Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Divertissements et loisirs dans les sociétés urbaines à l’époque moderne et contemporaine

 | 
Robert Beck
, 
Anna Madœuf

III - Contrôles et encadrements

Définir les loisirs publics en milieu urbain ; un enjeu moral et identitaire (Montréal et Toronto 1900-1940)1

Michèle Dagenais

Texte intégral

  • 1 Les recherches à l’origine de cet article ont été réalisées grâce à des subventions provenant du C (...)
  • 2 Yvan Lamonde, « Une problématique de culture urbaine : Montréal 1820-1920 », Questions de culture, (...)

1Si très tôt dans leur histoire, les loisirs sont célébrés pour leur vertu régénératrice et récréative, leur définition, les moments pour s’y adonner, leur contenu et les manières de jouer donnent lieu à d’intenses débats. À partir du moment où l’accès aux loisirs s’élargit et se démocratise, se récréer devient un enjeu social et culturel central, ce qui donne lieu au développement d’un ensemble de discours et à l’élaboration de normes destinées à encadrer cette nouvelle réalité, en particulier en milieu urbain. Dans les villes canadiennes, une des stratégies élaborées par les élites consiste en la valorisation de l’idée de loisirs publics, c’est-à-dire de loisirs pris en charge par les pouvoirs publics et destinés à faire contrepoids aux loisirs commerciaux, un secteur où il semble plus difficile d’orienter la définition et le contenu des activités et des pratiques. Regroupées au sein des mouvements réformistes, les élites qui militent en faveur du développement des activités récréatives y voient aussi le moyen de résoudre les tensions sociales, d’assainir les mœurs et les milieux de vie, dans un contexte d’intense urbanisation. C’est au cours de ces débats que prend forme la notion de loisirs publics2 : des loisirs dénués de références religieuses, laïcs, gratuits et donc accessibles à tous.

  • 3 Y. Lamonde, Gens de paroles. Conférences publiques, essais et débats à l’Institut Canadien de Mont (...)
  • 4 Sur Montréal à cette époque, voir Paul-André Linteau, Histoire de Montréal depuis la Confédération(...)

2Même si depuis la seconde moitié du xixe siècle, les actions menées par divers groupes, associations et entrepreneurs favorisent l’élargissement des cadres de la vie culturelle et récréative, celle-ci demeure encore largement « privée », au tournant du xxe siècle. C’est le cas des nombreuses bibliothèques et des installations sportives mises sur pied à l’époque, par des groupes d’hommes d’affaires, des syndicats de métier, des associations culturelles francophones et anglophones ou des membres du clergé. Il s’agit là d’institutions privées, puisque financées par des groupes restreints et offrant des services à leurs seuls membres3. Le projet, à cette époque, de développer des institutions culturelles ou de loisirs qui seraient publiques s’en démarque donc radicalement. Ce faisant, il soulève la question de la signification même d’une institution publique : un problème majeur dans des sociétés telles que les sociétés montréalaise et torontoise en pleine redéfinition, notamment sous l’effet d’une vague d’immigration internationale sans précédent4. Dans ce contexte de recomposition et de brassage des populations, le projet de laïcisation contenu dans l’idée de loisirs publics se heurte à d’importantes résistances, en particulier de la part des Églises, catholique et protestante qui craignent une remise en question de leur rôle, prépondérant à l’époque, dans le domaine socioculturel. Or au-delà des considérations religieuses et morales mise de l’avant, se dessinent également des enjeux identitaires. C’est ce qui explique l’acharnement des Églises à demeurer actives dans la définition de ce domaine, et ce pratiquement jusqu’au milieu du xxe siècle. Dans chaque ville, cependant, la question se pose différemment en partie parce que ce ne sont pas les mêmes églises qui dominent, l’Église catholique étant particulièrement importante à Montréal tandis qu’à Toronto, les Églises protestantes, en particulier méthodiste et presbytérienne, sont très présentes.

LOISIRS ET IDENTITÉS RELIGIEUSES

  • 5 Pour une bonne analyse de cette situation voir Christopher G. Boone, « Language Politics and Flood (...)
  • 6 Pour une illustration des termes de ce débat et de sa résolution dans le cas de la Bibliothèque mu (...)

3À Montréal, les projets de développement des loisirs publics viennent remettre en question l’équilibre, toujours précaire, entre les deux grands groupes franco-catholiques et anglo-protestants, les plus importants au sein de la population. Cette cohabitation, dans une même ville, des Canadiens d’origine française et britannique, engendre de multiples tensions. Les questions se rapportant à la gestion locale et à la répartition des ressources, en particulier, sont régulièrement l’objet de débats5. Chaque nouveau projet impliquant l’installation d’équipements pose nécessairement la question de sa localisation dans l’espace et, de part et d’autre, les groupes demeurent vigilants afin que les deux grandes parties de la ville, constituée de l’est francophone et de l’ouest, à majorité anglophone, ne soient défavorisées. Pour tenter d’amoindrir les tensions, les élites ont mis en place une stratégie de cloisonnement institutionnel. Élaborée depuis le début du xixe siècle, cette stratégie a conduit au développement d’un réseau d’institutions sur une base confessionnelle, aussi bien dans le secteur de la santé que celui de la charité notamment. L’avènement d’un nouveau domaine d’intervention que sont les loisirs publics repose donc la question du choix des instances pour les gérer6.

4L’enjeu pour l’Église catholique et les groupes qui gravitent autour d’elle, c’est de maintenir la place importante qu’ils occupent dans le champ social depuis le xixe siècle et ce, pratiquement jusqu’à la fin des années 1950. L’épiscopat montréalais craint le vent de laïcisation qui souffle sur la société montréalaise, tout comme dans le monde occidental de l’époque, dans cette période d’industrialisation, de valorisation du progrès matériel et de déploiement des valeurs marchandes. La laïcité est menaçante non seulement en ce qu’elle propose de nouveaux modèles d’organisation sociale où sont mises au second plan les références aux croyances religieuses, mais aussi parce qu’elle s’exprime souvent contre l’Église catholique elle-même. La laïcité est également menaçante car elle présuppose un engagement plus grand des pouvoirs publics dans la gestion des questions sociales, au détriment de l’Église bien entendu.

5L’Église catholique craint aussi que ce projet de développement des loisirs publics ne représente une ouverture susceptible de favoriser l’avancée du protestantisme. Comme l’explique alors l’archevêque de Montréal, Paul Bruchési :

  • 7 Archives de l’Archevêché de Montréal, Registre des lettres de Mgr Bruchési, Tome 2 (18 janvier 190 (...)

« Nous avons à Montréal deux sociétés distinctes, la société catholique et la société non catholique. (...) Nous avons nos écoles, nos asiles de charité, nos orphelinats ; les protestants ont les leurs... et c’est-là que se trouve le secret de la paix qui règne parmi nous, en même temps que du respect de la liberté de conscience qui règne à Montréal. Il y a certains terrains sur lesquels la fusion n’est pas possible »7.

  • 8 Sur cette question, voir Gérard Bouchard, « Le Québec comme collectivité neuve. Le refus de l’amér (...)

6Au-delà de la défense de la religion catholique se pose celle de l’identité nationale où langue et foi, intimement liées, constituent le référentiel de base. La peur toujours vive de l’assimilation de la société canadienne-française, démographiquement minoritaire sur le continent nord-américain mais aussi sur le plan politique, le Canada étant dirigé principalement par la majorité canadienne-anglaise, alimente une définition de la nation, essentiellement culturelle, fondée sur le vieil héritage français et catholique. Ce contexte a donné lieu au paradigme de la « survivance » qui repose sur l’affirmation de la continuité entre le Canada français et la France et, par conséquent, nécessite de maintenir une fidélité aux racines pour perdurer8. Toutes ces raisons expliquent pourquoi l’Église catholique se montre défavorable aux initiatives qui risquent d’accroître le rôle des institutions politiques, en l’occurrence municipales, dans le domaine des loisirs. Ne pouvant toutes les contrer cependant, elle va chercher à demeurer présente dans la définition et, plus encore, l’organisation des activités de loisirs publics.

  • 9 Andrew Sancton, Governing the Island of Montreal ; Language Differences and Metropolitan Politics, (...)

7Du côté des anglo-protestants montréalais, l’enjeu est quelque peu différent. Il s’agit d’un groupe dont le poids démographique est en baisse depuis le début des années 1870, par suite de l’exode rural des francophones qui affluent en nombre important vers Montréal, mais aussi de l’annexion des territoires ceinturant la métropole, généralement à majorité francophone, là aussi. Afin de demeurer majoritaires mais aussi de se maintenir à l’écart d’une population urbaine qui se prolétarise, de nombreuses élites anglophones choisissent de se retrancher dans les banlieues bourgeoises à proximité de Montréal9. Elles y établissent des enclaves où elles s’aménagent des conditions de vie et des environnements privilégiés. Il n’empêche qu’elles demeurent préoccupées par le sort des populations urbaines et vont chercher, à travers la croisade entreprise en faveur des loisirs publics, à diffuser des principes moraux aptes à assurer une certaine harmonie et une cohésion sociale. Dans le cas de Montréal, les élites protestantes actives dans les débats en faveur des loisirs publics sont donc essentiellement mues par des considérations d’ordre moral, contrairement aux élites franco-catholiques.

8Dans la ville de Toronto, la situation se présente autrement. La population, plus homogène, y est majoritairement anglo-protestante. Ce qui est en jeu dans ce contexte, c’est de maintenir cette majorité, alors même que la population se diversifie sous l’effet de l’immigration internationale. Les élites vont donc chercher à assimiler les nouveaux venus afin de les « britanniser », de leur inculquer une morale et des valeurs protestantes fondées notamment sur le travail, la sobriété et le respect du dimanche comme jour chômé. Au-delà du caractère britannique de la ville se pose aussi le problème du maintien de cette identité à l’échelle du pays tout entier, dans un contexte d’américanisation et de laïcisation de la société urbaine et industrielle.

  • 10 John Webster Grant, A Profusion of Spires : Religion in Ninetennth-Century Ontario Toronto, Univer (...)

9À Toronto, cependant, les interventions de l’Église se font de manière moins directe qu’à Montréal. C’est qu’en vertu des préceptes de la religion protestante, la croyance et les pratiques religieuses sont considérées comme une question d’ordre personnel qui relève de la conscience individuelle10. Dans ce contexte, le rôle actif ou l’intervention directe de l’Église doit en principe se limiter à la sphère privée. Cette conception du rôle de l’Église résulte aussi de la coexistence d’une multiplicité de confessions protestantes. L’organisation de services dans les domaines de l’éducation, de la charité ou de la santé pour chacune des confessions s’avérant difficile et lourde, on a plutôt opté, historiquement, pour une séparation des affaires temporelles et spirituelles, considérant de ce fait que l’éducation, la santé et les loisirs devaient relever des pouvoirs publics.

  • 11 Brian Clarke, « Religion and Public Space in Protestant Toronto, 1880-1900 », dans Marguerite Van (...)

10Cela n’est pas sans engendrer un certain paradoxe car en dépit même de ces préceptes, plusieurs Églises participent activement aux grands débats entourant la définition des loisirs, commerciaux et publics11. Au-delà du travail pour maintenir la moralité protestante et préserver les principes religieux, l’identité nationale du pays constitue ici aussi un enjeu de taille. C’est ce qui explique la vigueur des prises de position des églises protestantes alors que se pose le maintien voir le renforcement du caractère britannique de la société canadienne. L’appartenance confessionnelle constitue donc une composante importante de l’identité collective des Anglo-Canadiens, utilisée dans la promotion de son caractère britannique, et un rempart contre la double menace de la perte de référents religieux et l’envahissement culturel en provenance des États-Unis. On comprend dès lors pourquoi le développement d’un nouveau secteur tels les loisirs publics ne peut se faire sans une bonne dose de référence à la moralité religieuse et pourquoi celle-ci va se maintenir assez tardivement au xxe siècle.

MONTRÉAL : LA VILLE AUX CENT CLOCHERS

  • 12 Michèle Dagenais, « Inscrire le pouvoir municipal dans l'espace urbain : les réseaux des parcs à M (...)

11Les débats entourant le développement des terrains de jeux, au début du xxe siècle, révèlent bien les dimensions morales soulevées mais aussi religieuses. Sans entrer dans les détails, disons simplement que le mouvement en faveur de l’aménagement de parcs et d’espaces verts dans la ville, amorcé dans la seconde moitié du xixe siècle et qui a permis de doter la ville d’un certain nombre d’entre eux, s’oriente plus spécifiquement en direction de l’idée des terrains de jeux12. C’est que la réflexion sur les bienfaits attribués aux espaces verts pour embellir mais aussi assainir les milieux urbains atteint certaines limites. On admet que la seule beauté ou la verdure n’assurent pas en elles-mêmes le développement harmonieux recherché et qu’il faut doter ces espaces d’équipements qui permettent aux populations d’occuper leur temps libre. C’est en référence à des usages, en effet, que les réformateurs actifs dans les débats sur les loisirs réclament de nouveaux espaces, davantage conçus à des fins de récréation active. Cette réflexion est surtout menée en regard des jeunes et des enfants dont la formation préoccupe de plus en plus.

  • 13 Jeanne M. Wolfe et Grace Strachan, « Practical Idealism : Women in Urban Reform, Julia Drummond an (...)
  • 14 Ville de Montréal, Division de la gestion des documents et des archives, Rapports et dossiers de r (...)

12Ce sont ces motivations qui animent les réformatrices réunies dans la Montreal’s Parks and Playgrounds Association (MPPA), une association qui, à l’instar d’autres mises sur pied dans tout le continent américain, milite en faveur du développement de terrains de jeux surveillés, au début des années 191013. Elle souhaite transformer les pratiques des enfants qui utilisent la rue pour s’amuser. Par conséquent, l’association réclame que soient aménagés des espaces spécifiques pour les jeux, placés sous la surveillance de gardiens voir même de moniteurs spécialisés car, argue-t-elle : « On the undirected playground, the play is uncontrolled, and the vicious habits of the streets are simply transferred »14. La MPPAsuggère, au besoin, de ralentir le mouvement de développement de terrains de jeux s’il n’est pas possible d’en assurer la supervision adéquate. Comme elle l’explique :

  • 15 Ibid., p. 37-38.

« Such supervision is the only guarantee to equal participation by all who are entitled to it, and the only safeguard… toward… the immoral influence which make a playground an offence instead of a benefit influence in the community »15.

  • 16 Alan Metcalfe, « The Evolution of Organized Physical Recreation in Montreal, 1840-1895 », Histoire (...)
  • 17 Montreal Parks and Playgrounds Association, « Report on Parks and Open Spaces for Play », op. cit.

13Durant plusieurs années, des demandes sont adressées à la municipalité pour qu’elle aménage des terrains de jeux, c’est-à-dire des espaces spécialement dédiés aux sports et aux activités récréatives16. Celles-ci ne permettent cependant pas de faire évoluer la situation très rapidement. Pour ajouter du poids à ces demandes, l’association décide de mener une enquête approfondie sur la situation des loisirs dans la ville. Le rapport qui en est issu, dépeint une situation assez paradoxale17. On prétend que les enfants n’ont généralement pas le droit de jouer dans les parcs situés dans les quartiers municipaux. L’Association s’émeut de la situation, elle qui cherche par tous les moyens possibles à retirer les enfants des rues, estimant que celles-ci sont devenues dangereuses. Les autorités municipales accueillent favorablement la requête et en 1913, accordent à l’Association une somme relativement importante qui permet l’embauche de dix moniteurs de jeux durant l’été, dans deux des plus importants parcs de la ville : dans le parc Lafontaine d’abord, situé dans la partie francophone et dans le parc Mont Royal, situé dans la portion anglophone. À la fin de l’été 1913, le rapport de l’Association des terrains de jeux souligne leur grande popularité et la fréquentation élevée dans les deux parcs, qui totalise quelques dizaines de milliers d’enfants.

14Il n’en faut pas plus pour que l’année suivante, une association francophone, l’Association du Bien-être de la Jeunesse Incorporée, voyant d’un mauvais œil la présence d’une association anglophone dans le secteur francophone de la ville, s’adresse à son tour à la municipalité en offrant d’organiser des activités récréatives dans certains parcs. Plus précisément, l’Association :

  • 18 Ville de Montréal, Division de la gestion des documents et des archives, Rapports et dossiers de r (...)

« hautement approuvée et recommandée par sa Grandeur l’Archevêque de Montréal qui en est le président honoraire, les membres de notre clergé et tous les citoyens qui s’intéressent à la jeunesse, a pour but de travailler à son éducation physique, intellectuelle et morale…(l’)Association, fondée dans un but éminemment patriotique, désire atteindre son but par tous les moyens qu’elle pourra avoir à sa disposition pour suivre notre jeunesse en tous (sic) temps… »18.

15Au ton moraliste des requêtes adressées à la municipalité par l’association anglophone, s’ajoute ici un discours à forte connotation nationaliste. De fait, comme elle le précise, l’Association pour le Bien-Être de la Jeunesse « espère obtenir la charge de la surveillance des amusements… » dans le parc Lafontaine. Elle demande donc la « moitié des subsides alloués pour la surveillance et les amusements dans les parcs… », plutôt que la totalité de la somme soit remise à l’Association anglophone. Sa proposition est retenue et il semble bien que, durant quelques années, elle assure une partie de l’organisation des loisirs dans le parc Lafontaine.

16Cet exemple, parmi d’autres, illustre bien en quels termes se pose la question de l’allocation des ressources matérielles provenant des fonds publics, en même temps que la manière dont parvient à se reproduire la stratégie de cloisonnement institutionnel dans le domaine en émergence de la récréation. Il ne faudrait cependant pas conclure de cet épisode que toute la vie montréalaise et en particulier la sphère de loisirs sont définies en fonction des préceptes religieux. De fait, c’est bien parce que l’Église catholique et les associations qui gravitent dans son orbite sont inquiètes et contrariées par la manière dont se vivent et se définissent les loisirs de la population canadienne-française à l’époque qu’elles cherchent, par les moyens dont elles disposent, à exercer un contrôle sur les conduites et les consciences. Leur entreprise, pour réussie qu’elle puisse être parfois, n’en est pas pour autant toujours victorieuse. Ne pouvant dominer sur tous les plans, l’Église est bien davantage forcée de vivre avec certaines réalités qui vont à l’encontre de ses principes. C’est pourquoi, plutôt que de se battre sur tous les fronts, elle concentre ses énergies en certains domaines dont celui des loisirs publics, encore en définition et encore relativement peu occupé par les pouvoirs municipaux qui, à cette époque, se bornent à offrir des équipements pour favoriser les loisirs plutôt que de travailler aussi à encadrer les pratiques.

  • 19 Voir le mémoire de Jean-Christian Aubry, Pratiques religieuses et vie paroissiale en milieu urbain (...)

17Une autre expérience de jeux organisés, également dans le parc Lafontaine, est menée à partir de la fin des années 1920, cette fois par les Jésuites qui dirigent la paroisse où ce dernier se trouve. Dans la foulée d’un mouvement plus large d’organisation des loisirs pour les jeunes entrepris par d’autres pères jésuites ailleurs au Québec, les membres montréalais de la communauté religieuse fondent l’Œuvre des vacances de l’Immaculée-Conception en 1927, afin d’occuper les enfants durant l’été. Sous son hospice, des jeux sont donc organisés dans le parc Lafontaine, tous les étés au cours des années 193019. Disposant de revenus minimes, les pères jésuites doivent faire appel à la municipalité qui, frappée par la crise économique, ne contribue que très parcimonieusement à cette œuvre. Cette dernière ne s’enorgueillit pas moins du service offert par les religieux et ne manque jamais la cérémonie de clôture, organisée à l’issue de chaque saison. Ici encore, loisirs et nationalisme canadien-français se croisent. Comme le rapporte un journaliste à l’époque, en relatant le déroulement de la saison de jeux :

  • 20 Ville de Montréal, Division de la gestion des documents et des archives, Dossiers historiques, D19 (...)

« Discipline et santé, tels sont les résultats les plus apparents de cette organisation… (que) nous considérons comme une sorte d’école normale, une pépinière, une ruche-mère… Quelle admirable école d’assimilation par la camaraderie que ces terrains de jeux ! Cette assimilation ne nous est-elle pas indispensable si nous voulons rester toujours la majorité à Montréal ? »20.

18On le constate aisément, ici encore, l’objectif récréatif se double d’un objectif religieux et identitaire. L’exemple, rapidement évoqué, atteste bien de l’emprise importante de l’Église catholique dans le domaine des loisirs publics, au moins jusqu’à la fin des années 1930, et surtout de l’association étroite entre loisirs et identité nationale.

TORONTO THE GOOD

  • 21 Paul Laverdure, Canada on Sunday : The Decline of the Sabbath, 1900-1950, Université de Toronto, t (...)

19À Toronto, les débats entourant la définition des loisirs publics se polarisent essentiellement sur la lutte, souvent acharnée, menée pour préserver le dimanche comme jour de repos. Dirigé par certaines Églises protestantes, entête desquelles se trouve l’Église presbytérienne, le combat se prolonge durant une bonne partie du xxe siècle. Si des dispositions légales, importées notamment d’Angleterre, ont été adoptées au Canada depuis les années 1840, elles ne sont alors pas appliquées de manière systématique ni fréquente21. Or dans la foulée de l’urbanisation croissante de la population canadienne, de la forte vague d’immigration internationale et de la modernisation générale des modes de vie, certaines élites s’inquiètent de ce que ces développements provoquent une remise en question des valeurs et de la moralité chrétiennes mais aussi de l’autorité spirituelle dont jouissent alors les églises protestantes. À l’instigation de l’Église presbytérienne, une large coalition se forme et conduit à la mise sur pied, en 1888, de la Lord’s Day Act Alliance qui, dès lors, exercera des pressions soutenues sur les pouvoirs publics afin de mettre un frein au processus de sécularisation du dimanche.

  • 22 Lucia Ferretti, Brève histoire de l’Église catholique au Québec, Montréal, Boréal, p.131.

20La Lord’s Day Act Alliance va s’employer à fustiger toute velléité d’activités le moindrement organisées le dimanche. En 1906, elle parvient à faire adopter une loi au niveau national qui interdit toute activité le dimanche, estimée non-essentielle ou qui n’est pas de nature charitable. Si, de son côté, l’Église catholique partage cet objectif du respect du septième jour, elle ne cherchera pas à l’imposer, avec la même vigueur. Il faut dire que cette croisade, c’est d’abord celle des Églises protestantes et que par surcroît, elle se double d’un objectif de nature identitaire, celui de renforcer l’héritage et le caractère britanniques de la population canadienne. On retrouve en quelque sorte ici une version à la canadienne-anglaise du paradigme de la survivance, auquel nous avons fait référence s’agissant du monde francophone. C’est la raison principale pour laquelle l’épiscopat catholique ne s’identifiera pas à la lutte pour le respect du dimanche avec la même ardeur que du côté protestant même si, bien évidemment, il appuie aussi ce principe22. Par conséquent, l’Église catholique, en contexte canadien du moins, ne va pas se formaliser du fait que ses fidèles s’amusent le dimanche, en autant qu’ils assistent assidûment à la messe dominicale. Et lorsqu’elle intervient dans le débat, c’est davantage en espérant influencer les choix de leurs activités que pour les empêcher de se divertir.

21Toronto se présente donc comme le chef de file du mouvement dominical, ce qui ne peut manquer d’étonner étant donné qu’elle est la deuxième plus grande ville du pays, reconnue pour son important développement industriel et jouissant d’une économie florissante. La ville se distingue par la présence d’un lobby puissant et suffisamment opiniâtre pour parvenir à faire respecter un principe de plus en plus considéré comme désuet, surtout après la Première Guerre mondiale. Jusqu’au milieu du xxe siècle, en effet, Toronto représente le haut lieu de la lutte pour le dimanche tandis que dans le reste du monde anglo-protestant au pays, la question a perdu de son importance.

  • 23 Christopher Armstrong et H. V. Nelles, The Revenge of the Methodist Bicyle Company : Sunday Street (...)
  • 24 Gene H. Homel, « Sliders and Backsliders : Toronto’s Sunday Tobogganing Controversy of 1912 », Rev (...)

22Le mouvement torontois en faveur de ce qu’on appelle en anglais le « sabbath » se cristallise autour de trois grandes luttes, entre la fin du xixe et le milieu du siècle suivant. Il perd sa première manche dans les années 1890 puisqu’à l’issue d’une longue période de débats et d’agitation visant à interdire la circulation des tramways le dimanche, celle-ci est finalement perdue23. Au début des années 1910, la ville est de nouveau le théâtre de vifs débats concernant cette fois les activités récréatives, permises le dimanche. Les églises protestantes s’émeuvent alors de l’engouement de la population pour les descentes en traîneaux ou le « tobogganing » qui bat son plein dans plusieurs parcs24. Elles entreprennent donc une vigoureuse campagne pour interdire cette pratique le dimanche, qu’elles vont d’ailleurs gagner en dépit même des fortes pressions exercées à la fois par les syndicats et les milieux d’affaires pour libéraliser les activités dominicales.

  • 25 Michèle Dagenais, « Entre tradition et modernité : espaces et temps de loisirs à Montréal et Toron (...)
  • 26 Don Morrow, « Baseball », in Don Morrow, Mary Keyes et al. A Concise History of Sport in Canada, T (...)
  • 27 Ibid, 125-128. Pour une analyse globale de l’impact de l’urbanisation sur le développement des spo (...)

23Durant les années suivantes, le problème ne semble pas se poser, même s’il n’est pas réglé pour autant. Il est cependant soulevé avec vigueur une troisième fois, aussi tard qu’en 1937, à propos de l’usage des parcs municipaux durant le septième jour de la semaine25. C’est alors qu’une demande à l’effet d’accorder la permission de jouer au base-ball le dimanche qui provoque la première levée de boucliers. L’idée de pratiquer des jeux d’équipe dans les parcs publics ce jour-là choque la Lord’s Day Act Alliance qui soutient toujours que les activités permises doivent être soit de nature personnelle soit reliées au culte. La frontière entre les types de jeux permis et prohibés, parce que considérés comme relevant des sports organisés ou bruyants, apparaît plutôt ténue. Les différences évoquées ne sont effectivement pas tant liées aux caractéristiques propres à chaque activité qu’à la représentation que s’en font les élites. Ainsi, depuis ses origines, le base-ball a été étroitement associé à la classe ouvrière, tandis que des sports tels le cricket et le tennis ont été perçus comme des activités élitaires26. En outre, dès avant la fin du xixe siècle, le base-ball s’est commercialisé et professionnalisé dans les principales villes canadiennes, ce qui n’a pas été le cas du tennis27. Au cœur du litige, se retrouvent donc les conceptions divergentes des élites et des couches populaires, et le pouvoir exercé par les premières dans la définition des activités considérées comme étant socialement acceptables.

24C’est tout de même en fonction de ces critères que des pressions sont régulièrement exercées sur les autorités municipales à la fin des années 1930. La Riverdale Presbyterian Church n’hésite pas, au besoin, à soulever le spectre de la désintégration sociale pour appuyer ses dires et fait valoir :

  • 28 City of Toronto Archives, Department of Parks and Recreation RG12, lettre du président de l’Associ (...)

« a vigourous protest against... opening the city parks for games and amusements in the Lord’s Day. As our congregation is located in the vicinity of one of the parks... we have first-hand evidence of... (the) devastating effects on the life of the community, in the disturbance of citizens who desire Christian quietness and in breaking down of respect for the Christian Sabbath »28.

25Pour étonnante qu’elle soit compte tenu de la période en cause, cette demande et les autres pressions exercées sur les autorités municipales parviendront tout de même à empêcher que ne soient assouplis les règlements concernant les activités permises dans les parcs le dimanche. De fait, il faut attendre la Deuxième Guerre mondiale pour que la situation change progressivement. Il faut dire que dans ce contexte, il va s’avérer beaucoup plus difficile d’exercer des contraintes sur une population à laquelle on demande, au même moment, de contribuer à l’effort de guerre.

26Au-delà de l’attachement de certaines Églises à des préceptes apparaissant plutôt désuets dans le contexte nord-américain, ce qui explique le maintien de telles normes, c’est aussi la volonté des élites de vouloir conserver à la ville sa réputation de vertueuse, considérée enviable par beaucoup et immortalisée dans l’expression bien connue : « Toronto the Good ». Comme la ville est dominée par une majorité anglo-protestante, il lui est relativement facile d’imposer ses vues. En effet, les élites locales s’accommodent bien de cette idéologie protestante qui valorise en même temps l’effort, le travail et la sobriété. Plus étonnante peut sembler l’absence d’une opposition vigoureuse à des principes aussi rigides. Il y a fort à parier que la crise économique, qui continue de secouer durement l’économie canadienne, relègue au second rang toute revendication liée à la libéralisation des loisirs. Le silence des Torontois peut aussi être interprété comme un signe de désintérêt pour une question qui les touche sans doute beaucoup moins qu’au début des années 1910. De fait, durant les années écoulées, l’accès aux loisirs s’est élargi considérablement grâce, notamment, à un raccourcissement de la journée de travail. En outre, la population en général et les jeunes en particulier n’attendent vraisemblablement pas le dimanche pour fréquenter les salles de cinéma ou les parcs. Il n’empêche que si le principe est relativement toléré par tous c’est parce qu’en définitive, il se conjugue tout à fait bien avec le souci de nourrir l’identité canadienne-anglaise de référents britanniques, quand bien même ils s’appuient sur des valeurs traditionnelles.

27Ainsi, tant à Montréal qu’à Toronto, la définition des loisirs, en particulier des loisirs publics, demeure longtemps liée à des questions d’ordre moral et religieux. Les initiatives menées par les autorités religieuses franco-catholiques, dans le premier cas, et anglo-protestantes, dans le deuxième, sont menées dans l’espoir de ralentir le processus irréversible de laïcisation qui survient dans les deux villes, en particulier dans le domaine culturel et récréatif. Elles permettent aussi de peser de manière non négligeable sur la définition et le contenu des loisirs jugés acceptables. Certes, les populations urbaines ne se plient pas aussi complètement aux diktats des Églises que ces dernières le souhaiteraient. Les efforts déployés pour tenter de contrôler la définition des loisirs et la manière de les pratiquer, aussi tardivement que durant les années 1930, indiquent assez bien que les Montréalais et les Torontois s’amusent de plus en plus comme il leur sied.

  • 29 Shirley Tillotson, The Public at Play. Gender and the Politics of recreation in Post-War Ontario, (...)

28Il ne faut toutefois pas négliger pour autant l’influence qu’exercent les discours religieux sur les consciences et les pratiques. Parce qu’ils visent aussi à sauvegarder voire renforcer les identités nationales des deux principaux groupes du pays, ces discours bénéficient d’un écho important. De fait, c’est parce qu’elles se reconnaissent au moins partiellement dans ces discours que les populations urbaines ne les remettent pas radicalement en question, les premières brèches sur ce plan se manifestant bien davantage après la Seconde Guerre mondiale. Les pouvoirs politiques de niveau supérieur qui composent le pays l’ont bien compris. Ce n’est pas par hasard que les gouvernements provinciaux et centraux s’intéressent de plus en plus aux loisirs, à partir de ce moment-là, à un point tel qu’ils vont tous, tour à tour, mettre sur pied leur propre ministère des loisirs. Ils vont ainsi faire de la participation et de l’accès aux loisirs publics, un des fers de lance des nouveaux critères d’appartenance à la nation canadienne et d’identification au nouvel État providence en voie de se mettre en place29. C’est alors que se produit véritablement la modernisation des loisirs publics où les connotations d’ordre moral cèdent la place aux considérations plus laïques, liées à la notion moderne d’épanouissement personnel et à celle, politique, de citoyenneté.

Notes

1 Les recherches à l’origine de cet article ont été réalisées grâce à des subventions provenant du Conseil de recherches en sciences humaines du Canada et du Fonds québécois de recherche sur la société et la culture (ancien fonds FCAR) - programmes nouveaux chercheurs. Je remercie Michel Ducharme et Sheila MacManus pour leur excellent travail de dépouillement, accompli dans les archives des villes de Montréal et Toronto.

2 Yvan Lamonde, « Une problématique de culture urbaine : Montréal 1820-1920 », Questions de culture, 5 (1983), p. 131-148 ; Thomas Bender, « Metropolitan Life and the Making of Public Culture », in J.H. Mollenkopf (dir.) Power, Culture and Place : Essays on New York City, Russell Sage Foundation, 1988, p. 261-271 ; G. Barth, City People. The Rise of Modern City Culture in 19th-Century America, New York and Oxford, Oxford University Press, 1980.

3 Y. Lamonde, Gens de paroles. Conférences publiques, essais et débats à l’Institut Canadien de Montréal (1845-1871), Montréal, Boréal, 1990, p. 24-28 ; idem, Les bibliothèques de collectivités à Montréal (17e-19e siècles), Montréal, Bibliothèque nationale du Québec, 1979.

4 Sur Montréal à cette époque, voir Paul-André Linteau, Histoire de Montréal depuis la Confédération, Montréal, Boréal, 1992 ; sur Toronto, J. M. S. Careless, Toronto to 1918. An Illustrated History, Toronto, James Lorimer & Company, 1984.

5 Pour une bonne analyse de cette situation voir Christopher G. Boone, « Language Politics and Flood Control in Nineteenth-Century Montreal », Environmental History, 1, 3 (1996), p. 70-85. Voir aussi Alan Gordon, Making Public Pasts. The Contested Terrain of Montreal’s Public Memories, 1891-1930, Montréal, McGill-Queen’s University Press, 2001.

6 Pour une illustration des termes de ce débat et de sa résolution dans le cas de la Bibliothèque municipale de Montréal, voir Michèle Dagenais, « Vie culturelle et pouvoirs publics locaux. La fondation de la Bibliothèque municipale de Montréal », Revue d’histoire urbaine/Urban History Review, 23, 2 (mars 1996), p. 40-56.

7 Archives de l’Archevêché de Montréal, Registre des lettres de Mgr Bruchési, Tome 2 (18 janvier 1901 - 2 mai 1904), lettre au maire de Montréal et aux échevins, 6 mars 1901.

8 Sur cette question, voir Gérard Bouchard, « Le Québec comme collectivité neuve. Le refus de l’américanité dans le discours de la survivance », dans G. Bouchard et Y. Lamonde (dir.) Québécois et Américains. La culture québécoise aux xixe et xxe siècles, Montréal, Fides, 1995, p. 15-60.

9 Andrew Sancton, Governing the Island of Montreal ; Language Differences and Metropolitan Politics, Berkeley, University of California Press, 1985.

10 John Webster Grant, A Profusion of Spires : Religion in Ninetennth-Century Ontario Toronto, University of Toronto Press, 1989 ; Marguerite Van Die, « Introduction », dans M. Van Die (dir.) Religion and Public Life in Canada. Historical and Comparative Perspectives, Toronto, Univeristy of Toronto Press, 2001, p. 3-19.

11 Brian Clarke, « Religion and Public Space in Protestant Toronto, 1880-1900 », dans Marguerite Van Die (dir.) op.cit., p.69-86.

12 Michèle Dagenais, « Inscrire le pouvoir municipal dans l'espace urbain : les réseaux des parcs à Montréal et Toronto, 1870-1940 », The Canadian Geographer/Le Géographe canadien, 46, 4 (2002), p. 509-526.

13 Jeanne M. Wolfe et Grace Strachan, « Practical Idealism : Women in Urban Reform, Julia Drummond and the Montreal Parks and Playgrounds Association », dans Caroline Andrew et Beth Moore Milroy (dir.) Life Spaces. Gender, Household, Employment, Vancouver, University of British Columbia Press, 1988, p. 65-80.

14 Ville de Montréal, Division de la gestion des documents et des archives, Rapports et dossiers de résolution du Conseil municipal et du Comité exécutif, 2e série, n° 3739, Montreal Parks and Playgrounds Association, Report on Parks and Open Spaces for Play, octobre 1912, p.5.

15 Ibid., p. 37-38.

16 Alan Metcalfe, « The Evolution of Organized Physical Recreation in Montreal, 1840-1895 », Histoire sociale/ Social History, XI, 2 (mai 1978), p. 155-161.

17 Montreal Parks and Playgrounds Association, « Report on Parks and Open Spaces for Play », op. cit.

18 Ville de Montréal, Division de la gestion des documents et des archives, Rapports et dossiers de résolution du Conseil municipal et du Comité exécutif, 3e série, n°432, lettre de l’Association du Bien- Être de la Jeunesse au maire de Montréal, le 17 avril 1914.

19 Voir le mémoire de Jean-Christian Aubry, Pratiques religieuses et vie paroissiale en milieu urbain au xxe siècle. La paroisse Immaculée-Conception de Montréal, 1910-1940, Université de Montréal, mémoire de maîtrise en histoire, 1998, chapitre trois.

20 Ville de Montréal, Division de la gestion des documents et des archives, Dossiers historiques, D1901, 38-A, « Les jeux au parc La fontaine », Le Devoir, 29 août 1933.

21 Paul Laverdure, Canada on Sunday : The Decline of the Sabbath, 1900-1950, Université de Toronto, thèse de doctorat, 1990 ; Cheryl MacDonald, « Never on a Sunday : The Lord’s Day Act », The Beaver, octobre-novembre 2003, p. 41-43.

22 Lucia Ferretti, Brève histoire de l’Église catholique au Québec, Montréal, Boréal, p.131.

23 Christopher Armstrong et H. V. Nelles, The Revenge of the Methodist Bicyle Company : Sunday Streetcars and Municipal Reform in Toronto 1888-1897, Toronto, Peter Martin Associates, 1977.

24 Gene H. Homel, « Sliders and Backsliders : Toronto’s Sunday Tobogganing Controversy of 1912 », Revue d’histoire urbaine/Urban History Review, 10, 2 (1981), p. 25-34.

25 Michèle Dagenais, « Entre tradition et modernité : espaces et temps de loisirs à Montréal et Toronto au xxe siècle », The Canadian Historical Review, 82, 2 (juin 2001), p. 321-329.

26 Don Morrow, « Baseball », in Don Morrow, Mary Keyes et al. A Concise History of Sport in Canada, Toronto, Oxford University Press, 1989, p.110.

27 Ibid, 125-128. Pour une analyse globale de l’impact de l’urbanisation sur le développement des sports, voir Steven A. Reiss. City Games. The Evolution of American Urban Society and the Rise of Sports, Urbana et Chicago, University of Illinois, 1989.

28 City of Toronto Archives, Department of Parks and Recreation RG12, lettre du président de l’Association au Parks Commissioner, 26 mai 1939.

29 Shirley Tillotson, The Public at Play. Gender and the Politics of recreation in Post-War Ontario, Toronto, University of Toronto Press, 2000.

Auteur

Université de Montréal, Département d’histoire

© Presses universitaires François-Rabelais, 2005

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540