Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

L’information dans les organisations : dynamique et complexité

 | 
Christiane Volant

Session A. Systèmes d’information

Intérêt informationnel et opérationnel de la webométrie pour la modélisation conceptuelle et la production de sites internet

Cas des établissements universitaires

David Reymond

Résumé

RÉSUMÉ
Dans un contexte omniprésent d’évolution des dispositifs de communication, les organisations ont besoin d’adopter une configuration efficace qui leur permette d’atteindre leurs objectifs d’information, en particulier via le média Internet. Elles se doivent à cette fin de définir des conditions optimales de production, non empiriques, en phase avec les attentes des concepteurs et a fortiori des utilisateurs. Un bon moyen d’y parvenir consiste à observer d’une part le résultat – l’édition du site web – et à analyser d’autre part le niveau de syndication de l’organisation. Nous utilisons une approche par les outils de la webométrie pour analyser l’édition de la page d’accueil d’un corpus de sites web institutionnel. Ainsi nous réalisons une projection sémantique de recouvrement de l’information publiée. Le second point développé est une typologie des modèles conceptuels de communication sous-jacents appuyés ou pas par une instrumentation adéquate. Ces travaux mettent en évidence la réalité d’une complexité informationnelle croissante et sont préalables à l’étude de la dynamique transactionnelle des objets informationnels reflet du degré de syndication des organisations.

ABSTRACT
In a context of constant evolution of communication frameworks, organisations must react consequently. They have to find an efficient configuration to reach their information objectives, particularly when dealing with the Internet medium. Content information production must satisfy the requirements of web designers and of course users’expectations. A good way to succeed is to analyse the layout of websites. Webometrics techniques and methods are very instructive in this respect. To define efficiently the information published we have thoroughly analysed the complete corpus of french universities. To encompass the different kinds of information we first listed all the terms used in the structural links found on the homepage and project them in a semantic representative space. We propose then a communication model that can be use to develop community content production. Further work will integrate the temporal dimension to emphasize the necessary dynamism of their informational processes and provide an evaluation of the syndication level.

Texte intégral

1Dans un contexte omniprésent d’évolution des dispositifs de communication, les organisations ont besoin d’adopter une configuration efficace qui leur permette d’atteindre leurs objectifs d’information, en particulier via le média Internet. Elles se doivent à cette fin de définir des conditions optimales de production, non empiriques, en phase avec les attentes des concepteurs et a fortiori des utilisateurs. Un bon moyen d’y parvenir consiste à observer d’une part le résultat – l’édition du site web – et à analyser d’autre part le niveau de syndication de l’organisation.

2Les techniques et méthodes de la webométrie s’avèrent fort pertinentes et instructives à cet égard car elles permettent de décrire et caractériser la composition réalisée, d’en déduire le modèle conceptuel.

3Un des objectifs de nos travaux est de proposer une méthode d’analyse webométrique (Björneborn, Ingwersen, 2001) qui facilite la définition des stratégies de production et de diffusion mises en œuvre par les organisations (Stockinger, 2003), en particulier celles qui souhaitent privilégier la nécessaire dynamique de leurs processus informationnels (Ryan, 2003) (Chartron, Rebillard, 2004b) (Stockinger, 2003).

4Pour tenter d’évaluer l’état de leur comportement communicationnel sur le web, nous nous plaçons dans une posture d’observation systémique de leur production. Ainsi procéderons-nous à l’égard de la communauté des universités françaises, organisations de grande dimension confrontées en permanence à des enjeux de capacité à produire et transférer des connaissances dans de bonnes conditions vers des publics de plus en plus variés, confrontées encore à une nécessaire et urgente adaptation à de nouvelles logiques de formation.

5À partir d’un corpus constitué par les sites web de l’ensemble des universités françaises, nous avons fait porter notre attention sur la « présentation » générale que donne d’elle-même une organisation de ce type à travers la page d’accueil de son site web ; sur la composition thème/rubrique et les cibles identifiées.

6L’étude expérimentale que nous avons menée montre qu’il est possible de déduire de l’analyse webométrique de ce corpus, au regard des logiques de présentation de contenus, une typologie des modèles conceptuels de communication sous-jacents. Cette étape est préalable à l’étude de la dynamique des objets informationnels, dont la production ne manque pas de refléter le degré de structuration de l’intervention des différentes catégories d’acteurs, et mesurée par l’évaluation du degré de syndication atteint par l’organisation.

7Des études webométriques complémentaires seront évoquées, dont l’objet est l’évaluation de l’hypertextualité interne et externe supportée par le système de communication internet, en relation avec la très active littérature scientifique internationale que cette question ne manque pas de susciter (Thelwall, 2003a & b) (Thelwall, Vaughan, 2004).

I. STATISTIQUES ET ÉLÉMENTS DE WEBOMÉTRIE DU CORPUS

8La communauté des universités françaises utilise son site web comme vecteur de communication principal. Les sites universitaires peuvent être considérés comme suffisamment matures. En considérant d’une part la présence historique du milieu universitaire sur le Web et d’autre part l’activité de communication des universités via leur site, le support Internet est au cœur de la communication des universités.

9Qui plus est, les nécessaires vagues de modernisation récentes ont permis de transformer ces sites web en véritables sites portails au sens de Parisot dans (Parisot, 2002) : le site portail d’une organisation présente l’information et les services liés à cette organisation. Dans (Stockinger, 2003), les auteurs discutent des multiples enjeux pour les institutions qui, en acceptant leur passage au numérique, étendent la notion de portail de Parisot à celle des environnements numériques de travail (ENT) dont le portail web est une vue sélective et publique du portail ENT. G. Chartron et F. Rebillard soulignaient dans (Chartron, Rebillard 2004a) la nécessité des dispositifs de structuration de contenus, arrière-plan technologique qui oriente l’exploitation du fond informationnel par des opérations d’ordonnancement, de classification et de liaison des données et le recours fréquent aux métadonnées. Des travaux antérieurs nous ont permis de dresser la méthodologie globale de travail pour dresser un état des lieux de la situation en France qui mette en évidence le mode de production des contenus, et la technologie activée, en particulier le degré d’usage de ces dispositifs de gestion de contenu (Reymond, 2005).

10On est alors en mesure de s’interroger sur le résultat de cette activité de communication, la présentation de l’information activée au sens de Jean Meyriat produite par l’édition des sites web, pour des organisations dont la complexité et la dynamique de l’information ne cessent de s’intensifier. Quelles sont les similarités informationnelles présentées par ces organisations ? Dans la partie suivante, nous présentons la méthodologie, le corpus, et les outils utilisés pour cette étude.

II. LE CORPUS

11Le site web du Ministère de l’Éducation Nationale1 répertorie la liste des universités françaises classées par académie en recueillant leurs adresses géographiques, ainsi que l’URL de leurs sites web institutionnels et de leur service de relations internationales. Nous avons utilisé cette page comme base constituante du corpus. Le corpus comprend quatre vingt sept universités, deux pôles universitaires et trois instituts polytechniques. Les sites des deux pôles universitaires ne seront pas traités. Les sites des Instituts de Polytechnique ayant d’autres objectifs de communication sont aussi exclus de cette étude. Au total, le corpus des pages d’accueil est composé de quatre vingt sept (87) pages/URL.

12L’approche par un corpus exhaustif nous dispense des précautions délicates mais nécessaires lors du choix d’un échantillon. Les variables sont multiples et difficiles à évaluer : nombre d’étudiants, nombre de personnels administratif et pédagogique, et disciplines, sont autant de paramètres pouvant entrer en compte lors d’une analyse de la production d’information.

13En n’incluant dans le corpus que les sites institutionnels (décrits par le nom de domaine), nous avons délibérément exclu toute structure, composante, laboratoire ou organisme ayant son propre nom de domaine ou sous-nom de domaine : cet organisme sera considéré comme site extérieur à l’université pour cette étude. Les recherches menées sur les sites des universités anglo-saxonnes limitent également la notion de site institutionnel à celle des serveurs web regroupés sous le même nom de domaine (Thelwall, 2003). Certaines recherches dédiées à l’analyse des sites web à une échelle de nation (Molina, 2004) utilisent une notion plus globale de site web qui entend la totalité des sites d’un organisme. Une extension sur un corpus plus proche de la réalité institutionnelle, incluant les sites des composantes de l’organisation ayant leur propre site web sous un nom de domaine propre ou interne au nom de domaine est prévue pour une approche plus générique.

III. APPROCHE MÉTHODOLOGIQUE

14Dans (Rechenmann, 2000, p. 108) l’auteur définit un site ergonomique comme un dispositif qui conduit le visiteur le plus rapidement vers l’information recherchée. Les auteurs de référence sur l’ergonomie des sites web, Nielsen et Tahir (Nielsen, Tahir, 2002) définissent le rôle principal de la page d’accueil comme étant de « véhiculer l’identité de l’entreprise, de mettre en évidence la valeur ajoutée du site par rapport à la concurrence et au monde réel et de présenter les produits et/ou services que fournit l’entreprise. Cette page serait en même temps comparable à la couverture d’un magazine, à une œuvre d’art, une entrée d’immeuble, la table des matières d’un livre et la une d’un journal [...] ». La page d’accueil est le point d’orientation du site et a pour rôle la mise en valeur de l’information et des fonctions principales du site.

15La comparaison avec la presse conduit à faire ressembler la page d’accueil à la Une d’un quotidien dont le contenu est actualisé tous les jours et traduit la dynamique informationnelle de l’organisation. De nombreux sites dont le contenu informatif sert d’outil promotionnel ont déjà adopté ce principe : la page d’accueil est une page d’actualité qui développe l’image dynamique de l’organisation.

16Ces éléments conduisent à l’hypothèse que la page d’accueil du site d’une organisation traduira une grande partie de la structure de l’information régie par l’organisation. Notre approche est ainsi de focaliser sur les termes utilisés pour les liens structurants des pages d’un corpus exhaustif pour un type d’organisation et d’en extraire les similarités. Dans la partie suivante, nous développons les fondements et définitions issus de la webométrie nécessaires pour élaborer cette analyse.

WEBOMÉTRIE

17Notre objectif n’est pas de dresser ici un état de l’art sur le sujet. Cette discipline récente découle de l’infométrie et de la bibliométrie. La webométrie valide ses méthodes et ses techniques sur des corpus de sites web universitaires et propose des indicateurs d’évaluation des sites. Les outils utilisés et actuellement mis en place relèvent du web-data-mining, de l’analyse des graphes, de la sociologie et de l’ergonomie. Le schéma 1 est une vue synthétique, due à Bjöneborn dans sa thèse (Björneborn, 2004) positionnant la webométrie.

Schéma 1 : Position de la webométrie en Sciences de l’Information et de la Communication.
« La superposition des ellipses n’a pour objet que la clarté du schéma » (Björneborn, 2004).

18L’approche générale de la webométrie relève de l’étude des liens entre les sites web, le terme d’interliaison est utilisé pour désigner les liens entre un couple ou un ensemble de sites web graphe duquel on extrait les liens internes. Outre cette modélisation des liens, les études ont montré (Björneborn, 2004) (Thelwall, 2004) (Thelwall, Harries, 2003) qu’il est nécessaire de modéliser la structure des sites web pour opérer à des comparaisons rationnelles.

19Nous utiliserons la définition proposée par Nielsen dans (Nielsen, 2000, p. 51). L’auteur explicite ce qu’il considère comme la notion la plus importante de l’hypertexte en décrivant ses trois formes principales : les liens structurels de navigation, les liens embarqués et liens d’association avec d’autres pages. Dans l’optique de la description des contenus informationnels des organisations nous avons retenu la première notion pour l’analyse de la page d’accueil qui selon Nielsen (Nielsen, 2000, p. 167-168) doit être composée de trois composants principaux : la navigation vers le contenu du site, le résumé des nouvelles importantes et un outil de recherche d’information.

ANALYSE DE LA PAGE D’ACCUEIL

20Les données ont été recueillies courant avril 2005. Nous avons produit une image arrêtée des pages d’accueil du corpus pour en étudier les caractéristiques. D’autres études longitudinales portent sur des approches différentes, notamment l’étude de Ryan sur les sites des universités nord-américaines (Ryan, 2003). Sur l’ensemble du corpus un premier constat global révèle une structuration identique des pages d’accueil composée d’une barre de navigation générale regroupant les liens structurants du site, et pour 40 % d’entre eux des entrées « profilées » que l’utilisateur peut utiliser en cas d’assimilation à un certain public. Un seul site, proposant une entrée textuelle, a dû être extrait du corpus. D’autres éléments plus variés composent les pages d’accueil et correspondent à des services offerts sur le site tels le moteur de recherche, les contacts, un annuaire, un lien vers les ENT, etc. Une dernière catégorie correspond à des données de présentation de l’organisation ou d’actualité. Pour révéler la structure informationnelle des organisations nous avons focalisé sur les deux premières catégories de liens : ceux pointant vers les différentes rubriques du site, et ceux présentant une vue ciblée de l’information pour des catégories d’utilisateurs particuliers.

STATISTIQUES GÉNÉRALES

21Le nombre de rubriques s’étend de deux à vingt par page d’accueil. La moyenne est légèrement supérieure à huit rubriques par page : 8,279, et l’écart type à cette moyenne est de 3,27. Pour les trente-sept pages proposant des entrées ciblées, leur nombre s’étend de une à huit, la moyenne est proche de cinq (4,75) et l’écart type est de 1,90.

22Les outils de traitement automatisés d’extraction et de traitement de pages HTML devant être paramétrés pour chaque type de page, ils n’ont pas pu être utilisés : le paramétrage demande au départ une analyse manuelle. Nous renvoyons le lecteur à (Laender et al., 2002) pour un survol descriptif des outils d’extraction d’information automatisés et à (Almind, Ingwersen, 1997) pour un exposé sur les méthodes d’approche en webométrie.

23Nous avons procédé à une extraction de gauche à droite, puis de haut en bas des zones navigation des pages d’accueil. Ainsi, nous avons pu recueillir pour les deux catégories de liens (rubriques et cibles) le positionnement des différents liens et surtout les termes utilisés pour décrire ces liens.

24Au moment du recueil, sept cent cinq (705) termes différents étaient utilisés pour représenter les rubriques, les liens structurants vers les pages du second rang des sites, et cent soixante dix sept (177) cibles potentielles pour permettre aux usagers de se projeter dans un de ces profils.

25Afin de pouvoir comparer les données, nous avons alors opéré au nettoyage manuel des données par un traitement au niveau lexical, puis par un rapprochement par voisinage sémantique.

RAPPROCHEMENT LEXICAL

26Nous avons dans un premier temps effectué une transformation des données en bas de casse. Puis nous avons opéré à l’ablation des articles, et à la suppression des pluriels : les termes « L’Université », « Université de » deviennent « université », « Étudiant », « Étudiants », « étudiant », « étudiants » deviennent « étudiant ».

27Par ce premier traitement, les données initiales ont été réduites à cinquante deux (52) entrées cibles différentes et deux cent trois (203) rubriques différentes. Cependant, certains termes à forte ressemblance sémantique pouvaient encore être regroupés.

REGROUPEMENT SÉMANTIQUE

28Dans un second temps, nous avons opéré à un rapprochement par voisinage sémantique. Deux types de rapprochements ont été effectués : le rapprochement naturel en terme sémantique, par exemple la rubrique portant le nom de « L’université » est comparable à la rubrique « Université X » ou « Notre Université ». De même pour « RI », « Relations internationales » et « International ». Nous avons ainsi sélectionné, pour chaque catégorie, le terme le plus représenté (le terme signifié, utilisé dans le tableau 1). Cet ensemble de termes fournit un recouvrement de l’ensemble des données recueillies. Cependant, il existait dans les données des termes inventés ou ambigus (les indécidables a priori), aussi une vérification systématique a été opérée : par exemple, « Esp@don » désigne en réalité l’entrée à un campus numérique et en conséquent à un service Web.

29Une rubrique généraliste « Autre » a été créée pour regrouper les entrées les plus rares (2 % des rubriques et 8 % des cibles).

RÉSULTATS

30Au final, ce sont huit (8) cibles et neuf (9) rubriques qui ont été identifiées comme significativement représentatives des termes utilisés pour les liens structurants des pages d’accueil. Les termes utilisables pour le recouvrement des deux types de liens structurants recueillis (rubriques et cibles), ainsi que leur nombre de termes rattachables, sont présentés dans le tableau 1.

Tableau 1 : Rubriques et cibles après « nettoyage » et leur part des termes du recueil.

31Ces résultats mettent en évidence les similarités de nos institutions sur le plan informationnel et le tableau 1, dont la partie rubrique est représentée graphiquement par la figure 1, est une projection de l’espace sémantique représentatif de l’image informationnelle affichée. Nous nous garderons cependant de produire une interprétation de ces chiffres. La disparité entre le total des termes recueillis et le nombre de signifiés représentés par ces termes est très grande mais est aisément justifiée par la complexité de la composition de la page d’accueil. D’une part il ne s’agit que de l’extraction textuelle d’un document multimédia où la richesse informationnelle doit être agencée avec une grande rigueur et une inspiration artistique pour mêler les éléments.

32D’autre part, les multiples acteurs responsables de cette édition : webmestres, web-designers, responsables éditoriaux ou chargés de communication ont à considérer de multiples paramètres comme la taille des barres de navigation, leur position, leur agencement, le choix des termes utilisés et leur cohérence globale, tout en considérant les usages des dispositifs de représentation de l’information de leur organisation. D’autres approches faisant appel à la sémiotique et l’ergonomie seraient nécessaires pour tenter de distinguer les raisons intrinsèques de ces multiples représentations de ces données informationnelles.

Fig. 1 : Proportion des termes signifiés des textes des liens structurants.

33Une fois les regroupements effectués, il est alors possible de déduire, par analogie avec les principes d’ergonomie et de lecture, quelle est la « priorité » donnée aux rubriques concernées et, au-delà, les choix politiques de communication sur le site. Ainsi, la figure 2 présente les termes les plus représentatifs structurant le corpus ainsi que leurs occurrences suivant la position de lecture. On peut y lire que les rubriques dédiées à la présentation de l’organisme (sous le terme « Université »), à la formation et à la recherche constituent les rubriques les plus fréquemment positionnées en première place dans le sens lecture. Les formes gaussiennes des distributions des différentes rubriques selon le quadrillage établi permettent de conclure à une proposition générale de la lecture sur les sites institutionnels :

34« Université, formation, international, vie étudiante, bibliothèque et documentation »

35Cette observation conduit à la notification de la présence de similitudes et de régularités de la composition des sites sur l’ensemble du corpus. Les questions émergentes portent alors sur l’existence d’un modèle d’organisation de la production de l’information commun à un type d’institution qui permettrait d’en déduire une structure des flux informationnels et le calibrage de la production en conséquence. Pour aborder cette question nous focalisons sur l’intégration, quasi généralisée pour les organisations de grande taille, des outils de gestion de contenu (CMS) (Reymond, 2005) appliqués au domaine de l’information du web et procédons à une modélisation conceptuelle de la communication selon les deux modèles de chaîne d’édition pour produire une vue simplifiée de l’organisation du système et du réseau de contributeurs répondant à la logique de structuration informationnelle.

Fig. 2 : Occurrence des textes signifiés les plus représentés par position de lecture dans le corpus.

IV. UNE TYPOLOGIE DES MODÈLES CONCEPTUELS DE COMMUNICATION

36De nombreuses études récentes portent sur les dispositifs de gestion de contenu qui permettent la structuration de l’information, sa caractérisation et qui par l’appui de ces dispositifs au système d’information de l’organisation, permettent d’industrialiser cette production et la circulation de cette information. Le lecteur se réfèrera à (Moal, 2004) et (Chartron, Rebillard 2004a) et plus particulièrement au rapport du réseau RTP33 (Chartron, Rebillard, 2004b) pour un exposé complet sur cette problématique.

INSTRUMENTATION DU SYSTÈME DE PRODUCTION

37Pour l’information textuelle, nous pouvons retenir deux modèles de publication : le premier centré sur le webmestre, le second est décentralisé par les dispositifs de gestion de contenu. Le premier modèle évoqué lors de précédents travaux (Reymond, 2005) repose sur le webmestre, détenteur de la technologie d’édition, comme maillon central des processus de publication. Le schéma 2 met en valeur une circulation non contrôlée de l’information. Les processus d’édition, de validation sont sujets à des règles individuelles, et la chaîne de publication susceptible de variations et de fluctuations aléatoires dont une des incidences est la lenteur du processus global. La circulation des flux est souvent unilatérale (au plan du support ou format de l’édition) et présente, pour chaque élément informationnel, plusieurs phases d’édition ou réédition. La nécessité d’une dynamique informationnelle répondant aux enjeux de notre société, a contribué à la mise en place progressive des dispositifs de gestion de contenu.

Schéma 2 : Modèle de publication centré sur le webmestre.

38L’intégration des outils de gestion de contenu peut être perçue sous deux dimensions. Le schéma 3 représente la chaîne d’édition instrumentée et les deux étapes de la production d’information édition/diffusion. Le dispositif de gestion de l’information en permet la circulation entre les différents acteurs. La phase d’édition initiale est reportée directement aux détenteurs de l’information. Un contrôle peut alors être opéré avant la diffusion par un validateur ou un responsable éditorial. Dans ce système, les actions des différents acteurs s’opèrent sur le même format. Les flux nécessaires à sa validation, la circulation et les étapes, sont automatisés pour chaque type de contenu et s’appuient sur un format unique (Chartron, Rebillard, 2004a). La fin du processus de circulation, lorsque le document a reçu les validations nécessaires, est celle de la syndication. Nous assimilons cette étape finale à une action du webmestre, car dans ce modèle il gère les règles de syndication (il est donc externe au processus d’édition) et son rôle se rapproche du rôle évoqué par (Rechenmann, 2000, p. 122) « Le webmaster se transformant en journaliste d’entreprise va puiser l’actualité auprès de chacun de ses collègues ». Cette automatisation ramène à la seconde dimension évoquée.

Schéma 3 : Chaîne d’édition instrumentée.

39La représentation du schéma 4 est une modélisation de la gestion de l’information centrée sur les règles régissant les processus d’édition et de circulation des flux. Le gestionnaire de l’information définit les règles de validation en s’appuyant sur l’entité informationnelle d’auctorialité des documents. Les règles de structuration s’appuient sur les entités de typage et de contenu pour opérer aux nécessaires indexations, caractérisations ou bien transformations des contenus vers différents supports ou encore formats. Dans notre objet d’étude, le média Internet, une troisième catégorie de règles s’appuie sur les deux précédentes pour définir la syndication. Cette dernière catégorie libère les piles d’attente de validation et permet une circulation rapide de l’information nécessaire à la dynamique transactionnelle des sites web actuels (Roumieux, 2004).

Schéma 4 : Complément à la chaîne d’édition, la chaîne de gestion instrumentée.

APPLICATION DU MODÈLE

  • 2 Cf. le portail régional Aquitain, url non disponible à la date d’édition de ce document.

40Le modèle, appliqué à la structuration informationnelle de nos organisations du III-C, permet de projeter sur les différents acteurs une répartition de la production d’information thématisée selon les rubriques du portail. Notre approche est indépendante de considérations issues de la sociologie du travail ou de la théorie des organisations qui restent évidemment à estimer en cas d’application pratique de la méthode. La logique de syndication s’appuie sur le thème lié au contenu ainsi que sur le service d’appartenance de l’origine auctoriale. Cette approche apporte une clarification de la présentation de l’information de l’organisation et permet la mise en œuvre d’une gestion opérationnelle et efficace des flux de production. Nous avons utilisé ces résultats dans la mise en œuvre d’un portail communautaire interuniversitaire2. À l’échelle inter-organisations, la syndication impose la prise en compte d’un paramètre supplémentaire sur le plan de la sémantique de caractérisation du contenu de l’information (Alix, Reymond, 2006). D’autres études sont dès lors nécessaires pour affiner le modèle de répartition et de syndication en prenant en compte les modèles organisationnels classiques.

CONCLUSION

41Dans (Robert, Giraudy, 2005, p. 144), l’auteur, en évoquant la mise en place d’un portail web, déclare que la nécessaire « mise en place d’un réseau, à la fois de techniciens de l’informatique, de responsables des systèmes d’information et de juristes, participant à l’unisson à un travail collaboratif, semble la solution la plus performante car, faisant appel au facteur humain dans le croisement des connaissances, elle assure la parfaite réussite d’implantation d’un portail ». Notre étude montre qu’il est utile d’analyser le contenu informationnel de l’organisation pour découper au préalable les zones d’activités et de syndication de l’information remontant depuis les différents réseaux de collaborateurs. Une étape prochaine, complémentaire à cette étude, focalisera sur la nécessité d’une vision temporelle de ce modèle pour répondre de surcroît à l’intense activité de production que peuvent connaître certains services à certaines périodes clés du fonctionnement global de l’organisation.

42Nous avons utilisé quelques outils de la webométrie mais nous soulignons les multiples possibilités de certains d’entre eux qui se rapprochent du contenu textuel, de la sémantique intrinsèque aux hyperliens utilisés au niveau international par (Thelwall, 2005), et (Bar-Ilan, 2005), pour ne citer qu’eux. L’étude des hyperliens, très classique en webométrie, n’a pu être abordée ici et révèle d’autres informations sur la structure des réseaux sociaux de collaboration interne nécessaires à la dynamique informationnelle. L’avènement des technologies de l’information et de la communication induit des systèmes de plus en plus complexes et nécessite une modélisation élaborée qui prenne en compte la nécessaire dynamique des dispositifs de communication des grandes organisations. Nos travaux en cours portent sur l’étude des caractéristiques d’une structure d’observation systématique qui optimiserait les méthodes et techniques de collecte et d’analyse de données propres à la communication via Internet des établissements universitaires, l’étude des jeux d’hyperliens constituant un enjeu très important pour l’évaluation des capacités communicationnelles de ces organisations (Wilkinson et. al., 2003).

Bibliographie

BIBLIOGRAPHIE

Alix (T.) and Reymond (D.), Involving Content Producers to Achieve Communication Interoperability – The Case Study of a Community Portal, 2006 (à paraître).

Almind (T.C.) and Ingwersen (P.), « Informetric analyses on the World Wide Web: Methodological approaches to webometrics », Journal of Documentation, vol. 4, 53 (1997), p. 404-426.

Bar-Ilan (J.), « What do we know about links and linking? A framework for studying links in academic environment », Information Processing Management, vol. 41, 4 (2005), p. 973-986.

Björneborn (L.), Small-world link structures across an academic Web space: A library and information science approach, Thèse de doctorat, Department of Information and Library Science, Copenhagen, Denmark, 2004.

Björneborn (L.) and Ingwersen (P.), « Perpectives of webometrics », Scientometrics, vol. 50, 1 (2001), p. 65-82.

Chartron (G.) et Rebillard (F.), « Quels modèles pour la publication sur le web ? Le cas des contenus informationnels et culturels ». Actes du 14e congrès de la SFSIC, Beziers, France, 2004, p. 303-310.

Chartron (G.) et Rebillard (F.), RTP33 : Modèles de publication sur le web, 103, CNRS, 2004, 69 p.

Laender (A.), Ribeiro-Neto (B.), Silva (A.), Teixeira (J.), « A Brief Survey of Web Data Extraction Tools », SIGMOD Record, vol. 31, 2 (June 2002).

Le Moal (J.-C.), Hidoine (B.), Calderan (L.), Publier sur Internet. Séminaire INRIA (27 septembre -1er octobre 2004), Sciences et techniquesde l’information. Aix-les-Bains : ADBS Éditions, 248 p.

Molina (M.P.), Berrocal (J.L.A.), Garcia (J.A.C.), Marcial (V.F.), Figuerola (C.G.), Marco (J.G.), Camarero (C.G.), Zazo (A.F.), Doucet (A.V.), « Análisis cualitativo de la visibilidad de la investigación de las universidades españolas a través de sus páginas web », Revista Española de Documentación Científica, vol. 27, 3 (2004).

Nielsen (J.), Designing Web Usability, Indianapolis, New Riders Publishing, 2000, 418 p.

Nielsen (J.) et Tahir (M.), L’art de la page d’accueil, Paris, Eyrolles, 2002.

Parisot (R.), Portail Internet, Éditions EMS, 2002, 174 p.

Rechenmann (J.), L’audit du site web, Éd. d’Organisations, Paris, 2000.

Reymond (D.), « Du site Web au portail de communication. L’édition en question : vers une instrumentation et une syndication de la production des contenus. Cas de la communauté universitaire », Enjeux et usages des TIC. Aspects sociaux et culturels, Bordeaux, septembre 2005.

Robert (M.) et Giraudy (E.), Le guide juridique du portail Internet/Intranet, Paris, Édition ESKA, 2005, 490 p.

Roumieux (O.), Production des sites : les enjeux actuels, p. 101-127.

Ryan (T.), Field (R.) and Olfman (L.), « The Evolution of US State Government Home Pages from 1997 to 2002 », International Journal of Human-Computer Studies, volume 59 (2003), p. 403-430.

Stockinger (C.P.), Barouni (K.), Fadili (H.), Giraudy (E.), Krompholtz (S.), Lemaitre (F.), Thivolle (J.C.), Portails et collaboratoires pour la recherche et l’enseignement, Hermes Science, Lavoisier, 2003, 250 p.

Thelwall (M.), « A free database of University Web links data collection issues » [en ligne].Cybermetrics, vol. 6/7 (2002-2003), [consulté le 17 décembre 2005].

<URL : http://www.cindoc.csic.es/cybermetrics/vol6iss1.html>

Thelwall (M.), Harries (G.) et Wilkinson (D.), « Why do Web sites from different academic subjects interlink? », Journal of Information Science, vol. 29, 6 (2003), p. 453-471.

Thelwall (M.), « Methods for reporting on the targets of links from national systems of university Web sites », Information Processing and Management, vol. 40, 1 (2004), p. 125-144.

Thelwall (M.), « Text characteristics of English language university web sites », Journal of the American Society for Information Science and Technology, vol. 56, 6 (2005), p. 609-619.

Thelwall (M.) et Harries (G.), « The connection between the research of a university and counts of links to its web pages: An investigation based upon a classification of the relationships of pages to the research of the host university », Journal of the American Society for Information Science and Technology, vol. 54, 7 (2003), p. 594-602.

Thelwall (M.) and Vaughan (L.), « New versions of Page Rank employing alternative web documents models », ASLIB Proceedings, vol. 1, 56 (2004) p. 24-33.

Wilkinson (D.), Harries (G.), Thelwall (M.) and Price (E.), « Motivations for academic Web site interlinking: Evidence for the Web as a novel source of information on informal scholarly communication », Journal of Information Science, vol. 1, 29 (2003), p. 49-56.

Notes

1 URL : http://www.education.gouv.fr/sup/univ.htm, page visitée en août 2005.

2 Cf. le portail régional Aquitain, url non disponible à la date d’édition de ce document.

Table des illustrations

Légende Schéma 1 : Position de la webométrie en Sciences de l’Information et de la Communication.« La superposition des ellipses n’a pour objet que la clarté du schéma » (Björneborn, 2004).
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/698/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 80k
Légende Tableau 1 : Rubriques et cibles après « nettoyage » et leur part des termes du recueil.
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/698/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 104k
Légende Fig. 1 : Proportion des termes signifiés des textes des liens structurants.
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/698/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 32k
Légende Fig. 2 : Occurrence des textes signifiés les plus représentés par position de lecture dans le corpus.
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/698/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 80k
Légende Schéma 2 : Modèle de publication centré sur le webmestre.
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/698/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 28k
Légende Schéma 3 : Chaîne d’édition instrumentée.
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/698/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 24k
Légende Schéma 4 : Complément à la chaîne d’édition, la chaîne de gestion instrumentée.
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/698/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 23k

Auteur

CEMIC-GRESIC Doctorant, Université Michel de Montaigne, Bordeaux III

© Presses universitaires François-Rabelais, 2008

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Volume papier

Chargement

Unavailable