Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Divertissements et loisirs dans les sociétés urbaines à l’époque moderne et contemporaine

 | 
Robert Beck
, 
Anna Madœuf

Conclusions

Philippe Chassaigne

Texte intégral

1L’ensemble des contributions rassemblées dans ce volume atteste, s’il en était encore besoin, que l’historicité des divertissements et des loisirs n’est plus à démontrer. Mieux encore : on redécouvre leur place dans les sociétés, place qu’il faut réévaluer, même dans la vie de ceux qui en paraissaient, par définition pourrait-on dire, privés. Trop longtemps, une historiographie centrée exclusivement sur le travail - et les travailleurs - imposa l’image de sociétés binaires, opposant une leisured class avant la lettre, minoritaire, au reste de la population. Il apparaît qu’il n’en est rien : ainsi Jean-Marie Moine revalorise-t-il la place du loisir dans la vie des compagnons. Un monde sans loisir(s) est-il d’ailleurs vraiment concevable ?

2« Divertissements »/« loisirs » : pour être le plus souvent associées, ces deux notions sont-elles interchangeables ? La question est abordée ailleurs dans l’ouvrage ; mais, et le dictionnaire nous le rappelle, l’époque moderne tient un rôle clef dans le processus d’émergence du concept actuel. Dès le milieu du xvie siècle, le terme de « loisirs » désigne le temps dont on dispose en dehors des occupations habituelles, celui pendant lequel il est « permis » (de la racine latine licere) de faire ce que l’on désire ; et c’est au cours du siècle suivant que l’on passe, rapidement, de la conception pascalienne du divertissement (singulier), qui « nous amuse » et nous détourne des questions essentielles, aux divertissements (pluriel), activités diverses qui peuvent très bien peupler nos loisirs. La contribution de Maud Nicolas donne une autre acception intéressante du terme : décrivant une danse à base de déhanchement pratiquée par les femmes de Tunis, elle pose l’équation divertissement égale défoulement : elle rappelle la dimension physique que ces activités revêtent parfois, voire jusqu’à la violence, comme nous le verrons plus loin.

  • 1 Alain Corbin (dir.), L’avènement des loisirs, 1850-1960, Paris, Aubier, 1995.
  • 2 Ibid., p. 13.

3Quatre axes de réflexion principaux se dégagent des différentes contributions. Tout d’abord, de quand dater « l’avènement des loisirs » ? Alain Corbin, dans son ouvrage éponyme, en fixait la date au milieu du xixe siècle, mais plusieurs articles (Olivier Dautresme, ou encore John K. Walton) montrent qu’il faudrait l’antidater d’au moins un siècle ; la mi-xixe siècle1 serait en fait l’époque où s’affirmerait l’économie des loisirs, c’est-à-dire une économie dans laquelle ceux-ci jouent un rôle significatif en termes d’emplois et de contribution à la richesse créée. On ne sera guère surpris de voir la chronologie de ce phénomène épouser la diffusion du processus d’industrialisation, la société industrielle incitant aux loisirs par la distinction des « temps sociaux »2 plus grande qu’auparavant. Quant à l’émergence de la commercialisation des loisirs (voir John K. Walton, pour une Grande-Bretagne pionnière en ce domaine comme en bien d’autres), elle annonce la tertiarisation inéluctable des économies industrielles. Ce serait aussi le moment où s’affirme la professionnalisation des loisirs : elle est le ressort de l’itinéraire d’un Joseph Oller, entre autres (Joanne Vajda ; mais voir aussi le texte de Jean-Christophe Diedrich pour la Lorraine de la fin du xixe siècle). Qu’en est-il dans les pays musulmans, puisque la comparaison monde occidental et monde islamisé était l’un des axes structurants du colloque ? Les évolutions y paraissent beaucoup plus lentes, comme le montre l’exemple de Damas à l’époque ottomane (Abdul-Karim Rafeq) ou celui des villes du Maghreb étudiées par Nora Lafi, et l’économie des loisirs tourne essentiellement autour des cafés et des bains publics.

  • 3 Voir Florence Bourillon et Annie Fourcaut, « Temps des loisirs, espaces de la ville », entretien a (...)

4Créateurs d’économie urbaine, les loisirs sont-ils aussi créateurs de tissu urbain ? La question de l’interaction ville/loisirs est récurrente3. Sophie Didier montre que le Disneyland inventé dans les années 1950 en est rapidement venu à projeter une image de ville parfaite, copiée pour cela par les acteurs tant privés que publics de la ville. Éric Blin souligne l’impact d’un loisir de masse (le cinéma), ou plus exactement des lieux qui l’accueillent (les salles de cinéma), dans l’équilibre (ou les déséquilibres) entre centre et périphérie urbaine. Dans un registre un peu différent, les grands magasins Decré de Nantes (Éric Monin), édifiés dans un contexte de reconstruction ex nihilo au lendemain de la Seconde Guerre mondiale, parvinrent à imposer, au-delà du temple de la consommation sur modèle américain, un « forum de convivialité » en plein centre-ville, une sorte de « place publique idéale, dominant l’espace nantais ». Les loisirs sont aussi créateurs d’espace(s) urbain(s), et non plus seulement de bâti : plusieurs autres contributions (Robert Beck, Gaëlle Gillot, Sandra Pascalis…) ont abordé le thème du jardin ou de la promenade, en en soulignant le rôle structurant dans la ville.

  • 4 G. J. Barker-Grenfield, The Culture of Sensibility. Sex and Society in 18th-Century Britain, Londr (...)

5Une mise en perspective chronologique plus large fait en outre apparaître - et c’est le troisième point - un mouvement de va-et-vient du collectif à l’individuel, puis de l’individuel vers le collectif. En effet, on observe à partir du xviiie siècle un passage des loisirs collectifs aux loisirs individuels qui accompagne l’évolution économique évoquée plus haut, avec la distinction induite par l’industrialisation entre le temps privé, et la sphère privée, d’un côté, le temps de travail, et la sphère publique, de l’autre. Dans la Grande-Bretagne des xviiie-xixe siècles, les campagnes de « réforme des mœurs » (reformation of manners), menées notamment par les milieux évangéliques, dénoncent les loisirs collectifs, brutaux sinon sanguinaires, pour promouvoir les « divertissements raisonnables » (rational recreation), centrés sur le foyer (lecture, jardinage, etc...)4. Le phénomène n’est pas spécifiquement britannique : n’est-ce pas aussi ce qui apparaît à travers l’étude de Christian Joschke sur ce bourgeois de Brême, passionné de photographie ? La privatisation des loisirs explique l’essor de leur importance économique, en raison de la multiplication de marchés spécifiques (Jean-Christophe Diedrich, Joanne Vajda…). Cependant, rapidement, les loisirs s’affirment comme un domaine d’intervention des autorités, en termes de définition, de contenu(s), de contrôle : nouveau retour au collectif. L’évolution observée par Michèle Dagenais à Toronto et Montréal n’est pas spécifique à ces deux villes. On se souvient aussi du « ministère du Temps libre », dans le gouvernement socialiste de Pierre Mauroy, en France, en 1981 ! Mais c’est surtout pour des raisons de police que les loisirs urbains deviennent une affaire publique : si la chanson est, pour les compagnons étudiés par Jean-Marie Moine, un moyen de communion fraternelle et de pacification, bien d’autres formes de loisirs sont génératrices de désordre : ainsi, les émeutes qui scandent les débuts des comédiens dans les théâtres lyonnais (Malincha Gersin) ; Gaëlle Gillot montre la face cachée des jardins du monde arabe (exclus, drogue, homosexualité…) et, pour la jeunesse grecque des années 1950-1960 (Efi Avdela), la frontière semble mince entre un « teddyboyisme » de loisir et une petite délinquance assez classique et plutôt (semble-t-il) bon enfant (des agressions au yaourt !).

  • 5 Cyril Grange, Les Gens du Bottin mondain. Y être, c’est en être, Paris, Fayard, 1996.

6Au-delà de l’apparente immédiateté de la notion, les loisirs sont donc bien une construction sociale, modelés ad infinitum selon les milieux sociaux, l’appartenance religieuse, l’identité sexuelle ou l’âge. D’un groupe social à l’autre, en effet, la pratique des loisirs diffère, comme le montre, au Pirée (Yannis Yannitsiotis), la revendication des loisirs « utiles » par les artisans (en un retour savoureux de l’idéal classique de l’otium), par opposition à une bourgeoisie privilégiant la sociabilité privée des bals et des galas ostentatoires. Le loisir est aussi marqueur social : en ce qui concerne les loges maçonniques étudiées par Pierre-Yves Beaurepaire, on pourrait dire, en paraphrasant Cyril Grange pour le Bottin mondain5, qu’ » y être, c’est en être ». Marqueur social, encore, que la présence dans les cercles de la société cosmopolite qui s’étourdit à Paris, à la fin du xixe siècle (Joanne Vajda). L’appartenance religieuse joue aussi son rôle, avec, notamment, la question du dégagement progressif des loisirs du domaine religieux : les deux sont encore intimement mêlés dans le monde de F. C. Krieger, que retrace Robert Beck, ou dans les mouled-s du Caire, analysés par Anna Madœuf ; à Istanbul et dans le reste de la Turquie (Meropi Anastassiadou-Dumont), le régime kémaliste veut supprimer les tabous religieux qui poussent les bains de mer à être sexuellement ségrégués. On hésitera cependant à parler trop rapidement de sécularisation des loisirs : plus exactement, nous nous trouvons face à deux phénomènes qui relèvent de plus en plus de la sphère privée et qui, donc, peuvent toujours se chevaucher. Les questions de genre, également, ont leur importance, l’identité masculine ou féminine modulant les loisirs, fixant ce qu’il convient de faire et ce qui est malséant, comme, par exemple (le Tunis étudié par Maud Nicolas), trop bien danser pour un homme. Pour les femmes, la distraction (dérobée, grappillée) ne l’a-t-elle pas, plus longtemps que pour les hommes, emporté sur le loisir (quant à lui, revendiqué) ? L’âge, enfin, est un puissant facteur de différenciation des loisirs, avec, par exemple, la crainte toujours présente des possibles débordements des adolescents ; par ailleurs, il a été question, tout au long de ce volume, des loisirs des adultes, voire de ceux du grand âge. Qu’il soit permis de conclure sur un (léger) regret : qu’en est-il des premières tranches d’âge de la vie ? Si la question est moins perceptible, parce que, source, bien entendu, de moins d’inquiétudes, elle a pourtant fait l’objet de maintes réflexions de la part des institutions, publiques, philanthropiques ou confessionnelles. Y a-t-il les mêmes attentes ? Les mêmes réactions ? Les clivages sont-ils les mêmes en Occident et dans le monde musulman ? Les « grandes personnes » seraient-elles les seules à être considérées comme dignes du regard de l’historien ? On peut ne pas en être certain.

Notes

1 Alain Corbin (dir.), L’avènement des loisirs, 1850-1960, Paris, Aubier, 1995.

2 Ibid., p. 13.

3 Voir Florence Bourillon et Annie Fourcaut, « Temps des loisirs, espaces de la ville », entretien avec Alain Corbin, dossier « Les loisirs et la ville », Histoire urbaine, 1, 1, 2000.

4 G. J. Barker-Grenfield, The Culture of Sensibility. Sex and Society in 18th-Century Britain, Londres, 1987.

5 Cyril Grange, Les Gens du Bottin mondain. Y être, c’est en être, Paris, Fayard, 1996.

Auteur

Université François-Rabelais de Tours, CEHVI

© Presses universitaires François-Rabelais, 2005

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540