Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

L’information dans les organisations : dynamique et complexité

 | 
Christiane Volant

Conférences inaugurales

Un tour d’horizon de la recherche anglophone sur les systèmes d’information dans les organisations

Dr Nathalie Mitev

Texte intégral

INTRODUCTION

1La littérature anglophone est très fragmentée dans ses analyses des systèmes d’information, y compris le vocabulaire et les concepts qu’elle utilise. Le niveau d’analyse le plus élevé est celui de la société de l’information, ou même la société du savoir, l’économie de l’information, ou la société post-industrielle, notions très générales selon lesquelles la société dans son ensemble serait sur le point d’être complètement transformée ou révolutionnée par les technologies de l’information et de la communication (par exemple Finnegan et al., 1987 ; Mansell & Steinmueller, 2000 ; Dutton, 1996 ; 1999). Celui-ci est le premier thème que nous aborderons, suivi des relations entre les TIC et les organisations, puis d’une réflexion sur les différents mouvements théoriques, y compris les plus récents particulièrement en Grande-Bretagne. Un effort sera finalement fait pour contextualiser ces activités de recherche et ces mouvements dans leurs structures, pratiques et histoires institutionnelles. L’objectif est de pouvoir donc fournir un tour d’horizon le plus large possible des recherches universitaires anglophones dans le domaine des systèmes d’information, pour une audience d’universitaires français qui appartiennent également à des traditions et institutions propres avec leurs propres catégorisations et conceptualisations disciplinaires. Nous espérons que cela puisse mener à des comparaisons intéressantes.

I. LA SOCIÉTÉ DE L’INFORMATION

2L’un des sociologues les plus prolifiques sur ce sujet, Manuel Castells (1996), un espagnol travaillant dans une université californienne, utilise le terme de « société en réseau » et examine les changements sociaux, économiques et politiques amenés par la révolution informationnelle. Ceux-ci touchent la mondialisation de l’économie et la transformation des identités culturelles, mais aussi la division du travail, la transformation des structures de l’emploi et les entreprises en réseau. Un auteur comme le sociologue anglais Frank Webster (1995 ; voir aussi Roszak, 1988 ; Brown & Duguid, 2002, qui explorent les limites du concept d’information) est plus critique de ces notions et questionne ces nouvelles théories, de Daniel Bell à Castells, en utilisant des philosophes et sociologues comme Anthony Giddens, Baudrillard et Habermas. Au lieu de parler d’une nouvelle société de l’information, il préfère la concevoir comme une « informationalisation » des relations existantes (voir aussi Zuboff, 1988). Le point de départ sur lequel tout le monde est d’accord est qu’il y a de plus en plus d’information dans le monde contemporain, et qu’elle a de plus en plus d’importance et de pertinence. Mais au delà de ce point de départ, les théories expliquant ce changement sont nombreuses, contradictoires et controversées. L’une, considérée par beaucoup de chercheurs comme simpliste et insuffisante, est que les innovations technologiques déterminent ces changements. Une autre (Daniel Bell) est que ces changements sont liés à la disparition des sociétés industrielles et l’essor des sociétés de services et des professions associées à l’information et au savoir. Une autre encore (Anthony Giddens) est d’expliquer ce phénomène par l’histoire sociale des États occidentaux et leurs systèmes de surveillance. D’autres (Herbert Schiller) argumentent que cette explosion d’information est la conséquence logique de la progression du capitalisme. Habermas délibère du déclin de la sphère publique, essentielle au bon fonctionnement démocratique, au profit du privé et de l’individuel, et que cela affecte la qualité de l’information défavorablement. Frank Webster tente d’évaluer plusieurs de ces approches en remarquant que même si elles donnent la priorité à certains aspects, elles éclairent l’accélération de l’informationalisation de la société depuis plusieurs siècles ; mais qu’il est important d’avoir un recul historique vis-à-vis de déclarations grandioses de transformation radicale avec les TIC, afin de discerner les continuités autant que le changement ; et que la notion d’information peut être trop facilement universalisée, déracinée et décontextualisée, et donc coupée du social.

3Ce type de recherche appartient visiblement aux sciences sociales et ces chercheurs se sont penchés traditionnellement sur des sujets aussi variés que l’impact social et culturel des médias de masse, la sociologie du travail ou les relations industrielles. Ils sont en grande partie responsables de l’élargissement et l’enrichissement assez récents des cursus universitaires qui pendant longtemps se sont limités aux contenus techniques des TIC. Les aspects sociétaux des TIC sont devenus des sujets à part entière, mais surtout dans des facultés de sciences humaines, et ne se sont propagés à d’autres disciplines, comme l’informatique ou la gestion, que très lentement.

4Réagissant aux théories d’économistes comme Daniel Bell et sa société « post-industrielle », ou celles d’informaticiens comme Alvin Toffler et son « futur choc », ces chercheurs tentent d’abord de mettre en question la nature révolutionnaire de ces changements, mais aussi de réintroduire une contextualisation sociale à ces prédictions futuristes et de rétablir un équilibre entre la rhétorique souvent techno-triomphaliste et une réalité plus complexe avec des effets autant positifs que négatifs des TIC sur la société. Ils s’intéressent aux effets sociaux des TIC sur les individus, les groupes, la vie domestique et familiale, les relations de travail et les organisations, l’état et la nation, et également au niveau international. L’idée que les nouvelles technologies peuvent régler les problèmes d’éducation, sauver les économies des pays occidentaux, résoudre les difficultés du tiers-monde, ou préserver la paix mondiale, par l’intermédiaire par exemple des technologies de réseau ou la téléphonie portable, contiennent évidemment beaucoup de présomptions sous-jacentes ; en particulier une foi dans l’idée de progrès technologique, ancrée dans les paradigmes techno-économiques prédominants.

5Sur le plan de travail de terrain, ces chercheurs sur la société de l’information se sont concentrés sur des domaines aussi variés que les citoyens, les consommateurs, les malades et le personnel médical, les employés et les employeurs, les parents et les enfants, les hommes et les femmes, les technologies domestiques, les industries de services (secteur financier, et secteur du détail), l’industrie, l’éducation, les services publics et le gouvernement. Ils explorent comment les interactions et relations entre les acteurs sociaux sont modifiées à travers les technologies numériques, aux plans autant individuel, organisationnel que institutionnel, et leur perspective théorique est celle du changement techno-économique et socio-politique. Ils tendent à remettre en cause la notion d’une « trajectoire » préétablie du changement et d’une dynamique économique et sociale supposées déterminées par les développements techniques. Quelques exemples plus précis peuvent aider à illustrer ces approches (voir Mansell, 2002). L’étude des communautés virtuelles peut montrer, par exemple, que l’usage de l’Internet change les perceptions du statut social des participants virtuels, mais sans forcément changer les perceptions de leur statut dans le monde réel ; ou que les changements de pratiques de travail dues aux TIC s’effectuent également grâce au recours aux pratiques existantes non-informatisées ; ou que le potentiel d’Internet à amplifier certaines valeurs et comportements conviviaux et réciproques n’est pas incompatible avec des formes d’échange purement commercial qui proliférent aussi sur la toile ; ou que la création de savoir dans des groupes virtuels dépend autant des distances géographiques et temporelles entre les membres d’une équipe, et des différences culturelles et communautaires entre les sous-groupes, que de la façon dont ils partagent leurs savoirs à travers leurs relations physiques et électroniques.

6L’une des caractéristiques importantes de ce type de recherche est la difficulté d’adopter une approche vraiment interdisciplinaire, les chercheurs ayant souvent tendance à suivre leurs traditions disciplinaires, que ce soit les sciences économiques, la micro ou macro sociologie, les sciences politiques, la sociologie de l’innovation ou même l’histoire économique ou industrielle. Cette difficulté est également présente dans l’analyse des systèmes d’information dans les organisations.

II. SYSTÈMES D’INFORMATION ET ORGANISATIONS

7À un niveau moins sociétal et global, souvent dénommé un niveau « méso » pour le distinguer du « micro » et du « macro », d’autres chercheurs se concentrent sur la relation entre les TIC et les organisations. Ceux-là aussi se divisent en plusieurs tendances, mais en général interagissent très peu avec la communauté traitant de la société de l’information discutée ci-dessus. Une première approche vient d’auteurs concernés par le processus de développement des systèmes d’information, et des thèmes importants sont les techniques et méthodologies de développement des systèmes d’information (Avison & Fitzgerald, 1995), la gestion de projet, des ressources, des données et du savoir, y compris leur externalisation (Lacity & Hirschheim, 1993). Beaucoup d’entre eux adoptent des approches systémiques (Checkland, 1981) ou socio-techniques (Mumford, 1996), ces dernières étant plus orientées vers la participation des utilisateurs finaux. Un autre groupe, moins technique mais plus gestionnaire, s’intéresse aux aspects stratégiques des systèmes d’information (Earl, 1989 ; Galliers et al., 1999 ; Ward et al., 1996), leur contribution à la compétitivité des organisations (Porter & Millar, 1985), à leur mise en place dans les organisations (Avgerou & Cornford, 1998), leur impact sur le changement dans les organisations (Earl, 1996) et leur évaluation (Willcocks, 1994). Une littérature managériale se concentre plus spécifiquement sur le potentiel de nouveaux types de systèmes d’information dans les entreprises - comme le business process reengineering (Davenport, 1993), les enterprise resource planning systems (O’Leary, 2000), les customer relationship management systems (Sharp, 2002), le commerce électronique (Lucas, 2002) et mobile, la logistique et le supply chain management, les nouvelles formes organisationnelles virtuelles (Cooper & Rousseau, 1999), les infrastructures informationnelles (Ciborra et al., 2000) et la gestion du savoir (Nonaka & Taleuchi, 1995).

8La grande majorité de la recherche sur les systèmes d’information dans les entreprises est dérivée de la littérature en management et gestion, que ce soit marketing, stratégie, ressources humaines, finance et comptabilité, et commerce international (Currie & Galliers, 1999). Cela reflète le fait que beaucoup d’universitaires en systèmes d’information travaillent dans des écoles de commerce – qui, à l’inverse de la France dans son ensemble, sont situées pratiquement toujours dans des universités, en Angleterre, aux USA ainsi qu’en Scandinavie. Certains chercheurs sont encore situés dans des départements d’informatique, mais cela devient rare. Ils ont tendance à concentrer leurs efforts de recherche sur les méthodologies et techniques de développement des systèmes d’information (Avison & Fitzgerald, 2003) et quelques uns sur la participation et l’enrôlement des utilisateurs finaux à des fins de consensus et de démocratie dans l’entreprise, cela particulièrement chez les chercheurs scandinaves (voir Dahlbom et al., 1998) qui ont une longue tradition de consultation entre les employeurs, les syndicats et les employés. Les sciences de gestion sont elles-mêmes très dominées par un modèle scientifique techno-économique de recherche, la production de techniques et de modèles formels. Ceux-ci sont souvent incorporés dans des guides pratiques d’action et méthodes d’intervention, plus proches des pratiques de consultants dans les entreprises et servant une audience de praticiens plutôt que de chercheurs. Un autre thème dominant dans les sciences de gestion conventionnelles est le traitement du manager comme un être rationnel, modèle également très présent dans la recherche aux USA qui considère les systèmes d’information comme soutenant le rôle décisionnel des managers et ayant le but d’améliorer la performance et la productivité des entreprises.

9Une autre manière, indirecte mais autant révélatrice, d’illustrer ce domaine de recherche est d’examiner le contenu des livres destinés aux étudiants. Un manuel typique d’enseignement sur les systèmes d’information de gestion (par exemple Turban et al., 2004) est rédigé par une majorité d’universitaires américains dans des écoles de commerce, avec une multitude d’études de cas, en général très courtes, et des exemples pratiques, des exercices, une banque de tests accessibles sur Internet, des vidéos. Ces livres se vendent en grandes quantités et sont souvent réédités tous les deux ou trois ans. Ce type de texte se vend dans le monde anglophone dans son ensemble (Asie, Amériques, Australie, Pacifique, Caraïbes, Afrique du Sud, Grande Bretagne, Irlande, Scandinavie, mais aussi de plus en plus dans le reste de l’Europe, par exemple l’Europe de l’Est). Plus récemment, y contribuent aussi des universitaires australiens, de Singapour ou de Hong Kong. Les sujets traités sont essentiellement une description des pratiques et principes généraux des éléments suivants :

  • modèles de planification pour gagner un avantage stratégique en utilisant les TIC,
  • les systèmes de réseaux et télécommunications,
  • les architectures et infrastructures électroniques,
  • le commerce électronique et mobile (ou portable),
  • les applications organisationnelles (opérations, distribution, comptabilité/finance, marketing, ressources humaines etc.),
  • les différents types de systèmes d’information, tels les systèmes de traitement de transactions, les systèmes experts, les systèmes de soutien décisionnels, les systèmes de travail de groupe, la bureautique, les systèmes de chaînes logistiques, les systèmes de gestion de bases de données, de stockage et de minage, les systèmes d’intelligence et de veille stratégique,
  • la conception et construction de systèmes informatiques,
  • la gestion de projets informatiques,
  • la sécurité et la protection de l’information,
  • les aspects budgétaires et l’évaluation financière.

10Enfin, d’autres spécialisations de recherche se sont développées en fonction du domaine d’application industrielle et de business, par exemple : les systèmes d’information dans le secteur de la santé (de la télémédecine à l’enregistrement des données sur les patients), de la sécurité sociale, les services d’État adressés aux citoyens, par exemple l’automatisation par Internet de la déclaration d’impôts, le secteur bancaire, les assurances, les systèmes électroniques financiers et d’échanges boursiers, le secteur du tourisme, l’industrie de la construction, le transport aérien, les organisations non-gouvernementales et volontaires, l’administration locale, la distribution alimentaire, etc. Ces spécialisations ont souvent leurs propres circuits, journaux et conférences, par exemple sur les Health Information Systems, en plus des journaux et conférences génériques en systèmes d’information ; les deux conférences les plus importantes étant European Conference on Information Systems, et International Conference on Information Systems, et les journaux les plus prestigieux étant MIS Quarterly et Information Systems Research. Il y a aussi beaucoup d’autres conférences et journaux spécialisés en différents types de systèmes ou différents thèmes, par exemple strategic information systems, electronic commerce ou knowledge management. On assiste également à un phénomène de prolifération et une tendance à constamment créer de nouveaux journaux, colloques et conférences sur de nouveaux sujets perçus comme étant à la mode et de dernier cri, par exemple les thèmes plus nouveaux du organisational learning ou mobile teleworking.

11Malgré ces nombreuses activités, le domaine des systèmes d’information a encore du mal à s’établir car il est souvent perçu, par exemple dans beaucoup d’écoles de commerce, comme un sujet technique ou apparenté à des disciplines comme la cybernétique, la recherche opérationnelle, la gestion des opérations, la modélisation scientifique et quantitative des problèmes de gestion, ou même la comptabilité. Il y a toujours des groupes de chercheurs en systèmes d’information situés dans des départements de finance, en particulier aux USA, mais aussi en Grande-Bretagne, par exemple à l’université de Manchester. Le nombre d’universitaires en systèmes d’information est souvent moindre que d’autres sous-disciplines en gestion, comme le marketing ou la stratégie vus comme plus centraux aux sciences de gestion ; dans les facultés d’informatique les experts en systèmes d’information sont souvent très peu nombreux et marginalisés et en général très isolés. Où qu’ils soient situés sur le plan institutionnel, ces universitaires sont souvent relégués à l’enseignement technique pratique, par exemple apprendre aux étudiants à se servir de logiciels ou à créer des sites Internet, et à un enseignement de « service » (un peu comme les langues étrangères en France) pour les formations en gestion générale, donc sans possibilité sérieuse de développer une expertise plus approfondie.

12Ce problème d’identité et de positionnement a mené à un foisonnement de la terminologie afin d’être plus acceptable dans l’institution d’appartenance, pour des raisons de survie. Par exemple, information systems (IS), management information systems (MIS), les deux appellations les plus anciennes, la première plus courante en Grande-Bretagne et la deuxième aux USA, information technology management, devenue information management plus récemment pour essayer de se débarrasser d’une image technique. À celles-ci se sont ajoutées des titres comme knowledge management ou electronic commerce (E-commerce), ou même electronic government (E-government), qui souffrent de ne correspondre qu’à des sujets à la mode et probablement transitoires. Il existe aussi un sentiment d’urgence à se présenter comme étant au courant des derniers développements, et de se démarquer de ses collègues en accaparant les sujets les plus nouveaux. Ceci se reflète également dans les titres des chaires professorales qui varient d’une université à l’autre, et d’un pays à l’autre, menant à une confusion encore plus grande. Par exemple, mon nouveau directeur de département vient de choisir d’intituler sa chaire non pas « Information Systems », ce qui est le nom de notre groupe, mais « Work, technology and globalisation » afin de signaler plus clairement à nos nouveaux collègues en sciences de gestion (nous venons d’être restructurés dans un nouveau département de gestion et ne sommes maintenant plus qu’un groupe) que notre sujet n’est ni technique ni étroit. Enfin, la manière dont les activités de recherche sont évaluées dans le secteur universitaire affecte aussi les comportements et les tactiques, car elles déterminent le niveau de financement par l’État, les budgets, le prestige, les carrières et les promotions. Le gouvernement britannique, par exemple, a institué un examen minutieux, et de plus en plus quantitatif, de nos publications depuis bientôt vingt ans, discipline par discipline ; mais la discipline des systèmes d’information n’est pas reconnue, elle n’existe pas depuis assez longtemps et il y n’a pas assez d’universitaires par rapport à d’autres groupes comme la biologie, l’informatique, la sociologie (dans lequel entrent nos collègues spécialistes de la société de l’information) ou la comptabilité et les finances, qui ont leurs propres jurys et mécanismes d’évaluation. Les chercheurs en systèmes d’information doivent donc choisir entre l’informatique, la gestion ou la bibliothéconomie, en fonction de leur appartenance institutionnelle. Cela a un impact sur les stratégies de publications, individuelles et de groupe, car chaque jury a sa liste des meilleurs journaux dans sa discipline. Peut-être paradoxalement, à force d’être obligés de s’intégrer à d’autres domaines pour des raisons institutionnelles, cela provoque un renfermement et un désir à ne pas être considéré comme une « quasi-discipline » (Currie & Galliers, 1999). Il y a tendance à vouloir se différencier et renforcer ses lignes de démarcation disciplinaires, et donc à moins de multidisciplinarité, d’interdisciplinarité ou même de transdisciplinarité. Les chercheurs en systèmes d’information semblent souvent fonctionner en vase clos, quelquefois au point de devenir hermétique, ce qui est ironique pour une discipline jeune qui devrait plutôt s’ouvrir pour croître et gagner en importance et crédibilité. Malgré ces pressions et contraintes, des travaux plus récents vont heureusement dans une direction d’engagement intellectuel plus approfondi avec les sciences sociales, en partie grâce au contact avec nos collègues dans les départements de management et en suivant leur exemple, ce qui est débattu dans la section suivante.

III. THÉORIES SOCIALES, MANAGEMENT ET SYSTÈMES D’INFORMATION

13Le positionnement intellectuel des chercheurs en systèmes d’information a beaucoup évolué depuis une dizaine d’années. Remontant à l’apparition de cette jeune discipline dans les années 60, et puis pendant plusieurs décennies, la majorité des chercheurs (sauf de rares exceptions) en systèmes d’information ont adopté des approches méthodologiques qui appartenaient, (ou désiraient appartenir, ce qui a finalement été remis en cause plus récemment, voir ci-dessous), au paradigme de la recherche scientifique et donc des paradigmes théoriques positivistes. Cela était peut-être dû au fait que la grande majorité des universitaires dans ce domaine étaient des informaticiens originairement. Plus précisément, les conceptions positivistes s’expriment par la recherche de causes et effets, l’identification de variables dépendantes et indépendantes, la formulation d’hypothèses, l’étude et la quantification de ces variables dans un monde vu comme externe et objectif, en utilisant des méthodes de recherche comme les questionnaires, enquêtes ou observations dans des organisations ou groupes, puis enfin l’exécution de tests quantitatifs pour croiser ces variables, basées donc sur des mesures numériques, afin d’analyser l’existence, l’importance et la signification des relations entre ces variables par des méthodes statistiques. Ceci généralement mène à une modélisation de ces variables et à la production d’un modèle expliquant un phénomène décomposé en plusieurs facteurs « objectifs » et leurs interrelations. Un exemple d’un tel modèle très répandu est celui du technology acceptance model dans lequel des variables, comme la perception de la facilité d’usage d’un système d’information, sont corrélées à par exemple la qualité de l’interface ou la durée de la formation à un nouveau système d’information ; ou la fréquence d’utilisation d’un site Internet est expliquée par une mesure quantifiée du degré de confiance des utilisateurs dans la sécurité du système de paiement électronique. La validité de ces modèles est continuellement testée dans de nouvelles situations, à différentes périodes, avec des utilisateurs différents, souvent ad infinitum. Différents auteurs les modifient, les peaufinent, les perfectionnent, se disputent sur la validité de certaines relations, critères ou variables, etc. Ces modèles ont pour but de prévoir et contrôler le futur, par exemple l’efficacité ou l’acceptabilité d’un nouveau système. Ce genre de recherche est encore très prépondérant aux USA surtout, et domine par exemple les articles du plus prestigieux journal de recherche en systèmes d’information, MIS Quarterly, déjà mentionné plus haut.

14Une critique de ce modèle et de sa dominance a progressivement grandi chez les chercheurs en systèmes d’information. Elle a été exprimée par des chercheurs en particulier venus d’autres disciplines originaires que l’informatique, et à cause d’une frustration qu’ils ressentaient avec ce type d’approche. Ces modèles souvent ne fournissent pas de résultat pour les praticiens, sont très mathématiques et semblent bien éloignés du monde organisationnel et social. Mais plus sérieusement sur le plan théorique, l’usage de ces modèles scientifiques en sciences sociales avait déjà été remis en question par nombre de disciplines en sciences sociales comme la philosophie, la sociologie, l’ethnologie, la linguistique, etc. (une grande exception sont les sciences économiques, mais c’est encore une autre histoire, surtout politique celle-là !) dès la deuxième moitié du 20e siècle ; et ce qui pourrait peut-être paraître aberrant à quelqu’un de familier avec les grands débats en philosophie, et philosophie des sciences notamment, par exemple ceux initiés par Thomas Kuhn, est que tant de disciplines, en particulier les sciences de gestion, n’aient pris conscience de ces grandes questions que si lentement.

15Ceci se traduit dans des caractéristiques institutionnelles autant qu’intellectuelles. Ayant réalisé que l’informatique devenait appliquée dans les entreprises, et ayant donc émigré vers les écoles de gestion, les chercheurs en systèmes d’information se sont aussi adaptés au paradigme dominant des sciences de la gestion des années 60, qui elles mêmes s’efforçaient d’être acceptables, donc perçues comme scientifiques. Nos collègues en sciences de gestion ont longtemps souffert (et souffrent toujours dans certains pays ou institutions) de ne pas être vus comme de vrais chercheurs ou universitaires, traitant d’une véritable discipline. Mon mari, un professeur en sciences de gestion à l’école de commerce de l’université de Cambridge, a souvent entendu ce genre de commentaires venant de grands professeurs en physique ou en théologie dînant avec lui dans les vieux collèges : « ce ne n’est pas un sujet où il y a beaucoup de recherche, la gestion, c’est une simple histoire d’équilibrer les comptes entre les dépenses et les revenus ! ». Un peu comme la psychologie ou la sociologie, tout un chacun, et d’autant plus un professeur de Cambridge, peut facilement penser qu’ils ont des choses à dire sur le sujet, car ils concernent des aspects de la vie quotidienne. Plus sérieusement, les sciences de gestion dans leur ensemble ont été, et sont encore, très dominées par les sciences économiques qui sont elles-mêmes très orientées sur la modélisation et la quantification et un paradigme de recherche scientifique. En fait, les écoles de gestion sont souvent issues de facultés de sciences économiques ou d’administration et contiennent beaucoup d’économistes spécialisés en stratégie par exemple. Il est important aussi de rappeler à ce stade que ces « nouvelles » disciplines, que ce soit la gestion ou encore plus les systèmes d’information, et parce qu’elles sont nouvelles, sont forcément dérivatives et tirent leurs idées d’autres disciplines « mères » fondatrices, telles l’économie, la psychologie ou la sociologie. Il existe d’ailleurs un débat continuel chez les chercheurs en systèmes d’information sur la nature, la validité et l’existence même de leur propre discipline, certains la rejetant en tant que telle, préférant la qualifier de champ d’application.

16Dans les années 90 seulement, une minorité grandissante de chercheurs en systèmes d’information s’est finalement posée des questions sur ce paradigme, frustrée par le manque de richesse de ses résultats. Cela en commun avec aussi un certain nombre de chercheurs en management, mais qui eux s’y sont mis plus tôt, dès les années 80. De nouveau cela s’explique en partie par l’arrivée d’universitaires formés en sciences sociales (en sciences politiques par exemple, domaine dans lequel on ne pouvait plus trouver de postes car durant les années Thatcher en Angleterre le financement des facultés en sciences politiques a été fortement réduit, voir Fournier & Grey, 2000) dans les écoles de gestion, surtout dans les sous-disciplines de gestion de personnel et des ressources humaines, relations industrielles et sociologie des organisations. Ils ont apporté avec eux une expertise en théories des sciences sociales, qui a progressivement inspiré d’autres universitaires. Par exemple l’un des chercheurs en systèmes d’information les plus emblématiques de ce nouveau courant est Geoff Walsham, un mathématicien à l’origine et aussi à l’école de commerce de Cambridge, elle-même issue d’une fusion entre certains membres des facultés d’engineering et de sciences économiques. Dans cette nouvelle école de commerce, créée au début des années 90, il rencontra des spécialistes en sociologie des organisations qui travaillaient avec Anthony Giddens, lui-même un sociologue de Cambridge de grande notoriété, auteur de la théorie de la structuration. Walsham publia un livre en 1993 qui questionne l’usage du positivisme dans la recherche en systèmes d’information et qui par contraste y applique la théorie de la structuration afin de comprendre la relation entre les TIC et les organisations de manière non-fonctionnaliste, ce qui est une approche de recherche interprétiviste. Walsham tira donc profit de ce courant d’idées qui venait de l’application des sciences sociales au management (voir Alvesson & Deetz, 2000 ; Grey & Willmott, 2005). La figure ci-dessous représente l’évolution des approches théoriques dans la recherche en systèmes d’information, positionnées selon trois dimensions : celle de l’épistémologie ou perspective philosophique, celle de la discipline « mère » la plus proche, et celle des thèmes principaux d’étude.

Fig. 1. Évolution des approches théoriques de recherche en systèmes d’information.

17L’approche interprétiviste se concentre sur le contexte organisationnel et le processus de changement. Le contexte consiste de structures et d’agents humains, que ce soit au niveau micro, méso ou macro. Les agents interprètent le contexte et les structures et leurs interprétations consolident ces structures, les modifient et en créent de nouvelles. Comprendre cette dynamique entre action/agence et contexte est essentielle afin de comprendre le processus de changement, y compris celui lié à l’utilisation de systèmes d’information dans des organisations. L’interprétivisme est connecté aux perspectives herméneutiques et phénoménologiques, qui explorent comment les interprétations sont construites et créent un sens ou un signifié.

18Depuis ce livre, qui représente un moment clé pour la recherche en systèmes d’information dans les organisations car il a rendu ce genre de travail acceptable, l’application d’autres approches théoriques a apporté de nombreuses contributions. Mingers & Willcocks (2004) les explorent dans un livre récent qui rassemble les contributions les plus significatives et qui traitent du fonctionnalisme, de la phénoménologie, de l’herméneutique, de la théorie critique d’Habermas, du postmodernisme de Foucault, de la théorie de la structuration de Giddens, du réalisme critique et des perspectives dérivant de la sociologie des technologies (MacKenzie, Bijker, Latour, Callon, etc.). Ces recherches partagent un intérêt des aspects épistémologiques et questionnent le déterminisme technologique et la nature de l’intervention managériale et performative. Certains des thèmes explorés sont ceux du pouvoir (Introna, 1997), de l’interprétation (Walsham, 1993), de l’expertise et de la représentation du savoir, du contrôle et de la résistance, de la signification et de la légitimation, de l’objectivité et de la subjectivité (Bloomfield et al., 1997), et de la politique dans l’utilisation des systèmes d’information dans les organisations (Knights and Murray, 1994). Enfin, d’autres ouvrages récents se sont également penchés sur les théories critiques, le constructivisme, le féminisme, le capital social et culturel (Howcroft & Trauth, 2005), sur le rôle des systèmes d’information dans les pays du tiers monde et la relation entre TIC et développement (Avgerou & Walsham, 2000) et leur impact sur l’exclusion sociale (Compaine, 2001).

19La figure 1 représente cette évolution théorique visuellement. Les thèmes abordés vont des recherches basées sur des épistémologies positivistes et inspirées des méthodes de recherche scientifique se concentrant sur les individus et la technologie ; jusqu’à des recherches basées sur des épistémologies critiques et s’inspirant de la sociologie, se concentrant sur la mondialisation, les cultures et la politique. Parallèlement, les méthodes de recherche sont devenues qualitatives et réflexives (Alvesson & Skoldberg, 2000) plutôt que quantitatives et statistiques. L’éventail des recherches en systèmes d’information dans les organisations s’est énormément étendu, surtout vers les sciences sociales, rejoignant donc les activités de recherche de nos collègues dont les recherches sur la société de l’information ont été présentées succinctement au début de cet article, au moins intellectuellement si ce n’est institutionnellement. Finalement, les frontières disciplinaires sont peut-être amenées à disparaître aussi institutionnellement, après tout, le domaine des systèmes d’information dans les organisations est un champ d’application, plutôt qu’une discipline. Mais l’édification de lignes de démarcation institutionnelles est une toute autre histoire.

Bibliographie

BIBLIOGRAPHIE

Alvesson (M.) and Deetz (S.), Doing Critical Management Research, London, Sage Publications, 2000.

Alvesson (M.) and Skoldberg (K.), Reflexive methodology : New vistas for qualitative research, London, Sage Publications, 2000.

Avison (D.E.) and Fitzgerald (G.), Information systems development : methodologies, techniques and tools, Maidenhead, McGraw-Hill, 2003.

Avgerou (C.) and Cornford (T.), Developing Information Systems : Concepts, issues and practice, 2nd edition, London, Macmillan, 1998.

Avgerou (C.) and Walsham (G.), Information technology in context : implementing systems in the developing world, Aldershot, Ashgate Publishing, 2000.

Bloomfield (B.P.), Coombs (R.), Knights (D.), Littler, (D.), ed.,Information technology and organizations. Strategies, networks and integration, Oxford, Oxford University Press, 1997.

Brown (J.S.) and Duguid (P.), The social life of information, Boston, Mass., Harvard Business School Press, 2002.

Castells (M.), The Information age : Economy, society and culture, I, The rise of the network society, Cambridge, Mass., Blackwell Publishers, 1996.

Checkland (P.), Systems thinking, systems practice, Chichester, Wiley, 1981.

Ciborra (C.U.) and associates, From control to drift : The dynamics of corporate information infrastructures, Oxford, Oxford University Press, 2000.

Compaigne (B.M.), The digital divide. Facing a crisis or creating a myth?, Cambridge, Mass., The MIT Press, 2001.

Cooper (C.L.) and Rousseau (D.M.), The virtual organization, Chichester, Wiley (Trends in Organizational Behaviour, vol. 6, 1999.

Currie (W.L.) and Galliers (B.), ed., Rethinking management information systems : An interdisciplinary perspective, Oxford, Oxford University Press, 1998.

Dahlbom (B.), Heikkila (J.), Nielsen (P.A.), Simonsen (J.), Sorgaard (P.), « Editorial, Special Retrospective 10th Anniversary Issue », Scandinavian Journal of Information Systems, vol.  10, 1 and 2 (1998).

Davenport (T.H.), Process innovation : re-engineering work through information technology, Boston, Mass., Harvard Business School Press, 1993.

Dutton (W.H.), Information and communication technologies : Visions and realities, Oxford, Oxford University Press, 1996.

Dutton (W.H.), Society on the line : Information politics in the digital age, Oxford, Oxford University Press, 1999.

Earl (M.), Management strategies for information technology, New York, Prentice Hall (Business Information Technology Series), 1989.

Earl (M.), ed., Information management : the organisational dimension, Oxford, Oxford University Press, 1996.

Finnegan (R.), Salaman (G.), Thompson (K.), ed., Information technology : social issues. A reader, London, Hodder & Stoughton, 1987.

Fournier (V.) and Grey (C.), « At the critical moment : conditions and prospects for critical management studies », Human Relations, vol. 53, 1 (2000), p. 7-32.

Galliers (R.D.), Leidner (D.E.), Baker (B.S.H.), ed., Strategic information management. Challenges and strategies in managing information systems, 2nd edition, Oxford, Butterworth-Heinemann, 1999.

Grey (C.) and Willmott (H.), Critical Management Studies. A Reader, Oxford, Oxford University Press (Oxford Management Readers), 2005.

Howcroft (D.A.), and Trauth (E.), ed., Handbook of Information Systems Research : Critical Perspectives on Information Systems Design, Implementation and Use, London, Edward Elgar Publishing Ltd, 2005.

Introna (L.D.), Management, information and power. A narrative of the involved manager, London, Macmillan, 1997.

Knights (D.) and Murray (F.), Managers divided. Organisation politics and information technology management, Chichester, J. Wiley & Sons, (Information Systems), 1994.

Lacity (M.) and Hirscheim (R.), Information systems outsourcing : myths, metaphors and realities, Chichester, Wiley, 1993.

Lucas (H.C.), Strategies for electronic commerce and the Internet, Cambridge, Mass., USA, MIT Press, 2002.

Mansell (R.) and Steinmueller (W.E.), Mobilizing the information society. Strategies for growth and opportunity, Oxford, Oxford University Press, 2000.

Mansell (R.), ed., Inside the communication revolution. Evolving patterns of social and technical interaction, Oxford, Oxford University Press, 2002.

Mingers (J.), and Willcocks (L.), ed., Social theory and philosophy for information systems, Chichester, Wiley (Information Systems), 2004.

Mumford (E.), Systems design : ethical tools for ethical change, London, MacMillan, 1996.

Nonaka (I.) and Takeuchi (H.), The knowledge-creating company : how Japanese companies create the dynamics of innovation, Oxford, Oxford University Press, 1995.

Porter (M.) and Millar (M.E.), « How information gives you competitive advantage », Harvard Business Review, (July-Aug. 1985), p. 149-60.

O’leary (D.E.), Enterprise resource planning systems. Systems, life cycle, electronic commerce and risk, Cambridge, Cambridge University Press, 2000.

Roszak (R.), The cult of information, London, Paladin Books, 1988.

Sharp (D.E.), Customer relationship management systems handbook, Auerbach Publications, 2002.

Turban (E.), Mc Lean (E.), Wetherbe (J.), ed., Information technology for management. Transforming organizations in the digital economy, 4th edition, John Wiley & Sons, 2004.

Walsham (G.), Interpreting information systems in organisations, Chichester, John Wiley & Sons, 1993.

Ward (J.), Griffiths (P.), Whitemore (P.), Strategic planning for information systems, 2nd edition, Chichester, Wiley, 1996.

Webster (F.), Theories of the information society (International Library of Sociology), London, Routledge, 1995.

Willcocks (L.), Information management : the evaluation of information systems investments, London, Chapman and Hall, 1994.

Zuboff (S.), In the age of the smart machine, New York, Basic Books, 1988.

Table des illustrations

Légende Fig. 1. Évolution des approches théoriques de recherche en systèmes d’information.
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/683/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 49k

Auteur

Professeure, Information Systems Group Department of Management London School of Economics

© Presses universitaires François-Rabelais, 2008

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540