Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

L’information dans les organisations : dynamique et complexité

 | 
Christiane Volant

Session A. Systèmes d’information

Activités de recherche en SHS et systèmes d’information organisationnels : cas limite ou prototype ?

Huguette Rigot

Résumé

Pourquoi traiter des activités liées au processus de recherche en SHS à partir de l’approche des systèmes d’organisation informationnels ? Parce que cette nouvelle articulation permet d’une part de retravailler des notions clés comme celles d’organisation informationnelle vs situation de communication, de système d’information vs d’individu communiquant et d’autre part d’en proposer une nouvelle, celle d’un « agir informationnel », notion qui demande à son tour à être catégorisée et décomposée pour rendre compte des activités du chercheur en SHS.

Why use the information organisation system approach in the case of activities related to the research process in social and human sciences? Because bringing these two concepts together enables us to re-examine key notions such as information organisation vs. communication situation or information system vs. communicating individual, while at the same time allowing us to put forward the new notion of information-based action, which must in turn be categorised and analysed to provide a means of describing research practice in the human and social sciences.

Texte intégral

  • 1 Il faut notamment citer les travaux publiés dans Sciences de la société, n° 63, oct. 2004 et ceux d (...)

1Peut-on, dans le champ foisonnant, dynamique et complexe de la recherche en communication organisationnelle et plus spécifiquement dans celle des systèmes informationnels1, traiter des activités liées au processus de recherche en SHS ? En répondant à cette question par l’affirmative, il faut d’abord commencer par comprendre en quoi une telle approche conforte et/ou transforme des notions qui appartiennent soit à l’approche informationnelle dans les organisations, soit plus spécifiquement à l’information scientifique et plus généralement à l’approche sociale des activités scientifiques. Ensuite, il convient d’exemplifier ces notions, de façon précise, à partir d’une analyse des actes informationnels mis en œuvre ou plus exactement « organisés » par les chercheurs en SHS.

I. L’ORGANISATION NOTIONNELLE

  • 2 Latour (B.) et Woolgar (S.), La vie de laboratoire. La production des faits scientifiques, Paris : (...)
  • 3 Programme fort de la sociologie des sciences de D. Bloor.
  • 4 Latour (B.), « Ces réseaux que la raison ignore : laboratoires, bibliothèques, collections » dans J (...)

2L’analyse de l’activité des scientifiques, même si ceux-ci appartiennent au domaine quelque peu « suspect » des sciences humaines et sociales, relève habituellement de la sociologie des sciences. Cette approche, notamment à la suite des travaux de B. Latour, se caractérise surtout par une analyse minutieuse des ethno méthodes et des interactions construites entre chercheurs au sein d’un même laboratoire2 et de l’efficacité des réseaux reliant acteurs humains et actants (objets, notions, etc.) pour produire, transformer et traduire es positionnements sociaux en action. Ainsi, l’objectif est avant tout de déterminer comment la construction de la science relève d’une attitude non déterministe, voire résolument relativiste3, d’un constructionnisme et d’une théorie de l’action décalée de celle produite par l’utilitarisme à partir du primat accordé à la rationalité supposée de l’acteur, de ses intentions, buts et objectifs poursuivis et atteints. Pourtant, la lecture de certains textes de B. Latour, peut conduire le lecteur à, certes, suivre la science-en-train-de-se-faire à partir des rapports sociaux mis en évidence, voire révélés au travers des échanges langagiers, mais aussi à aborder la science comme un « centre de calcul » relié à d’autres situations comme « des expéditions, des voyages, des colloques, des académies… ».4 Un centre de calcul… c’est-à-dire une organisation… reliée à d’autres situations ou à d’autres organisations : un vrai programme d’investigation de terminologie textuelle… jusqu’où peut-il mener ?

ORGANISATION INFORMATIONNELLE ET SITUATION DE COMMUNICATION

  • 5 Goffman (E.), « La situation toujours négligée » dans Les moments et leurs hommes, Paris : Seuil, 1 (...)
  • 6 Pour avoir une idée de la dissémination de ce paradigme cf. les travaux fondateurs en langue frança (...)

3Si la « situation », pour paraphraser E. Goffman5 semble aujourd’hui n’être plus du tout « négligée » avec le redéploiement du paradigme de l’action située6 et prolongé par celui de la « cognition distribuée », est-on pour autant en mesure de rassembler les éléments de formulation d’un autre paradigme, plus orienté, au moins dans sa terminologie, vers ce qui relèverait de l’action organisationnelle de l’information ?

  • 7 Theureau (J.), Le cours d’action. Méthode élémentaire, Toulouse, Octares, 2004.

4Les SHS ont développé de véritables programmes de travail visant à mettre en évidence le caractère toujours « situé » de l’action, de façon à forger un outil conceptuel à la fois contre l’utilitarisme jugé trop réducteur et contre le premier cognitivisme qui n’envisageait l’action que sous les angles de sa planification a priori et de son contrôle a posteriori. Ainsi, l’entre-deux, l’accomplissement de l’action, le « cours d’action »7 malgré son opacité-transparence pour l’acteur en train de l’accomplir, est devenu la « boîte noire » à ouvrir.

  • 8 Actes de la recherche en sciences humaines et sociales, « Représentations du monde social, textes, (...)
  • 9 Lloyd (G.), Pour en finir avec les mentalités, Paris : La Découverte, 1993.

5Évidemment, les protocoles d’enquête ont été renouvelés pour sortir du récit a posteriori des actions représentées et rapportées au cours d’entretiens. Il a fallu filmer, décrypter au plus près le sens des gestes, des mots, des rapports avec l’environnement (hommes – artefacts – objets de la nature). Le point focal du chercheur est devenu l’instant, la co-construction de l’événement éphémère, toutes choses à traquer aux dépens de la prise en compte des intentions, des buts, des connaissances acquises, de l’expérience vécue, donc de tout ce qui fait le propre de l’action humaine. Cette nouvelle focale de l’observation des activités humaines a fini par rendre suspecte l’étude des représentations8, au point de vouloir en finir avec elles, sur le mode de ce que G. Lloyd a pu écrire à propos des mentalités9.

6Pourtant, nos productions intellectuelles, nos échanges sociaux, nos activités pratiques ne se déploient qu’enchâssés dans des processus de mise en ordre, d’organisation. Aussi, doit-on se demander si, d’une part la « situation » n’est pas, non en opposition, mais complémentaire à « l’organisation » et si d’autre part, cette dernière peut offrir une modalité d’analyse des actions humaines dotée d’une nouvelle pertinence heuristique. De fait, en changeant l’échelle de description et d’analyse des interactions, impliquant un nombre et une variété importants d’acteurs et d’actants, et de dispositifs sociotechniques, il est illusoire de considérer que l’entrée par « la situation », même si celle-ci est démultipliée, peut permettre d’appréhender la plupart des modalités de coordination et d’action conjointe, notamment en ce qui concerne le traitement de l’information. Ce n’est certainement pas dû au hasard, si B. Latour dans un livre traitant du pouvoir des bibliothèques, met l’accent sur l’organisation « centre de calcul » et sur la mise en réseau que cela suppose et non sur les échanges langagiers. Les laboratoires, les bibliothèques sont des organisations structurées autour de systèmes informationnels, comme le sont actuellement les entreprises et comme le sont les chercheurs en SHS considérés individuellement ou plus ou moins coordonnés en laboratoires.

  • 10 Guyot (B.), « Éléments pour une approche informationnelle dans les organisations », Sciences de la (...)

7B. Guyot définit l’organisation comme « un ensemble de moyens tenus ensemble par des règles et rassemblés autour d’un but qui la contraint et oriente ses activités »10. Ainsi, la notion d’organisation met l’accent d’une part sur les moyens (humains, techniques, logistiques) et d’autre part sur la façon de les tenir ensemble, donc sur un lien social fondé par des règles, lien qui se donne à voir dans des situations d’interaction, de hiérarchie et surtout qui contraint les acteurs et les actants à fonctionner ensemble. Cette référence à la contrainte ne dit rien sur ses modalités (soumission, acceptation, participation, etc.). Elle indique ou rappelle simplement que l’action est orientée vers un but, c’est-à-dire le sens donné à l’ensemble et construit selon deux dimensions, l’horizontale signifiant que l’ensemble des acteurs et actants doivent se coordonner pour l’atteindre et la verticale indiquant qu’au sein de cette coordination, tous les individus ne possèdent pas le même degré de participation et de décision.

8La réintroduction de la notion d’organisation informationnelle dans l’analyse de l’action, ne met pas hors jeu la « situation » avec ses interactions langagières, mais indique au contraire que si les moyens tenus ensemble le sont principalement à partir de « situations », le fait de poursuivre des buts qui transparaissent plus ou moins directement dans un certain nombre de « situations », les installe dans une temporalité.

9Ainsi, la notion d’organisation permet de redéployer l’action des acteurs dans le temps et l’espace, en prenant appui sur l’ensemble des « situations » générées par leurs rencontres et en les liant par la mémorisation de l’expérience vécue. Si les échanges verbaux sont bien dominés par des rites d’interaction, toutes les situations ne peuvent être confondues avec des conversations. Il faut aussi rappeler l’importance des scripts d’expériences servant à nous repérer dans l’espace et dans nos rapports sociaux, scripts qui sont des modalités de traitement de l’information.

10L’organisation tient bien ensemble les buts, les manières de faire, les expériences mémorisées, les attentes, les déceptions, les réticences, toutes choses qui permettent de situer réellement l’action et non de la considérer comme une perpétuelle remise en jeu ou à zéro des rapports sociaux et des connaissances, donc des informations produites.

11De plus, l’action perd de sa systématicité. Elle n’est plus celle des utilitaristes, c’est-à-dire un processus se développant de façon quasi inexorable, de la planification à sa mise en œuvre contrôlée. Elle n’est plus orientée vers la résolution de problèmes. Elle intègre l’incertitude des négociations, des affrontements entre acteurs d’une part et entre acteurs et actants d’autre part. Elle absorbe les imprévus du contexte environnemental et des dysfonctionnements du système, c’est-à-dire de la structure qui tient ensemble activités, intentions et objectifs, dans une relative homéostasie, traversée par des flux informationnels.

SYSTÈME D’INFORMATION ET HOMME COMMUNIQUANT

12Encore une nouvelle opposition à interroger ou peut-être à dé-recomposer.

  • 11 Guyot (B.), Système d’information : construction d’un objet de recherche.

13Pour B. Guyot11 la notion de système d’information est multiforme. Elle évoque, d’abord par le vocable « système », un ensemble cohérent, global, commun, voire fédérateur, lié à une organisation. Ensuite, elle exprime, par son déport vers l’informationnel, des situations, des positionnements et des représentations singulières quasiment prototypales de chacune des catégories de praticiens y contribuant : informaticiens, documentalistes, gestionnaires, usagers-consommateurs, etc.

14Le système informationnel, ainsi « situé » par ses différents contributeurs, est selon les cas, technologique, organisationnel et cognitif, matériel et immatériel. Cet aspect protéiforme, à la fois globalisant et sectoriel, ne contribue à produire ni sentiment de maîtrise ni intercompréhension de la part des usagers. Ainsi, au lieu d’apparaître comme la re-présentation matérielle et informationnelle de la structure de la « cognition distribuée » de l’organisation, il se diffracte en sous-systèmes dédiés à des activités particulières (production, gestion, commercialisation, etc.) qui se retrouvent souvent à distance de la fonction informationnelle.

  • 12 Ghiglione (R.), L’homme communiquant, Paris : A. Colin, 1986.

15Le traitement de l’information est ainsi « délocalisé » ou « relocalisé » dans le système documentaire, utilisant de plus en plus des outils informatiques et dans le système humain, celui de l’homme communiquant12 qui se définit par ses compétences, ses pratiques, mais aussi par ses interactions sociales.

  • 13 Le Moigne (J.-L.), La théorie du système général : théorie de la modélisation, Paris : PUF, 1977.

16Les travaux de J.-L. Le Moigne13, en proposant un modèle inforgétique, s’opposant au modèle énergétique, industriel, font coïncider organisation et information, la première ayant besoin pour fonctionner, de se doter d’un système de représentations reconnues et plus ou moins acceptées par l’ensemble de ses membres. Mais cette orientation a été jugée trop globalisante par certains, car ne faisant pas suffisamment de place aux sous-systèmes informationnels collectifs et individuels, voire aux pratiques informationnelles des individus qui forment rarement système.

17Ainsi, la notion de système informationnel est particulièrement complexe. Par ses prétentions intégratrices, elle vise à être à la fois la représentation et la structure d’une organisation, alors qu’elle n’est souvent qu’un composite de sous-systèmes plus ou moins capables de communiquer entre eux et de produire de l’information grâce souvent au développement d’intranet, alors qu’elle laisse, et heureusement, subsister les pratiques informationnelles de nombreux acteurs. Cette notion n’est heuristique que compléter par celle de l’individu informationnel, de façon à donner comme fondements à la structure de l’organisation la reconnaissance de situations de communication, de mondes sociaux et informationnels et de sous-systèmes plus ou moins intégrés, mais émanant tous de pratiques réelles, co-construites et coordonnées par des acteurs différents.

« L’AGIR INFORMATIONNEL »

18Information : certainement le terme le plus difficile à définir pour les chercheurs en SIC. Comment se dégager du sens commun si prégnant ? Comment défaire ce qui dans les théories reconnues, labellisées est de l’ordre des théories de la communication et de celles de l’information et comment le recomposer ? Comment se défaire des schémas de transmission de l’information de C. Shannon pour les dépasser, les adapter aux SHS ? Peut-on sans dommage passer de la cybernétique, à la linguistique et à la sémiotique, en traversant les différents paradigmes qui se sont succédés depuis les années soixante dans les SHS, le structuralisme, le constructivisme, la systémique, la pragmatique, etc. ?

  • 14 Cf. N. Elias.

19Plusieurs solutions ont été tentées. Interroger la spécificité de la communication par rapport à l’information ? Pour l’instant cette dernière n’en est pas sortie renforcée et ce questionnement a fragilisé l’ensemble des SIC. De plus, avec l’information, les variations d’échelle sont exemplaires : du macrosystème plus ou moins intégré aux pratiques des individus qui sont elles aussi variables selon les intentions, les objectifs, les besoins et les niveaux d’expertise, sans oublier les transferts de données entre machines. Enfin, l’information est une caractéristique sociétale, nous avons eu la société de cour14, la société de consommation et aujourd’hui la société de l’information.

  • 15 La revue « Information, interaction, intelligence » en est un bon exemple. Un sous-titre intéressan (...)

20Pourtant, d’autres solutions ont été mises en place par des chercheurs en SIC : parler des « sciences du traitement de l’information »15 et constituer un ensemble disciplinaire qui dépasse de loin les SHS, les unités terminologiques « traitement de l’information » se retrouvant comme phénomènes décrits, comme éléments théoriques, comme hypothèses de travail dans un nombre impressionnant de disciplines scientifiques (biologie, informatique, documentation, psychologie, sociologie, SIC, linguistique, sciences cognitives, pour n’en citer que certaines.)

21Information donc ! Un terme non significatif scientifiquement, mais omniprésent. Un terme usé par le sens commun, journalistique et judiciaire ?

22Information ou documents, ou données, etc. Pourtant, l’inventaire de ces sortes d’équivalences a trouvé pour le moment partiellement un sens.

  • 16 Il faut se référer, pour les premières interrogations sur le document, aux travaux de J. Meyriat et (...)

23Il a permis récemment de développer le rapport de l’information à son support et ainsi de re-construire un champ de recherche autour du document16.

24De même, une forte voire militante réflexion sur les données émerge à partir de problématiques différentes, mais qui toutes entretiennent de fortes relations avec l’information. Gestion, mise à disposition et conservation des données d’enquêtes quantitatives et surtout qualitatives, gestion et communication des archives électroniques, etc. Les travaux menés en linguistiques de corpus semblent devoir contaminer les autres sciences des textes et de la culture, autrement dit une bonne partie des SHS !

25Textes, énoncés textuels, données textuelles sont autant de moyens de redonner une place centrale aux matériaux langagiers, c’est-à-dire à la communication interpersonnelle déconnectée de la situation d’énonciation, donc à des transcriptions, à des actions de transformation qui finissent par produire ce qu’on nomme souvent « information ».

26Aussi, à parler comme B. Latour de transcriptions, de traductions, de transformations effectuées par des acteurs, souvent dans le cadre d’organisation comme le laboratoire, la bibliothèque ou l’expédition à parler aussi de traitement pourquoi ne pas essayer de définir l’information par les modalités d’actions qui supportent sa production, sa circulation, sa conservation ?

27Pourquoi ne pas tenter le lien entre l’action et l’information ? Parce que l’action est, elle aussi, équivoque, parce qu’elle a fait l’objet de multiples théorisations. Au début de notre analyse, nous avons différencié l’action « située » de l’action « rationnelle ». Aujourd’hui, la notion d’action ne peut être utilisée que si elle est spécifiée en terme d’échelle, c’est du moins l’hypothèse qu’il nous faut poser à partir de l’approche informationnelle des organisations.

28Aussi, proposons la notion « d’agir informationnel » pour rendre compte à la fois du caractère co-constitutif ou systémique de l’action et de l’information et de l’échelle d’analyse nécessairement définie.

  • 17 Rastier (F.), « L’action et le sens. Pour une sémiotique des cultures », Journal des anthropologues(...)

29F. Rastier17 avec sa typologie des actions situées fournit des éléments notionnels forts.

30Pour définir « l’agir informationnel », faisons référence à la notion de « zones anthropiques » définissant trois modalités d’action ou plus exactement de couplage de l’individu avec son environnement. Les « états internes » ou présentations et non représentations, correspondent au couplage entre l’individu et son entour, composé des niveaux présentationnel et sémiotique des pratiques. Le niveau physique ou « arrière-monde » existe en tant que « perçu ».

31F. Rastier fait correspondre à ces niveaux trois praxéologies ou théories de l’action : la représentationnelle relative à la mémoire, le raisonnement, etc., la sémiotique qui concerne la génération et l’interprétation des performances sémiotiques et enfin une praxéologie physique à laquelle correspond l’activité technique et productrice.

32La catégorie générale d’action peut être typologisée selon les zones anthropiques (identitaire – proximale – distale).

33La zone identitaire voit se déployer « l’activité », c’est-à-dire des comportements spontanés qui n’entrent pas dans la catégorie du faire. Il s’agit d’une activité flottante, répétitive, relevant d’un faible niveau de conscience. On pourrait ajouter qu’il s’agit principalement de traitements automatiques de l’information aboutissant à des gestes, à des réactions relativement peu intentionnels. C’est un agir individuel. C’est l’agir de celui qui n’est pas sous le regard d’autrui. Nous parlerons à ce propos « d’activité informationnelle ».

34La mise en relation de la zone identitaire et de la zone proximale est le domaine de « l’action ». Celle-ci implique normes et apprentissages et se déroule dans une temporalité précise. C’est l’accomplissement de l’action qui est visé, le cours d’action. Cet agir est celui des acteurs en situation. Il se caractérise à la fois par un condensé de mémorisation des actions passées, des expériences vécues, des intentions et des objectifs des acteurs et par une forte réactivité à autrui. Il est co-construit au sein des sous-systèmes ou des situations par les acteurs. C’est ce que nous nommerons « l’action informationnelle ».

35Dernière catégorie, « l’acte » se trouve produit par la mise en relation des zones identitaire et proximale avec la zone distale. Sa portée est nomologique. C’est l’agir attendu des acteurs contribuant activement au système d’information organisationnel. C’est l’agir coproduit par le système et l’individu. C’est, pour nous, le niveau de « l’acte informationnel ».

II. L’ORGANISATION EN SYSTÈME(S) INFORMATIONNEL(S) DU CHERCHEUR EN SHS

36Tous les chercheurs, quelles que soient leurs disciplines travaillent dans le cadre de systèmes d’information organisationnels. Derrière cette situation commune se cachent des disparités, dont l’analyse nous aide à mieux comprendre ce que sont ces systèmes pour la science et surtout pour les acteurs eux-mêmes.

37La notion d’organisation est certainement la voie d’entrée la plus appropriée pour effectuer cette analyse.

38Elle évoque des lieux sociomatériels dont il est impossible historiquement de nier le niveau de structuration : les bibliothèques, les disciplines, les institutions savantes (universités, centres de recherche et sociétés savantes), les laboratoires, les ensembles de théories et de connaissances, les méthodologies, les corpus textuels, les savoirs faire. Tous ces lieux sont interconnectés de façon à rendre le chercheur efficace dans son action, à exhiber ce qui le distingue des autres travailleurs du savoir – l’autorité, la légitimité et le crédit accordé à ses productions – à atteindre les buts et objectifs qui sont définis par le système organisationnel : écrire, éditer, faire circuler ses productions, en d’autres termes produire de l’information.

L’ÉDITOLOGIE OU POURQUOI FAIRE TENIR ENSEMBLE DES MOYENS ET DES INDIVIDUS

  • 18 Baudet (J.-C.), « Éditologie : une sociolinguistique de la science », Méta, XI, 2, 1995.

39L’éditologie18 considère la science comme un ensemble de textes édités. De ce fait, elle est avec la terminologie une branche de l’épistémologie et se définit non pas comme l’étude de l’édition – même si à ses débuts, le créateur de ce néologisme, R. Bénichoux, visait avant tout à aider, par des conseils, les chercheurs à mieux publier – mais comme le mécanisme social de mise à disposition des savoirs scientifiques.

40Avec le développement des études scientométriques qui ont permis de définir des critères de pertinence des publications scientifiques (les revues à fort impact par exemple) et avec l’éditologie, il convient de reconnaître que l’organisation « recherche » ne vise pas principalement à faire de la recherche, mais à publier des écrits scientifiques qui sont aussi des résultats de recherche. En rupture totale avec les questionnements du sens commun – qu’est-ce qu’un chercheur cherche et trouve –, un chercheur est un éditologue. L’éditologie est la finalité, la raison d’être du système d’informations organisationnel de la science.

L’ÉDITOLOGIE OU COMMENT SPÉCIFIER LES « ACTES INFORMATIONNELS » DES CHERCHEURS EN SHS

41Actuellement, cinq « actes informationnels » caractérisent le système d’informations organisationnel des SHS.

  • 19 Latour (B.), « Le topofil de Boa-Vista », « Les objets dans l’action », Raisons pratiques n° 4, 199 (...)

42B. Latour, dans ses différents textes, montre bien la difficulté qu’il y a à nommer « l’acte » scientifique le plus fondamental. Tous les termes employés font référence au « passage » : transposer, transformer, transférer, traduire. De fait, il s’agit bien de faire passer d’un lieu à un autre, à « quelque chose » qui, tout à la fois garde la trace d’une de ses dimensions d’origine, une sorte de ressemblance avec ce qu’il était au départ et supporte le changement, de façon à devenir autre. Il s’agit bien de passer d’un état à un autre, grâce aux transformateurs que sont les chercheurs et aux outils dont ils disposent. Cette sensibilisation à la transformation est commune à plusieurs types d’acteurs, au moins deux catégories ont été repérées : les sociologues des sciences et les documentalistes. N’y a-t-il pas la même reconnaissance, la même conscience du passage d’un état à un autre, de la métamorphose d’un actant dans le raisonnement de S. Briet à propos de la création du document antilope (passage de l’animal de la savane au statut de document dans une collection de naturaliste) et dans celui de B. Latour quand il étudie les opérations de transformation du sol de Boa-Vista19 ? Le chercheur, par l’acte informationnel de transformation est une sorte de passeur.

43L’acte informationnel de « trans-faire » ou « trans-in-former » peut se décomposer sommairement en : savoir découvrir l’objet qui est capable d’aller au-delà de ce qu’il est, savoir construire une présentation, dans le sens de F. Rastier, s’opposant à la représentation comme décalque de la réalité, savoir le traduire en inscriptions qui peuvent ou non faire l’objet de discussion, savoir établir des relations entre des êtres, des objets, des instruments de mesure, des inscriptions plus ou moins formalisées et savoir produire des écrits circulant dans la communauté scientifique et obtenant ainsi leur statut de résultats scientifiques dotés d’un coefficient de crédibilité. À chacun de ces savoirs correspond une action informationnelle.

44Le deuxième acte informationnel du système de la recherche est d’intertextualiser, donc de mettre en relation des écrits scientifiques. L’action n’est plus ici de l’ordre du passage mais de la connexion. Il s’agit de faire appel au sous-système documentaire de l’espace livresque, agissant simultanément au niveau intertextuel (bibliographies, index, mais aussi collections, éditeurs) et intratextuel (citations, notes en bas de page, etc.). Cet acte est bien de type nomologique, puisqu’il est construit sur la double nécessité d’identifier et de localiser le document. La normalisation de la description bibliographique et l’usage des grands systèmes classificatoires en sont les actions les plus manifestes. Aujourd’hui, avec le web, la portée de cet acte se transforme pour devenir une intertextualité ou une interdocumentalisation généralisée. Les actions informationnelles changent : elles portent sur le référencement des sites, sur l’usage des métadonnées, sur l’hypertextualité.

45Le troisième acte informationnel peut être rendu par le néologisme d’informationnaliser, emprunté à B. Miège. Il correspond à la construction, à l’utilisation des outils informatiques, à la mise en place d’un environnement informationnel et informatique de travail. Les actions informationnelles correspondantes vont de la recherche d’informations à la gestion des documents numériques de travail et à leur conservation. Les choix de logiciels ou d’outils intelligents en font partie. C’est certainement dans ce domaine que les chercheurs connaissent les plus grandes disparités de travail, ce qui a des conséquences immédiates à la fois sur la mise en œuvre des actions informationnelles se rapportant à toutes les catégories d’actes et sur les activités elles-mêmes, c’est-à-dire les gestes quotidiens, quasi automatiques. Les savoirs pratiques changent très vite et demandent de plus en plus de moyens financiers importants, ce qui rend les chercheurs plus sensibles aux sollicitations de la demande publique qui seule les pourvoit en ressources financières.

46Le quatrième acte correspond à l’écrire. Les actions informationnelles sont de divers ordres : production, gestion et conservation des écrits de travail, des écrits intermédiaires qu’ils soient personnels ou issus de données d’enquête, conditions de production des écrits scientifiques (recours à des ressources numérisées ou non, usages de logiciels spécifiques à l’écriture et à la conservation des différentes versions d’un texte), conditions de circulation des écrits scientifiques (revues à fort impact, dépôts dans des Archives ouvertes, etc.).

47Le cinquième et dernier acte informationnel est certainement le plus social, c’est cadrer son activité, la situer dans un champ disciplinaire, s’affilier à une communauté scientifique, communiquer son appartenance à un groupe, contextualiser sa production de connaissances et savoir faire valider ses productions et augmenter le crédit imputé à ses écrits scientifiques.

48Ainsi, chercher à analyser les activités de recherche en SHS à partir des caractéristiques des systèmes d’informations organisationnels, nous a amenés à considérer l’activité de recherche comme une organisation et non uniquement comme une institution. De même que la comprendre comme système d’information nous a permis de dégager une réflexion spécifique portant sur les produits scientifiques en les abordant comme des produits d’information et non plus exclusivement comme le résultat de positionnements sociaux.

49En essayant, notamment dans la première partie de tenir d’une part ce qui est de l’ordre de l’organisation, des systèmes et de l’information et d’autre part ce qui est de l’ordre du social, des interactions sociales et langagières et de la communication, nous avons voulu montrer la complémentarité de ses approches.

50Enfin, notre caractérisation partielle des actes et actions informationnels a eu pour objectif, d’une part de montrer comment le couplage action / information permettait de stabiliser cette notion et même de la densifier en la dotant de différentes dimensions sensibles, pratiques et nomologiques et d’autre part de voir comment l’activité scientifique, de part sa structuration documentaire, institutionnelle et sociale pouvait être un domaine d’investigation privilégié pour les approches informationnelles des organisations, parce que doté historiquement de différents sous-systèmes d’information et surtout parce qu’obligé actuellement de se transformer sous la pression des nouveaux savoirs numériques.

Notes

1 Il faut notamment citer les travaux publiés dans Sciences de la société, n° 63, oct. 2004 et ceux de Christiane Volant.

2 Latour (B.) et Woolgar (S.), La vie de laboratoire. La production des faits scientifiques, Paris : La découverte, 1993.

3 Programme fort de la sociologie des sciences de D. Bloor.

4 Latour (B.), « Ces réseaux que la raison ignore : laboratoires, bibliothèques, collections » dans Jacob (C.), Baratin (M.), dir., Le pouvoir des bibliothèques. La mémoire des livres en Occident, Paris : Albin Michel, 1996, p. 23-46.

5 Goffman (E.), « La situation toujours négligée » dans Les moments et leurs hommes, Paris : Seuil, 1988, p. 143-149.

6 Pour avoir une idée de la dissémination de ce paradigme cf. les travaux fondateurs en langue française « Les objets dans l’action. De la maison au laboratoire », Raisons pratiques n° 4, 1993, « Les formes de l’action. Sémantique et sociologie », Raisons pratiques n° 1, 1990 et Travail et cognition, Sociologie du travail n° 4, 1994, et les travaux plus récents de Conein (B.), Les sens sociaux. Trois essais de sociologie cognitive, Paris : Economica, 2005.

7 Theureau (J.), Le cours d’action. Méthode élémentaire, Toulouse, Octares, 2004.

8 Actes de la recherche en sciences humaines et sociales, « Représentations du monde social, textes, images, cortèges », n° 154 2004.

9 Lloyd (G.), Pour en finir avec les mentalités, Paris : La Découverte, 1993.

10 Guyot (B.), « Éléments pour une approche informationnelle dans les organisations », Sciences de la société, n° 63, oct. 2004.

11 Guyot (B.), Système d’information : construction d’un objet de recherche.

12 Ghiglione (R.), L’homme communiquant, Paris : A. Colin, 1986.

13 Le Moigne (J.-L.), La théorie du système général : théorie de la modélisation, Paris : PUF, 1977.

14 Cf. N. Elias.

15 La revue « Information, interaction, intelligence » en est un bon exemple. Un sous-titre intéressant : revue en Sciences du traitement de l’information.

16 Il faut se référer, pour les premières interrogations sur le document, aux travaux de J. Meyriat et pour les dernières, à l’analyse des textes produits collectivement par Roger T. Pédauque.

17 Rastier (F.), « L’action et le sens. Pour une sémiotique des cultures », Journal des anthropologues, n° 85-86, mai 2001, p. 183-219. Texte consulté le 21.02.2006 sur http://www.revue-texto.net/Inedits/Rastier/Rastier_Action.html

18 Baudet (J.-C.), « Éditologie : une sociolinguistique de la science », Méta, XI, 2, 1995.

19 Latour (B.), « Le topofil de Boa-Vista », « Les objets dans l’action », Raisons pratiques n° 4, 1993.

Auteur

Maître de conférences en sciences de l’information et de la communication, Université de Paris X / I.N.R.P. Chercheur au C.H.C.S.C. (Centre d’Histoire Culturelle des Sociétés Contemporaines de l’Université de Versailles Saint Quentin-en-Yvelines) et au C.R.I.S (Paris X)

© Presses universitaires François-Rabelais, 2008

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540