peut s’exprimer dans le discours de leurs représentants, mais aussi de leurs alliés, et une autre identité, celle qui s’exprime, par exemple, au nom de la France. Le débat public s’institue dès lors que l’espace de la communication s’institue, ainsi, en espace de la confrontation et de l’opposition.

IV. L’INSTITUTION SYMBOLIQUE DES ACTEURS DE LA DÉLIBÉRATION

7Dans ces conditions, les acteurs de la délibération sont institués par une relation institutionnelle qui leur assigne un statut et une identité ; les acteurs de l’espace public dans lequel a lieu la délibération sont institués : ils ne naissent pas, leur existence ne résulte pas d’un processus naturel ni d’une logique de causalité, leur présence dans l’espace de la sociabilité, ou, pour être plus précis, leur co-présence, leur présence les uns aux autres dans l’espace public, résulte d’un fait institutionnel relevant d’une logique politique, c’est-à-dire d’une logique de pouvoirs. Les acteurs qui vont prendre part à la délibération ont des places et des identités dont la signification relève de la mise en œuvre des logiques institutionnelles qui font de la médiation politique une affaire à la fois symbolique et historique : une affaire qui relève d’une interprétation (il y a du discours, il y a de la représentation, il y a des mises en scène) et qui s’inscrit dans un devenir politique et social (l’usage de l’espace public de la délibération s’inscrit dans la mémoire collective et dans l’histoire de la sociabilité). Dans cette forme historique et politique d’intelligibilité et de signification, la délibération représente un espace et un temps de communication qui définit le rôle des acteurs qui y sont impliqués, en articulant la relation de chacun avec les autres acteurs du débat, qui constitue comme une scène, les enjeux impliqués pour chacun d’entre eux par le débat et la décision, et les formes symboliques mises en œuvre (formes du discours, modalités de l’énonciation). C’est, d’ailleurs, parce que s’y mettent en œuvre des faits de communication et des relations symboliques que la délibération relève des médias et des formes institutionnelles et politiques de la communication. La délibération politique est une affaire de langage, il s’y met en œuvre des codes, des systèmes de représentation et d’information, des pratiques de langage et de signification, des rituels et des manifestations symboliques d’appartenance et d’identité. La délibération constitue, en ce sens, l’assise symbolique de la décision, qui en constitue les acteurs et qui fait d’elle un moment politique. La décision représente l’événement dans lequel les acteurs, symboliquement institués, de la délibération deviennent des acteurs réels en passant à l’acte : en inscrivant les représentations qui se sont échangées lors de la délibération dans des pratiques effectives, dans des actes conçus, eux, pour avoir une effectivité – dans un second temps, lorsque sera justement achevée la délibération. Mais l’institution symbolique des acteurs de la délibération ne se produit pas par la médiation de l’identification spéculaire : du miroir ; ce n’est pas par identification symbolique des uns aux autres que s’instituent les acteurs de la délibération, mais, au contraire, par différenciation les uns des autres : par la mise en évidence de la singularité propre de leurs stratégies et de leurs fonctions institutionnelles, en faisant apparaître, dans le procès délibératif, la singularité et la spécificité de leurs points de vue, de leurs critères, de leurs modes d’analyse et d’intelligibilité de la situation et des enjeux de la décision. À la différence de celle des sujets singuliers de la communication intersubjective qui se fonde sur l’identification symbolique à l’autre, l’identité des acteurs de l’espace public se fonde sur leur différenciation et leur antagonisme : l’espace du débat public, dans ces conditions, se définit comme un espace public de confrontation des antagonismes constitutifs des identités politiques. Le débat public est un espace symbolique dans lequel les identités des acteurs en présence les uns des autres ne sont pas institués sur la base d’une identité partagée, mais, au contraire, sur la base de la différenciation symbolique des logiques et des dynamiques de pouvoir et d’action qui les distinguent les uns des autres. C’est ainsi que, toujours dans le débat public relatif à l’intervention en Irak, la situation institutionnelle du débat et de la confrontation consiste, pour les acteurs en présence, à se différencier les uns des autres, en opposant leurs analyses et les enjeux dont ils se soutiennent, et en mettant en œuvre des processus de légitimation distinctes de leurs stratégies et de leurs positions politiques respectives. Finalement, c’est sur le processus de construction de leur légitimité que se différencient, fondamentalement, les discours, par exemple, des États-Unis et de la France, les premiers fondant, finalement, sans doute, leur stratégie et leur légitimité sur l’antériorité de leur conflit avec l’Irak, mais aussi d’une culture politique de distanciation avec les institutions internationales, et les seconds se soutenant, au contraire, de la revendication de la légitimité d’un tiers politique, en l’occurrence les institutions internationales de la médiation et de la négociation.

V. L’ENJEU DE LA DÉLIBÉRATION ET SA REPRÉSENTATION

8C’est l’enjeu de la délibération qui figure la consistance réelle de la décision, et qui, par conséquent, fait de la délibération une pratique politique engageant pleinement eux qui y participent. Ce que l’on appelle ici l’enjeu de la délibération, c’est l’ensemble des transformations de la situation réelle qui sont entraînées par la décision à venir. L’enjeu de la délibération, c’est ce que les acteurs sociaux en présence ont à gagner ou à perdre au cours de la délibération dans laquelle ils sont engagés. En ce sens, l’enjeu de la délibération peut être défini comme l’anticipation de la décision, puisqu’il s’agit de l’anticipation de la situation nouvelle créée par la décision consécutive à la délibération. Il s’agit de la situation réelle supposée découler de la décision prise, qui fait l’objet d’une représentation présupposée dans leur énonciation par chacun des acteurs de la délibération, et qui évolue, qui se transforme au cours de la délibération. Ce cycle de transformations de l’enjeu de la décision peut être défini comme la temporalité de la délibération : les déplacements et les transformations de l’enjeu de la décision constituent un processus qui peut se suivre dans un temps linéaire et qui figure une chronologie institutionnelle de la décision. Dans la situation du débat dans l’espace public diplomatique sur la crise irakienne, l’enjeu de la délibération est double ; il s’agit d’une double situation réelle. D’une part, il s’agit du conflit réel censé pouvoir se produire entre l’Irak et les pays partenaires au débat. D’autre part, il s’agit de la réalité de l’influence, de l’autorité ou du pouvoir des États-Unis sur les autres pays de l’espace public international. En ce sens, l’enjeu de la délibération concerne à la fois le réel d’une situation et le réel d’un pouvoir : le réel de l’affrontement des forces et des puissances en présence dans l’antagonisme avec l’Irak, et le réel de la situation des États-Unis dans le monde et des alliances qui fondent leur puissance. La temporalité du débat sur la situation irakienne recouvre, de fait, le cycle de l’évolution des rapports de force et des rapports de pouvoir constitutifs des dynamiques institutionnelles de l’espace public international. Par son inscription dans le temps des acteurs de la situation institutionnelle, l’enjeu de la délibération définit, ainsi, par le déroulement des événements qui le scandent et par la succession des évolutions qui le caractérisent, la temporalité du débat public – en l’occurrence, dans l’exemple de la situation irakienne, l’évolution des alliances, des jeux d’intérêts et des logiques nationales qui interviennent dans l’agora.

VI. RHÉTORIQUE ET ARGUMENTATION DANS LA DÉLIBÉRATION

9Dans la mesure où le débat public fait apparaître la dimension réelle des acteurs en présence, et dans la mesure, par conséquent, où le discours et les pratiques symboliques mises en œuvre sont étroitement articulées à des pratiques effectives de pouvoir et à des décisions réelles dans l’espace public, l’argumentation et les formes symboliques mises en œuvre dans le débat délibératif ont une dimension rhétorique. Il ne s’agit pas seulement de paroles et de discours énoncés à des fins de représentation, mais bien de dynamiques rhétoriques, appelées à avoir un effet sur l’auditoire – dans la mesure où il s’agit de parvenir à une décision, c’est-à-dire à un exercice effectif du pouvoir dont sont investis les auditeurs de l’argumentation. Mais l’argumentation de délibération et de décision ne met pas seulement en œuvre une rhétorique de persuasion qui engage les interlocuteurs à prendre une décision, mais aussi une rhétorique d’adhésion, qui fait assumer symboliquement sa décision par celui qui l’a prise. En effet, il ne s’agit pas seulement de produire un effet sur la décision de l’interlocuteur ou du destinataire : il s’agit de le faire adhérer à une position. Dans la mesure où il s’agit d’une rhétorique engagée dans un débat public, il s’agit de faire en sorte que les destinataires du discours ne soient pas seulement amenés à prendre une décision, mais soient aussi amenés à intervenir, à leur tour, dans le débat, et à se faire les soutiens symboliques de la position énoncée. La complexité de la délibération tient à l’articulation de ces deux formes de rhétoriques qui n’engagent pas les mêmes arguments, celle de la persuasion et celle de l’adhésion. Tandis que les arguments de persuasion reposent sur la présupposition de l’identification de l’interlocuteur, et sur la mise en œuvre, de sa part, d’une stratégie d’action, les arguments d’adhésion visent à faire assumer une identité politique nouvelle à l’interlocuteur, à l’issue du débat public : il s’agit, en fait, d’une argumentation destinée à changer son identité institutionnelle. C’est toute la complexité de la rhétorique d’adhésion, qui la distingue de la rhétorique de persuasion. La rhétorique d’adhésion est l’ensemble des formes symboliques par lesquelles les orateurs de la délibération peuvent adhérer aux opinions exprimées, qui deviennent des arguments de décision. La rhétorique, ainsi, est une médiation symbolique instituant l’identité des acteurs de la délibération : la rhétorique d’adhésion consiste, en fin de compte, dans une dynamique de nature à transformer l’identité institutionnelle du destinataire de l’argumentation, c’est-à-dire à le convaincre de changer de stratégie et de dynamique d’engagement. La rhétorique de persuasion consiste, dans le débat public, à suggérer une position hic et nunc à l’interlocuteur, et la rhétorique d’adhésion consiste à lui suggérer d’adopter une nouvelle identité politique. La rhétorique de persuasion a consisté, dans le débat public, à convaincre une majorité des membres du Conseil de sécurité à voter la résolution retardant le déclenchement de la force contre l’Irak, mais la rhétorique d’adhésion aurait consiste à les convaincre de se faire les porte-parole de cette résolution, en adhérant au groupe institutionnel de fait porteur de cette proposition.

VII. LA CENSURE DANS LA DÉLIBÉRATION

10Comme toute situation de communication, la délibération comporte des non-dits, qui représentent, en quelque sorte, la trace du réel dans la situation symbolique ; la communication est limitée par une censure, qui porte sur trois types d’informations. Il s’agit, d’abord, des informations supposées faire obstacle à la décision en cours, que ces obstacles viennent des autres partenaires de la communication (et, dans ce cas, la censure consiste à ne pas les dire) ou qu’ils viennent du décideur lui-même (et, dans ce cas, la censure consiste à les rejeter dans l’inconscient). La censure, dans la délibération, consiste, ainsi, à ne pas laisser des informations faire obstacle au déroulement de la délibération. La censure consiste, en fait, à garantir que tous les partenaires du débat public disposent des mêmes informations, à garantir qu’il n’y ait pas d’espace secret de communication parallèle à l’espace public. Il s’agit, ensuite, des lois et des nonnes qui s’opposent à la décision, voire à la délibération même ; la censure fait apparaître, dans ce cas, des antagonismes entre la décision en cours et la situation institutionnelle dans laquelle a lieu la délibération. Toute décision publique s’inscrit dans une logique institutionnelle, et, à ce titre, se trouvent soumise à des lois et à des usages symboliques et institutionnels. Dans ces conditions, la délibération est bornée par le respect de ces lois et de ces normes, qui constituent la garantie que tous les partenaires du débat public disposent d’une identité de culture et de savoir. Il s’agit, enfin, des obstacles liés à la situation sociale et politique de la communication et de la décision, et dans ce cas, la censure consiste à intégrer les éléments d’information comme des formes d’inhibition institutionnelle de la décision. L’inhibition institutionnelle de la décision consiste, pour ceux qui participent à la délibération, à ne pas utiliser comme arguments ou comme éléments de choix des éléments d’information dont ils sont censés ne pas disposer dans la mise en œuvre de leur pouvoir délibératif. Cette censure consiste, en particulier, à assurer que tous les participants à la délibération publique, disposant des mêmes informations, ou s’interdisant d’utiliser des informations dont les autres ne disposent pas, s’identifient symboliquement les uns aux autres, acquérant une identité politique commune.

VIII. LES MÉDIAS DANS LA DÉLIBÉRATION ET DANS LA DÉCISION

11C’est dire l’importance de la communication dans la mise en œuvre d’une identité symbolique commune à tous les acteurs de l’espace du débat public, et l’importance de l’information dans la formation d’une culture et d’une compétence politique et symbolique commune à tous les partenaires du débat. Le rôle des médias et des acteurs de l’information est donc considérable dans les formes contemporaines de la délibération et de la décision. D’une part, les médias rendent possible l’adhésion du public à la décision, en la soumettant au débat collectif dans l’espace public. Ils représentent, en ce sens, une forme d’extension institutionnelle de l’espace de la délibération. Les médias, en rendant compte des débats au Conseil de sécurité, garantissent, ainsi, que les acteurs directs du débat public sont représentatifs d’opinions publiques et d’identités conscientes, informées et porteuses d’arguments. D’autre part, les médias assurent la légitimité de la décision et des acteurs qui l’ont prise en rendant publics les critères et les arguments dont elle se soutient. La légitimité de la décision démocratique se fonde, en effet, sur le partage des informations par tous les acteurs de l’espace public, ce qui permet au dèmos, au peuple, d’assumer pleinement le kratos, le pouvoir, qui le fonde comme acteur politique collectif. Enfin, les médias assurent l’inscription de la délibération et de la décision dans la mémoire collective et dans la culture politique. Les médias, en inscrivant le débat et la décision dans la culture politique propre à l’espace de citoyenneté concerné, assurent, de cette manière, que le débat et la décision appartiennent à la mémoire collective, et, par conséquent, à la culture politique constitutive de l’identité représentée.

Notes

1 C’est en février 2003 que ces lignes sont écrites, à la demande des organisateurs du colloque de Tours sur le débat public. Nul ne peut prévoir, aujourd’hui, quelle situation prévaudra en Irak au 31 mars 2003, date limite de remise de nos textes, ni, a fortiori, lors des journées de mai. Cela n’enlève rien, me semble-t-il, à la pertinence de l’exemple invoqué. Il conviendra, cependant, de procéder aux ajustements nécessaires.

Auteur

Professeur ès Lettres et sciences humaines - IEP, Lyon

© Presses universitaires François-Rabelais, 2004

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540