Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

L’information dans les organisations : dynamique et complexité

 | 
Christiane Volant

Conférences inaugurales

La recherche en Sciences de l’Information au Brésil : marques institutionnelles, scénarios et perspectives

Regina Maria Marteleto

Texte intégral

INTRODUCTION

1J’aimerais, tout d’abord, exprimer mon plaisir d’être avec vous aujourd’hui. Je vous remercie beaucoup de l’invitation qui m’a été adressée par l’organisation de cet événement, par l’intermédiaire de la Professeure Christiane Volant. Je crois également que c’est une grande responsabilité que celle d’être la personne qui dispose de l’une des clés d’ouverture de ce Colloque. Ouvrir une porte est, en effet, envisager un chemin, un sens : c’est signaler une direction, mais aussi une signification...

2Le chemin que je vous propose est orienté par une double position :

  1. mon insertion, en tant que chercheuse en Sciences de l’Information dans la thématique de recherche Anthropologie de l’Information depuis le début des années 80 ;

  2. mon point de vue concernant le champ de la recherche dans le secteur à partir de la présidence d’une société scientifique, l’ANCIB - Association Nationale de Recherche et Post-Graduation en Sciences de l’Information.

3Ayant signalé cette double position, celle de chercheuse ou d’actrice du terrain, et mon recul, ou de représentation et de gestion d’une société scientifique, mon discours sera orienté par cette insertion spéciale dans le champ d’études de l’information.

4Pendant les dernières décennies, l’on a pu observer une augmentation quantitative et qualitative des études épistémologiques et historiques en Sciences de l’Information au niveau mondial. Elles visent à mieux équilibrer leur champ de questions, leur position disciplinaire, inter et transdisciplinaire, les objets d’étude, les théories et méthodes, dans une perspective sociale et historique et pas seulement abstraite ou formelle. Il semble que le champ commence à exercer ce que le sociologue Pierre Bourdieu a nommé réflexivité qui concerne le besoin de soumettre la science à une analyse historique et sociologique, permettant à ceux qui la font de comprendre les mécanismes sociaux qui orientent la pratique scientifique (Bourdieu, 2001). Le rôle de la réflexivité est de faire retourner le chercheur vers ses propres instruments théoriques et méthodologiques de recherche, de façon à lui permettre de réaliser son auto-réflexion en tant que producteur social et de se retourner sur les conditions socio-historiques de la possibilité d’une science de l’information. L’idée de réflexivité dépasse l’expérience vécue du sujet chercheur pour englober la structure organisationnelle et cognitive de son champ disciplinaire, ses objets, théories, discours, vérités et institutions.

5Depuis les années 1990, l’on aperçoit dans la littérature des Sciences de l’Information, la présence d’études qui montrent un effort de réflexivité sur le champ. C’est ce que nous allons aborder.

6En 1995, à la 23e Conférence Annuelle de l’Association Canadienne de Sciences de l’Information, Bernd Frohmann a présenté une conférence sur la politique de l’information, où il a employé l’idée de régime d’information pour nommer les différents acteurs, institutions, véhicules et scénarios temporels et spatiaux qui donnent un certain ordre à des actions et des politiques d’information. Les régimes d’information représentent certaines relations sociales et formes spécifiques de pouvoir qui sont exercées dans le temps et dans l’espace.

7Gonzalez de Gómez (2002) a employé le concept développé par Frohmann pour affirmer qu’un régime d’information est reconnu par ses lignes de force dominantes : il définit qui sont les sujets, les organisations, les règles et les autorités informationnelles et quels sont les moyens et ressources préférentiels d’information, outre instaurer des normes d’excellence et les modèles de son organisation, interaction et distribution valables à un certain moment, lieu et circonstance, selon certaines possibilités culturelles et certaines relations de pouvoir.

8Couzinet (2000), dans une étude réalisée à propos des médiations hybrides et réseaux qui caractérisent la constitution du champ des Sciences de l’Information en France, bien qu’elle n’emploie pas le concept de régime d’information, adopte une perspective similaire à celle de Frohmann et à celle de Gonzalez de Gómez, lorsqu’elle cherche à faire une analyse sur des acteurs, les véhicules et les institutions du scénario de l’histoire et du fonctionnement du champ.

9Cette perspective, celle de l’adoption d’une position de réflexivité sur le champ de connaissance et de l’emploi de l’idée de régime d’information pour chercher à comprendre les milieux historiques et contemporains des pratiques et des politiques d’information, sera ici utilisée pour réfléchir sur la recherche en Sciences de l’Information au Brésil.

10Le point principal de ce scénario prend en considération la période detransition plus récente d’un régime d’information fondé sur l’action de l’État vers un autre régime orienté vers le marché, qui marque un certain déplacement de la question de la connaissance et de l’information de la sphère de l’État, du public et de la science vers le domaine de l’entreprise et de l’économie, et qui rehausse la centralité de l’information, de la communication et ses technologies dans le monde contemporain globalisé, où la thématique de l’information et sa gestion dans les organisations acquièrent une importance spéciale.

11Ce nouveau scénario de changement de régime trouve chez les acteurs, les discours et les institutions du champ informationnel des éléments qui renforcent, résistent ou questionnent ce nouvel ordre de la connaissance et de l’information.

I. LA POST-GRADUATION ET LA RECHERCHE DANS LE SYSTÈME BRÉSILIEN D’ÉDUCATION SUPÉRIEURE

12À cause des circonstances historiques et institutionnelles et comme pays au développement socio-économique tardif, il s’est développé dans des universités brésiliennes tout d’abord un système d’enseignement supérieur, basé sur la formation et l’enseignement, puis ultérieurement, un système de post-graduation, où sont situées prioritairement les activités de recherche. L’expansion du système national de post-graduation a commencé à partir des années 1970, avec la réforme de l’enseignement supérieur, la qualification des cadres d’enseignants et le développement plus soutenu des activités de recherche, dans un contexte de politiques d’éducation et de science et technologie organisées par l’État militaire-autoritaire brésilien visant le développement économique et la construction de la souveraineté nationale.

13La post-graduation est le niveau d’enseignement postérieur à la licence et au Brésil elle est classée en lato sensu, c’est-à-dire composée de cours de spécialisation visant à former des professionnels qualifiés pour le marché de travail. L’autre niveau de post-graduation est celui du stricto sensu, qui est divisé en deux niveaux : le Master et le Doctorat. Le Master peut être académique - le Master Recherche - (historiquement déjà bien consolidé dans les universités brésiliennes, visant la formation de futurs chercheurs et enseignants) - ou professionnel (expérience récente et implantée dans quelques universités, et qui est tournée vers la formation de professionnels de haut niveau). Dans le premier cas, il est obligatoire de présenter d’une « dissertation » (mémoire) et, dans le second cas, seulement une monographie de clôture de cours. Le délai pour la réalisation du Master est de deux ans.

14Le Doctorat, par contre, est toujours académique et exige du candidat un bagage considérable de connaissances scientifiques ainsi que la maîtrise de deux langues étrangères, et surtout, qu’un bon projet de recherche soit présenté. À la fin d’une période de formation de quatre ans, le candidat soutient une thèse devant un jury composé de cinq professeurs : le directeur de thèse, deux chercheurs de la même Université ou du même Programme que celui du Doctorant et deux chercheurs d’autres Universités ou Programmes.

15Les Programmes de Post-Graduation sont annuellement évalués par la CAPES - Coordination de Perfectionnement du Personnel de Niveau Supérieur, attachée au Ministère de l’Éducation Nationale et, chaque trois ans, ces Programmes reçoivent un cadrage conformément à leur performance pendant cette période. Les principaux éléments considérés pour l’évaluation sont la proposition générale du Programme et l’harmonie thématique entre ses axes d’investigation, les contenus didactiques et les projets de recherche des chercheurs et des étudiants de Master et de Doctorat, la production bibliographique et la participation des chercheurs et des étudiants aux événements, la coopération internationale établie avec d’autres programmes et chercheurs, la participation d’étudiants de post-graduation et de graduation aux projets de recherche des professeurs, parmi d’autres demandes. Chaque domaine de la connaissance établit sa liste de périodiques et d’événements les plus importants déterminés par la communauté elle-même afin de procéder à l’évaluation de la production scientifique. Ceci est un puissant et efficace instrument d’évaluation de la recherche dans notre pays, bien qu’il soit basé sur des critères généraux de production scientifique plus adaptés aux sciences exactes et biologiques qu’aux sciences humaines et sociales, causant ainsi des problèmes pour mesurer la qualité des Programmes et des recherches dans ces dernières disciplines.

16En 2004, une Commission de spécialistes nommés par les ministères del’Éducation et le ministère de la Science et de la Technologie a élaboré le IVe Plan National de Post-Graduation, contenant des directives et des objectifs de la recherche et de la Post-Graduation pour la période comprise entre 2005 et 2010. Les points principaux soulignés dans ce document se rapportent à l’expansion rapide de la post-graduation et de la recherche, au long des dernières années, même s’il demeure quelques asymétries régionales :

  • le besoin d’expansion de lignes de financement de la recherche par des sources tant du gouvernement que privées,

  • l’accroissement de la coopération internationale, avec l’augmentation du flux inter pays de chercheurs et d’étudiants.

17Si dans les premières décennies les efforts dépensés se tournaient vers la formation de nouveaux cadres de chercheurs et vers l’expansion de la post-graduation, pour ce dernier plan, on insiste sur une meilleure qualification des Programmes et leur expansion afin d’atteindre un niveau d’excellence.

II. LA RECHERCHE ET LA POST-GRADUATION EN SCIENCES DE L’INFORMATION AU BRÉSIL. MARQUES HISTORIQUES ET INSTITUTIONNELLES

18Ayant présenté ce bref premier panorama sur la post-graduation et la recherche au Brésil, je vais maintenant indiquer quelques repères de l’institutionnalisation de la recherche en Science de l’Information. La recherche s’est structurée dans un régime d’information au service de l’État et dans un cadre de politiques de développement de post-guerre, conduites auprès des pays sous-développés sous l’orientation de l’UNESCO.

19En fait, les activités d’information au Brésil ont toujours montré une forte présence de l’État. Dans ses agences de gestion, éducation et culture ont été promus le développement et l’institutionnalisation de la Bibliothéconomie, ensuite de la Documentation et, finalement, de la Science de l’Information dans les années 1950, avec la création de l’Institut Brésilien de Bibliographie et Documentation - IBBD, qui à la fin des années 1970 a changé sa dénomination pour IBICT-Institut Brésilien d’Information en Science et Technologie, rehaussant la préoccupation de l’État et de la communauté scientifique envers les politiques d’information pour les activités scientifiques et technologiques.

20Les politiques et les actions d’information dans cette période étaient en accord avec les idées de la FID, par l’intermédiaire de l’UNESCO et de l’IFLA, qui ont entrepris la fusion contextuelle de la Bibliothéconomie avec la Documentation. En 1970, l’IBBD crée le premier Master en Science de l’Information du pays, dont les premiers professeurs-chercheurs étaient ou nord-américains ou britanniques. Ce Master, à son tour, a été responsable par la formation de professeurs-chercheurs pour d’autres cours de post-graduation qui ont été créés à partir des années 70 dans les universités brésiliennes. En 1972, l’IBBD publie la revue Science de l’Information, sans interruption jusqu’à nos jours, l’un des principaux supports de diffusion de recherches et d’activités d’information dans le pays (Oddone, 2004).

21Néanmoins, le scénario international de la science et de la technologie s’est dramatiquement transformé à partir des années 1980 et une nouvelle réalité s’est dessinée pour les politiques et les activités scientifiques et technologiques dans le pays, différente de celle vécue intensément entre les années 1950 et 1970, où il y avait une forte présence de l’État dans le secteur. À partir des années 1980, la nouvelle manière de produire la science est plus pragmatique, interdisciplinaire et plus liée aux intérêts commerciaux et aux entreprises que ce qu’elle était auparavant. Ses principales caractéristiques, selon Schwartzman et al. (1995) sont :

  1. l’approche entre science, technologie, industrie et marché est liée aux besoins, non seulement d’innovation des produits et des processus des entreprises, mais aussi au besoin de nouvelles qualifications visant à accompagner les conceptions et les pratiques de gestion. Il y a aussi une préoccupation renouvelée avec des questions de propriété intellectuelle, qui accompagnent la grande expansion d’une vraie industrie de la connaissance, du commerce, des marques et des brevets, d’assistance technique et de consultants internationaux ;

  2. le rythme accéléré de l’innovation technologique et de la concurrence dans le marché exige des institutions une capacité permanente à changer leur organisation interne, à absorber de nouvelles technologies et processus et à produire de nouveaux produits et technologies de gestion ;

  3. quant à la science, c’est une activité qui devient de plus en plus globale. Avec la vitesse et les bas coûts des flux internationaux d’information, les chercheurs et les centres de recherche sont en constante interaction et contact direct, produisant un environnement de communication et des normes de production scientifique qui doivent être assimilées par les chercheurs et les centres de recherche dans le monde entier, indépendamment des milieux culturels et sociaux de chaque pays.

22Dans ce nouveau scénario, se dessine un nouveau contexte social, politique et économiquement mondialisé pour la science et la technologie. Auparavant activité liée aux seules politiques et initiatives de l’État, elle intègre maintenant, avec toujours la présence de l’État dans la formulation d’objectifs d’évaluation et de financement, de nouveaux acteurs : le marché et le secteur des entreprises. Ceci cause quelques situations particulières pour le champ d’études de la Science de l’Information : d’abord, un certain déplacement de la « question de la connaissance et de l’information » de la sphère de l’état et du public vers la sphère productive-organisationnelle-entreprenariale, ensuite un nouveau réajustement des Sciences de l’Information en tant que champ disciplinaire, soit par la nouvelle compréhension de ce qu’est la science, soit en fonction du rôle de l’information en tant que vecteur du fonctionnement du marché, de ses flux et des nouveaux milieux organisationnels.

23Ce nouvel encadrement de la question de la connaissance et de l’information semble se diriger vers la constitution d’un nouveau régime d’information, qui ouvre de nouvelles questions et défis pour la recherche en Sciences de l’Information de façon générale, avec des incidences spéciales dans des différents contextes culturels, politiques et économiques.

24Je crois que ces changements signalent des questions importantes pour que l’on réfléchisse sur la thématique de « l’information dans les organisations », sur laquelle je reviendrai plus tard…

III. LES LIEUX DE LA RECHERCHE EN SCIENCES DE L’INFORMATION

25Pour bien dessiner le scénario de la recherche en Sciences de l’Information qui se fait actuellement au Brésil, il faut faire rapidement une brève distinction entre deux types de recherche :

  1. celle qui est faite dans les universités et instituts de recherche, où il existe des programmes formels d’enseignement, de formation et de recherche. C’est là où fonctionnent les Programmes de Post-Graduation ;

  2. la recherche réalisée sur le terrain par des professionnels sortis de la post-graduation et agissant dans le domaine de la gestion et pratiques d’information dans les services et systèmes d’information. Au Brésil ces chercheurs agissent surtout dans les agences de l’état des secteurs de santé, de l’éducation, de l’agriculture, de la production de pétrole et d’énergie nucléaire.

26Malgré l’importance des deux types de recherche pour l’expansion et la qualification des Sciences de l’Information, il y a un écart entre les deux groupes de chercheurs, ce qui s’explique, en partie, par la séparation entre recherche et application de la connaissance qui s’est établie dans la science d’une façon générale et, de façon particulière, au Brésil.

27Dans le pays, plusieurs significations de ce qui est recherche scientifique coexistent, et elles intègrent, depuis l’influence positiviste du début du xxe siècle, des ingénieurs et des militaires, pour lesquels il existe une connaissance scientifique-technique supérieure à d’autres formes de connaissance qui doit être employée pour rendre le pays plus moderne, rationnel et efficace, jusqu’à la compréhension de la « science pure », des mathématiciens, astronomes, physiciens, humanistes, pour lesquels la science n’est pas seulement un instrument d’action de la société, mais une connaissance liée à la culture et à la formation humaniste et plus simplement à la personne. Entre ceux deux pôles de compréhension de l’activité scientifique s’est formé un large spectre d’acteurs, liens, supports, institutions et objets qui incorporent des différentes manières de comprendre et de réaliser la recherche (Schwartzman, 2005).

28Néanmoins, il faut que l’on se rappelle que l’écart entre des chercheurs académiques et des chercheurs praticiens, ainsi que la façon différenciée de comprendre la recherche dans le champ d’études des Sciences de l’Information, sont associés aussi au profil assez professionnel et professoral du secteur au Brésil, établi par la vision pionnière de professionnels de la Bibliothéconomie et la Documentation placés dans des grandes agences publiques et auprès des sphères et des figures de pouvoir de l’État.

29Pour ce travail, et même en reconnaissant l’importance de la recherche appliquée réalisée par des praticiens, nous donnerons plus de poids à la recherche produite dans le contexte des Programmes de Post-Graduation en Science de l’Information, car ce sont ceux-là qui effectivement font partie du système académique et universitaire.

30Actuellement il y a au Brésil cinq Programmes (Master Recherche et Doctorat) et trois Cours (Master Recherche) de Post-Graduation en Sciences de l’Information. Chacun développe un ensemble d’activités telles que : disciplines, recherches, événements, publications. Outre ceux-là, deux autres Programmes comprennent des axes et des thématiques de recherche en information et une partie des chercheurs y ont fait leur formation en Sciences de l’Information. Dans le Tableau 1 sont énumérés les Programmes et leurs thématiques de recherche. Celles-là, comme on peut l’observer, en général se regroupent en quatre blocs principaux :

  1. théorie et épistémologie de l’information,

  2. gestion de l’information et de la connaissance,

  3. médiation, diffusion et utilisation de l’information,

  4. organisation et représentation de l’information.

TABLEAU 1 – Programmes et Cours de Post-Graduation en Sciences de l’Information

TABLEAU 1 – Programmes et Cours de Post-Graduation en Sciences de l’Information
  • 1 Programmes qui ont des chercheurs et thématiques de recherche en Sciences de l’Information

Note*1

31Le classement des disciplines de la connaissance employé par les agences d’évaluation et de financement de la recherche, dont les deux principales sont la CAPES -Coordination d’Évaluation du Personnel de l’Enseignement Supérieur, attachée au Ministère de l’Éducation Nationale, responsable de l’évaluation des Programmes de Post-Graduation et le CNPq - Conseil National de Développement Scientifique et Technologique, attaché au Ministère de la Science et Technologie, responsable de la gestion et de la distribution des ressources pour la recherche, situe les Sciences de l’Information dans le grand domaine des Sciences Sociales Appliquées, avec les Sciences de la Communication et l’Art.

32Depuis les années 1970 et malgré l’expansion accélérée du système de post-graduation au Brésil, la Post-Graduation en Sciences de l’Information a atteint un développement peu significatif si on le compare aux autres disciplines, par exemple, aux Sciences de la Communication. Les deux disciplines ont commencé leurs cours de post-graduation à partir des années 1970 et elles ont réussi à avoir un développement au même rythme dans les années 1980. Néanmoins, à partir des années 1990 le rythme de croissance des deux disciplines commence à être différent. Par exemple, entre 1996 et 2003, le nombre de Programmes en Sciences de la Communication a augmenté de 200 %, tandis que ceux des Sciences de I’Information ont atteint seulement 50 %.

33L’on pourrait donner quelques raisons pour cette différence concernant la croissance des deux secteurs depuis les années 1990. Les deux disciplines ont des profils interdisciplinaires, mais les Sciences de la Communication ont élargi davantage l’angle d’étude de leur objet, à partir du moment où elles ont accepté dans leur champ des chercheurs de domaines de connaissance différents, et ont aussi pu marquer plus nettement, grâce à l’investissement théorique, leur caractère de discipline des Sciences Sociales. Si quelquefois cela a apporté quelques préjudices dans les évaluations de la Post-Graduation et de la recherche, accentuant l’objectif multicentré de la discipline et des programmes, ceci a permis une plus grande sédimentation et approfondissement de leurs questions, concepts et objets d’étude. Également, l’expansion de la Post-Graduation en Sciences de la Communication a été accompagnée par la croissance quantitative et qualitative des cours de graduation, ce qui a permis de constituer un contingent de candidats mieux préparés pour l’admission dans la post-graduation et, ultérieurement, pour agir comme chercheurs dans un processus cyclique et en chaîne.

34Pour les Sciences de l’Information, l’interdisciplinarité est toujours plus annoncée dans le discours que mise en pratique dans des activités de recherche, l’une des raisons étant le caractère plutôt professionnel et appliqué des études de l’information, ce qui met leurs questions et problèmes à un niveau plus pratique-opérationnel des services et des systèmes d’information, que sur le plan épistémologique, historique et social de la génération, circulation et appropriation de l’information. En outre, les cours de graduation plus proches du champ des Sciences de l’Information – Bibliothéconomie, Archivistique et Muséologie – n’ont pas augmenté pendant les dernières années ni en quantité ni en qualité, au point de fournir de bons candidats à la Post-Graduation.

35Bien que la Science de l’Information, en tant que secteur interdisciplinaire de post-graduation et recherche, accueille et va continuer à accueillir des candidats originaires de différentes formations, comme la Communication, l’Administration, l’Informatique et les Sciences Sociales, parmi d’autres, il est souhaitable, pour l’organisation même du système d’enseignement supérieur au Brésil qui encourage l’intégration entre les différents niveaux d’enseignement, qu’il existe un lien prioritaire entre un Programme de Post-Graduation et un ou plus secteur(s) lié(s) à la graduation, afin de permettre la croissance soutenue de l’enseignement, de la formation et de la recherche scientifique.

IV. L’ANCIB ET LES GROUPES DE TRAVAIL (GTS) EN SCIENCES DE L’INFORMATION

36L’ANCIB -Association Nationale de Recherche et Post-Graduation en Sciences de l’Information est une société scientifique, créée en 1989, qui rassemble la communauté des chercheurs du domaine, avec l’objectif politique et académique de représenter leurs intérêts auprès des agences d’investissement et d’évaluation de l’État, ainsi que d’encourager le partage d’idées et d’expériences entre les chercheurs en ouvrant collectivement des canaux d’échanges académiques au niveau national et international.

37L’Association est aussi le lieu où les chercheurs et les étudiants échangent sur la recherche en Sciences de l’Information face aux changements actuels qui pointent vers une période de transition entre des régimes différents d’information. Il s’agit de l’ouverture d’espaces de débat pour ceux qui acceptent, questionnent ou résistent aux changements en cours.

38L’ANCIB agit sur deux fronts principaux :

  1. le Forum de Coordinateurs des Programmes de Post-Graduation, qui accompagne et débat des questions concernant le fonctionnement des cours, leur expansion et qualification scientifique-académique ;

  2. les Rencontres Nationales de Recherche en Sciences de l’Information, qui réunissent les chercheurs en Groupes Thématiques de Travail (GTs), pour débattre et approfondir les questions de recherche. Depuis leur création, six rencontres nationales ont été déjà réalisées, dont la plus récente en novembre 2005.

39Les Groupes de Travail actuels sont énumérés dans le Tableau 2. Cependant, à chaque rencontre ils sont évalués, de façon à rendre possible des fusions, de nouvelles propositions ou l’élimination de GTs.

TABLEAU 2 : GROUPES DE TRAVAIL (GTs) DE L’ANCIB

TABLEAU 2 : GROUPES DE TRAVAIL (GTs) DE L’ANCIB

40En considérant le scénario international, on peut affirmer que la recherche au Brésil accompagne les tendances déjà perçues depuis les années 1990 par Ingewersen (1992), lors d’une conférence réalisée en 1991 en Finlande, dont la thématique portait sur les concepts des Sciences de l’Information, et commentée dans l’article publié par Mueller (2000). L’auteur considère que, du point de vue épistémologique, les Sciences de l’Information cherchent à étudier le phénomène du transfert de l’information ayant comme point central le sujet, celui-ci étant la meilleure perspective pour considérer ses questions. Concernant l’expansion de l’objet d’étude, il identifiait dans la littérature les tendances suivantes :

  1. changement accentué dans l’objet des recherches, du document aux textes et aux informations transformées en connaissance ;

  2. changement radical concernant les objectifs des recherches, en englobant maintenant toute la dimension humaine et non seulement la technologie ;

  3. changement de l’objectif des informations : de l’information scientifique vers les différentes formes de production et d’expression de l’information ;

  4. la non séparation entre « avoir accès » et « pouvoir utiliser » l’information, quand les deux aspects sont pris en compte ensemble.

41Éloignés de plus d’une décennie de ces projections, on peut affirmer que ces tendances générales des recherches se maintiennent, au moins au Brésil, en particulier en ce qui concerne la présence du sujet dans ses milieux culturels et organisationnels, dans la compréhension du phénomène de l’information et la prise en compte des différentes dimensions des pratiques et des constructions informationnelles, les médiations technologiques traditionnelles et plus récentes, dans le cadre contemporain de la « société de l’information », de la connaissance et de la communication.

UN NOUVEAU RÉGIME D’INFORMATION ? QUELQUES QUESTIONS CONCLUSIVES

42Comme rappelé au début de cet exposé, il y a déjà quelques décennies que l’on se rend compte d’un déplacement de la question de la connaissance et del’information des sphères de l’État, publiques et pédagogiques, vers la sphère privée, économique et commerciale, à partir de la globalisation du monde, des politiques néo-libérales et de désengagement de l’État, par rapport à l’État du bien-être social que lui a précédé. Dans ce contexte, la compréhension même de ce que signifient science et activité scientifique se transforme, tant que les milieux institutionnels de gestion, de production, de transfert et d’utilisation des informations et des connaissances, ce qui semble constituer un moment de transition vers un autre régime d’information.

43Dans la littérature des Sciences de l’Information, les études de ses chercheurs et de ses étudiants, dans la pratique professionnelle, on remarque une augmentation substantielle de la littérature de gestion de la connaissance et de l’information avec une forme modulaire et applicable dans les organisations, surtout dans les entreprises. Néanmoins, et malgré les exceptions liées aux habitudes, le secteur doit faire face à une abondante littérature et discours concurrents sur l’information dans les organisations où prévaut une vision pragmatique et opérationnelle de l’information.

44D’autre part, la littérature ainsi produite semble superflue et souvent, on a l’impression que « les personnes semblent n’aimer entendre que ce qu’elles savent déjà ». Et l’on se demande comment provoquer une rupture dans cette manière d’appréhender et de voir les problèmes concernant la théorie, les méthodes et les technologies de gestion de l’information et de la connaissance ?

45D’autre part, il y a une difficulté inhérente à notre culture académique, qui est celle d’opérer la transition de l’appréhension de la connaissance et de l’information ayant comme objectif l’État et les institutions académiques et publiques, pour une autre configuration de monde, où entrent en scène d’autres acteurs, objets, et des nouvelles relations de pouvoir autour de la valeur de marché de l’éducation, de la connaissance et de l’information. Les Sciences de l’Information, après tout, traditionnellement, comme le souligne Daniel Bougnoux, s’occupent de la pérennité de l’information, des archives et collections, des mémoires. Comment réaligner leurs présupposés pour un contexte informatisé et médiatisé en constante transformation, où se métissent différents langages, discours et images ?

46Il est nécessaire de réajuster le pas et le compas du temps lent et épuré de la recherche à la vitesse accélérée des nouveaux médias technologiques et aux besoins constants de reconfiguration des pratiques et des processus organisationnels, sans parler de quelque chose de plus important : les acteurs sociaux qui remplissent ces espaces. Mais surtout, il est fondamental de bien établir, dans nos recherches, comment réfléchir sur la convergence entre la société de marché et la rationalité technologique qui, selon le théoricien de la communication Martin-Barbero (2003), dissocie la société en sociétés parallèles : celle des connectés à l’offre infinie de biens et savoirs et celle des exclus, chaque fois plus, aussi bien de moyens que de capacité de décision.

47On se demande comment les études de l’information dans des différents contextes sociaux, telles que les organisations, traduisent-elles ces défis que présente le nouveau scénario mondialisé ? Et à quels mouvements, conflits et stratégies du champ d’études de la Science de l’Information renvoient-elles ?

48Ces questions ainsi que d’autres, gagnent, d’une part, du relief dans un moment où les Sciences de l’Information acquièrent une position de réflexivité et auto-compréhension de son histoire et de son champ épistémologique, prenant de façon plus explicite, au moyen de ses questions, théories et méthodes de recherche, son insertion dans le champ des sciences sociales et humaines. D’autre part, et peut-être de façon historiquement, professionnellement et académiquement plus accentuée que dans d’autres disciplines sociales, elles doivent délimiter leur proximité des supports technologiques et des milieux de la pratique informationnelle et de l’accentuation de leurs changements.

49Voilà, donc, les grands défis, tant politiques qu’académiques, de la recherche en Sciences de l’Information au Brésil, dans le contexte de la transition vers un nouveau « régime de l’information ».

Bibliographie

BIBLIOGRAPHIE

Araújo (C.A.A.), « A Ciência da Informação como Ciência Social » [en ligne]. Ciência da Informação, v. 32, n° 3 (2003). <URL:Http://www.ibict.br/cienciadainformacao/viewarticle.php?id=49&layout=html>

Bourdieu (P.), et Wacquant (L.), Réponses pour une anthropologie réflexive, Paris, Éd. du Seuil, 1992.

Couzinet (V.), Médiations hybrides : le documentaliste et le chercheur en Sciences de l’Information, Paris, ADBS, 2001.

Frohmann (B.), « Taking Policy beyong Information Science : applying the Actor Network Theory. In Connectedness : Information, Systems, People, Organizations », dans Proceedings of the 23rd Annual Conference of the Canadian Association for Information Science (Edmonton, Alberta, 710 june 1995), Edmonton, Alberta : School of library and Information Studies, University of Alberta. Edited by Hope A. Olson & Dennis B. Ward.

Ingewersen (P.), « Conceptions of Information Science » dans Conference on concepts of Library and Information Science (Aug. 22-28, 1991), London ; Los Angeles, Taylor Graham, Ed. by Perti Vakkari and Blaise Cronin, 1992, p. 299-312.

Miranda (A.) et Barreto (Aldo de A), « Pesquisa em Ciência da Informação no Brasil : síntese e perspectiva » [en ligne]. DataGramazero- Ver. de Ciência da Informação, vol. 1, n° 6 (2000), p. 1-13. <URL:http://www.dgz.org.br/dez00/Art_04.htm>

Mueller Suzanna (P.M.), « A pesquisa em Ciência da Informação no contexto das Ciências Humanas » [enligne]. DataGramazero-Rev. de Ciência da Informação, vol. 1, n° 6 (2000), p. 1-8. <URL:http://www.dgz.org.br/dez00/Art_05.htm>

Oddone (N.-E.), Ciência da Informação em perspectiva histórica : Lydia de Queiroz Sambaquy e o aporte da Documentação (Brasil, 1930-1970), Tese de Doutorado. Programa de Pós-Graduação em Ciência da Informação MCT/IBICT – UFRJ/ECO, Rio de Janeiro, 2004, 157 p. [consulté le 2 mars 2006]. <URL:http://biblioteca.ibict.br/phl8/anexos/oddone2004.pdf>

Pinheiro (L.V.R.) et Loureiro (J.M.M.), « Traçados e limites da Ciência da Informação », Ciência da Informação, vol. 24, n° 1 (1995).

Schwartzman (S.), « Modos de produção do conhecimento científico e tecnológico e as oportunidades para o setor de ensino particular », dans VI Encontro Nacional de Pós-Graduação, Anais, Salvador, IES Particulares, 2005.

Schwartzman (S.), Bertero (C.), Krieger (E.M.), Galembeck (F.), Science and Technology in Brazil : a new policy for a Global Word, vol. 1 (1995), Rio de Janeiro, Fundação Getúlio Vargas.

Workshop em ciência da informacao : Políticas e Estratégias de Pesquisa e Ensino na Pós-Graduação, Anais, Niterói, ANCIB/UFF, 2004, 92 p.

Notes

1 Programmes qui ont des chercheurs et thématiques de recherche en Sciences de l’Information

Table des illustrations

Titre TABLEAU 1 – Programmes et Cours de Post-Graduation en Sciences de l’Information
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/685/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 176k
Légende Note*1
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/685/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 144k
Titre TABLEAU 2 : GROUPES DE TRAVAIL (GTs) DE L’ANCIB
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/685/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 232k
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/685/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 223k

Auteur

Chercheur du CNPq – Conseil National de Développement Scientifique et Technique
Professeure invitée du Programme de Post-Graduation de l’École de Sciences de l’Information de l’UFMG – Université Fédérale de Minas Gerais
Présidente de l’ANCIB – Association Nationale de Recherche et Post-Graduation en Sciences de l’Information

© Presses universitaires François-Rabelais, 2008

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540