Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Divertissements et loisirs dans les sociétés urbaines à l’époque moderne et contemporaine

 | 
Robert Beck
, 
Anna Madœuf

III - Contrôles et encadrements

Loisirs dangereux : modernité, moralité et criminalité juvénile en Grèce dans les années 1950-1960

Efi Avdela

Texte intégral

  • 1 Voir, à titre indicatif, Michelle Perrot, « Délinquance et système pénitentiaire en France au xixe(...)

1Que les discours sur la jeunesse, et plus particulièrement sur la criminalité juvénile, témoignent souvent d’un malaise social plus profond est un fait solidement établi dans maintes études historiques1. Dans ce qui suit, nous allons voir comment, après la Guerre civile grecque, les discours sur la jeunesse mettent en cause les nouvelles formes de loisirs des jeunes en les considérant comme des porteurs de dépravation morale, laquelle serait à la base de la prétendue augmentation de la criminalité juvénile et enfantine. Agissant comme métaphores de changement social - pour reprendre la formule de Luisa Passerini -, les discours sur les loisirs des jeunes et la criminalité juvénile parlent de l’ambiguïté avec laquelle la perspective de modernité est perçue par la société grecque au cours de cette période politiquement et socialement difficile.

2La période allant de la fin de la Guerre civile en 1949 jusqu’à la junte des colonels en 1967 a été caractérisée en Grèce, dans un contexte d’apparente normalité parlementaire et de guerre froide, par un développement galopant et une oppression toute politique. Les vainqueurs semblent soucieux des changements sociaux qu’entraînent l’urbanisation, l’immigration et la crise des valeurs sociales traditionnelles. La perspective de la modernité, sollicitée dans cette conjoncture comme étant le seul moyen de braver les fractures sociales et politiques récentes, engendre tout de même des craintes : elle risque d’être porteuse de graves dangers moraux, et notamment de favoriser la montée de nouveaux types de criminalité principalement parmi les jeunes.

  • 2 Voir, Michelle Perrot, Les ombres de l’histoire. Crime et châtiment au xixe siècle, Paris, Flammar (...)

3De quelle sorte de « criminalité » s’agit-t-il, en fait ? Il faut d’emblée préciser que le terme est ici entendu comme une notion fluide et conjoncturelle, qui trahit dans des contextes historico-culturels divers les insécurités et les craintes des groupes dirigeants d’une société face à des groupes sociaux difficilement contrôlables2. Or, dans le contexte auquel il est fait référence ici, il s’agit surtout du terme systématiquement employé -aussi bien dans la presse que dans les textes juridiques - pour désigner des actes qui ailleurs ou à un autre moment seraient qualifiés de « délinquance ». Mon argument principal ici est que c’est précisément l’identification souvent démesurée de tout comportement « irrégulier » de la part des jeunes avec la « criminalité » (le terme grec employé étant englimatikotita) qui témoigne de la gravité avec laquelle la question des jeunes est abordée pendant la période en question, dans le cadre plus large des préoccupations concernant les changements rapides de la société grecque.

4Dans les discours sur la criminalité juvénile, celle-ci est systématiquement associée à la dépravation morale et au vice. Sa prétendue extension est considérée comme une nouvelle menace envers l’ordre établi - si chèrement payé lors du conflit civil. Dans ce cadre, où l’accent, dans les interventions successives, est mis sur la prévention de la criminalité juvénile et même enfantine, laquelle serait devenue un véritable fléau social, tous les comportements des jeunes considérés comme incongrus sont jugés par référence à la « moralité » et sont pénalisés. L’identification de la « dérive » juvénile à une crise des valeurs morales de la société grecque est systématique tout au long de la période en question, même si le contenu attribué à cette prétendue dérive se transforme dans le temps. Ce qui persiste, ce sont les références à la « moralité » et à tous ses dérivatifs. Comme nom propre, comme adjectif ou encore comme composante, la « moralité » semble relever d’une manière emblématique de la crise de cette période.

  • 3 Voir E., « Anatrofi » [Education], Kathimerini [Quotidien], 7.10.51, p. 1 « Megali syskepsis dia t (...)

5Dès le début des années cinquante, la « vague de criminalité et de dissolution des mœurs », surtout parmi la jeunesse, est considérée comme le produit aussi bien de la familiarité qu’ont acquise les Grecs avec la violence pendant les années quarante que des nouvelles conditions de vie urbaine. Elle est symbolisée d’une part par les actes de « teddyboyisme » (appellation du moment de ce qu’on appellerait aujourd’hui hooliganisme), auxquels est supposé s’adonner un nombre croissant de jeunes gens et, d’autre part, par les nouveaux modes de loisirs et de communication adoptés principalement par les jeunes, tels le cinéma, la musique ou les publications périodiques, et dont la surveillance défaillante engendrerait de graves dangers. Selon une enquête journalistique de 1951, l’ » opinion publique » se montre très inquiète de cet état de choses qu’elle attribue « à l’éducation déficiente, à l’administration perverse, à l’Occupation, au cinéma, aux imprimés, à la déchéance morale, à la clémence des tribunaux, etc. »3.

  • 4 Spyros Melas, « I sexoualiki agogi kai ta sygchrona niata. I neotis kai ta provlimata tis » [L’édu (...)

6Les thèmes se dessinent clairement dès le début : la crise des valeurs sociales « saines » chez les jeunes est illustrée par « la liberté sexuelle », par « la tenue à moitié nue et bizarre des femmes », par « l’égarement antisocial des jeunes »4. Dans ce contexte, les mineurs (soit les jeunes au-dessous de vingt et un ans, selon la loi grecque d’alors) sont considérés comme étant en situation de « péril moral » permanent. La responsabilité en est attribuée à la dissolution de la famille, à la richesse nouvellement acquise, à la permissivité des parents, mais surtout aux nouveaux modes de loisirs destinés aux jeunes et notamment au cinéma, aux discothèques, aux publications.

  • 5 Théophilaktos Papakonstantinou, « Theamata kai anilikoi » [Spectacles et mineurs], Eikones, n°132, (...)
  • 6 « Evdomas ‘‘Neotis kai theama’’ dia tin prostasian tis ithikis kai pnevmatikis akeraiotitos ton ne (...)
  • 7 « I Iera Synodos di’egikliou tis kalei ton laon na lavei thesin enantion tis engklimatikotitos. Pi (...)
  • 8 « Metra kata tis engklimatikotitos ton anilikon. Afstiros elegchos ton kinimatografikon tainion » (...)

7Le cinéma, loisir urbain par excellence, constitue la cible des critiques. Des experts du ministère de la Justice affirment qu’ » indépendamment du spectacle produit, ‘‘la mise en condition par la technique de la salle obscure provoque aux enfants peur, angoisse et agitation’’, ce qui peut avoir des effets dommageables sur leur développement psychologique »5. D’où la proposition de leur en interdire complètement l’accès jusqu’à l’âge de dix-sept ans. L’Église qualifie le cinéma d’ « école du crime et de facteur de corruption de la société et notamment des jeunes » ou encore de « mauvais éducateur des masses »6. Le saint-synode a publié à plusieurs reprises des encycliques « à l’intention du peuple », dénonçant l’influence néfaste du cinéma et exprimant sa préoccupation devant « le développement de la criminalité, notamment chez les jeunes, due au relâchement de la croyance dans les valeurs morales »7. Quant à la Société pour la protection des mineurs, elle affirme que selon ses propres données statistiques « l’influence du cinéma est responsable d’au moins 65 % des criminels mineurs »8.

  • 9 K. Konstantinidis, « I exathliosis ton neon » [La corruption des jeunes], Astinomika Chronika, n°1 (...)
  • 10 « Agrotiki fylaki dia tous anilikous katadikous. Tha entathei o agon enantion tis egklimatikotitos (...)
  • 11 « Enekrithi to nomoschedion dia tin systimatikoteran organosin tou agonos kata tis egklimatikotito (...)
  • 12 « Simantikai apofaseis tou Syntonistikou Symvouliou dia tin prolipsin tis engklimatikotitos anilik (...)

8Les interventions dans « le domaine de la protection de l’enfance grecque en danger moral », destinées à remédier à cette situation, se multiplient, leur but commun étant « la réformation morale de la jeunesse et la contribution de la société à la lutte pour l’élimination du relâchement des mœurs »9. L’Église orthodoxe et les diverses Sociétés de protection des mineurs - souvent en rapport étroit avec le Palais et notamment avec la reine Frédérique -entreprennent des « croisades pour la limitation de la criminalité juvénile en augmentation alarmante »10. Le ministère de la Justice, quant à lui, prend l’initiative de réunir toutes les institutions et les services compétents en un Conseil coordinateur afin de prendre « des mesures efficaces de prévention du crime et notamment d’éradication des dangers moraux menaçant la jeunesse »11. Plusieurs mesures législatives sont adoptées, qu’elles soient préventives, correctives ou bien répressives : les limites d’âge par catégorie de films sont fixées, l’instauration d’un corps de juges des mineurs est annoncée ainsi que la création d’un corps de surveillants et de moniteurs spécialisés, l’admission des mineurs dans les lieux de divertissement nocturnes est réglementée et les associations de protection des mineurs sont subventionnées. Enfin, l’organisation d’activités extra-scolaires est prévue « dans le but de détourner les mineurs d’activités incontrôlables qui leur portent préjudice »12. Même s’il n’est jamais fait mention d’une manière explicite, on ne peut s’empêcher d’associer toute cette activité à la répression anticommuniste : juste après la Guerre civile, l’ » égarement moral » est souvent la métaphore utilisée pour signaler l’influence qu’exerceraient chez les jeunes les idées progressistes.

  • 13 G. Gratsas, « Ithiki kai ygeia » [Moralité et santé], Astinomika Chronika, n°51, 1955, p. 2454-245 (...)

9Cela dit, l’identification systématique de la « criminalité » avec l’ » immoralité » dans les discours en question témoigne du sens donné aux valeurs morales pendant cette période : elles ont un contenu tout particulièrement sexuel. « La corruption des mœurs » ou « la décadence morale » renvoit toujours au renversement de l’ordre traditionnel dans la famille et des rapports de force entre les sexes, ce renversement étant attribué au mode de vie urbain et considéré comme le danger principal qu’entraîne le « progrès ». Dans ce cadre, morale signifie morale sexuelle, comme le montrent les critiques récurrentes contre les rapports sexuels prénuptiaux, contre l’amour libre, contre le mépris de la chasteté que les jeunes manifesteraient13. Ainsi, les rapports entre les sexes deviennent la représentation centrale de la crise sociale et politique.

10Or, si les comportements des jeunes sont jugés par le biais d’une identification de la criminalité et de l’immoralisme, « l’égarement antisocial des jeunes » est perçu comme étant genré. Si les jeunes femmes sont accusées de renoncer aux avantages de la chasteté, avec des conséquences néfastes pour leur santé physique, psychique et morale, les jeunes gens sont surtout associés aux pratiques « antisociales » connues sous le nom de « teddyboyisme ». La criminalité juvénile et enfantine dont il est régulièrement question, sans que ne soient jamais fournies des données précises, est en fait une délinquance presque exclusivement masculine.

  • 14 Pour le phénomène italien analogue, le « teppismo », voir Simonetta Piccone Stella, « ‘‘Rebels wit (...)
  • 15 Nic. G. Stathatos, « To mega provlima tou teddyboïsmou tha syzitithi is synedrion eidikon. Tha sym (...)
  • 16 « Stin Athina oi teddyboys diapompevontai stous dromous » [À Athènes, les Teddy Boys sont hués dan (...)
  • 17 Les « Teddy Boys » étaient des bandes de jeunes Anglais dont le nom se réfère à leur tenue vestime (...)

11Le « teddyboyisme » est considéré comme étant la preuve par excellence de l’égarement de la jeunesse. Le terme se réfère à une série de comportements juvéniles agressifs allant de pair avec une certaine tenue vestimentaire, notamment le port du blue-jean et les cheveux longs14. L’apparition de ce phénomène dans les rues d’Athènes déclenche la fureur de la presse. Et le fait qu’il fasse partie des formes nouvelles de violence observées dans plusieurs pays et associées aux effets sociaux et moraux de la guerre accentue l’inquiétude du public15. La presse, les intellectuels, les commentateurs dénoncent les actes de violence des jeunes gens, tels le harcèlement des femmes dans la rue, les attaques au yoghourt, le vol d’usage des voitures. Selon un commentateur, le terme de « teddy boy » désigne « le jeune agitateur gâté, sans fondements moraux, prêt à prouver son antisociabilité par son accoutrement conformiste à l’américaine, dont le caractère principal (pour la Grèce) est le pantalon bleu étroit aux revers retroussés, connu sous le nom de ‘‘jean’’ »16. L’origine anglaise du terme « teddy boy » reste inconnue des commentateurs grecs17.

  • 18 30 octobre 1959, voir Konstantinos Kalias, I englimatikotis kai idios ton anilikon [La criminalité (...)
  • 19 Ibidem.

12La réaction de la société « bien-pensante » est immédiate et sévère. Des mesures législatives sont décrétées et notamment le décret 4000 de 1959 « sur la répression de certains actes délictueux et le complément de l’article 6 du Code de procédure pénal »18 visant à punir plus sévèrement les actes « antisociaux ». Le décret prévoit le durcissement des peines infligées pour des actes considérés par le Code pénal comme des délits, tels les contusions ou autres dommages corporels, les insultes, les dommages causés à la propriété ou les vols de voitures. Plus précisément, un emprisonnement d’au moins trois mois est prévu pour des actes qui « de par le lieu, le temps et les circonstances générales témoignent de l’insolence particulière de l’auteur et de son attitude provocatrice envers la société »19.

  • 20 K. Kalias, op. cit.
  • 21 À titre indicatif : « Poiai ai proteinomenai tropopoiiseis tou Poinikou Kodikos ypo tis systatheis (...)

13Le décret fait partie des mesures prises afin de limiter la prétendue montée de la criminalité, surtout parmi les jeunes. Il est complété un an plus tard par le décret 4090 qui prévoit l’augmentation des peines prévues pour les crimes contre les mœurs20. La presse s’en réjouit, reconnaissant que les mesures sont « suffisamment » sévères21.

  • 22 Pour la pratique de la tonte en France, voir Fabrice Virgili, La France « virile ». Des femmes ton (...)
  • 23 Eikones, n°152, 1958, p. 30-33, « Stin Athina oi teddy boys diapombovontai stous dromous… ». Aussi (...)

14Cependant, pour certains, cette sévérité ne suffit pas. C’est pour cela qu’il n’est pas rare que des jeunes gens arrêtés pour « teddyboyisme » soient soumis de surcroît et d’une manière peu régulière à un « traitement » supplémentaire particulier : cheveux tondus, revers des blue-jeans coupés au rasoir, pancarte accrochée au cou sur laquelle est inscrit le « crime », exhibition dans les rues du voisinage. Ce que cette imitation des rituels archaïques a de singulier, c’est que le déshonneur public est infligé aux jeunes gens et non pas aux femmes22. C’est la masculinité « insuffisante » des jeunes gens en question qui, par ces pratiques punitives, est tournée en dérision par la société elle-même, en marge des mécanismes institutionnels : sur les photos tirées au cours de telles opérations, un agent de police accompagne les « coupables » pendant la « punition ». Ces photos sont largement diffusées dans la presse à des fins « didactiques », pour prévenir du sort qui lui sera réservé quiconque serait enclin à se livrer à des actes de « teddyboyisme ». Ne sont cependant pas rares ceux qui, après coup, expriment un certain scepticisme à l’égard de cette pratique qui sort du cadre légal et qu’ils considèrent comme exagérée par rapport au caractère marginal du phénomène qu’elle est censée juguler23.

  • 24 Voir pour les citations : Th. Daskalopoulow, Eikones, n°298, 1961, p. 17.

15Le fait qu’en réalité le « teddyboyisme » ne représente pas un véritable danger pour la société grecque, puisqu’il reste un phénomène limité, est reconnu par le ministre de la Justice lui-même, peu après l’instauration des nouvelles mesures punitives. Il déclare en effet que si ces mesures étaient nécessaires pour « en finir une fois pour toutes avec l’insolence », elles seraient également suffisantes. Pour le ministre Konstantinos Kallias, « la Grèce constitue une exception à la règle suivant laquelle, après les guerres, il y a augmentation de la criminalité ». La raison en est avant tout le « fond traditionnellement moral du Grec » et le « caractère moral de la jeunesse grecque », ainsi que, secondairement, le niveau de développement encore peu élevé. Les cas isolés « d’attitude antisociale » ne font que confirmer le fait que la jeunesse grecque est « une des jeunesses les plus nobles, les plus morales et les plus braves du monde ». Et le chef de la Sûreté générale d’Athènes de signaler que « la question de ‘‘teddyboyisme’’, tel qu’il apparaît dans d’autres pays, n’existe pas pour la Grèce ». Il s’agit « simplement de jeunes inconscients qui, étant adolescents, se laissent facilement entraîner ». Selon le chef de la Sûreté, « le ‘teddyboyisme’ en Grèce, a plutôt la forme d’un divertissement débridé que d’une disposition criminelle »24.

16Nous sommes par conséquent devant un changement d’attitude venant du plus haut niveau. Dès le début des années soixante, en effet, le danger de la « criminalité » galopante et de la dépravation morale de la société grecque est considéré comme étant déjà maîtrisé. Les statistiques montrent que la « criminalité » est en réalité en baisse et que la jeunesse maintient son intégrité morale.

« Qu’ils soient apaisés ceux qui sont angoissés ; ceux qui voient notre jeunesse se laisser glisser sur la pente menant à la catastrophe irréparable du ‘‘teddyboyisme’’ ! Ceux qui voient […] les criminels de tout type agir avec impudence, qu’ils recouvrent leur sang froid. La situation est plus calme qu’elle n’est parfois présentée et le Grec -indépendamment de son âge - est plus débonnaire que ses congénères latins ou d’outre-atlantique »

17explique non sans fierté un journaliste avant de conclure :

  • 25 Ibidem.

« La Méditerranée […] ne ‘‘tolère’’ pas bien le brouillard, les ‘‘complexes’’, la ‘‘cruauté’’. Au fond, nous sommes plus débonnaires, moins dangereux que nous voulons l’imaginer »25.

  • 26 Il s’agit du colloque organisé par le premier président du nouveau Centre de la Recherche Sociale, (...)

18Le développement défectueux devient ainsi un signe de civilisation. Le climat, la géographie forment les caractères et les sentiments : plus de lumière et plus de bonhomie, moins de violence. La référence à la Méditerranée ne doit pas être fortuite : il s’agit du nouveau sujet collectif qui émerge du Congrès international des anthropologues sociaux réunissant avec succès les chercheurs de la région méditerranéenne à ce moment-là, l’été 1961, à Athènes26.

  • 27 Th. Papakonstantinou, « I asynennoïsia metaxi neon - enilikon : ‘‘teddy-boys’’, ‘‘beatniks’’ kai ‘ (...)

19Or, si les commentateurs s’avisent avec soulagement que « notre jeunesse » est moins corrompue qu’ils ne le craignaient, les inquiétudes face aux dangers inhérents à leurs loisirs et à l’abondance que connaît cette période ne cessent de s’exprimer. Ils sont plusieurs à estimer que cette jeunesse, peut-être pas « criminelle », porte tout de même les marques de « la génération débauchée de l’après-guerre » : elle affiche souvent « de l’agressivité, s’adonne aux liaisons passagères, à l’enivrement, au négationnisme universel ». Le « teddyboyisme » n’étant qu’une forme de « rébellion des blancs-becs », et de rébellion « apolitique » de surcroît, la responsabilité en est attribuée aux effets pervers du « développement » et, notamment, à la permissivité, à l’abondance et surtout à l’incapacité des parents de faire face à leurs devoirs27.

  • 28 Maria Paradeisi, « I parousiasi tis neolaias sta koinonika dramata tis dekaetias tou exinta » [La (...)
  • 29 Élise-Anne Delveroudi, « Les joyaux du défunt (la comédie 1950-1970) », dans Michel Démopoulos (di (...)
  • 30 Dimitris Eleftheriotis, « Questioning totalities: constructions of masculinity in the popular Gree (...)

20Même le cinéma, ce vecteur de la corruption, se joint au cours des années soixante à la lutte contre la « décadence bourgeoise » et la dépravation des jeunes. Selon des recherches récentes, la production cinématographique des années soixante, en plein développement et ayant acquis une audience sans précédent, se distingue par sa préoccupation à l’égard de la famille citadine et par la « crise générale des valeurs » qui la traverse, attribuée à l’extension des rapports sociaux en milieu urbain28. Mélodrames aussi bien que comédies dénoncent à maintes reprises les effets néfastes qu’a sur la famille l’abondance permissive, tant au niveau de sa cohésion qu’au niveau du comportement de ses membres. Les messages sont cependant souvent ambigus : si la mentalité patriarcale conservatrice est présentée dans les films comme un frein au progrès social, l’écroulement de l’autorité patriarcale est en même temps considéré comme ayant des conséquences négatives. C’est à travers le comportement des femmes, jeunes ou moins jeunes, et les malheurs qu’elles provoquent, que celles-ci sont représentées d’une manière paradigmatique : les femmes apparaissent souvent dans les films comme frivoles, menteuses et hypocrites, sans contrôle de soi-même29. Ces changements affectent également la représentation des modèles masculins. La masculinité des années soixante ne se caractérise plus par la recherche de la domination et de la position du plus fort aussi bien dans la sphère privée que dans la sphère publique, mais, au contraire, par son manque de « position » fixe, par la diminution de son autorité30.

  • 31 Film de Giannis Dalianidis, Loi 4000, 1962, « aventure sociale », Stathis Valoukos, Filmographia t (...)

21Le renversement des valeurs évidentes au sein de la famille grecque est présenté dans plusieurs films comme étant responsable du comportement « antisocial » des jeunes, de leurs loisirs « dangereux », des manifestations de « teddyboyisme ». Dans le film Loi 4000 de 1962, portant le titre du décret contre le « teddyboyisme » auquel il a été fait allusion plus haut, c’est la famille qui est responsable du comportement inconsidéré et superficiel du jeune homme inofficiellement tourné en dérision et sévèrement puni pour avoir lancé un yaourt au visage du père de sa bien-aimée lequel est également, par malheur, le principal de l’école31.

  • 32 Ernestine Friedl, Lagging Emulation in Post-Peasant Society, American Anthropologist, n°66, 1964, (...)
  • 33 E., « To engklima » [Le crime], Kathimerini, 4.11.62, p. 1.

22Malgré les ambiguïtés, cependant, ou mieux, à cause même de ces ambiguïtés, il est évident que l’accent explicite mis par les films de la période sur l’urbanisation, l’image de la ville étant dynamique et en plein développement, s’aligne sur la marginalisation du « provincial » au sein de cette ville et, qui plus est, sur la dévalorisation du monde rural. Reconnue également par les chercheurs sociaux de cette période, cette dévalorisation de la campagne est considérée comme étant inscrite dans l’adoption des modèles bourgeois de consommation et de loisirs, marquée par une compétition croissante pour l’ostentation matérielle et le dégagement de plus en plus grand des comportements de la valorisation de l’intégrité et la valeur sociale des individus32. Nous sommes loin des positions -encore répandues -qui considéraient les valeurs traditionnelles, le mode de vie traditionnel fondé sur le village et la famille comme garants d’humanité et de santé morale. En pleine vague d’émigration, le discours dévalorisant le monde rural qui abonde dans la presse dépeint ce flux comme une fuite vers la civilisation. Et ils ne cessent de se multiplier ceux qui désormais perçoivent la ville non pas comme un lieu de perdition, avec ses loisirs dangereux et sa jeunesse débauchée, mais comme porteuse de civilisation et de discipline collective, comme un vecteur de modernisation, ne serait-ce qu’avec toutes ses contradictions33.

23En fait, les discours sur les « loisirs dangereux », sur la criminalité et la moralité sont tout au long de cette période des discours sur le développement, en tant qu’espoir aussi bien qu’en tant que crainte. Développement non seulement économique et matériel, mais aussi - et même surtout - spirituel et moral. La question qui se pose d’une manière récurrente est de savoir dans quelle mesure la Grèce, qui, par sa victoire sur le danger communiste, s’est intégrée d’office dans l’ » Europe civilisée », est prête à assumer son rôle avec succès. En associant la criminalité à la dépravation morale et tous deux aux conséquences du développement sur la nouvelle génération, les discours de la période témoignent du malaise régnant au côté des vainqueurs de la Guerre civile devant ce qu’ils perçoivent comme les effets pervers de leur victoire, ainsi qu’une attente contradictoire et inquiétante du progrès.

Notes

1 Voir, à titre indicatif, Michelle Perrot, « Délinquance et système pénitentiaire en France au xixe siècle », Annales ESC, t. 30, 1975, p. 67-91 ; Luisa Passerini, « La jeunesse comme métaphore du changement social. Deux débats sur les jeunes : L’Italie fasciste, l’Amérique des années 1950 », dans Giovanni Levi et Jean-Claude Schmitt (dir.), Histoire des jeunes en Occident, t. 2: L’époque contemporaine, Paris, Seuil, 1996, p. 339-408 ; et Martin J. Wiener, « The Victorian Criminalisation of Men », dans P. Spierenburg (dir.), Men and Violence : Masculinity, Honor Codes and Violent Rituals in Europe and America, 17th-20th Centuries, Calombur, Ohio, The Ohio State University Press, 1998, p. 197-212.

2 Voir, Michelle Perrot, Les ombres de l’histoire. Crime et châtiment au xixe siècle, Paris, Flammarion, 2001. Il faut donc entendre le terme constamment entre guillemets.

3 Voir E., « Anatrofi » [Education], Kathimerini [Quotidien], 7.10.51, p. 1 « Megali syskepsis dia ta metra pros antimetopisin tis entathisis anithikotitos kai engklimatikotitos » [Grande réunion sur les mesures à prendre face à l’intensification de l’immoralité et de la criminalité], Kathimerini, 28.11.51, p. 4. Voir également N. Archimandritis, Commissaire de police A, « Prostasia ton ithon » [Protection des mœurs], Astinomika Chronika [Chroniques Policiers], n°13, 1953, p. 599-604, n°14, 1953, p. 641-647, n°15, 1954, p. 712-714. De même : Constantinos G. Gardikas, « I epidrasis tou polemou epi tin engklimatikotita » [L’effet de la guerre sur la criminalité], Pinika Chronika [Chroniques Pénales], n°6, 1956, p. 417-428, 479-490 et D. Kouretas, « Psychanalitikai apospeis epi tis engklimatikotitos en Elladi » [Perspectives psychanalytiques sur la criminalité], Pinika Chronika [Chroniques Pénales], n°6, 1956, p. 330-332.

4 Spyros Melas, « I sexoualiki agogi kai ta sygchrona niata. I neotis kai ta provlimata tis » [L’éducation sexuelle et la jeunesse contemporaine. La jeunesse et ses problèmes], Apogevmatini [Journal du Soir], 8.6.50, p. 1, 5 « I Iera Synodos di’engkikliou tis katadikazei ton ‘gymnikon’ tropon amfieseos ton gynekon » [Le saint-synode par son encyclique condamne la tenue vestimentaire « dénudée » des femmes], Kathimerini, 8.1.53, p. 6. Théophilaktos Papakonstantinou, « Ta parastratimena paidia » [Les enfants égarés], Eikones [Images], n°116, 1958, p. 8.

5 Théophilaktos Papakonstantinou, « Theamata kai anilikoi » [Spectacles et mineurs], Eikones, n°132, 1958, p. 8, considère que la défense excessive des spectacles ne constitue pas un remède aux comportements anti-sociaux.

6 « Evdomas ‘‘Neotis kai theama’’ dia tin prostasian tis ithikis kai pnevmatikis akeraiotitos ton neon » [Semaine « Jeunesse et spectacle » pour la protection de l’integrité morale et spirituelle des jeunes], Kathimerini, 24.11.62, p. 10.

7 « I Iera Synodos di’egikliou tis kalei ton laon na lavei thesin enantion tis engklimatikotitos. Pigi to kakon entipon kai o kinimanografos » [Le Saint-synode dans son encyclique appelle le peuple à prendre position contre la criminalité], Kathimerini, 2.4.61, p. 14.

8 « Metra kata tis engklimatikotitos ton anilikon. Afstiros elegchos ton kinimatografikon tainion » [Mesures contre la criminalité des mineurs. Contrôle sévère des films cinématographiques], Kathimerini, 18.10.52, p. 4 « I Iera Synodos… », op. cit. Pour l’association entre l’augmentation de la délinquance juvénile et les loisirs préférés des jeunes aux États-Unis dans les années cinquante, voir L. Passerini, « La jeunesse comme métaphore… », op. cit., p. 388.

9 K. Konstantinidis, « I exathliosis ton neon » [La corruption des jeunes], Astinomika Chronika, n°14, 1953, p. 648-650, n°15, 1954, p. 715-721, n°16, 1954, p. 758-759 et G. Sakellariou, « Ithikokoinoniki agogi » [Éducation socio-morale], Astinomika Chronika, n°28, 1954, p. 1341-1342 Konstantinos N. Vouilloukas, « I epidrasis tou kinimatografou epi ton antikononikon ekdiloseon ton anilikon » [L’influence du cinéma sur les manifestations antisociales des mineurs], Pinika Chronika, n°12, 1962, p. 577-587. Th. Papakonstantinou, « I antarsia ton anilikon » [La révoltes des mineurs], Eikones, n°107, 1957, p. 8 idem, « Ta parastratimena paidia », op.cit.

10 « Agrotiki fylaki dia tous anilikous katadikous. Tha entathei o agon enantion tis egklimatikotitos » [Prison agraire pour les condamnés mineurs. La lutte contre la criminalité sera intensifiée], Kathimerini, 16.11.51, p. 4.

11 « Enekrithi to nomoschedion dia tin systimatikoteran organosin tou agonos kata tis egklimatikotitos » [Le projet de loi pour l’organisation plus systématique de la lutte contre la criminalité a été ratifié], Kathimerini, 14.1.53, p. 4.

12 « Simantikai apofaseis tou Syntonistikou Symvouliou dia tin prolipsin tis engklimatikotitos anilikon » [Résolutions importantes du Conseil coordinateur pour la prévention de la criminalité des mineurs], Kathimerini, 13.3.54, p. 6. Voir aussi, « I exormisis kata tis paidikis engklimatikotitos » [L’assaut contre la criminalité enfantine], Kathimerini, 22.4.52, p. 6. Et à titre indicatif : « Megali siskepsis dia ta metra pros antimetopisin tin entathisis anithikotitos kai engklimatikotitos » [Grande conférence sur les mesures nécessaires à la lutte contre l’immoralisme et la criminalité qui s’intensifient], Kathimerini, 28.11.51, p. 4 « I katapolemisis tis engklimatikotitos » [La lutte contre la criminalité], Kathimerini, 2.12.51, p. 6 « Ai apofaseis tis Epitropis Ethnikis Stavroforias dia tin pnevmatitin kai somatikin ygeian tou laou » [Les décisions du Comité de croisade nationale pour la santé spirituelle et corporelle du peuple], Kathimerini, 4.6.52, p. 6. « Metra ithikis anamorfoseos engklimatounton neon » [Mesures de rééducation des jeunes délinquants], Kathimerini, 12.12.52, p. 6. « To nomoschedion dia tin paidikin engklimatikotita katetethi is tin Voulin. - Symvoulion Syntonismou » [Le projet de loi pour la criminalité enfantine a été déposé au Parlement. - Conseil de coordination], Kathimerini, 5.2.53, p.6.

13 G. Gratsas, « Ithiki kai ygeia » [Moralité et santé], Astinomika Chronika, n°51, 1955, p. 2454-2459. Th. Papakonstantinou, « O chydeos erotas. En onomati tis ‘‘fysiologikis zoïs’’… » [L’amour vulgaire. Au nom de la « vie physiologique »], Eikones, n] 225, 1960, p. 12-13· idem, « I agnotis eine i den eine areti ? 3 Aggli giatroi skandalizoun palin tin arketa skandalismenin koinin gnonin » [La chasteté est-elle une vertu ou non ? Trois médecins anglais scandalisent de nouveau l’opinion publique déjà assez scandalisée], Eikones, n°412, 1963, p. 11, idem, « I proïmi erotiki plirotis fernei dystichia stous neous » [La plénitude sexuelle précoce apporte malheur aux jeunes], Eikones, n°506, 196), p. 12-13.

14 Pour le phénomène italien analogue, le « teppismo », voir Simonetta Piccone Stella, « ‘‘Rebels without a Cause’’ : Male Youth in Italy around 1960 », History Workshop Journal, t. 38, 1994, p. 157-178.

15 Nic. G. Stathatos, « To mega provlima tou teddyboïsmou tha syzitithi is synedrion eidikon. Tha symmetaschoun kai Ellines. Eis to Fraibourg tis Dytikis Germanias » [Le grave problème du teddyboyisme sera discuté à une conférence d’experts à laquelle participent des Grecs, à Fribourg en Allemagne, Ethnos [Nation], 19.8.61, p. 3.

16 « Stin Athina oi teddyboys diapompevontai stous dromous » [À Athènes, les Teddy Boys sont hués dans les rues], Eikones, n°152, 1958, p. 30-32.

17 Les « Teddy Boys » étaient des bandes de jeunes Anglais dont le nom se réfère à leur tenue vestimentaire préférée de style « edwardien ». Une des premières « cultures juvéniles », directement associées à la musique Rock and Roll, les « Teddy Boys » avaient scandalisé la société britannique des années cinquante, accusés souvent de comportements violents. Voir http://www.rockabilly.nl/cavan/teddyboys.htm et http://www.geocities.com/Nashville/7957/historique.htm.

18 30 octobre 1959, voir Konstantinos Kalias, I englimatikotis kai idios ton anilikon [La criminalité notamment chez les jeunes], Athènes, 1961, p. 13-14.

19 Ibidem.

20 K. Kalias, op. cit.

21 À titre indicatif : « Poiai ai proteinomenai tropopoiiseis tou Poinikou Kodikos ypo tis systatheisis Eidikis Epitropis » [Quelles sont les modifications au Code pénal proposées par la Commission spéciale], Kathimerini, 3.1.60, p. 10. Th. Papakonstantinou, « I alitheia gia tin engklimatikotita stin Ellada » [La vérité sur la criminalité en Grèce], Eikones, n°298, 1961, p. 17. « To Ypougeion Dikaiosynis antimetopizei tin lipsin metron dia tin peristolin tis engklimatikotitos » [Le Ministère de la justice envisage des mesures pour la restriction de la criminalité], Kathimerini, 29.3.61, p. 3. « Dia tin engklimatikotita syskepsis ton eisaggeleon » [Assemblée des procureurs sur la criminalité], Kathimerini, 18.6.61, p. 12. « To Eidikon Symvoulion meleta metra prolipseon kai katastolis tis engklimatikotitos anilikon » [Le Conseil spécial étudie des mesures de prévention et de répression de la délinquance des mineurs], Kathimerini, 23.6.61, p. 6

22 Pour la pratique de la tonte en France, voir Fabrice Virgili, La France « virile ». Des femmes tondues à la libération, Paris, Payot, 2000.

23 Eikones, n°152, 1958, p. 30-33, « Stin Athina oi teddy boys diapombovontai stous dromous… ». Aussi, Th. Papakonstantinou, « Ti einai poini kai ti epidiokei » [Qu’est-ce que la peine et quel est son but ?]. Idem, « I dystychia tis aneseos… », Eikones, n°186, 1959, p. 10.

24 Voir pour les citations : Th. Daskalopoulow, Eikones, n°298, 1961, p. 17.

25 Ibidem.

26 Il s’agit du colloque organisé par le premier président du nouveau Centre de la Recherche Sociale, Ioannis Peristianis, publié quelques années plus tard sous le titre J. G. Peristiany (dir.), Honour and Shame. The Values of Mediterranean Society, Londres, Weidenfeld and Nicolson, 1965.

27 Th. Papakonstantinou, « I asynennoïsia metaxi neon - enilikon : ‘‘teddy-boys’’, ‘‘beatniks’’ kai ‘‘anilikoi engklimatiai’’ » [Le manque de compréhension entre les jeunes et les adultes : ‘‘teddy-boys’’, ‘‘beatniks’’ et ‘‘criminels juvéniles’’], Eikones, n°399, 1963, p. 27.

28 Maria Paradeisi, « I parousiasi tis neolaias sta koinonika dramata tis dekaetias tou exinta » [La présentation de la jeunesse dans les drames sociaux des années soixante], Ta Istorica, no 22, 1995, p. 218.

29 Élise-Anne Delveroudi, « Les joyaux du défunt (la comédie 1950-1970) », dans Michel Démopoulos (dir.), Le cinéma grec, Paris, Centre Georges Pompidou, 1995, p. 98-99.

30 Dimitris Eleftheriotis, « Questioning totalities: constructions of masculinity in the popular Greek cinema of the 1960s », Screen, t. 36, 1995, n°3, p. 233-242.

31 Film de Giannis Dalianidis, Loi 4000, 1962, « aventure sociale », Stathis Valoukos, Filmographia tou ellinikou kinimatographou [Filmographie du Cinéma grec], Athènes, Aigokeros, 1998, p. 211.

32 Ernestine Friedl, Lagging Emulation in Post-Peasant Society, American Anthropologist, n°66, 1964, p. 569-586 et idem, Vasilika. A village in Modern Greece, New York, Holt, Rinehart & Winston, 1962· J. Campbell, Traditional Values and Continuities in Greek Society, dans R. Clogg (dir.), Greece in the 1980s, Londres, Macmillan et Centre of Contemporary Greek Studies, King’s College, University of London, 1983, 184-207. Voir également Vasilis Karapostolis, I katanalotiki symperifora stin elliniki koinonia, 1960-1975 [Le comportement des consommateurs dans la société grecque, 1960-1975], Athènes, Centre National des Recherches Sociales, 1984, p. 252 et suiv.

33 E., « To engklima » [Le crime], Kathimerini, 4.11.62, p. 1.

Auteur

Université de Crète

© Presses universitaires François-Rabelais, 2005

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540