Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

L’information dans les organisations : dynamique et complexité

 | 
Christiane Volant

Session B. Connaissances, travail collaboratif et technologies d’information communication

Les TIC et la médiatisation des espaces de travail

Dominique Cotte

Résumé

La dimension spatiale, l’organisation des espaces de travail et de la circulation dans les entreprises est un élément essentiel du dispositif d’accès à l’information. Avec la convergence des applications de travail sur une même surface d’écran dans les intranets, les portails d’entreprise et les TIC en général, se pose la question d’une représentation symbolique de ces espaces et des implications sur les relations entre individu et organisation, entre structure de travail et flux d’information. De nouveaux phénomènes d’appropriation se font jour, qui passent par une intense activité de sémiotisation.

The way workplaces are structured and organised is an essential part of information systems. With the new IT systems such as intranets, enterprise portals, work applications converge on the same screen surface. This raises the question of a symbolic representation of these workspaces and how they influence relationships between organization and person, work structure and information flow. Some new phenomenon of appropriation appear, through an intense semiotic activity.

Texte intégral

INTRODUCTION

1Les recherches qui analysent les comportements humains au travail intègrent la dimension spatiale en général sous l’angle de l’ergonomie ou de l’organisation. Des études émergeant dans le champ de la « cognition située » (Conein, Jacopin, 2004) ont tracé une première relation entre espaces de travail et économie cognitive en intégrant l’espace d’évolution du sujet comme un des éléments de la « situation ». Plus particulièrement, concernant l’information, différents travaux (Lalhou, Fischler, 1996) ont proposé de prendre en compte l’organisation (ou l’inorganisation) matérielle des supports d’information et leur distribution dans l’espace, ou encore d’observer la sémiotisation des espaces de travail (Le Marec, 2003).

2Nous proposerons dans cette communication, de faire le pont avec les travaux qui s’intéressent, par ailleurs, à l’étude des « écrits d’écran » (Souchier, Jeanneret, 1999), à une approche croisée sémio-socio-technologique (Le Marec, 2003), ou à une analyse des icônes du texte d’écran ou « textiel » (Després-Lonnet, 2004) pour proposer une analyse de la représentation de l’espace de travail dans les interfaces des intranets ou des portails. En effet, la prégnance des outils dits de « travail collaboratif » et plus généralement des TIC dans une mise en relation « virtuelle » d’individus ayant à travailler ensemble, suppose d’organiser leurs rencontres et leurs déplacements dans des « espaces » métaphorisés. À bien des égards, ces espaces fonctionnent comme des médias (Cotte, 2005) au sens où ils sont construits selon une logique communicationnelle dans laquelle les questions d’énonciation éditoriale (Souchier, 1996), d’autorité, de prise de parole et d’équilibre entre les émetteurs prennent une importance considérable. La dimension organisationnelle de ces outils a par ailleurs été récemment étudiée auprès des chercheurs comme Maryse Carmes (Carmes, 2002) ou Jean-Luc Bouillon (Bouillon, 2004).

3Assimiler ces dispositifs à des médias signifie également prendre en compte la manière dont un média structure et hiérarchise et comment il utilise pour cela des dispositifs d’écriture spécifiques. Ces systèmes d’écriture soulignent, par la disposition dans le volume du corpus (journal, magazine, livre), la mise en page et les artifices typographiques, l’importance relative de tel ou tel sujet ou information. Les espaces de travail que l’on rencontre dans les intranets d’entreprise ou les portails se trouvent donc confrontés doublement à une logique de médiatisation. Premièrement, ils transforment des actes de travail, des écrits opérationnels en documents, mais dans une logique où l’espace doit être représenté de manière métaphorique ; deuxièmement, ils doivent organiser cette matière foisonnante et empruntent d’une part aux médias leur logique de structuration de l’information, et d’autre part aux systèmes documentaires, leur méta-représentation des médias, à travers l’utilisation de plans de classement, métadonnées, moteurs de recherche…

ESPACE, ORGANISATION, REPRÉSENTATION MÉDIATIQUE

4Une histoire de l’architecture des espaces de travail, de l’usine du 19e siècle au bureau contemporain dépasserait largement le cadre de cette communication, mais il y a là un point de départ qui s’impose d’autant plus que les métaphores utilisées dans les dispositifs informatisés au travail empruntent toutes au vocabulaire (et à l’iconographie) de l’organisation spatiale : portail pour pénétrer dans une application, maison ou home pour la page d’accueil d’un site, bureau pour l’espace de travail sur l’écran, pièces ou espaces de travail dans lesquels on ne pénètre qu’après s’être identifié de la même façon qu’on « badge » pour accéder à tel couloir, emprunter tel ascenseur dans la vie réelle.

5Dans un article déjà ancien mais qui constitue un cadre de réflexion tout à fait actuel, JoAnne Yates (Yates, 1982) analyse l’apparition des meubles à tiroir de stockage vertical aux États-Unis vers 1920 comme une véritable révolution dans le travail de bureau. Dû essentiellement à une première explosion documentaire que Yates attribue, dans une optique Chandlérienne à l’accroissement quantitatif des organisations à la fin du 19e et au début du 20e siècle, cette invention a pour but de retrouver rapidement les principales informations sur un client ou une tâche, et donc de classifier l’information. On a là l’idée que la pile est par vocation le mode de classement répondant à une logique chronologique, tandis que le dossier suspendu ou le tiroir de classement offrent une vue synthétique de l’information par le rapprochement physique de différentes pièces constituant un dossier. Nous en retirerons essentiellement, faute de temps pour développer, que l’espace physique est une structure essentielle dans l’appréhension de l’information et que dans le cadre de la représentation informatisée de cet espace, il sera nécessaire de sémiotiser cet espace, souvent en le métaphorisant.

Fig. 1. Illustration de la création de pages personnalisées, proposée par Oracle ASPortal ® dans une démonstration animée sur son site web. D’un point de vue sémiotique, nous notons ici la symbolique des bâtiments en arrière-plan, les carrés visibles à l’écran valant pour autant de « portes d’entrée » vers ces espaces symboliques.

6Ainsi, en-deçà de l’organisation monumentale, des bâtiments eux-mêmes avec leurs espaces d’archives, de travail, d’usinage, leurs salles de réunions, leurs espaces sociaux et de convivialité (cantine, salle de repos…), l’organisation de l’espace se fait également à travers des objets, comme les meubles de rangement (étagères, armoires, tiroirs), mais aussi les fournitures de bureau : bannettes, corbeille, dossiers, élastiques, trombones, agrafes, bref tout ce qui sert à trier, rassembler, regrouper, éliminer. On note d’ailleurs que, à partir de l’apparition des interfaces graphiques des logiciels à la fin des années 1980, tout cet appareillage, stylisé, métaphorisé, iconifié se retrouve présent à l’écran. Il est effectivement important de pouvoir donner une représentation concrète à des commandes informatiques difficiles à illustrer en tant que telles autrement que par des métaphores pas toujours justement choisies (Cotte, Despres-Lonnet, 2003 ; Despres-Lonnet, 2004).

7Ceci fait dire à Fogel et Patino (Fogel, Patino, 2005) qu’un journal informatisé doit être offert au lecteur lesté d’une panoplie d’outils qui reproduit à l’écran une partie de l’outillage manuel qui caractérise d’habitude une lecture active, professionnelle ou savante.

8« Un site d’information est, au seul plan du texte, dans la situation d’un quotidien tenu d’ajouter aux photos et articles de ses pages, les lunettes du lecteur, les ciseaux, la photocopieuse, les dossiers de coupures, les archives, les enveloppes pour envoyer des copies d’articles à des proches et même l’éponge pour mouiller le doigt qui tourne les pages. (…) Ce n’est pas une page, c’est une panoplie que reçoivent les internautes, et pour le moment, l’opérationnel prend sans cesse le pas sur l’esthétique. » (p. 116).

9Or, cette expérience vécue par les médias (au sens classique des médias de masse), dans leur passage à un environnement informatisé, se retrouve de façon presque symétrique dans l’évolution des outils mis à disposition des salariés dans les organisations. On y trouve les mêmes effets de métamorphose et de déplacements.

10En effet, l’usage récent des TIC, notamment depuis le web, dans les organisations et les entreprises a ceci de particulier qu’il induit une très forte porosité entre « l’intra » et « l’extra », le cercle de l’organisation et son environnement extérieur, au point que la représentation dominante est devenue celle de « l’entreprise étendue », qui dépasse la simple enceinte physique du lieu de travail. Du point de vue de la communication, cela signifie une situation inédite où les mêmes outils, et à peu de chose près les mêmes interfaces et les mêmes pratiques s’exercent aussi bien dans l’environnement professionnel que dans l’environnement individuel ou sociétal. Entre un cadre qui consulte de chez lui l’intranet de son entreprise, un particulier qui surfe sur des portails thématiques, un client qui réserve un titre de transport ou achète un bien par internet sur des systèmes sécurisés, il y a une même économie cognitive, une même sujétion à l’outil, une même difficulté à assimiler la relation à l’espace et au temps dans un univers qui est largement simulé à l’écran. C’est pourquoi tout en prenant garde, évidemment, à prendre en compte les spécificités de terrain et la dimension socio-organisationnelle, la recherche sur les systèmes d’information des organisations peut s’appuyer sur des résultats qui prennent en compte la dimension liée à la construction médiatique de ces objets qui sont à la fois des outils de travail et des outils de communication. Ainsi, d’une sphère à l’autre, de la sphère de l’espace public médiatique à la sphère de l’espace privé organisationnel, circulent et se recyclent des formes, des structures, des objets, des icônes…. Si nous prenons par exemple l’idée de pouvoir isoler ou « réserver » au long de la pérégrination sur un site des objets dans un espaces donné, cette possibilité se traduit, sur les sites d’achat en ligne, par le « placement » fictif de ces objets dans un « panier » iconifié sous la forme stylisée d’un petit chariot de supermarché. Qu’il y ait icône ou pas, d’ailleurs, l’image du panier s’est imposée au point d’envahir toute sorte de sites comme par exemple ceux des bibliothèques, universitaires ou non. On réserve ses ouvrages dans un « panier » alors qu’on a rarement vu un étudiant ou un professeur se promener dans des rayons de bibliothèque avec un cabas à la main !... Cet exemple, qui relève de l’étude de la trivialité défendue par Yves Jeanneret (Jeanneret, 1999) montre qu’une logique de la contrainte technique, impose une architecture des contenus et des formes et des représentations qui transcendent leur univers d’origine. Le « bureau » virtuel du salarié se charge ainsi d’objets qui sont par ailleurs disponibles dans l’univers des TIC en général, qui contribue à les banaliser.

L’espace de travail médiatisé, entre surface et profondeur

11Sur le plan de la technologie, l’imbrication et l’évolution des modes de construction des médias informatisés aussi bien dans la sphère médiatique traditionnelle que dans la sphère des « médias au travail » induisent un degré de complexité dont l’analyse doit faire appel aux notions de profondeur et de volume, en opposition à l’espace plan de la consultation sur écran. Nous avons abordé cette question des strates (Cotte, 2004) pour exprimer la difficulté de représenter sur un espace plan des éléments d’information qui sont immergés dans les profondeurs des sites et des applications et qui, à ce titre, relèvent d’univers sémiotiques différents tous ramenés dans le moule d’une même interface. Ce qui était déjà vrai dans le cas des sites web classiques, construits à partir de liens entre des pages statiques construites sous une forme arborescente l’est encore plus avec les nouvelles générations d’outils. D’une part la production de sites dynamiques à partir de bases de données induit une instabilité de la représentation, qui peut se reconfigurer à la demande et selon l’instant, ce qui nuit à la perception commune d’une information partagée ; d’autre part, dans la logique des portails d’entreprise, l’utilisateur dispose, via un « client léger » (son navigateur Internet), d’accès à des applications spécifiques, comme des bases de données, ou des applications « métier ». L’idée du bureau virtuel ou de l’interface commune amène alors à consulter sur le même plan des brèves d’information, des écrits professionnels, les archives de l’entreprise, une interface de saisie d’informations structurées, les informations institutionnelles, un annuaire…

12Dans la notion même de portail est intégrée l’idée d’une spatialisation des relations de travail, avec une circulation depuis un niveau identifié comme un « accueil » à partir duquel se distribuent des circulations vers des « lieux » où l’individu trouvera soit des ressources informationnelles, soit des pairs/experts avec lesquels dialoguer ou travailler sur le modèle de ce qui se pratique volontiers dans les sites conviviaux sur le web.

13Dans la métaphore spatialisante du portail, l’individu a accès à un espace social, mais cet espace est hiérarchisé et, comme dans la vie réelle, il y a des portes qu’on est habilité à franchir, des couloirs qui sont interdits, d’autres auxquels on ne peut accéder qu’après avoir « badgé » ou laissé sa pièce d’identité à une hôtesse d’accueil. La métaphore de la clôture, de la serrure, est omniprésente, souvent représentée par des cadenas, qui autorisent ou non le fait de pénétrer dans un espace ou dans un autre.

14Mais d’autre part, à côté des espaces qui se structurent directement par une référence à un type d’information (accès à une base de données partagée, par exemple), le portail mime volontiers les espaces de socialisation modernes tels qu’on peut les rencontrer dans les sites grand public, en proposant des modules de type forum ou chat. Nous y voyons là un élément important dans l’étude de la circulation des formes signifiantes au sein de l’espace social et communicationnel, et notamment ici le chassé-croisé qui s’opère entre l’univers de l’individu au travail (les entreprises, les organisations), et les formes socialement reconnues dans le cadre encore récent des écrits d’écran. Le modèle du chat vaut moins ici par sa qualité technique de communication synchrone que par la segmentation qu’il implique, regroupant des individus, identifiés entre eux dans des « espaces collaboratifs » de même qu’il existe des « salons » sur Caramail ou des « groupes » sur Yahoo. La présence éventuelle de modules de forum ou de blogs illustre l’expression d’une parole libre, d’une possibilité de s’exprimer, dans un cadre qui peut être modéré ou non. L’idée est toujours que l’on pourra ainsi mobiliser la figure de l’expert en dehors des « lieux » naturels où celui-ci est censé s’exprimer : réunions, publications spécifiques, comités ad hoc.

15Un autre exemple d’emprunt à des sites médiatiques est la mise en place, sur certains portails d’entreprise, de modules de sondages en ligne, disponibles dans les applications logicielles. La firme Microsoft, en présentant son produit Windows sharepoint services, écrit notamment ceci : « des sondages peuvent être mis en place pour analyser l’avis des membres sur les sujets qui les concernent. » Nous avons affaire ici à la circulation de formes sémiotiques qui ont été validées dans d’autres environnements, par exemple les sites de presse, puis récupérées par des sites marchands comme les librairies en ligne, où le consommateur est appelé à voter pour un produit et susciter le désir d’achat d’autre internautes. Dans le cadre de l’entreprise, ce simulacre de démocratie directe, prend la forme d’un portlet ouvrant directement vers une application permettant la mise en ligne automatique des résultats sur le site. Aucune validité scientifique n’est ici requise, les notions de panel représentatif, de validation des résultats n’ont pas de sens, car ce qui importe c’est de représenter un idéal où le salarié dispose d’espaces d’expression, dans l’objectif de représenter l’entreprise comme un espace démocratique à la construction duquel les TIC peuvent concourir.

MARQUES SÉMIOTIQUES ET APPROPRIATION DE L’ESPACE DE TRAVAIL

16Au-delà des derniers aspects évoqués, qui restent cependant encore anecdotiques, on relève une oscillation permanente, une tension entre la représentation de l’espace collectif, qui doit faire l’objet d’un consensus, refléter une vision partagée de l’organisation, et la satisfaction des besoins individuels en termes de stockage, traitement, mémorisation de l’information. Or, ce que l’individu pouvait faire dans son ergotope, au moyen d’une organisation de son espace physique personnel, il est obligé de le reproduire, au moins en partie, dans des dispositifs qui fonctionnent comme des médias.

17Nous retrouvons là une problématique critique du passage du volume au plan : comment exprimer la hiérarchie, l’importance relative de telle ou telle information, telle ou telle rubrique, sur l’espace contraint de l’écran. Dans leur étude déjà citée, Fischler et Lalhou montrent l’importance de la distribution spatiale des documents dans l’espace du bureau, ce qu’ils appellent « l’ergotope ».

18« Tout se passe comme si les sujets cherchaient à assurer leur emprise cognitive en maximisant le contact sensoriel avec l’information à chaque instant. Il y a ainsi l’équivalence pour certains sujets entre, d’une part le niveau d’urgence ou d’importance et la proximité spatiale. Ce qui est important doit être à portée de main et/ou à portée de regard (…).

19Il faut donc conserver une proximité spatiale ou sensorielle avec les informations urgentes ou importantes : l’opposition proximal/distal correspond à une dimension temporelle, à l’opposition urgent/peut attendre. » (p. 18).

20C’est précisément cette proximité que s’essaient à reproduire les dispositifs basés sur les technologies dynamiques de la gestion de contenu ou propres aux portails. Il est prévu (souvent dans la partie droite de l’écran, ergonomiquement la plus apte à attirer l’œil et le geste du clic) d’offrir à l’intranaute un espace personnalisé, dans lequel il (ou la machine) pourra « classer » les éléments qu’il juge le plus important. L’emploi du pronom personnel est omniprésent : « Mes » documents, « Mes » outils, « Mes groupes ». Nous avons affaire là à un artifice sémiotique qui vise à concilier le point de vue global de l’organisation et le point de vue individuel du collaborateur.

Fig. 2. Configuration habituelle d’une application de portail d’entreprise, avec ses trois espaces distincts : « bureau personnalisé », espace de communication sociale et outil de structuration de l’information dans le site.

21Il est intéressant de constater que la répartition fictive des espaces à l’écran épouse souvent une hiérarchie qui a été pointée dans le troisième texte collectif signé Roger Pédauque (Pedauque, 2005) comme constitutive des nouveaux déplacements documentaires : la sphère du je/tu (privé), la sphère du nous (groupe, collectif), et la sphère du on (public). On retrouve dans nombre d’applications internes, cette répartition circulaire qui part de l’individu, s’élargit à un cercle proche qui peut-être le département ou le service, pour ensuite s’élargir au cercle de l’organisme tout entier. Ainsi, sous la forme d’onglets, ou de rubriques (les portlets dans les applications de portail), ces espaces se définissent par le « Moi » (mon espace de travail, mes mails, mon agenda, mes outils…), et deux niveaux de « nous » qui sont celui de la sphère de travail immédiate (qui pourrait se traduire dans l’espace physique par les collègues partageant le même bureau ou le même couloir), et celui de l’entreprise considérée comme un tout.

22Plusieurs remarques peuvent être faites à ce sujet :

  • premièrement, souligner un paradoxe : ces outils qui vantent et vendent le travail collaboratif, la transversalité, la communauté, éprouvent le besoin de replacer l’individu au centre de l’espace médiatique ainsi créé, processus d’individualisation qui rappelle assez bien les stratégies de personnalisation de son espace physique de travail relevées par Lahlou et Fischler (1996), ou Le Marec (2003) ;

  • deuxièmement, les autres cercles ne recouvrent pas les strates hiérarchiques telles qu’elles sont définies dans l’organigramme en râteau classique, souvent reproduits dans les sommaires des intranets à gauche de l’écran. On passera ici directement d’un espace collectif proche (le service, le département, voire la direction) à l’entité « entreprise » ou « organisation ». D’une part ceci rompt avec une logique d’emboîtement qui consacre l’entreprise « pyramidale » classique, d’autre part on s’éloigne progressivement d’un espace le plus tangible, à la mesure de l’individu, pour parvenir jusqu’à un espace symbolique, qui peut très bien dépasser la mesure d’un espace physique. L’entreprise, comme entité juridique peut être répartie sur plusieurs sites physiques, plusieurs régions, plusieurs pays. Les portails de multinationales ou d’entreprises comme La Poste ou France Telecom peuvent être mis au service plusieurs dizaines de milliers de salariés…

Fig. 3. Illustration de la personnalisation des « vues » proposées par Oracle ASPortal ®.

23Il y a donc un jeu sur un effet de proximité/distance, l’écran jouant le rôle d’un espace sémiotique pour la captation de relations spatiales qui sont, elles aussi, signifiantes, mais auxquelles doivent se substituer des représentations symboliques.

24Il s’agit en effet d’essayer de donner aux individus des instruments leur permettant de reproduire dans ces espaces dits « virtuels » des comportements pratiques de sémiotisation au moyen desquels ils saturent habituellement leur espace de travail concret. Joëlle Le Marec et Igor Babou (Le Marec, 2003) ont analysé ces pratiques de marquage d’un environnement au moyen de signes, de traces, d’objets, en observant le travail quotidien des bibliothécaires de l’École Normale Supérieure de Lyon. Ils repèrent les post-it, les documents posés à côté des claviers, les listes de consignes ou de corrections affichées au mur pour être vues par tous, comme autant d’éléments qui ne sont pas rajoutés au dispositif principal (l’application de gestion bibliothéconomique sur écran) comme des éléments connexes, mais qui font partie intégrante de ce dispositif.

25Les médias informatisés au travail accentuent un effet de mise en abîme, car, sans le moins du monde supprimer tout cet environnement hétéroclite que l’on garde à portée de main (ou d’œil), ils le reproduisent également partiellement à l’écran (ce peut être simplement la barre d’outils de la suite bureautique avec ses icônes, mais aussi des pictogrammes représentant de petits personnages pour signifier que telle personne est présente dans le groupe de travail, des outils d’annotation sur des documents partagés…). Ce qui était appréhension manuelle, physique de tâches et passait donc par une appropriation objective de la trace doit être ici métaphorisé, représenté au moyen d’icônes, de boutons ou de liens de commandes.

26À l’extrême, dans certains cas, comme le montre Richard Senett (Senett, 2003) à propos de la boulangerie industrielle aux États-Unis, c’est le produit même du travail qui se déréalise au point de n’être plus perçu que comme une représentation fictive, sur un écran.

27« Rares sont les boulangers qui voient réellement le pain qu’ils font. Leurs écrans de travail ressemblent à tous les écrans équipés du logiciel Windows. Sur l’un d’eux, il y a des icônes correspondant à plus de variétés de pain qu’on n’en a jamais cuit par le passé : des miches de pain russe, italien ou français, qu’une simple pression du doigt suffit à produire. Le pain n’est plus qu’une image sur un écran. » (p. 92).

28Par ailleurs, le fait de ramener à la surface d’un écran des informations ou des documents « puisés » dans les profondeurs du système (voir la figure 2 ci-dessous pour une illustration symbolique de cette perspective), au cœur desquels ils ont des statuts variables, mais que le mécanisme d’affichage ramène à une même unité, induit un phénomène d’écrasement sémiotique qui pose problème. Le portail ou l’intranet se trouve confronté à la même problématique de hiérarchisation de l’information que le site de presse ne disposant plus, sous forme numérique, des unités signifiantes de la page, du cahier, du volume (Cotte, 2005b). À travers cette problématique c’est toute la question de l’auctorialité et de la reconnaissance de nouvelles marques éditoriales qui est posée.

29Témoin cette inquiétude exprimée dans un groupe de projet dans le cadre de la création d’un portail sur les effets possibles d’une « remontée » d’éléments aussi hétérogènes : « sur l’intranet de communication, nous avons la main sur le rédactionnel et nous réécrivons les contenus ; mais que se passe-t-il lorsque le moteur donnera accès à des documents qui ne sont pas passés par ce circuit de validation ? ». Ce qui est posé ici, c’est toute la question de l’énonciation éditoriale (Souchier, 1996) et de la reconnaissance des signes qui valident les documents et les écrits.

Fig. 4. Illustration de la recherche dans des espaces de travail, proposée par Oracle ASPortal ®. Nous parlons des écrits « en strates » dans les dispositifs des écrits de réseau. Ici, le symbole de la loupe, pour le moteur de recherches, montre que l’on va ramener des documents depuis plusieurs espaces distincts.

  • 1 De la même manière, les batailles pour assurer la visibilité sur la page d’accueil d’un intranet ou (...)

30Il ne faudrait cependant pas trop vite souscrire, nonobstant la réalité des phénomènes décrits ci-dessus, à l’idée que, tel un trou noir, l’écran absorbe la totalité de la représentation de l’espace de travail. Si telle est la vision représentée dans les discours auto-légitimants des éditeurs commerciaux et des promoteurs de ces solutions au sein des organisations : webmestres, chefs de projets, responsables informatiques, responsables de communication, on observe malgré tout des stratégies d’évitement, de duplication, de reproduction d’espaces privés en marge de l’espace public qui est rarement totalement contrôlé par la structure. À moins de supposer un retour total vers l’informatique des années 1970, avec un réseau de terminaux distribués autour d’un serveur central, ces dispositifs souffrent de la contradiction entre la logique centralisatrice du réseau, et la logique distribuée de la bureautique des années 1980, renforcée récemment par la logique totalement ouverte du web. Ayant à sa disposition aussi bien son disque dur sur sa machine dans son bureau que des « espaces partagés », « dossiers mutualisés », « dossiers publics » sur les logiciels de partage ou les portails, l’individu choisit bien souvent ce qui lui est le plus commode et le plus inscrit dans ses « routines ». Ainsi le canal obligé du média, le mécanisme éditorial savamment mis au point à travers les dispositifs de publication et la gestion des droits et autorisations se heurte à des phénomènes d’appropriation individuelle. De ce point de vue, le média d’entreprise se trouve confronté à la même problématique que le média grand public dans un environnement informatisé. Si le journal ou le magazine papier se caractérise par un principe de clôture formaté par la disposition physique même de l’objet, le site web est toujours, par définition un objet ouvert. La problématique que rencontrent les éditeurs de presse est bien alors celle d’attirer un public, mais aussi de le garder le plus longtemps possible et, autant que faire se peut en organisant son cheminement pour une lecture ordonnée. Or, comme le soulignent Fogel et Patino (2005), « Changer de média, changer de contenu ne coûte qu’une pression du doigt sur le bouton d’une souris. »1

31Dans tel cas, les salariés d’un grand établissement public expliquent qu’ils vont plus volontiers vérifier une information sur le site grand public que sur le site intranet, car ils savent que le contenu y a été soigneusement vérifié et validé par l’institution ; dans tel autre cas, malgré les consignes données par le service informatique, des applications spécifiques fleurissent sur les disques durs parce que le logiciel utilisé, qui apparaît plus performant, n’est pas compatible avec les systèmes utilisés centralement. Partout, chacun recrée sa liste de favoris qui lui permet de recréer son propre univers de référence, sur le web ou dans les applications maison.

CONCLUSION

32Les métaphores spatialisantes accompagnent les TIC depuis longtemps. Plus que les prendre au mot, il nous paraît intéressant d’étudier, par rapport à ce qui était déjà sémiotisation des espaces physiques grâce à la saturation d’objets divers valant pour des signes, la manière dont ces signes, ou d’autres, nouveaux, sont à leur tour utilisés pour symboliser l’espace de travail sur les écrans. Comme pour les médias, l’idéal proposé dans les divers discours est celui de la transparence et d’un certain ordre du monde. Mais derrière les images léchées de la démonstration des produits telles que nous en avons montrées ici quelques-unes, la réalité est bien plus complexe. Les questions d’auctorialité, de marque éditoriale, d’organisation de l’information, de rapports de forces organisationnels, de conflictualité sociale, ne sont pas effacées comme par magie. Nous proposons au contraire une lecture qui permet de les voir ressurgir sous la surface lissée des applications informatiques, en mettant à jour tout l’aspect complexe et contradictoire d’une démarche qui, tout en cherchant à ramener sur un même plan des éléments physiques de nature différentes, se voit obligée d’exhiber en même temps les signes et marques de cette différence même.

Bibliographie

BIBLIOGRAPHIE

Beguin (A.), « Apprentissage dans le cybermonde : jeux de miroirs et fantasmes de communication », Communication et Langages, nº 137 (2003).

Bouillon (J.-L.), « Pour une approche communicationnelle des processus de rationalisation cognitive des organisations : contours, enjeux et perspectives », Colloque Organisation media, Lyon, Université Jean Moulin, novembre 2004, (article consultable sur http://archivesic.ccsd.cnrs.fr).

Carmes (M.), « L’intranet : métaphore des relations de pouvoir dans l’organisation », Actes du 13e colloque de la SFIC, Marseille, Octobre 2002.

Conein (B.) et Jacopin (E.), « Action située et cognition », Sociologie du Travail, vol. 36, n° 4 (1994), p. 475-499.

Cotte (D.), « Écrits de réseaux : écrits en strates », Hermès, n° 39 (2004). Cotte (D.), « Les portails d’entreprise, entre métaphorisation et sémiotisation des organisations », Colloque Culture des organisations et Distic, Nice, 2005a.

Cotte (D.), « La structure comme index : Le rôle indiciel des interfaces documentaires », Colloque indice, index, indexation, Lille, 3-4 Novembre 2005, 2005b.

Despres-Lonnet (M.), « Écrits d’écran : le fatras sémiotique », Communication et Langages, n° 143 (2004).

Fogel (J.-F.) et Patino (B.), Une presse sans Gutenberg, Paris, Grasset, 2005.

Le Marec (J.) et Babou (I.), « De l’étude des usages à une théorie des "composites" : objets, relations et normes en bibliothèque », dans Souchier et. al., Lire, écrire, récrire : Objets, signes et pratiques des médias informatisés, Bibliothèque publique d’information, 2003.

Fischler (C.) et Lalhou (S.), Dossiers, piles d’attente et corbeilles : la gestion quotidienne de l’information au bureau, Paris, EDF, 1995.

Jeanneret (Y.), « La Trivialité comme évidence et comme problème : à propos de la querelle des impostures », Enjeux de l’Information et de la Communication, Université Grenoble 3, Décembre 1999.

Jeanneret (Y.), Souchier (E.), « Pour une poétique de l’écrit d’écran », Xoana, Paris, n° 6 (Multimédia en recherche) (1999), p. 97-107.

Pedauque (R.), Document et modernités, novembre 2005, (version en discussion consultable sur http://rtp-doc.enssib.fr).

Semprini (A.), La société de flux : Formes du sens et identité dans les sociétés contemporaines, Paris, L’Harmattan, 2003.

Sennett (R.), Le travail sans qualités, Albin Michel (10/18), 2003.

Yates (J.), « The journal of business communication », dans Yates (J.), dir., Press Book and Pigeonhole to vertical filling: revolution in storage and access systems for correspondance, vol. 19 (1982).

Notes

1 De la même manière, les batailles pour assurer la visibilité sur la page d’accueil d’un intranet ou d’un site portail de telle ou telle direction, peuvent être âpres.

Table des illustrations

Légende Fig. 1. Illustration de la création de pages personnalisées, proposée par Oracle ASPortal ® dans une démonstration animée sur son site web. D’un point de vue sémiotique, nous notons ici la symbolique des bâtiments en arrière-plan, les carrés visibles à l’écran valant pour autant de « portes d’entrée » vers ces espaces symboliques.
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/711/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 16k
Légende Fig. 2. Configuration habituelle d’une application de portail d’entreprise, avec ses trois espaces distincts : « bureau personnalisé », espace de communication sociale et outil de structuration de l’information dans le site.
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/711/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 264k
Légende Fig. 3. Illustration de la personnalisation des « vues » proposées par Oracle ASPortal ®.
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/711/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 24k
Légende Fig. 4. Illustration de la recherche dans des espaces de travail, proposée par Oracle ASPortal ®. Nous parlons des écrits « en strates » dans les dispositifs des écrits de réseau. Ici, le symbole de la loupe, pour le moteur de recherches, montre que l’on va ramener des documents depuis plusieurs espaces distincts.
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/711/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 21k

Auteur

Maître de conférences en sciences de l’information et de la communication, Laboratoire GERIICO, Université Charles de Gaulle, Lille III

© Presses universitaires François-Rabelais, 2008

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540