Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

La situation délibérative dans le débat public

 | 
Bernard Castagna
, 
Sylvain Gallais
, 
Pascal Ricaud
, 
et al.

Volume 1

Ouverture du colloque

Conférence débat « Le débat public comme principe de démocratie »

Claudine Ducol

Texte intégral

  • 1 Le professeur Luskin décrit ainsi le sondage délibératif : « Un sondage délibératif commence comme (...)
  • 2 INRETS (Institut national de recherche sur les transports et leur sécurité)

1Le colloque du Centre d’étude du débat public s’est ouvert le mercredi 14 mai 2003 après-midi par une conférence publique à l’Hôtel de Ville de Tours introduite par Robert C. Luskin, professeur de science politique à l’université du Texas à Austin (USA) sur le thème du « débat public comme principe de démocratie ». Rappelons que Robert C. Luskin est l’inventeur, avec son collègue James S. Fishkin d’une technique de consultation des citoyens, le sondage délibératif1. Une table ronde animée par Jean-François Têtu, professeur en sciences de l’information et de la communication à l’université de Lyon II, directeur de l’équipe de recherche « Médias et identités » et réunissant Jean-Michel Foumiau, directeur de recherches à l’INRETS2, Annie Guédez, professeur de sociologie à l’université de Poitiers, Michel Hasting professeur de science politique à l’IEP de Lille, Peter Kemp, professeur à l’université de Copenhague et responsable du département de philosophie, Jean Mouchon, professeur en sciences de l’information et de la communication à l’université Paris X a suivi cette communication.

2Auparavant les congressistes avaient été accueillis et salués par Jean Germain, maire de Tours, Michel Lussault, président de l’université François-Rabelais et Serge Thibault, directeur de la MSH Villes et Territoires.

3Notant le décalage « entre le rythme lent des institutions et le rythme rapide de l’opinion » le maire de Tours s’est félicité que des dispositifs délibératifs puissent permettre l’expression « de la diversité de la société ». Deux écueils sont pour lui à éviter afin que la démocratie perdure : une trop forte institutionnalisation du débat et un affaiblissement du processus de décision. Le Président de l’université, très sensible à la dimension internationale de ce colloque qui témoigne de la capacité des universités de taille moyenne à avoir « une politique scientifique volontaire » a pour sa part estimé que « les systèmes délibératifs nous poussent à tenter de comprendre comment nous pouvons agir sans nécessairement être d’accord, comment nous pouvons, au contraire, trouver les conditions d’un désaccord vivable ». Il a invité à la réflexion sur ce problème scientifique mais aussi politique qu’est le maintien dans la société actuelle « des inégalités les plus radicales dans la distribution de la capacité à parler, à s’exprimer ». Le directeur de la MSH a pour sa part retracé, dans le domaine qui est le sien, l’urbanisme, le chemin parcouru qui, des sciences de la conception et de la décision mène aujourd’hui au management du débat public.

4Centrant son propos sur « la délibération et ses effets », le professeur Robert C. Luskin a d’emblée souligné dans son exposé liminaire qu’au lieu de parler de « démocratie délibérative » il valait mieux considérer la démocratie et la délibération comme des variables reliées mais distinctes. Quelle valeur accorder à la délibération ? « On peut imaginer » a-t-il souligné, « que les buts de la démocratie sont mieux servis quand il y a plus de délibération ». Encore faut-il le prouver. Pour lui, le mot « délibération » réfère à une discussion attentive, civile, équilibrée, ouverte. Les formes du débat ont un sens. Il ne s’agit pas de s’entendre entre gens du même monde sur des sujets qui fâchent peu. Dans le processus délibératif, il y a d’abord de l’information et de l’argumentation. Quels sont les effets de ce type de délibération sur les participants dans le domaine politique par exemple ? Le professeur Luskin est affirmatif : « La délibération augmente l’engagement politique et établit mieux les connections entre le vote et la préférence politique, l’intérêt et les valeurs. Autrement dit, la délibération rend les citoyens plus rationnels ». Jean-François Têtu et Annie Guédez ont alors amorcé le débat en posant chacun quatre questions. Jean-François Têtu s’est ainsi interrogé : 1) Quelle est la part respective du débat et du conflit dans la construction de la démocratie ? 2) Quelle légitimité est accordée aux différentes formes de représentation et aux différents types de paroles dans le débat public ? 3) La rationalité est-elle unique ou plurielle ? 4) Quel rapport y-a-t-il entre le débat et la décision. Annie Guédez a formulé le questionnement suivant : 1) La délibération entendue comme discussion civile et équilibrée est-elle pour autant le moyen le plus sûr de servir la démocratie ? Ce présupposé est à discuter 2) Si le délibératif rend le citoyen plus rationnel, cela veut dire qu’il améliore une compétence. Mais les savoirs sont hétérogènes, multiples. Ils obéissent à des rationalités différentes. Le processus délibératif en tient-il compte ? Et si oui, comment ? 3) Pour entrer dans un processus délibératif, il faut être convaincu de sa propre légitimité, disposer d’une compétence argumentative, maîtriser un processus de communication. Or ces compétences sont inégalement distribuées. Dans les expériences conduites, quels sont les agents sociaux qui refusent de rentrer dans le dispositif ? Pourquoi refusent-ils et quel est leur rapport à la prise de parole en public ? 4) Les formes du délibératif ne dépendent-elles pas aussi du contexte culturel et politique ? La tradition anglo-saxonne réfère au primat de l’ordre et de la quête d’un consensus négocié. La tradition française se nourrit de formes d’expression plus exacerbées et plus radicales. Ces manières là de faire, moins civiles ou policées, ne sont elles pas tout autant un moyen légitime de co-construire la décision et donc à terme de servir au mieux « les buts de la démocratie » ?

5En réponse, le professeur Luskin a contesté l’interprétation selon laquelle le sondage délibératif viserait un consensus. Les différents sondages réalisés montrent que dans la moitié des cas il y a consensus, dans l’autre non. Pour lui, la rationalité c’est un processus d’adoption d’opinions et de préférences cohérentes prises en connaissance de cause. Les expériences montrent que dans un sondage délibératif ceux qui changent le plus leurs opinions sont ceux qui ont appris le plus tout au long du processus. Enfin troisième constatation, il y a peu de différences sociales entre ceux qui participent à un sondage délibératif et ceux qui ne le font pas. Les gens qui viennent sont juste un peu plus vieux, un peu plus éduqués, un peu plus intéressés que la moyenne.

6Ce changement d’avis constaté parmi les participants à la discussion est-il simplement le fruit du processus délibératif lui-même ? N’y-a-t-il pas aussi des causes plus extérieures comme par exemple, ainsi que l’a rappellé Jean-François Têtu, la soumission involontaire à un habitus de classe ? Ne peut-on déceler à l’œuvre là aussi, un phénomène bien connu, qualifié par Elisabeth Noelle-Neumann de « spirale du silence », et qui conduit un individu à renoncer à son propre jugement par peur de l’isolement ?

7La nature des changements constatés interroge aussi Michel Hastings. Le citoyen n’est-il pas placé en situation de prouver qu’il est « améliorable » ? N’est-il pas conduit à brider d’autres formes d’expression plus instinctives, plus superficielles, plus irrationnelles ? N’y a-t-il pas dans le système délibératif une normalisation, un logique d’évitement d’autres lieux de parole ?

8Jean-Michel Fourniau pour sa part s’est interrogé sur le dispositif du sondage délibératif. Cette liste d’arguments pour ou contre fournie aux participants lui pose question quand « il s’agit de comprendre l’ensemble des dimensions d’un problème ». À l’appui Jean-François Têtu a alors apporté l’éclairage suivant en se référant à l’historien grec Thucydide. Dans son Histoire de la guerre du Péloponnèse, ce dernier épuise tous les arguments des belligérants pour montrer ensuite que la décision prise échappe à cette rationalité et qu’elle procède plutôt d’une volonté de puissance laquelle est, à ses yeux, la force motrice du monde. Pour Jean Mouchon, il ne faut pas oublier dans ce débat sur la « rationalité » et les compétences des citoyens l’emprise de la télévision sur le débat public. Elle pose sous un jour nouveau le problème de la difficile régulation de l’échange démocratique. En tout état de cause il apparaît fondamental de créer les conditions du dépassement d’un mode de relation fondé traditionnellement sur la parole d’imposition et sur une écoute insuffisante.

9Uli Windish, professeur de sociologie à l’université de Genève, apporta ensuite l’éclairage suisse, pays où « la votation » est pratique courante. Pour lui, il faut faire confiance aux citoyens ordinaires dont l’image dominante véhiculée est quelque peu « appauvrie et caricaturale ». Depuis plusieurs années des études ont montré que ceux-ci disposent des moyens d’information et ont les ressources nécessaires pour se prononcer en connaissance de cause même sur des questions compliquées, souvent conflictuelles et passionnelles. Par ailleurs, dans nos sociétés démythifiées, plus autonomes, il faut s’habituer à penser le moment de la décision et le moment de la discussion comme des processus permanents, non statiques. L’important pour lui, ce n’est pas d’éduquer le citoyen mais au contraire « d’approcher la manière dont il perçoit réellement les problèmes ». Démarche qui suppose d’avoir une conception beaucoup plus large de la politique, de revenir à son sens premier d’organisation de la vie de la cité, et de s’interroger non pas sur la rationalité supposée des uns et des autres mais tous comptes faits sur ce qu’on appelle le bon sens.

10Les questions essentielles d’emblée posées là ont alimenté les jours suivants les problématiques et les réflexions des intervenants et des participants au colloque du CEDP.

Notes

1 Le professeur Luskin décrit ainsi le sondage délibératif : « Un sondage délibératif commence comme un sondage ordinaire, basé sur un échantillon tiré au hasard. Tous les répondants sont invités à assister à un week-end délibératif dans un seul endroit. Auparavant, ils auront reçu une brochure exposant systématiquement des arguments soigneusement équilibrés pour ou contre les propositions principales soumises à la discussion publique. Pendant le week-end. les participants discutent en petits groupes, sont confrontés à des experts ou des décideurs en séance plénière. À la fin les participants répondent au même questionnaire que celui qui leur a été soumis à leur arrivée. »

2 INRETS (Institut national de recherche sur les transports et leur sécurité)

Auteur

Maître de Conférences - CEDP, Université de Tours

© Presses universitaires François-Rabelais, 2004

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540