Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Divertissements et loisirs dans les sociétés urbaines à l’époque moderne et contemporaine

 | 
Robert Beck
, 
Anna Madœuf

III - Contrôles et encadrements

Les bains de mer à Istanbul, xixe-xxe siècles

Méropi Anastassiadou-Dumont

Texte intégral

1À Istanbul, grande métropole située au croisement de trois mers, les bains de mer connaissent une popularité croissante à partir de la seconde moitié du xixe siècle. Plusieurs facteurs contribuent à cet essor : la création, en 1858, de la première municipalité de la capitale ottomane, la mise en place d’un réseau de transports intra-urbain, le développement de la médecine moderne et la large diffusion des théories hygiénistes importées d’Europe.

2Même si on assiste, au dernier quart du xixe siècle, à une multiplication des divertissements accessibles à tous les membres d’une famille, la plupart des activités de loisir ou les occasions de sociabilité (hammam, café, associations de charité, clubs sportifs) restent encore réservés aux représentants d’un seul sexe, sans possibilité de mélange. Il va de soi qu’à cette époque, hommes et femmes se baignent séparément.

3Tout au long de ces dernières décennies ottomanes, la protection de la nudité du corps -masculin, mais surtout féminin - reste une condition essentielle pour le développement des bains de mer. Les gens se baignent enfermés dans des baraquements en bois qui reflètent, dans l’espace urbain, le souci de préserver la pudeur.

4Les premières plages et les premiers bains mixtes sont inaugurés par les Russes blancs, vers 1920, lors de l’occupation d’Istanbul par les forces alliées -une période de profonds bouleversements sociaux, économiques et démographiques. Mais cette initiative venue d’éléments extérieurs à la société locale ne reste pas une parenthèse, un épisode sans suite. Le pouvoir kémaliste prend le relais et fait des bains de mer un loisir pour le peuple.

5Avec la fondation de la Turquie kémaliste en 1923, une nouvelle ère s’ouvre pour cette société urbaine. Considérée désormais comme l’égale de l’homme, la femme est encouragée à participer activement à la vie économique et sociale du pays. La vision kémaliste promeut le modèle d’une société où le principe antique de l’ « esprit sain dans un corps sain » est en pleine reviviscence. Il suffit de feuilleter certaines revues des années 1920 ou 1930 pour s’en convaincre : la Turquie kémaliste, mensuel de propagande, contient des nombreuses photos exhibant le corps féminin et extraites des concours sportifs de l’époque.

6Reste à savoir pourquoi les autorités turques se sont intéressé à cette activité, dans quel but elles ont cherché à la développer, pour quelles raisons elles ont encouragé les initiatives privées susceptibles de contribuer à la popularisation de cette forme de loisir. Enfin, dans un autre ordre d’idées, l’histoire des bains de mer à Istanbul devrait nous permettre de voir comment une société fortement imprégnée aussi bien par l’islam que par la civilisation européenne a géré la question de la nudité du corps féminin.

7Pour retracer l’évolution des bains de mer à Istanbul durant les xixe et xxe siècles, cette étude s’appuie sur la presse de l’époque, des récits de voyages, des œuvres littéraires, des ouvrages médicaux ainsi que sur une récente bibliographie en langue turque. Les matériaux utilisés concernent la ville d’Istanbul. Certes, il ne s’agit pas d’en déduire que les citadins seuls avaient le privilège de se baigner ou que la baignade était un plaisir inconnu aux habitants des villages. Cependant, à la lumière de la documentation disponible, il ressort que c’est dans les villes que cette activité s’est organisée en « loisir » et que ce sont les pouvoirs urbains qui l’ont dotée de toute une série de normes de bonne conduite. Par ailleurs, aller à la mer tout simplement, sans avoir à payer un billet d’entrée, ni à passer devant un gardien est précisément un acte qui ne laisse aucune trace écrite. L’existence de documents administratifs attestant du caractère réglementé de la baignade en mer ne suffit évidemment pas pour démontrer l’absence de toute spontanéité dans ce domaine et devrait être lue et interprétée avec prudence.

LES DENIZ HAMAMLARI OU HAMMAMS DE MER

8Comment traduire le terme hammam de mer ou, en turc, deniz hamami ? Faute d’équivalent exact en français, une explication de ces termes s’impose. Deniz signifie en turc la mer ; hammam est l’établissement de bains (et non pas l’acte de se baigner, de se laver). Les deux réunis désignent des constructions légères en bois et posées sur pilotis, de forme carrée, fermées des quatre côtés et situées dans la mer, à faible distance du rivage. Les quatre parois de l’édifice enferment une sorte de piscine dans laquelle on est censé nager.

9Par certains aspects, les hammams de mer sont une transposition en milieu marin des bains publics connus sous le nom de hammam. Ici aussi, la mixité des sexes est strictement prohibée. Les installations pour hommes sont distinctes de celles destinées aux femmes. Afin d’écarter tout risque de mélange, ces établissements sont séparés d’une distance suffisante pour que « la communication par voix d’homme ne soit pas possible ». Non seulement on ne peut pas se voir, mais on ne peut même pas se parler. La présence d’un policier en uniforme (çavus, sergent) qui rode en barque entre la partie féminine et la section masculine a pour but d’assurer l’étanchéité entre les sexes et de dissiper les tentations (Évren, 2000, p. 25).

  • 1 Sur le hammam en tant qu’espace social, voir Carlier, 2000 ; Yilmazkaya 2002, 25-31 ; Isin 1995, 2 (...)

10À l’exemple du hammam, le hammam maritime est un haut lieu de sociabilité, surtout pour les femmes qui s’y rendent en groupes pour des séances pouvant durer plusieurs heures1. Emportée dans des paniers ou consommée dans les établissements attenant le bain, la nourriture est au cœur de ces moments de détente. La plupart de ces lieux disposent d’une construction annexe qui sert de buvette, de café ou - pour des périodes plus récentes - même de restaurant (Sehsuvaroglu, 1953).

11La gestion de ces endroits est aussi calquée sur celle des bains publics. Cédée pour une durée limitée à un particulier (le plus souvent un non musulman), elle est soumise à des règles précises notamment en ce qui concerne la rémunération du personnel et les impôts et taxes dus à l’État. L’entrée est payante. Les recettes servent à salarier le gardien/policier ainsi que les maîtres-nageurs et les sauveteurs. C’est également sur ces sommes que comptent les tenanciers pour s’acquitter de leurs obligations fiscales (Évren, 2000, p. 25-26).

  • 2 À propos de ces zones du bord de la Corne d’Or investies par les immigrés venus des provinces voir (...)
  • 3 Voir Ill. 1 : Les hammams de mer en 1875.

12Dans son ouvrage consacré aux plages d’Istanbul, Burçak Évren mentionne que d’après un inventaire de 1867 il y avait, à cette date, sur les rives de la capitale, 62 constructions de ce type dont la plus grande partie était réservée aux hommes. En 1870, l’ouverture de 26 autres est annoncée (Évren, 2000, p. 25, p. 27). En 1875-76, entre en activité un nouvel établissement, situé au pied du Pont de Galata, un des secteurs les plus commerçants de la ville (Évren, 2000, p. 25). Le lieu est stratégique. Une grande partie de la population citadine active - et notamment nombre de travailleurs immigrés qui logent dans les foyers pour célibataires alignés sur le rivage - passe quotidiennement par cet endroit2. En cette année 1875, cela fait seulement trois ans que la Municipalité assure la gestion des hammams maritimes3. Avant cette date, c’était le Service de la Marine (Bahriye Nezareti) à travers l’Arsenal impérial (Tersane-i amire) qui administrait ces lieux. Le transfert d’un organisme à l’autre ne s’est pas fait sans difficultés et il a fallu que le Conseil d’État (Sura-i Devlet) tranche (Évren, 2000, 23, 26). L’enjeu semble avoir été principalement financier, les taxes perçues sur ces installations représentant des sommes d’argent non négligeables.

13Les instances municipales d’Istanbul, créées progressivement entre 1858 et 1870, ne tarderont pas à marquer le terrain en édictant, en cette même année 1875, un règlement sur les modes de construction, le contrôle et les spécificités des hammams de mer. Ce texte reprend, pour l’essentiel, les normes qui régissaient déjà la fréquentation de ces lieux : séparation entre hommes et femmes, interdiction d’entrée aux ivrognes et aux impudiques, présence obligatoire de policiers, de maîtres-nageurs et de sauveteurs (Sehsuvaroglu, 1953). À côté de ces dispositions, le document de 1875 procure aussi des informations sur la construction des hammams maritimes : faits avec des grosses poutres résistantes à l’eau, ceux-ci étaient situés à des endroits ni rocheux ni très profonds. Le même texte précise que ceux qui entreront dans la mer à l’extérieur de l’installation balnéaire seront punis. Enfin, en annexe de ce règlement, la municipalité fournit une liste de soixante établissements balnéaires repartis à travers la ville. Trente-trois d’entre eux sont réservés aux hommes, vingt-sept sont destinés aux femmes. Sur le plan juridique, le rôle de la municipalité consiste à accorder à des particuliers l’autorisation d’utiliser certains endroits du rivage pour des périodes limitées. Ces concessions sont attribuées pour deux ans renouvelables (Ergin, 1330 [1922], 2142-2145). Chaque année, vers la mi-septembre, les hammams de mer sont démolis et reconstruits à l’arrivée de l’été (Évren, 2000, 16 ; Ergin, 1330, p. 2143, 7e article). L’emplacement de ces établissements demeure inchangé d’une année à l’autre : les grosses poutres sur lesquelles reposaient ces édifices restaient tout l’hiver dans l’eau et marquaient ainsi les lieux précis d’exercice de cette activité.

14À côté de ces installations accessibles à tous, Istanbul compte, dans le dernier quart du xixe siècle, un grand nombre de hammams privés (qu’il convient de désigner ici comme « domestiques »), appartenant au palais impérial, aux ambassades des pays européens ou à des familles aisées, propriétaires de maisons en bois cossues sur les rives du Bosphore (les fameux yali) ou sur le bord de la Marmara. Minuscules, ces cabines privées ne sont pas démolies à la fin de chaque saison mais simplement rafraîchies et réparées au début de l’été (Évren, 2000, p. 38). Resat Ekrem Koçu, célèbre folkloriste turc du début de la République, décrit ces édifices privés comme des « petites chambres élégantes en bois, sur la mer fermées des quatre côtés de manière à ce qu’on ne puisse pas être vus de l’extérieur » (Koçu, p. 4438-4441). Aux dimensions d’un poulailler -l’expression est de Sermet Muhtar Alus - ces lieux d’apparence humble sont généralement décorés à l’intérieur conformément au rang social de leur propriétaire (Alus, 1934 cité par Évren, 2000, p. 38). Ceux situés à Kandilli par exemple dépendent du palais et sont revêtus entièrement de marbre. Propriétés privées, ces espaces n’échappent pas pour autant au contrôle de la municipalité, notamment en ce qui concerne les normes de construction. S’il n’y avait pas de restriction pour la qualité du bois utilisé, les règles portant sur la profondeur en particulier devaient être impérativement respectées. Un permis de construire émanant de la municipalité était requis, faute de quoi l’édifice était démoli et les propriétaires punis d’une forte amende (Ergin, 1330 [1922], p. 2142-2145, art. 14-16).

15C’est dans un souci d’aménagement du territoire urbain que la municipalité se manifeste pour réglementer ces constructions qui sont principalement une affaire privée. La période est, en effet, particulièrement riche en directives, règlements, décisions et autres émanant des autorités municipales et ayant pour but de moderniser le paysage urbain stambouliote : tracement de nouvelles artères, élargissement des rues, constitutions de zones de sécurité contre les incendies, pavage des chaussées (Borie, Pinon, Yerasimos, 1989).

  • 4 À partir des années 1830, une série des réformes (connues sous le nom de tanzimat) sont entreprise (...)

16Cependant, outre les préoccupations d’urbanisme, le règlement de 1875 encadre la baignade en mer avec des normes précises visant à éviter les dérapages notamment sur le plan moral. S’il est difficile de mesurer l’impact de la municipalité ottomane d’Istanbul sur la popularisation des bains de mer, il apparaît clairement qu’en le réglementant, celle-ci indique que ce nouveau type de divertissement entre tout naturellement dans son champ de compétences. Par les mesures prises, les instances municipales cautionnent une activité dont la propagation s’inscrit dans un processus plus général de modernisation de la société ottomane4. Pour partie, c’est au développement des moyens de transport ou encore au discours hygiéniste des médecins, omniprésent à cette époque, qu’il faut attribuer la popularisation des baignades en mer.

17Dans leur vie de tous les jours, les Stambouliotes sentent l’air des Réformes aussi à travers la multiplication de moyens créés pour se déplacer dans la ville. Le premier pont de Galata reliant les deux rives de la Corne d’Or est construit en 1845. Dès les années 1840 et plus intensément à partir de 1850, les liaisons maritimes se densifient et ouvrent la voie à l’urbanisation de secteurs éloignés du centre historique. Fondée en 1851 avec 16 bateaux, la société maritime Hayriye jouera un rôle capital dans ce domaine. À partir de 1870, c’est au tour du tramway et du train d’enrichir le réseau des transports intra-urbain et les liaisons avec les faubourgs. En 1873, est inaugurée la ligne ferroviaire Haydarpacha-Gebze, longue de 48 km, qui parcourt la rive asiatique le long de la mer de Marmara. Une année plus tard, entre en service la première ligne de chemin de fer reliant Istanbul à Sofia. Celle-ci dessert aussi plusieurs localités situées le long de la côte européenne de la Marmara. En 1875, les six premiers arrêts correspondent à un trajet d’une trentaine de kilomètres et définissent les limites des secteurs en voie d’urbanisation. Il est important de noter que ces six arrêts figurent aussi dans la liste des installations balnéaires publiée par la municipalité à la même date (Çelik, 1986).

18La carte du réseau ferroviaire ou celle des liaisons maritimes se confond sans difficulté avec celle des hammams de mer. La plupart de ces édifices sont situés à proximité d’un arrêt de train ou d’un débarcadère, ce qui indique que leurs gérants comptaient pour l’essentiel sur une clientèle venue de loin. Dans ce dernier quart du xixe siècle, la plupart des localités de banlieue sont des gros villages où les zones d’habitation restent encore assez réduites.

  • 5 La plupart des périodiques spécialisés qui paraissent à Istanbul au cours de la seconde moitié du (...)

19Autre facteur qui a contribué - sans pour autant l’avoir engendrée - à la popularité des bains de mer dans l’Istanbul de la fin de la période ottomane : le discours médical. Grâce au cautionnement scientifique, entrer dans la mer n’est plus seulement un plaisir, ne sert plus seulement à se rafraîchir lors des lourdes chaleurs estivales, cela fait de surcroît du bien à la santé. Et à cette époque, la santé du peuple est un domaine qui donne bien de soucis au corps médical constantinopolitain ainsi qu’aux autorités. Épidémies de variole et de choléra, infections et troubles respiratoires - la tuberculose fait rage dans les couches populeuses -, maladies dermatologiques, la nosologie est particulièrement riche et chargée, les taux de mortalité très élevés et l’espérance de vie dramatiquement basse. Les médecins stambouliotes entreprennent une campagne d’information de la population sur les modes de prévention des principales maladies5. C’est l’âge d’or de l’hygiénisme : propreté domestique et des lieux publics, aération régulière des habitations, conseils pour éviter les carences alimentaires sont des thèmes omniprésents dans les revues médicales de l’époque et très fréquemment débattus dans les sociétés des praticiens (Anastassiadou-Dumont, 2003). Reste à savoir évidemment quel impact peuvent avoir ces textes -souvent rédigés en français - dans une société en grande partie illettrée, n’ayant que des contacts épisodiques avec le monde de l’écrit. Pour une part, le message passe à travers les écoles qui intègrent le cours d’hygiène dans leurs programmes. Les adultes sont sensibilisés via leurs enfants lorsque ceux-ci sont scolarisés.

  • 6 Voir en annexe, la liste de quelques ouvrages médicaux de la fin du xixe siècle et des deux premiè (...)

20La littérature médicale ottomane concernant les avantages des bains de mer pour la santé n’est guère négligeable6. Ces travaux détaillent les bienfaits de l’iode marin et de l’eau salée sur le système respiratoire, sur les maladies de la peau, sur les rhumatismes ou les sciatiques. Leurs auteurs incitent fortement le public à prendre l’habitude des bains marins dans le cadre d’une vie saine et équilibrée. L’eau de mer n’est pas recommandée seulement dans un but préventif. Elle a également des vertus thérapeutiques incontestables. Suite à un accident, le sultan Abdülhamid II en personne entre dans la mer, sur les conseils de son médecin, au moins une fois par jour (Évren, 2000, p. 14, 16). Y a-t-il meilleure façon de convaincre la population de l’efficacité du traitement marin ?

21Cependant, tout compte fait, il est peu probable que cette production ait été suffisamment diffusée. Au demeurant, nous avons affaire à des œuvres assez tardives : les premières datent du milieu des années 1880, mais pour la plupart il s’agit des travaux publiés entre 1900 et 1914. À cette époque, l’habitude d’aller au hammam de mer est déjà bien ancrée dans la vie des Stambouliotes. C’est dire que les conseils des médecins porteront leurs fruits surtout pendant la période qui s’ouvre après la fin de la Première Guerre mondiale, celle des plages.

LES PLAGES DE LA RÉPUBLIQUE

22Les années de la Grande Guerre correspondent à une période de crises successives et profondes pour la société constantinopolitaine, non seulement du point de vue économique et démographique mais aussi sur le plan des valeurs morales.

  • 7 Pour un aperçu sur ces années d’occupation d’Istanbul par les forces de l’Entente, voir Johnson, 1 (...)

23L’arrivée massive sur les rives du Bosphore de Russes fuyant la révolution d’octobre laissera des traces durables dans le paysage social. De même, l’occupation, entre 1919 et 1922, d’Istanbul par les forces de l’Entente est une phase bien singulière pour les habitants de la capitale7. Les femmes russes - certaines d’entre elles sont issues de la haute société moscovite - sont réputées de nouer facilement des relations physiques avec les hommes ; le « relâchement de mœurs » caractérise aussi, selon l’avis de la population locale, les officiers de l’armée d’occupation, notamment anglais et français. Pour certains, ce sont ces derniers qui ont organisé les premiers « bains mixtes ». La mémoire citadine se plaît toutefois à attribuer l’invention des plages aux Russes blancs (Évren, 2000, 92-94).

24La réponse à la question de savoir à qui en revient réellement la paternité n’a pas grande importance. Il convient en revanche de retenir que les plages ne disparaissent plus après le départ des forces armées et l’intégration progressive des Russes blancs restés sur le sol turc. Elles n’auront pas été une parenthèse due à la guerre, une innovation d’étrangers ne concernant pas la population autochtone. Leur survie après « le retour à la normale » indique bien une évolution des mentalités.

25En 1922-23, lorsque Français et Anglais se retirent, le pays entre dans sa période républicaine et kémaliste. Dans ce nouveau cadre, les relations entre hommes et femmes sont perçues à travers le prisme de l’égalité. Pilier de la nation, chargée de transmettre à la génération suivante l’amour de la patrie, la femme turque peut faire autant - et même plus - que l’homme. La propagande de l’époque la présente en uniforme d’aviatrice, ouvrière à l’usine, institutrice à l’école. Promouvant une politique populiste - variante turque des idéologies socio-nationales qui fleurissent à la même époque en d’autres lieux -, le pouvoir kémaliste exalte le corps musclé, symbole d’une société en bonne santé. Désertés par les officiers blonds et les femmes russes à la chair douce, les bords de mer ne véhiculent plus un message de débauche. Désormais, elles deviennent le théâtre d’exhibition des corps sportifs et vigoureux, ne comportant la moindre trace de sensualité suspecte (Dumont, 1992).

  • 8 La plage de Beyazpark a fonctionné jusqu’en 1980.

26Ce sont les autorités politiques et surtout Mustafa Kemal Atatürk en personne, le président de la toute nouvelle République turque, qui encouragent la mixité des sexes. Une anecdote concernant la plage de Beyazpark8, située à Büyükdere sur la rive européenne du Bosphore est instructive à cet égard. À cet endroit, il existait depuis la période ottomane, des installations balnéaires (du type hammam de mer) avec une section réservée aux hommes et une autre pour les femmes. Géré par un Arménien, le lieu était essentiellement fréquenté par des Arméniens. La grande proximité entre la partie destinée aux hommes et celle pour femmes et surtout la vente de boissons alcoolisées dans le café attenant a inquiété les habitants musulmans du quartier qui se sont mobilisés pour obtenir sa fermeture. La visite de Mustafa Kemal en 1926 aura suffi pour dissiper les craintes des propriétaires. En déclarant qu’il ne voyait pas de différence entre hommes et femmes et que rien de honteux ne se passait dans cet espace, le chef de la nation a saisi l’occasion pour souligner son engagement en faveur de l’égalité des sexes. Le calme s’est aussitôt rétabli dans le voisinage turc qui ne pouvait guère mettre en doute la parole du « père ». Peu après, deux piscines sont construites à la place des anciens édifices en bois et le lieu entre dans la catégorie des « plages » (Évren, 2000, 64-65, p. 113).

27Au cours de ces premières décennies de la République, le mot « plage » en turc ne signifie ni le rivage, ni le bord de mer recouvert de sable, mais désigne les installations balnéaires à accès payant, où les barrières entre les sexes sont de moins en moins fréquentes.

28Reste à savoir si le modèle sportif et les idéaux de l’antiquité grecque ont suffi à gommer, en l’espace de quelques années, les tabous liés à la nudité du corps. En réalité, l’attitude adoptée face à cette question varie selon l’origine sociale des baigneurs. Au sein des couches populaires, le contrôle de la sexualité est assuré principalement par la famille - souvent élargie. Aller à la plage est une activité familiale, ainsi que le soulignent nombre d’articles et de publicités parus dans la presse de l’époque. Pour ceux qui sont issus de milieux fortunés et instruits, la famille joue aussi son rôle, mais c’est surtout le respect des normes sociales acquis à travers l’éducation qui dicte le comportement sur la plage.

29Lors de ces sorties, l’air est plus à la détente et à la convivialité qu’à la compétition sportive. Les bonnes vieilles habitudes de la sociabilité du hammam ou des hammams maritimes ont des racines profondes chez les Stambouliotes. La musique, la nourriture, dans certains cas la danse confèrent même aux concours de natation un caractère de jeu et font des bains de mer un réel moment de délassement. Cette formule - une activité à mi-chemin entre l’effort sportif et le loisir - a le soutien des autorités municipales, soucieuses d’offrir des havres de détente à une population disposant de fort peu d’opportunités d’évasion.

30Donner un aperçu précis de la situation sociale et économique de la Turquie des années 1920 et 1930, dépasse largement le cadre de ce travail. Qu’il suffise de rappeler ici que le pays est « en chantier », non seulement sur le plan identitaire mais aussi économique. Née sur les cendres d’un Empire ottoman en pleine désagrégation depuis plusieurs décennies, la Turquie kémaliste a tout à reconstruire - et ce sur l’ensemble du territoire national. Quelque onze millions de personnes y vivent selon le recensement de 1927. Sur ce total, 800 000 se trouvent à Istanbul qui reste, malgré le transfert de la capitale à Ankara, de loin la plus grande ville de Turquie. En dehors d’une très mince frange de fortunés pour lesquels les dix années d’hostilités et d’instabilité politique (1914-1923) n’ont eu que peu d’incidence sur leur statut socio-économique, l’écrasante majorité des Stambouliotes lutte pour le gagne-pain quotidien. Le congé - payé ou non - est notion inconnue et les voyages d’agrément inconcevables. Les escapades de quelques heures représentent la seule possibilité de repos et de sortie de la routine.

31Dans ce contexte, les lieux proches de la ville sont les plus prisés (Ill. 1) visant à développer les infrastructures de divertissement à proximité d’Istanbul. Dans un pays qui bâtit sa philosophie politique autour du terme halk (peuple) - mot-clé omniprésent de ces débuts kémalistes -, la création d’espaces réservés aux loisirs du « peuple », loisirs toujours considérés comme éducatifs et contribuant au modelage du Turc nouveau, constitue un des axes prioritaires de la politique culturelle aussi bien du gouvernement d’Ankara que des instances locales.

32La plage de Moda, située sur la rive asiatique au bord de la mer de Marmara est une des premières plages de l’ère républicaine. Elle doit, dit-on, son succès à la modicité des prix d’entrée, mais surtout à son emplacement. Pour s’y rendre depuis le centre-ville, le moyen le plus commode est le bateau : le trajet ne dure qu’une vingtaine de minutes. Pour les Stambouliotes, qui lui sont restés fidèles jusqu’à la fin des années 1980, cet endroit est intimement lié à l’identité urbaine et occupe une place particulière dans les mémoires (Önce, 1998).

33La compagnie maritime « Sirket-i Hayriye » - principal transporteur intra-urbain par voie de mer - fera le même constat. La proximité et l’accès facile sont des facteurs cruciaux pour le développement des loisirs. En 1929, dans le cadre d’une opération de redressement de la société, ses dirigeants annoncent l’ouverture de la plage d’Altinkum (Sable doré) au nord du Bosphore, près de la sortie vers la mer Noire (Koçu, p. 747 ; Évren, 2000, p. 115). Rien ne manque au projet pour attirer le public : café, aire de pique-nique, gramophone, musique.

Illustration 1 : Les hammams du bord de mer (1875) et les plages de la République (1923-1990) à Istanbul

Illustration 1 : Les hammams du bord de mer (1875) et les plages de la République (1923-1990) à Istanbul
  • 9 À propos de la réglementation concernant les rivages en Turquie, voir Keles, 1996, p. 459-61.

34Le transport est assuré par un bateau spécialement affecté à ce parcours et pouvant accueillir près d’un millier de passagers. Cependant, le trajet aller-retour dure quatre heures et, après des débuts glorieux, l’intérêt des citadins s’essouffle rapidement. Au lendemain de la Deuxième Guerre mondiale, tout ce secteur est déclaré zone militaire et devient inaccessible (Tutel, 1993)9.

  • 10 La plage de Suadiye a été gérée durant des nombreuses années par Lütfiye Güler. Lorsque celle-ci e (...)

35Déjà perceptible à l’époque ottomane, la corrélation entre installations balnéaires et moyens de transport s’affirme avec force pendant la période républicaine et suffit à démontrer - s’il en était besoin - l’importance que les instances municipales attachent aux activités de loisirs. Florya, une des plages les plus célèbres d’Istanbul, située sur la rive européenne de la Marmara, à une vingtaine de kilomètres du centre historique, près de l’aéroport actuel, doit sa popularité au train de banlieue, mis en place durant la période ottomane. Après 1937, lorsque le réseau est nationalisé, la gare de la petite localité est desservie très fréquemment dans la journée. Signe fort de l’intérêt des autorités pour les bains du peuple : le billet d’entrée à la plage de Florya inclut, d’après les publicités de l’époque, celui de l’aller-retour par train (Évren, 2000, 100 ; Akçura, 2002, 2e vol., 259-265). Dans le cas de la plage de Suadiye10, qui se trouve sur la rive asiatique, en face de Florya, la gare ferroviaire étant un peu loin de la mer, la municipalité met à la disposition du public des autobus spéciaux. Plus au nord, dans le même secteur, la plage de Fenerbahçe est accessible uniquement par train : celui-ci fonctionne seulement pendant les mois d’été pour transporter les baigneurs (Évren, 2000, p. 135).

36Pour la plupart des installations balnéaires, d’importants travaux d’infrastructure ont dû être effectués avant leur ouverture. À Suadiye, où le terrain était rocheux, il a fallu transporter seulement du sable avant de construire cabines, cafés et loges privées. Mais dans d’autres cas, il s’est agi de travaux de grande envergure qui ont transformé le paysage et ont représenté d’énormes enjeux financiers. À cet égard, les plages de Süreyya et d’Ataköy sont les exemples les plus représentatifs.

37Né en 1874, fils de militaire, Süreyya pacha (qui prendra au début de l’ère républicaine le nom de famille Ilmen) s’engage lui-même dans une carrière au sein de l’armée ottomane. Mais celle-ci sera de courte durée. En 1916, en pleine guerre, il enlève l’uniforme et se lance dans les affaires en créant une fabrique de textiles de coton. C’est après 1923, dans la Turquie kémaliste, que son ascension sociale et économique devient exemplaire. Membre du Conseil municipal d’Istanbul, député de la même ville en 1927, Süreyya pacha va se signaler par la réalisation de nombreux projets urbains et sociaux sur la rive asiatique d’Istanbul. Les habitants de ce secteur lui doivent notamment la mise en place d’un tramway, l’approvisionnement en électricité, la construction d’un nouveau réseau de canalisation, une salle de cinéma, la création d’une société d’opérette (Ilmen, 2001 [1949] ; Akçura, 2002, 2e vol., p. 99-137).

38Süreyya Ilmen n’est pas un simple entrepreneur qui a su s’enrichir en tirantprofit de ses relations avec les milieux du pouvoir. À travers ses réalisations, il véhicule l’idéologie d’un développement urbain à l’intention du peuple. Ce dernier reste au cœur des décisions qu’il est amené à prendre sous sa casquette d’homme d’affaires. Lors de l’ouverture du cinéma Süreyya en 1927, il est annoncé que les séances du lundi sont réservées aux soldats des casernes des environs. Pour d’autres séances, un quota de places gratuites est attribué aux bateliers et aux portefaix. La vision qu’a Süreyya Ilmen de la société urbaine puise dans l’idéologie populiste du régime kémaliste. Le bien-être du peuple, des couches les moins aisées, qui forment la masse critique de la population turque des premières décennies de la République, constitue l’idée maîtresse de la politique d’Ankara.

39C’est dans cet esprit qu’Ilmen inaugurera, en 1939, la construction d’installations balnéaires à Maltepe, sur la rive asiatique d’Istanbul. Ceux-ci seront suspendus pendant la période de la Deuxième Guerre mondiale et le lieu ne sera ouvert au public qu’en 1947. Avec ses quelques 130 cabines et des vestiaires pour 1 400 personnes, la plage Süreyya est, dans les années 1950, la plus grande de la rive asiatique et une des plus fréquentées de la ville. Elle est aussi une des premières plages à proposer des locations de chambres pour la saison et non pas seulement à la journée. À l’exemple des autres installations balnéaires, la plage Süreyya dispose d’un hôtel, un casino, un restaurant. Un orchestre et une piste de danse comptent parmi les attractions de l’endroit. Autres points forts : tous les trains de banlieue s’arrêtent devant l’entrée de la plage ; des services réguliers d’autobus ainsi que de bateaux depuis la rive européenne sont mis en place par la direction (Akçura, 2002, 2e vol., p. 235-237 ; Évren, 2000, p. 153-163). Construit dans la mer, à quelques mètres du rivage, le Temple des Vierges, coupole tenue par trois colonnes et entourée de frises ornées de fresques inspirées de l’antiquité grecque, deviendra la marque distinctive de la plage Süreyya et figurera désormais dans toutes ses annonces publicitaires. Cet édifice résume avec éloquence l’idéologie du maître des lieux : en l’érigeant en emblème, celui-ci souligne l’importance des arts et des valeurs classiques dans la vie sociale. Il exprime aussi son vif intérêt pour l’instruction et la culture des classes populaires.

40Dix ans plus tard, en 1957, des travaux de grande envergure ont lieu à Florya, où les édifices en bois de la célèbre plage Haylayf (High Life) des années 1930 cèdent la place à des constructions modernes en béton armé. L’intervention est d’une ampleur beaucoup plus impressionnante à Ataköy, sur la rive européenne de la Marmara, qui devient le premier village de vacances d’Istanbul. Ici, la Emlak bankasi (Banque foncière) construit, face à des lotissements comptant plusieurs milliers de logements destinés aux couches moyennes, des installations balnéaires capables d’accueillir 4 000 personnes (Güvenç et Isik, 1999).

41Ceci dit, à cette époque, les plages d’Istanbul sont des lieux ouverts à tous les milieux. Les signes de la stratification sociale y restent en nombre très limité. Les bâtisseurs de ces espaces semblent n’avoir prévu que deux cas de clients : les « pauvres » et les « moins pauvres ». Les premiers ont accès à la mer en payant un simple droit d’entrée à la plage : c’est la formule la plus économique. La location d’une cabine pour la journée peut intéresser ceux qui ont les moyens mais aussi l’envie de dépenser pour leur loisir. Pour se changer et déposer leurs affaires, les habitués d’Ataköy ont le choix entre les placards en fer ou les cabines revêtues de marbre. La Süreyya plaji dispose des espaces destinés à une clientèle issue de couches moyennes. Malgré la tendance générale de l’époque à concevoir la société turque comme un seul corps uniforme, les plages de la République demeurent des endroits privilégiés pour la mise en relief de la diversité sociale. L’apparence, les modes vestimentaires, les sommes dépensées pour une sortie à la plage, le genre de consommation faites sur place, le comportement général, l’encadrement familial varient en fonction de l’origine socio-économique des baigneurs.

42La prolifération des plages, la construction d’installations balnéaires et la popularisation des bains de mer sont certes dues à l’initiative privée qui a su en tirer un grand profit financier : avant d’être député ou membre du conseil municipal d’Istanbul, Süreyya Ilmen était un homme d’affaires qui cherchait à s’enrichir. Cependant, ces activités lucratives s’enchâssaient dans un projet plus général de ceux qui gouvernaient la ville et le pays. La municipalité d’Istanbul a beaucoup fait, on l’a vu, notamment dans le domaine des transports en commun, pour encourager le développement des « bains du peuple ». De même, l’apparition répétée sur les plages de Mustafa Kemal Atatürk a probablement contribué à auréoler ce loisir du prestige dont jouissait, dans les deux premières décennies de la République, le « père de la nation ». Particulièrement attiré par Florya, ce dernier s’y rendait souvent, surtout vers la fin de sa vie, en donnant ainsi l’exemple et en cautionnant, aux yeux du peuple, la fréquentation de ce lieu. L’attachement d’Atatürk au site de Florya s’est traduit par la construction, en 1935, d’un pavillon de la présidence de la République au bord de la mer. En été 1936, la Turquie est gouvernée depuis cet endroit où séjournent Mustafa Kemal et plusieurs membres du gouvernement (Akçura, 2002, 2e vol., p. 259-265 ; Évren, 2000, p. 104-109). Le président -dont la santé est déjà fragile - s’adonne aux sports de mer, les ministres jouent au ballon et les séances de travail n’occupent tout ce monde que dans la soirée.

43Après la mort d’Atatürk, en novembre 1938, son successeur, Ismet Inönü, utilisera aussi pendant plusieurs années le pavillon de Florya. Le premier bain de mer annuel d’Inönü - président de la République de Turquie jusqu’en 1950 et premier ministre par intermittences après 1960 - sera un vrai rituel, répété tous les ans et très largement médiatisé par la presse. En ce milieu du xxe siècle, l’époque où le sultan Abdülhamid prenait, à Tarabya, son bain quotidien et thérapeutique en toute confidentialité, est bien révolue. L’immersion d’Inönü dans la mer de Florya est aussi vivement recommandée par ses médecins, surtout au fur et à mesure que celui-ci prend de l’âge et que les rhumatismes deviennent plus persistants. Mais, à la différence du souverain ottoman, le président Inönü est accompagné dans son effort par une foule de journalistes et de photographes qui ne manquent pas de le suivre tous les ans dans le frisson de son premier bain... et de fixer son image, plongeant dans l’eau « à la manière d’un clou », les pieds les premiers (Évren, 2000, p. 180-181).

44La popularité que connaissent les plages d’Istanbul durant la période de la République ne suffira pas à faire disparaître les vieilles habitudes installées à l’époque ottomane. Les hammams de mer tiennent tête à l’air de la modernité qui balaye les mentalités pudiques ou non et continuent à marquer le paysage urbain jusqu’à une date très récente. Dans les années 1930, alors que les plages de Florya, Moda, Suadiye vivent leur âge d’or, des installations balnéaires à l’ancienne attirent encore les foules de travailleurs au pied de la Tour de Galata, en plein centre des affaires. De même, durant la belle saison, le hammam maritime de Moda grouille de monde jusqu’à la fin des années 1980.

45Aussi bien à l’époque ottomane que durant la période républicaine, Istanbul - qui n’a rien d’une station balnéaire… - est une très grande ville au sein de laquelle les couches populeuses occupent une place importante. L’augmentation constante de la population urbaine s’y est accompagnée par une extension du réseau des transports vers la périphérie : la popularité des bains de mer va de pair avec celui de la banlieue de plus en plus facilement accessible. Beaucoup plus qu’ailleurs, le développement de cette activité est directement lié à celui des moyens de transport en commun. En construisant les gares ferroviaires à proximité immédiate des plages, le pouvoir local exprime éloquemment sa volonté de « populariser » ce loisir.

46Localités riantes, ne ressemblant guère à la périphérie « dangereuse » des grandes métropoles européennes de l’époque, les faubourgs stambouliotes se signalent par le caractère très mêlé de leur population. Ces espaces où résidences cossues de gens fortunés voisinent avec des petites maisons modestes sont aussi bien vouées à la villégiature estivale qu’à l’habitat permanent, selon l’origine socio-économique de leurs habitants. Passer par ces endroits en train ou en bateau pour aller se baigner est souvent un moment de plaisir et compte même parmi les attraits de la sortie organisée en famille ou entre amis.

47Autre facteur qui a contribué à l’essor des plages : l’absence, jusqu’à une date encore récente, de congés payés fait également des bains de mer un des rares modes de divertissement qui s’offre aux citadins. Et c’est bien pour répondre à ce besoin social que la municipalité a soutenu toute initiative privée dans ce sens.

48Si pour la période ottomane, le rôle des instances locales dans ce domaine apparaît assez limité, au cours de la période républicaine, les bains de mer retiennent, dans le cadre d’une philosophie politique populiste, toute l’attention des pouvoirs publics. Il ne s’agit pas seulement d’offrir au peuple des loisirs capables de le distraire de ses peines. L’objectif poursuivi est aussi celui d’éduquer les masses : en encourageant la nudité balnéaire, les autorités contribuent à la diffusion d’une morale nouvelle, notamment en ce qui concerne les rapports entre hommes et femmes. Aux yeux des dirigeants de la Turquie nouvelle, mettre à mal les tabous relatifs à l’exhibition du corps humain - masculin mais surtout féminin - revient à marquer un point décisif dans le combat pour la libération des esprits.

49Annexe : Quelques ouvrages médicaux sur les bains de mer conservés à la bibliothèque de l’Institut d’histoire de la Médecine de l’Université d’Istanbul.

50N.B. : La date de l’édition suit le calendrier de l’Hégire. Entre parenthèses, figure la date selon le calendrier chrétien.

Bibliographie

Bibliographie :

Akçura Gökhan, 2002, Ivir Zivir Tarihi (Histoire des choses insignifiantes), Istanbul, Om, 3 vols..

Alus Sermet Muhtar, 1934, « Eski Deniz Hamamlari », Yedigün, n° 80, Istanbul [citépar B. Évren, 2000].

Anastassiadou Méropi, 1997a, « Les cafés à Salonique sous les derniers Ottomans », Desmet-Grégoire H. et Georgeon F. (ed.), 1997, Cafés d’Orient revisités, Paris, CNRS Éditions, p. 79-90.

Anastassiadou Méropi, 1997b, « Sports d’élite et élites sportives à Salonique au tournant du siècle », Georgeon F. et Dumont P. (ed.), 1997, Vivre dans l’Empire ottoman. Sociabilités et relations intercommunautaires (xviiie-xxe siècles), Paris, L’Harmattan, p. 145-160.

Anastassiadou Méropi, 1997c, Salonique 1830-1912. Une ville ottomane à l’âge des réformes, Leiden, E. J. Brill.

Anastassiadou-Dumont Méropi, 2003, « Médecine hygiéniste et pédagogie sociale à Istanbul à la fin du xixe siècle. Le cas du docteur Spyridon Zavitziano », Médecins et ingénieurs ottomans à l’âge des nationalismes, Paris-Istanbul, Maisonneuve & Larose et IFEA, p. 63-99.

Bilge Criss Nur, 1999, Istanbul Under Allied Occupation, 1918-1923, Leiden, Brill.

Borie Alain, Pinon Pierre, 1989, Yerasimos Stéphane, L’occidentalisation d’Istanbul au xixe siècle, rapport de recherche, Paris, ministère de l’Équipement, bureau de la Recherche architecturale.

Carlier Omar, « Les enjeux sociaux du corps : le hammam au Maghreb (xixe-xxe), espace menacé, espacé recréé », Annales Histoire Sciences sociales, n°6, 2000.

Çelik Zeynep, 1986, The Remaking of Istanbul. Portrait of an Ottoman City in the Nineteenth Century, Seattle & Londres, University of Washington Press.

Corbin Alain (dir.), 1995, L’avènement des loisirs, Paris, Flammarion.

Deleon Jak, 1990, Beyoglu’nda Beyaz Ruslar (Les Russes blancs à Beyoglu), Istanbul, Istanbul kütüphanesi.

Desmet-Grégoire Hélène et Georgeon François (ed.), 1997, Cafés d’Orient revisités, Paris, CNRS Éditions.

Dumont Paul, 1983, Mustafa Kemal invente la Turquie moderne, Bruxelles, Éditions Complexe.

Dumont Paul, 1989, « La période des Tanzimat (1839-1878) », Robert Mantran (dir.), Histoire de l’Empire ottoman, Paris, Fayard, p. 459-522.

Dumont Paul, 1992, « Les années blanches », Stéphane Yerasimos (ed.), Istanbul, 1914-1923, Capitale d’un monde illusoire ou l’agonie des vieux empires, Paris, Autrement, p. 184-203.

Ergin Osman Nuri, 1330 [1922], Mecelle-i Umur-u Belediye (Traité des affaires municipales), Istanbul, 1776 p. [réédition en 9 vols, Istanbul, 1995].

Évren Burçak, 2000, Istanbul’un Deniz Hamamlari ve Plajlari (Les plages et les hammams maritimes d’Istanbul), Istanbul, Inkilap.

Georgeon François et Dumont Paul (ed.), 1997, Vivre dans l’Empire ottoman. Sociabilités et relations intercommunautaires (xviiie-xxe siècles), Paris, L’Harmattan.

Güvenç Murat et Isik Oguz, 1999, Emlak Bankasi 1926-1998 (Le Crédit foncier 1926­1998), Istanbul, Emlak Bankasi

Ilmen Süreyya [1949], Süreyya Pasa’nin Anilari. « Tesebbüslerim, Reisliklerim » (Les mémoires de Süreyya pacha. « Mes entreprises, mes présidences »), Istanbul, Kasdav, 2001.

Isin Ekrem, 1995, Istanbul’da gündelik hayat (La vie quotidienne à Istanbul), Istanbul, Iletisim.

Johnson Clarence Richard, 1995, Istanbul 1920, Istanbul, Tarih Vakfi Yurt yayinlari [cet ouvrage est la traduction turque de Constantinople Today, A Study in Oriental Social Life, New York 1922].

Kartal Kemal S. (ed.), 1980, Kiyi Kentlerimizin Temel Sorunlari (Questions fondamentales de nos villes maritimes), Ankara, Sevinç.

Keles Rusen, 1996, Kentlesme Politikasi (Politique d’urbanisation), Ankara, Imge, 3e édition.

Kesisoglou-Karystinou Melpo, 1998, Enoria tis Agias Konstantinoupoleos. Tzibali (Paroisse de Agia de Constantinople. Djibali), Athènes, Idryma Meizonos Ellinismou.

Koçu Resat Ekrem, « Deniz hamamlari », Istanbul Ansiklopedisi, VIII, p. 4438-4442.

Önce Gökhan, 1998, Kendine Özgü bir Semt : Moda (Un quartier bien singulier : Moda), Istanbul.

Sehsuvaroglu Haluk, 1953, Istanbul Köprüleri (Les ponts d’Istanbul), Istanbul.

Tutel Eser, 1993, « Altinkum Plaji », Dünden bugüne Istanbul Ansiklopedisi, Istanbul, Türkiye Ekonomik ve Toplumsal Tarih Vakfi, vol. 1, p. 226.

Yilmazkaya Orhan, 2002, Aydinlik Kubbenin Altindaki Sicaklik. Türk Hamami. Istanbul Hamamlari Rehberi (La chaleur sous la voûte de lumière. Le hammam turc. Guide des bains d’Istanbul), Istanbul, Çitlembik.

Ibrahim Cemal, 1307, Deniz Hamami Risalesi (Traité sur le hammam de mer), Istanbul, Kasbar Matbaasi, 48 p.

Hüseyin Hulki, 1310, Deniz hamamlari ve Kimler Girmelidir (Les hammams de mer et qui doit y entrer), Istanbul, Mahmud Bey Matbaasi, 36 p.

Azmi-Besim [Ömer], 1300, Kardesler, Su (Eau), Istanbul, Ceride-i askeriye Matbaasi, (voir surtout p. 311-321).

Besim Ömer, 1317 (1901), Yalova Kaplicasi (Les thermes de Yalova), Istanbul, Âlem matbaasi, 47 p. Illustré.

Celâm Ismail, 1317 (1901), Deniz Havasi ve Hamamlari (L’air marin et les hammams de mer), Hatta Serviçen Matbaasi, 51 p.

Dr. J. Suyuti, 1322, Yalovadaki Dag Hamamlari (Des bains de montagne à Yalova), Istanbul, Matbaa-i ahmed Ihsan, 8+112+1 p.

Yusuf Ragip, Isti’âde Sihhat (Reviviscence Santé). Istanbul, Hanimlara Mahsus Gazete Matbaasi, 1322, « Banyolar ve tedavi-i bi’l-ma(su ile tedavi) » (p. 19-27).

Deniz banyolari, 1324, [Les bains de mer] (Dr Dvvil’den çeviren : Yanbolulu Mustafa Sevki), Izmir Kesisyan Matbaasi, 96+5 p.

Yalova Kaplicalari, 1332 (1914), (Les thermes de Yalova), Istanbul, Matbaa-i Ahmed Ihsan, 16+16 p.

Salahaddin Ali, Hamamlar, 1334, Deniz Hamamlari ve Denizde Banyo (Bains publics, hammams de mer et le bain de mer), Istanbul, Ayyildiz Matbaasi, 63 p.

Besim Ömer, 1928, [Akalin], Kaplicalar (Thermes), Istanbul, Ahmed Ihsan Matbaasi, 21 p., illustré.

Besim Ömer, 1305 (1888), [Akalin], Su ile Tedavi ve Denizde Banyo (Aquathérapie et bain de mer), Istanbul, Mahmud Bey Matbaasi, 76 p.

Notes

1 Sur le hammam en tant qu’espace social, voir Carlier, 2000 ; Yilmazkaya 2002, 25-31 ; Isin 1995, 259-264.

2 À propos de ces zones du bord de la Corne d’Or investies par les immigrés venus des provinces voir en particulier Kesisoglou-Karystinou, 1998.

3 Voir Ill. 1 : Les hammams de mer en 1875.

4 À partir des années 1830, une série des réformes (connues sous le nom de tanzimat) sont entreprises par l’État ottoman dans le but de moderniser l’Empire. Sur cette période et ses effets sur la société ottomane, il existe un grand nombre de travaux. Pour une synthèse rapide voir Dumont, 1989.

5 La plupart des périodiques spécialisés qui paraissent à Istanbul au cours de la seconde moitié du xixe siècle sont en français. Voir en particulier, la Gazette médicale de Constantinople, organe officiel de l’École impériale de la Médecine ; la Gazette médicale d’Orient (publication de la Société impériale de la Médecine) ; la Revue médico-pharmaceutique.

6 Voir en annexe, la liste de quelques ouvrages médicaux de la fin du xixe siècle et des deux premières décennies du xxe s., conservés, pour la plupart, à la bibliothèque de l’Institut d’Histoire de la Médecine de l’Université d’Istanbul.

7 Pour un aperçu sur ces années d’occupation d’Istanbul par les forces de l’Entente, voir Johnson, 1995 ; Bilge Criss, 1999. Sur les Russes blancs à Istanbul, Dumont, 1992 ; Deleon, 1990.

8 La plage de Beyazpark a fonctionné jusqu’en 1980.

9 À propos de la réglementation concernant les rivages en Turquie, voir Keles, 1996, p. 459-61.

10 La plage de Suadiye a été gérée durant des nombreuses années par Lütfiye Güler. Lorsque celle-ci est décédée en 1986 les installations de Suadiye passent à ses héritiers. Fin d’une époque ? Les derniers témoignages dont nous disposons sur cet endroit datent de 1987 : Évren 2000, 148.

Table des illustrations

Titre Illustration 1 : Les hammams du bord de mer (1875) et les plages de la République (1923-1990) à Istanbul
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/660/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 305k

Auteur

© Presses universitaires François-Rabelais, 2005

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Volume papier

Chargement

Unavailable